RSS

Archives de Catégorie: Amérique

Le 7 aout. Au petit matin, lorsque Cuba a nationalisé souverainement 26 propriétés des Yankees

Fidel à la cérémonie de clôture du Congrès latino-américain de la jeunesse.  -Nationalisation des entreprises yankees.  Estadium del Cerro, 6 août 1960. Journal Hoy Fid18798
Photo: Archives Granma

Le 7 août 1960 est une date historique pour la révolution cubaine et pour les autres pays frères de la région. Ce jour-là, le premier congrès de la jeunesse s’est achevé à La Havane et, aux premières heures de la journée, Fidel a annoncé aux habitants de Cuba et du monde entier que la Révolution, dans l’utilisation de leurs droits souverains, nationalisait un groupe de sociétés et d’entreprises yankees exploiter les richesses de notre île.

Cette mesure capitale répondait aux agressions économiques que le gouvernement des États-Unis avait utilisées contre Cuba après la promulgation de la loi sur la réforme agraire.

Les Yankees de l’époque ne comprenaient pas, et aujourd’hui, ils ne veulent toujours pas comprendre ce que Fidel a dit ce matin: « Si les Yankees tentent de détruire la Révolution par la force, ils ne trouveront pas leur Guatemala, mais leur Waterloo ».

L’événement a rassemblé à l’Estadio del Cerro (aujourd’hui le stade latino-américain), samedi soir 6 juin 1960, plus de 35 000 personnes réunies dans un magnifique spectacle offert par la jeunesse.

Fidel est arrivé à 10h25 du soir accompagné de Raul et Vilma, du président Osvaldo Dorticós et d’autres ministres. Lorsque le commandant a accepté la tribune de fortune, une ovation de bienvenue sans fin a été entendue à l’intérieur et à l’extérieur du stade. Quelques minutes plus tard, le secrétaire général du Congrès a pris connaissance de l’accord de solidarité avec la Révolution cubaine approuvé par l’Assemblée de la jeunesse latino-américaine.

A 11h55, le commandant en chef Fidel Castro commença son discours en défendant fermement et avec droiture le fait qui voulait qu’ en usant de ses droits souverains, le gouvernement révolutionnaire nationalisait, par le biais d’une expropriation forcée, des des personnes physiques ou morales américaines.

DQuand  Fidel a nommé les sociétés ou centrales nationalisées, le peuple a fortement approuvé la décision en criant son approbation à chaque appel, Encouragé par la voix vibrante de Raul.

Le commandant a également déclaré qu’il serait répondu « coup par coup » à chaque attaque des Yankees contre Cuba.

À un moment de son discours, le leader de la Révolution  a perdu la voix et la foule a commence à le prier: « Qu’il se repose, qu’il se repose! » Mais Fidel voulait  continuer … Alors les gens inquiets réclament la présence de Raúl.

Raul, en prenant le micro, dit que Fidel devrait faire plus attention. Rappelez-vous que quand il  « combattait l’armée de  Batista, soutenue et  instruite et armée par les Yankees c’était une tâche difficile, mais il était plus difficile encore  pendant les deux années de guerre civile d’essayer d’empêcher  Fidel de mener les combats et de quitter  la ligne de tir ».

C’est notre général de l’armée qui a lu le texte de la loi 851 sur les nationalisations, dans lequel tous les détails de ce processus légitime sont débattus.

Quelques instants plus tard, Che arrive, qui rejoint également la tribune, et après une brève pause, Raul commente qu’il a « de mauvaises nouvelles pour l’impérialisme Yankee,  mais la parole  est revenue  à Fidel Nous allons faire un petit effort lui et nous: il parle doucement et vous faites un silence (applaudissements), dans cinq minutes seulement,après qye  nous allons chanter l’hymne national dirigé par Almeida ».

Fidel est revenu et a terminé son discours historique dans lequel était exalté  la défense de la souveraineté de la patrie.

SOURCES: JOURNAL NEWS, AOUT 1960; BOHEMIA MAGAZINE, LE 14 AOÛT 1960. 

  • Les sociétés cubaines Corporación Cimex SA et Cuba Petroleum Union (Cupet) ont officiellement pris des mesures, par l’intermédiaire de leurs avocats, pour se défendre devant un tribunal fédéral du district de Columbia, aux États-Unis, avant le procès intenté par la multinationale ExxonMobil, titre III de la loi Helms-Burton.
  • Ce n’est pas la première fois, ni inhabituel, que des entités cubaines défendent leurs intérêts dans le système judiciaire américain. Depuis 1960, ils l’ont fait à plus de 40 reprises et ont obtenu des verdicts favorables dans plusieurs cas.
  • Après l’activation du titre III de Helms-Burton, le 2 mai de cette année, la société pétrolière ExxonMobil a été la première grande entreprise à poursuivre des sociétés cubaines devant un tribunal américain. UU.
  • La loi Helms-Burton est un instrument juridique et politique de l’agression du gouvernement des États-Unis contre Cuba, qui vise à perpétuer et à internationaliser le blocus économique, commercial et financier, ainsi qu’à effrayer et à menacer les hommes d’affaires de pays tiers qui investissent légitimement ou garder des affaires sur l’île.
  • Comme l’ont affirmé des juristes cubains et internationaux, cette loi repose sur de nombreux mensonges. Le plus récurrent est que le processus de nationalisation juste et légitime, qui a eu lieu à Cuba dans les années 1960, était inapproprié et illégal.
  • L’État cubain a répété à maintes reprises que Helms-Burton était inapplicable sur le territoire national et qu’il ne reconnaissait aucun effet juridique. Au contraire, il favorisera autant d’actions qu’il le jugera nécessaire pour empêcher son application, conformément à la loi de 1996 sur la réaffirmation de la dignité et de la souveraineté de Cuba.
Publicités
 

Canada : «L’AVENIR, C’EST LE SOCIALISME»: DÉBUT DU DÉBAT SUR LE PROGRAMME MODIFIÉ DU PARTI COMMUNISTE

nos camarades du parti communiste du canada sont en train de préparer leur congrès et nous envoient ce texte en anglais que j’ai traduis rapidement, il témoigne une fois encore de la convergence des préoccupations des partis communistes et de la nécessité de confronter nos expériences et nos perspectives (traduction et note de danielle Bleitrach pour histoire et société)

Par Liz Rowley

imageUn  débat transnational sur la voie qui mène au socialisme au Canada s’ouvre cet hiver alors que le Parti communiste commence les préparatifs de son 39e congrès et de son 98e anniversaire en mai 2019.

Le congrès de 2016 a chargé le nouveau Comité central de procéder à un examen et à une mise à jour du programme du parti, L’avenir du Canada est le socialisme, publié en 2001.

La Commission de programme a été créée par le Comité central et travaille depuis avril sur de nombreux amendements qui iront aux clubs et aux membres du parti pendant 4 mois de discussion et de débat avant le vote au congrès.

Les amendements préparés par la Commission du programme portent sur six domaines principaux: l’environnement, la question nationale, les femmes et le genre, le populisme et le fascisme, la classe ouvrière et la démocratie sociale et l’impact de la crise capitaliste de 2008.


