Le président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, et son homologue du Nord, Kim Jong-un, ont signé une déclaration conjointe lors du sommet de Pyongyang qui a déterminé la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Après avoir subi depuis des années une propagande imbécile  avec des inventions pures et simples sur la Corée du Nord, on découvre peu à peu ce qui a toujours été le coeur de la politique des deux Corées et du peuple coréen, une volonté de paix et de réunification avec le système chinois, c’est-à-dire la possibilité pour chacune des Corées de conserver son système politique mais en restant une seule terre avec des politiques communes (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Moon Jae-in et Kim Jong-un, suite à la signature de la déclaration commune lors du sommet de Pyongyang le 19 septembre 2018

Moon Jae-in et Kim Jong-un, après la signature de la déclaration commune au sommet de Pyongyang le 19 septembre 2018 Crédits/ mainichi.jp

Mercredi, deuxième jour du sommet intercoréen à Pyongyang, les deux dirigeants ont signé une déclaration dans laquelle ils exprimaient leur volonté de progresser vers la paix, faisant de la péninsule coréenne une « terre de paix sans armes nucléaires ni menaces nucléaires ».

Lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de leur réunion en «tête à tête», le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré que «l’ère de la paix a commencé». « Aujourd’hui, le Nord et le Sud ont décidé de supprimer toutes les menaces de toute la péninsule coréenne », a-t-il déclaré.

En son temps, il a été révélé que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait accepté de démanteler  le centre d’essais nucléaires de Tongchang-ri, avec la présence d’observateurs étrangers au cours de ce processus, rapporte PressTV .

Pyongyang a également décidé de fermer la centrale nucléaire de Yongbyon, mais seulement lorsque les États-Unis « prendront les mesures correspondantes » . Cependant, ces mesures ne sont pas claires.

Commentant les résultats du sommet d’hier dans la capitale nord-coréenne, Moon Jae-in a déclaré que Séoul et Pyongyang ont décidé d’ « éradiquer la menace de la guerre dans la péninsule coréenne. » Il a également déclaré qu’étant donné les bonnes relations entre les deux pays, Kim Jong-un se rendra à Séoul d’ici la fin de l’année.

Il a également déclaré que les deux dirigeants souhaitaient transformer la zone démilitarisée qui divise la Corée en une zone de paix et que les travaux de construction des liaisons ferroviaires et de la route entre le nord et le sud commenceraient bientôt, dès la fin de 2018.

Les mesures prises pour réduire la tension sur la péninsule devraient devraient déboucher sur la création d’une commission mixte, composée de représentants des commandements militaires des deux pays, a déclaré RT .

Signature d’un accord militaire

Les chefs de la défense du nord et du sud ont signé un pacte militaire en présence de Kim Jong-un et Moon Jae-in, selon un communiqué de presse.

L’accord, signé par le ministre de la Défense nord-coréen No Kwang-chol, et son homologue sud-coréen Song Young-moo, prévoit la création d’une zone de 80 kilomètres dans la mer Jaune et la mer du Japon, où les exercices militaires ne seront pas effectués.

Autour de la ligne de démarcation, la division de la Corée créera une zone exempte d’exercices militaires terrestres et de tirs d’artillerie. Une zone de vol sera également créée pour éviter les collisions entre aéronefs et le nombre de postes frontières sera réduit.

«Une ère de paix et de prospérité»

A l’issue de la réunion, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré que l’accord conclu lors de ce sommet – le troisième entre les deux dirigeants cette année – permettra « de progresser vers une ère de paix et de prospérité » contribuant à la dénucléarisation de la péninsule.

Séoul et Pyongyang ont également décidé d’envoyer une délégation conjointe aux Jeux olympiques de 2020 et de soumettre une proposition conjointe pour accueillir la compétition en 2032.