RSS

Archives de Catégorie: histoire

Poutine réclame 600 milliards à l’ Allemagne en dommages de guerre

ont-il abordé cette intéressante question?

Poutine réclame 600 milliards à l’Allemagne en dommages de guerre

Posté le 6 février 2015

russia
 La Russie envisage de réclamer à Berlin des dommages de guerre pour l’agression nazie de 1941 : la Douma, chambre basse du Parlement russe, a mis en place un groupe de travail pour calculer les dégâts causés par l’Allemagne, lors de son attaque de  l’Union soviétique en 1941.
Selon le journal Izvestia, le compte qui résulte de ces travaux doit être présenté à la chancelière Angela Merkel comme des obligations de récupération. Tout semble découler d’une controverse intervenue lors de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Les Relations entre la Russie et l’Allemagne pourraient être de plus en plus tendues, mais Moscou n’a à ménager aucun Etat de l’occident. « Pour la destruction de l’URSS pendant la seconde guerre mondiale l’Allemagne n’a jamais payé, », a déclaré le député Mikhail Degtyarev. En effet les accords de Yalta ont obtenu certains biens d’origine allemande (principalement des meubles, des vêtements, des équipements industriels) comme trophées de guerre pour l’Union soviétique, mais selon l’actuel Parlement russe, ce n’est pas une indemnisation correcte pour les dommages causés à l’économie. Au total, les seules pertes matérielles ont été estimées à 600 milliards de dollars. »
par italian.irib.ir
 
5 Commentaires

Publié par le février 7, 2015 dans actualités, guerre et paix, histoire

 

Sondage d’opinion en Crimée : 93% des habitants soutiennent la réunification avec la Russie *

Sondage d’opinion en Crimée : 93% des habitants soutiennent la réunification avec la Russie  * Données publiées par la presse ukrainienne !

http://www.vz.ru/news/2015/2/4/727894.html

4 février 2015

Selon une enquête menée par GfK Ukraine, 82% de la population de Crimée soutient pleinement l’entrée de la région dans la Russie.

4% y sont opposés, 11% soutiennent modérément, rapporte le journal «ukrainskaia pravda» .

Selon l’enquête, la moitié des habitants de la péninsule affirment que leur situation financière s’est améliorée au cours de la dernière année (très nettement pour 21% d’entre eux), pour 35% elle n’a pas changé et pour 13% elle s’est détériorée.

Parmi les questions qui préoccupent le plus la Crimée : le conflit dans l’Est de l’Ukraine (42%), l’inflation (40%), le blocus de la Crimée (22%) et le manque d’argent, le chômage, les sanctions etc.

En outre, 80% de Crimée ne croient pas aux informations des médias ukrainiens (pour 45% d’entre eux – pas du tout), et seuls 5% de la population de la péninsule leur font confiance.

Le sondage a été réalisé du 16 au 22 Janvier à la demande de Berta Communications, avec l’aide du Fonds canadien d’initiatives locales. 800 personnes ont été interrogées par entretien téléphonique. Le taux d’erreur maximal est de 3,5%.

Il convient de noter que si vous additionnez les voix de ceux qui soutiennent pleinement la réunification avec la Russie (82%), et ceux qui préfèrent soutenir (11%) cela donne 93% des Criméens, ce qui, compte tenu de l’erreur maximale de 3,5% admise de l’enquête confirme le résultat du référendum en Crimée (96%).

Nous ajoutons que les résultats de l’enquête ont été diffusés dans les médias ukrainiens.

GfK Group – est une société de sondage allemande, une des plus grandes du monde. Elle réalise toutes sortes de recherches sociologiques et de marketing ainsi que ses propres projets de recherche et d’initiative.

En Ukraine, elle est représentée par sa filiale GfK Ukraine, et en Russie – GfK-Rus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 4, 2015 dans Europe, guerre et paix, histoire

 

Le Ministère des Affaires étrangères de Russie a suggéré à la Pologne de répondre des actions de Félix Dzerjinski

http://www.vz.ru/news/2015/1/22/725579.html

22 janvier 2015

Le Chef adjoint du Département de presse et d’information du Ministère des Affaires étrangères de Russie Maria Zakharova suggère que, suivant la logique du ministre des Affaires étrangères de la Pologne Grzegorz Schetyn qui  prétend qu’Auschwitz a été libéré par « 1er front ukrainien et les Ukrainiens, » Varsovie devrait être considérée comme responsable pour les actions de Félix Dzerjinski.

