RSS

Archives de Catégorie: mon journal

la réflexion du jour: pourquoi Pierre Laurent et son groupe sont-ils aussi europhiles?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Souvenirs de Vacances Marianne et moi à Vauvenargues

Si l’on admet qu’au delà de la Grèce, la situation prévisible pour la France et d’autres pays est de finir dans la logique de l’eurogroupe comme la malheureuse Grèce en prison pour dette et donc incapable de surcroit de les payer… On se demande ce qui pousse Pierre Laurent à être aussi obstinément europhile?  je crois que la réponse à mon interrogation  sur l’europhilie de Pierre Laurent et son groupe tient au fait qu’il a peur des mesures qu’impliquerait une telle sortie si l’on veut limiter les dégâts pour le pays et pour les couches populaires: non seulement le recours à l’article 16, la réquisition de la banque de France, mais surtout toute la nationalisation du secteur bancaire. Ce serait la rupture avec la tactique bisounours adoptée depuis des années en feignant de jouer à l’humaniste creux pour mieux se rallier à la social démocratie dans son alignement sur l’Europe et les Etats-Unis.

Syndrome de Stockholm ou danse du ventre devant la gamelle ?

Les choix électoralistes plutôt que stratégiques nous ont effectivement  imposé une réflexion uniquement sur les alliances et non sur notre perspective politique,. Plus nous en usions ainsi, plus nous étions faibles et donc plus incapables de poser notre propre choix de communistes comme base du rassemblement de tous ceux qui avaient une besoin de plus en plus urgent de changement de société, de pouvoir… Nous renforcions l’idée qu’il n’y avait pas d’autre issue que celle imposée par le capital, une fatalité doublée d’une vision moraliste, où la dimension de classe s’effaçait au profit des incarnations multiples du bien et du mal.

Une tactique perdant perdant qu’il a fallu faire adopter en usant à plein du  légitimisme, du refus de tous débat , de  la censure, la diffamation et l’amalgame avec l’extrême-droite de ceux qui protestent. Un tel déni de démocratie passait par l’absence de formation, autant que par la destruction des organisations de base.

Le paradoxe est pourtant que c’est bien sur la question des moyens que le Parti se distingue de la social-démocratie, du gauchisme verbeux, mais surtout de l’extrême-droite. Socialisme ou barbarie?

Bonnes vacances, hier nous sommes allées nous baigner avec une amie,  le soir aux Lecques, avec le Mistral nous étions roulées dans les vagues, après nous nous sommes attablées devant une pizza et nous avons discuté pour résoudre cette grave question: mais que s’est-il donc passé pour que ce parti que nous avons connu devienne ce qu’il est? Pourquoi avons-nous à sa tête des gens de ce type?  Annie en a déduit que nous avons recruté un peu n’importe qui, des gens qui cherchent la solution de facilité alors que la capital est ce qu’il est..

 
9 Commentaires

Publié par le juillet 28, 2015 dans mon journal

 

La réflexion du jour : Malheureusement, la social-démocratie en Grèce ou en France…

Syriza, c’est toute la stratégie de la social démocratie, céder devant le capital et dans le même temps préserver l’illusion de la présence de « frondeurs », un pied dedans, un pied dehors pour in fine faire accepter la terrible politique d’austérité exigée.

Nous n’avons pas en France l’équivalent du KKE, mais toute une troupe d’individualités et de groupuscules en train de jouer la nouvelle partition de la social-démocratie, dont j’ai toujours dit à quel point Syriza et Tsipras étaient les représentants les plus classiques avec l’illusion trotskiste en surface, celle du mouvement différent des partis, dieu sait pourquoi garantie de dieu sait quoi, alors qu’il n’est que faiblesse, opportunisme et petits calculs individuels de Beppe Grillo à Podemos, en passant par tous les clones. Tous ceux que Pierre Laurent propose de rassembler pour sauver son rêve européen, au lieu de songer à la résistance française face à ce qui ne manquera pas d’arriver, ce qui est déjà en train avec Valls-Macron… Ils ont été rattrapés par le fond de la culotte pour ne pas voter le plan, mais leurs copains frondeurs du PS, les héros de la dernière fête de l’Humanité ont montré leur vrai visage…

