RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

Marianne et moi, la suite de notre collaboration…

1

Nous venons d’avoir une longue discussion avec Marianne, comme d’habitude nous sommes d’accord. Il nous est difficile dans la situation actuelle de nous préoccuper du plan politique dont le moins que l’on puisse dire est que nous sommes devant une absence de perspectives immédiates.  Ce qui ne manque pas d’exaspérer les tensions individuelles. Que ceux qui ont la force d’œuvrer dans un tel marécage le fassent, nous les en remercions sincèrement.

Aujourd’hui, à titre d’exemple, il y a eu la conférence de presse de françois Hollande où il a comparé le FN au discours des communistes des années soixante et dix et c’était pour lui visiblement une stigmatisation de l’extrême-droite qu’une telle référence. La direction du PCF s’indigne, mais ce qui ‘est extraordinaire, c’est que les mêmes, la direction nationale du PCF, celle du Rhône approuve un Nicolas Maury quand il insulte les dirigeants des années soixante et dix et quatre vingt, quand il monte la jeunesse communiste contre eux. la direction du parti communiste ne récolte que ce qu’elle a semé. et ce qu’elle continue à semer, le mépris du passé… Dans le même temps, Marion Maréchal minimise la part des juifs morts dans la shoah, là dessus aussi elle a bénéficié de quelques complicités dans la jeunesse faute de respecter le passé. Comment voulez-vous que François hollande et le PS et même l’extrême-droite respectent des communistes qui ne se respectent pas eux mêmes, comment lutter contre la prégnance du négationnisme qui revient à faire un signe d’égalité entre communiste et nazisme?  Nous ne pouvons pas remonter à nous seules un tel courant…

En revanche, nous sommes d’accord pour plus nous investir sur la question qui nous préoccupe et qui est celle de l’espace post-soviétique et euroasiatique. Notre réflexion reste d’abord théorique bien qu’avec des implications politiques. Il s’agit de contribuer à une meilleure appréhension de l’histoire du communisme et il s’agit de mieux faire connaître par nos voyages, traductions, compte-rendus de lecture, conférences ce qui est en train de naître dans ces espaces profondément marqués par la première expérience socialiste.

Si nous avons à ce titre de temps en temps un article ou un récit d’expérience qui nous paraît intéressant, nous le publierons, mais pour le reste ce blog demeurera en sommeil. Nous allons nous préoccuper toutes les deux de la diffusion et des débats autour de notre livre « Urss vingt ans après, retour de l’Ukraine en guerre » et sans doute de notre voyage à Novossibirsk et en Asie centrale. Peut-être cet été mais sûrement cet hiver. Comme je l’ai indiqué par ailleurs, en outre, nous pensons lors de la rentrée universitaire prochaine, suivre le séminaire de Jean Salem à la Sorbonne. Et à ce moment-là nous diffuserons les travaux et réflexions, comme d’ailleurs les compte-rendus des livres des éditions Delga qui font un gros travail sur notre champ de réflexion. .

Mais il n’est plus question, si faire ce peut, de mêler nos activités ou non activités politiques à la situation au demeurant navrante du champ politique français. Nous restons ce que nous sommes, moi une communiste sans parti, Marianne une communiste du Pas de Calais, c’est tout.

Donc pas question de réouvrir le blog tant qu’il n’y aura pas un texte qui nous paraîtra utile à la réflexion théorique qui est la nôtre et celle de bien des lecteurs et lectrices de ce blog. Si vous souhaitez poursuivre le débat, lisez notre livre, faites nous part de vos remarques, avant le mois d’octobre et la fréquentation du séminaire de jean Salem où ce blog retrouvera une utilité.

Voici mon numéro de courriel où vous pourrez me transmettre vos analyses et commentaires:

bleitrach.danielle@wanadoo.fr

A la fête de l’humanité nous sommes en train de réfléchir à notre présence et à celle de notre livre. Comme nous sommes en train de mettre en place quelques débats, Marianne à la fête d’Avion au stand d’Arras et nous deux à Beziers, puis à Aix en Provence à la librairie de Provence, peut-être à paris 20 e pour Marianne le 28 mai. Il est peut-être aussi question de l’Algérie en septembre…

Voilà et merci de vos encouragements et de votre véritable amitié, mais j’aimerais que vous fassiez l’effort de réfléchir à tout ça pour préparer ce travail collectif de rentrée. Puisque le rassemblement en faveur de quelques fondamentaux, la paix, la justice sociale, est impossible sur le plan politique, que les concurrences mesquines s’y exaspèrent, sans parler parfois de l’acceptation plus ou moins ouvertes de proximités nauséabondes faute de l’affirmation actuelle de la dimension de classe, espérons en un lieu d’échange intellectuel ouvert à tous; où, rêvons un peu, tels les copistes du Moyen Age, anonymes, nous transmettrons notre expérience à la génération qui saura en faire quelque chose.  Après la barbarie….

