RSS

Archives de Catégorie: pcf

L’inégalité met le système social français en danger

Tout à fait d’accord sur cette analyse, la vraie question est qui peut lutter contre cette tendance, aucun des partis qui ont été au pouvoir depuis l’ère Mitterrand qui a été le déclencheur en France de la dite tendance.. Seul un parti communiste qui retrouvera ses fondamentaux et ne se vivra pas dans un rafistolage permanent de la gauche plurielle,une subordination acceptée parce qu’on ne croit plus au socialisme et n’ose pas le défendre (ce qui est le cas actuellement) peut impulser un changement profond. Sans ce parti là, il n’y aura pas de gauche mais des gens prêts à nous installer des Macron sur ordre du grand patronat, des soutiens d’une UE belliciste, néo-libérale, anticommuniste et proche de fait des fascistes des syndicats vendus au patronat comme la CFDT, tout cela perdurera et avec cette situation l’abstention, l’extrême droite. La seule question est de savoir s’il est possible qu’un véritable parti communiste colonne vertébrale du changement réel pourra enfin apparaître? Un projet de société contre un autre projet de société, pas les petits arrangements , pas l’éternel constat mais le Que faire? … (note de danielle Bleitrach)

Quand on a reçu un « pognon de dingue » pour faire campagne, grâce aux généreux dons d’exilés fiscaux, on renvoi l’ascenseur ! Bernard Arnault (avec M. Levy de Publicis) a de quoi se réjouir. Le bouclier fiscal de Sarkozy a été blindé. Le Français le plus riche (60 milliards d’euros) est dispensé de solidarité nationale.
MARTIN BUREAU /AFP

En France, le modèle social est aussi « en danger », selon l’ONG« car notre fiscalité repose de manière croissante sur des impôts régressifs comme la TVA et la CSG, des impôts qui pèsent proportionnellement plus sur les citoyen.ne.s les plus pauvres ». A l »inverse, l’impôt sur les sociétés est en baisse de 23 % depuis 20 ans.

Oxfam dénonce clairement les mesures fiscales prises par le gouvernement de M. Macron : « L’instauration de la flat tax et la suppression de l’ISF [impôt de solidarité sur la fortune] ont accentué cette tendance en diminuant de nouveau la participation des plus riches à notre système de redistribution ». D’après un rapport du Sénat, le top 100 des contribuables qui payaient l’ISF a gagné en moyenne 1,7 millions d’euros chacun grâce à ces mesures, sans impact visible sur l’investissement, qui était pourtant la justification de la réforme.

L’ONG en tacle au passage le projet de réforme des retraites, qui « pourrait pénaliser les carrières hachées qui concernent le plus souvent des femmes »« Les grand.e.s gagnant.e.s de notre système actuel de retraite sont les plus riches puisqu’ils profitent en moyenne plus longtemps de leur retraite par répartition, avec une espérance de vie de treize ans supérieure à celle des plus pauvres, indique le rapport. Au lieu de les mettre plus à contribution, le projet de réforme actuel prévoit de baisser leurs cotisations au-delà de 10.000 euros de rémunération par mois. »

Pour Pauline Leclère porte-parole d’Oxfam France, « les inégalités indécentes sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde car personne n’est dupe : la crise des inégalités traduit la complicité plus que l’impuissance des États à agir pour la combattre. Les inégalités ne sont pas une fatalité, elles sont le résultat de politiques sociales et fiscales qui réduisent la participation des plus riches – entreprises et particuliers – à l’effort de solidarité par l’impôt, et fragilisent le financement des services publics. Transports, éducation, santé, système de retraites…. sont sacrifiés alors qu’ils sont décisifs pour lutter contre la pauvreté. »

Pour lutter contre les inégalités, Oxfam recommande de :
- Reconnaître le travail de soin peu ou non rémunéré effectué principalement par les filles et les femmes comme une forme de travail ou de production apportant une vraie valeur.
- Rétablir une fiscalité plus équitable sur les plus aisé.e.s n, supprimer les niches fiscales qui bénéficient disproportionnément aux grandes entreprises sans bénéfice pour l’économie et lutter efficacement contre l’évasion fiscale.

 

Quand on me demande pourquoi à 83 ans je manifeste pour un système de retraite qui ne me concernerait pas, je réponds:

  • Être communiste mode d’emploi . Il me semble que j’ai l’air d’être un peu plus jeune que la photo, mais vu le nombre de jeunes qui m’interpellent dans les manifs ça doit pas être loin…

1) après la réforme des retraites, le système sera encore moins pérennisé qu’avant et nous irons de plus en plus vers un système à l’américaine, comme ça va très vite, les dommages collatéraux risquent de m’atteindre…
2) après la réforme des retraites, ils ne s’arrêteront pas en si bon chemin, ce sera la sécurité sociale leur prochain objectif de réforme.
Et là, non seulement ça me concerne mais je suis en première ligne parce que si à 83 ans je peux manifester, analyser ce qui se passe je le dois à l’excellent système de soin dont j’ai bénéficié et là:
3) ils vont vite rattraper le temps « gagné » et me le piquer pour me transformer en grabataire candidate à l’euthanasie pour ma dignité bien sûr…
4) et puis dans le peu de temps qui me reste je n’ai pas envie d’un Etat policier dans lequel comme aujourd’hui grâce à Castaner j’ai 8 fois plus de chance d’être tuée par un policier que par un terroriste, alors comme j’ai du mal à courir, euthanasie pour euthanasie, j’espère au moins en tombant freiner la charge… et comme je manie assez bien la canne, je peux aider…

 

