RSS

Archives de Catégorie: politique

Présidentielle et législatives : Pour une campagne communiste !

4

Le dernier Conseil National a témoigné des difficultés considérables dans lesquelles se débattent les communistes alors que les campagnes de la présidentielle et des législatives s’amorcent.

Le renoncement à une candidature communiste à la présidentielle continue d’affaiblir considérablement notre visibilité nationale et handicape nos candidats aux législatives. Dans ces conditions, la campagne autonome annoncée tient de la prouesse.

Notre soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon se heurte à son indifférence apparente. Il est clair que celui-ci, sur le terreau de la décomposition politique, s’installe dans une démarche présidentiable et personnelle visant entre autres à dépasser les partis et tout particulièrement le PCF, avec l’objectif de s’approprier notre électorat achevant ainsi le projet entamé par François Mitterrand.

La vieille union de la gauche, issue du programme commun, agonise des renoncements de la social-démocratie et d’une conception renvoyant au sommet la transformation sociale. Certains espèrent pourtant toujours profiter de l’intransigeance de Jean-Luc Mélenchon et agitent la chimère d’une candidature de rassemblement issue de la primaire socialiste, alors que les communistes ont largement rejeté cette hypothèse et que le Parti socialiste est au bord de la décomposition/recomposition.

Dans ces conditions, de très nombreux camarades s’interrogent sur la stratégie suivie depuis plusieurs années et la légitimité de la direction nationale. Le refus de l’effacement du PCF est de plus en plus largement partagé, c’est un point d’unité qui peut être le fil rouge d’un renouveau de notre parti. Le respect du choix des communistes pour la présidentielle et la mobilisation de toutes nos forces pour les législatives sont essentiels.

Nous prenons date pour un débat stratégique, bilan, perspectives et responsabilités de la direction nationale, qui devra s’ouvrir après la période électorale qui se terminera par les sénatoriales. Ce débat ne peut se limiter aux présidentielles, il doit aborder autant la question de l’Union européenne que celle des grandes réformes nationales nécessaires, en passant par la bataille pour la Paix. Nous avons besoin de construire le chemin de la conquête du pouvoir et de la révolution populaire dans un pays capitaliste développé, alors que de plus en plus de citoyens mesurent les limites d’une démocratie renvoyée au seul système électoral.

Avec la présidentielle, le capitalisme n’a qu’un objectif : créer les conditions d’une nouvelle aggravation de l’exploitation des salariés, de la marchandisation de la vie humaine et de sa domination sur toute la planète. Il ne peut y parvenir avec un gouvernement en faillite et lance donc ses pions pour garder la main : droite dure avec Fillon, fascisme avec Marine Le Pen et le leurre Macron, celui qui promet que « quand on croit à ses rêves, ils finissent par se réaliser », le comble du cynisme quand on sait les rêves brisés par la misère, la guerre et le pillage de la planète de millions d’êtres humains.

Notre combat, c’est de construire la résistance à ce nouveau recul social et démocratique qui s’annonce, jusqu’à l’empêcher et à ouvrir une nouvelle perspective.Nous appelons les communistes à refuser la paralysie, le renoncement et les vieilles combines d’appareil qui ne peuvent que nous enfoncer dans l’effacement du PCF. Soyons nous-mêmes et travaillons ensemble à une campagne communiste appuyée sur l’ancrage de nos militants dans les entreprises et les quartiers, le travail et le rayonnement de nos élus. Par nos propositions ,nos actions et nos initiatives politiques, redonnons confiance au peuple dans sa force et sa capacité à transformer la société. Plus que jamais notre pays a besoin d’un parti communiste qui joue pleinement son rôle.

Déclaration signée par :
Caroline Andreani, Danielle Trannoy, Gilles Gourlot, Jean-Pierre Meyer, Jean-Jacques Karman, Paul Barbazange, Anne Manauthon, Marie-Christine Burricand, Michaele Lafontant, membres du Conseil National et Hervé Poly, secrétaire départemental du Pas De Calais
Michelle Bardot(67), ), Gilbert Rémond (69),, Laurent Santoire (93), Hervé Fuyet (92), ), Pascal Brula (69), ), Robert Brun (26), Pierre-Alain Millet (69), Bernard Trannoy(33),Nicolas Peyraud (13) , Danielle Bleitrach (13)
il s’agit d’une première liste à laquelle les signatures peuvent s’associer. et à ce titre je joins la mienne et de nombreux camarades sont en train d’en faire autant, nous publierons la liste complète.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2017 dans politique

 

Une stratégie suicidaire de la France insoumise

Afficher l'image d'origine

l’anticommunisme est protéiforme, mais il mène toujours à la soumission au capital

Une seconde liste de candidatures de la France Insoumise est tombée. De nouvelles circonscriptions sont concernées par la présence d’un binôme ou d’un candidat simple. Dans cette liste, la France insoumise a investi des candidats contre des députés communistes sortants et dans des circonscriptions où le PCF est en mesure de gagner. C’est la stratégie non seulement de Mélenchon qui suit les traces de Mitterrand, mais pire encore celle d’une direction du PCF qui a livré le parti à de telles manoeuvres. Il est évident que le dernier congrès du PCF, la division de la direction et les atermoiements de celle-ci ne pouvaient conduire ailleurs. Le véritable problème va bien au-delà de cette attaque contre le PCF auquel la France insoumise est théoriquement allié, cette attitude ne peut que déboucher sur l’élection d’un candidat de droite ou d’extrême-droite dans la logique qui risque d’être celle de l’élection présidentielle (Note de Danielle Bleitrach).

