RSS

Archives de Catégorie: Etats-Unis

Trump prend un bain d’anticommunisme à Miami

Au moins avec lui les choses sont claires (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Trump a prononcé un discours agressif et offensif contre l’Amérique latine et les gouvernements progressistes. Photo: AFP

« Socialisme » et « communisme » sont parmi les mots les plus répétés par le président Donald Trump dans son discours de lundi à Miami, lieu qu’il a utilisé pour inciter le soulèvement de l’armée au Venezuela et démontrer le prétendu échec des idées progressistes. dans le monde entier.

En tout, le président a mentionné le socialisme à 29 reprises et le communisme à six reprises, dans une intervention de moins de 30 minutes environ, ce qui est inhabituel depuis la fin de la guerre froide.

Avant de s’exprimer devant le public, M. Trump a particulièrement salué les sénateurs de la Floride, Marco Rubio et Rick Scott, le représentant de Mario Díaz-Balart, l’ambassadeur de l’OEA, Carlos Trujillos, et le conseiller en matière de sécurité nationale, John Bolton.

Au cours des derniers mois, ce groupe a convaincu le président de prendre une position plus agressive envers l’Amérique latine , en particulier contre le Venezuela, Cuba et le Nicaragua.

Apparemment, ils ont réussi à inculquer à l’esprit de Trump l’idée que mettre un terme à la vague de transformations progressistes et de gauche en Amérique latine aurait sa place dans le programme de politique étrangèred’un président nommé pour son manque d’expérience et son incapacité à diriger problèmes mondiaux.

Trump est allé à Miami prendre un bain de rhétorique anticommuniste et antisocialiste qui rappelle beaucoup les positions réactionnaires de Bolton et Rubio, deux républicains qui ont fait carrière à Washington avec une politique intransigeante contre la révolution cubaine et tous les gouvernements opposés. au domaine américain.

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

Trump incorpora el macartismo a la Doctrina Monroe. Confirma que contra « todas las opciones son posibles ». El golpe de no funcionó, el peligro de agresión militar es real. La historia de lo demuestra. |

404 personas están hablando de esto

Trump a répété plusieurs des thèses que Bolton défend depuis des années, la révolution bolivarienne étant uniquement soutenue par le soutien de Cuba et non par des millions de personnes qui ont bénéficié des changements introduits depuis la montée du commandant Hugo Chavez au pouvoir en 1999.

Il a également déclaré que Maduro, qui avait obtenu plus de six millions de voix lors des dernières élections présidentielles, était une « marionnette cubaine » et non un « patriote vénézuélien », catégorie qu’il réservait aux soldats traîtres qui avaient manqué à leur devoir constitutionnel et attaqué la population civile. .

Trump a présenté au milieu du discours à Aminta Pérez, la mère de la police rebelle Óscar Pérez, qui a été tué avec six autres membres du groupe Resistencia à El Junquito, à 40 minutes de Caracas, où il a opposé une forte résistance armée et refusé de se rendre .

Il en a également profité pour lancer un nouvel appel à l’armée, qui reste fidèle au gouvernement constitutionnel, pour qu’elle se lève.

« Aujourd’hui, j’adresse un message à tous les responsables qui aident à garder (le président Nicolás) Maduro aux commandes. Les yeux du monde sont sur vous  » , a- t-il déclaré.

« Ils peuvent choisir d’accepter l’offre d’amnistie généreuse du président (auto-proclamé) du président Guaidó et vivre en paix avec leurs familles et leurs compatriotes, ou choisir la deuxième solution: continuer à soutenir Maduro. Si vous choisissez cette voie, vous ne trouverez pas de refuge, il n’y aura pas de sortie facile. Ils vont tout perdre . « 

Dans le cadre des menaces, il a déclaré préférer « une transition pacifique », sans toutefois exclure la possibilité d’utiliser une option militaire contre le Venezuela.

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

Ofensivo discurso del Presidente de en Miami confirma la amenaza de una agresión militar contra . Es la hora de pronunciarse, por encima de diferencias políticas, en defensa de la . La ayuda humanitaria es un pretexto para una guerra de despojo del petróleo.

Des informations provenant de sources publiques et de médias confirment que les États-Unis déploient des forces militaires aux frontières du Venezuela , dans le cadre supposé d’une « opération d’aide humanitaire », même si c’est Washington qui maintient les revenus vénézuéliens bloqués médicaments et aliments essentiels pour la majorité de la population.

Il a promis « qu’un nouveau jour arrive pour l’Amérique latine » et s’est attaqué à ce qu’il appelle « l’axe du mal »: Caracas, Managua et La Havane.

Profitant de sa présence en Floride, l’ un des principaux aux élections présidentielles de 2020 , les États , Trump associé la catastrophe économique supposée dans les pays socialistes d’Amérique latine avec des idées défendant un secteur du Parti démocrate et a dit encore une fois que « les États-Unis  ne sera jamais socialiste. « 

Trump a pris la parole à l’Université internationale de LaFloriada. Photo: AP

Publicités
 
 

Evo Morales : les USA prétendent s’emparer des  ressources naturelles du Venezuela

Morales a interrogé les dirigeants qui avaient choisi de soutenir l'autoproclamation de Guaidó en tant que "président en charge" du Venezuela.

Morales a interpelé les dirigeants qui avaient choisi de soutenir l’autoproclamation de Guaidó en tant que « président en charge » du Venezuela. | Photo: @evoespueblo

Publié le 10 Février 2019 (il y a 17 heures 20 minutes)
Selon le président Evo Morales, Les États-Unis pratiquent leur politique interventionniste avec de supposés conflits démocratiques pour s’approprier les ressources naturelles des pays.

Le président de la BolivieEvo Morales a déclaré samedi qu’au Venezuela il n’y a pas de conflit démocratique, mais que les États-Unis cherchent à s’approprier les ressources naturelles de la nation sud-américaine, et a dénoncé le député de l’Assemblée Nationale irresponsable, Juan Guaidó, qui, par ses actions, cherche à générer une guerre en Amérique latine.

 

« Au Venezuela, ce n’est pas un problème de démocratie ou de dictature, ce n’est pas un problème de Maduro, le problème est le pétrole vénézuélien et les EtatsUnis veulent s’approprier les ressources naturelles « , a déclaré Evo dans un discours tenu aux usines d’Oruro.

Le dirigeant bolivien a confirmé que le pays d’Amérique du Nord cherchait des prétextes pour appliquer une politique interventionniste, ce qui explique pourquoi les États-Unis soulèvent de supposés conflits démocratiques dans l’intention de s’approprier les ressources naturelles des pays.