5) en tant que communiste, enfin de ma génération, j’ai conscience de participer à un grand mouvement… Comme le disait le pape François, ce n’est pas une période de changement, c’est un changement d’époque et y participer pour moi c’est conquérir une manière d’éternité… Mais peut-êtere est-ce là quelque chose que les moins de vingt an ne peuvent pas connaitre mais le communisme ce fut et ça est encore une civilisation, un devenir de l’humanité, et il me semble que là c’est projet contre projet…

Danielle Bleitrach

 

 
1 commentaire

Publié par le janvier 11, 2020 dans France, pcf, SYNDICATS et LUTTES SOCIALES

 

Une opération de « com » qui a fait un bide…

A imagem pode conter: 1 pessoa, texto
Nenhuma descrição de foto disponível.
A imagem pode conter: 1 pessoa, texto
A imagem pode conter: 1 pessoa, texto
A imagem pode conter: 1 pessoa

 

Après l’énorme manif de Marseille, un défilé d’une taille impressionnante mais surtout avec une densité telle que nous avancions au pas, alors que toute la largeur du cours Lieutaud (une belle avenue) était occupée par cette foule… Beaucoup de jeunes…  et comme vous tous j’ai découvert que les médias répétaient que la mobilisation était en baisse… ou alors Marseille est un cas particulier ou ces gens-là mentent effrontément…

Le soir, j’ai écouté le débat sur la 2 et puis le débat sur le débat.

Soyons clairs, le débat était organisé pour nous vendre la réforme, pour isoler le méchant, Philippe Martinez, intransigeant alors qu’il fallait se parler, s’entendre entre Français, blablabla…

Mais non seulement l’enseignante tenait bon comme la non syndiquée de la RATP, mais les réponses tardaient à venir sur les questions précises que posaient les autres…

Les ministres en gros expliquaient qu‘on avait mal compris et peu à peu on se disait que l’on avait bien compris, mais qu’on n’en voulait pas en l’état et qu’ils devaient remballer leurs clous. Il est vrai qu’il y avait un gars particulièrement efficace, un taiseux, couvreur sur les toits… « Est-ce que vous croyez que même si je m’en vais à soixante ans je pourrai faire mon métier jusque-là! »  Et quand le ministre a tenté de lui vanter une reconversion, en trois mots il a démonté le discours… Ce qui était étonnant c’est que les intervenants que l’on tentait de canaliser vers la seule retraite pivot et contre les régimes spéciaux « injustes » de la SNCF, finissaient par ne plus très bien comprendre pourquoi on faisait tout ce bordel et qui y trouvait réellement avantage… Philippe Martinez avec beaucoup de perspicacité intervenait peu mais chaque fois assénait quelques faits qui déstabilisaient les arguments du ministre sans insister sur ce qui l’opposait à son collègue réformiste. 

Pourtant une place incroyable dans les reportages avait été accordée à la France profonde qui n’en pouvait plus des grèves. Par exemple, le temps consacré à l’époux de la maire d’un secteur parisien passé à la République en marche. Avant que les réseaux sociaux s’en mêlent, il s’était présenté comme un restaurateur bougnat venant nous faire pleurer sur le coût de la grève pour lui petit entrepreneur si bon pour son personnel, non seulement le reportage mais lui avait plus de temps sur le plateau que Philippe Martinez, la CGT. Après nous avons eu droit à un village de la Nièvre dans lequel tout le monde y compris le cheminot était pour la retraite à point. Il n’y avait guère que la question du pivot qui posait problème.

Oui mais voilà malgré cette mise en scène le sondage final auprès des téléspectateurs montrait que les deux ministres n’avaient pas convaincu, mais qu’en revanche l’idée que l’on demandait à chacun de signer un chèque en blanc alors que personne ne paraissait gagner quoi que ce soit à l’affaire faisait son chemin comme depuis plus d’un mois il le fait dans l’esprit des Français. Les Français sont un peuple épris de clarté, le couvreur qui était plutôt un taiseux a lancé la flèche finale: « si c’était si bien que ça, ça serait moins emberlificoté » ou quelque chose d’équivalent.

Effectivement, Il y a des moments où le langage des technocrates rappelle celui de l’escholier limousin chez Rabelais qui prétendait parler latin, et qui en lui frottait les oreilles finissait par dire en patois des choses très triviales. Pendant des heures, y compris dans le débat qui a suivi, on a entendu parler de « l’âge pivot », puis « du point d’équilibre » et à la fin quelqu’un dit ça veut dire « travailler plus longtemps ». Le fond étant lâché, aussitôt une tête à claque, économiste, ultra-libéral explique que Macron ne peut pas lâcher là-dessus non seulement à cause des économies mais surtout à cause de sa « volonté de valoriser le travail »… Et tout à l’avenant, il fallait trouver le mot abscons destiné à créer l’enfumage…

Ce qui me frappe autour de moi correspond bien à l’émission, chacun fait ses comptes et s’aperçoit que tout ça n’est pas clair et que sous prétexte d’en finir avec les régimes spéciaux – dont en pleine incohérence le ministre n’a pas craint de dire qu’ils représentaient 1% des retraites-et pensaient que Macron, ce banquier, ce président des riches n’étaient pas de ceux à qui l’on fait spontanément confiance.

Question qui avait participé aux manifestations pour prétendre comme Gisbert reprenant simplement l’intoxication médiatique que celle-ci était en baisse?