Après André Chassaigne dans la 5ème circonscription du Puy-de-Dôme et Nicolas Sansu dans la 2nde circonscription du Cher, la France insoumise vient de valider des candidatures contre des députés communistes sortants Gaby Charroux, JJ. Candelier; JJ Lecoq et Circo de Gerin-Picard et Salvodelli (94) : L’attaque contre Chassaigne avait été « justifiée » par le fait que celui-ci avait osé – crime de lèse majesté – se prononcer pour une candidature communiste, mais une nouvelle fournée de candidatures de division qui ne peuvent aboutir qu’à faire élire un candidat de droite voire d’extrême-droite est servie…

 

 

 13ème circonscription des Bouches du Rhône: MARTIGUE 

Frédéric Grimaud (Ensemble! – Martigues) et Stella Apeddu (Parti de gauche – Saint Mitre les Remparts) ont été investis contre le député communiste sortant Gaby Charroux qui sera en duo avec Pierre Dharréville (titulaire). En 2012, Stella Apeddu était candidate dans la 15ème circonscription (Châteaurenard, Lambesc, Saint-Rémy-de-Provence …). Frédéric Grimaud est conseiller municipal à Martigues dans la liste du Député-Maire PCF Gaby Charroux,  Cette nomination quand on connait la complaisance dont la fédération du PCF des Bouches-du-Rhône a fait preuve envers les refondateurs, les liens qui unissent son dirigeant à Marie Georges Buffet est réellement la preuve de l’offensive qui est menée dans ce département contre ce qui fut jadis un des bastions communistes.

 

16ème circonscription du Nord

Mais on retrouve la même stratégie dans un autre bastion, le Nord Pas de calais. Marina Dabonneville (Parti de gauche – titulaire) et Raphael Brice ont été investis dans la circonscription du député communiste Jean-Jacques Candelier (qui souhaite ne pas se représenter). Ici la France insoumise se place dans l’ambition de faire perdre le Parti communiste français dans cette circonscription historiquement communiste.

Des candidatures de la France Insoumise aussi dans des circonscriptions gagnables pour le PCF (Venisieux, Ivry; LeHavre; StDenis; Rhone; Puy-Dome, Le Cher…)
La France insoumise a aussi désigné des candidatures dans des circonscriptions gagnables par le PCF (parce que perdues en 2012 du fait de la vague PS) : le fait est que ce qui a été perdu par le PCF en 2012, avec la vague qui s’est produite à la suite de l’élection de Hollande, ne doit surtout pas être regagnée par les communistes. la social-démocratie sous une forme renouvelée doit soit s’y maintenir, soit faire élire la droite, voire l’extrême-droite par la division. C’est en fait la logique du quinquennat voulue par Jospin, utiliser la vague présidentielle, le fait que les communistes sont désavantagés dans cette élection pour leur faire perdre toutes leurs positions. La France insoumise ne fait que suivre cette logique-là, celle d’une social-démocratie renouvelée quand le PS s’est mis hors course par désaveu de sa politique. En fait comme Mitterrand qui dénonçait la Constitution de la Ve république, l’appelait : le coup d’Etat permanent et s’en est mieux qu’accommodé quand il a pris le pouvoir, on voit que Mélenchon suit cet exemple et la présidentialisation est utilisée en plein pour prendre la place des communistes et des socialistes ayant fait faillite.

– Dans la 14ème circonscription du Rhône (Vénissieux, Saint Priest …), la France insoumise a investi des candidats. Benjamin Nivard et Najat Barthe seront en concurrence avec la communiste Michèle Picard, qui mène la bataille de la reconquête dans cette circonscription historiquement rouge (André Gerin étant le dernier député communiste).

– Dans la 8ème circonscription de Seine Maritime (Le Havre, Gonfreville-l’Orcher …), la France insoumise a nommé François Panchout et Johanna Castillo dans cette circonscription historiquement rouge où le PCF peut faire élire un député. Le communiste Jean-Paul Lecoq avait perdu cette circonscription en 2012 pour 83 voix.

– Dans la 10ème circonscription du Val-de-Marne (Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly Est, de Vitry-sur-Seine Nord, Ivry-sur-Seine), la France insoumise entend diviser et bloquer la reconquête de cette circonscription perdue par le PCF en 2012. La France insoumise a propulsé (pardon parachuté) Mathilde Panot (Parti de gauche de l’Essonne) et Mourad Taghzout (Parti de gauche) face à Pascal Savoldelli (PCF).

De nouveaux parachutages de cadres du Parti de gauche

Après Alexis Corbière dans la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis et Andréa Kotarac dans la 7ème circonscription du Rhône, c’est au tour d’Eric Coquerel (coordinateur du PG ) d’atterrir en Seine Saint Denis, dans la 1ère circonscription.

Rappelons que ce parachutiste professionnel, habitant à Paris, s’est retrouvé en 2012 dans la deuxième circonscription de la Corrèze, et aux élections européennes de 2014 en France, il est deuxième de la liste du Front de gauche dans la circonscription Sud-Est. En 2015 il rentre à Paris pour les élections régionales (où il est élu Conseiller régional sur la liste d’union conduite par Claude Bartolone du PS).