Evo Morales a affirmé que lorsqu’il y avait une politique interventionniste américaine, la Bolivie avait perdu « 21 millions de dollars et (…), le loyer du pétrole était de 3 000 millions de dollars ». Cependant, il a répété que pendant son mandat, le montant de la rente du pétrole avait atteint 37 millions.

De même, le président a interpelé ses homologues qui ont choisi de soutenir la proclamation de Guaidó en tant que « président en charge » du Venezuela.

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Rechazamos las declaraciones del autoproclamado Juan Guaidó, que ha afirmado que permitiría una intervención de en . Nos preguntamos qué piensan ahora los hermanos presidentes que han reconocido a Guaidó, de esa declaración que llama a una guerra en América Latina

Après sa déclaration arbitraire, Guaidó a été reconnu par les États-Unis, 13 des 14 pays membres du groupe de Lima et la plupart des États membres de l’ Union européenne, à quelques exceptions importantes comme l’Italie.

La Russie, la Bolivie, la Chine, Cuba, l’Iran et la Turquie, parmi d’autres pays, ont réaffirmé leur soutien au gouvernement constitutionnel et légitime du président Nicolás Maduro.

 

A diffuser sans modération, de la part de Romain Mingus

Résultat de recherche d'images pour "Caracas"
Ce mardi 12 février à 19h heure française, nous organisons un Facebook Live depuis mon compte : https://www.facebook.com/migusromain/
Depuis Caracas, les journalistes Marco Terrugi et Romain Migus et le cinéaste Thierry Deronne répondront à toutes vos questions sur la situation au Venezuela.
FAITES TOURNER L’INFORMATION DANS VOS RESEAUX et à mardi 19h. 

FLYER.jpeg

Romain Migus

@romainmigus
 
 

Les événements en Amérique latine et le repartage impérialiste du monde

 

Dans une interview accordée à la Pravda, Dmitry Novikov, vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, a répondu aux questions sur le bilan de son voyage au Venezuela et au Nicaragua et sur la nature des processus en cours en Amérique latine.

 

La Pravda, n ° 12, les 5 et 6 février 2019

https://kprf.ru/party-live/cknews/182376.html

Le Venezuela au centre des contradictions mondiales

– Dmitry Georgievich, nous parlons à un moment où l’attention de la planète entière est fixée sur le Venezuela. Ce pays a été l’objet d’une tentative de coup d’État. Vous étiez récemment au Venezuela, vous avez participé à un événement politique important: l’investiture du président Maduro. Cet événement peut-il être considéré comme une revue des forces internes qui soutiennent les autorités légitimes et des forces internationales du point de vue de leur attitude envers la République bolivarienne?

– Bien sûr que oui. De ce point de vue, la première chose à noter est le lieu où l’inauguration a eu lieu. Elle s’est déroulée dans les locaux de la Cour suprême, ce qui reflète bien déjà les particularités de la situation politique intérieure actuelle au Venezuela. La Constitution actuelle de cet État désigne clairement deux plates-formes politiques sur lesquelles la procédure de prise de fonction de président peut être tenue. Il s’agit de l’Assemblée nationale du pays et de la Cour suprême.

En ce qui concerne l’Assemblée nationale, de nombreux événements récents qui suscitent l’attention des médias dans le monde y sont associés. La majorité lors des dernières élections a été remportée par les représentants de l’opposition. Et personne ne conteste la légitimité du vote, y compris les chavistes. Mais d’autres actions du parlement liées au non-respect des prescriptions de la plus haute instance judiciaire ont invalidé la composition actuelle de l’Assemblée nationale. La Cour suprême elle-même a acté le fait. À la suite de cela, ni la majorité des soi-disant députés, ni Nicolas Maduro lui-même ne souhaitaient l’investiture au sein de ce parlement illégal.

La procédure d’entrée en fonction du président s’est déroulée devant la Cour suprême. Avec d’ailleurs la participation de tous les juges sans exception. De nombreux invités étrangers, des délégations très prestigieuses, ont assisté à la cérémonie. Par leur composition, on peut évaluer avec assez de précision l’attitude des autorités des différents États à l’égard du Venezuela. Cuba, le Nicaragua, la Bolivie et le Salvador étaient représentés par leurs chefs d’Etat. Les présidents de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud sont également ont également fait le voyage à Caracas. Le Mexique, la Turquie, l’Iran, l’Afrique du Sud, la Chine, la Russie et la Biélorussie étaient bien représentés. Ce sont ces États qui se sont ensuite prononcés en faveur de la souveraineté du Venezuela, contre l’ingérence des États-Unis dans ses affaires intérieures afin de procéder à un coup d’État. Ils n’ont pas reconnu Juan Guaido qui s’est proclamé président.

Le côté opposé s’est affiché tout aussi clairement. En plus des États-Unis, le Brésil, la Colombie et d’autres alliés de Washington n’ont pas participé à l’inauguration. Quelques jours plus tard, Trump a salué Guaido pour son « accession à la présidence ». Et cela a été fait rapidement, immédiatement après la déclaration de l’imposteur pour la prise de direction du pays.

 

– La liste des États exprimant leur soutien au Venezuela bolivarien dirigé par Maduro est globalement compréhensible. Mais peut-être existe-t-il des questions concernant la Fédération de Russie, dont les autorités poursuivent une politique ouvertement antisocialiste qui n’a rien de commun avec les idées bolivariennes. Le gouvernement russe actuel, le Kremlin, a simplement une nature de classe différente. Comment expliquez-vous le soutien de Maduro par les autorités de la Fédération de Russie?

– Je pense qu’il y a deux raisons. Premièrement, nous devrions être de bien piètres politiciens si nous ne comprenions pas que, dans la politique étrangère des États-Unis vis-à-vis du Venezuela, le monde a affaire à une réincarnation de la doctrine Monroe. L’idée de proclamer le continent américain zone interdite à l’intervention des puissances européennes a été proclamée dès la présidence de Monroe dans les années 1840. L’objectif des États-Unis était de transformer l’Amérique latine en son arrière-cour. Washington n’a pas renoncé à cette doctrine au XXe siècle, tout en se faisant plus discret. Mais au tournant des 20e et 21e siècles, l’Amérique latine s’est teinte de couleurs politiques désagréables pour les États-Unis: de nombreux gouvernements étaient dirigés par des gouvernements de gauche. Leur liste ne se limitait pas à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua. Dans la même rang se trouvaient non seulement des États comme le Salvador ou la Bolivie dirigée par Evo Morales, mais également l’Argentine dirigée par Cristina Kirchner, le Brésil dirigé par Lula da Silva. En outre, un certain nombre de structures d’intégration entre États sont apparues sur le continent dans le but de contrer les diktats de Washington.