Tout cela n’est pas sérieux ou alors il y a un loup, type les sociétés d’assurance ou les fonds de pension en embuscade pour expliquer que des gens qui ont l’air de bien connaitre leurs dossiers soient incapables de répondre à des questions simples concernant des cas concrets…

Étonnez-vous après cela que non seulement samedi soit encore un jour de mobilisation, mais que le 14-15 et 16 on annonce de nouvelles mobilisations, dans le sondage au sortir de la discussion, les Français eux aussi à 71 % pensaient que ça allait continuer…

Danielle Bleitrach

A Marseille , l’ambiance:
 
 

J’accuse: Toujours à propos du vent de liberté qui souffla sur l’URSS

Description de cette image, également commentée ci-après

Phtographie: quand Elstine en 1993 fit tirer sur la douma et massacrer les députés révoltés, incendier le bâtiment, pendant qu’en Occident on taisait ce qui se passait

Sur une ligne de discussion sur un réseau social, un camarade m’interpelle :

  • tu ne peux pas nier que les peuples ont vécu la chute du mur de Berlin comme un vent de liberté même si ce fut une illusion…
  • tu as  d’autant plus raison, que je n’ai jamais dit cela. Si tu as l’occasion de lire mes mémoires malgré la censure qu’organise la presse dite communiste et les liquidateurs encore à l’oeuvre dans notre parti (1), mémoires  dans lesquelles je raconte comment envoyée par le parti je me suis trouvée dans divers lieux (à Malte, en Hongrie,etc..) où paraissait souffler ce vent de liberté, je témoigne du fait que jamais ces peuples qui se sont incontestablement engouffré dans le « gorbatchévisme » croyaient à la fin du socialisme… Il pensaient avoir le socialisme au couleur de la Pologne, de la Hongrie,etc… Avoir leur mot à dire face à des bureaucrates, voyager, il n’y aurait plus de censure…

En Russie, ce fut pareil mais aussi un peu  différent… Il y eut un référendum en 1991, partout ils  ont voté pour le maintien du socialisme et de l’URSS, sauf les pays baltes. Mais peu de temps après,  trois « ivrognes, les responsables du parti communiste de la fédération de Russie, de l’ukraine et de la Biolorussie décidèrent la fin de l’URSS après une nuit arrosée, le premier à qui ils téléphonèrent pour dire « c’est fait! » fut le président des USA et le second celui du Kazakhstan… Encore aujourd’hui en Russie, le caractère profondément illégal de la fin de l’URSS est dénoncé.(2)

Il y eut partout des révoltes des morts que l’on nous cacha soigneusement en occident, y compris les mille morts quand Elstine fit tirer au canon en 1993 sur la Douma.

Cet épisode avait été précédé par un processus de dislocation venu du sommet mais qui prétendait répondre à des problèmes réels qui se posaient en Union soviétique, de cela aussi je parle.  la désorganisation avait été créée au plus haut niveau pour mieux livrer les ressources aux capitaux américains, toute l’organisation de la production, les relations entre secteurs avaient été bouleversées, l’ère Gorbatchev fut un gigantesque foutoirs où les unités de production, les Républiques durent survivre en créant les conditions d’une autarcie parfois… Chacun bricolait pour survivre dans cette désorganisation programmée, certains s’emparaient des unités de production, des terres… mais les Chinois font remonter l’erreur plus haut encore, dans les années autour de la fin de Staline quand il n’y eut pas de réformes nécessaires mais fuite en avant à la Khrouchtchev.

En 1991, après une brève période d’euphorie, tous ces malheureux virent fondre sur eux la politique de madame Thatcher, ce fut terrible au point que les Russes ne faisaient plus d’enfants.

Mêmes les Polonais d’où tout était parti s’obstinèrent à voter communiste, mais leurs communistes étaient devenus sociaux démocrates et privatisèrent à tour de bras.

Parce que le vrai problème de l’URSS et des pays socialistes dont il faudra bien parler un jour même si les mêmes liquidateurs que ceux qui ont vendu l’URSS sont à la tête de l’humanité et s’apprêtent à organiser la plus ignoble des célébration du parti qui se puisse imaginer avec le lâche assentiment des communistes français, c’est que jamais les peuples n’ont voulu la fin du socialisme . Ils ont cru avoir un meilleur socialisme avec les conquis mais aussi la liberté, voir une possibilité d’autogestion. Avec les privatisation on leur a vendu des parts de leur entreprise, certain y ont cru, on les a dupé comme ceux qui ont pris la tête du parti vous ont dupé depuis plus de 25 ans.

Le vrai problème est qu’i n’avait plus d’organisation collective, plus de syndicat et le parti qui était censé les défendre était passé à l’ennemi… Ne croyez pas que les communistes français n’ont pas eu le même phénomène, regardez ce que sont devenus ceux qui nous ont dirigé, Robert Hue passé à Macron, MGB faisant campagne pour Mélenchon contre son propre parti et aujourd’hui les liquidateurs de l’humanité, les prévaricateurs trotskistes rassemblés autour de Pierre Laurent continuent leur destruction en prétendant coller à la nouvelle direction en s’étant emparé de l’humanité, des finances,  du secteur international… et des festivités autour de la célébration des 100 ans du parti.

Quand je dis que ce sont des trotskistes, croyez bien que je ne suis même pas « anti-trotskiste », ils ont eu des intellectuels intéressants, mais leur vrai problème est leur stratégie, l’entrisme, la manipulation et la dénonciation surtout de tous les socialismes existant en affirmant que tout n’a été que répression, dictature, et qu’eux seuls porteront le vrai communisme. Personne ne les croit et partout ils ne représentent plus que 1% des voix, nous y sommes et nous leur laissons le soin de diffuser seul marxisme encore toléré dans nos rangs ou alors c’est une pensée niaise et social démocrate, un vague humanisme de boy scouts alors que la situation se tend de plus en plus tant pour les couches populaires, qu’au plan international.