Danielle Bleitrach

Et comme il disait: « Les choses ne sont pas si douloureuses, ni difficiles d’elles-mêmes ; mais notre faiblesse et lâcheté les fait telles. Pour juger des choses grandes et hautes, il faut une âme de même, autrement nous leur attribuons le vice qui est le nôtre. Un aviron droit semble courbe en l’eau. Il n’importe pas seulement qu’on voie la chose, mais comment on la voit. »
( Montaigne Essais 1.14, p.123, Folio n°289)

 
1 commentaire

Publié par le avril 19, 2015 dans mon journal, Uncategorized

 

Devant l’ignominie il n’y a que le silence… se battre pour qui, pourquoi?

Cela va être mon anniversaire, cela me fait souvenir d’autres anniversaires plus douloureux et puis pourquoi le cacher je suis écœurée par les mœurs contemporaines, avant-hier j’ai été une fois de plus insultée gratuitement par un individu du nom de Nicolas Maury. Il est habituel de ces mœurs, j’ignore pourquoi peut être pour faire carrière auprès des dirigeants du PCF. Il m’a déjà accablée de tous les noms comme en témoigne le net, il recommence en me disant en toute simplicité que les communistes de sa génération sont obligés de réparer le mal qu’a fait la mienne… C’est le coup de pied de l’âne au lion devenu vieux, deux fois la mort quand l’insulte vient de si bas… Comment puis-je être le jouet de ça, pourquoi est-il là alors qu’un autre a disparu?…

Visiblement il ignore tout de moi puisqu’il me prend pour une ancienne permanente du PCF, son opinion est le produits de cancans… Alors que j’étais prof à l’Université et que je n’ai jamais rien accepté du PCF même pas les émoluments de conseillère régionale que je reversais au parti. Quant aux communistes de ma génération, je n’ai cessé d’en dénoncer les abandons et j’ai été et suis toujours interdite de L’Humanité pour cela… Les insultes, les calomnies ont commencé quand j’ai mis en cause la politique de Robert Hue… Ils se sont lâchés sur moi comme des chiens ceux qui aujourd’hui attribuent à Robert Hue leur malheur… Robert Hue est ce qu’il est mais il n’aurait pas pu détruire le parti sans la complicité de ceux qui aujourd’hui prétendent le sauver en continuant à accabler des gens comme moi… Rien n’a changé, et l’infaillibilité du dirigeant actuel sert à ne pas corriger ses erreurs.

Dans un tel contexte de cécité politique, de lâcheté et de suivisme, les choses se perpétuent et les jeunes gens sont déformés avant d’avoir mené le moindre combat. Certains de ma génération avaient pour exemple des héros auxquels ils voulaient ressembler… A cause de ces exemples, interdite, injuriée je suis envers et contre tous ces gens-là restée communiste et j’ai lutté contre mes ennemis de toujours pour défendre nos idéaux communs. J’ai tout sacrifié à mes convictions et je n’ai cessé de me battre pour rétablir les faits sur les combats des communistes comme je le fais aujourd’hui. Pour rien par gratitude pour les communistes et les soviétiques qui m’ont sauvé la vie enfant, parce que je crois toujours que ce sont les petits, les victimes, les humiliés qui feront le monde meilleur… J’ai été poursuivie par les ragots ignominieux des dirigeants, même la maladie de mon enfant, sa mort leur a servi de prétexte à détraction, « j’étais folle comme lui »…  Oui ils sont allés jusque là, …Mais je me suis dit comme Eluard, nous sommes les gens des temps obscurs…Il faut changer le monde et j’ai poursuivi le combat malgré eux… mais aujourd’hui je vois avec quelqu’un comme Nicolas Maury qu’ils se perpétuent, s’améliorent dans leur capacité destructrice…