« Nous avions à peine repris nos esprits après les déclarations fracassantes de Iatseniouk sur l’invasion de Allemagne et de l’Ukraine par la Russie, que le relai dans la course au vandalisme historique a été repris par le ministre polonais des Affaires étrangères, Schetyn. Commentant la non invitation de la partie russe au 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz, il a dit ce qui suit: « Il est préférable de dire que c’est le Front ukrainien, le Premier Front ukrainien et des Ukrainiens qui ont libéré Auschwitz, car des soldats ukrainiens étaient là en ce jour de janvier, et ils ont ouvert les portes du camp, et ils ont libéré le camp « – écrit Zakharova sur sa page sur Facebook.

« En fait, ne peut dénier ni à Iatseniouk ni à Schetyn une certaine logique infernale, car tout concorde : la Russie a attaqué l’Allemagne pacifique et l’Ukraine indépendante, et le Front d’Ukraine, qui combattait contre l’occupation soviétique, a libéré Auschwitz, et quant à savoir de qui, cela n’intéresse personne, » – a-t-elle ajouté.

Selon le représentant du ministère des Affaires étrangères, « c’est seulement à première vue une douce folie. » « Si nous continuons cette chaîne logique, ce n’est pas la Russie qui sera la plus embarrassée. Regardez. Si, comme l’affirme Schetyn, Auschwitz a été libéré par les Ukrainiens, puisque c’était le Front ukrainien, dans ce cas les États baltes ont été libérés par les Baltes, par leurs Fronts baltes. Et en conséquence, il n’y a pas eu d’occupation par les troupes soviétiques dans ces pays, occupation sur laquelle ils ont construit leur concept de lutte historique : ils se sont libérés eux-mêmes, puis se sont occupés eux-mêmes « – a ajouté Zakharova.

« Poursuivons. Qui a planté le drapeau sur le Reichstag? Kantariya, Egorov et Berest. Donc la responsabilité « pour l’occupation de l’Allemagne » (selon Iatseniouk) doit être endossée non seulement par la Russie mais aussi  par la Géorgie et l’Ukraine. Qu’avons-nous ensuite? Ah! Le totalitarisme soviétique, la répression, le Goulag, pour lequel on incrimine toujours la Russie. Maintenant, nous savons – tous les reproches sont à adresser à Tbilissi, et aussi, en partie à Soukhoumi. Et, bien sûr, ces services secrets soviétiques haïs partout dans le monde, dont on fait un croquemitaine qui effraie les enfants. M. Schetyn, vous ne voulez pas répondre pour Felix? « .

« Maintenant soyons sérieux. Il n’y a rien de pire que ces petits jeux sur les blessures historiques et ces danses  macabres des nationalités. C’est ainsi que le sentiment national vire au nationalisme et, finalement, se transforme en nazisme. C’est avec des propos de ce genre que l’homme commence à s’enfoncer rapidement et parfois irréversiblement dans les délices des questions nationales qui expliquent tout  « , – a dit le représentant du ministère russe des Affaires étrangères.

 

Selon elle, « c’est étrange de devoir l’écrire, mais tout de même:

  1. Auschwitz a été libéré par des unités de l’Armée Rouge.
  2. Les unités de l’Armée rouge n’étaient pas été formées sur le principe national.
  3. Le Premier Front ukrainien a pris ce nom le 20 Octobre 1943 après s’être appelé Front de Voronej (espérons que Schetyn sait où est Voronej). Le Deuxième front ukrainien formé à la même date s’appelait le Front des Steppes – il n’y a pas de nationalité de ce nom. Jusqu’à preuve du contraire. Le Troisième front ukrainien, également formé le 20 Octobre 1943 s’appelait jusque là Front sud-ouest. Et le quatrième front ukrainien, Front sud.
  4. L’absence d’un Premier front russe et d’un Septième front géorgien ne signifie pas la non-participation de Russes ou de Géorgiens dans les batailles de la Grande Guerre patriotique.
  5. Les soldats de l’Armée Rouge appartenaient à différentes nationalités. Nous ne divisons pas la Victoire en russe, biélorusse, arménienne, ukrainienne, juive, géorgienne, tatare, ossète, etc. Cette victoire, comme dans la chanson, est notre victoire commune, parce que nous y avons mis le prix.
  6. Personne n’a le droit de manipuler la mémoire des soldats de l’Armée Rouge, en utilisant le fait que la plupart d’entre eux ne peuvent plus leur envoyer le poing dans la figure « – a conclu Zakharova.