 

Des heurs et malheurs de l’anticommunisme

C’est Sartre qui affirmait : un anticommuniste est un chien et il ajoutait je n’en démords pas… ce qui est sûr c’est que l’anticommunisme est protéiforme, et il a réussi à faire passer diverses manières d’être anticommuniste sous une forme acceptable, il suffit de taxer le communiste de stalinisme ou de l’accuser de ne plus l’être pour donner le sentiment de jeter l’eau sale du bain en conservant l’enfant, cet idéal d’alternative à un capitalisme de plus en plus insupportable. Il peut même s’affirmer représenter une vision améliorée du vieux communisme dépassé. C’est sur cette base qu’un Tsipras a prétendu renouveler la vie politique en Grèce, on a vu ce qu’il en est advenu. Parce que le fait est que quand on s’attaque en priorité aux communistes quel que soit le bâton qu’ils aient donné pour se faire battre c’est qu’on a choisi de fait de ne pas rassembler ce qu’il faut pour résister au capitalisme…

On peut dire que le capital a réussi à partir de mai 68, le premier maidan à dissocier la petite bourgeoisie, diplômée mais salariée du prolétariat, ça été la grande oeuvre de Mitterrand et de ses sucesseurs, on en voit les résultats aux USA.

Dans la période de confusion dans laquelle nous sommes, l’offensive de Mélenchon et du parti de gauche est d’autant plus facile que la direction du PCF a renoncé aux fondamentaux communistes et a largement créé les conditions qui permettent aujourd’hui de prétendre achever le PCF, de lui refuser toute représentation. On pourrait en déduire que c’est une bonne œuvre révolutionnaire:  certains ne se privent pas de justifier leur adhésion à cette opération en expliquant que le PCF n’est plus communiste, et qu’il s’est lui-même suicidé. Mais il suffit de voir ce que les députés communistes – que nous n’avons pas toujours approuvés – ont été capables de faire dans l’exercice de leur mandat y compris face à la loi Khomry par exemple, pour voir à quel point cette action de la France insoumise laisse mal augurer de l’avenir de ceux qui choisissent pareille dérive. Honnêtement quand vous voyez le parcours de ceux qui se présentent, le retournement d’une telle candidature pouvez-vous avoir la moindre confiance en eux?  Pas moi et encore moins en ceux qui cautionnent de telles pratiques politiques. En disant cela je ne représente aucun courant, aucune chapelle, je dis ce que je pense en tant que communiste.

Danielle Bleitrach.

 
30 Commentaires

Publié par le janvier 22, 2017 dans politique

 

Le visage tendu d’Hillary lors de l’investiture n’est pas seulement la preuve de son abnégation

D’abord, il faut savoir que de diverses sources intéressées, la nouvelle parvient que la Fondation Clinton de Washington DC serait en plein marasme (Daily Caller). 22 membres du personnel sont mis à la porte cette semaine (date de départ le 15 avril) et le reste va suivre très rapidement. Beaucoup avaient déjà pris les devants et présenté leur démission.
Fait significatif: depuis qu’Hillary a perdu les élections, les donateurs ont totalement disparu. Peter Schweizer, l’auteur du livre « Clinton cash » prédit que la Fondation fermera très prochainement ses portes.

Cela dit Peter Schweizer a été un ancien consultant, pour l’écriture des discours, de l’ancien président républicain George W. Bush, a révélé le « New York Times ». Harper Collins, la maison d’édition de « Clinton Cash », appartient au même groupe que Fox News, a rapporté le Washington Post.Ses révélations faisaient donc partie des chausses trappes entre candidats démocrates et républicains « normaux ». Incontestablement la montée en puissance de Trump d’abord dans le camp républicain où il a éliminé le favori, Jeb Bush, dont on pouvait penser qu’il serait bénéficiaire des dites révélations et ensuite son élection ont bousculé la donne.
La Fondation Clinton est gérée par Bill et présidée par Chelsea (la fille), pour permettre à Hillary de récolter de l’argent pour sa campagne et pour accroître leur fortune personnelle. Bill Clinton a fondé l’ONG en 2001 après son dernier mandat présidentiel, achevé la même année. La fortune des Clinton s’élevait à au moins 127 millions d’euros (136,5 millions de dollars) entre 2001 et 2012, rapporte l’auteur de « Clinton Cash ».

Certaines transactions leur ont permis de se mettre des millions dans les poches », a écrit Peter Schweizer. Le livre est paru aux Etats-Unis  le 22 avril 2015 et les bonnes feuilles en ont été publiées au premier trimestre 2015. La presse américaine s’est intéressée de très près au financement de la Fondation Clinton. Pour le « New York Times », »Clinton Cash » « se révèle comme le livre le plus attendu et le plus craint d’un présidentiable ». Le journal, comme le « Washington Post » et la chaîne Fox News, a signé un accord avec Peter Schweizer pour avoir un accès au livre avant publication. Les révélations vont être désormais au cœur de la campagne présidentielle, ce que la presse française ne traduit pas nécessairement dans toute son ampleur. Si les E-mails de la secrétaire d’Etat sont scrutés à ce point c’est parce qu’en filigrane, il y a non seulement les inconséquences d’une responsable au plus haut niveau qui utilise un canal personnel pour des affaires d’État, mais bien les accusations d’enrichissement personnel. Mais les médias qui révèlent l’affaire assurent avoir poussé plus loin l’investigation : « Nous avons eu accès à des éléments du livre, mais nous voulions faire nos propres recherches [sur le possible conflit d’intérêts] », a précisé le « New York Times » sur le site de Politico. Dans des propos rapportés par le « Washington Post », les dirigeants de Fox News annoncent également avoir conduit leur propre enquête. Déjà les républicains et la chaîne de télévision Fox News utilisent le livre pour attaquer Hillary Clinton. Comme aux médias américains, plusieurs éléments de « Clinton Cash » ont été diffusés aux parlementaires républicains. Le sénateur républicain Rand Paul, lui même candidat pour la présidentielle de 2016, avait annoncé début avril 2016, que des « grandes révélations » seraient faites sur la Fondation Clinton.

