RSS

Archives de Catégorie: Asie centrale

AFGHANISTAN / Les mirages de la démocratie, par Sergei KOJEMIAKINE, observateur politique de la Pravda

Résultat de recherche d'images pour "elections présidentielles en afghanistan"

No 1 (30933) 10-13 janvier 2020

 

http://kpu.life/ru/94949/myrazhy_demokratyy

 

L’annonce des résultats de l’élection présidentielle n’a pas stabilisé la situation politique intérieure en Afghanistan. Le pays reste l’otage des intérêts étrangers et est utilisé par les États-Unis pour perturber les projets de transport et d’infrastructure sous les auspices de la Chine.

 

Des voix disparues

 

Les élections en Afghanistan à n’importe quel niveau sont toujours synonymes de crise aiguë. Elles donnent lieu à de nombreux scandales, rassemblements et affrontements, sans compter les attaques des talibans qui tentent de perturber chaque campagne électorale. Sans surprise, le transfert automatique des procédures libérales-démocratiques, que l’on présentait comme une panacée, n’a pas été un succès. Les tentatives de correction de ce mécanisme sont également inutiles, comme l’ont prouvé les récentes élections présidentielles.

 

Elles se sont déroulées, rappelons-le, en septembre de l’année dernière. Leur nouveauté aurait dû être la transparence et l’ouverture. Du moins, selon les autorités afghanes, qui ont acheté en Allemagne des appareils pour l’enregistrement biométrique des électeurs. Mais le miracle ne s’est pas produit. La prouesse technique n’a pas pu arrêter la lutte des factions et des clans, ni les marchandages secrets, ni l’intervention d’acteurs extérieurs, qui sont les véritables leviers de la politique afghane.

 

Par conséquent, il est tout à fait compréhensible que 2.300 appareils se soient révélés défectueux le jour du scrutin, et que les employés de nombreux bureaux de vote n’avaient pas été formés pour travailler avec l’équipement. Environ deux cents appareils ont complètement disparu sans laisser de trace lors de leur livraison dans la capitale. En conséquence, avec un taux de participation officiel de 2,7 millions de personnes, seulement 1,9 million ont fait l’objet d’un enregistrement biométrique.

 

Mais ce n’était que le début d’un long feuilleton. Les représentants de la société allemande ayant fourni l’équipement ont révélé de nombreuses irrégularités dans la collecte des données. Les plus courantes étant l’utilisation de fausses photographies et l’inscription des électeurs avant ou après le jour du scrutin. Il y a eu près de 300 000 de ces votes douteux, mais la plupart ont finalement été comptés.

 

Cela a mis en colère les candidats de l’opposition qui ont accusé la Commission électorale indépendante (NEC) de travailler pour le président sortant Ashraf Ghani. Des milliers de manifestations ont eu lieu à Kaboul et dans d’autres villes. Les partisans de l’opposition ont également boycotté le recomptage annoncé dans un tiers des bureaux de vote. Selon eux, sous couvert de ce processus, le gouvernement entendait procéder à de nouvelles falsifications. Des incidents tels que la pénétration de forces spéciales dans le centre d’information de la NEC n’ont pas contribué à instaurer la confiance. Selon les explications des officiels, les combattants avaient été autorisés à entrer…  pour se réchauffer.

 

Par conséquent, les résultats des élections publiés fin décembre n’ont fait qu’aggraver la scission. Selon la NEC, Ashraf Ghani a gagné. Son résultat est de 50,6%, soit 924 000 voix. Le principal opposant au président en exercice – le chef de l’exécutif, Abdullah Abdullah – en a reçu 39,5%. «Félicitations à tout le monde! C’est une victoire nationale! », a déclaré Ghani lors d’une allocution télévisée aux citoyens. Selon lui, tout le monde devrait accepter les règles du jeu et se plier à la loi.

 

Ce dernier souhait était adressé aux autres candidats, dont beaucoup n’ont pas accepté les données officielles. « Notre équipe ne reconnaît pas les résultats de ce vote frauduleux », a déclaré Abdullah Abdullah. Il est soutenu par Gulbuddin Hekmatyar et Rahmatulla Nabil, qui ont respectivement occupé les troisième et quatrième places. Le siège du chef de l’exécutif a fait appel à la Cour suprême, exigeant d’admettre qu’au moins 300 000 voix avaient été volées au candidat.

 

Signes de décomposition

 

Mais même si ce recours n’est pas pris en compte, la légitimité de Ghani restera atteinte. Tant à cause des violations massives, que parce que le président exprime la volonté d’un petit nombre d’habitants. Avec une population de 37 millions d’habitants, seulement 9,6 millions, soit le quart des citoyens, sont inscrits sur les listes électorales. Parmi eux, moins de 19% sont venus dans les bureaux de vote, et seuls 9,6% ont voté pour Ghani. En d’autres termes, le président n’a obtenu le soutien que d’un citoyen sur quarante.

 

Cela signifie un nouvel effondrement de l’élite politique, dont les signes sont visibles à l’œil nu. En décembre, une opération militaire à grande échelle a eu lieu à Mazar-e-Sharif, le centre administratif de la province septentrionale de Balkh, avec la participation des forces spéciales de l’armée et de l’aviation. La cible de l’attaque n’était pas les islamistes, mais les partisans de Nizamuddin Kaisari. Ancien chef de police de l’un des comtés, selon les autorités, il a créé sa propre mini-armée, est coupable de meurtres et de corruption. Pendant l’opération, des dizaines de personnes ont été tuées, mais Kaisari lui-même a disparu. Cet incident est particulièrement spectaculaire, mais il n’est pas le seul signe des profondes divisions. Kaysari est l’associé le plus proche du vice-président Abdul Rashid Dostum, qui, à son tour, a échappé de justesse à son arrestation et est passé dans l’opposition.