Sont-ils des traîtres, des vendus? Il y en a eu incontestablement, mais le phénomène est beaucoup plus complexe que ça. Dans toutes sociétés nous a expliqué Marx, les idées dominantes sont celles de la classe dominante et il est difficile d’y résister. Si il y a eu besoin d’organisation et d’un parti communiste c’est non seulement pour conquérir des droits, mais aussi pour résister au plan « spirituel » aux idées reçues, à ce qui parait logique, par exemple qu’il y a eu toujours des riches et des pauvres ou que le communisme est une belle idée mais qu’il a échoué partout… Plus le parti s’affaiblit, plus les idées dominantes y reprennent de la force et les faits mille fois interprétés deviennent des évidences. Nous avons subi cela et c’est ce que je montre dans mes mémoires. je ne règle pas de compte, mais rend hommage à la plupart, beaucoup se sont débattus pour trouver une issue et les choix se font parfois différents en ayant des analyses proches.

mais rien ne justifie la répression menée au sein du parti contre des communistes comme moi qui pensions autrement et souhaitions le dire. Rien si ce n’est que ceux qui agissaient ainsi étaient à leur manière des combattants de l’adversaire. Rien ne justifie qu’un dirigeant de l’humanité toujours en place et continuant à exercer la censure soutienne Robert ménard contre fidel castro dans sa résistance héroïque.Cela a eu lieu et n’a toujours pas reçu explication, ni autocritique.Et depuis plus de 20 ans au plan international, les communistes ont été plus moins embarqués dans la politique de la CIA. cette forfaiture, c’est le mot qui convient, a été dépassée aujourd’hui avec la condamnation du meurtre du dirigeant iranien.

Je n’ai jamais vu pareille errance de la part de nos camarades russes, ni les Cubains, ni les Portuguais, ni les Grecs… Et nous continuons à ignorer le dialogue avec eux.

Etait-il juste d’ignorer leurs combats, leur résistance, d’en faire des caricatures « staliniennes »? Il sont restés la principale force d’opposition et encore aujourd’hui mènent des combats exemplaires dont nous ignorons tout parce que notre presse raconte n’importe quoi.Nous qui avons tant reçu y compris sur le plan financier de la part des soviétiques devons-nous abandonner les amis dans le malheur , voilà la honte de ce parti à mes yeux…

Cette tragique histoire mérite de la part d’un dirigeant dans lequel nous avons placé notre dernier espoir autre chose qu’une appréciation que certains accablés eurent il y a trente ans devant l’événement. Si un instant ils baissèrent les bras, toute leur vie mérite meilleure appréciation. Un peu de réflexion s’impose ou alors cela veut dire que les liquidateurs, les négationnistes de notre histoire ont gagné parce qu’on va leur laisser notre mémoire et avec elle notre capacité de lutte. Sous cette double influence « théorique », en ayant toujours pas la moindre stratégie pour construire le socialisme au couleur de la France, simplement un kit de survie électoraliste, nous sommes condamnés à disparaître quel que soit le dévouement de nos militants et d’un part de nos dirigeants.

Fort heureusement partout dans le monde, les communistes ne sont pas tombé au niveau idéologique qui est le nôtre. Quelquefois c’est pire, mais le plus souvent sous l’influence des luttes actuelles contre le néo-libéralisme et la contre-révolution que vit le monde, partout on voit resurgir des partis que l’on croyait éteints, la plupart sont à l’aise dans ces luttes… D’autres partis ont poursuivi la réflexion, le parti communiste chinois a consacré d’importants moyens à l’analyse de ce qui s’est passé en URSS, des travaux ont été publiés, traduits en russe, les archives russes elles-mêmes ont commencé à être exploitées et c’est infiniment plus intéressants que les stupidités anti-communistes et indigentes qui font les beaux jours de l’humanité et d’autres publications.

IL EST CERTES DIFFICILE POUR UN DIRIGEANT COMMUNISTE FRANCAIS DE REMONTER LE COURANT ANTI-SOVIETIQUE CREE DEPUIS PLUS DE 20 ANS DANS UN DEBAT SUR L’ACTUALITE, MAIS IL Y A UNE IDEE SIMPLE : QU’EST-CE QUE NOUS FRANCAIS, QU’EST-CE QUE LES PEUPLES DU MONDE ONT GAGNE A LA CHUTE DE L’URSS, A L’AFFAIBLISSEMENT DES COMMUNISTES? LE CAPITALISME SE CROIT TOUT PERMIS.

Alors quand il est question de la célébration des 100 ans du parti on peut peut-être avoir d’autres ambitions politiques et théoriques que dans un débat à la télé?

Parce qu’il reste une vraie question à laquelle je ne me déroberais pas: dans un parti déjà affaibli, est-ce qu’il ne vaut pas mieux tenter de recréer l’unité et éviter la scission de gens qui bien qu’ayant porté une ligne désastreuse seraient prêts à travailler collectivement? Les communistes ne le souhaitent pas.. et ça a plus ou moins été le sens du 38 ème congrès: changer d’équipe dirigeante, de ligne, affirmer le rôle du parti, ne plus le soumettre à la social démocratie, mais sans pour autant exclure ceux qui pensent différemment. Nul ne remet en cause ce mandat, mais quand loin de travailler ensemble, ceux qui représentent l’ancienne équipe prétendent eux exclure, censurer, continuer à manipuler l’histoire du parti, quand ce n’est pas marquer des buts contre leur propre camp, la question se pose à l’inverse. La Célébration des cent ans du parti je l’affirme va être telle qu’elle se met en place par cette équipe de censeurs une insulte à la mémoire de notre parti et de l’histoire des communistes.