quand je vois aujourd’hui ce paltoquet s’acharner sur quelqu’un comme moi, sans que personne ne songe à le remettre en place alors qu’il prétend à une position de cadre dans la fédération du Rhône et qu’il m’interpelle non en son nom mais en celui d’un collectif…  je me dis : mais à quoi tout cela sert-il pourquoi et pour qui je lutte, cela devient du pur masochisme. Il n’en vaut pas la peine, c’est vrai mais c’est bien là le pire, voir ce que sont devenus les communistes… malheureusement le diagnostic que je fais aujourd’hui sur les communistes de cette espèce est sévère, au lieu de combattre ensemble les adversaires, ils sont la proie de concurrences misérables, leur ego prend le pas sur tout, ils se divisent en sectes se combattant les uns et les autres… Ils sont devenus des dames de bonnes œuvres, prônant de plus en plus la tolérance, l’humain d’abord pour être de plus en plus incapables de respect et de vérité, plus hypocrites, à la manière dont Marx dit que le Capital c’est à la fois celui qui transforme les hommes en marchandise comme Ricardo et en idées comme Hegel. La dame patronnesse, le missionnaire va avec l’exploitation et son acceptation. On fait les banlieues en ne posant jamais la question de classe mais en cherchant des clients raciaux… On a perdu la base de classe alors on donne dans les grands sentiments. Et on attaque une combattante comme moi en ignorant tout d’elle et des autres, elle est une marchandise usée, pourquoi est-ce qu’elle ne crève pas? Je ne suis pas la seule, malheureusement nous sommes des centaines, voire des milliers à subir de tels traitements iniques, l’arbitraire des minables qui dénoncent les « staliniens » en reproduisant le modèle dans ce qu’il a de pire et en ignorant le sacrifice.

M’abattre pour ce jeune opportuniste est devenu plus important que la cause qu’il prétend défendre, les communistes que j’ai connus étaient exactement le contraire, ils étaient prêts à tout sacrifier à la cause commune et la fraternité naissait de ce but commun. C’est fini le temps en France, l’époque comme me disait mon enfant: « dis maman comment c’était l’époque?  celle où son père partait à Dachau dans le train de la soif, celle où sa mère adhérait parce qu’elle avait vu sur Match des communistes pendus à des crocs de boucher, où la veuve de Lumumba pleurant le crime… Aujourd’hui,. le principal ennemi n’est plus l’adversaire de classe, mais le concurrent dans la lutte des places, la tendance a gagné tous les partis y compris celui qui jadis était révolutionnaire Celui qui fut celui des héros et des poètes, le réalisme associé au romantisme de l’épopée… .il fut au point que  Maury et ses pareils n’existent plus que parce que nous avons été …  Ils mourront sans avoir mené d’autres combats que celui contre une vieille femme en se parant  de la feuille de vigne de « l’humain d’abord » pour masquer leur absence de perspective et leurs mœurs de spadassins … Le capital et ses valeurs lui  sont devenus irrésistibles: l’être humain est une marchandise, s’il est vieux, malade, obsolescent, pas « vendable » quoi il doit être rejeté et le seul argument que l’on ait contre lui est son côté démodé… on invente le passé, on révise, négationne à tour de bras en croyant exister… Mais on meurt d’inhumanité imbécile… le capital et ses concurrences liberticides règne en maître dans les esprits quand ils ont cette fragile veulerie.

Danielle Bleitrach

PS. Il y a aussi les mœurs du web dans la « modernité », … Personne n’est capable à commencer par les directions qui se gorgent d’âneries comme « l’humain d’abord » de garder à la politique les limites de la décence…Personnellement j’en ai assez tant que les directions ne feront pas amende honorable en ce qui me concerne y compris celle du Rhône, je tire ma révérence trop c’est trop. … piètre victoire, Aragon me disait jadis : pour des gens comme vous et moi ce parti devient parfois un mauvais lieu, un coupe gorge… que les voyous restent entre eux puisqu’ils sont impunis…

 
20 Commentaires

Publié par le avril 16, 2015 dans Uncategorized

 

La réflexion du jour : j’espère que Cuba conserve les USA sur leur liste des pays terroristes…