L’ENVIRONNEMENT ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les sections traitant de l’environnement mettent l’accent sur la contradiction fondamentale entre le mode de production capitaliste et l’environnement mondial, citant l’arrivée de l’Anthropocène – la sixième vague majeure de l’histoire de l’extinction et de la perte de diversité biologique de la planète, qui est directement liée à l’environnement. l’impact des activités économiques humaines, en particulier le changement climatique et le réchauffement de la planète causés par les émissions de carbone.

Le soutien continu du Canada aux sociétés pétrolières produisant et exportant du pétrole lourd à partir des sables bitumineux de l’Alberta fait des sables bitumineux le principal contributeur aux émissions de carbone et aux changements climatiques en Amérique du Nord.

Le Parti communiste appelle à la fermeture immédiate des sables bitumineux et à la propriété publique de l’énergie et des ressources naturelles du Canada, y compris des sources d’énergie renouvelables telles que le solaire, l’éolien, le thermique, les marées et d’autres sources en développement. Le parti demande également des garanties d’emploi équivalant à des salaires équivalents, voire meilleurs, aux travailleurs déplacés des sables bitumineux dans les industries des énergies renouvelables et dans d’autres secteurs de l’économie.

Mais le capitalisme, de par sa nature même, est incapable de résoudre la crise environnementale dans la mesure où sa tendance intrinsèque au profit tend à accélérer l’expansion et l’intensification de l’extraction des ressources. Il faudra une action urgente et massive des peuples du monde entier pour empêcher cette catastrophe imminente.

La protection de l’environnement est dans l’intérêt à long terme d’un emploi durable, exigeant l’unité des peuples autochtones, des environnementalistes, des communautés et des travailleurs contre leur ennemi commun, le capitalisme monopoliste.

Le programme examine le rôle des pays socialistes, notamment les erreurs commises au XXe siècle et les avancées majeures réalisées aujourd’hui par les gouvernements cubain et chinois pour restaurer et protéger l’environnement et enrayer le changement climatique.

imageLes manifestants inoccupés défilent vers la colline du Parlement. (2012) [Postmedia / Julie Oliver]


LA QUESTION NATIONALE

Les modifications apportées au chapitre 4 sur la question nationale sont également importantes. Le programme de 2001 affirmait que le Canada était un pays multinational, comprenant le Canada anglais, le Québec, l’Acadie et divers pays autochtones du pays.

De nouveaux amendements développent cette thèse, en accordant une attention particulière aux nations et peuples autochtones dont le développement en tant que nations a été violemment interrompu par la colonisation et l’asservissement de l’Europe, qui comprenait des politiques étatiques de génocide physique et culturel, d’assimilation forcée et d’élimination de la terre et de droits inhérents, s’étendant sur plusieurs générations. jusqu’à présent.

Les revendications autochtones pour l’autonomie gouvernementale ont cédé le pas aux revendications nationales en faveur de l’autodétermination, revendications que le Parti communiste reconnaît comme justes et dont l’accomplissement aurait dû être fait depuis longtemps. Cela comprend le règlement juste et rapide des revendications territoriales des peuples autochtones et des relations de nation à nation avec le gouvernement du Canada. Le Parti communiste exige également un traitement préférentiel pour les peuples et les nations autochtones, avec un financement gouvernemental pour permettre aux nations autochtones d’élever le niveau de vie, de créer des emplois, d’améliorer considérablement l’éducation, les soins de santé, le logement et les services destinés aux peuples autochtones et aux jeunes vivant dans et hors des réserves.

Les amendements au programme élaborent la proposition de longue date du parti de créer une nouvelle constitution qui reconnaîtrait le caractère multinational du Canada et garantisse le droit de chaque nation à l’autodétermination, y compris le droit à la sécession. L’autodétermination peut être exprimée de n’importe quelle manière. une des trois manières suivantes: sécession (séparation), autonomie gouvernementale ou autonomie. Le Parti communiste affirme que les nations du Canada ont le droit d’opter pour l’une ou l’autre de ces trois options sans ingérence de la part de l’État canadien.

Le Parti communiste affirme également que l’actuelle Constitution canadienne, qui nie l’existence de nations au Canada autres que la majorité anglophone prédominante, est une recette pour la poursuite de l’oppression et de la division nationales qui ne disparaîtront pas et pourraient conduire à une guerre civile, comme cela a déjà été le cas. d’Irlande du Nord et à une occupation militaire comme en Catalogne (Espagne), entre autres exemples. L’adoption de la Loi sur la clarté au Parlement du Canada, avec l’appui de tous les partis (à l’exception du Bloc québécois), a donné au gouvernement fédéral le pouvoir légal d’utiliser la force militaire pour empêcher le Québec d’exercer son droit national à l’autodétermination, notamment: le droit de faire sécession. C’est un développement très dangereux.

Alors que le Parti communiste ne préconise pas la sécession comme solution au statut inégal du Canada – créé au poing d’une arme à feu -, il reconnaît le droit de faire sécession et plaide en faveur d’un nouveau statut égal et volontaire – un partenariat authentique en d’autres termes, les termes suivants: qui seraient élaborés par une assemblée constituante composée de représentants des nations et des peuples du Canada et inscrits dans une nouvelle constitution démocratique du Canada. Cette Constitution garantirait le droit des nations à la sécession à tout moment, pas seulement au début. À l’instar d’un mariage, l’option du divorce est toujours présente et constitue un outil essentiel dans la lutte en cours pour une union égale, volontaire et dynamique.

Ce nouveau partenariat inclut la nation acadienne située au Nouveau-Brunswick, dont les droits linguistiques limités sont déjà attaqués par des forces réactionnaires.

Les amendements au programme précisent également les droits des minorités nationales en matière d’éducation, de culture et de services gouvernementaux en français, en anglais ou dans les langues autochtones, dans les cas où le nombre le justifie.

Les amendements précisent également le droit des immigrées à bénéficier d’un soutien public en faveur de leurs langues et de leur culture maternelles, grâce aux programmes parascolaires et aux soutiens culturels et communautaires. De plus, le Parti communiste se bat pour étendre les droits du travail et les droits démocratiques et les services disponibles aux citoyens canadiens, aux immigrants, aux réfugiés et aux résidents.

Reliant la question nationale à la question de classe, le programme déclare: «Le Parti communiste du Canada est pour la libération des peuples autochtones et des autres nations opprimées de ce pays et pour l’unité de la classe ouvrière de toutes les nations et de tous les peuples démocratie authentique, l’égalité, la survie de l’environnement et le socialisme.  »

FEMMES ET GENRE

Les amendements concernant les femmes et le genre commencent par la mise à jour du langage et font référence aux luttes en cours des femmes, lesbiennes, gays, bisexuels, trans, intersex, asexuées, queer et bi-spirituelles (LGBTiQ2S +) pour l’égalité des droits et pour la pleine égalité dans le contexte du néolibéralisme et de l’austérité, et l’ascendant de la réaction et de la droite alternative. Les attaques contre les droits à l’égalité sont souvent cachées dans les attaques contre l’orientation sexuelle et l’identité et l’expression de genre, et constituent une entrée dans les nouvelles communautés d’immigrants où l’anglais et le français ne sont souvent pas bien compris, pour les ultra-droits. Les attaques et les distorsions délibérées concernant les programmes d’éducation sexuelle dans les écoles à travers le pays illustrent la manière dont l’extrême droite et la droite religieuse tentent de terroriser les communautés d’immigrés et de les pousser vers la droite.