Je suis peut-être la seule à pouvoir vous dire cela parce que j’ai vécu tout cela, parce qu’à la chute de l’URSS j’ai fait le tour de la planète, parce que je ne me suis pas contenté de suivre ce qui se disait sur Tintin au pays des soviets, mais je suis allée à la rencontre des communistes partout, et parce que je n’ai rien à perdre, je n’ai ni poste, ni gloire à défendre, simplement ceux qui ont donné leur vie pour le communisme et dont je défend la mémoire. Maintenant ne croyez pas qu’il y ait dans ce que je vous dis tristesse, amertume, déception… Au contraire, j’ai plus de joie et d’enthousiasme que les gens de mon âge en ont, mais je suis un peu dans l’esprit de Marx quand il a vigoureusement dénoncé quelques turpitudes dans l’internationale,il se contente d’affirmer : « j’ai dit maintenant me voilà soulagé, vous vous en faites un peu ce que vous voulez! » la phrase est dites de mémoire mais le sens est là… et l’humour aussi…

Danielle Bleitrach

(1) Danielle Bleitrach. le temps retrouvé d’une communiste, mémoires, Delga, 2019 Il y a aussi tous les livres écrits sur Cuba, l’Amérique latine, celui avec Marianne Dulop, URSS, vingt ans après retour de l’Ukraine en guerre, Delga, 2015, le travail de ce blog qui est lu par entre 5000 et 67.000 lecteurs journaliers… Ce qui fait que malgré la censure ils ne peuvent pas tout à fait nous imposer le même silence que les médias bourgeois organisent autour de gens comme nous.

(2)Le 8 décembre, les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie se réunirent en secret à Belavejskaïa Pouchtcha, dans l’ouest de la Biélorussie, et signèrent les accords de Belaveja, proclamant la disparition de l’Union soviétique et annonçant la formation de la Communauté d’États indépendants (CEI) comme une association plus lâche à prendre sa place. Ils invitèrent également invité d’autres républiques à rejoindre la CEI. Gorbatchev le qualifia de coup d’État inconstitutionnel. Cependant, à ce moment-là comme le dit le préambule des Accords, « l’URSS, en tant que sujet de droit international et de réalité géopolitique, cesse d’exister ».

 

La position de Macron sur l’Iran est aussi à usage interne par Danielle Bleitrach

Résultat de recherche d'images pour "trump et Macron""

La position de soutien inconditionnel de Macron à Trump dans le crime de guerre perpétré contre l’Iran mais aussi contre l’Irak, pourrait étonner ceux qui se seraient laissé prendre à son rôle d’ouverture aux Russes, voire aux Chinois, à ses récentes déclarations sur l’OTAN . Ce revirement dans l’allégeance où il se précipite alors que d’autres gouvernements sont plus mal à l’aise déconsidère un peu plus le personnage. Mais sa position est celle d’un chef d’Etat qui a choisi de représenter les intérêts impérialistes y compris dans son propre pays, qu’il s’agisse des diktats de l’uE, de la manière dont il livre  la protection sociale des français aux fonds de pension, en particulier des Etats-Unis, cette position n’a aucune autre patrie que celle du capital.. A ce titre, il s’est fait le défenseur des sociétés d’assurance françaises autant que des marchands d’armes.   Il se heurte à une forte résistance du peuple français, à un record de grévistes avec un soutien élargi et sa position de soutien à Trump a aussi une dimension interne.

Il fait la preuve de son mépris pour les peuple. Il n’y a pas plus de droit international que de code du travail, la seule souveraineté existante est celle de la poignée de capitalistes dont il défend coûte que coûte les intérêts, c’est la monarchie versus tyrannie en France comme dans le monde. Le mensonge sur ceux qui « menacent » son ordre, les grévistes et les peuples qui doivent accepter le pillage impérial.

Les Etats-Unis ont désormais l’Iran dans leur ligne de mire.  Il se passe désormais un phénomène intéressant, les pays que les Etats-Unis tentent d’isoler et qui sont obligés de développer leurs propres ressources s’en sortent mieux que ceux qui acceptent la vassalité et le pillage. Le rôle de la Chine n’est bien sur pas négligeable dans cette nouvelle donne, mais le facteur de résistance interne est important et les Etats-Unis de Trump se doivent de le briser. Ne pas négliger l’importance de bloquer les routes d’approvisionnement à la Chine. Nous sommes bien loi du terrorisme ou du méchant dictateur. Que l’on soit contre ou pour le régime iranien,il y a dans ce pays un fort sentiment national et l’acte de Trump renforce la cohésion.

C’est dire si les délires macroniens d’approbation d’un acte d’illégalité internationale, suivi d’une menace d’en finir avec des sites qui appartiennent au patrimoine mondial de l’humanité laissent stupéfait n’importe quel observateur.

Il y a le même mépris pour la mobilisation populaire que pour les opinions des peuples qui selon ces gens-là auraient vocation à être dominés.

En effet, non seulement l’Iran est mobilisé , mais la majorité de l’Irak refuse la coalition et le pays va probablement connaitre une explosion sciemment provoquée et une déflagration . Certes,  les Kurdes d’Irak soutiennent également leur cher allié américain. Alors que le parlement irakien a voté le départ des troupes de la coalition, les députés kurdes et ceux des tribus sunnites étaient absents. Comme je l’explique par ailleurs,sous l’influence du parti communiste irakien et des syndicats, un mouvement secoue l’Irak depuis des mois et réclame le départ des troupes étrangères qu’il s’agisse de la coalition ou de l’Iran. Le parti communiste irakien a pris position contre la frappe et a renouvelé sa réclamation de la fin de l’intervention étrangère.  En ce qui concerne les voisins de la poudrière,  l’Arabie saoudite prudemment déclare qu’elle n’était pas au courant. et une bonne partie de l’opinion israélienne voit dans l’allégeance de Netanayoun le moyen ultime d’échapper à sa destitution et à son procès pour corruption. Mais ils vont tenter de faire monter les divisions pour mieux régner, la guerre ça sert à constituer de fausses unanimités.