 

Avec l’effondrement probable du soi-disant gouvernement d’unité nationale, dirigé par le président et Abdullah Abdullah, il y aura davantage de tels conflits. Au milieu de l’assaut continu des talibans *, ils peuvent avoir des conséquences fatales. Les positions rebelles au cours de l’année écoulée se sont encore renforcées. Des provinces jadis considérées comme relativement calmes (par exemple, Balkh ou Herat), sont désormais plongées dans la violence, des affrontements ont lieu dans la banlieue sud de Kaboul Chahar Asyab. Des sites à première vue fortement sécurisés comme le quartier des ambassades dans la capitale ou les bases militaires américaines sont attaqués.

 

Ces menaces forcent Kaboul à des manœuvres désespérées, parfois mutuellement exclusives. D’une part, les autorités revendiquent une lutte impitoyable contre l’extrémisme jusqu’à ce qu’il soit complètement vaincu. Il n’y a pas si longtemps, Ghani a annoncé une «victoire complète» sur «l’État islamique» *. C’était après la reddition aux forces de sécurité de 800 personnes dans la province de Nangarhar. Seulement les deux tiers d’entre eux étaient des épouses et des enfants de combattants, alors que l’effectif total de l’Etat islamique en Afghanistan est estimé de trois à cinq mille.

 

D’un autre côté, Kaboul appelle les talibans à négocier. L’entourage de Ghani a dévoilé une feuille de route en sept points, comprenant un large dialogue pacifique impliquant le gouvernement, les rebelles, les États-Unis et les pays de la région, ainsi que la lutte contre la corruption, le renforcement des structures du pouvoir, etc. Ce document controversé a été rejeté par Abdullah Abdullah, sans parler des Américains qui jouent leur propre jeu.

 

Washington est motivé par deux facteurs. Le premier est lié à la prochaine élection présidentielle et au désir de Donald Trump d’apparaître sous la forme d’un politicien qui tient ses promesses. Parmi celles-ci, rappelons-le, la cessation de la participation aux campagnes militaires étrangères. En décembre, les États-Unis ont repris les négociations avec les talibans, interrompues trois mois plus tôt. Cela a été précédé par la visite inattendue de Trump en Afghanistan. Le président a rencontré Ashraf Ghani et a visité la base de Bagram, afin de souhaiter aux militaires une bonne fête de Thanksgiving. «Nous nous replions de l’Afghanistan», a annoncé Trump.

 

Cependant, il existe de grands doutes quant à sa sincérité. Comme l’a reconnu le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, le Pentagone n’a pas encore l’intention de réduire le contingent. Et, a-t-il ajouté, le retrait des troupes n’aura lieu que lorsque l’Afghanistan cessera d’être « un refuge pour les terroristes qui peuvent frapper les Etats-Unis ». Le maximum auquel la Maison Blanche se résoudra est une réduction partielle de sa présence. Le dialogue avec les talibans, qui appellent au retrait complet des troupes étrangères comme condition préalable à un accord de paix, sonne comme un faux prétexte.

 

Des obstacles au corridor

 

Trump jouera la montre par tous les moyens, abreuvant les rebelles et son propre électorat de promesses, tout en gardant le contrôle de l’Afghanistan. Il a une autre raison à cela. Sa présence dans le pays est nécessaire pour contrecarrer la stratégie de la Chine «La Ceinture et la Route». Le volet clé de ce projet est le corridor économique sino-pakistanais (CPEC), qui comprend la pose de milliers de kilomètres de routes et de voies ferrées, de pipelines, la construction de centrales électriques, ainsi que la création du port en eau profonde de Gwadar, qui deviendra le plus grand point de transbordement de la région.

 

En octobre de l’année dernière, Pékin et Islamabad ont annoncé le passage à la deuxième phase du CPEC. Si le premier était axé sur les infrastructures – une sorte de squelette de développement économique, l’accent sera désormais mis sur des projets communs dans l’industrie, l’agriculture et la sphère socio-économique. Pour cela, neuf zones économiques spéciales sont en cours de création. La première – « Allah Iqbal » dans la province du Punjab – a été inaugurée le 3 janvier. Le lancement de deux autres est prévu pour avril.

 

Chacune des zones économiques deviendra un puissant complexe de production territoriale. Allama Iqbal, par exemple, comprendra des entreprises des secteurs léger, alimentaire, pharmaceutique, chimique et métallurgique avec 290 000 emplois. La grande majorité des personnes employées seront des Pakistanais, pour lesquels le système d’enseignement professionnel est en cours d’amélioration. Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmud Qureshi, a qualifié le CPEC de «priorité absolue du Pakistan».