Tout cela dans son ensemble a démontré les sérieuses possibilités des forces de gauche sur le continent. Cela ne pouvait qu’alarmer les États-Unis. Entre autres choses, le mythe selon lequel l’effondrement de l’URSS avec le socialisme avait pris fin à jamais s’est effondré. face à ce défi, Washington a décidé de réagir. Et nous assistons aujourd’hui à une revanche en Amérique latine. En Argentine, la droite est arrivée au pouvoir et le nouveau président du Brésil, selon certains hommes politiques, experts et personnalités publiques du continent, est un homme d’orientation carrément fasciste.

Mais l’opposition en Amérique latine n’est qu’une partie d’un processus mondial. Les États-Unis ont déjà évalué les principales tendances du 21e siècle. Ils considèrent que leurs principaux rivaux sont la Chine avec sa puissance économique et aussi la Russie qui malgré son affaiblissement économique, poursuit une ligne en politique internationale qui déplaît souvent à Washington. À leur tour, la Chine et la Russie ne peuvent que réagir aux actions dirigées contre elles. Je pense que c’est la première raison qui pousse le Kremlin à soutenir le président légitime du Venezuela. Et cette position est pleinement conforme aux intérêts nationaux de notre pays, elle répond à la tâche de former un monde multipolaire.

La seconde raison est l’intérêt économique des entreprises russes. Le Venezuela est l’un des pays producteurs de pétrole les plus prometteurs. La Russie a investi des fonds importants là-bas. Cela représente environ 17 milliards de dollars, pouvant générer un bon rendement. Il existe d’autres projets économiques au stade de la mise en œuvre. En Russie, certains milieux d’affaires sont donc intéressés à maintenir leurs positions au Venezuela. Et cela détermine également la position active de Moscou vis-à-vis de ce pays sur la scène internationale. Et renforcer la coopération économique est dans l’intérêt de nos deux peuples.

 

Tentative de coup d’Etat

 

– Mais revenons à l’inauguration. Elle s’est déroulée à la Cour suprême du pays. Mais les députés de l’Assemblée nationale y étaient représentés?

 

– La salle n’était pas remplie que d’ambassadeurs d’États étrangers et de membres de la Cour suprême,des ministres, des chefs de missions diplomatiques, des gradés importants de l’armée et des préfets ont assisté à l’inauguration. Il y avait des maires de nombreuses grandes villes du Venezuela. Les dirigeants du Parti de l’unité socialiste et du Parti communiste du Venezuela étaient présents. Quant aux députés de l’Assemblée nationale, je pense qu’ils étaient peu nombreux.

 

– Dans quelle mesure la procédure d’inauguration pouvait-elle laisser prévoir la transformation de l’opposition existante dans le pays en un coup d’État? Y avait-il des signes visibles d’un tel tour des événements?

 

– Pour commencer, les difficultés économiques au Venezuela ne sont nouvelles pour personne. Une situation difficile a été observée ces dernières années. Lorsque nous sommes arrivés à Caracas, on a appris que deux jours auparavant, la monnaie nationale s’était dépréciée de 20%. Les rayons dans les magasins laissent beaucoup à désirer. Le taux de chômage est important. On assiste à une réduction du pouvoir d’achat de la population. Ces problèmes sont activement utilisés par l’opposition à ses propres fins.

Mais nous devons aussi nous rappeler les causes de ces problèmes économiques : ce sont les mesures systématiques prises par les États-Unis pour saper les positions du gouvernement actuel de la République bolivarienne. Des difficultés ont été créées dans la fourniture des biens et technologies nécessaires au Venezuela. Cela a conduit à une réduction de la production de pétrole – principale source de financement national. Bien sûr, le pays extrait encore de l’or, par exemple, mais son rôle dans l’économie est beaucoup moins important.

Les États-Unis ont créé une situation économique difficile pour pouvoir en tirer parti. Déjà l’année dernière, ils ont en fait annoncé qu’ils étaient prêts à renverser le gouvernement de Maduro. En mai dernier, Washington n’a pas reconnu les résultats de l’élection présidentielle au Venezuela, sans aucun fondement, mais de façon radicale. Et en novembre, le célèbre conseiller en sécurité nationale de Trump en Russie, Bolton, a annoncé l’existence d’un «triumvirat de la tyrannie», une «troïka de la terreur». Il a désigné ainsi Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.

Lorsque des constructions telles que «l’axe du mal», «le triumvirat de la tyrannie», etc., sont inventées, cela signifie le début d’une nouvelle étape dans la lutte contre les gouvernements qui déplaisent aux États-Unis. Il y a une pression plus sévère sur ceux que Washington considère comme ses adversaires. Mais la tentative de déstabilisation de la situation au Nicaragua, l’an dernier, s’est soldée par un échec pour les États-Unis. Et il est impossible de bouleverser la situation à Cuba, car il existe une solide unité du pouvoir et du peuple fondée sur la voie de la construction socialiste. Dans ces conditions, le Venezuela est devenu la cible principale de Washington en Amérique latine.

 

– À propos, Dmitry Georgievich, qu’est-ce qui explique que les élections présidentielles au Venezuela se soient tenues en mai et que l’inauguration n’ait eu lieu qu’en janvier de l’année suivante?

 

– Ici, bien sûr, il n’y a pas de malentendu, mais il y a une règle de la Constitution. Il est indiqué que l’investiture du président a lieu le premier mois de l’année suivant l’année des élections présidentielles. En d’autres termes, que les élections aient lieu en mai, en février ou, par exemple, en novembre, l’inauguration doit avoir lieu en janvier suivant.

Au fait, il faut garder à l’esprit que Nicolas Maduro a été soutenu par 68% des votants ayant participé au vote. Vous ne pouvez donc mettre en doute la régularité des élections qu’avec un très grand parti pris. Et le Venezuela n’appartient pas aux États où il est possible de falsifier les résultats du vote: l’opposition dans ce pays, bien que divisée, exerce une grande influence.

Je remarque que la création d’un front politique interne uni contre Maduro est longtemps restée sans succès. Maintenant, Washington est en train d’un forger un de manière agressive autour de Guaido. Les dollars américains et une intervention politique déclarée sont les piliers de ce front.