Quant à notre presse macronienne, aux mains de l’oligarchie y compris de l’armement,  elle a précédé l’accord des deux voyous en chef dans le déni du droit.

On voit qu’il y a là toutes les conditions pour une explosion généralisée dans laquelle Macron s’est déjà impliqué en espérant sans doute qu’elle l’aidera à sortir de ses problèmes internes.Macron est décidément au-dessous de tout., sa vision politicienne, sa mégalomanie n’a aucune limite dans sa folie à vouloir faire plier le peuple français.

Il va tenter  de diviser le front qui s’est constitué autour du refus de la réforme des retraites.

le parti communiste par la bouche de Fabien Roussel, son secrétaire a dénoncé la frappe, alors que d’habitude sous prétexte de Daech et de la sympathie personnelle de Pierre Laurent pour les kurdes, le pCF soutenait la coalition, et avait donc une position proche du PS, là nous sommes devant un nouveau cas de figure. Quand je dis que jusqu’ici le PCF a soutenu la coalition en acceptant l’idée de la lutte contre le terrorisme et en ne cherchant pas trop à savoir qui Fabius mettait là dedans et sur qui il s’appuyait, on peut arguer que les Kurdes d’irak ne sont pas ceux de Syrie influencé par le PKK et que ce sont du moins au niveau de leur chef des corrompus qui ont toujours été dans les fourgons de l’armée américaine.C’est leur exemple qui a influence le choix selon moi catastrophique qu’ont fait les Kurdes de Syrie. Mais le fait est qu’il y a désormais une volonté de paix à gauche.

Là il est clair que Macron va jouer la division au sein des forces de gauche et tenter d’entraîner les réformistes dans le « camp antiterroriste », ce qui redouble sa stratégie auprès de la CFDT. Il va certainement tenter d’attiser les problèmes confessionnels en France en s’appuyant sur le CRIF, déjà habilement mobilisé contre le verdict indigne dans l’affaire Sarah Halim et sur la montée bien réelle de l’antisémitisme en France. Alors qu’aux Etats-Unis les juifs sont à la tête de l’opposition à Trump, en France sous l’influence d’une communauté pied noir , la mobilisation est de droite et joue aussi sur le PS. Macron qui a déjà fait monter les antagonismes confessionnels, a tenté d’enrayer l’unanimité contre la retraite en tentant le coup du voile,  est en train de jouer son va tout contre le mouvement social avec cette guerre opportune.

Je suis bien sur tout à fait d’accord avec la position du PCF et de son secrétaire qui est la seule qui correspond aux intérêts du peuple français, à la paix dans le monde et s’oppose aux manœuvres de division de Macron.

IL est clair que Macron va trouver de l’argent pour nous envoyer en expédition guerrière, le coût des expéditions que depuis des années les chefs d’Etat fançais nous impose est phénoménal, de fait les troupes peuvent être envoyées partout sans même réelle consultation du parlement. Alors que Macron dit que nous n’avons plus les moyens d’une santé, d’une éducation digne de ce nom,   il s’est engagé dans l’expédition des Etats-Unis d’une manière tout à fait cynique à la fois pour marquer sa vassalité et pour tenter de diviser les Français non seulement sur sa réforme mais sur une pseudo lutte contre « le terrorisme » ici inventé de toute pièce, l’Iran ne menaçant en rien la France, et il va attiser comme Marine Le Pen son alter ego les antagonismes confessionnels entre français..

danielle bleitrach

 

Pourquoi je ne me sens pas de subir les 100 ans du parti

Résultat de recherche d'images pour "danielle bleitrach""

C’est sans doute parce que l’âge me rend impatiente, mais je suis souvent atterrée par le niveau des communistes, cela pèse sur l’état des couches populaires. Il est vrai que les luttes font monter le niveau des exigences, il n’empêche parfois je me demande pourquoi je m’obstine dans un parti où les conditions de la censure et de la diffamation que je subis n’ont pas évolué d’un iota. Je suis adhérente depuis 1956 et j’en ai été dirigeante, j’estimais avoir le droit de témoigner, je l’ai fait et tous ceux qui ont lu ce livre y ont vu une véritable ode à ses combats et à ses militants, mais aussi un bilan de ses difficultés dans des temps de contre-révolution. Il a été et continue à être frappé d’interdiction dans la presse du parti et quand on en parle c’est en laissant planer la rumeur sur le fait qu’il n’aurait aucun intérêt. C’est une campagne entre silence et ignominie dont j’ai l’habitude puisque voici vingt-cinq ans que cela dure. Parce que je me suis opposée à la liquidation du Congrès de Martigues, parce que j’ai défendu Cuba quand tous l’accablaient. Voilà mes crimes, si vous en trouvez un autre dites-le, en ce qui me concerne un « procès stalinien » serait un degré supérieur de démocratie puisque je saurais au moins ce dont on m’accuse. Je n’ai jamais utilisé le parti, je n’en ai jamais eu besoin ni dans ma carrière, ni financièrement à l’inverse de certains. S’il ne s’agissait que de ma gloire personnelle, je n’écrirais pas ces lignes.