Selon l’enquête de l’auteur, les rémunérations des discours de Bill Clinton ont augmenté quand Hillary Clinton s’occupait de la diplomatie américaine.

La candidate démocrate s’est contentée d’ironiser sur l’obsession du camp républicain la concernant. Mais on ne comprend rien à ce qui s’est passé dans l’équipe de campagne, les E-mails échangés et piratés avec le directeur de campagne si l’on ignore le contexte de ces révélations et la manière dont Bill Clinton était mis en cause. Si à cette époque la candidature Trump éliminant peu à peu tous ses rivaux crédibles est vécue comme une bénédiction puisqu’il parait être le candidat républicain que madame Clinton peut battre malgré son image dégradée dans le grand public y compris par ces révélations, il faut éliminer Bernie Sanders par des manœuvres que révèlent la publication des E-mails. Cette fièvre malsaine qui pétrifie l’équipe de campagne de Clinton explique peut-être ce que ne cesse d’affirmer Wikileaks à savoir que c’est un membre de cette équipe écœurée et non les Russes qui lui ont transmis les correspondances qui auraient d’ailleurs selon les spécialistes été piratées par un adolescent.

Quelle que soit l’inquiétude du camp démocrate, le discrédit de Trump et l’élimination de Sanders leur garantit l’élection, du moins le pensent-ils. Cependant le renversement de situation qui va aboutir à l’élection de Trump commence à devenir une hypothèse crédible mais qui plongera néanmoins tout l’établissement dans le désarroi.
Et à partir de là, la campagne s’est emballée, atteignant les délires complotistes que l’on sait qui paradoxalement faisaient passer au second plan « les révélations » sur la fondation et la corruption de la candidate au profit de la question du piratage russe au profit de Trump.

Il était devenu clair au cours de la campagne, notamment grâce aux emails supposés « hackés par les Russes » et rendus publics par Wikileaks, que les Clinton vendaient les services d’Hillary contre des donations par des lobbies et des gouvernements étrangers (Algérie, Arabie saoudite,…) à la Fondation. De plus, le salaire de Bill était monstrueusement élevé et les frais de fonctionnement énormes. Le mariage somptueux de Chelsea avait été payé en partie par la Fondation.

Tout un contexte qui n’a été révélé que très partiellement par les médias français qui ont préféré emboîter le pas sur le rôle des Russes et la série de « révélations » fournies par une direction de la CIA en voie de départ comme le président Obama, qui en pleine panique et en proie à une colère qui ne l’a pas quitté et qui le pousse à rester à Washington pour y surveiller son successeur, ce qui ne s’est jamais vu. Colère contre Trump sur les pas duquel il n’a cessé de jeter des grenades dégoupillées, mais aussi contre le couple Clinton. Il a fini par s’exclamer « moi j’aurais gagné les élections, ce qui a dû être un baume on s’en doute sur le cœur de la candidate battue.

On comprend mieux le visage tendu de Clinton, dont quelques commentateurs ont loué l’abnégation et le courage d’être présente. Le véritable problème est que tout ce que les Etats-Unis compte de progressistes – et ce n’est pas négligeable – toute la colère de ceux qui ont perdu emploi, logement à partir de manipulations bancaires ou délocalisation, toute cette colère a été dirigée vers le milliardaire réactionnaire, brutal, faute d’alternative crédible. Si les russes n’y sont sans doute pas pour grand chose, l’établissement, médias inclus ont tout fait et continueront à agir en ce sens, comme chez nous où ils sont en train de nous fabriquer un Macron, si par hasard le piège que constituait une pseudo alternative extrême-droite et PS avait cessé de fonctionner.

Danielle Bleitrach.

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le janvier 22, 2017 dans Amérique, politique

 

Guennadi Ziouganov: Nous devons répondre aux défis de notre temps

 

Jeudi 19 janvier, le président du Parti communiste du Comité central Ziouganov a parlé à la chaîne de télévision « Russie 24 ». Le chef des communistes a présenté la position du Parti sur les questions clés de la politique intérieure et étrangère, et également commenté les travaux de la Douma d’Etat.

Service de presse du Comité central du Parti communiste

19/01/2017

Gennady Andreyevich Ziouganov, Président du Comité central du Parti communiste, chef de la faction du Parti communiste à la Douma d’Etat de la Fédération de Russie

https://kprf.ru/party-live/cknews/161668.html

Au sujet des prochaines élections présidentielles, Ziouganov a déclaré: «Dès la mi-décembre, j’ai adressé spécifiquement une lettre ouverte à toutes les forces nationales-patriotiques, disant: » La situation continue de se dégrader, la situation exige la consolidation maximale de toutes les forces patriotiques. Nous devons constituer toute une équipe « .»

«Nous avons proposé le programme « Dix étapes pour une vie décente », – a déclaré le président du Comité central du Parti communiste. Il devient urgent de le mettre en œuvre, parce que le budget qui a été approuvé pour les trois prochaines années continuera de plonger le pays dans l’abîme de la crise, de la dette, du chômage et de la pauvreté.  » Le leader communiste a noté que cette baisse de l’économie et l’appauvrissement des citoyens est sans précédent, même en 1998 on a réussi à surmonter rapidement les conséquences du défaut.

Dans le même temps, il a dit qu’il n’y a pas de véritable programme anti-crise du gouvernement, de même que de conclusions appropriées de l’histoire de ces dernières années et des événements qui se déroulent dans le monde. Preuve en sont les matériaux du Forum Gaïdar. « Nous devons répondre aux défis de notre temps », – a dit Guennadi Ziouganov, appelant à un tournant radical dans la politique intérieure.