Les amendements font référence à la composition changeante du mouvement ouvrier organisé, dans lequel les femmes constituent maintenant la majorité des membres, la plupart dans le secteur public. Ce changement a entraîné une nouvelle dynamique et une résurgence de la lutte des classes.

La plus grande proportion de femmes au Canada qui font maintenant partie de la population active, y compris une proportion importante d’emplois précaires faiblement rémunérés. Beaucoup de ces femmes sont racialisées, immigrantes et indigènes. Un certain nombre d’entre elles sont actives dans les luttes pour augmenter le salaire minimum à travers le Canada.

Le programme note que l’absence d’une coalition pancanadienne de groupes de femmes revendiquant l’égalité, telle que l’a été le Comité d’action nationale sur le statut de la femme dans les années 1980 et 90, continue de freiner la lutte pour l’égalité des femmes et pour l’unité des femmes. les mouvements syndicaux et démocratiques luttant pour le progrès social et économique. Cette lutte se poursuit dans des conditions de plus en plus pénibles pour les femmes, situation entretenue par les gouvernements et les entreprises de droite.

POPULISME ET FASCISME

Les amendements sur le populisme et le fascisme sont principalement des ajouts au programme, reflétant les conditions changeantes de la lutte au cours des vingt dernières années. Les ajouts décrivent le fascisme et le populisme avec des références au discours de Georgi Dmitrov au VIIe Congrès de l’Internationale Communiste.

Les ajouts soulignent que la montée du fascisme est un indicateur de l’approfondissement de la crise systémique du capitalisme. L’ascendance du fascisme n’est pas une transition normale d’un gouvernement à un autre, mais une rupture claire entre les formes de gouvernement capitaliste: d’une démocratie bourgeoise à une dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du capital financier.

Comme le disait Dmitrov, le fascisme a pour objectif d’écraser le mouvement de la classe ouvrière et la résistance populaire au régime capitaliste et à l’exploitation capitaliste débridée. Le fascisme est un chauvinisme débridé et une guerre prédatrice. Le fascisme est une réaction enragée et une contre-révolution. C’est l’ennemi le plus vicieux de la classe ouvrière et de tous les travailleurs.

Le Programme note que dans de nombreux pays, y compris les États-Unis et le Canada, le populisme de droite est utilisé pour détourner les sentiments anticapitalistes grandissants de ceux qui sont victimes de l’austérité et de la mondialisation capitaliste, ainsi que de la cupidité sans pareil des banques et des entreprises. Comme le fascisme, le populisme de droite tire profit de la colère, des griefs et de l’indignation du peuple, utilisant la démagogie pour dénoncer les «élites», les «intérêts particuliers» et la «corruption» pour exiger un changement fondamental.

Comme le fascisme, le populisme de droite joue sur la division et enflamme les préjugés, en particulier contre les immigrés et les peuples racialisés. Il prospère sur la xénophobie, l’islamophobie, le racisme, la misogynie, l’homophobie et la transphobie. Ses dirigeants se présentent comme les champions du peuple, déniant leurs allégeances politiques aux éléments les plus réactionnaires du capital financier qui exposeraient leur essence anti-classe ouvrière et anti-démocratique.

Les modifications apportées au programme soulignent que le populisme de droite ne conduit pas toujours au fascisme, comme le montre l’histoire canadienne, mais qu’il peut ouvrir la porte à des mouvements et à une idéologie fascistes, comme nous le voyons aujourd’hui au Canada. La conclusion clé est qu’une lutte de masse pour vaincre les idées populistes et fascistes de droite quand elles germent est la clé pour vaincre le fascisme. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une lutte étroite ou sectaire, mais d’une lutte de masse impliquant de larges mouvements syndicaux et démocratiques, et non d’une lutte qui attend que le fascisme se soit établi et ait complètement dissous les droits du travail, la démocratie et les droits civils.

imageBernie Sanders, sénatrice américaine et autoproclamée «socialiste démocratique», prononce un discours à l’Université de Toronto. (2017) [Presse canadienne]


DEMOCRATIE SOCIALE

Les amendements à cette section tiennent compte de l’exposition de la social-démocratie de droite au cours des deux dernières décennies en tant qu’agent « humanisant » du capitalisme. A la place, la social-démocratie de gauche ou «socialisme démocratique» a émergé – alors que les sociaux-démocrates de droite préfèrent aujourd’hui éviter complètement le mot «socialisme».

Les amendements du programme identifient les similitudes entre les partis sociaux-démocrates de gauche et de droite dans le monde, tout en reconnaissant que de nombreux militants sont attirés par le «socialisme démocratique». Les démocraties tant de gauche que de droite sont construites sur une théorie qui rejette le socialisme scientifique et constitue une impasse dans le mouvement de la classe ouvrière: cette idéologie n’est pas fondé sur la classe, anticapitaliste ou révolutionnaire. Le «socialisme démocratique» définit le mouvement communiste comme non démocratique. Il rejette la nécessité d’un parti politique révolutionnaire de la classe ouvrière et nie les réalisations historiques de la classe ouvrière sous le socialisme; son contenu essentiel est la collaboration de classe et l’anticommunisme.

Le programme relie la social-démocratie de droite au réformisme social et à la collaboration de classe au sein du mouvement syndical. Les amendements incluent une exigence selon laquelle «des politiques de lutte des enfants et un programme qui s’étend pour représenter les couches les plus larges et les couches de la population canadienne sont nécessaires pour reconstituer les rangs des travailleurs et gagner le soutien populaire nécessaire pour devenir le catalyseur les gens dans leur ensemble dans un mouvement politique de gauche. La transition vers la lutte de classe Le syndicalisme et la formation de coalitions sont nécessaires à la lutte contre la collaboration et à la lutte pour la démocratie et l’unité de classe. ”

IMPACT DE LA CRISE STRUCTURELLE DE 2008

Les amendements apportés ici constituent également de nouveaux ajouts au programme, détaillant les causes de la « crise économique » de 2008 – la crise capitaliste la plus importante et la plus grave depuis la Grande Dépression. Conséquence du néolibéralisme et de la cupidité illimitée des entreprises, les coûts de la crise ont été supportés par des millions de travailleurs victimes de compressions salariales et de mesures d’austérité, tandis que les trésors publics ont renfloué les banques et les entreprises. La poursuite et l’accélération des mêmes politiques néolibérales au cours des années écoulées ont également permis au monde de se rapprocher de la prochaine crise et de la prochaine crise qui, selon les prévisions, sera pire que celle de 2008.