On va fêter les 100 ans du parti, pour le moment c’est mal barré, en fait c’est parti comme la célébration de la Révolution soviétique, en 2017. Souvenez-vous un grand portrait de Trotski dans le hall de Fabien et dans l’Humanité l’omniprésence des dits trotskistes pour dire la haine de L’URSS… Le mensonge sur l’eurocommunisme avec le plumitif Gérard Streiff qui invente Marchais pour les besoins de Pierre Laurent qui veut le PGE, peut-être une source de revenus et de tourisme. Ils en sont là… alors…

Il y a eu le miracle du 38ème congrès, ce qui ne s’est jamais vu dans l’histoire du parti mais qui rappelle néanmoins l’acte fondateur de Maurice Thorez arrachant à une secte ce qui était né au Congrès de Tours. C’est une histoire honorable, le seul parti qui malgré les invites des derniers secrétaires n’a pas eu à changer de nom, il n’est pas devenu « commun », vulgaire, il est resté communiste.

Oui mais voilà ce « changement inouï » s’est fait au pris d’un compromis qui a laissé des bastions essentiels aux mains de certains et ils poursuivent leur entreprise, collent au nouveau puisqu’ils n’arrivent pas à détruire pour le tirer vers eux, ce sera je le crains en leurs mains le sens de la célébration des 100 ans.

Pour cela il faudra que l’on ignore et fasse silence sur mon témoignage… Je n’aurais pas survécu si je m’étais crue essentielle, mais je sais aussi que le combat mené contre moi et mes pareils est politique, je sais que la censure dont je suis victime est le signe de ce qu’ils feront de ces 100 ans. J’ai raconté dans mes mémoires les raisons de mon adhésion, j’étais une enfant gibier, traquée par les nazis, une petite juive et j’ai éprouvé une immense reconnaissance pour l’armée rouge et pour tous ces communistes qui dans le monde et en France acceptaient d’aller en camp de concentration à côté des miens alors qu’ils pouvaient y échapper… ce pacte-là demeure fondateur de ma vie et il me fait haïr tous les négationnismes, celui des antisémites mais aussi celui des anticommunistes et des anti-soviétiques. Je m’obstine alors que je devrais lâcher prise mais je ne peux trahir ceux à qui je dois ma vie et elle fut belle.

Ce livre fut un cri devant ce double négationnisme, devant cette image mensongère que l’on me renvoyait et croyez bien cette souffrance-là n’avait rien à voir avec les déplaisirs d’un auteur vexé.

Mon livre est lu, il a une vente plus qu’honorable malgré le silence, mais le triomphe de leur censure dit la célébration qui se prépare, elle va être pour moi une nouvelle torture inutile. Bien sûr il y aura quelques copains de la direction qui enverront un texte pour dire le plaisir pris à la lecture, je n’y crois même pas, ceux qui l’ont lu ce sont les militants, ceux du bureau exécutif à une exception près qui sait lire, ne l’ont pas ouvert, pas le temps n’est-ce pas…

Ce qui ne serait pas un drame si cela ne révélait pas la réalité de l’incurie et des préjugés les plus grossiers de toute la direction, le refus de savoir, le goût des stéréotypes.

D’un autre côté, il y a beaucoup de choses qui sont en train de changer, et cela va dans le bon sens alors je me dis que là est l’essentiel, qu’il est en train de naître une autre génération de militants plus combative, plus lucide… je fais le compte de tout ce qui a évolué depuis le 38ème congrès, c’est considérable, ne serait-ce que la dernière déclaration sur l’Iran, on n’avait plus vu ça depuis Robert Hue et son soutien de fait à l’invasion de la Yougoslavie, en fait nous avons derrière la social démocratie approuvé toutes les expéditions impérialistes qui n’avaient pas plus de justification que le dernier assassinat de Trump. Nous avons y compris à travers la kurdomania de Pierre Laurent approuvé l’intervention d’une coalition impérialiste en Syrie, comme nous avons approuvé l’invasion libyenne avec Sarkozy. Nous aurions dû savoir ce que valaient leur droits de l’hommisme, leurs méchants dictateurs, du pillage rien que du pillage. Alors cette déclaration contre ce que Trump accomplit en Irak est la première rupture avec les bonnes œuvres de la CIA.

Oui mais voilà celui qui a approuvé tout cela et plus encore a soutenu Robert Ménard contre Fidel Castro, ses complices de l’époque sont toujours à la tête de l’Humanité et ce sont eux qui exercent en toute impunité la censure, sont appelés à dire « le juste et le vrai » et ils n’ont pas changé, leur dieu c’est Tsipras et ils partagent dans le fond l’équivalence nazisme égale communisme au moins en ce qui concerne l’Union soviétique, une pure folie, un négationnisme absolu qui a vocation à nous faire accepter la guerre. Cette guerre dont l’idée et la peur me hantent parce que je ne vois pas d’autre issue pour le capital si nous ne nous battons pas… ils détruisent une planète qui crie grâce, pour la sauver il n’y a pas d’argent, pas plus que pour les travailleurs, les peuples sous développés, mais pour les armes il y en a… c’est dire les enjeux derrière une acceptation…

Il y a la combativité retrouvée, la présence du parti, l’aide apportée aux grévistes, les propositions… tout cela est inespéré… cela rompt avec les niaises querelles de sommet…

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître j’ai confiance en l’avenir, parce que je vois ce qui est en train de monter partout, y compris en France, là où il y a un chemin il faut avancer… Oui mais l’idée de cette plongée dans cette année est comme franchir à la nage un égout et cet exploit sportif est au-delà de mes forces.