Je ne crois pas plus en la réussite du plan pour la Grèce qu’en la capacité de Tsipras et Syriza de préparer la seule solution viable ; une sortie de la zone euro… Il n’y a pas un économiste sérieux qui accorde la moindre crédibilité à ce plan et à la capacité du premier ministre d’en tirer le moindre aspect positif pour son pays et pour les couches populaires. Même le FMI freine des quatre fers…

Pas plus que je ne crois en la capacité actuelle des dirigeants du PCF, du Front de Gauche, de Mélenchon à renoncer à leur addiction à l’Europe et à sa monnaie unique… Simplement tous ces gens font semblant d’avoir compris, mais ils dirigent déjà leur colère contre la seule Allemagne, pour mieux préserver leur coupable tactique… Ils sont en train avec le tonitruant et vide Montebourg de transformer Yanis Varoufakis, le non moins tonitruant et vide ex-ministre des finances, en nouvel héros. Ils se sont bien trouvés ces deux là… Que dire quand des gens qui témoignent seulement de leur insigne faiblesse se permettent de prendre de haut Wolfgang Schäuble? Ce dernier dans son fauteuil d’infirme est mille fois plus réaliste, plus fort que ceux qui prétendent ruser avec lui et il sait à quel point le temps joue pour lui et son grexit. Parce que le capital dont il est une incarnation, ce capital sénile grabataire n’a en face de lui que des beaux parleurs avantageux, des pseudos stratèges coupés de la force des masse, des égotistes qui se bercent d’illusions. La révolution n’est pas un dîner de gala disait Mao…

Il y a dans toutes ces médiocres manœuvres quelque chose d’humiliant tant le brillant intellectuel recouvre mal le vide abyssal d’absence de véritables perspectives révolutionnaires dont nous avons un urgent besoin, tous ces gens sont en train de faire le lit du fascisme.

Bonnes vacances, la rentrée sera dure et les marchands d’illusions auront fort à faire. Je me demande bien dans quelle voie de garage ils vont diriger la fête de l’Humanité… Il y a tout à parier qu’ils vont après Montebourg et sa fête de la Rose, faire de Yanis Varoufakis le héros de cette fête… Pour que rien ne change malgré ou à cause des aboiements… Il dira à quel point la zone euro n’est pas faite pour les gens honnêtes mais il n’y aura pas la moindre campagne du PCF pour la sortie de l’euro… on se contentera de vitupérer l’époque et en appeler à un grand rassemblement d’éclopés sociaux-démocrates européens…

J’espère me tromper.

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le juillet 17, 2015 dans mon journal

 

Je résume pour ceux qui n’auraient pas compris et je vous invite à en débattre

1

Le coup d’état néo-nazi en Ukraine, mis en œuvre avec le soutien des Usa, a conduit à la formation aux frontières de l’Union européenne d’une zone de permanente tension. L’économie de l’Ukraine est au fond du gouffre, tandis que Washington prétend que l’Europe débourse de l’argent en appui de la « démocratie » dans le pays où il a été instauré un régime néonazi. En essayant d’effrayer les européens en ce qui concerne la « menace russe », les Etats-unis renforcent en Europe leur arsenal militaire et déjà ils proposent l’installation de missiles nucléaires dans les pays de l’OTAN et demandent à leurs alliés une augmentation des dépenses militaires. Ce qui conduit à un affaiblissement de l’économie de l’Union européenne, en renforçant l’influence des Etats-unis sur les pays européens.

Je signale aux amis des Bouches-du-Rhône et plus généralement à ceux de PACA, que vendredi 26 juin à 18 heures, Marianne et moi sommes à la Librairie de Provence, Cours Mirabeau. Autour de notre livre: URSS, vingt ans après, retour de l’Ukraine en guerre. Nous vous attendons. Parce que notre livre montre à quel point les peuples ukrainien, russe, moldave, Gagaouze, ne voulaient pas la guerre et que le sang a coulé comme prétexte à cette stratégie des USA

Danielle Bleitrach.