A l’annonce du fait qu’Obama supprime – enfin- Cuba sur la liste des pays terroristes, deux réflexions s’imposent : 1) Comment les pays « démocratiques » dont la France ont-ils pu s’accommoder d’un tel déni de droit, une telle injustice politique et aux conséquences économiques abominables sur le peuple cubain et sont prêt à glorifier les Etats-Unis de ce geste alors que l’essentiel de l’injustice est encore là avec toutes les lois du blocus, la possession illégale de Guantanamo (le seul lieu à Cuba où l’on torture… )

2) mais j’espère bien que Cuba n’a pas retiré les États Unis de sa liste des terroristes et salopards en tous genres…

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le avril 15, 2015 dans Uncategorized

 

L’épuration de la justice ukrainienne par les nazis de pravy sektor…

 L’épuration de la Justice. Lynchage public d’un juge qui a pour seul tort de ne pas être du « bon » parti. L’incident a eu lieu le 9 avril. C’est pour l’instant des faits isolés, mais il est révélateur de l’ambiance qui règne en Ukraine. Le fait que des militants ultra nationalistes (Praviy Sektor) puissent faire cela sans que la police intervienne est assez symptomatique d’une société à la dérive. L’homme en question, un juge de la ville d’Ivano-Frankivsk, a été trainé hors de son bureau, mis dans une poubelle, molesté, obligé à se déshabiller en partie et promené ainsi dans la ville. Les militants ont conditionné sa libération au fait qu’il signe une lettre de démission (youtube, youtube, youtube, korrespondent.net).

Noter le sympathique signe très « européen compatible » et « valeurs communes de l’UE » d’un des militants épris de liberté et de tolérance en début de vidéo.

extrait de Les-Crises.fr PL | 15 avril 2015 à 1 h 57 min | Tags: Actu’Ukraine, Ukraine | Catégories: Crise Politique | URL: http://wp.me/p17qr1-iHk

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 15, 2015 dans Uncategorized

 

Michael Kononovich : mettre les communistes dans la clandestinité est comme mettre un brochet dans la rivière pour le noyer !

9

Le parti communiste et les communistes sont le cœur de l’Ukraine. En interdisant le parti, la junte de Kiev cherche à arracher le cœur  de la République et donc à tuer notre grande patrie.

Aujourd’hui les autorités paniquées et désespérées tentent d’interdire les symboles communistes et de réviser l’histoire glorieuse de notre peuple, et par là-même elles remettent en cause les décisions géopolitiques du temps de l’URSS et de l’Ukraine soviétique. Délibérément, elles renoncent à l’annexion de l’Ukraine occidentale par l’URSS et au rattachement de la Crimée à l’Ukraine, sans parler des acquisitions de l’avant-guerre. Ils préparent ainsi le cadre juridique pour le transfert ou la vente des territoires ukrainiens à la Pologne, à la Roumanie et à d’autres pays ayant des revendications territoriales depuis longtemps contre notre pays. Après l’adoption des lois criminelles dictatoriales du 9 avril 2015, cela est devenu possible comme jamais auparavant. Parce que les décisions fondamentales de la période soviétique sont criminalisées et donc sous réserve de révision. Il est facile de deviner, qui, avec grand plaisir, entreprendra leur révision.

Cela impose une conclusion : la mutilation et la destruction de l’Ukraine opérée par la junte de Kiev a été préparée par Washington depuis longtemps. La seule force politique, debout susceptible de se dresser sur leur chemin était le parti communiste d’Ukraine. Des membres du Congrès américain l’ont dit à plusieurs reprises devant le Sénat des Etats-Unis.

Ils veulent interdire le parti communiste et les communistes, pour s’en prendre à l’Ukraine en toute impunité ? Cela signifie qu’ils veulent que le peuple se révolte contre les lois barbares ukrainiennes du 9 avril ? Croyez-moi, ils vont obtenir ce qu’ils cherchent !

Lors des élections au cours des différentes années des millions d’Ukrainiens ont voté pour le parti communiste, que le gouvernement veut désormais proscrire. C’est la décision la plus absurde que l’on puisse imaginer. Comment compte-t-il interdire le parti communiste d’Ukraine ? Ce parti, qui a une expérience historique unique du travail clandestin.