Guennadi Ziouganov a rappelé qu’une liste de personnes capables de constituer un gouvernement national-patriotique a déjà été proposée, parmi les quelles sera choisi un candidat pour l’élection présidentielle. Parmi eux, il a nommé l’amiral Komoyedov, le général Sobolev, les vice-présidents du Comité central Melnikov, Kachine, Novikov, le secrétaire du Comité central du Parti communiste Afonine, l’homme politique Youri Boldyrev, les dirigeants des entreprises coopératives Ivan Kazankovet Paul Groudinine.

« Le pays a besoin de dirigeants compétents, intelligents, volontaires, expérimentés aux principaux postes de responsabilité, » – a déclaré Guennadi Ziouganov. Il a également déclaré la nécessité d’avoir à gauche une organisation forte, en particulier en période de crise. Le dirigeant communiste a exprimé l’opinion que, dans le cas contraire, le pays serait confronté au chaos politique.

Ziouganov a parlé de la préparation de la célébration de la Grande Révolution d’Octobre. Il a dit que le Parti communiste prévoyait d’organiser un certain nombre d’événements majeurs, y compris au niveau international. Le leader communiste a également mis en garde contre de nouvelles spéculations concernant l’enterrement de Lénine. Guennadi Ziouganov a exhorté d’étudier soigneusement ‘expérience de la modernisation soviétique, et a également déclaré la nécessité d’un virage vers le centre-gauche, essentiel pour la renaissance de la Russie.

Parlant de changements possibles dans la politique des États-Unis, Guennadi Ziouganov a émis l’opinion que la politique américaine continuerait à être axée uniquement sur la réalisation de leurs intérêts. Il a dit la nécessité de se concentrer sur la politique intérieure, le renforcement de la puissance économique de notre pays, et de ne pas compter sur les accords internationaux.

Guennadi Ziouganov a souligné la position de la faction du Parti communiste dans un certain nombre de projets de loi importants. Parlant de la nouvelle composition de la Douma, il a dit que parmi les députés, il y avait de nombreux professionnels capables de résoudre les questions qui leur sont soumises. Mais en même temps, il a noté que le Parlement continue de desservir principalement les intérêts du grand capital.

Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

 
1 commentaire

Publié par le janvier 21, 2017 dans politique, société

 

Ziouganov a rappelé les principales menaces qui peuvent faire baisser la cote de Poutine

Si, comme nous l’avons vu hier à travers l’intervention d’un député communiste à la Douma contre Russie Unie, le parti du président, les communistes dénoncent de parti et la manière dont il défend les intérêts des oligarques qui détruisent le pays, le Président Poutine est en général épargné. Parce que les communistes le soutiennent dans sa politique étrangère et face à l’assaut que le pays subit de la part des Etats-Unis et de l’OTAN. Mais cette fois Ziouganov met en garde Poutine lui-même. (Danielle Bleitrach)

9 Juin 2016

http://www.rline.tv/news/2016-06-09-zyuganov-nazval-glavnye-ugrozy-sposobnye-obrushit-reyting-putina-/

 

La cote de Poutine s’effondrera immédiatement, si le président cède sur le Donbass et les îles Kouriles, et permet le retour au gouvernement d’Alexeï Koudrine, a déclaré dans une interview à «ligne rouge» le Président du Comité central du Parti communiste Guennadi Ziouganov.

 

« Si le sinistre personnage de Koudrine réapparaît demain dans le gouvernement, si Poutine cède au Donbass et aux Kouriles, sa cote va s’effondrer plus vite que celle de Khrouchtchev et Eltsine cumulées», – a déclaré le chef du Parti communiste.

 

Selon lui, le principal « mérite » de Koudrine en tant que ministre des Finances est le fait que «les années de vaches grasses, quand l’or se déversait en pluie sur notre pays, il a fait passer à l’étranger l’argent gagné grâce au pétrole, au gaz, l’or, les diamants, le bois… Ces fonds ont été placés à deux à trois pour cent, tandis que l’Occident prenait à la Russie des cinq à sept pour cent, et les hommes d’affaires russes obtenaient des prêts à quinze, vingt ou vingt-cinq pour cent. En Amérique, pour une telle opération, vous seriez mis sur la chaise électrique comme un bandit des quatre chemins », – a dit Guennadi Ziouganov.

 

«Je ne sais pas pourquoi Poutine le garde, peut-être comme une espèce de « rançon » aux globalistes, qui le pressurent de toutes parts. Mais cette candidature est absolument sordide, stupide et n’apportera rien de bon au pays « , – a déclaré le chef du Parti communiste.

 

Selon un sondage réalisé en mai par « Levada Center, » le travail de Vladimir Poutine en tant que président de la Russie contente 80% des Russes ; ne sont pas satisfaits de son travail 19% des citoyens russes. Par rapport à la cote d’avril on constate une baisse – en avril, le taux d’approbation était de 82%, étaient insatisfaits du président 17% des Russes.