Cette section du programme comprend également de nouvelles sections sur le déclin économique de l’impérialisme américain et la montée de la Chine en tant que puissance économique mondiale. La politique étrangère de plus en plus agressive de l’impérialisme américain et sa volonté de guerre et de changement de régime contre la Chine, la Russie, Cuba, la République populaire démocratique de Corée, le Venezuela, l’Iran, la Syrie et tous ceux qui ne se plient pas au diktat américain menacent de la guerre mondiale et de la catastrophe mondiale. Le Parti communiste appelle à une lutte de masse contre la guerre, la réaction et le fascisme, une question urgente pour les travailleurs et travailleuses du monde entier.


Ce sont les principaux sujets de discussion qui engageront les membres et amis du Parti communiste au cours des prochains mois. Des discussions et des débats auront lieu dans tous les clubs et lors de rassemblements publics dans des villes du pays. Il y aura un bulletin de discussion écrit sur le programme, auquel tous les membres et amis seront invités à contribuer, et qui sera distribué à travers le Canada. Les membres, les clubs et les comités élus peuvent également soumettre des amendements pour discussion.

Beaucoup de choses ont changé en presque vingt ans. Mais certaines choses ne changent pas.

La lutte pour la paix, pour la durabilité environnementale et pour le pouvoir politique de la classe ouvrière – pour le socialisme – est la constante à travers tous ces développements.

Les travailleurs du monde s’unissent!


Liz Rowley est la dirigeante du Parti communiste du Canada.

 
 

La Chine a demandé au Canada de suspendre ses exportations de viande pendant que la France signe le CETA

 

La Chine a demandé au Canada de suspendre immédiatement les exportations de viande canadienne à destination de son territoire suite à la découverte de faux certificats d’exportation, a annoncé ce mardi l’ambassade chinoise à Ottawa. Dans un contexte de relations diplomatiques tendues avec Pékin, le gouvernement canadien a confirmé que l’agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) avait «identifié un problème ayant trait à de faux certificats d’exportation qui pourrait avoir une incidence sur les exportations de produits du porc et du bœuf vers la Chine», et tentait d’y remédier.

Mi-juin, les autorités douanières chinoises avaient décidé de suspendre les importations de viande de porc d’une société canadienne, invoquant la découverte de ractopamine, un produit dopant interdit en Chine, dans une cargaison en provenance du Canada. Suite à cette découverte, une enquête menée par les autorités canadiennes a montré que jusqu’à 188 certificats d’exportation avaient été falsifiés, selon l’ambassade chinoise. « Pour assurer la sécurité des consommateurs chinois, la Chine a pris des mesures préventives urgentes et demandé au gouvernement canadien de suspendre la délivrance des certificats pour la viande exportée vers la Chine à compter du 25 juin », explique l’ambassade sur son site internet.

L’agence canadienne d’inspection des aliments « a pris des mesures pour remédier à la situation et continue de travailler en étroite collaboration avec des partenaires de l’industrie et les autorités chinoises », a de son côté assuré la ministre canadienne de l’agriculture Marie-Claude Bibeau dans un communiqué. « L’ACIA mène une enquête relative à ce problème technique et a informé les autorités compétentes. » Cette situation concerne uniquement les certificats d’exportation vers la Chine, a précisé la ministre. Un responsable gouvernemental a par ailleurs précisé que la police canadienne avait ouvert une enquête pour déterminer d’éventuels agissements criminels.

Le Canada porte « l’entière responsabilité » de la dégradation de ses relations diplomatiques avec la Chine, a estimé jeudi Pékin, après avoir rejeté une demande de dialogue d’Ottawa.

Les relations entre les deux pays se sont détériorées depuis décembre, lorsque la police de Vancouver a arrêté Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, sur la base d’un mandat d’arrêt américain. La justice américaine l’accuse d’avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran, mais aussi, via deux filiales, d’avoir volé des secrets industriels du groupe de télécoms américain T-Mobile. Ses avocats contestent.

Quelques jours plus tard, la Chine avait arrêté l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig et son compatriote consultant Michael Spavor, qu’elle soupçonne d’espionnage, et a depuis condamné à mort deux autres Canadiens reconnus coupables de trafic de drogue.

Les services du premier ministre Justin Trudeau ont indiqué mercredi que la Chine avait ignoré en janvier une demande d’entretien avec son homologue chinois Li Keqiang pour « plaider personnellement » pour la libération immédiate des deux premiers Canadiens, et pour la clémence pour les deux condamnés.

Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré jeudi n’avoir pas entendu parler de la démarche canadienne. « Mais ce que je peux vous dire est que les difficultés actuelles dans les relations Chine-Canada sont entièrement causées par le Canada, et que la partie canadienne en porte l’entière responsabilité », a-t-il assuré lors d’une conférence de presse.

La Chine a dit suspecter que Spavor et Kovrig (ce dernier travaille pour le groupe de réflexion International Crisis Group) travaillaient séparément à voler des secrets d’État.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que les deux hommes étaient emprisonnés « pour des raisons politiques ».

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a également indiqué le mois dernier qu’elle avait cherché à rencontrer son homologue chinois Wang Yi, sans succès.

La Chine a de son côté bloqué des milliards de dollars de produits agricoles canadiens.

Meng Wanzhou, la dirigeante de Huawei, vit sous assignation à résidence à Vancouver en attendant une audience d’extradition prévu début 2020.

« Nous espérons que le Canada va sincèrement prendre en compte les graves inquiétudes de la Chine et relâcher immédiatement Mme Meng Wanzhou […] et prendre des mesures concrètes pour rétablir les relations Chine-Canada aussi vite que possible », a ajouté M. Geng lors de la conférence de presse.

 

Amérique latine : Le XXVème Forum de Sao Paulo débute ce jeudi à Caracas pour le respect des peuples souverains

L’Amérique latine sait qu’elle est enguerre et que cette guerre contre l’impérialisme américain et ses alliés « compradores » est-là, pas une simple menace, déjà à l’oeuvre, il s’agit d’étrangler des peuples pour les pousser à se révolter, le tout accompagné de campagnes de presse contre les « dictatures communistes », un scénario éprouvé et qui trouve ses relais chez nous dans divers courant de la social démocratie (note de Danielle Bleitrach)

Le XXVème Forum de Sao Paulo débute ce jeudi à Caracas pour le respect des peuples souverains

Caracas, 25 juillet AVN

Lors du XXVème Forum de Sao Paulo qui se tiendra à Caracas, à partir du 25 juillet prochain, les dirigeants et militants politiques et sociaux des mouvements et partis de gauche d’Amérique latine, d’Amérique du Nord, d’Asie, d’Afrique et d’Europe s’uniront pour exiger le respect de la souveraineté des peuples et des droits humains face aux attaques de l’empire américain.

Dans une interview accordée à Venezolana de Televisión, Tania Díaz, une législatrice, a déclaré que 459 dirigeants de mouvements et partis de gauche d’Amérique latine, d’Amérique du Nord, d’Asie, d’Afrique et d’Europe participeront au forum, qui se tiendra jusqu’au 28 juillet.