 

Ces perspectives effrayent visiblement les États-Unis, qui sont habitués à considérer Islamabad comme un satellite obéissant et observent avec inquiétude la transformation de la Chine en puissance économique mondiale. Pour perturber le CPEC, la méthode habituelle pour semer la zizanie a été choisie. La sous-secrétaire d’État américaine pour l’Asie du Sud et l’Asie centrale, Alice Wells, a fait une déclaration claire. Selon elle, Pékin entraîne Islamabad dans une boucle de la dette, et les projets conjoints n’aident pas le Pakistan, mais, interférant avec les réformes, ont un impact négatif sur la croissance économique et le niveau de vie. Ne se limitant pas à la critique, Wells a exigé qu’Islamabad crée les conditions les plus favorables pour les investisseurs américains.

 

Habitués comme ils sont à mentir et à manipuler les chiffres, les États-Unis sont restés fidèles à eux-mêmes. Comme l’a souligné le gouvernement pakistanais, les prêts représentent moins de 20% du financement du CPEC par Pékin. Tout le reste est un investissement direct et des subventions. Dans le même temps, Islamabad devra restituer les fonds dans 20 ans, ce qui, très probablement, ne constituera pas un problème, car la coopération avec la Chine est axée sur le développement du secteur réel de l’économie. Il faut y ajouter des conditions préférentielles pour les exportations pakistanaises. Le 1er décembre, un accord de libre-échange est entré en vigueur. Aujourd’hui, Islamabad fournit à la Chine plus d’un millier d’articles sans droits de douane.

 

La politique des investisseurs occidentaux est fondamentalement différente. Un prêt du FMI (autant dire, les États-Unis) a été conclu l’an dernier pour un montant de 6 milliards de dollars. Le Pakistan doit le rembourser dans les trois ans. De plus, selon les termes des financiers, le pays est contraint de réduire les dépenses budgétaires, d’augmenter les taxes et les prix du carburant. Ce n’est pas la première fois que l’Occident essaie d’accuser la Chine de ses propres péchés. Par exemple, au Sri Lanka, qui est souvent considéré comme une «victime de l’expansion chinoise», Pékin ne représente que 10% de la dette extérieure.

 

Washington ne s’inquiète pas seulement du CPEC, mais aussi de la possibilité que des pays voisins le rejoignent. Par exemple, l’Iran, avec qui les relations sont au plus mal. Téhéran a invité la Chine et le Pakistan à développer conjointement le port de Chabahar, en le reliant à Gwadar par rail et par ferry. L’Afghanistan a également signé un accord avec Pékin dans le cadre de la «Ceinture et la route». L’automne dernier, le troisième cycle de négociations entre Pékin, Islamabad et Kaboul sur l’adhésion du pays au CPEC a eu lieu. Le premier projet à grande échelle pourrait être la construction de l’autoroute Peshawar-Kaboul. Soit dit en passant, la liaison ferroviaire de fret entre l’Afghanistan et la Chine a déjà été établie. Le 30 décembre, le Tadjikistan a signé un accord sur la pose d’un chemin de fer avec Kaboul. Comme indiqué, il pourrait faire partie de la route de la Chine à l’Iran.

 

Il n’est pas surprenant que les États-Unis se soient fixé pour objectif non seulement d’éloigner Kaboul de Pékin, mais aussi de l’utiliser pour des activités subversives. Avec l’intervention de Washington, les négociations inter-afghanes sous l’égide de la RPC  ont été interrompues. Le Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO), un groupe qui plaide pour la séparation de la région autonome ouïgoure du Xinjiang de la Chine, refait surface à point nommé pour les États-Unis. Ses bases sont situées dans la province afghane de Badakhshan, à la frontière de la RPC. Au cours des dernières semaines, des proclamations ont fait leur apparition sur Internet dans lesquels des militants menaçaient de multiplier les activités terroristes. Pour sa part, le Congrès américain et le Parlement européen ont adopté presque simultanément des résolutions menaçant Pékin de sanctions pour violation des droits de l’homme au Xinjiang.

 

Washington ne se permettra pas de perdre une ressource géopolitique aussi précieuse que l’Afghanistan. Par conséquent, le pays est destiné à rester longtemps parmi les «points chauds».

Traduction MD pour H&S

 

Un sommet de l’OTAN qui vole bien bas

TRUMP TO MACRON: VOULEZ-VOUS QUE J’ENVOIE DES TERRORISTES DE L’ETAT ISLAMIQUE EN FRANCE?

Le président américain Donald Trump, lors du sommet de l’OTAN, s’est moqué d’Emmanuel Macron, affirmant qu’il enverrait des membres du groupe terroriste ISIS (Daesh, en arabe) en France, actuellement prisonniers en Irak et en Syrie.

Dans une déclaration faite à la presse lors d’un sommet des dirigeants de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) tenu mardi à Londres (capitale britannique), Trump s’est moqué du président français Emmanuel Macron au sujet du rapatriement des extrémistes de Daesh détenus en Syrie .

« Voulez-vous de bons combattants d’ ISIS? (…) Je peux vous en donner. Il peut prendre ce qu’il veut « ,  a souri le président américain en se tournant vers Macron, tandis que le président français refusait rapidement la proposition en disant » parlons sérieusement « .

Par ailleurs, Trump a insisté sur le fait que la plupart des membres du gang Daesh Takfiri actuellement détenus en Syrie venaient d’Europe, notamment de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni .
Le président français, à son tour, a nié ces affirmations et a déclaré que les terroristes de l’EIIL venaient de Syrie et d’Irak. « Il est vrai que certains viennent d’Europe, mais c’est une petite minorité du problème que nous avons dans la région », a-t-il déclaré.