 

trad MD pour H&S

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 10, 2016 dans Europe, politique

 

La courte réflexion du jour: la chance que présente ce mouvement en France

26

Quand est-ce que nous allons voir que le mouvement social qui déferle en France est peut-être la chance pour notre pays de refuser une vague d’extrême-droite, le bellicisme, les haines racistes, qui sont la roue de secours d’un capitalisme en crise? Ce capitalisme qui toujours dira  l’éternel « plutôt Hitler que le Front populaire ».  Ce qu’on appelle « populisme de droite » alors qu’il n’est que fascisme au service du capital déferle sur l’Europe mais aussi sur le monde…  Face à une droite et une « gauche », qui soutiennent le non moins éternel discours patronal de 1936 à 1968 en passant par 1848: « Vous nous ruinez par vos exigences inconsidérées »… Une droite et une gauche social-démocrate qui organisent la répression et un état d’urgence dans lequel vient se couler l’extrême-droite… …

Il y a là un coup de génie de notre peuple qui balaye les miasmes et pose de vraies exigences… Le terrible par rapport à cette exigence c’est l’absence de solution politique à la hauteur… La bande de nains et de pitres qui s’affrontent au nom de leurs intérêts personnels, la présidentielle poussant jusqu’à la caricature la tendance, une constitution qui a été créée pour en finir avec les communistes et qui n’est plus capable de jouer la légalité minimale d’une démocratie bourgeoise, plus de négociations, plus de soupape de sécurité à la lutte des classes en économie comme en palitique. …

La perspective politique doit-elle accentuer la caricature du grand leader bien aimé, du bouffon et du pseudo homme fort, de la politique téléréalité ou doit-elle construire une force collective avec un programme de rupture ?

C’est en ces termes peut-être qu’il faut prendre conscience de la nature de ce qui nous menace et du répit que nous accorde ce mouvement qu’il faut soutenir de toutes ses forces.

Danielle Bleitrach

 
 

Vous pensez que les gens vont supporter ça encore longtemps,  je suis bien certain que non!

Discours du député communiste Riabov à la session plénière de la Douma d’Etat le 7 juin 2016

https://kprf.ru/dep/gosduma/activities/155952.html

 

– Chers députés de la Douma d’Etat!

Voilà que se termine la Session de printemps de la 6e Douma, et avec elle se terminent aussi presque cinq années de travail des députés.

Comme d’habitude dans la vie d’un pays ou d’un individu: pour se développer davantage, et non pas stagner dans la misère, il est nécessaire d’évaluer ces années, de tirer des conclusions, voir si tout a été fait correctement ou si des erreurs ont été commises afin de les corriger et de progresser, mais sur une voie plus juste.

Si l’on regarde la dernière décennie, sous la direction du pouvoir oligarchique-bourgeois et de son exécuteur politique le parti «Russie unie», on aboutit à ce constat : tout ce que votre parti et le gouvernement a fait au cours des dix dernières années, a été fait en dépit du bon sens, au détriment de la Russie et de son peuple. On peut chercher autant qu’on veut des justifications à cette activité médiocre, mais le critère de vérité est la vie réelle des gens.

Que vous ne connaissiez pas les enseignements de Marx sur le communisme, ce n’est pas encore si grave. Vous ne connaissez même pas les rudiments du capitalisme.

Réfléchissez seulement! Vous avez créé d’excellentes conditions pour une armée de banquiers suceurs de sang, de commerçants, de spéculateurs de tous bords, de «cols blancs», des gestionnaires dont on ignore quels avantages ils procurent à la société et au pays, mais aucunes conditions pour le producteur, en particulier dans l’agriculture. Vous avez presque détruit la campagne, qui à la limite de la survie s’éteint peu à peu depuis toutes ces années.

A ce sujet, voici quelques statistiques. Si en 2015 dans la région de Nijny Novgorod le nombre de bovins a diminué de 5.000 têtes, au premier trimestre de 2016 il a diminué déjà de 6.000. Voilà pour la substitution des importations des produits laitiers dont on nous fait chaque jour la propagande. Dans ce domaine on constate de plus en plus vu la tendance pernicieuse à remplacer les produits naturels (comme d’ailleurs dans l’industrie de la viande) par des composants en poudre et de l’huile de palme. Et en fait, personne ne se pose la question de comment on nourrit notre peuple, et quelles sont les conséquences d’un tel « nourrissage ».

 

Vous avez réduit la campagne à un tel état que les habitants des villages ont cessé d’élever du bétail, de planter des pommes de terre, les champs sont envahis par les mauvaises herbes et la forêt, et les jeunes, sans plus de soucis pour leur terre natale, se réfugient dans les grandes villes à la recherche d’un meilleur sort. Pourquoi? Eh bien, parce qu’il n’y a pas de routes, pas d’emplois, pas de distractions, les clubs et les palais de la culture sont détruits ou dans un état si déplorable qu’aucun jeune ne restera au village, alors qu’en ville, comme ils disent, «c’est plus civilisé. » Donc, ils ont fui à Moscou, Léningrad et d’autres villes où sont les emplois et la «civilisation». Dans votre course au profit vous avez élargi de manière folle les frontières de Moscou et faites entrer en Russie tous les parasites qui ne souhaitent pas vivre et travailler dans leur pays.

Un jeune homme, en parlant de la situation actuelle, a commenté: « Je préfère aller à Moscou chercher du saucisson que du travail ».

L’ancien ministre des Finances, Alexeï Koudrine, et maintenant conseiller économique du président Poutine, parlant en mars 2016 à des journalistes après une rencontre avec les élèves de l’école №17 d’Archangelsk a déclaré:  » En Russie, on ne manque pas d’argent. Il y en a assez non seulement pour les réserves monétaires, mais aussi pour construire des routes et des ponts, pour mener à bien les Jeux Olympiques et les championnats du monde. »

Oui, eux, les oligarques, y compris M. Koudrine ont assez d’argent, ils vont très bien, merci. Seulement le peuple, lui,  n’a pas de routes ni de gaz, pas d’éclairage dans les rues et quantité d’autres problèmes non résolus, mais c’est à lui que l’on prend son dernier sou pour les réparations majeures, l’eau et l’assainissement, tandis que la qualité du service est très mauvaise.