Il est très important que le forum de cette année se tienne à Caracas, étant donné que l’objectif du socialisme dans toutes ses expressions et sa réponse aux manœuvres de domination hégémonique seront des éléments de débat au milieu des conditions d’agression contre le pays qui seront à nouveau une plate-forme pour la défense de l’autodétermination et la paix, a souligné Adán Chávez, vice-président aux affaires internationales du Parti socialiste uni du Venezuela (Psuv) et ambassadeur du Venezuela à Cuba, également interviewé par Venezolana de Tele

Pour sa part, le membre du Secrétariat du Comité central du Parti communiste cubain (CC-PCC) Víctor Gaute, dans des déclarations à Prensa Latina à son arrivée au Venezuela pour participer à la réunion, a déclaré que sa nation ratifiera son soutien au Venezuela dans sa lutte contre les agressions de l’empire, ainsi que son soutien à la demande pour la cessation des interférences américaines.

Il a également souligné que l’événement sera consacré au 236e anniversaire de la naissance du Libérateur Simón Bolívar, au 66e anniversaire des agressions à Cuba dans les casernes de Moncada et Carlos Manuel de Céspedes et au 65e anniversaire du dirigeant de la révolution bolivarienne, Hugo Chávez.

Gaute a estimé qu’après la clôture de ce Forum de Sao Paulo, la gauche en sortira renforcée, comme ce fut le cas dans les années 1990 lorsque le leader brésilien Luis Inácio Lula da Silva et le commandant cubain Fidel Castro ont conçu cette initiative.

« Ce XXVème Forum de Sao Paulo servira aussi à concrétiser l’unité de l’Amérique latine et des Caraïbes « , a-t-il dit.

Depuis sa création, le forum, issu de la Rencontre des partis politiques et des organisations de gauche d’Amérique latine et des Caraïbes de 1990, a été le cadre de convergence, de débat et d’action commune, selon Prensa Latina.

source : http://www.avn.info.ve/node/478011

Tag(s) : #Venezuela
 

Une histoire orale navajo féministe ? La séparation des sexes

En Marges !

L’INTIME EST POLITIQUE – REVUE DE SCIENCES HUMAINES ET D’ARTS

Enceinte à 37 ans, j’ai décidé de profiter du calme tout relatif offert par le congé maternité pour mener à bien un projet éditorial qui me tenait à cœur : écrire un ouvrage qui familiariserait les petits lecteurs avec la spiritualité navajo. Comment susciter l’intérêt chez les plus jeunes pour une culture souvent réduite aux clichés associés aux Indiens des Plaines mis en scène dans les westerns et films d’animation nord-américains (qu’on songe ainsi à la séquence chantée What makes the Red Man Red ? du Peter Pan sorti en salles en 1953) ? En Europe, ces représentations stéréotypées ont perduré grâce au succès des personnages de bandes-dessinées tels que Oumpah Pah créée par René Goscinny et Albert Uderzo, Yakari (André Jobin, Claude de Ribaupierre) ou plus près de nous, Bison Dodu, de la série Les Papooses publiée de 2004 à 2015 chez Casterman.

IM1Tiger Lily Peter Pan

Tiger Lily, le Chef Indien et Peter Pan dans le film de 1953. (©Walt Disney Pictures)

Déconstruire des féminités et masculinités nord-amérindiennes fantasmées

Dans ces albums illustrés, les personnages amérindiens portent des peaux de bêtes et habitent dans des tipis. Les femmes sont appelées squaw ; les hommes, belliqueux, chassent le bison. Aucune précision géographique ou temporelle ne permet de contextualiser le récit : les héros sont issus de tribus fictionnelles. Sabine N. Meyer fait remarquer qu’en dépit de la présence dans plusieurs albums de chevaux (introduits par les explorateurs espagnols au seizième siècle), Yakari et ses amis ne rencontrent aucun individu d’extraction européenne1. Les occupations des uns et des autres illustrent une division sexiste du travail. Les hommes participent aux conseils de guerre tandis que les femmes sont chargées des préparatifs alimentaires ou domestiques. D’après Carolyn Reyer, « la littérature populaire et les films ont grandement déformé le rôle des femmes en les représentant comme des esclaves et des bêtes de somme (…) La femme Lakota possédait son propre nom, choisi en accord avec sa personnalité et ses habiletés, elle ne prenait jamais le nom de son père ou de son époux. »2De nombreuses sociétés autochtones nord-américaines sont caractérisées par une organisation matrilinéaire (Hopis, Navajos). Les membres de ces tribus considèrent le mot squaw raciste et sexiste. Son usage aujourd’hui exemplifie l’objectivation et l’érotisation du corps féminin autochtone par les descendants des colons « blancs » ; à travers la vente et le port des tenues Pocahotties durant Halloween, ils continuent d’abâtardir l’héritage culturel nord-amérindien.

IM2-Yakari

Yakari and the White Buffalo, Longman, 1979, page 5.

IM3-Pocahottie

Le 21 septembre 2018, Dallas Hunt, membre de la Swan River First Nation, twittait contre la vente de ce costume.

De 1992 à 2008, une longue bataille législative fait rage en Arizona afin de modifier le nom d’une colline jusqu’alors appelée Squaw Peak. En 2003, peu après son élection comme gouverneur de l’Arizona, Janet Napolitano propose qu’on rebaptise le mont en l’honneur de Lori Piestewa, soldat de la tribu Hopi morte au combat en Irak. L’U.S. Board on Geographic Names ne valide officiellement cette nouvelle désignation qu’en 20083. Pourtant, dès 1858, John Beeson, dénonçait l’usage discriminatoire de ce terme : « La majorité des colons installés dans l’état de l’Oregon étaient originaires du Missouri. Parmi eux, il était coutumier de désigner l’homme amérindien du sobriquet mâle et la femme par le vocable squaw (femelle) si bien qu’à force d’utiliser ces termes, on déshumanisa ces personnes. »4  Le recours au terme squaw est également attribué à des héros mâles amérindiens, une autre façon de contribuer au façonnage de masculinités indigènes stéréotypées. Dans le film Phoenix, Arizona, adaptation cinématographique d’une nouvelle de Sherman Alexie, le personnage Thomas-Builds-the Fire fait remarquer à son ami Victor, un jeune qui arbore toujours une attitude farouche, qu’un grand nombre de Premières Nations, étaient composées de pêcheurs ou d’agriculteurs sédentaires, nullement belliqueux5.

IM4-Thomas

Au premier plan, Thomas (Evan Adams), Phoenix, Arizona, 1999.