PS. nous nous félicitons de la multiplication des initiatives qui vont dans le sens de la paix, nous apprenons à l’instant celle-ci

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2015/06/26-juin-conference-sur-l-ukraine-organisee-par-le-mouvement-de-la-paix-19-et-amitie-droujba-19.html

 

La réflexion du jour: Mais qu’est ce que cette imbécilité à fleur de peau ?…

Il y a des occasions de débat, d’affrontement sur internet qui me laissent rêveuse… Par exemple en ce moment cette Rachel qui aux Etats-Unis était devenue une militante de la cause noire… et qui s’était fait passer pour afro-américaine… Je ne vois pas où est le problème, elle démontre simplement ce que j’ai toujours ressenti, le caractère complètement arbitraire de certaines manières de transformer les gens en espèces à partit d’une seule de leur dimension et le fait qu’il existe des gens comme moi pour qui cela n’a pas grande pertinence…

Un jour j’ai entendu Juliette Greco expliquer qu’elle avait quasiment découvert que son amant Miles Davis était noir en prenant une chambre avec lui dans un hôtel américain… Et bien je suis capable de ça… Je ne vois pas mais réellement je ne vois pas en quoi le critère est pertinent, je sais que quand je suis en Afrique certains voient les blancs identiques, comme certains blancs voient tous les Africains masqués derrière un teint uniforme.  Jamais je n’ai ressenti une telle uniformité, les gens sont profondément différents, chacun a sa physionomie et dans le même temps un africain du sud de la Côte d’Ivoire ne ressemble pas plus à un Toucouleur qu’un Sicilien ne ressemble à un Suédois. C’est pareil pour les asiatiques, dans cet immense continent il y a des types dissemblables, sans parler des coutumes qui gouvernent souvent la gestuelle et plus encore la manière dont on gagne sa vie…

Quand mon mari qui était un Corse de grande taille est mort et que j’ai vu le film de Tavernier « Autour de minuit » qui raconte la dérive d’un grand saxophoniste dans Paris, j’ai failli m’évanouir, jamais il n’y homme plus semblable à mon époux que cet afro-américain, ils avaient la même élégance silencieuse, l’art de chalouper dans la nuit… Mon mari était une sorte de lino Ventura avec la dégaine d’un musicien de jazz… Pendant des années il m’est arrivé de pleurer en voyant ce film, à la fois devant la tragédie du musicien et de la disparition de son sosie…

Mais cette incapacité qui est la mienne à en rester à certains critères et au contraire à multiplier les ressemblances et différences entre individus me rend le racisme insupportable ce qui est généralement heureusement partagé, mais il y a plus je déteste tout autant l’art de s’enfermer soi-même dans ces mêmes critères pour tenter de les opposer aux autres, il y a bien sûr les abrutis qui dieu sait pourquoi proclament la suprématie de la race blanche et que souvent renierait un porc esthète… Mais il y a également ceux qui en prétendant lutter contre les emmerdeurs de cet acabit et leurs pratiques coloniales, esclavagistes, antisémites en  rentrant dans leur système et affichent un chauvinisme sous une forme quelconque… Il m’arrive de rêver de taper la tête des uns contre les autres… Je pense alors toujours au traité du style d’Aragon, où il se moque des paradis artificiel en demandant s’il y eut jamais d’autres paradis qu’artificiels et en dénonçant les drogués qui ressemblent à ces juifs qui veulent tellement être juifs…la catégorie des drogués de pseudos paradis identitaires d’étend jusqu’à l’absurde et il m’arrive de me demander ce que je fous là au milieu de ces employés de grand hôtels américains capables de me faire ressentir dans leur regard une discrimination pour quelqu’un dont je ne perçois que l’intelligence, la beauté, la tendresse ou l’inverse…

Je crains que Rachel qui pourtant démontrait tous les jours l’absurdité des frontières de peaux soit tombée dans le fossé creusé par des tarés type Klux  Kan, c’est plus respectable que d’être resté avec ces blancs fantômes criminels mais ce n’est pas plus malin… C’est comme les philosémites qui s’avèrent être des antisémites qui aiment les juifs, ceux qui croient aimer tous les arabes, tous les indiens, tous les chinois, j’en passe et des meilleures…