En plus de cette ligne d’attaque, d’autres ont été utilisées. Par exemple, les tensions entre le Venezuela et la Colombie se sont intensifiées à tous les niveaux. Une mention spéciale doit être faite au sujet de l’Organisation des États américains (OEA). Elle comprend les pays d’Amérique latine, les États-Unis et le Canada. Les médias russes ont perdu de vue les vicissitudes des dernières années au sein de cette organisation. En 2017, des tentatives ont été faites pour en exclure le Venezuela. En réponse, la République bolivarienne a elle-même déclaré son retrait de l’OEA, démontrant ainsi qu’elle était disposée à s’opposer à toute tentative d’ingérence dans ses affaires intérieures. Les opposants à Maduro avaient besoin de l’idée d’exclure le Venezuela de l’organisation pour pouvoir lancer une campagne bruyante contre le système politique et les dirigeants de l’État américain indocile. Toutes ces actions « sur le périmètre extérieur » étaient des éléments de la préparation d’un coup d’État.

 

– Est-il possible de considérer l’inauguration de Maduro comme un motif du coup d’État?

 

– Oui, l’inauguration a été utilisée comme un événement et un prétexte médiatique. Elle a été une sorte de déclencheur pour le passage de l’étape préparatoire à la phase de mise en œuvre des plans élaborés depuis longtemps.

Le cynisme des actions de Washington et de ses satellites est frappant. Cette fois, ils sont encore plus débridés que lors de la tragédie chilienne de 1973.

 

 

Protéger la révolution bolivarienne

 

– Les médias russes soulignent constamment que le soutien du président Maduro est l’armée. Bien entendu, en Amérique latine, il s’agit d’un facteur important, notamment en cas de coup d’État. Mais l’inauguration a eu lieu avant le coup d’État. Quelle est votre opinion sur le rôle de l’armée dans la vie politique du Venezuela?

 

– Au Venezuela, il y a une bonne armée – selon les normes de l’Amérique latine, mais pas seulement. Elle est importante en nombre. Elle est bien armée et bien entraînée. Son rôle dans la vie de la société peut être jugé à travers la procédure d’investiture du président du pays, qui comprenait deux parties. Comme nous l’avons déjà mentionné, la première partie s’est déroulée devant la Cour suprême de la République. Son événement principal a été la prestation de serment du nouveau président, la signature de documents par les personnes autorisées et le discours public de Nicolas Maduro.

Mais il y avait une deuxième partie. Elle a eu lieu à l’Académie militaire de Caracas. C’est l’un des lieux centraux des forces armées du Venezuela, leur symbole. Ici, ce n’est plus le président qui a prêté serment, mais l’armée qui prêtait serment au président lui-même. Tout cela combiné avec un défilé. Toute la procédure était menée par le ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez.

Après la cérémonie, nous avons pu communiquer avec le général Lopez. C’est l’une des personnes les plus populaires et les plus influentes du Venezuela. Avec tout son comportement, il fait preuve de loyauté envers le peuple, la loi et le président.

 

– Mais pour un fonctionnement stable du système politique, quelle que soit l’importance de l’armée, sa loyauté ne suffit pas. Quelles forces soutiennent le président légitime aujourd’hui?

 

– Eh bien, parcourons la liste.

Je tiens à vous rappeler qu’après avoir été élu président, Hugo Chavez, politicien exceptionnellement populaire, a considéré pendant un certain temps son autorité personnelle, étayée par un statut officiel, comme suffisante pour la direction effective du pays. Mais il s’est ensuite rendu compte que le processus politique nécessitait une interaction durable avec le peuple, avec la société. Alors il a décidé de créer un parti qui soutenait les idées du « socialisme du XXIe siècle ».

Le parti unifié socialiste du Venezuela est aujourd’hui une structure politique de masse. Il est dynamique par lui-même et a de bonnes occasions de mobiliser les citoyens. Cela a été clairement démontré dans les derniers temps par les milliers de manifestants en faveur de Maduro. Le parti est monolithique, il n’est pas déchiré par des contradictions internes. Il est clair qu’il y a des discussions au sein de l’organisation, car il est nécessaire, par exemple, de rechercher collectivement des moyens de résoudre les problèmes économiques. Mais cela n’entraîne pas de conflits détruisant l’unité du parti.

Un certain nombre d’autres organisations de gauche n’ont pas rejoint le parti uni socialiste. Par exemple le Parti communiste du Venezuela. Il a sa propre histoire, sa propre idéologie. Ayant dans certains cas leur propre vision des problèmes urgents, les communistes et d’autres organisations de gauche soutiennent la révolution bolivarienne, le régime anti-impérialiste progressiste actuel et le président Maduro. Cela contribue également à la consolidation des travailleurs autour du président.

Au niveau municipal, des conseils publics ont été créés, qui constituent une forme de représentation populaire. Cela crée des conditions favorables à l’activité de ceux qui comprennent ce qu’ils peuvent perdre si les partisans d’une politique libérale pro-américaine étouffent les réformes initiées par Hugo Chavez. C’est la raison pour laquelle, le 10 janvier, nous avons vu dans les rues de Caracas une foule de gens venus saluer l’investiture de Maduro à la présidence. Leur comportement a clairement démontré qu’ils sont descendus dans la rue de leur plein gré et non à cause de pressions.

J’ai eu l’impression que les travailleurs au Venezuela sont conscients de leurs intérêts de classe, évaluent correctement la situation, déterminent assez précisément l’équilibre des forces. Et tout cela malgré la propagande bourgeoise libérale massive. Il ne faut pas oublier que nombre des principaux médias du pays sont aux mains des libéraux bourgeois, pas des socialistes. Mais les gens n’ont pas la mémoire courte.

Après le début des réformes de Chavez, qui ont vraiment amélioré la vie du peuple, 20 ans ont passé. Et bien que ces dernières années, le niveau de bien-être social n’ait pas augmenté et que les problèmes économiques se soient aggravés, les gens n’ont pas oublié tout ce qui avait été fait dans leur intérêt. Ils se souviennent que des quartiers entiers de logements pour les pauvres ont été construits. En fait, ils sont passés des bidonvilles à des maisons de bonne qualité. Ils se souviennent comment ils ont commencé à être éduqués et soignés. À propos, cela a été fait avec l’aide active de Cuba, qui dispose d’une médecine moderne très développée. Des milliers de médecins cubains sont venus aider le peuple et le gouvernement du Venezuela à créer des soins de santé efficaces. Et les gens n’ont pas oublié cela. Leur mémoire fournit un soutien populaire à la ligne Chávez, que Maduro personnifie aujourd’hui.