L’image du guerrier indien a été façonnée par plusieurs dispositifs littéraires, cinématographiques ou photographiques tels que Le dernier des Mohicans de James Fenimore Cooper (1826) ou la série de portraits de chefs-indiens d’Edward Curtis (le premier volume de The North American Indiandate de 1907). Avec la fin des guerres indiennes, la multiplication des lignes de chemin de fer transcontinentales émiette encore un peu plus le vaste territoire autrefois occupé par les tribus. Le massacre des Lakotas à Wounded Knee (1890) ou la déportation des familles navajo (« Longue Marche ») entre 1864 et 1866 illustrent la volonté de régler le « problème » indien par une extermination pure et simple. Décimés par les maladies contagieuses transmises par l’homme blanc, parqués dans des réserves éloignées de leurs terres ancestrales, séparés de leurs clans pour être envoyés dans des pensionnats dirigés par des missionnaires, les survivants semblent n’avoir d’autre choix que d’adopter le mode de vie anglo ou disparaître à jamais. C’est donc à travers les écrits savants et intimes des militaires, soldats, médecins, et marchands colonisateurs que nous percevons l’organisation sociale et spirituelle des tribus amérindiennes, une vision tributaire de l’ethnocentrisme plus ou moins marqué des auteurs. Si les tribus se sont acculturées au contact de « l’homme blanc », elles sont aussi parvenues à transmettre de génération en génération leur langue et histoires sacrées. Pourquoi ne pas alors étudier la place de la femme indienne d’après un récit ancestral ?

Un récit des origines où la femme n’est pas née d’une côte masculine.

Dans l’élaboration de Contes Navajo du Grand-Père Benally, il m’a semblé essentiel d’inclure le récit de la Séparation des Sexes, enseigné dans les écoles navajos. J’ai choisi de le faire raconter à ses deux petits-enfants par l’oncle maternel, le fictionnel Grand-Père Benally. L’intrigue de Contes Navajo du Grand-Père Benally respecte ainsi les règles d’énonciation des épisodes fondateurs navajo. Certaines mésaventures d’êtres sacrés (Yei) ne peuvent être évoquées qu’en hiver, d’autres en été. Dans le cas de la séparation des sexes, on ne peut en parler qu’en hiver comme pour les autres récits qui se réfèrent à la vie des Yei dans les mondes inférieurs avant l’émergence du Diné(peuple Navajo) dans le monde scintillant, à l’emplacement de Dinetah, territoire qu’ils occupent aujourd’hui. A la différence de la spiritualité décontextualisée des Yakari, les histoires sacrées transmises par le grand-père maternel à ses petits-enfants, élevés à l’extérieur de la réserve, s’incarnent dans des lieux constitutifs de l’identité culturelle navajo. Lorsqu’il décrit la rencontre entre les Jumeaux Tueurs de Monstre et Femme Araignée, il se trouve près de Spider Rock, promontoire rocheux de près de 229 m situé dans le Canyon de Chelly en Arizona. L’évocation de la séparation des sexes répond aussi aux questionnements identitaires de la petite fille, humiliée par le commentaire d’un garçon navajo qui lui a dit de retourner à l’intérieur du hogan6, aider les autres femmes en cuisine.

La séparation des sexes fait partie d’un groupe d’histoires qui fonde la spiritualité navajo. Première différence avec le récit biblique, les animaux ne sont pas soumis au couple originel dans le but d’assurer leur survie. Deuxième différence, la femme n’a pas été créée à partir d’une partie anatomique masculine ; au contraire, Femme-Changeante façonne les premiers clans Navajos en mélangeant sa peau aux quatre éléments. Troisième différence, l’identité de genre n’a pas à correspondre au sexe biologique7. Le corps humain navajo, indépendamment du sexe de l’individu, possède en lui deux forces : mâle, répartie à gauche, et femelle, répartie à droite. Quatrième différence : les relations sexuelles entre homme et femme, si elles assurent la perpétuation de l’espèce, ont aussi pour vocation de procurer du plaisir. Femme Changeante créa donc « un pénis avec de la turquoise (…) Elle créa ensuite un clitoris en corail qu’elle plaça à l’intérieur du vagin. »8 La dispute qui prélude à l’épisode la séparation des sexes se déroule lorsque Premier Homme retourne de chasse, les bras chargés d’un daim. Première Femme adresse un éloge à son vagin. Premier Homme ne comprend pas : « N’ai-je pas tué le daim dont tu t’es repue ? (…) Est-ce bien ton vagin le grand chasseur qui doit être remercié et pas moi ? » Première Femme ne se laisse pas démonter : « C’est bien joosh le vagin qui chasse. S’il n’existait pas, tu n’aurais pas tué ce daim (…) En vérité, joosh le vagin fait tout le travail dans le village. »9. D’après la notion de transaction économico-sexuelle développée par Paola Tabet, la femme reçoit un bien matériel (le daim) en échange de relations sexuelles. L’acceptation du don implique le consentement de la relation sexuelle10. Pourtant, Première Femme ne l’entend pas ainsi : « Nous pourrions vivre seules (…) Nous, femmes, récoltons ce que nous avons semé. Nous, femmes, vivons de ce que la terre, en retour, nous offre. Nous, femmes, vivons des graines que nous récoltons. »11 L’homme a beau être le chasseur, la femme vit de la Nature, sans jamais l’assujettir. Les velléités d’indépendance de sa compagne insupportent Premier Homme qui propose au reste de la gent masculine de s’installer de l’autre côté de la rivière. La séparation dure quatre années. Les différentes versions orales recensées insistent sur les provocations des femmes qui prennent des poses lascives.12 D’autres les décrivent se masturbant, utilisant cactées, pierres lisses ou muscles de gibiers. Les hommes s’adonnent aussi à l’onanisme au mépris des enseignements des êtres sacrés, à savoir ne jamais réduire l’autre à un moyen de parvenir à ses fins : « Quand ils tuaient une antilope, ils (…) en prélevaient le foie qu’ils perçaient afin d’y introduire leur pénis. »13Les deux groupes se réunissent finalement car la perpétuation de l’espèce est menacée. Si l’ordre semble restauré par cette réconciliation, ce récit des origines est loin de proposer une vision dichotomique de la dispute initiale. L’hybris de Première Femme a suscité le courroux de Premier Homme mais la domination arbitraire qu’elle subissait est condamnée. De même, l’épisode souligne que les femmes sont incapables de s’assumer seules, après l’amenuisement des récoltes, car on leur a toujours interdit de chasser. Par ailleurs, la survie des hommes est assurée par la présence de deux nadleeh, des hommes « efféminés », les seuls à savoir moudre le maïs et cuisiner.

IM5-SeparationIturralde

La séparation des sexes, Juliette Iturralde, parue dans Contes Navajo du grand-père Benally, Goater, 2016.

Choix pédagogiques et éditoriaux.