Aucun parti en Ukraine et dans le monde entier, ne peut se comparer à l’expérience de la lutte politique des communistes dans une atmosphère hostile à eux. Messieurs les Bandéristes Poroshenko,Yatseniouk et consorts, vous voulez mettre au moins un demi-million de communistes et de gens de gauche dans la clandestinité, pensant que, ce faisant, nous nous retirerons de la scène politique ? Apparemment, vous avez très mal étudié à l’école soviétique et à l’Université, vous n’avez jamais appris l’histoire de l’URSS : mettre les communistes dans la clandestinité, c’est comme mettre un brochet dans la rivière en espérant le noyer ! Nous avons une expérience inégalée en ce qui concerne les deux régimes nationalistes bourgeois et l’occupant Nazi pendant la seconde guerre mondiale.

Sachez-le, messieurs les adorateurs du nazisme : les communistes de l’Ukraine ne rendront jamais leurs armes et leur politique, et même si vous souhaitez l’inverse, ils agiront uniquement dans le cadre de la Constitution et des lois.

J’ai cette conviction : le parti communiste d’Ukraine, après les épreuves actuelles, deviendra encore plus fort. Et les Ukrainiens, en voyant notre indomptable volonté de nous battre pour l’unité du pays, nous apporteront de plus en plus leur soutien.

Chers compatriotes !

Nous, les communistes de l’Ukraine acceptons le combat, tout ne fait que commencer.
Il n’y a pas de victoire sans lutte !

Premier Secrétaire du Comité Central des Komsomols de l’UKRAINE

Michael Kononovich

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 14, 2015 dans Uncategorized

 

Les agences de Washington au Venezuela : une menace inhabituelle et extraordinaire

envoyé par Romain Mingus, un ami français qui vit au Venezuela et s’est engagé dans sa Révolution.(note DB)

9 mars 2015: Le président étasunien Barack Obama déclare, par décret, que le Venezuela représente une « menace inhabituelle et extraordinaire  pour la sécurité nationale et la politique extérieur des Etats-Unis”. Pour une personne peu au fait des relations entre le pays pétrolier et le géant impérial, il pourrait s´agir d´une blague de mauvais gout. En réalité, elle n´est que l´aboutissement d´une longue série de 16 ans d´ingérence et d´action subversive pour renverser la Révolution Bolivarienne.
L´acharnement de l´empire contre le gouvernement de Caracas commença dés que celui-ci considéra que le modèle de développement choisi par le Peuple vénézuélien sortait du cadre de l´American Way of Life, et que sa réussite effritait le bloc idéologique conçu au sortir de la guerre froide.
Dès lors, une véritable guerre de basse intensité s´est abattue sur le pays caribéen. Contrastant les méthodes violentes (coup d´Etat de 2002, 2014, 2015, tentative de magnicide en 2004) avec d´autres scénarios déjà utilisés au Chili, á Cuba ou au Nicaragua (guerre économique 2003, 2007, 2014-15, boycott des élections parlementaires de 2005, guerre médiatique permanente), la volonté des Etats-Unis d´en finir avec la Révolution Bolivarienne a été ininterrompue.
Ajoutant aux coups d´éclat et coups d´Etat, l´ingérence d´agences étasuniennes ou de fondations européennes a été permanente depuis 1999, comme l´a montré récemment une étude du Center for Economic and Policy Research (Cepr). En se basant sur des documents rendus publiques par Wikileaks, les chercheurs du Cerp montrent que les Etats-Unis financent et soutiennent l´opposition vénézuélienne depuis l´arrivée au pouvoir d´Hugo Chavez (1) . La NED (Fondation Nationale pour la Démocratie) ou l´Usaid (Agence des Etats-Unis pour le développement international) sont les agences du gouvernement étatsunien les plus compromises dans les opérations de déstabilisation des gouvernement qui ne s´alignent pas avec Washington. Mais elles ne sont pas les seules. Au Venezuela une myriade d´officines nord-américaine et européennes s´affairent d´une part á trianguler des flux d´argent á destination de l´opposition vénézuélienne, et d´autre part,  sur le terrain, á conseiller et former la contrerévolution. Une de ces agences, l´International Republican Institute (IRI) est particulièrement active depuis le début du processus politique révolutionnaire.
L´IRI est la branche internationale du Parti Républicain des Etats-Unis. Affilié á la NED, cet institut est dirigé par l´ancien candidat républicain á l´élection présidentiel, le sénateur John McCain. En Europe centrale et dans le Caucase, l´IRI a été une des pierres angulaires des révolutions de couleur contre les gouvernements jugés trop pro-russe par Washington.
John McCain, président de l´IRI, en compagnie de Abou Bakr Al Bagdadi, leader de Daesh
L´action de l´IRI contre les gouvernements de Hugo Chávez et de Nicolas Maduro nous rappelle que le gouvernement des Etats-Unis ne cessera son ingérence que lorsqu´ils réussiront á détruire la Révolution Bolivarienne et ses acquis politiques et sociaux.
Une série de documents provenant de l´IRI, envoyés á un grand nombre de journalistes d´investigation, sont riches d´enseignement sur les actions de l´agence nord-américaine au cours des années 2005-2006 (2) .
Ces documents sont très instructifs sur la manière d´opérer de l´IRI, et révèlent une ingérence permanente dans les affaires politiques de la République Bolivarienne du Venezuela. Suivant une méthodologie pointilleuse, et en lien tant avec l´ambassade des USA qu´avec leur quartier général de Washington, les employés de l´IRI á Caracas appliquent leur agenda de formation, de suivi avec les partis d´opposition. L´influence que peut avoir l´agence nous prouve que la véritable opposition á la Révolution Bolivarienne ne se trouve pas á Caracas mais au cœur de l´empire étatsunien.
Une méthodologie pointilleuse
Les documents révélés nous enseignent avant tout sur la méthodologie des agents de l´IRI á Caracas. En effet, ces derniers agissent comme un véritable service secret : rapports réguliers envoyés á leur hiérarchie á Washington, lien étroit avec l´ambassade des Etats-Unis á Caracas, relations permanentes avec les différents partis d´opposition ainsi qu´avec d´autres fondations opérant dans le même registre de la déstabilisation (notamment avec la fondation Konrad Adenauer (3) .
Plusieurs rapports sont étayés d´une analyse conjoncturelle de la vie politique et sociale vénézuélienne. Ces analyses, assez pertinentes, frappent d´emblée par leur contraste avec les prises de position publiques de l´opposition vénézuélienne ou du gouvernement étatsunien.
Ainsi, l´IRI affirme dans ses rapports que l´opposition ne dépassera pas 20% des députés á l´élection parlementaires du 4 décembre 2005 (4) . Consciente de la débâcle annoncée, celle-ci finira par boycotter les élections, essayant par là de discréditer le système démocratique vénézuélien (5) . De même, les analystes de l´IRI mentionnent la victoire inéluctable de Hugo Chávez á l´élection présidentielle de 2006, dans le même temps où le staff de campagne de Manuel Rosales publiait dans les journaux locaux des sondages donnant le politicien de droite largement en tête.
Ces analyses déterminent l´orientation de leur travail avec les partis d´opposition á la Révolution Bolivarienne selon un agenda qui répond beaucoup plus aux intérêts de Washington qu´á ceux du Peuple vénézuélien.
Leurs axes de travail consistent officiellement a renforcer le rôle des partis politique et de la société civil dans la vie démocratique vénézuélienne, aider les partis d´opposition á s´implanter dans les quartiers populaires, et développer de nouveaux leadership politiques au sein de la jeunesse vénézuélienne.
Modifier le panorama politique vénézuélien
La perte de confiance dans les partis politiques d´opposition ressort de la plupart des analyses stratégiques de l´IRI. Pour y remédier, l´agence étasunienne va travailler avec la plupart des partis de la droite vénézuélienne, en vue de modifier leur organisation interne et de faire évoluer leur discours en y édulcorant les aspects idéologiques. En ce sens, on devine l´évolution du discours actuel des cadres de l´opposition  dans le travail de l´IRI au cours des années 2005-2006: promesses démagogiques, triangulation des discours sociaux propres á la Révolution Bolivarienne, maquillage de la structure néolibérale sous le thème du progrès, etc.
La formation électorale est aussi un des thèmes récurrents des stages de formations qu´organise l´IRI. Ces formations prétendent enseigner aux militants escualidos comment améliorer leur campagne électorale, et comment l´organiser.  On notera par ailleurs dans l´un des documents que l´IRI dédie une grande partie de son travail de conseil et formation á Primero Justicia (6) . Or en 2005, Primero Justicia n´est qu´un parti politique embryonnaire n´ayant qu´une relative assise au sein de l´Etat du Miranda. La collaboration avec l´agence étasunienne va se révéler fructueuse pour le parti de Capriles Radonski, et au fil des années va leur permettre de réaliser une OPA sur le reste de l´opposition vénézuélienne.
Bien conscient que les classes populaires sont la base du chavisme, l´IRI va peser de tout son poids pour faire évoluer les politiques de communication de la droite vénézuélienne  (7) en élaborant une stratégie pour crédibiliser leur discours au sein des classes les plus pauvres du Venezuela.
De plus, plusieurs documents nous révèlent la préoccupation de l´agence étatsunienne pour les confrontations internes au sein de l´opposition. Un travail intense va être  entamé avec les partis anti-chavistes afin de construire une plateforme politique et électorale unitaire. Plusieurs réunions et formations de l´IRI vont aller dans ce sens. Le responsable de l´IRI en Biélorussie ainsi que des leaders politiques biélorusses à vont même être invité á Caracas afin de partager leur expérience de plateforme politique unitaire contre le gouvernement d´Alexander Loukachenko  (8). Le résultat de ce travail intense de Washington est aujourd´hui connu de tous. Le 23 janvier 2008,  la Mesa de Unidad Democrática (MUD) est officiellement crée. Merci qui ?
Travail avec les jeunes
Comme conséquence de la perte de crédibilité des partis traditionnels, l´IRI va centrer une grande partie de son travail sur l´émergence d´une nouvelle classe politique peu suspecte d´avoir entretenu des liens avec le désastre néolibéral des dirigeants de la 4e République : les jeunes.
Tous les rapports d´activité mentionnent un travail intense de l´agence étasunienne pour que les partis politiques d´opposition renforcent leur secteur de jeunesse et présente de nouveaux leadership á leurs électeurs. Comme inscrit dans un document, l´IRI travaille, dés 2006, á la création d´un réseau national de jeunes. Et veille á l´établissement d´échanges entre les jeunes des partis et les membres de la société civile afin de développer la coopération entre les différents groupes de jeunes et éviter les confrontations (9) .
Des stages de formations sont organisés spécifiquement en direction de la jeunesse afin de leur enseigner stratégies et maniement des nouvelles technologies. On notera la présence comme orateur dans l´un de ces stages de Lester Rodriguez, ancien doyen de l´Université des Andes, et ancien maire de Merida, élu sous la banderole de l´opposition (10) .
La naissance du groupe Movimiento Cambio est une des conséquences du travail de l´IRI. En lien avec l´ambassade des Etats-Unis, l´IRI va organiser un voyage d´un membre de Movimiento Cambio á Washington, quelques mois avant l´élection présidentielle. Ce mouvement de jeunes préfigure la naissance du mouvement Manos Blancas au cours de l´année 2007. S´inspirant des techniques de Coup d´Etat soft et des révolutions de couleur, Movimiento Cambio va réaliser, durant la campagne électoral de 2006, une très couteuse campagne médiatique sur le thème de l´insécurité (11).
Photos: Archives personnelles
Movimiento Cambio est un des premiers mouvements vénézuélien á se revendiquer ouvertement des coups d´Etat « non-violent » promus par l´Albert Einstein Institution. Voir que l´IRI et l´ambassade étasunienne étaient derrière la création de ce mouvement de jeune, nous rappelle que les « révoltes universitaires » de 2007, et plus récemment les guarimbas de 2014 n´ont absolument rien de spontanées. N´en déplaise aux multinationales de la communication, elles furent une création de Washington dans la droite ligne de celle conduite en Europe de l´Est et dans le Caucase.
Les lignes directrices de l´opposition dans sa quête du pouvoir sont plus le résultat des actions subversives du gouvernement de Etats-Unis, que d´un programme purement vénézuélien.
A ce titre, c´est plutôt l´IRI et Washington qui représentent une « menace inhabituelle et extraordinaire » pour la démocratie vénézuélienne.