Par ailleurs, dans la région de Nijni Novgorod, non seulement de nombreuses villes et villages n’ont pas de traitement des eaux usées ni même d’eau potable. Sans parler des canalisations. De nombreux puits ont été détruits. Les étangs et les lacs sont envasés ou transformés en marais, et de nombreuses digues ont disparu, et le village est divisé, et il n’y a aucune possibilité de traverser la rivière ou le ravin. C’est ainsi, sans canalisations et sans assainissement de l’eau que vivent les habitants de Navashino, dans la région de Nijni Novgorod. D’ailleurs, sans aller jusqu’à Navashino, dans l’agglomération même de Nijny Novgorod, il n’y a pas l’eau partout. Par exemple, les villages Strigino, Gnilitsy, Gavrilovka, qui font partie du district Avtozavodsky, n’ont pas l’approvisionnement central en eau ni l’assainissement. Ils tirent l’eau des puits et les eaux usées sont déversées dans des fosses septiques, près des puits.

Et cette publicité idiote à la télévision, « Gazprom – richesse nationale. » Si la propriété appartient au «peuple», alors pourquoi la moitié de la région n’est-elle pas raccordée au gaz? Pourquoi les villageois de Mukhtolovo vivant dans la rue Zavodskoï, avec leur argent durement gagné ont dû faire installer eux-mêmes des tuyaux le long de cette rue, mais près d’un an ne peuvent pas obtenir la fourniture du gaz chez eux, bien que tout le travail ait été effectué? Tout cela c’est le fruit de votre économie prédatrice,économie de marché et de voleurs, qui méprise les gens!

En mai de cette année Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a adressé au président une résolution pointant l’inefficacité du gouvernement. C’est vrai, Dmitri Anatolyevich, il n’y a aucune efficacité, et il n’y en aura pas! Est-il possible d’être un gestionnaire efficace, je ne parle pas de l’éducation, des connaissances, de l’expérience de vos ministres, ceci est une autre question.

Comment vous gérez la production industrielle dans le pays? Vous avez une immense administration – le ministère de l’Industrie et du Commerce, dirigé par M. Denis Valentinovich Manturov. Il dirige seul un tel secteur que même Kozma Proutkov [sorte de La Palisse russe] n’oserait prononcer cette phrase «Il est impossible d’embrasser l’immensité! » Apparemment pour vous c’est possible.

Dmitri Anatolyevich et vous messieurs de « Russie unie », pour vous aider à comprendre: ce secteur de l’économie à l’époque soviétique était composé d’une douzaine de ministères, dirigés par des ministres très expérimentés, qui ont commencé en règle générale à partir de zéro, comme ouvriers sur les lieux de production. Il y avait : l’industrie de l’aviation, la construction navale, les machines-outils, l’automobile, etc., et, bien sûr, un puissant ministère distinct du Commerce. Et prenez par exemple le ministère de la moyenne industrie de machines-outils, qui employait des centaines d’entreprises du complexe militaro-industriel, c’était presque un pays à soi tout seul. Et aujourd’hui, comme nous le voyons, tout est dans le même « flacon ».

Oui, messieurs les bourgeois, il n’y a pas que l’agriculture que vous avez menée dans une impasse.

Vous avez presque ruiné aussi la production industrielle, qui crée la richesse du pays.

Exemple: l’aviation civile. De nombreuses compagnies aériennes ont opté pour des modèles étrangers. Cela signifie que notre pays développe l’industrie de l’aviation aux États-Unis, en Europe et d’autres pays, étouffant la nôtre. Et ne me rétorquez pas que nous avons commencé à fabriquer et à livrer le Super Jet-100. C’est parfait, si nous avons commencé à produire quelque chose nous-mêmes. Néanmoins, le ministre Manturov, répondant à la question de savoir pourquoi 50% de cet avion comprend des composants produits en Occident, a déclaré: «Nous n’aurions pas reçu le certificat international, si nous n’avions pas pris cette décision ».

Pourquoi, à l’époque soviétique, ces problèmes étaient résolus sans chantage, et maintenant ce sont de pseudo-partenaires occidentaux qui nous dictent leurs conditions. La réponse est évidente: une direction, une ligne politique correcte et, en conséquence, un pays fort, qui était craint, respecté, et qui dictait lui-même les conditions.

Mais revenons à ces avions Super Jet-100, leur commercialisation dans les compagnies d’aviation, même dans l’ancien espace soviétique n’est pas gagnée. En effet, le Conseil économique eurasien a décidé de supprimer les droits de douane sur les importations d’avions de passagers dans sa catégorie.

Comment s’organise la production de biens et de produits dans d’autres branches de la production industrielle, on peut le voir sur les biens de consommation, qui sont en majeure partie achetés à l’étranger. Et si une chose est produite à l’intérieur du pays, elle peut être considérée souvent comme étrangère, mais avec l’inscription « Made in Russia ». Je vous explique. Cela arrive lorsque le produit est assemblé dans notre pays avec des composants, des assemblages et des matériaux produits dans d’autres pays. Et le plus insidieux, même cette production en général ne nous appartient pas. Et en exploitant le travail de nos travailleurs, les profits, bien sûr, vont à l’étranger.

Et c’est la même chose pour chaque secteur de l’industrie. Et pas seulement l’industrie, vous réussissez même à acheter l’or au prix du marché à des entreprises privées à la place des mines nationalisées.

Avec cette organisation de l’industrie et de l’économie nationale, ni le pays, ni les gens ne vivront jamais bien.

Au lieu d’une organisation claire de la production industrielle et agricole, vous n’avez rien trouvé de plus intelligent pour gagner de l’argent que d’imposer des prélèvements supplémentaires à des gens qui sont déjà dans la précarité. Vous inventez des nouveaux impôts supplémentaires, des taxes d’accise, relevez l’âge de la retraite, supprimez l’indexation des pensions et des salaires, réduisez les dépenses de l’état pour la santé, cessez pratiquement de financer l’entretien et la réparation des écoles, des maisons de la culture, etc. Le niveau de vie n’augmente pas, mais les impôts et taxes suivent le chemin inverse.