Pour rendre le récit accessible aux plus jeunes, toute référence à l’onanisme a été supprimée. Les termes anatomiques « vagin » et « pénis » ont été remplacés par l’expression plus neutre « mon corps. » La mention du nadleeh a, elle, été conservée. Néanmoins, mon éditeur, qui a développé un catalogue militant, s’inquiétait de l’interprétation qu’on pourrait donner à la fin du récit, la réunion conjugale semblant être prônée. Nous avons donc décidé d’incorporer, dans l’encadré situé après chaque chapitre afin d’expliciter des notions culturelles, un portrait succinct de quatre personnalités féminines navajo (Lilakai Neil, Annie Wauneka, Lori Arviso Alvord, et Lynda Lovejoy) qui ont montré que les femmes de la tribu n’ont pas à être reléguées dans la sphère domestique. Maureen Trudelle Schwarz a enquêté auprès des femmes de la réserve pour déterminer pourquoi elles ne sont pas davantage présentes dans les domaines sacramentel et politique. Les témoignages recueillis insistent sur la nécessité de se réapproprier « la séparation des sexes. » Ainsi, une certaine EM s’insurge contre l’instrumentalisation patriarcale du récit : « Depuis lors (…) l’homme s’est arrogé le droit de nous dire ‘Vous les femmes, on ne peut pas vous faire confiance. A cause de ce qui s’est passé, vous ne pouvez pas officier comme homme médecine ou chef.’ Mais ce n’est pas vrai ! Les torts étaient partagés des deux côtés. »14 En 2010, on compte 9 élues au Conseil Tribal mais en 2011, le président Joe Shirley décide de réduire drastiquement le nombre de sièges, passant de 88 à 24, et en 2012, il ne reste plus qu’une femme au milieu d’une assemblée majoritairement masculine. Lors de l’élection à la présidence de la Nation Navajo en 2010, Lynda Lovejoy remporte la primaire. Ses opposants établissent une corrélation entre des inondations meurtrières et sa candidature15. Le 2 novembre 2010, l’association des médecine men se fend d’un communiqué qui met en garde la population contre les fléaux qui pourraient s’abattre sur la Nation Navajo si Lovejoy remportait l’élection. Ils s’appuient sur les visions d’Esther Bahe, diagnostiqueuse par lecture de cristal, qui affirme avoir reçu un mauvais présage lors d’une consultation16. Le rôle joué par l’épisode de la séparation des sexes dans l’élection présidentielle navajo de 2010 montre l’importance que relèvent encore les récits sacrés dans les affaires publiques navajo. Mais, la défaite – somme toute relative – de Lynda Lovejoy face à Ben Shelly prouve qu’hommes et femmes de la tribu sont de plus en plus enclins à s’émanciper de l’héritage culpabilisant associé à Première Femme. Désireuses de respecter une prétendue « tradition » ou au contraire de s’émanciper des rôles de subalternes qui leur ont été assignés en dépit de l’organisation matrilinéaire de leur société, les femmes navajo occupent de plus en plus le devant de la scène religieuse, politique, médiatique et culturelle… et tout cela, sans avoir besoin de porter de robes en peaux de daim.

Nausica Zaballos est professeur d’anglais dans le secondaire. Elle a soutenu une thèse sur les Indiens Navajo en 2007 à l’université Paris IV Sorbonne.

 

Directeur de l’institut Ron Paul: « Guaidó vaut désormais plus mort que vivant pour la CIA et pour son propre camp de  l’opposition »

Publié: 2 mai 2019 12:29 GMT

L’opposition vénézuélienne est pour le moment incarnée par « une espèce de personnage dérisoire », car « il appelle à des manifestations de masse et personne ne se présente », a déclaré Daniel McAdams, directeur exécutif de l’Institut Ron Paul.

Directeur de l'Institut Ron Paul: "Guaidó vaut désormais plus de morts que de vivants pour la CIA et pour l'opposition"

Le leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó à Caracas (Venezuela), le 1er mai 2019.
Carlos Garcia Rawlins / Reuters
Suivez nous sur Facebook

Après la tentative infructueuse de Juan Guaidó de renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro, « il vaut maintenant plus mort que vivant pour la CIA », mais aussi « pour son propre camp d’opposition », prévient Daniel McAdams, directeur exécutif de l’Institut  Ron Paul, ancien membre du Congrès et ancien candidat à la présidence qui l’a invité mardi à son programme « Liberty Report » pour analyser la situation au Venezuela.

L’institut Ron Paul, qui avait consacré son programme aux tentatives infructueuses de Guaidó de renverser le gouvernement avec l’aide de Washington, s’inquiétait de la possibilité que le pays d’Amérique latine soit plongé dans une vague de violence à grande échelle en cas de provocation. « S’il y a une opération fictive ou s’ils tuent un responsable important de part et d’autre, vous ne pouvez pas dire ce qui pourrait se passer », a averti le politicien républicain.

« Un personnage dérisoire « 

C’est en ce sens, McAdams a déclaré que Guaidó lui-même, avec son bilan après avoir échoué à mobiliser la protestation contre le gouvernement de Maduro, pourrait être la cible de ce type de provocation.

L’expert explique que le chef de l’opposition « a été jusqu’à présent une sorte de personnage dérisoire », en ce sens qu’il  » appelle à des manifestations de masse et que personne ne se présente « . « Je ne pense pas qu’il se rende compte à présent qu’en réalité, il vaut mieux mort que de vivant, non seulement pour la CIA, mais également pour ses propres opposants », prévient-il.

« Désespoir » de Guaidó

Lors de l’annonce faite mardi par Guaidó de la « phase finale » de l’opération de renversement du gouvernement, M. McAdams a déclaré qu ‘ »il semble en proie à une sorte de désespoir », alors que l’opposition vénézuélienne « l’a déclaré le président [par intérim] en janvier et que rien ne s’est passé. « , et ses efforts pour attirer l’armée à ses côtés n’ont pas abouti.

De son côté, Paul a critiqué les responsables américains qui soutiennent fermement Guaidó et ses efforts pour s’emparer du pouvoir au Venezuela tout en dénonçant avec indignation des éléments tels que la prétendue ingérence de la Russie lors de l’élection présidentielle de 2016.

 » Dans combien de pays avons-nous été impliqués au cours des 20-30-40-50-50 dernières années? Je veux dire que notre affaire, c’est de renforcer notre empire », a déclaré l’ancien membre du Congrès, qui a appelé des « groupes de clowns »  le secrétaire d’État Mike Pompeo ou le conseiller en matière de sécurité nationale John Bolton qui ont appelé les soldats vénézuéliens à protéger la Constitution de leur pays en prenant parti pour Guaidó.

« Ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’est le droit constitutionnel dans notre pays et ils vont le rétablir dans d’autres pays, ce ne sont que des clichés et sans signification! », A déclaré Paul.

  • Au début de la matinée de ce mardi, le député de l’opposition Juan Guaidó, auto-proclamé «président en charge», a pris avec l’aide d’un groupe de soldats Leopoldo López, condamné à treize ans d’emprisonnement, son assignation à résidence. Guaidó est apparu dans une vidéo avec López et un groupe de déserteurs de l’armée et a appelé le peuple et l’armée à se joindre à un coup d’État  contre le président du Venezuela, Nicolás Maduro.
  • À la suite des appels de Guaidó, des incidents ont eu lieu dans différents quartiers de Caracas entre des groupes d’opposition et les forces de l’ordre public.
  • Pour sa part, le président vénézuélien a demandé à  garder les « nerfs d’acier » via son compte Twitter, et a indiqué que tous les commandants du commandement stratégique opérationnel de la FANB, connu sous le nom de REDI, et des zones de défense Integral ‘(ZODI) ont manifesté leur loyauté  « envers le peuple, la Constitution et la patrie ».
  • De même, le ministre de la Défense, Vladimir Padrino López, a déclaré que « la FANB reste ferme dans la défense de la Constitution et de ses autorités légitimes » et que « toutes les unités militaires » signalent une normalité « .
 