 

 

 

La réhabilitation musicale d’un nazi letton par Efraïm Zuroff

A quoi sert le retour du nazisme et sa réhabilitation en Europe?

La Lettonie préside l’UE, une de ses décisions a été d’interdire une exposition sur la Shoah. Si l’on relie cette décision à celle de la Pologne de refuser d’inviter la Russie à la célébration de la libération d’Auschwitz ou encore aux surprenantes déclarations du premier ministre ukrainien affirmant que la Russie lors de la deuxième guerre mondiale avait envahie l’Ukraine et l’Allemagne, tout cela dans le cadre d’une réhabilitation des anciens nazis qui va très loin, faisant de hordes de voyous fascistes ses « punisseurs » contre la population russe mais aussi faisant régner la terreur sur tout le territoire, on peut s’interroger sur la complaisance de l’UE à l’égard de tels gouvernements. En fait, il s’agit simplement du personnel politique sur lequel les Etats-Unis se sont appuyés durant toute la guerre froide. Ceux-ci recrutés souvent sur fiche familiale ont été les meilleurs alliés des Etats-Unis et sont passés du statut d’anciens nazis à celui de combattants pour la liberté. Le dernier avatar et le plus criminel est le gouvernement issu du maÎdan dont personne ne peut plus ignorer qu’il s’agit d’une opération de la CIA sur laquelle les gouvernements européens ont non seulement fermé les yeux mais continuent encore aujourd’hui avec l’aide d’une presse servile à feindre de le croire démocratique. Il s’agit non seulement de préserver les intérêts de l’OTAN, quitte à nous conduire à deux doigts d’une guerre nucléaire mais également les intérêts patronaux face à une main d’œuvre taillable et corvéable à merci type la circulaire Bolkenstein qui n’a jamais été abrogée.La judéophobie est excatement le pendant de l’islamophobie qui frappe avant tout un prolétariat et le stigmatise alors que ce sont les principales victimes de ce fascisme utilisé par le camp occidental pour piller leur pays.  (Danielle Bleitrach)

Voici donc ce qui est mené en terme de réhabilitation en Europe, en Lettonie mais aussi partout dans les ex-pays socialistes et que couvre une russophobie de nos médias soumis à la servilité la plus totale aux Etats-Unis. Je vous demande à tous de nous aider à percer le mur de ce silence complice en assurant à la tournée des progressistes ukrainiens que nous tentons à quelques uns en France une véritable audience. Notre pays, la France vient de vivre des événements qui ont légitimement émus les Français. Nous sommes descendus dans la rue pour réclamer la liberté d’expression, mais comment pouvons-nous espérer une telle liberté si nous soutenons au cœur même de l’Europe sous couvert des intérêts des marchands d’armes, la montée du nazisme qui fait déjà régner la terreur en Ukraine? Comment pouvons ne pas voir que l’Europe en crise est hantée par de vieux démons auxquels nous sommes en train de donner vie, comment même sous les revendications les plus légitimes à la laïcité rampent les racismes de toujours? Les réponses sont dans le développement, la justice, la paix, le refus de toute stigmatisation raciste, la dénonciation de ce nihilisme de la mort au service du capital qu’est le nazisme. Nous voudrions ajouter que si nous Français nous souhaitons le respect de nos valeurs, cela passe par le respect de celle des autres et une autre conception des relations internationales que cette folie impérialiste avec un pseudo-combat contre le terrorisme qui partout n’a fait que développer les forces que nous prétendions combattre.

Une nouvelle pièce en Lettonie dépeint Herberts Cukurs comme un héros national effaçant le cruel tueur de Juif

Le samedi 11 octobre, la première d’un nouveau projet musical letton aura lieu dans la ville portuaire de Liepaja, dans le cadre d’une vaste tournée des grands centres du pays.

Un tel événement n’attirerait normalement guère l’attention, mais dans ce cas-ci, l’oeuvre en question n’est pas une production innocente visant à divertir le public. Elle est plutôt une tentative éhontée de réhabiliter l’image de l’un des meurtriers de masse les plus notoires du peuple juif dans les pays baltes pendant la Shoah.

WikipédiaWikipédia« membre de la tristement célèbre et infâme unité lettone « Commando Arajs » en 1937″

Le sujet de la pièce est Herberts Cukurs, le commandant en second de l’infâme commando spécial Arajs, qui a joué un rôle de premier plan dans l’annihilation des Juifs de Riga et du du pays au cours de la première année qui a suivi l’invasion nazie de la Lettonie. Ces commandos ont par la suite participé activement à l’assassinat des Juifs en Biélorussie (notamment dans le ghetto de Minsk).

Bien que le rôle de Cukurs dans ces atrocités soit bien connu, il a réussi, comme beaucoup de criminels de guerre nazis baltes, à échapper à la justice en fuyant à l’étranger, dans son cas au Brésil. Une fois découvert dans le pays, les Soviétiques ont demandé son extradition pour qu’il puisse faire face à des accusations de crimes de guerre. Les Brésiliens ont refusé, affirmant qu’ils ne pouvaient pas le renvoyer dans le pays où il avait commis ses crimes, en l’occurrence la Lettonie, qui n’existait plus.

Ce vide juridique a empêché que Cukurs soit poursuivi et châtié.

La possibilité d’une loi imminente limitant les poursuites contre les criminels de guerre nazis en Allemagne a provoqué une réponse inhabituelle d’Israël, qui a envoyé une équipe d’agents du Mossad l’exécuter. Cet acte de vengeance, qui a eu lieu à Montevideo en 1965, a ironiquement pavé la voie à la famille de Cukurs et aux ultranationalistes lettons dans leurs tentatives de blanchir Cukurs de ses crimes.

Afin de comprendre les motivations qui se cachent derrière cette campagne qui a débuté il y a plusieurs années par une exposition intitulée “Herberts Cukurs: la présomption d’innocence » et un film documentaire cherchant à promouvoir son innocence, il faut savoir que Cukurs jouissait d’un statut de héros national en Lettonie pendant les années trente.

Il s’était forgé une renommée en tant qu’aviateur audacieux, fabriquant plusieurs avions et volant en solo vers des destinations exotiques en Afrique (Gambie) et en Extrême-Orient (Tokyo).

Il avait même volé vers la Palestine de l’époque et avait plus tard enseigné à Riga pour le public juif. C’est cette renommée et le fait que Cukurs n’a jamais été condamné par aucun tribunal pour ses crimes pendant la Shoah qui sont à la base de la campagne pour restaurer sa gloire nationale en Lettonie. Les efforts actuels visant à réécrire le récit historique de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah dans les pays baltes afin de minimiser le rôle prépondérant des collaborateurs locaux et de ceux visant à victimiser les pays baltes pendant le régime communiste ont aussi contribué à cette campagne.