De même, Macron a averti de l’existence des restes de Daesh en Syrie et en Irak. Il a donc insisté sur la nécessité de mettre fin à ces extrémistes. Dans le même temps, il a critiqué les politiques de Trump dans la région du Moyen-Orient pour avoir déstabilisé la région.

« Il y a encore des combattants dans la région, venant de Syrie et d’Irak, de plus en plus (…) le problème numéro un n’est pas les combattants extérieurs, mais les combattants de Daech dans la région », a-t-il averti.

Prisonniers de la milice takfiri

Ce que  Macron prétend ignorer le fait que les terroristes de l’Etat islamique qui ont semé la mort et la destruction en Syrie appartiennent à environ 80 nationalités. Nombre d’entre eux viennent d’Europe, notamment de la France, de la Grande-Bretagne, de la Belgique, de l’Allemagne et des Pays-Bas. Kosovo, de Bosnie, d’Arabie saoudite, de Turquie et d’Afrique du Nord. Il y a même des terroristes qui viennent de Chine et qui sont enrôlés par les minorités islamiques dans ce pays. Macron le sait bien car les services de renseignement français ainsi que ceux des États-Unis et du Royaume-Uni ont collaboré pour armer et soutenir ces terroristes dans le but de renverser le gouvernement légitime de Bashar al Assad.

Donc Trump qui est totalement ignoble non seulement à cause de ce qu’il fait comme les autres mais parce qu’il ne peut se retenir de dire à ses collègues à quel point ils sont comme lui de franches ordures mais snobs…

Cette bande après avoir atteint ce niveau reconduit l’OTAN et ses « missions » et elle continuera à manifester sa solidarité avec la manière dont Trump installe en Amérique latine un nouveau plan Condor avec ses néonazis de choc… Comme il expédie sans état d’âme en Chine ses purs produits de la CIA…

oui mais voilà comme a été obligé de le noter un article du Monde : il y a les deux absents, qui ne font pas partie de la famille et sont pourtant dans toutes les têtes : le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping. L’anglais a une belle expression pour eux : « les éléphants dans la pièce », ceux dont on aimerait ne pas parler mais qui sont trop gros pour qu’on les ignore, parce qu’on n’avale pas la Chine comme la Bolivie ou même la Libye, et même pour ces derniers dans la situation actuelle rien n’est joué… Comme l’a noté Raoul Castro, le monde est comme une prairie sèche (ou plutôt asséché par ces pillards NDLR) la moindre flammèche peut générer de terribles incendies et cette bande n’en a cure, elle tente de se maintenir…

ecoeurants

 

 

 

A Cuba on exhorte à accroître la résistance au néolibéralisme 

Notre camarade Eric Boquet qui assiste à cette conférence, nous fera certainement un compte-rendu plus exhaustif, mais notons tout de suite que les Cubains sont fidèles à leurs principes, à savoir que l’on signe pas de compromis avec un adversaire qui ne le respectera pas et que face à un tel adversaire, la seule attitude c’est l’attaque. Comme je le raconte dans mes mémoires c’est la stratégie adoptée en 1994, face au choix de résister au blocus, à l’effondrement du socialisme européen. C’est la stratégie encore adoptée face à Trump et au bellicisme désespéré de l’impérialisme, face à la colère des peuples, regrouper les résistances qui sont autant de noyaux épars. Jamais la nécessité d’un nouvel internationalisme n’est apparue plus fortement et quoi qu’on en pense la situation est plus favorable que quand ont été décidés tous les autres internationalismes, il reste à coordonner et à s’unir chacun sur ses bases propres en ayant conscience d’un but commun. Le PCF est pour la première fois depuis longtemps en situation d’entendre ce langage mais il doit poursuivre sa propre rénovation (note de Danielle Bleitrach).

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2019/11/a-cuba-on-exhorte-a-accroitre-la-resistance-au-neoliberalisme.html

Par Joel Michel Varona PhotosPL : Manuel Muñoa

La Havane, 2 novembre (Prensa Latina) L’intellectuel cubain Abel Prieto a exhorté les forces de gauche à travailler dans cette capitale pour améliorer l’articulation des noyaux de résistance au néolibéralisme.

Il y a beaucoup de noyaux de la culture de résistance, mais ils sont dispersés, et tout doit être fait pour les unir et les faire fonctionner « , a dit Prieto à Prensa Latina lors de la Rencontre de solidarité anti-impérialiste, pour la démocratie et contre le néolibéralisme.

Nous devons travailler de manière coordonnée et de cette manière, nous serons beaucoup plus forts et nous pourrons ouvrir des brèches dans les murs de mensonges et de calomnies orchestrés par les grands centres du pouvoir, a déclaré M. Prieto au Palais des congrès.

Nous vivons des moments cruciaux dans la région, le modèle néolibéral est en crise et surtout il y a des fissures importantes dans tout le mécanisme de domination culturelle qui a soutenu le néolibéralisme, a soutenu l’universitaire.

Prieto a souligné que tant de combattants sociaux pour un monde meilleur sont rassemblés à La Havane, essayant de maintenir les utopies.

Leur présence ici est importante, c’est un moment où les forces de gauche doivent s’unir, a-t-il souligné.

Il a souligné la solidarité internationale avec Cuba, un pays qui est encerclé sans pitié.