La médecine. Vous l’avez mise dans un tel état que quand un patient vient voir un médecin pour un examen ou une intervention chirurgicale, il se voit répondre : «Ce n’est pas compris dans votre forfait d’assurance, vous devez payer. » Et si le patient n’a pas d’argent, comme c’est le cas dans notre pays pour la grande majorité, on lui dit : «Prenez un crédit, on vous soignera. » «Docteur, comment rembourserai-je le crédit, je n’ai rien?» «Vous n’aurez pas besoin de le rembourser. » Mais ce n’est pas drôle, c’est une tragédie!

J’aborderai encore un problème parmi des milliers : c’est l’incurie des autorités. Je ne peux m’empêcher d’être en colère en lisant les réponses idiotes des fonctionnaires aux demandes élémentaires de réparer un pont dans un village ou refaire une route qui s’est effondrée. La réponse du gouvernement régional est généralement une fin de non-recevoir : « Le pont et la route sont du ressort de la municipalité. Contactez-les » Mais le fait que la municipalité n’ait pas d’argent, et que la question des subventions soit résolue par les mêmes fonctionnaires qui se renvoient les responsabilités, personne ne s’en soucie. Alors, à quoi servent tous ces fonctionnaires de l’Etat, incapables de vraiment résoudre les problèmes de la population, mais capables seulement de « pondre » de tels courriers. Oui, à quoi sont-ils bons, je vous le demande?

 

Vous avez conduit la machine d’état à l’absurde. Vous rendez-vous compte que les gens n’ont nulle part où aller? Ils ne trouvent nulle part soutien ou assistance ni à l’administration du district, ni dans les organismes régionaux ou fédéraux, et même devant les tribunaux.

Quelle conclusion tirer de cette brève analyse? Eh bien, messieurs, vous devez vous retirer et permettre de former un gouvernement prolétarien-patriotique où le Parti communiste de la Fédération de Russie aura la responsabilité de diriger ce gouvernement pour résoudre les problèmes et améliorer la vie des gens dans les cinq prochaines années.

Et bien non, vous ne voulez pas. Vous êtes au service, comme toujours des intérêts de la bourgeoisie, des gardes loyaux de la richesse volée au peuple.

Pendant ce temps, la tragédie s’étend sur le pays comme de lourds nuages de pluie, d’abord imperceptiblement, puis viendront la foudre et le tonnerre.

Et, malgré les recommandations du président Poutine de mener une campagne électorale franche et honnête, vous avez continué vos simagrées. Les primaires de « Russie unie » le 22 mai ont été préparées depuis janvier à entraîner les gens de force dans votre tripatouillage interne? Quelle frayeur continue de vous pousser à hurler avec tous les médias que les communistes sont des vauriens, il n’y a que nous, « Russie unie » qui sommes des vrais russes [mot-à-mot, des ours, symbole de la Russie]? Quelle frayeur vous a fait dépenser des millions en publicité pour ce spectacle inutile?

Et ce que font vos protégés sur le terrain, les cheveux se dressent sur la tête. Ils sont persuadés, comme les grands oligarques, que tout autour d’eux leur appartient. Et dans ce cas, tous les moyens sont bons pour garder le pouvoir dans leurs mains.

En bref, Marx et Lénine avaient raison de dire : la bourgeoisie ne cède pas volontairement le pouvoir, il faut le lui prendre.

Voilà, messieurs les bourgeois et vous de « Russie unie », vous conduisez le pays à l’effusion de sang. Tôt ou tard, le peuple se soulèvera contre le pouvoir des exploiteurs, et il sera, comme dans toute rébellion, – impitoyable.

Je ne cherche pas à vous effrayer, loin de moi cette pensée. Je vous explique, si vous voulez que les gens aient confiance dans le gouvernement et le soutiennent, il faut leur parler sur un pied d’égalité, mais vous ne les considérez pas comme des gens. Vous les jetez, les humiliez, les contraignez, les menacez, les exploitez, et quand vous avez besoin de leurs voix, vous les soudoyez pour »30 pièces d’argent », et vous moquez en plus de leur désespoir.

« Russie unie » fait tout pour que le peuple reste abattu, reste toujours dépendant de l’employeur, reçoive un salaire de misère pour un dur labeur, paye toutes sortes de «contributions», et n’ose pas exprimer son mécontentement.

 

Je terminerai mon discours avec les mots de votre patron Dmitri Medvedev: « Nous ne sommes pas encore habitués au fait que les politiciens se comportent comme pendant les primaires aux États-Unis. Si nous réalisions tout dans ce style, alors les gens diraient, ce sont des pantins, nous ne les croyons pas, c’est un spectacle … En fait c’est un peu la réalité…  »

Je dirais, Dmitri Anatolievich, pas qu’un peu, ce sont de vrais « pantins ».

Puis Medvedev a poursuivi: «Notre style de primaires devrait être différent – une discussion spécifique sur les problèmes existants et les moyens de les résoudre. Tout cela devra être perfectionné à l’avenir lors des primaires. Je suis sûr que nous réussirons « .

C’est à quoi nous assistons depuis cinq mois, comment améliorer les techniques pour voler des voix, et ne pas laisser « les bonnes places » aux autres, au lieu d’organiser le travail pour améliorer la vie de nos citoyens.

Vous pensez que les gens vont supporter ça encore longtemps cela,  je suis bien certain que non! Ressaisissez-vous !