Les arguments les plus parlants contre la volonté de réhabiliter le statut de héros national à un meurtrier de masse comme Cukurs reposent sur les nombreux témoignages de survivants juifs de Riga, dont beaucoup ont été enregistrés peu de temps après la fin de la guerre. A cet égard, la gloire d’avant-guerre de Cukurs a joué contre lui. Contrairement à la grande majorité des autres collaborateurs nazis lettons, Cukurs était fort connu et donc facilement identifiable par plusieurs de ses anciennes victimes. Par exemple, Rafael Shub confie, dans un témoignage que j’ai retrouvé dans les archives de Yad Vashem, que Cukurs avait brûlé à mort 8 Juifs dans le nouveau cimetière juif de Riga, identifiant même ses victimes: le responsable de la synagogue M.Feldheim, sa femme et ses quatre enfants, ainsi que le cantor Mintz et son épouse. Un autre survivant, Abraham Shapiro, interné au quartier général du commando spécial Arājs au 19 rue Valdamaras, a déclaré que Cukurs avait personnellement assassiné deux Juifs (dont un nommé Leitmann) pour ne pas avoir suivi ses ordres. Alors qu’il était condamné à jouer du piano, Shapiro a aussi été témoin de l’agression sexuelle et d’actes de torture commis par Cukurs et d’autres officiers lettons contre une jeune fille juive. La preuve la plus accablante vient cependant de Max Tukacier. Ce dernier a témoigné en 1948 devant les membres de la Direction juridique du comité central des Juifs libérés en Allemagne que Cukurs battait et exécutait les hommes, les femmes et les enfants qui n’arrivaient pas à suivre le rythme de la marche forcée des Juifs de Riga vers la forêt de Rumbula lors des exécutions de masse du 30 novembre et du 8 décembre 1941. Il a également rapporté que le célèbre aviateur avait ordonné à un Juif âgé avancé de violer une jeune femme juive de vingt ans devant une foule de policiers et de prisonniers lettons au quartier général du commando d’Arajs. Lorsque l’homme a refusé de le faire, il lui a ordonné d’embrasser encore encore le corps nu de la jeune fille. Les 10 à 15 prisonniers, hommes et femmes, incapables de supporter la vue de cette humiliation ont ensuite été battus à mort par Cukurs.

Inutile de préciser que de tels témoignages ne feront pas partie de la représentation musicale de samedi soir prochain.

Une bande annonce de la pièce sur YouTube mettant en scène la chanteuse lettonne Juris Miller suscite des réactions enthousiastes, mais apparemment aucune protestation.

Dans la Lettonie d’aujourd’hui, Cukurs gagne la sympathie de beaucoup trop de Lettons, tandis que ses victimes juives sont oubliées ou pire encore, effacées des registres de l’Histoire.

Dr. Efraim Zuroff est le chef des chasseurs de nazis du Centre Simon Wiesenthal et le directeur du bureau du Centre en Israël. Son livre le plus récent est : Opération Dernière chance ; la quête d’un homme à traduire les criminels nazis en justice.

Son site web est : http://www.operationlastchance.org et il peut être suivi sur Twitter @EZuroff

http://www.i24news.tv/fr/opinions/46309-141007-la-rehabilitation-musicale-d-un-nazi-letton

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2015 dans Europe, extrême-droite, histoire

 

Auschwitz libéré par les Ukrainiens: cesser de se moquer de l’histoire (Moscou)

Ministère russe des Affaires étrangères

20:56 21/01/2015
MOSCOU, 21 janvier – RIA Novosti
 Le gouvernement Polonais frise un sommet, après avoir refusé d’inviter les Russes pour la commémoration de la libération d’Auschwitz, dans le silence pourtant total des médias français dont la complaisance atteint elle-même des sommets, a trouvé le moyen de résoudre une affaire somme toute scandaleuse sur le plan historique en rajoutant une louche de grotesque: ce sont les Ukrainiens qui ont libéré Auschwitz, sans doute en allant envahir l’Allemagne selon la brillante analyse de son premier ministre actuel…les médias français et leurs journaleux reprendront probablement ces âneries ou se contenteront comme d’habitude de la boucler. (danielle Bleitrach)

Le ministère russe des Affaires étrangères a invité mercredi la Pologne à cesser de se moquer de l’histoire et d’outrager la mémoire de ceux qui ont libéré l’Europe lors de la Seconde Guerre mondiale.

« Il faut cesser de se moquer de l’histoire et de pousser l’hystérie antirusse jusqu’à insulter la mémoire de ceux qui ont sacrifié leurs vies pour libérer l’Europe », lit-on dans un communiqué de la diplomatie russe.

Le ministre polonais des Affaires étrangères Grzegorz Schetyna a déclaré mercredi sur Polskie Radio que le camp de concentration nazi Auschwitz-Birkenau fut libéré par des Ukrainiens lors d’une opération effectuée par le Premier front ukrainien. D’après le ministre, « en ce jour lointain de janvier, des soldats ukrainiens ont ouvert les portes du camp et libéré les prisonniers ».

