Aujourd’hui, j’ai porté sur mon dos les wawas (bébés) d’une de mes soeurs, pendant qu’elles étaient noyées dans les gaz lacrymogènes. Le nain leva les mains pour dire  que nous allions en paix. Aujourd’hui, j’ai vu ce que c’est que d’être une mère rebelle et dans le confort. C’est un trés beau texte des femmes indigènes qui en Equateur manifestent avec leurs nourrissons serrés contre leur poitrine et disent être les mères. C’est un texte difficile parce que dans un espagnol local dont je ne connais pas tous les termes, mais le fond en est si beau que je ne veux pas vous en priver pour fêter la première victoire de ces rebelles sur le FMI et le président usurpateur de l’Equateur (note et traduction de danielle bleitrach

Photographie: réseau de communicateurs populaires

 

Aujourd’hui, j’ai vu une autre combattante sortir son sein pour offrir du lait à un bébé  qui pleurait de faim. Il avait besoin de sa mère qui ne pouvait pas accéder à un endroit sûr dans le centre CCE de l’Agora, car il était envahi de nuages crasseux;

Aujourd’hui, j’ai vu que, en plus d’être volontaires, nous sommes toutes des mamans. Aujourd’hui, j’ai vu des mamans mettre du vinaigre dans la bouche et dans le nez des wawas pour qu’ils  ne soient pas irrités par le gaz. Des seins qui offraient du secours à d’autres mères, des mamans qui conduisaient les wawas d’autres mamans dans un endroit sûr.

Aujourd’hui, j’ai porté sur mon dos les wawas d’une de mes soeurs, pendant qu’ils nous inondaient de gaz lacrymogènes  Aujourd’hui, j’ai vu ce que c’est que d’être une mère rebelle et dans le confort.

Parce que si vous n’avez pas le privilège de manger, comment allez-vous avoir le privilège de prendre  soin de votre wawa, pendant que vous exigez qu’ils ne prennent plus votre nourriture? Nous nous battons avec serrés sur nos seins avec nos Wawas sur eux,nos  seins distribuent le pain à tout le monde. Les mamans racontent des histoires, les mères allaitent les Wawas qui en ont besoin, les seins nous amènent vers les Wawas parce que nous sommes un corps et un cœur.

Maman
Photographie: Luis Herrera / ChakanaNews

Plus irresponsable est de laisser des milliers de femmes et d’enfants mourir de faim, plus est irresponsable de laisser les taitas et les mères de ces wawas au chômage, plus il est irresponsable de donner des balles et des coups aux taitas et mamas de ces wawas. JE SUIS UNE MAMAN IRRESPONSABLE, PARCE QUE JE LUTTE POUR LES WAWAS D’AUTRES MAMANS ET AUSSI, POUR LE MIEN, avec tout le monde au sommet.

Merci à tous. au cercle qui s’est formé pour que ces mères irresponsables prennent soin des chiots de toutes les autres. Et merci à ma maman, pour être ma base, toujours.

Indigène et bébé
Photographie: Henry Herrera