RSS

Le Moyen orient, cible d’un terrorisme d’Etat yanquee

24 Oct

Vu de Cuba, les événements récents font partie d’une logique de maintien de l’hébémonie par les destabilisations multiples, les alliances à géométrie variable où l’on change apparement d’alliés comme de chemise. Cette analyse cubaine de la revue théorique Bohamia rejoint celle que nous avons déjà publié du parti communiste turc qui en arrive au même constat, l’important c’est celui qui est visé et que l’on entoure d’une poudrière en encourageant la destabilisation interne y compris par l’application des politiques néolibérales. On repense à la Chine jouant à la fois sur la mondialisation et le marché et sur l’effet stabilisateur du socialisme pour résister à l’encerclement.Le Moyen orient, mais aussi la méditerranée, l’Asie centrale, le pacifique, l’Amérique latine et pourquoi pas l’Europe sont la proie de cette hégémonie par le chaos.  Une stratégie du « choc », celui qui veut s’allier avec cette puissance erratique le fera à ses risques et périls (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Résultat de recherche d'images pour "Trump et la Syrie"

Le Moyen-Orient, cible du terrorisme d’État Yankee
María Victoria Valdés RoddaPar MARÍA VICTORIA VALDÉS RODDA

Guerres, menaces d’intervention,  génocide,  racisme et  effets déstabilisateurs de l’économie néolibérale, le Moyen-Orient va de mal en pis. Bien que l’attention mondiale se soit concentrée sur les récents événements en Syrie, la vérité est que le Levant dans son ensemble est un gâchis qui nous rappelle le «chaos constructif» prôné par les néo – conservateurs Yanquee, le véritable pouvoir qui, selon eux, s’exerce par la destruction de toutes les formes de résistance.

la politique étrangère américaine depuis la Seconde Guerre mondiale, l’UU a un objectif très bien défini: reconfigurer la carte d’un nouvel ordre mondial où Washington aurait la prédominance hégémonique. La chute de l’URSS semblait avoir servi ces désirs sur un plateau d’argent. Seulement l’histoire est extrêmement complexe et la docilité ne figure pas dans l’ADN planétaire. Face à ce Zbigniew Brzezinski dans son livre «Le grand tableau du monde, la Suprématie américaine et  les impératifs géostratégiques », considérait avant l’émergence de la Chine, de la Russie et de l’Iran. Selon les théories occidentales occidentales qui définissent l’Eurasie comme le « cœur », ce disciple du philosophe Leo Strauss, et d’autres auteurs tels que Steven Mann, considérait qu’une voie rapide vers le succès repose sur le fait d’encercler géographiquement les rivaux potentiels à l’aide d’un « cordon ». sanitaire »des pays hostiles;l’ installation de bases militaires; la création de zones de chaos et de violence dans le «voisinage »

Exemples suivants

En observant cette région, il est alors possible de remarquer ces différents liens. L’empire a sa logique de domination et Donald Trump répond à ce scénario, bien que cela ne semble pas être le cas. Le mois dernier, à la suite d’attaques de drones, revendiquées par le groupe yéménite Houthi, contre deux raffineries saoudiennes, appartenant à la plus grande compagnie pétrolière du monde, Aramco, la Maison Blanche a appliqué de nouvelles mesures coercitives contre la République islamique d’Iran et a annoncé le déploiement de nouvelles troupes au Levant tout en accélérant le processus de livraison d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Mike Pompeo a également déclaré que malgré le « retrait » de la Syrie des Etats-Unis, Israël avait « le droit fondamental » d’agir dans la région face à la menace présumée iranienne.

Et que faisait la Maison Blanche lorsque, le 9 octobre, des troupes turques et des milices turkmènes syriennes ont pénétré dans la bande de territoire arabe longue de 32 km depuis la frontière commune, sous le contrôle des soi-disant forces démocratiques syriennes et des Unités d’autoprotection, les YPG kurde? Il a abandonné les kurdes ses supposés alliés contre le terrorisme islamique . Trump a ordonné le retrait de ses troupes en annonçant, le 14 juillet, des sanctions contre la Turquie qui,sont « purement symboliques et permettent à Ankara de poursuivre son opération militaire en ignorant les critiques ».

Il y a beaucoup de pantomime ici parce que EE. Les États-Unis maintiennent leurs bases dans le nord-est de la Syrie, près de la frontière irakienne. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, María Zajárova, a lancé une alerte: « Un jour, la coalition américaine renforce sa présence en Syrie, un autre jour s’en va, puis reste et personne ne le sait. » Faudra-t-il faire face à une autre bataille plus importante pour la refonte du Moyen-Orient élargi?

http://bohemia.cu/opinion/2019/10/oriente-medio-diana-del-terrorismo-de-estado-yanqui/?fbclid=IwAR0dznEPquRD43gqj1JdwlF0yuKxTphMJEYq9dTKVYL-LIk88lOBwlVsLUc

 

María Victoria Valdés RoddaPor MARÍA VICTORIA VALDÉS RODDA

D

Ejemplos sobran

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :