RSS

Archives de Catégorie: mon journal

17 avril 2018, Un aniversaire de mes 80 ans un peu gâché par la délation… mais j’en ai vu d’autres.

..

J’ai 80 anset Leca a raison, ma via a été est reste si belle que je rfuse de me laisser gâcher par deux cons… Il fait un temps superbe, j’ai envie de rire;, de chanter, vous avez été des centaines sur face book , au téléphoone, dans mon courriel à me dire votre amitié et vos voeux…

Vous aurez été plus de 500 pour m’adresser vos voeux, mais j’ai eu l’impression de tous vous connaître, de savourer chacun de vos messages, sans doute parce que la plupart d’entre vous c’étaient déjà manifesté dans la chaîne de solidarité autour d’Adlane.

Savez vous que la pétition contree la guerre que j’ai publié connait aussi un succés fou, monseigneur Gaillot l’a signée me dit-on.

je suis comme je suis et je dis à vous tous aux plus jeunes en particulier , battez-vous, et ne vous laissez jamais diminuer dans vos désirs et voos aspirations les plus nobles.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le avril 17, 2018 dans mon journal

 

Christophe Barbier, Cohn Bendit et les autres se pissent dessous de bonheur…

Résultat de recherche d'images pour "christophe barbier et cohn Bendit"

christophe Barbier ffait le poirier. sur le plateau de BMTV, il n’en est pas à une pitrerie près… petit marquis zozotant et anglophones ce qui leur donne l’impression de connaître le monde… pour mieux diffuser la bonne parole de la CIA dirigée désormais par une tortionnaire…

La réflexion de Poutine sur la France : « Voilà un pays qui envoie 2500 gendarmes contre 80 gauchistes et un chien et qui veut donner des leçons à la Syrie qui affronte des terroristes djiadistes armés et violents » est frappée du coin du solide bon sens. . Comme d’ailleurs le constat que l’armée syrienne avait reconquis la zone et n’avait aucun intérêt à envoyer des armes chimiques si près de sa capitale. Comme d’ailleurs Poutine n’avait aucun intérêt à assassiner un espion russe à la veille de sa réelection triomphale et du mondial. D’ailleurs sur BMTV,  on n’en parle plus, ni de « l’épuration ethnique des kurdes », on a trouvé le bon prétexte celui des armes chimiques, en feignant d’ignorer qu’Israël a reconnu hier avoir utilisé des bombes au phosphores comme « armes dissuasives » à Gaza. .

. Je ne suis pas une fan de poutine et si j’étais Russe je ne voterais pas pour lui, mais incontestablement il marque un point. Comme d’ailleurs quand l’Etat major russe demande si les frappes ne seraient pas destinées à masquer le fait qu’il n’y pas eu attaque chimique. les images des pseudos intoxiqués que l’on lave à l’eau courante, l’absence de confirmation des hôpitaux, la seule parole d’observatoires et de casques blancs qui nous ont déjà raconté n’importe quoi à Alep, tout sème le doute. Et comme la zone est désormais prise par l’armée syrienne, on la fait visiter aux journalistes pour appuyer la dénégation russe. J’ajouterai sur ce chapitre que Macron plaçant le tapis rouge sous les pas du  saoudien, protecteur reconnu de tous les terroristes, boucher du Yemen, et dans le même temps  menaçant le dirigeant syrien pour cause de défense des droits de l’homme,  c’est fantastique… les journaleux et les éditorialistes expliquent que le saoudiens est un dirigeant « moderne » qui libère la condition féminine, on croit rêver…

Que penser des délires des journalistes cautionnant ce genre de choses?

Rien si ce n’est le caractère minable de ceux qui des trotskistes à la folle Clémentine Autain continuent à chanter le même air que la CIA et  Macron parce qu’il n’ont pas encore compris que Staline était mort il y a 64 ans et que l’URSS n’existe plus, il s’obstinent dans leur propagande aux dépens de la paix en soutenant des fascistes comme en Ukraine. ou au Venezuela…

Rien si ce n’est que leur servilité n’a d’égale que celle des écologistes au pouvoir de françois de Rugy à Nicolas Hulot.. 2500 gendarmes contre 80 gauchistes et un chien, des blessés parmi les forces de l’ordre quand on leur renvoie leurs grenades dégoupillées… Il n’y a pas que Poutine pour s’étonner de l’emploi des forces de l’ordre… Mais est-ce que Macron a un moyen de chantage sur Hulot pour l’obliger à tout accepter, y compris ce matin l’aide aux chasseurs y compris la venerie… Brigitte Bardot va finir par jouer les terroristes dans les couloir du ministère de l’environnement.

Et les journaleux d’applaudir à tout rompre, christophe Barbier s’étrangle de bonheur..

Le pire étant ces étudiants que l’on menotte après avoir envoyé contre eux les groupuscules fascistes dont on se sert comme pretexte à dénonciation des désordres…

Et les anciens soixantte huitards comme Cohen Bendit se pissent dessous d’enthousiasme devant cette preuve de force, bande de gâteux.. Je peux vous pardonner votre déchéance parce que je ne me suis jamais fait d’illusion sur qui vous étiez pas plus qu’aujourd’hui je ne me fais d’illusion sur Clémentine Autain, vous partagez ce narcissisme, ce besoin d’être au centre alors que vous n’avez rien qui vous destine à pareille responsabvilité si ce n’est votre culot… Vous êtes incapables d’être autre chose que des marginaux, minorisant une lutte par non respect du peupke mais il y a une chose que je ne pardonne jamais c’est la guerre parce là votre inconséquence a de trop dramatiques conséquences…

Est-ce que nous avons vraiment nous Français le monde politicien que nous méritons.? .. Les seuls qui sauvent l’honneur ce sont les députés communistes, dignes, honnêtes, combattifs, oublieux d’eux mêmes, même s’ils n’ont pas la direction qu’eux et les militants méritent… Ce qui a d’énormes conséquences parce que le parti communiste avec une direction digne de ce nom était capable de dénoncer l’intervention en Irak, de peser sur le fait que la France ne devait pas entrer en guerre et d’ organiser autour de la paix de grands rassemblements. Aujourd’hui le PCF est à la remorque des palinodies trotskistes et social démocrate même si les communistes, militants et députés sont partout pour défendre la classe ouvrière, les services publics, notre souveraineté. Ils sont les otages de quelques flibustiers qui ont pris la direction. Et il n’y aura pas de manifs pour la paix pour dire que les ressources pour un guerre injuste doivent être données à la vie.