Résultat, désormais la réalité paraît enveloppée de cet illusoire problème, on s’acharne sur lui, on s’étripe en son nom, alors que nous sommes dans le temps où l’homme le plus puissant du monde peut être un noir à condition qu’il soit l’homme du capital. Un temps ou les classes populaires ont subi une terrible dévalorisation quelle que soit leur couleur et leur origine.  Un temps où jamais les barrières de classe n’ont paru plus infranchissables. Oui mais voilà, au lieu de s’interroger sur la ,misère, la peur des migrants, le critère devient le fait qu’ils sont noirs ou musulmans, alors que visiblement ça n’a plus aucune importance. Leur problème est l’impossible survie à cause de gens de toutes couleurs et de toutes religions qui ont décidé de vampiriser la planète pour en tirer un maximum de profit.

Je finis par me demander si l’antiracisme n’est pas aussi dévoyé que le racisme s’il en arrive à masquer cette évidence.

Pourquoi sommes nous si peu nombreux ç ne pas voir les différences qui paraissent tellement pertinentes aux yeux d’une bonne partie de l’humanité.

Danielle Bleitrach

 
2 Commentaires

Publié par le juin 18, 2015 dans mon journal

 

La réflexion du jour : soyons des malotrus comme Brecht

Je me souviens du jour où j’ai découvert Brecht au Festival d’Avignon, c’était la Mère courage montée par Jean Vilar avec Germaine Montero dans le rôle titre. Elle chantait plusieurs chansons très rudes, l’une d’elle disait: « Grand saint Martin comme chacun sait plaignait très fort les miséreux, voyant un pauvre grelottant, il fendit en deux son grand manteau sur le champ et ils moururent tous deux …GELES… »

Je fus frappée par cette rude logique de ce malotru de Brecht qui expliquait que toutes les bonnes âmes qui conservaient le capital et son exploitation plus leurs états d’âme charitables nous conduisaient irrémédiablement au fascisme et à la guerre qui est sa logique fondamentale.

Aujourd’hui la tribu des pleurnicheurs qui ont mal à dieu sait quoi mais jamais à l’exploitation capitaliste augmente mais moins que celle de ceux qui pensent « Qu’ils crèvent, nous ne pouvons pas tous les nourrir »…

Donc je refuse de m’émouvoir si cela ne s’accompagne pas d’une prise de conscience politique de la folie de ce système capitaliste qui produit la marchandisation de l’individu et les belles âmes… Ainsi à propos de l’Ukraine que nous suivons ici, il n’y aucune solution durable si l’on accepte le capitalisme ses appétits déchaînés mais on peut déjà desserrer l’étau pour ses enfants qui vivent dans les caves le cœur battant à chaque bruit de bombe.

Rien ne sera définitivement résolu tant que l’on laissera la bête sauvage des intérêts privés dépecer ce pays malade, comme l’Europe  et le monde. Pourtant on peut un peu donner du répit à la souffrance de ces enfants et pour cela on en revient toujours au même problème, celui posé dès le départ par le parti communiste d’Ukraine: si on veut arrêter cette abominable guerre civile qui menace de s’étendre il faut aller vers un statut fédéral… J’ajouterai arrêter la main mise totale étrangère celle des Etats-Unis et de l’OTAN qui entretient des oligarques qui ne voient plus de salut que dans les profits de la guerre. Il ne sert à rien de pleurer sur le sort des immigrés obligés de venir chercher nourriture, sécurité en Europe, si l’on produit partout les conditions de l’exode en appuyant l’ignoble politique des USA, de l’OTAN et du FMI.

Les Etats-Unis tiennent à leur hégémonie née de la deuxième guerre mondiale et pour la conserver ils seront prêts à détruire l’humanité, l’Europe son alliée tente d’arracher les miettes du pillage et le suit fans cette féroce mondialisation mais déchire ses propres enfants pour que les capitaux mangent ceux qui sont affaiblis comme la Grèce. L’Ukraine est entre la conquête mondialisée et le dépeçage interne d’un continent malade, affaibli sur lequel ne prospèrent plus que les capitalistes. .
Comment voulez à Paris défendre les immigrés quand vous acceptez partout que l’on fabrique des gens qui n’ont plus d’autre issue que la fuite… Quand nous avons des élus aussi débiles que madame Hidalgo pour féliciter le Qatar à cause du PSG en oubliant le rôle que joue ce pays dans l’exode, le drame vécu par des africains, des libyens, des syriens et tant d’autres… Le patronat sait ce qu’il fait, il va avoir un ukrainien qualifié pour 200 euros par mois. Je ne croirai au combat en faveur des immigrés que quand il s’accompagnera 1) de la dénonciation de l’OTAN, des profiteurs de guerre comme du FMI, 2) de l’exigence des mêmes salaires pour tous, tout le reste est un emplâtre sur une jambe de bois.