En niant cette thèse, les libéraux, y compris les Russes, poussent les hauts cris au sujet des deux, trois ou quatre millions de citoyens du Venezuela qui ont émigré de leur pays au cours des dernières années. Il n’existe pas de statistiques exactes sur la migration, mais les partisans de Maduro sont d’accord avec le fait que près d’un million et demi de personnes sont partis. Cependant, ses adversaires sont silencieux sur autre chose. Lorsque les transformations de Chavez ont élevé le niveau de vie des larges masses, environ 5 700 000 Colombiens sont venus de Colombie au Venezuela. Ils ont migré vers le pays voisin à la recherche d’un sort meilleur. Ici, ils ont trouvé du travail, se sont installés et ont obtenu la citoyenneté. Et maintenant, lorsque des difficultés économiques sont apparues au Venezuela, certains d’entre eux, utilisant des liens de parenté, ont commencé à quitter le pays qui les abritait. Donc, une proportion importante des personnes qui ont émigré du Venezuela sont des Colombiens,retournés dans leur pays d’origine. Ce détail important doit être pris en compte si nous voulons comprendre les événements dans toute leur polyvalence.

 

– Je voudrais que vous précisiez l’influence du Parti communiste du Venezuela. Quelle est son attitude vis-à-vis du cours social et politique poursuivi par les héritiers de Chavez? Comment la classe ouvrière exprime-t-elle ses positions?

 

– Selon son influence politique, il est nettement inférieur au Parti socialiste unifié du Venezuela. Dans les organismes gouvernementaux, le PCV est représenté sur une base limitée. Mais le parti protège activement les intérêts des travailleurs. Et parfois, cette mission est très risquée. On m’a donc dit que, dans les zones frontalières avec la Colombie, il y a eu des cas d’assassinats de militants paysans qui défendaient les transformations du territoire entamées sous Chavez. Parmi les victimes de cette lutte, il y a des communistes.

En ce qui concerne la profondeur des transformations au Venezuela, le gouvernement doit, selon le Parti communiste, aller plus loin, en défendant les intérêts des travailleurs et en revendiquant la démocratie. Mais il sera possible de revenir à la solution de ce problème lorsque la vie reprendra un cours normal. Maintenant, l’essentiel est de surmonter la crise et de sauver la révolution bolivarienne.

 

Le Nicaragua sur la carte politique

 

– Les événements vénézuéliens peuvent difficilement être isolés des derniers changements survenus en Amérique latine. Le balancier politique a basculé vers la droite. Vous étiez au Nicaragua. C’est une sorte de test décisif qui montre l’influence du vecteur de changement socialiste en Amérique latine. Quelles sont vos impressions sur le Nicaragua?

 

– En effet, après le Venezuela, je suis immédiatement allé au Nicaragua, où se tenait un Forum pour la paix et la solidarité. Des représentants de nombreux pays y participaient. Immédiatement après le forum, j’ai rencontré le président du Nicaragua, Daniel Ortega, et la vice-présidente, Rosalia Murillo. Nous avons discuté en détail des problèmes les plus importants. Daniel Ortega a transmis au président du Comité central du parti communiste de la Fédération de Russie, Guennadi Ziouganov des paroles de remerciement pour la remise de l’Ordre de l’amitié entre les peuples, et une invitation à se rendre au Nicaragua. Il y a eu également une conversation intéressante avec le président de l’Assemblée nationale, Gustav Cortes, le ministre des Affaires étrangères, Denis Moncade, le ministre des Finances et le coprésident de la Commission intergouvernementale russo-nicaraguayenne, Ivan Acosta, et le représentant spécial du président pour les affaires économiques, Laureano Ortega.

Soit dit en passant, le ministre des Affaires étrangères Moncada a d’abord été un militaire important, puis il a été envoyé à la tête du ministère des Affaires étrangères, qu’il dirige à un haut niveau professionnel. Lors de notre rencontre, il rentrait d’un voyage dans plusieurs pays d’Amérique latine, et d’une réunion de l’Organisation des États américains. Le président de l’OEA, Almagro, tente de soulever la question de l’exclusion du Nicaragua, mais jusqu’à présent, il a échoué.

Ainsi, les sandinistes résistent avec confiance aux pressions croissantes de l’extérieur. L’année dernière, ils ont très efficacement mis un terme à une tentative d’organiser une révolution «de couleur» au Nicaragua. Les troubles à Managua et dans d’autres villes ont duré d’avril à juillet. Cela a provoqué de graves dommages, mais la situation a été rectifiée et la situation économique s’est stabilisée à l’automne.

En ce qui concerne la situation sur le continent. Nous avons beaucoup parlé avec les participants du Forum de la paix et de la solidarité avec le Nicaragua, venus de différents pays. À en juger par la composition des présidents des États d’Amérique latine, il existe un glissement à droite dans la région. La situation de la gauche sur le continent s’est détériorée. Et ce n’est pas la conséquence d’échecs fondamentaux en politique, bien que tout le monde puisse avoir des erreurs. Le facteur le plus important dans l’affaiblissement du mouvement de gauche dans le monde a été la destruction de l’Union soviétique. Des succès locaux de forces socialistes dans des pays petits et pas très riches sont possibles, mais, comme le montre la pratique, ils peuvent être réduits à néant par le grand capital. Les événements de ces dernières années ont montré que l’impérialisme pouvait changer la situation en sa faveur. Lorsque les États-Unis ont compris qu’ils avaient affaibli leur attention sur l’Amérique latine, ils se sont davantage concentrés sur cette région et ont obtenu certains résultats.

Mais il est faux de supposer qu’il s’agit d’une tendance unidirectionnelle. Tandis que les représentants des forces de droite remplaçaient les présidents de gauche dans un certain nombre de pays, des changements opposés se sont produits au Mexique. Et c’est le plus grand État d’Amérique latine en termes de population. Plus de 133 millions de personnes y vivent. En Europe occidentale, il n’existe pas un seul pays comptant autant de citoyens. L’année dernière, le représentant du bloc de gauche, López Obrador, a été élu président du Mexique. De plus, sa victoire n’était pas inattendue, elle avait été annoncée par presque tous les analystes objectifs.

Il est important de comprendre que le basculement à droite des gouvernements ne signifie pas des changements fondamentaux dans l’humeur des travailleurs, des masses latino-américaines. Leurs positions restent les mêmes. Et la cause de la gauche n’est pas perdue ici.