Ici, à Cuba, nous ne parlerons pas seulement de questions théoriques ou conceptuelles telles que l’anti-impérialisme, mais nous présenterons également des propositions d’action, ainsi que des moyens de mieux nous coordonner et de mieux nous exprimer, a-t-il fait remarquer.

Le conclave – auquel participent plus de 1 200 participants de 95 et 700 organisations sociales, mouvements de solidarité et partis politiques – s’achève demain.

mv/joe

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=317585&SEO=instan-en-cuba-a-incrementar-la-resistencia-al-neoliberalismo-foto

 

Les communistes du monde (sauf le PCF) condamnent les actions impérialistes contre le Venezuela

 Voici la déclaration de tous les partis présents à la conférence internationale des partis communistes et ouvriers du monde qu’a refusé de signer la représentante française après avoir servi un incroyable texte dont on se demande encore qui a pu le lire et l’autoriser au nom du PCF. Etonnez-vous qu’après pareil exploit la proposition faite par Fabien Roussel, au nom du PCF, d’accueillir la prochaine rencontre ait essuyé un refus. Ceux qui ont monté cette opération ont-ils cherché à discréditer la direction élue au 38ème congrès et dont ils ne cessent de tenter de détruire les efforts pour remettre le parti sur ses rails, au niveau national comme international (note de Danielle Bleitrach)
et voici pour que le dossier soit complet, le texte grotesque de la représentante française. Tout cela au nom des communistes français qui n’ont pas eu leur mot à dire :

http://www.pcf.fr/izmir_21e_rencontre_internationale_des_partis_communistes_et_ouvriers?fbclid=IwAR1HQmUJqIFs03UuMolwSbDUk85N6qxZwMpVeUTj3Urk2qwY-FiWQHsARsM

21 OCTOBRE 2019

21e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers

Izmir, Turquie / 18 au 20 octobre 2019

 

RÉSOLUTION SOLIDAIRE avec les Vénézuéliens

La 21e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers, réunie à Izmir, Turquie, du 18 au 20 octobre, exprime sa ferme solidarité avec le peuple vénézuélien et le processus bolivarien, face aux agressions criminelles de l’impérialisme américain et ses alliés. Nous exigeons la levée immédiate des mesures coercitives unilatérales et extraterritoriales illégales imposées par le Gouvernement des États-Unis et la cessation de toute forme d’ingérence dans les affaires intérieures du pays bolivarien.

Les partis communistes et ouvriers du monde entier rejettent et condamnent les actions impérialistes visant à préparer les conditions d’une intervention militaire au Venezuela. En ce sens, nous mettons en garde contre le danger que représentent l’activation du Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR) contre le Venezuela et les exercices militaires conjoints que le Commandement du Sud des États-Unis a menés avec les gouvernements latino-américains alliés dans leurs plans contre le Venezuela.

Enfin, nous condamnons les tentatives de coup d’Etat contre le gouvernement légitime du président Nicolás Maduro, et exprimons notre solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et les luttes des travailleurs et du mouvement populaire vénézuélien, contre l’agression impérialiste, pour la défense de la souveraineté et de l’autodétermination de leur pays et la conquête d’une solution révolutionnaire à la crise capitaliste.

 

Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste argentin
Parti communiste d’Australie
Parti communiste d’Azerbaïdjan
Tribune démocratique progressiste de Bahreïn
Parti communiste du Bangladesh
Parti des travailleurs du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti du Travail de Belgique
Parti communiste du Brésil
Parti communiste brésilien
Parti communiste britannique
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier croate
Parti communiste de Cuba
Parti progressiste des travailleurs (AKEL), Chypre
Parti communiste de Bohême et de Moravie (République tchèque)
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Danemark
Parti communiste du Salvador
Parti communiste de Finlande
Parti communiste de Macédoine
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l’Inde
Parti communiste de l’Inde (marxiste)
Parti Tudeh d’Iran
Parti communiste irakien
Parti communiste du Kurdistan-Iraq
Parti des travailleurs irlandais
Parti communiste d’Israël
Parti communiste italien
Parti communiste italien
Parti communiste jordanien
Parti du Travail de Corée
Parti révolutionnaire du peuple du Laos
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste libanais
Parti socialiste de Lituanie
Parti communiste luxembourgeois
Parti communiste du Mexique
Parti communiste népalais
Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti du peuple palestinien
Parti communiste de Palestine
Parti communiste paraguayen
Parti communiste de Pologne
Parti communiste portugais
Parti communiste des travailleurs de Russie
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste de l’Union soviétique
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Parti communiste de Serbie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste de Catalogne
Parti communiste d’Espagne
Parti communiste des peuples d’Espagne
Parti communiste des travailleurs d’Espagne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste de Suède
Parti communiste unifié de Syrie
Parti communiste de Turquie
Parti communiste d’Ukraine
Union des communistes d’Ukraine
Parti communiste de l’Uruguay
Parti communiste des États-Unis
Parti communiste du Venezuela
Parti communiste du Vietnam

source :  https://prensapcv.wordpress.com/2019/10/21/comunistas-del-mundo-condenan-acciones-imperialistas-contra-venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#RIPCO
 

Les pays du Mouvement des non-alignés ratifient le soutien au Venezuela

 

Les pays du Mouvement des non-alignés ratifient le soutien au Venezuela

Photo : Twitter/@Nicolas Maduro Bakou, 25 octobre (Prensa Latina) Plus d’une centaine de pays ici présents ont ratifié leur soutien au Venezuela, a déclaré aujourd’hui le Président Nicolás Maduro à l’issue de la première journée des délibérations du XVIIIe Sommet du Mouvement des non-alignés (MNOAL).