Selon Moscou, « il est difficile de soupçonner d’ignorance un fonctionnaire du niveau de Grzegorz Schetyna », car « tout le monde sait que le camp Auschwitz-Birkenau a été libéré par l’Armée Rouge ». Le communiqué souligne notamment que « tous les peuples ayant combattu au sein de cette armée ont fait preuve d’héroïsme ».

« Il est aussi à noter qu’avant novembre 1943, le Premier front ukrainien s’appelait Front de Voronej et encore plus tôt, Front de Briansk », a conclu le ministère russe des Affaires étrangères.

 
1 commentaire

Publié par le janvier 22, 2015 dans Europe, histoire, humour

 

Isaac Babel : la ceinture rouge…

un ami m’offre ce texte de l’immortel auteur des contes d’Odessa et il m’écrit ces quelques mots qui me touchent profondément et dont je reconnais l’auteur,

Danielle,
il faut continuer.Une partie de nos malheurs vient du silence des vaincus, de notre silence à nous. Je ne sais où tu trouves cette force qui jamais ne te fais défaut, sincèrement tu as mon admiration.

Je te fais un cadeau.
Tu connais déjà ce texte, mais peu importe.

Ces jours derniers, on a parlé de voitures explosées à Villejuif. Sans importance. Mais ça m’a fait penser à tes textes sur ce pauvre Georges Marchais, et cette nouvelle mairie à côté de la plaque.

Je t’offre « la ceinture rouge » de ton cher Isaac Babel. C’est un court texte qu’il a écrit en 1935, lors de son troisième et dernier séjour à Paris. De l’avis de tous, ce n’est pas ce qu’il a écrit de meilleur. Un texte de rien du tout, presque insignifiant et inoffensif. On y trouve quand même, en passant, quelques unes des vérités essentielles qui te sont chères : les classes sociales, l’opportunisme politique, la culture du rapport de force, la certitude des lendemains qui chantent…et l’humour d’odessa…

La traduction est ici de S.Benech.

LA CEINTURE ROUGE

Paris est entouré d’une ceinture de petites villes. Elles sont considérées comme ses banlieues. C’est là que se trouvent la plupart des fabriques et des usines de la capitale, ses entreprises et ses établissements les plus importants. Les voix de ces masses laborieuses sont acquises aux communistes. Dans la plupart des banlieues les municipalités sont communistes. La ceinture qui entoure Paris est une «ceinture rouge».
Un jour, une délégation soviétique (nous étions venus assister au Congrès pour la Défense de la culture) s’est rendue à Villejuif, une des banlieues rouges de la capitale. Le maire de Villejuif, Vaillant-Couturier, est membre du Comité central du Parti communiste français, il est écrivain, journaliste, et rédacteur en chef du journal L’Humanité.
La transition entre la ville – l’appareil compliqué, contradictoire et terrible d’un état bourgeois – et Villejuif, une cellule de l’avenir, est frappante.
Il n’y a pas de frontière géographique indiquant où se termine Paris et où commence la banlieue. La ville sans fin s’étale sur des dizaines de kilomètres, les quartiers deviennent juste plus pauvres au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre, et l’on voit de plus en plus souvent des blouses d’ouvriers, qui finissent par devenir la tenue prédominante.
Une fois à Villejuif, nous sommes allés à la mairie. Dans les bureaux, tout le monde s’appelle «  camarade », et il règne partout une telle solidarité, une telle simplicité et une telle spontanéité, que nous nous sommes tout de suite sentis chez nous, et nous avons compris, non seulement avec nos esprits, mais aussi avec nos coeurs, que la patrie de l’idéal communiste est immense et n’a pas de frontière, comme le monde.
A la mairie, nous avons assisté pendant plusieurs heures aux audiences de Vaillant-Couturier. On vient trouver le maire communiste pour les problèmes les plus insolites. Il y a des ouvriers, et parfois aussi des bourgeois, des spéculateurs, des militaires.