 

– Il y a un autre aspect. En discutant avec des représentants des partis communistes et de gauche des pays latino-américains qui participaient en tant qu’invités aux travaux de congrès du KPRF, lors de «tables rondes» organisées par le Comité central de notre parti, nous avons remarqué une chose : même lorsque, en réalité, seuls le président et deux ou trois ministres du gouvernement représentent l’idéologie de gauche et que le reste de ses membres est ouvertement bourgeois, ils nous disent souvent que le pouvoir dans le pays appartient à la gauche. L’exemple du Brésil est étonnant: le gouvernement de gauche était plus une légende qu’une réalité. Et dès qu’il a été possible de renvoyer le président du Parti travailliste, Dilma Rousseff a été automatiquement remplacée au poste présidentiel par un représentant des forces de droite. Ces coalitions, même si elles sont dirigées par des présidents de gauche, sont trop limitées pour mettre en œuvre des politiques de gauche. Leur alliance avec la bourgeoisie ne permet pas un parcours indépendant.

 

– Dans les situations politiques difficiles, la tactique des actions joue un rôle important. Prenez le Nicaragua. Comme prétexte à manifester, l’opposition a invoqué la décision du gouvernement de limiter le financement de certains programmes sociaux. Immédiatement, l’ambassade des États-Unis s’est déchaînée. Leur soutien aux organisations à but non lucratif ayant une position anti-gouvernementale s’est considérablement accru. Des pressions ont été exercées sur les entreprises, menacées d’interdiction de commercer avec les États-Unis. En bref, les classiques du genre. L’étape suivante a été les barricades dans les rues. La capitale Managua a été livrée au pillage, bien que le Nicaragua soit considéré comme l’un des pays les plus sûrs de la région. Le gouvernement Ortega avait jugulé depuis longtemps la criminalité, vaincu la mafia de la drogue. Aux Etats-Unis, où ils affichent une lutte sans compromis contre la drogue, ils sont extrêmement mécontents du fait que Daniel Ortega ait réussi à mettre fin au trafic.

Managua est une ville avec des immeubles de faible hauteur. Les immeubles de grande hauteur ont été détruits lors d’un tremblement de terre. Pour donner à la ville un aspect plus élégant, à l’initiative de la vice-présidente du pays, Rosario Murillo, on a installé des arbres décoratifs en métal dans les rues, symbolisant l’arbre de vie. Leur aspect diurne et leur illumination la nuit embellissait la ville. Ces structures décoratives étaient un symbole non seulement de la ville, mais aussi de la préoccupation du gouvernement à l’égard de la population. L’opposition a décidé de détruire ce symbole. Les arbres ont été abattus, détruits. Le vandalisme se développait.

L’armée et la police sont restées du côté du parti sandiniste au pouvoir. Mais l’intervention de l’armée n’était pas requise. La réponse calme du gouvernement aux manifestations a été l’occasion de « relâcher la vapeur ». Quelques semaines plus tard, il n’y avait plus de femmes dans les rues de quartiers riches pour manifester avec des casseroles vides en soutien aux émeutiers. Ces « actes de solidarité » avec les manifestants ont été remplacés par l’indignation des citadins devant les barricades qui paralysaient les plus importantes artères du pays. En conséquence, l’humeur du public a changé. La tentative d’organiser un coup d’État a échoué.

Mais ici, bien sûr, il est important de savoir qu’il existe un gouvernement homogène au Nicaragua. Il est complètement contrôlé par le front sandiniste. Il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se passerait si les ministres bourgeois dominaient sa composition. Il est à noter que dans le « triumvirat de la tyrannie » selon Bolton, les gouvernements n’ont pas de représentants des forces de droite. Ainsi, à Cuba, le parti communiste est à la tête, les sandinistes gouvernent le Nicaragua et le Venezuela n’a pas non plus de coalition gouvernementale avec des organisations bourgeoises.

 

Offensive du capital et forces de gauche

 

– Passons des problèmes relativement locaux aux problèmes généraux. Selon Lénine, la planète est entrée dans une nouvelle phase du capitalisme, non pacifique. Elle est basée sur la nécessité pour le système mondial d’exploitation d’un repartage du monde. Toutes les ressources dont l’impérialisme s’est emparé suite à la restauration du capitalisme dans les républiques de l’URSS et les pays de l’Europe de l’Est ont été détruites en un quart de siècle. Les événements du Brésil et du Venezuela peuvent-ils être considérés comme le signe d’une nouvelle offensive de la réaction mondiale, comme une des facettes de la redistribution impériale du monde?

 

– Les événements de ces dernières années en Amérique latine font certainement partie intégrante de la redistribution du monde qui a commencé. Et au Venezuela, il y a une menace directe d’intervention étrangère. Les États-Unis n’excluent pas une invasion militaire directe. Mais bien que la richesse pétrolière du Venezuela attire les capitaux nord-américains, ce serait une entreprise très risquée pour eux.

 

– Et la dernière question. Au sein de chaque pays d’Amérique latine, il existe une expérience de formation de gouvernements sur la base d’un «front large» fondé sur l’idéologie de l’antiaméricanisme. Par exemple, certains camarades qui se sont exprimés il y a un an et demi à la 19e réunion internationale des partis communistes et ouvriers à Saint-Pétersbourg ont déclaré que les formations regroupant un large éventail de partis étaient un succès politique. La question se pose: est-il possible sur cette base d’assurer l’unité des exploités et des exploiteurs? Ou, au contraire, cela témoigne-t-il de l’inefficacité de telles coalitions?

 

– Probablement, dans certaines conditions, de larges coalitions ont été un succès. Mais chaque succès a besoin de développement. Il y a des situations où les positions ne peuvent être tenues que lorsque vous avancez. Et dans le cadre d’un «front trop large», les partis sont liés par des accords de coalition.

Mais examinons les choses. Cuba a eu du succès et a suivi la voie socialiste lorsqu’il existait dans le monde une avant-garde de la construction socialiste en la personne de l’Union soviétique. Il serait difficile aujourd’hui à des pays d’Amérique latine comme le Honduras, le Panama et le Salvador de se lancer indépendamment dans une construction socialiste sans une avant-garde aussi puissante mondialement que l’URSS. La gauche est au contraire en train de résoudre une autre tâche aujourd’hui: procéder à des transformations politiques et économiques progressives, résister à l’offensive de l’impérialisme. Et de tels succès sont possibles dans l’environnement actuel. C’est dans ce but les forces de gauche entrent dans des blocs de coalition.