Nous sommes heureux parce que 120 pays ont ratifié leur ferme soutien au Venezuela. Nous continuerons fièrement à défendre la vérité de notre peuple. Nous ne sommes pas seuls, nous avons le monde à nos côtés « , a écrit le président dans son compte-rendu sur le réseau social Twitter.

Ce vendredi, le chef de l’Etat vénézuélien a non seulement remis la présidence pro tempore du Mnoal à son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, pour les trois prochaines années et est intervenu en plénière, mais il a également rencontré plusieurs dirigeants mondiaux et représentants d’entités internationales, comme il s’est produit ici.

Parmi les réunions parallèles tenues par Maduro au cours de cette journée met en évidence l’échange avec Aliyev, qu’il a décrit comme agréable et a dit qu’il était convaincu que le <mouvement était en de bonnes mains et continuera à être lumière et espoir pour l’humanité.

Il a également eu un échange de vues avec le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, qu’il a remercié au nom du Venezuela pour la coopération et le soutien que cette institution lui a apporté au milieu des mesures sanglantes imposées par le gouvernement américain, qui limitent, entre autres, l’acquisition des médicaments.

Mercredi dernier, au cours de la réunion préparatoire du Sommet des chefs d’État, le Venezuela a assumé la direction d’une commission des non-alignés qui travaillera en faveur de la fin du blocus des États-Unis contre plusieurs pays de l’entité.

Nous avons l’honneur de présider cette commission en permanence à partir de maintenant. Nous allons nous consacrer à cette lutte dans les années à venir « , a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Samuel Moncada, en annonçant cette nouvelle.

Le prestige de la nation sud-américaine, sa vocation pour la paix et l’intense offensive diplomatique développée par l’État bolivarien lui ont récemment permis de faire connaître au monde la vérité sur ce qui se passe dans le pays, à la suite du blocus américain et des actions déstabilisatrices de la droite.

jha/ycv
source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=315595&SEO=paises-del-mnoal-ratifican-apoyo-a-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#MNOAL
 

Le Moyen orient, cible d’un terrorisme d’Etat yanquee

Vu de Cuba, les événements récents font partie d’une logique de maintien de l’hébémonie par les destabilisations multiples, les alliances à géométrie variable où l’on change apparement d’alliés comme de chemise. Cette analyse cubaine de la revue théorique Bohamia rejoint celle que nous avons déjà publié du parti communiste turc qui en arrive au même constat, l’important c’est celui qui est visé et que l’on entoure d’une poudrière en encourageant la destabilisation interne y compris par l’application des politiques néolibérales. On repense à la Chine jouant à la fois sur la mondialisation et le marché et sur l’effet stabilisateur du socialisme pour résister à l’encerclement.Le Moyen orient, mais aussi la méditerranée, l’Asie centrale, le pacifique, l’Amérique latine et pourquoi pas l’Europe sont la proie de cette hégémonie par le chaos.  Une stratégie du « choc », celui qui veut s’allier avec cette puissance erratique le fera à ses risques et périls (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Résultat de recherche d'images pour "Trump et la Syrie"

Le Moyen-Orient, cible du terrorisme d’État Yankee
María Victoria Valdés RoddaPar MARÍA VICTORIA VALDÉS RODDA

Guerres, menaces d’intervention,  génocide,  racisme et  effets déstabilisateurs de l’économie néolibérale, le Moyen-Orient va de mal en pis. Bien que l’attention mondiale se soit concentrée sur les récents événements en Syrie, la vérité est que le Levant dans son ensemble est un gâchis qui nous rappelle le «chaos constructif» prôné par les néo – conservateurs Yanquee, le véritable pouvoir qui, selon eux, s’exerce par la destruction de toutes les formes de résistance.

la politique étrangère américaine depuis la Seconde Guerre mondiale, l’UU a un objectif très bien défini: reconfigurer la carte d’un nouvel ordre mondial où Washington aurait la prédominance hégémonique. La chute de l’URSS semblait avoir servi ces désirs sur un plateau d’argent. Seulement l’histoire est extrêmement complexe et la docilité ne figure pas dans l’ADN planétaire. Face à ce Zbigniew Brzezinski dans son livre «Le grand tableau du monde, la Suprématie américaine et  les impératifs géostratégiques », considérait avant l’émergence de la Chine, de la Russie et de l’Iran. Selon les théories occidentales occidentales qui définissent l’Eurasie comme le « cœur », ce disciple du philosophe Leo Strauss, et d’autres auteurs tels que Steven Mann, considérait qu’une voie rapide vers le succès repose sur le fait d’encercler géographiquement les rivaux potentiels à l’aide d’un « cordon ». sanitaire »des pays hostiles;l’ installation de bases militaires; la création de zones de chaos et de violence dans le «voisinage »

Exemples suivants

En observant cette région, il est alors possible de remarquer ces différents liens. L’empire a sa logique de domination et Donald Trump répond à ce scénario, bien que cela ne semble pas être le cas. Le mois dernier, à la suite d’attaques de drones, revendiquées par le groupe yéménite Houthi, contre deux raffineries saoudiennes, appartenant à la plus grande compagnie pétrolière du monde, Aramco, la Maison Blanche a appliqué de nouvelles mesures coercitives contre la République islamique d’Iran et a annoncé le déploiement de nouvelles troupes au Levant tout en accélérant le processus de livraison d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Mike Pompeo a également déclaré que malgré le « retrait » de la Syrie des Etats-Unis, Israël avait « le droit fondamental » d’agir dans la région face à la menace présumée iranienne.