La Rutgers University honore Paul Robeson en lui consacrant une place

cette inauguration intervient dans un contexte de manifestation syndicales que n’aurait pas désavoué Paul Robeson et pourtant celui qui a tenté de s’adresser aux invités a été arrêté et repoussé. Mais l’ensemble dit bien comment Robenson qui avait tous les talents mais à qui l’Amérique reprochait ses sympathies communistes est rentré en grace dans une Amérique qui se cherche et ne se contente plus de ses certitudes aticommunistes et de la glorification d’un capitalisme indépassable (note et traduction de Danielle Bleitrach)

L’Université Rutgers a rendu hommage vendredi à  Paul Robeson – un étudiant , citoyen, athlète et activiste  exemplaire – avec l’inauguration d’une place en son nom sur le campus de College Avenue au Nouveau-Brunswick.

« Ce qui était si extraordinaire chez mon grand-père, c’est que plus il réussissait, plus il était riche, plus il était célèbre, plus il était devenu chanteur et acteur accompli, moins il était concentré sur lui-même et plus il était attentif à la souffrance des autres », a déclaré Susan Robeson, la petite-fille de Robeson, une ancienne élève de Rutgers.

Le président de Rutgers, Robert Barchi, le chancelier Rutgers-Nouveau-Brunswick, Christopher Molloy, et environ 500 invités, professeurs, étudiants et anciens élèves se sont joints à elle pour assister à la coupe du ruban du Paul Robeson Plaza, au coin de College Avenue et de Seminary Place.

« Il ne fait aucun doute, comme vous venez de l’entendre, que Paul Robeson est l’un des plus grands des centaines de milliers d’anciens élèves de Rutgers. En fait, nous ne reverrons peut-être jamais autant de talents réunis en une seule personne », a déclaré Barchi.

Le Paul Robeson Plaza du campus de l’Université Rutgers-Nouveau-Brunswick a été dévoilé le vendredi 12 avril 2019.
Catherine Carrera / NorthJersey.com

Cet événement était l’un des nombreux rendant hommage à la vie de Robeson dans la célébration du centenaire de Rutgers, qui a duré un an. Athlète vedette avec une moyenne pondérée cumulative élevée, Robeson obtint son diplôme de valedictorian et prononça le discours d’ouverture le 10 juin 1919.

Plus: Marquez un pour Rutgers: Paul Robeson, autrefois décrié, redevient un grand homme sur le campus

Plus: Basketball Rutgers: Le morceau de l’héritage de Paul Robeson que vous ne connaissez probablement pas

Plus: L’ art et l’activisme sont des leçons de Paul Robeson

Barchi en grève potentielle

La célébration de Robeson par Rutgers, qui est devenue une artiste de scène, une star de cinéma et un activiste mondial, a coincidé avec le hérissement de pancartes sur des bâtiments adjacents manifestation d’ un corps enseignant prêt à lutter contre les inégalités salariales entre les races, les sexes et entre les campus.

Les panneaux avertissaient que « le temps comptait » pour une éventuelle grève et demandaient aux étudiants et aux professeurs de s’inscrire aux piquets de grève.

Rutgers AAUP-AFT et les équipes de négociation des universités se sont rencontrés à plusieurs reprises cette semaine, y compris le vendredi, et des sessions supplémentaires étaient prévues jusqu’au lundi. Les équipes se rencontrent depuis plus d’un an pour tenter de parvenir à un nouvel accord. Les membres du syndicat le mois dernier ont donné à leurs dirigeants l’autorisation d’appeler à la grève dans le cadre des négociations. Si une grève est déclenchée, ce sera la première des 253 années d’histoire de l’école.

Plus: Voici ce qui se passerait si la faculté de l’Université Rutgers se mettait en grève

Constitué de plus de 4 800 professeurs et diplômés, le syndicat souhaite que l’université réponde à ses exigences en matière d’équité salariale, engage davantage de professeurs à temps plein et augmente le salaire des assistants des cycles supérieurs et des assistants d’enseignement, rémunérés en moyenne à 26 000 $. Ils demandent également un salaire minimum de 15 $ pour les étudiants travailleurs.

Malgré la grève imminente, Barchi a déclaré vendredi qu’il n’était pas inquiet.

« Je pense que nous avons une grande faculté ici et que des gens formidables dirigent les syndicats et discutent de cela avec nous », a déclaré Barchi à NorthJersey.com et au réseau américain TODAY NET dans le New Jersey à propos de la menace de grève du syndicat si un accord n’était pas conclu rapidement .

« Je pense que nous sommes sur le point de nous entendre », a déclaré Barchi. «Je suis pleinement convaincu que nous aurons un accord et que nous ne verrons pas ici la moindre interruption de travail. Je ne suis pas trop inquiet.

Une membre du syndicat, Julie Flynn, une enseignante du programme d’écriture de l’école, a tenté de s’adresser aux invités lors de la cérémonie des informations sur les efforts du syndicat et une éventuelle grève, mais les policiers de l’université ont ordonné à la police de l’arrêter parce que ses actions étaient considérées comme des manifestations.

« L’officier de police m’a demandé de me rendre dans une zone réservée aux piquets de grève, très loin de là, ce qui est un problème car Paul Robeson était un activiste et c’est le genre de chose à laquelle il serait favorable », a déclaré Flynn.

L’histoire continue sous la galerie

Mais alors que le soleil se levait à travers un ciel nuageux et que la pluie tombait vendredi après-midi, les négociations sur les contrats ne semblaient pas préoccuper les 500 invités réunis pour célébrer l’un des anciens élèves les plus acclamés de Rutgers, qui se sont battus pour l’égalité des droits. les gens opprimés.

La place comporte huit panneaux de granit noir gravés à l’eau-forte qui décrivent les années Rutgers et plus tard de Robeson: star du football, orateur émérite, Phi Beta Kappa et membre de la société d’honneur Cap and Skull, et entre autres moments remarquables, un chanteur de concert devenu célèbre dans les années 1930 et 1940.

La classe Rutgers de 1971 a fait un don de 241 000 $ pour la création de la plaza sur le campus du Nouveau-Brunswick.

Au coin de la place, une exposition d’art intitulée « Portraits de Paul Robeson » peut être visionnée au Zimmerli Art Museum jusqu’au 28 avril.

Le Nouveau-Brunswick a également célébré l’héritage de Robeson. La ville a été rebaptisée une partie de l’avenue commerciale sur 3 km, l’une de ses artères principales, « Paul Robeson Boulevard ». Il y aura une place dédiée au nom de Robeson avec une statue à Feaster Park, au large de l’avenue Commercial.

« Mon plus grand espoir est que les étudiants d’aujourd’hui s’efforcent de devenir des citoyens du monde qui transcendent les frontières et s’attachent aux problèmes de la paix et de la justice sociale aux quatre coins du monde – et qui, comme Paul, ne craignent jamais de dire la vérité au pouvoir », a déclaré Susan Robeson.

Email: carrera@northjersey.com