C’est pourquoi, malgré tout, vu les autres, dans le fond, je me dis qu’en mai 68 comme aujourd’hui je ne regrette pas d’être communiste… de temps en temps il y a même des articles dans l’humanité qui sauvent l’honneur sur le mouvement social maisq aussi celui de Pierre barbancy sur le plan international.

74 députés votant la privatisation de la SNCF parce qu’il s’agit bien de cela… et tous les jours on invente des fausses vérités sur l’excellence des chemins de fer britanniques et allemands grâce à la privatisation, des faux aussi faux que l’assassinat des espions par Poutine, ou l’assassinat des bébés en couveuse par saddam Hussein, suivi de très près des armes de destruction massive par Collin Powell…

Jean claude Bourdin, encore un qui s’indigne toujouts dans les limites de la survie personnelle interview la ministre de la santé et l’invite à expliquer « qu’il n’y a plus d’argent pour soigner les vieux ».. ni pour assumer les urgences… et qui cautionne l’entrée en guerre puisque jamais il ne compare le pris d’une bombe plus de 100.000 euros, celle d’une expédition envisagée en Syrie derrière Trump au coût réel de la santé et de la dignité des anciens?  ils mentent aussi par omission…

Mais rassurez vous Macron va expliquer sa politique…Chriqstophe Barbier explique pourquoi l’Orne… parce que ça rime avec morne, que personne n’a envie d’aller dans un coin pareil… le plateau rigole et feint de protester.. Barbier insiste « aucun de nous ne voudrait vivre là-bas, il n’y a plus de service public, plus de poste, plus d’hôpital ajoute-t-il, sans état d’âme… La faute à qui ducon?

Et là on a droit à l’idolâtrie d’un Jupiter condescendant à venir expliquer aux bouseux qui ont l’esprit enfoncée dans la glèbe l’excellence de sa politique, en particulier « tenez-vous bien » pour expliquer la nécessité d’une intervention en Syrie…

Heureusement on aura bien écrasé la cervelle du télespectateur avec le feuilleton Halliday, 14 pages dans les colones du Point. 74 personnes de nuit ont voté la privatisation de la SNCF. On nous annonce une entrée en guerre avec la Russie par Syrie interposée sans le moindre débat… mais nous n’échapperons à aucun détail sur l’agonie et les débats autour de l’héritage…

danielle Bleitrach

 
4 Commentaires

Publié par le avril 12, 2018 dans mon journal

 

On n’est pas vieux quand on a 80 ans et qu’on est communiste… Tout mon programme…

Résultat de recherche d'images pour "les bourreaux meurent aussi"

A la veille de mes 80 ans (le 17 avril) je suis débordée, ce qui est inespéré, fatigant mais inespéré… Quand j’imagine tous les gens qui à cet âge là sont endormis devant leur teléviseur allumé sur le vide abyssal(1)… Je comprends mieux cette phrase que l’on m’a sériné aux temps lointains de mon adhésion : le communisme est la jeunesse du monde… Il y a certes l’engagement d’une vie, l’intérêt pour les autres, tout cela est roboratif, mais il y a aussi tout ce que ma génération doit aux luttes. Nous devons tout à  la saignée de l’URSS offerte pour nous débarrasser du nazisme, aux combats des travailleurs en grève lors du Front populaire, celle de la Résistance, la bataille du rail et plus largement celle de ces militants et dirigeants communistes qui ont pesé pour que la fonction publique soit ce qu’elle doit être, pour que la santé publique soit un droit. C’est à eux tous que je dois le fait que jeudi j’ai pu distribuer des tracts devant la gare de la blancarde, samedi devant la poste des cinq avenues, mardi prochain devant le Conseil général et entre temps vécu un débat passionné sur l’Europê dans ma cellule vendredi. Parce que j’ai été sauvée de la mort dans une chambre à gaz, parce que j’ai été bien soignée, éduquée, et parce que ma vie fut une aventure qui eut la planète pour décor et la cellule locale et surtout d’entreprise comme lieu de combat.

On ne vieillit pas de la même manière quand on a eu la chance d’avoir un parti à 20% et je le crains aujourd’hui où il cherche à se mettre à la remorque de ceux qui ne le vallent pas.   Mais il ne sera pas dit que je n’aurai pas tout fait ce qui est dans mes moyens pour tenter de laisser les lieux aussi propres que quand je suis arrivée au monde… 1938, c’était pas terrible et il fallait avoir un optimisme inconsidéré pour faire naître une enfant juive à cette date, ou ne pas maîtriser les formes de contrôle de naissance en un temps où une femme pouvait être guillotinnée pour cause d’avortement. Pétain allait tenir dans son étau le ventre de ma mère et mon sort au Vel d’hiv… Après avoir laissé tomber les républicains espagnols, après avoir signé la capitulation de Munich, les dirigeants français allaient mettra en prison les communistes, pour cause de pacte germano-soviétique…

Bref, le monde que j’ai devant les yeux n’est pas pire que celui que j’ai trouvé en entrant, mais j’ai l’impression que le processus de fascisation est en marche.  Le nazisme n’a jamais été eradiqué puisque le ventre est toujours fécond d’où nait la bête immonde, le capitalisme.  Il a grossi, a dévoré beaucoup, nos forces sont affaiblies, il faut tout reconstruire, en  France une fois de plus ce qui peut l’écarter ce sont les luttes. Bien sûr chacun se bat pour ses revendications, mais elles touchent à la racine même de ce que la soif du profit attaque, la vie  de chacun, le droit à exister dans la dignité. Le capital et son petit personnel veut faire vite parce qu’il sait que montent les mécontentements, que l’Europe, l’UE, l’oTAN, leur état major est en train de se déliter. Ils savent que la France n’est pas un petit pays à qui l’on peut tout imposer, mais le socle de leur pouvoir avec l’Allemagne… Si la France refuse la privatisation, le démantélement, si cette France là s’arcboute et dit non comme elle sait le faire de 36 à 95 chandelles en passant par mai 68, c’est tout leur édifice qui s’écroule.