Notes:

(1) Jake Johnston, “What the Wikileaks Cables Say about Leopoldo López”, Center for Economic and Policiy Research, 21 février 2014, disponible sur: http://www.cepr.net/index.php/blogs/the-americas-blog/what-the-wikileaks-cables-say-about-leopoldo-lopez
(2) Nous publions une partie de ces documents en note de bas de page.
(3) Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__V2trajJ0V1BEbEU/view?usp=sharing
(4) Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__MVQ1OUZacnV1dXc/view?usp=sharing
(5)Voir Romain Migus, “Les elections démocratiques du 4D: autres victimes de la propagande de guerre”, Caracas, ed. Minci, 2005. Disponible sur: http://www.minci.gob.ve/wp-content/uploads/downloads/2013/01/eleccionesdemocraticasdel4denfrances.pdf
(6)Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__MVQ1OUZacnV1dXc/view?usp=sharing
(7) Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__cmNQTEtMUldnY1E/view?usp=sharing
(8) Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__a0VOYmFwdXE0TTQ/view?usp=sharing
et https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__YXpLRVlqblpzYlU/view?usp=sharing
(9) Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__cmNQTEtMUldnY1E/view?usp=sharing
(10)Voir https://drive.google.com/file/d/0BxCkeAqUZr__VW5DYVQ4Sk1KSUk/view?usp=sharing
(11) Voir Eva Golinger & Romain Migus, La telaraña imperial, Caracas: Ed. Monte Avila, 2008. Disponible en espagnol sur: http://www.romainmigus.com/2013/06/la-telarana-imperial.html

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 14, 2015 dans Uncategorized

 

Pourquoi ce silence devant le Yemen et Yarmouk ?

Tout le monde sait qui finance Daech est-ce que cela explique les complicités de fait dont ces fascistes bénéficient ?

Fabius est à Ryad pour soutenir l’Arabie saoudite dans les crimes accomplis au Yémen, en feignant d’ignorer que ce sont des bandits financés par eux qui massacrent en Irak et en Syrie et s’attaquent aux Palestiniens.

A Yarmouk, les quelques milliers de Palestiniens coincés dans le camp vivent ce que Louisa Loveluck et Magdy Samaan, depuis le Caire, et Ruth Sherlock à Beyrouth, décrivent pour The Telegraph comme « l’un des sièges les plus terribles et destructeurs du 21e siècle ». Et pourtant, les médias français restent silencieux. Est-ce parce que les palestiniens de ce camp qui vivent le plus terrible des drames sont prêts à faire appel à Bachar El Assad et que la France s’avère incapable d’adopter une politique digne de son passé et qui en faisait un médiateur reconnu? Depuis Sarkozy et son alignement sur les Etats-Unis, la France perd toute audience.

Les gouvernements successifs témoignent dans cette affaire comme dans d’autres zones du monde de leur totale incapacité à avoir le rôle traditionnel de la France. Cette dérive ne dépend pas seulement des gouvernants et de leur vassalité par Europe interposée aux Etats-Unis, elle a sa source dans l’absence d’une politique de masse, du peuple français, une politique de paix basée sur les intérêts de classe des Français comme des peuples du monde. Si la France a été malgré son passé et présent colonialiste une référence internationale, elle l’a dû au gaullisme, mais le gaullisme n’a été ce qu’il était qu’à cause de la présence d’un parti communiste Français avec lequel il fallait compter. Qu’en est-il aujourd’hui?

Etrangement, les membres du Groupe d’amitié France-Palestine de l’Assemblée Nationale affichent une indifférence déconcertante face au sort des Palestiniens, mille fois plus tragique qu’à Gaza. Nos jeunes gauchistes et communiste qui vont dans les banlieues pour légitimement dénoncer ce qui se passe en Israël paraissent totalement indifférent face à ce drame?

Peut-être notre gôche avec ses clients, les juifs pour le PS et les musulmans pour la gauche de la gauche, a-t-elle du mal à s’y reconnaître mais c’est parce qu’elle a de fait abandonné une analyse de classe et joue les dames patronnesses sur des bases racistes.

J’attends encore quelques informations dans les réseaux sociaux en provenance des amis des Palestiniens… Les seuls qui protestent le font avec ironie en soulignant que si cela se passait en Israël tout le monde serait sur le pied de guerre… Faut-il leur donner raison?

Au risque de vous paraître rustique, je crois que nous devons pour renforcer la paix et le droit des peuples à la justice, dénoncer le fascisme qui sert le capital et son art de diviser, de massacrer, de porter la guerre civile. Ce fascisme n’est pas « islamiste » même s’il est le produit des wahabites, il est le produit du capitalisme en crise… et celui-ci n’a ni race, ni patrie, ni religion sauf le profit.

Danielle Bleitrach

 
2 Commentaires

Publié par le avril 13, 2015 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 489 autres abonnés