Pour aller plus loin, un regroupement des forces est nécessaire. En conséquence, les coalitions temporaires ont deux résultats. Soit la droite prend le contrôle de la situation entre ses mains, soit la gauche parvient à limiter considérablement les forces exprimant les intérêts du capital. Présente au pouvoir, la gauche a plus de possibilités pour organiser les masses ouvrières. Les organiser de manière à ce qu’elles soient plus résolues, plus audacieuses et plus claires dans leurs revendications. C’est cette activité des masses, le fait de s’appuyer sur elle, qui permet de réviser les accords de coalition antérieurs en faveur de la majorité des citoyens et de suivre de plus en plus vigoureusement une ligne de gauche.

Sur la photo: Dmitry Novikov, vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, et Vladimir Padrino Lopez, ministre de la Défense du Venezuela.

Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

 

 

António Guterres : L’ONU ne reconnaît que Maduro comme président légitime du Venezuela

L’appui de l’ONU au gouvernement légitime du Venezuela est un camouflet pour Trump et pour le parlement européen. Sur le terrain, il semble que la manifestation de l’opposition ait été un bide alors que celle en soutien à Maduro a été trés suivie. Pour le moment l’opération destinée à faire basculer les forces armées vénézuéliennes est en échec. Mais il faut rester vigilants parce que les USA et leurs alliés se sont trop engagés dans le soutien au putschistes pour reculer. Tout est possible y compris leur volonté de faire du venezuela une nouvelle Syrie et par là d’aboutir à un affrontement généralisé dans le continent latino-américain. Il faudrait de la part des forces progressistes un soutien réel, en particulier une manifestation de soutien devant l’ambassade du Venezuela s’impose. (note de Danielle Bleitrach)

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2019/02/antonio-guterres-l-onu-ne-reconnait-que-maduro-comme-president-legitime-du-venezuela.html

Écrit par jennifer matheus le 01/02/2019. Publié dans Actualités

L’ONU refuse de prendre position en faveur du putschiste Juan Guaidó et affirme qu’au Venezuela elle agit en coordination avec le gouvernement reconnu par les pays membres.

Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a confirmé jeudi que les Etats de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) et du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) reconnaissent Nicolás Maduro comme président constitutionnel et légitime du Venezuela.

Pour cette raison, le fonctionnaire a refusé de se positionner en faveur des intérêts du député de l’Assemblée nationale (AN) -en desacato-, Juan Guaidó, qui s’est proclamé le 23 janvier dernier « président en charge » de manière inconstitutionnelle.

Le chef de l’opposition a écrit à António Guterres samedi dernier, le 26 janvier, demandant la mise en place de « mécanismes de soutien » pour faire face à ce qu’il a appelé la « crise humanitaire » en République bolivarienne.

Dans sa réponse, M. Dujarric a déclaré jeudi que l’ONU est prête à continuer à coopérer aux activités de développement au Venezuela, en comptant sur l’approbation du gouvernement du président Nicolas Maduro, le seul gouvernement qui reconnaît.

Le porte-parole a souligné que la reconnaissance des gouvernements n’est pas une fonction du Secrétaire général de l’ONU, mais des États membres, et que dans ses relations avec les États membres, elle respecte « les décisions » de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité.

Quant à la détention au Venezuela de trois journalistes de l’agence de presse espagnole Efe, M. Dujarric a estimé qu’il était « crucial » que les journalistes « puissent reporter librement et que leurs droits soient pleinement respectés », au Venezuela comme dans tout autre pays.

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a blâmé jeudi les médias pour ces arrestations, les accusant d’avoir envoyé leurs employés sans se conformer à la loi et d’avoir « fait un scandale » contre le gouvernement. Le directeur de l’agence Efe a informé dans son compte Twitter de la libération des détenus.

Le porte-parole de l’ONU s’est également félicité de l’initiative du Mexique et de l’Uruguay d’organiser une réunion internationale dans le but de lancer un dialogue politique au Venezuela.

« De toute évidence, la communauté internationale peut jouer un rôle clé pour faciliter la conclusion d’accords inclusifs « , a déclaré le porte-parole, qui a déclaré qu’il s’attendait à recevoir des détails sur la réunion que António Guterres tiendra avec des représentants du Mexique et de l’Uruguay.

Le Venezuela connaît des jours de grande turbulence en raison de l’autoproclamation de Guaidó en tant que président par intérim, avec le soutien des États-Unis, malgré le fait que Maduro, légalement élu aux dernières élections présidentielles en 2018, a commencé son second mandat le 10 janvier.

Bien que certains pays occidentaux et latino-américains alliés à Washington aient reconnu Guaidó, d’autres comme la Bolivie, Cuba, le Mexique, la Russie, l’Iran, la Chine, la Turquie et la Syrie ont annoncé leur soutien total au gouvernement vénézuélien.

source : http://mppre.gob.ve/2019/02/01/guterres-onu-reconoce-maduro-presidente-legitimo-venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Maduro
 

Fort soutien des Nations Unies au gouvernement bolivarien du Venezuela (connaître les pays qui ont voté pour)

 

Un soutien manifeste au gouvernement du président Nicolás Maduro dans ses efforts pour préserver la paix et le maintien des institutions démocratiques a exprimé mercredi 57 pays membres du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

L’information a été fournie par l’Ambassadeur Jorge Valero, Représentant permanent du Venezuela auprès de l’ONU à Genève, qui a indiqué qu’il s’agissait d’une victoire éclatante pour le gouvernement et le peuple vénézuéliens contre la campagne médiatique internationale visant à promouvoir les tentatives de renversement du gouvernement bolivarien.

M. Valero a déclaré que la déclaration commune avait été lue par le représentant permanent de Cuba à l’ONU à Genève, l’ambassadeur Pedro Luis Pedroso, au nom de 57 pays d’Amérique latine, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, comme une preuve convaincante que la révolution bolivarienne avait un vaste soutien, non seulement du peuple vénézuélien, mais du monde entier.

« Les gouvernements du président Maduro et du Venezuela reçoivent tous avec une joie sincère et une immense gratitude cette noble manifestation de solidarité et d’amitié de la part de pays qui représentent des millions et des millions d’êtres humains qui en disent assez de l’ingérence au Venezuela et exigent le respect de la souveraineté de la patrie de Simón Bolívar et Hugo Chávez « , a déclaré Valero.

Valero a souligné que cette nouvelle victoire de la diplomatie de paix bolivarienne est un coup dur pour les secteurs en déclin qui misent encore sur la violence face aux appels du président Nicolás Maduro au dialogue et à la paix, auxquels de vastes secteurs de la société continuent de faire partie intégrante. Venezuela

Lors de son discours à titre national, M. Valero a déclaré: « Merci infiniment aux pays qui ont soutenu la déclaration commune en faveur du Venezuela, qui a été lue aujourd’hui par l’honorable représentant permanent de Cuba, l’ambassadeur Pedro Luis Pedroso », a déclaré l’ambassadeur du Venezuela.