La plupart des gens étaient des chômeurs. L’un d’eux s’est plaint à Vaillant-Couturier: « Mon patron m’a licencié, ce chameau, et maintenant, il refuse de me délivrer mon attestation pour la caisse de chômage. S’il te plait, Vaillant, aide-moi. »

Et Vaillant l’aide. Il écrit sur-le-champ au « chameau » :

« Cher Monsieur, etc. etc… Je vous invite à régler ce que vous
devez à un tel… Dans le cas contraire… »

On peut être sûr que le « chameau » ne va pas en arriver au « cas
contraire ». L’ouvrier prend le papier et remercie.

Une demi-heure plus tard, le patron débarque, dans tous ses états:

« Monsieur Vaillant, je vous le jure, moi aussi je suis un communiste dans l’âme ! Mais je vous jure que je ne lui dois pas ces
cent francs ! Vous allez me mettre sur la paille, vos calculs sont faux. Les ouvriers vivent mieux que moi ! Je suis ruiné. Je n’ai pas de quoi payer les intérêts…»

Alors Vaillant lui tapote l’épaule:

« Ce n’est rien, mon ami, vous n’en avez plus pour longtemps
à souffrir… Quand nous aurons instauré le communisme, vous
n’aurez plus à payer d’intérêts, et l’État n’aura plus à verser
d’indemnités de chômage…»

Le patron reste interdit et s’en va, plongé
dans ses pensées.

A Villejuif, la municipalité communiste a construit la plus belle
école de France. Extraordinairement attrayante, gaie, et d’une
grande virtuosité architecturale. Des fresques murales peintes
par Lurçat, des classes lumineuses et harmonieuses, des parterres
de fleurs, des salles de gymnastique et un cinéma. Pour les
Français, habitués aux collèges sinistres et moyenâgeux, cette
école communiste est la huitième merveille du monde. Devant
le charme et la simplicité des équipements et des nouvelles
méthodes d’enseignement de cette école, même les autorités officielles ont dû s’incliner. Le ministre de l’Éducation nationale
avait exprimé le désir d’assister à l’inauguration. On lui a fait
comprendre que sa venue ne serait un plaisir pour personne…Il
a compris et ne s’est pas montré.

Une « ceinture rouge » entoure Paris, et l’heure approche où les
banlieues rouges vont s’allier au Paris rouge, pour le plus grand
bonheur de toute I’humanité progressiste.

 
 

UN SIMPLE CONSEIL DE BON SENS

L'Arabie Saoudite est le principal client de la France en terme de vente d'armes (1,9 milliards d'€ de contrats en 2013).<br />
La France vend des armes au Qatar (et des clubs de foot?).<br />
Deux centres avérés de financement et de formations de terroristes.<br />
France: 40% des prises de commandes (en armement) sont issues du Moyen-Orient.<br />
Et comme dirait Howard Zinn:<br />
"Il y a une réserve de terroristes potentiels parmi tous ces gens, partout sur la planète, qui ont souffert de la politique étrangère des États-Unis."<br />
--->Il suffit de remplacer par "France".<br />
L'ingérence et la vente d'armes sont une combinaison qui nourrit le terrorisme.<br />
Pour aller plus loin, un article de Noam Chomsky, intitulé "Terrorisme, l'arme des puissants" (Le monde diplomatique, décembre 2001):<br />
<a href=http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/CHOMSKY/8234" width="458" height="260" />

L’Arabie Saoudite est le principal client de la France en terme de vente d’armes (1,9 milliards d’€ de contrats en 2013).
La France vend des armes au Qatar (et des clubs de foot?).
Deux centres avérés de financement et de formations de terroristes.
France: 40% des prises de commandes (en armement) sont issues du Moyen-Orient.
Et comme dirait Howard Zinn:
« Il y a une réserve de terroristes potentiels parmi tous ces gens, partout sur la planète, qui ont souffert de la politique étrangère des États-Unis. »
—>Il suffit de remplacer par « France ».
L’ingérence et la vente d’armes sont une combinaison qui nourrit le terrorisme.
Pour aller plus loin, un article de Noam Chomsky, intitulé « Terrorisme, l’arme des puissants » (Le monde diplomatique, décembre 2001):
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/CHOMSKY/8234

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 12, 2015 dans guerre et paix, histoire

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 453 autres abonnés