Et que faisait la Maison Blanche lorsque, le 9 octobre, des troupes turques et des milices turkmènes syriennes ont pénétré dans la bande de territoire arabe longue de 32 km depuis la frontière commune, sous le contrôle des soi-disant forces démocratiques syriennes et des Unités d’autoprotection, les YPG kurde? Il a abandonné les kurdes ses supposés alliés contre le terrorisme islamique . Trump a ordonné le retrait de ses troupes en annonçant, le 14 juillet, des sanctions contre la Turquie qui,sont « purement symboliques et permettent à Ankara de poursuivre son opération militaire en ignorant les critiques ».

Il y a beaucoup de pantomime ici parce que EE. Les États-Unis maintiennent leurs bases dans le nord-est de la Syrie, près de la frontière irakienne. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, María Zajárova, a lancé une alerte: « Un jour, la coalition américaine renforce sa présence en Syrie, un autre jour s’en va, puis reste et personne ne le sait. » Faudra-t-il faire face à une autre bataille plus importante pour la refonte du Moyen-Orient élargi?

http://bohemia.cu/opinion/2019/10/oriente-medio-diana-del-terrorismo-de-estado-yanqui/?fbclid=IwAR0dznEPquRD43gqj1JdwlF0yuKxTphMJEYq9dTKVYL-LIk88lOBwlVsLUc

 

María Victoria Valdés RoddaPor MARÍA VICTORIA VALDÉS RODDA

D

Ejemplos sobran

 

 

 

Russie : Comment faire en sorte que les États-Unis respectent l’ordre mondial?

La question posée par cet article concernant l’outrecuidance nordaméricaine et le fait qu’ils sont en même temps le pays hôte de l’ONU ne se pose pas que pour les Russes, Cuba, le Venezuela et bien d’autres pays sont victimes de l’impossibilité d’y siéger. Vu la manière cavalière (bien qu’entre nous méritée) dont ils traitent Macron, Le Drian en Syrie on se demande combien de temps il faudra pour que la France et d’autres vassaux européens soient à leur tour interdits de siéger… cela serait ubuesque si ce n’était malheureusement réel en manière d’acceptation de la domination puisque nous n’avons cessé d’être les fers de lance de leur conception du droit qui consistait à poser partout en viol des souveraineté des « bombes humanitaires » (note de Danielle Bleitrach).

Les autres pays du monde doivent collectivement résister à l'arrogance des États-Unis

0
20 octobre 2019, 10:16
Photo: Zuuna / TASS |
Texte: Anton Krylov

Version imprimée  •
Signet   •
Permalien   •

Signaler un bug   •

Les États-Unis se comportent de manière de plus en plus grossière et assurée  vis-à-vis de la Russie et de nombreux autres pays du monde. Bien entendu, cela reflète le poids réel de la superpuissance américaine dans la politique internationale. Existe-t-il des moyens de faire en sorte que les États-Unis respectent les intérêts d’autres États en dehors de la pression directe exercée par la force?

Dans l’enfance soviétique et une partie de l’enfance post-soviétique, les adultes disaient régulièrement: «Si vous crachez sur la société, la société disparaîtra et si la société vous crache dessus, vous vous noierez». Les enfants ont donc appris à ne pas placer le personnel au-dessus du public.

Les États-Unis sont une nation d’individualistes. La première place pour une personne correspond à ses droits individuels, la seconde à sa famille, la troisième à l’État et la quatrième aux États-Unis. Et quelque part très, très loin – le reste du monde.

Dans les années 90, il a semblé aux citoyens russes et à de nombreux autres pays du monde que les États-Unis restaient la seule superpuissance, précisément grâce à l’individualisme, et cette idéologie était activement imposée à la société. Heureusement, elle n’a pas pris racine. Dans le même temps, les États-Unis ont de plus en plus confiance en leur élégance et en leur infaillibilité, organisant des « attentats à la bombe humanitaires » sur la planète et imposant des sanctions contre des pays qui n’acceptaient pas avec enthousiasme le mode de vie américain.

A en juger par l’acceptation enthousiaste par les Américains ordinaires et par une partie de l’establishment, Donald Trump avec son slogan «Rendons l’Amérique plus grande encore», la domination américaine pour 2015-2016 ne suffisait pas. Ils en veulent plus.

Quel genre de politique à l’égard de la Russie Trump poursuivrait-il s’il ne tombait pas sous le coup des accusations de complot avec le Kremlin, nous ne le saurons jamais. Ceci est une histoire alternative à la catégorie: « Que se serait-il passé si Gorbatchev avait lancé une perestroïka discrète et noyé les séparatistes dans le sang. »

En conséquence, nous avons ce que nous avons. Bien que le président américain ait assuré qu’il était prêt à s’entendre avec Moscou à tout moment, les relations se brisent l’une après l’autre.

L’omission de délivrer des visas à des diplomates russes pour travailler à l’ONU constitue une violation de toutes les obligations de Washington. Cela est évident pour le monde entier, y compris pour les pays les plus enclins à juger négativement  la Russie.