Il a souligné que cet appui écrasant réaffirme que le gouvernement présidé par Nicolás Maduro Moros est soutenu par la plupart des gouvernements et des peuples du monde.

Ci-dessous la déclaration commune en faveur du Venezuela:

  1. Nous reconnaissons qu’il est impératif que tous les États respectent la souveraineté de la République bolivarienne du Venezuela, conformément aux principes universels de non-ingérence dans les affaires intérieures énoncés dans la Charte des Nations Unies.
  2. Nous pensons que le peuple vénézuélien est le seul responsable de la détermination de son avenir sans ingérence extérieure.
  3. Nous appuyons le Gouvernement constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela dans son engagement à préserver la paix et les institutions démocratiques du pays, ainsi que sa détermination à garantir le plein respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales au Venezuela.
  4. Nous appuyons l’appel répété du président Nicolás Maduro Moros au dialogue politique entre les différents secteurs qui font la vie au Venezuela, dans le but de préserver la paix et de garantir la stabilité des institutions démocratiques du pays.
  5. Nous saluons les efforts louables déployés en faveur du dialogue politique et de la paix par l’Union des nations de l’Amérique du Sud (UNASUR) et par les anciens présidents espagnols José Luis Rodríguez Zapatero; Martín Torrijos du Panama; et Leonel Fernández, de la République dominicaine, avec l’envoyé spécial du Saint-Siège.
  6. Nous soutenons également l’intégration des pays d’Amérique latine et des Caraïbes dans la promotion du dialogue politique au Venezuela, à savoir: El Salvador, le Nicaragua, la République dominicaine, l’Uruguay et les États membres de la CARICOM.
  7. Nous condamnons toute action qui perturberait la paix, la tranquillité et la stabilité démocratique, compromettrait l’institutionnalité démocratique de la République bolivarienne du Venezuela et menacerait sa souveraineté.
  8. Nous pensons que la communauté internationale devrait promouvoir les capacités et fournir une assistance technique, à la demande du pays concerné, afin de relever les défis du pays en matière de droits de l’homme.

Cette déclaration a été signée par les pays suivants: Russie, Chine, Inde, Afrique du Sud, Iran, Vietnam, Algérie, Égypte, Jordanie, Koweït, Émirats arabes unis, Pakistan, Iraq, Liban, Libye, Angola, Éthiopie, Palestine, Qatar, Biélorussie, Arabie Saoudite, Azerbaïdjan, Syrie

Il est également soutenu par les pays suivants: Équateur, Bolivie, Cuba, Nicaragua, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint-Kitts-et-Nevis, Dominique, Bahreïn, Comores, Djibouti, Somalie, Soudan, Tunisie, Yémen, Corée du Nord, Érythrée et Namibie.

Il est également approuvé par le Laos, les Philippines, le Soudan du Sud, la République du Congo, le Burundi, le Zimbabwe, le Myanmar, le Timor Leste, le Tadjikistan, Oman, la République démocratique du Congo, le Nigéria, la Guinée équatoriale, la Mauritanie, le Mozambique et le Togo.

 

 

Washington accorde à Juan Guaidó le contrôle des actifs du gouvernement vénézuélien dans les banques américaines.

Incroyable, les etats Unis et leur homme de paille s’approprient les biens du gouvernement vénézuélien (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Publié: 29 Jan 2019 13:40 GMT | Dernière mise à jour: 29 janvier 2019 à 14h26 GMT

Auparavant, le « président en charge » auto-proclamé du Venezuela avait ordonné la prise de contrôle « progressive et ordonnée » des avoirs du Venezuela à l’étranger.

Washington accorde à Juan Guaidó le contrôle des actifs du gouvernement vénézuélien dans les banques américaines.

Juan Guaidó prend la parole lors d’un rassemblement à Caracas, au Venezuela, le 26 janvier 2019.
Carlos Garcia Rawlins / Reuters
Suivez nous sur Facebook

Le département d’État américain a reconnu mardi l’autorité du député de l’opposition, Juan Guaidó , auto-proclamé « président en charge » du Venezuela, pour « recevoir et contrôler certains avoirs »  du pays sud-américain, détenus à la Federal Reserve Bank de New York ou toute autre banque assurée sur le territoire américain .

Cette certification sera appliquée à certains actifs détenus sur des comptes appartenant à la Banque centrale du Venezuela ou au gouvernement de Nicolás Maduro . 

Matt Lee

@APDiploWriter

.@SecPompeo gives control of assets in banks to Guaido; removing them from Maduro’s reach:

64 personas están hablando de esto

Cette mesure, selon le bureau dirigé par Mike Pompeo, cherche à « aider le gouvernement légitime du Venezuela à protéger les actifs des Vénézuéliens ».

La prise d’actifs du Venezuela à l’étranger

Guaidó avait annoncé lundi qu’il entamerait la prise de contrôle « progressive et ordonnée » des avoirs du Venezuela à l’étranger.

Dans une déclaration publiée sur son compte Twitter, le chef de l’opposition a indiqué que sa décision visait à empêcher le gouvernement constitutionnel de Nicolás Maduro de « voler de l’argent à des Vénézuéliens ». En outre, a déclaré que la mesure visait à « répondre aux besoins des Vénézuéliens ».

Ver imagen en TwitterVer imagen en Twitter

Juan Guaidó

@jguaido

al pueblo de Venezuela de los avances logrados sobre el:

Acuerdo en solicitud de protección de activos del Estado venezolano.

14,4 mil personas están hablando de esto

Guaidó a déclaré que cette action répondait à l’objectif énoncé dans l’accord d’application relatif à la « protection des avoirs de l’État vénézuélien », agréé par le législateur, dont les actes sont nuls selon le jugement de la Cour suprême. En outre, Guaidó indiquait dans le texte qu’il entamerait le processus de nomination des directives de la compagnie pétrolière d’État PDVSA et de sa filiale américaine CITGO.

Nouvelles sanctions

Lundi également, le conseiller américain à la Sécurité, John Bolton, a annoncé l’imposition de  sanctions  à l’encontre de la compagnie pétrolière vénézuélienne.

Les mesures restrictives comprennent le gel d’environ  7 000 millions de dollars  d’actifs de cette société d’État vénézuélienne, en plus d’une perte estimée à 11 000 millions de dollars de ses exportations au cours des prochaines années, selon le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin.

Tags: 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 29, 2019 dans Amérique latine, Etats-Unis