Quand on a 80 ans, parce qu’on a vécu chacune de ces étapes on sait tout cela et on a conservé la conscience de la nécessité des solidarités…

Brièvement alors je vous dis comment je sens les choses: Hier avec ma cellule, nous avons distribué des tracts en soutien aux manifestations, ce qui était frappant c’était la colère des retraités alors que chez les jeunes c’était plus contrasté, entre ceux qui soutiennent et ceux qui vous regardent d’un air vide et une absence totale de réflexe comme s’ils habitaient une autre planète, il y a un monde… En mais 68 peut-être auraient-ils été gauchistes, très anticommunistes comme Cohn-Bendit. Là, ils étaient  devenus apolitiques, des générations que l’on tente de rendre indifférentes, individualistes, le pire danger… Il n’y a pas de soutien au gouvernement, au contraire, soit un maximum de gens en colère soit l’apathie. Il  est clair que ce qui est le plus perceptible c’est l’injustice de s’attaquer aux vieux et à notre santé à travers l’hôpital public, Macron va tenter de refaire du terrain, mais il y a la pension, les médicaments qui ne sont plus remboursés. les faits sont têtus.  Cela dit en mai 68, dans ce type de quartier nous aurions eu les mêmes proportions de soutien à la grève et d’opposants. Simplement, alors, ces derniers étaient derrière De gaulle, ils étaient contre la chienlit, c’étaient les « vieux », ils avaient peur et croyaient en De gaulle qui était allé voir Massu en Allemagne. Cela s’est vu peu de temps après dans les urnes. Aujourd’hui, personne ne parait être derrière Macron, il est isolé, il n’a pour lui que cette force d’inertie, et ces gens désabusés. Il veut incarner l’ordre et la « nécessité de la réforme ».   Leur « determination sans faille » dont fait état le premier ministre est celle d’un bravache parce qu’elle n’a aucun parti,  elle est sur un socle gélatineux, comme d’ailleurs le vote face à l’Europe, ils étaient ridicules ces « marcheurs » qui tentaient de faire accroire à l’enthousiasme pour l’Europe, ce à quoi ils se heurtaient étaient une maussaderie.

Bref Macron ne survit que grâce à la division syndicale et l’absence de perspective politique… Et il table là-dessus, mais il ne pourra même pas compter sur les forces qui se sont réveillées autour du gaullisme en mai68. Seulement sur l’absentéisme et la fascisation. Le patronat le sait ici et au niveau européen, y compris dans les mobilisations bellcistes.

On n’est pas vieux quand on a 80 ans et qu’on est communiste… Mais si je vous écris tout ça ce n’est pas seulement pour vous faire bénéficier de mon expérience, mais aussi pour vous dire pourquoi je suis débordée. Vous aurez compris que je milite, mais il y a plus. Le 23 avril, je dois être à Paris pour une conférence. Le film sur lequel j’ai travaillé durant 5 ans, « les bourreaux meurent aussi » a été restauré et je dois présenter cette version restaurée puisqaue j’ai écris un livre : Brecht et Lang, le nazisme n’a jamais été éradiqué, editions Lettmotiv. Il est probable que je devrais faire d’autres présentations en province. Le sujet est tout à fait d’actualité, non seulement parce que le prix goncourt de cet année en a traité, l’assassinat d’heydrich, l’homme de la solution finale, mais parce que la question de l’Europe et du fascisme se retrouve d’actualité.

Le 2 juin, n’oubliez pas les marseillais que je fais une présentation de mon autre livre : 1917-2017, Staline un tyran sanguinaire ou une héros national; Delga éditeur. à la librairie Maupetit à 17h30.

Enfin, nous sommes Monica et moi en train d’écrire notre livre sur la Pologne, dont le titre est pour le moment Polonais et juifs, le noeud de vipères. Nous préparons un voyage du côté de Cracovie pour le 26 juin.

Bon vous comprendrez que je sois très occupée y compris par rapport à ce blog.

Danielle Bleitrach

(1) ce n’est pas vrai que c’est toujours le vide abyssal, hier après midi- parès ma distribution de tracts du matin, des coquillages délicieux mangés aux cinq avenues, j’ai passé une après midi formidable avec « quand l’histoire fait dates », une série documentaires de Patrick Boucheron et Dénis van Waerebeke sur Arte; deux sujets apparement éloignés mais qui en fait nous menaient au coeur du métier d’historien. le premier était consacr’é à Pompéi, le seond à Hiroshima. La recherche de sources sures et pas seulement écrites, la déconstruction de légendes et de mythes y compris contemporains, tout cela était rassurant, je me suis dit qu’il y aurait un après toute la pression idéologique, le négationnisme dont nous étions victimes à propos d’ événements que j’avais vécus et que je voyais inventés pour justifier l’injustice du pouvoir en place. Juste après j’ai atterri sur une émission nettement moins satisafaisante sur le plan intellectuel mais qui elle aussi contribuait à la déconstruction d’un mythe, celui de Néron. Suetone, Tacite… en étaient à l’origine mais ils étaient aussi proches du sénat et de ses conservatismes. POur ceux qui ont lu mon livre sur Staline, je pars de cette expérience de jeune historienne mettant en cause à la suite de Charles parrain, Sutone et Tacite, et j’en appelle à une vigilance politique mais surtout historique, une déconstruction des légendes non pour réhabiliter mais pour comprendre… C’est dire si j’ai écouté ces émissions avec passion. Là encore la question de savoir si ma passion pour l’Histoire est à l’origine de mes engagements ou si c’est l’inverse. En tous les cas c’est aussi une passion individuelle qui a beaucoup de chances d’être mel comprise.

 

Pour que les choses soient claires…

 

Manifestez, pétitionnez , dénoncez le gouvernement criminel d’Israël, je serai avec vous, mais ne prétendez pas m’enrôler derrière les deux abrutis qui dirigent le Crif et l’UJFP.