Les 75 ans du parti, je les ai passés au Bourget aux côtés d’Aragon qui avait alors l’âge que j’ai aujourd’hui et était lui aussi épuisé, déchiré… peut-être est-ce cela la vieillesse, voir interpréter ce que vous avez vécu, sali, manipulé et vous trop las pour parler… Peut-être la sagesse est-elle d’agir comme il l’a fait, s’enfermer et dire « mon dieu comme c’est long! »

Je n’ai pas la force, je vous en fait l’aveu, d’affronter ce que va être ce mensonge permanent de ceux à qui est confiée la célébration, des censeurs, des gens prêts à n’importe quoi, des spadassins de la censure pour que triomphe leur histoire, celle de la bourgeoisie estampillée par les communistes eux-mêmes. Je me dis qu’il y a fort heureusement d’autres partis, d’autres pays et qu’il me suffira d’ignorer l’horreur de cette célébration mensongère, je verrai.

Et puis, il suffit d’une phrase malvenue, de quelques imbéciles qui viennent donner des leçons d’humanisme en fait de crétinisme complice des pires crapules… Pour que je m’interroge : vais-je longtemps subir des gens qui ont les mœurs des « staliniens » qu’ils prétendent dénoncer? Des habitués de la censure, du  mensonge: on efface sur la photo celui qui gêne, s’ils en avaient eu le pouvoir ils m’auraient exécutée, ils m’ont battue, déchiré les vêtements, ils ont dit que j’étais folle parce que mon enfant était schizophrène et ils l’ont dit alors que je pleurais sa mort… ils ont fait tout cela et ce serait moi « la stalinienne »… oui ils ont les mœurs des « staliniens, ce qui leur manque c’est le courage… Il leur manque cette  force d’aller jusqu’à la mort pour lutter contre le nazisme, de se sacrifier pour un monde meilleur, et de crier « imbécile c’est pour toi que je meurs », eux ce sont les bureaucrates qui signent les ordres d’exécution parce qu’un plus haut placé qu’eux l’a voulu ainsi… ce sont des « salauds » au sens sartrien du terme, ceux qui agissent mal non par méchanceté mais pour leur confort. Leur confort aboutit à cette censure qu’ils exercent sur moi avec la complicité de tous, je dis bien de tous. Puisque c’est à ceux-là que vous confiez la célébration de ce pauvre parti?

Est-ce qu’il est possible de vaincre cela ou ce parti est-il condamné, les liquidateurs à l’œuvre depuis vingt ans l’emporteront-ils et à travers eux ce sera le triomphe du capital… Cet air de liberté, le libre renard dans le libre poulailler auquel ils aspirent … J’ai envie de prendre un peu de vacances… parce qu’il m’est trop difficile d’accepter tout cela alors même que je m’accuse d’impatience… parce que l’essentiel demeure le combat d’aujourd’hui, et j’irai manifester les 9 et 11 janvier, c’est même la seule chose qui me fasse tenir, ça et le refus de la guerre parce qu’il y a fidélité aux racines…

Je veux un peu de paix… et que l’on arrête de me torturer en trafiquant ma vie et ce qui a fondé mes engagements et que vous ne cessez de salir. Le mensonge érigé en position officielle, cela suffit, vous ne voulez pas de mon témoignage, libre à vous mais laissez moi au moins la paix. J’ai renoncé à tous contacts avec ma fédération qui dans le genre est le pire, l’unanimité dans le refus au Congrès au niveau de ceux qui ont été envoyés au Conseil national, la Marseillaise, les militants tous invités à cette horreur de la diffamation permanente de notre histoire. Y a-t-il un lieu où il y aura autre chose: à Vénissieux sans doute… d’autres endroits où je dois me rendre comme si la clandestinité était de mise… pour simplement dire que l’on ment et que nous valons mieux que ça.

En attendant en ce moment ce blog connait une affluence énorme qui prouve à quel point la soif de vérité, de connaissance, d’informations est grande. Comment continuer à être utile sans être blessée au point d’en perdre le souffle, éviter les contacts, que faire? Ignorer ce qui se dit, éviter les échos? comment agir en étant loin de ces miasmes? Comment trouver la distance? Il est 10 heures, dimanche 5 janvier 2020 et ce blog a déjà reçu  5200 lecteurs… le besoin de réflexion, de compréhension est grand…
Danielle Bleitrach
 

CQFD : savoir vivre communiste, le reste n’est que fioriture…

Une bande de salopards nous entraîne vers la guerre, alors qu’ils prétendent détruire notre santé, notre éducation, nos retraites pour se les approprier et nous obliger à payer, encore payer pour moins de droits. Les mêmes sont prêts à détruire la planète, ne rien faire pour le climat et mettre l’argent dans les bombes et les armes. Ces gens-là sont les capitalistes, leurs adversaires les plus résolus sont les communistes. Donc il faut qu’ils utilisent leur presse aux ordres pour vous convaincre que les communistes en veulent à votre liberté et à votre argent… Tout le reste n’est que fioriture dans un sens ou dans l’autre, on en revient toujours là.

Les communistes ont inventé des droits sans capital avec Ambroise Croizat, ils ne peuvent le tolérer.

Danielle Bleitrach

puisque nous en sommes à l’essentiel n’oubliez pas d’envoyer de l’argent aux grévistes. .

  • Par chèque :

à l’ordre de « Solidarité CGT Mobilisation » adressé à :

« Confédération Générale du Travail Service Comptabilité »
263 rue de Paris
93100 Montreuil

  • Par virement (informations bancaires dans le RIB en téléchargement)

Téléchargements

RIB CGT