Deux comités de l’ONU ont été contraints de cesser de travailler faute de quorum. La réaction négative de la Russie a été appuyée par le Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques, Miguel de Serpa Soares. Selon le représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU, Gennady Kouzmine, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, « partage pleinement notre position ». De plus Kouzmine a souligné que « nous avons réussi à convaincre un grand nombre d’Etats que nous occupons les bons postes, que nos demandes sont justes et que l’Etat hôte ne remplit pas ses obligations en vertu de l’accord de siège ».

Maintenant la question principale est quelles seront les conséquences? Vous pouvez transférer les réunions de comités dont les membres n’ont pas reçu de visa aux États-Unis vers un territoire neutre – à Genève ou à Vienne. Les capitales des États neutres abritent traditionnellement des réunions d’États dont les relations sont en phase de refroidissement ou, au contraire, en période de forte chaleur. Cette proposition a été faite par le premier représentant adjoint de la Fédération de Russie aux Nations Unies, Dmitry Polyansky.

Une autre option appelée par Gennady Kouzmine est de convoquer une cour internationale des Nations Unies. «Pour la première fois, cette question était clairement posée qu’il fallait prendre des mesures concrètes et efficaces. Une partie des délégations, et nous appuyons cette initiative, a parlé du lancement du mécanisme prévu par l’accord de siège, à savoir: la conduite d’un arbitrage entre le secrétaire général des Nations unies et l’État hôte.  » Dans le même temps, la décision de convoquer le tribunal d’arbitrage revient en dernier ressort au Secrétaire général, et il n’est pas du tout évident qu’il va décider de gâcher ses relations avec le pays hôte des Nations Unies.

L’expert russe Dmitry Drobnitsky s’est montré sceptique quant aux perspectives du procès des États-Unis. «Imaginez que ces violations aient été examinées, que les États-Unis aient été reconnus coupables, qu’ils soient condamnés à une amende et qu’ils ne les paient tout simplement pas. Et ensuite quoi? Je pense que c’est une utopie. Rien de tout cela ne fonctionnera, hélas, aucun de ces mécanismes ne fonctionne. Utiliser le droit international pour tenter de déclarer quelqu’un responsable, sans parler d’une puissance nucléaire, est inutile », a-t-il déclaré dans un entretien avec VZGLYAD.

«Le problème, c’est aussi qu’aux États-Unis, le scepticisme à l’égard des Nations Unies est énorme. Et une pression accrue sur Washington incitera probablement les États-Unis à réduire leur participation à l’organisation. De plus, à différents moments, nous entendons dire que si quelqu’un n’apprécie pas les résolutions américaines du Conseil de sécurité des Nations Unies, Washington pourrait cesser de financer l’organisation », estime l’expert.

En effet, les politiciens américains, y compris le président Trump, ont régulièrement critiqué l’ONU. Comme vous le savez, les États-Unis n’aiment généralement pas vraiment limiter leur souveraineté à des obligations envers d’autres pays. Et avec l’avènement de l’actuel président, l’attitude de Washington à l’égard des organisations internationales (y compris même une icône du monde occidental telle que l’OTAN) est devenue ouvertement sceptique.

Il y a deux ans, Trump a critiqué les Nations Unies parce qu’elles « n’ont pas réussi à réaliser tout leur potentiel en raison de la bureaucratie et d’une gouvernance inepte ». Il n’y a aucun signe clair qu’il ait depuis changé d’avis.

Les États-Unis sont-ils vraiment si invulnérables pour la communauté internationale? Oui et non. Oui, aucune sanction ne fonctionnera, tout comme elles ne fonctionnent pas pour la Russie et qu’aucune pression militaire sur une puissance nucléaire n’est possible.

Mais si un tribunal international est convoqué non seulement pour empêcher les diplomates russes de devenir membres de l’ONU, mais pour plusieurs questions à la fois, le monde a la perspective de réduire quelque peu le pathos et l’importance personnelle des Américains. Le refus d’accomplir les devoirs du pays hôte de l’ONU – c’est une première chose. Les Européens et les Chinois peuvent poursuivre Washington pour violation des règles de l’OMC, et la Russie peut se joindre à ce procès – en voilà une deuxième. La Syrie peut poursuivre en justice en raison de son invasion. Les chances que les administrations irakienne et afghane subordonnées aux États-Unis soutiennent ces accusations sont minimes, mais les États-Unis peuvent être tenus pour responsables par des particuliers ayant perdu des proches et des biens à la suite de l’invasion des troupes américaines – et voilà une troisième question. L’Iran pourrait avoir recours à des mesures juridiques en raison du retrait des États-Unis de l’accord nucléaire. La Russie peut demander à Interpol que les demandes constantes de Washington à l’égard de pays tiers en vue de leur extrader des citoyens russes constituent une violation directe du droit international.

Bien sûr, tant que le dollar restera la principale unité de paiement dans le monde et que les pays européens auront peur de la Russie et considéreront les Américains comme leur seule protection, ces tribunaux ne seront que des gouttes d’eau. Qui seront impuissantes face au roc de la puissance américaine et, soyons francs, à leur arrogance dans les affaires internationales.

Mais, comme on le sait bien en Russie, l’eau attaque peu à peu la pierre.

Regardez encore plus de vidéos sur la chaîne YouTube