Le premier a décidé d’ajouter à la longue liste des interdits et rituels accumulés en matière de judaïsme l’adoration du veau d’or israélien et de ne laisser aucune liberté à celui qui ne se prosterne pas. le second pousse si loin le souci de se distinguer du premier qu’il en arrivé à cautionner tous les antisémites, sans parler d’avoir accompli l’horreur de justifier le crime de petits enfant juifs par l’existence du Crif et de la politique israélienne.

ces gens ont perdu le sens de l’humanité la plus élémentaire, ils sont de véritables caricatures, je vous interdis de m’y associer en m’envoyant vos réflexions sur l’un ou l’autre.

Bon dieu foutez la paix aux français juifs. C’est une affaire familiale, une culture plus encore qu’une religion, personne ne peut la renier sans renier père et mère… Mais cette appartenance a aussi ses lettres de noblesse, son esprit critique, son progressisme, et à ce titre, pour moi le Crif et l’UJFP ce sont des sectes qui prétendent parler en mon nom en disant n’importe quoi pour entretenir une clientèle… Que chacun prenne la position politique qui lui paraît juste mais arrêtez votre communautaurisme et laissez moi le droit à avoir des opinions qui ne soient pas conditionnées par une appartenance fantasmée par monsieur khalifat ou monsieur Stamboul. je peux choisir mon appartenance politique et ne m’en prive pas, mais je ne peux pas choisir la famille dans laquelle je suis née, ni la renier donc vous me refusez la liberté de mes engagements, c’est indigne.

j’appuyerai tout ce qui correspondra à ma position politique, mais je supprimerai de ma liste tous ceux qui prétendront m’enrôler derrière un de ces deux sinistre connards parlant en mon nom ou ceux qui feront une référence quelconque à mes aiêux qui ne leur ont rien demandé par une référence à la Shoah, j’espère être claire.

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le mars 31, 2018 dans mon journal

 

Le monde réel dans une journée fantasmée

je suis en convalescence mais je vous donne de mes nouvelles.

Hier, j’ai fui les réseaux sociaux et leurs miasmes en écho à une double célébration dans laquelle tout le monde se débattait et parlait faux… En fin de matinée,  j’ai renouvelé ma carte de Bibliothèque en vitupérant contre Macron et la CSG, avec l’assentiment de l’employée. Qu’est-ce que ça soulage de ne pas imaginer cet individu en train de jouer les héraults de la République, le défenseur de l’excellence de ses fonctionnaires et de se souvenir qu’il est en train de couler la dite République sur consigne de l’UE… D’envisager de fait une armée de métier au niveau de l’OTAN. qu’est-ce qu’on se sent mieux d’échapper aux  débats sur le héros qui masque de fait les assauts contre le service public. Pendant qu’on parle de ça, il n’est plus question des luttes pour la défense du dit service public, attaqué de toute part avec l’assentiment des mêmes… Je ne renonce pas à protester, je me sens un peu seule, d’ailleurs les communistes semblent avoir totalement disparus. ON ne sait pas si on doit être soulagés de ne pas être pris avec mélenchon dans ses pàalinodies ou si on peut voir là la poursuite de la tactique de Pierre Laurent, nous effacer définitivement… pourtant il me semble qu’on aurait bien besoin des communistes, enfin ceux que j’ai connus…

La bibliothèque municipale, est l’ancien music hall, l’Alcazar, en plein quartier arabe, sur le Cours Belzunce. Jadis au XVIII e siècle c’était le quartier aristocatique mais aussi celui des Révolutionnaires, les Républicains de Marseille, des enragés autogestionnaires, admirateurs de Robespierre. A midi j’ai été déjeuner chez Toinou, le marchand de coquillage, de l’autre côté de la Canebière. C’est de là exactement qu’est parti le bataillon des Marseillais, 300 jeunes gens tirant canons, chantant tout le long de la route la Marseillaise et réclamant la tête du roi. Belzuince et le monde arabe déborde, mais il y a des ponctuations du vieux Marseille, le marchand de fleuirs avec ses bouquets élégantissimes, le chapelier, et Toinou, avec son étal de fruits de mer, je commande  une dizaine d’oursins énormes et trois huitres charnues et iodées plus un verre de vin blanc, le bonheur. Je donne rendez-vous à Hamid, djaouida et Maya, chez le père Blaise, l’herboriste à côté, une institution provençale comme Toinou dans un quartier qui ressemble à Babel oued. J’achète une tisane, un pot de miel et de la guimauve. Maya fait la grimace, elle préfère les marshamallow d’Haribo. Nous retournons elle et moi en bibliothèque, elle est chargée de m’aider dans l’ascenseur transparent, les coursives aux parois de verre, ce qui me donne le vertige. Je m’accroche à elle.

Je sais qu’elle est désormais une lectrice assidue de mon blog et elle me pose des questions. Ce qui l’intéresse c’est l’intelligence artificielle et ses conséquences, elle me demande est-ce que ça peut être la fin du monde? Je crois que c’est l’article sur stephen Hawkings qu’elle a interprété en ces termes.J’essaye de lui expliquer qu’il peut y avoir des gens très riches qui tenteront de se passer des êtres humains. « Pourquoi ils sont comme ça? » me demande-t-elle… Et nous voilà parties dans un cours abregé sur la soif d’accumation du capital. Le monde est divisé entre riches et pauvres et les premiers qui sont simplement une poignée pour continer à dominer, inventent des oppositions entre les pauvres… Le racisme par exemple… Elle hoche la tête et commente: « nous sommes tous des êtres humains? « Bien sûr et j’appuie ma démonstration par une interprétation personnelle du monologue de Shylock dans lequel j’alimine toute référence précise pour qu’elle puisse s’identifier… Traduction de Victor hugo:

Il m’a couvert d’opprobre, il m’a fait tort d’un demi-million, il a ri de mes pertes, il s’est moqué de
mes gains, il a conspué ma nation, traversé mes marchés, refroidi mes amis, échauffé mes ennemis ;
et quelle est sa raison ? … Je suis un juif ! Un juif n’a-t-il pas des yeux ?Un juif n’a-t-il pas des
yeux, des organes, des proportions, des sens, des affections, des passions ?N’est-il pas nourri de la
même nourriture, blessé des mêmes armes, sujet aux mêmes maladies, guéri par les mêmes moyens,
échauffé et refroidi par le même été et par le même hiver qu’un chrétien ?Si vous nous piquez, estce-que
nous ne saignons pas ? Si vous nous chatouillez, est-ce-que nous ne rions pas ? Si vous nous
empoisonnez, est-ce-que nous ne mourons pas ?Et si vous nous outragez, est-ce-que nous ne nous
vengerons pas ?Si nous sommes comme vous du reste, nous vous ressemblerons aussi en cela.

En fait j’interprète dans le sens de Timon d’Athènes, l’autre pièce de Shakespeare qu’aimait Marx, la dénonciation du Capital. je m’obstine dans ma rustique lutte des classes. Elle m’écoute comme un oracle, elle  a rencontré la semaine dernière un jeune écrivain d’origine algérienne d’une vingtaine d’années et elle lui a gravement expliqué qu’elle avait une mamie « très ancienne » qui était une écrivaine et qu’elle pourrait lui donner des conseils. C’est flatteur mais si j’avais quelques doutes sur mon apparence, me voilà servie… je suis très très ancienne…

Je découvre des livres, les derniers achetés exposés, je voudrais tous les lire… Un véritable accès de boulimie… la vieillesse ne fait rien à l’affaire, je suis toujours fascinée par les bibliothèques, tous ces livres, c’est l’endroit où je travaille le mieux… Je suis plongée dans un livre qui m’aide à comprendre ce qu’avait tenté de m’expliquer Monika sur la Pologne, c’est la traduction d’un auteur des Etats-Unis Timothy Snyder,sur « la reconstruction des nationalités », Pologne, lituanie, Ukraine… je vais l’emporter chez moi pour le week end.Retrouver les livres, les recherches pour fuir le grand n’importe quoi d’internet, quel soulagement. Maya qui s’exerce sur un ordinateur à côté de moi et qui se plonge dans ma biographie selon wikipedia, m’emprunte un petit cahier moleskine vierge et décide d’écrire un roman. Elle m’interroge: Mamie, tu ne pourrais pas faire de moi un personnage d’un de tes romans, par exemple « les enfants du mauvais temps? » je lui dis »Non parce que tu n’es pas assez passionnante! » et j’ajoute en riant « mais tu peux le devenir, à toi de découvrir comment être passionnante! » Cinq minutes après elle me tend le cahier sur lequel elle a inscrit notre conversation… « Comment est-ce que je peux devenir passionnante? « … A toi de le découvrir? En attendant je lui propose que nous allions ensemble dimanche au cinéma… Elle manque d’attention, il faut qu’elle apprenne à s’immerger dans une lecture, tout oublier, jouir du silence de la bibliothèque, de l’odeur des livres…

Le temps a passé il est quatre heures, Maya part à son cours de gym et Hamid vient me chercher avec un copain algérien qui n’a pas mis les pieds en France depuis dix ans et qui vient retrouver son fils pour qu’il revienne en Algérie avec lui. Je m’aperçois que c’est son père qui faisait partie de ma génération, celle avec laquelle j’ai partagé les combats anti-colonialistes, ceux pour l’indépendance de l’Algérie… la génération que j’avais rencontrée en 1963 à Alger, lors de la venue de Nasser… Encore une confrontation avec le temps qui s’efface…  Son père est un militant, lui non. Nous parlons de l’Algérie, il est inquiet et déclare que rien ne va bien, mais qu’il faut éviter le pire. Le pire c’est comme ce qui se passe en France mais au lieu de deux ou trois morts de temps en temps c’est deux cent mille morts, on sait quand on sort, mais on ignore quand on va rentrer. Le pire c’est ce qui se passe en Irak, en Syrie, en Libye. On ne sait pas d’où la mort va venir. Face à ces gens là, il n’y a qu’une solution, les tuer comme quand ils avaient occupé une entreprise gazière dans le sud algérien. Les militaires étaient rentrés, ils avaient tué tout le monde y compris les employés étrangers… Non il ne faut pas que l’Algérie connaisse ça, la Libye, la Syrie… Et ce qui l’a détruite…

hamid et son copain algérien me raccompagnent jusque chez moi pour m’aider à porter livres, pot de miel et guimauve… dans la rame du métro, nous discutons encore… je leur dis que les enfants sont notre talon d’Achille, s’il n’y avait pas la peur pour l’enfant je me sentirai intouchable, prête à tous les défis… Hamid proteste « les enfants sont la seule richesse »… une femme nous écoute et elle me donne raison: « C’est l’expérience qui parle par votre bouche, les enfants sont notre fragilité, notre tournment, nous avons peur pour eux! »

Si les crétins qui dans les réseaux sociaux s’obstinent à croire que c’est en excusant les « terroristes », si les proches des indigènes de la République, voulaient bien se rendre compte que la plupart des familles algériennes qui hantent Belzunce ont une expérience tragique du terrorisme, qu’elles sont prêtes à supporter un régime algérien qui ne les satisfait pas, parce qu’elles ont une peur bleue de voir revenir les années de plomb et de meurtre, ce serait déjà un immense pas. L’ami algérien me dit: « Pour les arabes il faut des dictateurs! » Je proteste mais je conviens que tant qu’il y aura des divisions tribales à la base de la société civile, il faut un dirigeant qui combine deux traits, celui de l’homme fort qui s’appuie sur l’armée ou plutôt émane de l’armée et le négociateur capable d’engager le dialogue avec les divers élements de la mosaïque. Il est évident qu’une telle société est patriarcale avec un poids particulier accordée à la vieille femme sage. je suis assez bien dans le rôle. Non seulement je fais régner l’ordre et je tiens les enfants sans avoir besoin d’élever la voix, y compris Adlane qui est sorti miraculeusement de ses hallucinations, mais j’ai fait le tour du monde. A propos les cartes postale ont eu un effet bénéfique, il en a reçu de Paris, de Chambery, de Montréal, de Grand bretagne… Il a décidé d’y répondre, le 5 avril au parloir je lui porte des cartes timbrées. Fini la crise de mysticisme, il affirme à nouveau son refus de toutes ces croyances débiles qui mènent à Daech. Résultat, la famille est soulagée, Djouida m’explique: « nous on a été élevés là-dedans! Mais lui en prison ce n’est pas bon. Il vaut mieux qu’il soit comme toi! » Il se lave, brique sa cellule. Donc je bénéficie d’un savoir apaisant et dans le même temps je connais ce qui se passe en Chine. C’est un pays qui les intrigue. Il y a beaucoup de chinois en Algérie m’expliquent-ils, ce sont d’énormes travailleurs. je leur propose de se marier tous avec des Chinois, plus on est mélangé mieux ça vaut… Ils rient, ils ont compris ce que ma proposition contenait d’aimable critique, il faut qu’ils se mettent au boulot, pas celui d’esclave sous des ordres colonialistes, non celui de choisir le meilleur pour leur magnifique pays…

Honnêtement il y a une telle distance entre ce que je lis dans les réseaux sociaux et mon immersion au quotidien dans la « vie réelle » marseillaise que je crois de moins en moins à ce que je lis dans la presse et sur l’ordinateur. J’éprouve dans mon propre pays, l’expérience de mes voyages. L’incroyable distance entre ce qu’on en dit et ce que je vis auprès des habitants du pays, qu’il s’agisse des Cubains ou des habitants de la Crimée. On m’invente des conflits qui n’existent pas, des affrontements qui ne servent qu’à justifier les interventions du pouvoir et tout cela est faux , archifaux, dans la réalité on se débrouille comme on peut…. L’ennui c’est que malheureusement les militants politiques y compriqs chez moi,  sont le plus souvent ceux qui répétent comme parole d’évangile ce qu’ils croient être le réel et qui n’est que fantasme autoproduit  pour dame patronesse  et ils sont incapables de s’adresser à ce mode réel, à son histoire, ses expériences, ses préoccupations. Jadis le parti communiste grâce à ses cellules baignait dans la réalité, son discours tranchait. Je suis un vieux reste de ce temps-là… Un individu oublié d’une autre époque… Moi je n’ai pas besoin de céder à l’antisémitisme y compris à la mode de l’UJFP pour avoir un langage commun et ce serait le plus détestable des tours que d’y céder. L’UJFP, je ne les supporte plus depuis qu’ils se sont permis d’attribuer à la politique d’Israël le meurtre des petits enfants par Merah. Si une sous merde attribuait l’assassinat de petits enfants turcs de trois ans à la politique d’Erdogan, je crois que n’importe qui lui cracherait à la gueule, mais ça parait normal parce que ce sont des juifs. Ces gens là sont les meilleurs alliés de l’extrême-droite israélienne… Quand est-ce que tous ces gens-là comprendront que faire de la politique est nécessaire pour lutter contre l’injustice mais que le débat politique a des limites au-delà desquelles, elle devient incompréhensible.

Un ami communiste m’écrit :

https://www.humanite.fr/antisemitisme-la-fois-plus-de-violence-et-plus-de-tolerance-652892#comment-form

Que penses du fait que l’Humanité publie le premier développement de la personne interrogée. Je n’arrive pas à à comprendre que l’Huma interroge une personne qui planque ce qu’elle pense derrière un sondage.
Et qui laisse penser que l’antisémitisme est une opinion comme les autres.

Oui voilà typiquement ce qui me semble nocif et qui se combine bien avec l’incapacité des communistes a réellement s’adresser à toute cette population avec qui le dialogue de classe serait pourtant fructueux. Simplement en partageant avec eux des choses fondamentales comme leur préoccupation pour l’avenir des enfants.

Nous avons tous un grand projet, quand Adlane sortira, on partira tous faire le tour de l’Algérie, la côte, mais aussi jusqu’à Tamanrasset…

Danielle Bleitrach

 
9 Commentaires

Publié par le mars 29, 2018 dans mon journal

 

j’interrompt ce blog pour cause de délires narcissiques de certains collaborateurs occasionnels

Résultat de recherche d'images pour "la nef des fous bosch"

 

je suis fatiguée, usée jusqu’à la trame par les délires de mes contemporains qui pensent plus à leur nombril que ce qu’il peuvent apporter aux autres et qui confondent les relations de travail avec leur état d’âme.. Qu’il y en ait une passe encore mais que cela soit de l’ordre de l’épidémie trop c’est trop. j’ai vécu les pires souffrances qu’un être humain ait pu subir et jamais je n’aurais osé me conduire ainsi.

J’ai tenté de faire de ce blog un lieu honorable, sans complotisme, sans racisme, ni antisémitisme, un lieu proche de ce parti communiste tel que je l’ai connu et dignes de ceux que la vie m’a permis de cotoyer, d’Aragon au simple militant en passant par tous ces gens qui, comme les deux hommes que j’ai aimés étaient capables d’affronter la torture et humblement n’en rien revendiquer ultérieurement… J’ai voulu faire connaître aux communistes français, à tous ceux qui doutaient de leurs possibilités de se battre ce qui se passait dans le monde, leur faire comprendre que partout il y avait des gens semblables à eux qui résistaient, créaient et gardaient le sens de l’honneur autant que de la justice… J’ai tenté de renouer avec la mémoire de ce qu’il y avait de meilleur comme point d’appui des luttes d’aujourd’hui… j’ai voulu leur rendre ce que la vie m’avait offert.

J’ai connu des gens épris de culture qu’ils soient des intellectuels ou des prolos, je suis fatiguée de toute cette haine, cette imbecillité, et  de toute cette manière douillette de ne penser qu’à soi aux dépends d’un idéal qui jadis nous transcendait… J’ai besoin de paix, de gens qui se respectent eux-mêmes et qui arrêtent leurs caprices… C’est très fatiguant de consacrer de quatre à cinq heures par jour à tenter de conserver l’esprit de ce que nous avons été, de faire le tri et de ne retenir que ce qui peut enrichir les autres, les aider à combattre, à rester debout. Et quand toute cette fatigue, tout ce désir de bien faire se heurte à la niaiserie ordinaire c’est pire qu’une insulte, c’est la conscience tout à coup de ne pouvoir plus faire confiance parce que ces genslà ne se battront jamais.

Mais trop c’est trop, j’ai besoin d’un moment de tranquillité, de m’alimenter à ce qui nourrit le désir d’être.

je demande à ce que personne dorénavent n’inscrive la moindre contreibution sur ce blog, c’est à moo et à moi seule de le gérer, vous m’avez assez cassé les pieds avec vos jérémiades sans en plus y coller vos productions sans mon avis.

Pour le moment j’en suis à l’idée de terminer un livre sur la Pologne et le juifs, mai 68 et la CHute de l’URSS et ensuite d’écrire mes mémoires. Je vais aller travailler tous les jours en bibliothèque. Si dans mes lectures je trouve aliment à poursuivre ce blog sur les bases qui sont les miennes, je le ferai. Mais jamais plus je n’accepterai aucune collaboration. On verrra, le 17 avril je fête mes 80 ans, je veux le faire avec le même respect de moi même et des autres. Cela nécessite un temps de réflexion.

Danielle Bleitrach

PS.

OUi certains n’ont pas leur place!
pour une fois je ne suis pas en désacord avec le Crif, il y a des gens qui ne cessent y compris sous couvert de défense des Palestiniens d’attiser la haine contre les juifs, cela fait des années que je mets en garde et que je dénonce les dérapages… Trop c’est trop si j’étais à la place de cette vielle femme il y a des gens que je ne voudrais pas voir aux côtés de mon cercueil… Au lieu de vous donner une fois de plus bonne conscience réflechissez au fait que quelqu’un comme moi vomis l’antisémitisme ordinaire de ceux qui communistes ou insoumis ne cessent de diffuser des ignominies y compris comparant la situation des Palestiniens à la shoah… ceux qui témoignent des réelle complaisance avec un Bricmont, tous les posts de Soral et Dieudonné et toute la littéeatrure négationnistes,faisant un paquet cadeau sous le nom de sionistes à tous les juifs y compris ceux qui comme moi n’ont jamais été en Israël et n’ont jamais approuvé sa politiique. Alors par pitié pour une fois fermez vos gueules.
Le FN c’est évident n’a pas sa place et son anti-« Islamisme » est une insulte y compris pour les juifs qui depuis des siècles subissent ce genre d’horreur. Tous ceux qui ont subi le racisme savent à quel point on le ressent comme une blessure, il suffit d’un geste, d’un regard pour savoir à qui on à affaire. Le racisme ne se divise pas et quand j’entends l’appel à la haine de Marine Le pen, j’éprouve un hérissement parce que je sais combien de femmes et d’hommes, pires encore d’enfants seront injustemen traités. Comment expliquer, il suffit que vous vous sentiez affaibli par la maladie par l’âge, pour sentir chez l’autre, y compris ceux que vous pensiez proches cette répulsion pour ce que vous êtes, quelque chose qui peut dégénérer en chasse à l’homme… C’est intolérable et cela vous soulève le coeur. Rien ne doit être toléré en ce sens.
Mais il est à l’extrême-gauche, france insoumise certes mais aussi le NPA, certains communistes sont à mettre dans le même lot, très souvent parce que faute d’avoir conservé un sens de classe, d’avoir subi la moindre formation, il entretiennent les divisions en France entre deux communautés, au point de confondre prolétariat et capitaliste avec « immigrés » et « Rothshild », comme l’ont pratiqué tant de ceux qui ont collaboré et qui sont désormais remis au goût du jour. Que le patronat relance ces idéologies infames passe encore mais qu’elles soient relayées par des crétins c’est trop. des députés de la France insoumise ne se sont pas gênés pour aller dans ce sens.
Ils n’ont pas plus leur place derrière ce cercueil que le sieur J.CL.Lefort et Pascal Boniface qui ont déjà jugé que ilian Halimi méritait ses tortures et sa mort par le gang des barbares, c’était de la faute du CRIF. Jean claude lefort qui a fait signer une pétition en ce sens mérite encore les faveurs de certains. Alors par pitié foutez la paix à ceux qui enterrent les morts de la haine, de ceux qui parce qu’ils sont incapables de mener un combat de classe aux côtés des jeunes de nos cités, y vont avec la seule haine des « sionistes », en inventant que ce sont tous des Rothschild et que Macron est leur marionnette, en ayant pour seule carte de visite la défense des Palestiniens dont ils déshonorent le combat. Jamais la moindre revendication politique mais des story stelling autour de personnes que l’on invente comme des héros contre les « sionistes », le sentimentalisme à la place du rassemblement autour de revendications justes. L’art et la manière de jouer sur le « colonialisme » pour mieux entretenir l’idée qu’il faut ern finir avec Israël, ce qui n’est officiellement la position de personne mais qui devient l’axe d’un combat dans lequel on invite tous les peuples colonisés à se reconnaître sans jamais pourtant éclairer ce que l’on cherche. Mais le pire est la racialisation de tout combat politique, dès qu’il y a un nom juif il est mis en évidence et tous les jours les réseaux sociaux bruissent d’analaogies infamantes.
Le CRIF porte sa part de responsabilité dans la manière dont la communauté juive est montée contre les musulmans, il est depuis des années l’instrument d’une division d’extrême-droite qui force les juifs à se reconnaitre comme sionistes, mais le travail accompli pour diviser les Français est largement partagé avec ceux qui comme Soral, Dieudonné, Bricmont et tous ceux qui diffusent leurs idées.
C’est parce que je ne suis pas entendue sur cette question, celle de la paix et bien d’autres , celle qui se profile à l’horizon avec les Européennes que je me heurte à la stupidité à courte vue de gens qui ne mesurent pas ce qu’ils accomplissent que j’ai abandonné mon blog… je tenais à vous le dire… j’ai honte pour ce que je reçois de certains, jour après jour, ce sont des imbéciles non ils témoignent de l’absence de formation, de la complaisance de ceux qui ont renoncé à transformer l’être humain pour traquer l’électeur à son niveau le plus détestable…
 
15 Commentaires

Publié par le mars 25, 2018 dans mon journal

 

Des nouvelles d’Adlane, ce matin au parloir…

L’image contient peut-être : 2 personnes, plein air

En 2012, il se souvient de tout… .

ce matin, comme prévu,  je me suis rendue aux Baumettes avec Hamid, le père d’Adlane.

Il y avait un comité d’accueil inattendu, Robert bret et deux copains de l’Observatoire des prisons. En attendant que les portes s’ouvrent nous avons discuté. Robert m’a confirmé que grâce à votre pression multiforme, de la sienne vers l’hopital psychiatrique, grâce à la visite de Pierre Dharéville, le député de Marseille, Adlane jouissait d’un traitement le meilleur possible.Peut-être Djamila, personnel pénitentiaire de la CGT qui accompagnait Pierre a-t-elle comme promis réussi à la convaincre par la douceur d’aller voir les médecins. Le directeur de la prison qui se dit qu’il est très entouré. Résultat, Il est seul en cellule,  3 médecins Psychiatre qui pour établir un diagnostic l’on entendu la semaine dernière à trois. Dans l’après-midi, j’ai eu l’un d’eux au téléphone et je vous en parlerai. C’est un sauvetage collectif et en vous parlant je revois vos visages ou je les imagine avec vos noms…

La rencontre avec Adlane, il est sale, il ne se change pas, ce qui lui est totalement étranger. Bien sûr il est obsédé par le fait que ces gens là veulent nous tuer. Que toute la journée des voix lui répètent que sans nous il est rien, donc il vont nous tuer avant de l’achever. Une phrase revient obsessionnellement « Ils croient que vous savez, alors que vous ne savez rien, je leur dis, eux ils sont innocents, tuez moi mais laissez les tranquilles! » Mais s’il y a trois semaines, il était convaincu de la réalité du complot, là la situation a évolué. Il y a ce garcon en proie au délire, mais il y a quelqu’un d’autre, c’est ce que j’avais déjà compris au téléphone.

Pour vérifier, je lui ai parlé de tous nos souvenirs, de nos promenades. Il se rappelle de tout, il arrivait à sourire, il complétait, décrivait ce jour où il avait neigé, nos déjeuner sur la plage du Prado au géant casino quand je le forçais à manger des haricots… Même si les voix revenaient et il faisait alors des moulinets avec ses bras pour les écarter, sa mémoire n’avait aucune faille. de temps en temps, il tombait dans mes bras et dans ceux de son père . Donc il existait sous ce délire, un individu capable de souvenirs, de raison. mieux nous avons pu établir une complicité sur le fait que c’était un cauchemar et que pour en sortir il fallait se soigner, il me faisait signe de me taire mais il manifestait du regard et avec des signes de la tête qu’il avait compris. De temps en temps, je lui disais « tu as confiance en moi Adlane, tu sais ce que tu dois faire! » Il approuvait mais me faisait signe de me taire. Pendant 20 minutes nous avons ainsi établi le contact en m’appuyant sur l’enfant Adlane. C’était un changement par rapport à la période où il refusait de nous voir, où il était convaincu de la totale réalité de ce cauchemar.

Je lui ai demandé quand est-ce qu’il avait fumé du hash. Il m’a dit au début de mon séjour en prison, je n’ai pas recommencé ça me rend malade. Mais il a pu dater la présence des voix. De la main il faisait signe que cela lui était tombé dessus durant les fêtes de la Noël. Il ne pouvait pas dire pourquoi.

l’après-midi j’ai téléphoné au psychiatre comme il me l’avait proposé. Je lui ai raconté ce que je vous raconte. Il m’a remercié et m’a demandé de leur faire confiance. Il y avait le secret médical et il m’en disait déjà beaucoup. Ils avaient effectivement pu eux aussi établir le contact avec lui. Il m’a dit qu’il était optimiste sur l’évolution et qu’il ne pouvait pas dire plus.

J’ai demandé: je sais que les jeunes gens ont souvent des épisodes délirants qui se reproduisent ou ne se reproduisent pas, et même s’ils se reproduisent cela n’évolue pas nécessairement en schizophrénie. Donc être optimiste c’est ça, tabler sur la non évolution en schizophrénie.

J’ai expliqué au psychiatre que je vous avais demandé de lui adresser des cartes postales amicales, il m’a dit que c’était une idée formidable.

En fait tout l’enjeu est là, le sortir de ce cauchemar.

Ce qu’il faut encore fouiller c’est si l’épisode meurtrier intervenu après une absence de sommeil de 4 jours et des crises continuelles, des scènes, des tentatives de suicide, un enfermement, s’il ne s’agissait pas déjà d’un épisode de bouffée délirante. ce qui est sûr c’est qu’il a vécu une adolescence et un premier amour pas ordinaire. deux enfants perdu qui n’auraient jamais dû se rencontrer. C’est important pour le procès. J’ai pris rendez-vous pour le 21 mars avec l’avocat.

Plus je pense à la manière dont nous avons tous agi pour sauver Adlane, plus je pense à tous ceux qui n’ont pas cette aide, avec des parents qui ne comprennent rien eux-mêmes et qui sont en plein désarroi.Dans l’attente du parloir il y a des pauvres gens. Quand après être passé par le portique et que je remets mes chaussures, une femme voilée au sourire chaleureux se précipite pour me lacer les chaussures, elle est démunie avec son époux et se demande pourquoi…

Djouida, la mère d’Adlane, ma fille qui vient d’adhérer au PCF, m’a dit que quand Adlane serait sorti elle allait aider les familles des prisonniers à s’y reconnaître et à se sentir moins seuls face à cette expérience.

Danielle Bleitrach

Donc si vous le pouvez ne craignez pas d’envoyer des cartes postale amicales à Adlane…

Adlane Achaibou, (écrou 180491)

Prison des Baumettes Centre pénitentiaire

239 Chemin de Morgiou, 13009 Marseille

 

 
1 commentaire

Publié par le mars 8, 2018 dans mon journal