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le juin 10, 2015 dans mon journal

 

La réflexion du jour : le vœu d’une jeune femme devenue vieille

1

J’espère sans y croire que le jour où en France, il y aura une révolution victorieuse, quelqu’un se souviendra vaguement de l’histoire de cette vieille combattante désintéressée qui depuis la libération de l’Algérie jusqu’à la lutte aux côtés du peuple ukrainien opprimé, en passant par le travail clandestin dans l’Espagne franquiste et le Comité central, puis le combat aux côtés du peuple cubain et de l’Amérique latine, de l’Afrique ne demanda jamais rien pour elle, ni gloire, ni reconnaissance, simplement la justice pour les peuples au nom du peuple français.

Cette femme de surcroit qui connut le pire des deuils, eut pour ennemi non seulement la bourgeoisie ce qui est normal, mais des gens qui se prétendaient communistes, qui la calomnièrent, tentèrent à chaque moment de sa vie de la ridiculiser, de l’humilier, de l’interdire à la fête de l’Humanité, à la cité du livre, dans les colonnes de ce journal qu’elle considérait comme le sien. Des bureaucrates, des boutiquiers prononcèrent cette interdiction en la traitant de « stalinienne », un comble de la part de ces hypocrites, de ces vieilles prudes qui ne veulent rien savoir de leur passé et n’ont de cesse d’emmerder les autres avec le spectacle d’une vertu que plus personne ne songe à mettre à l’épreuve et qui est carcan pour autrui?

Son histoire est celle d’un parti acquis à la bourgeoisie, pratiquant l’inertie et qui voulut faire taire ses combattants, ils furent des milliers à être interdits de parole, à vivre dans le chagrin, leur exclusion de fait. Et ce parti qui n’avait plus que de nom de parti communiste risqua bien d’en mourir. Mais ce parti avait une réserve de militants dedans dehors et comme nos camarades d’Odessa, ils finirent pas se rassembler pour chasser ceux qui usurpaient le nom du parti des fusillés, de celui de la sécurité sociale et de tous les combats dignes de ce nom, celui pour l’emploi comme la culture. La vieille femme était peut-être morte quand cela arriva, plus personne ne se souvenait d’elle, mais à vingt ans elle disait en riant qu’elle souhaitait mourir d’une balle perdue dans une révolution victorieuse et son vœu avait été exaucé. C’était une naïve romantique qui croyait que le monde appartenant aux prolétaires et pas aux arrogants?

En attendant cette bande de cons aura réussi une fois de plus à m’interdire de la fête de l’Humanité, c’est le seul titre de gloire de cette bande de tarés, exclure Danielle Bleitrach de la CIté du livre, et tenez vous bien avec un chantage commercial à l’interdiction de l’éditeur… Combien d’années à vivre quand on a 77 ans, combien de printemps, combien de fêtes de l’Humanité? Alors comptons sur les doigts de la main et le grotesque de ces obstinés vous  envahit : interdire une fois de plus pour crime de lèse-majesté d’Emile, Roselyne, Patrick et leurs semblables l’entrée du temple sacré dont ils sont copropriétaires, quelle tragique bouffonnerie… Le mépris qui vous fait tourner les talons et dire « la cour m’interdit pour 2015 encore une fois, et moi plus puissante que la cour, je m’interdis pour toujours!’

Les mêmes en 2014 on fait interdire dans le même lieu où l’on célébrait Kerviel et les « frondeurs » un livre sur l’Ukraine, un temps précieux a été perdu pour nos camarades d’Odessa, les mineurs du Donbass… on a papoté sans vertige en proclamant « l’humain d’abord » ce qui ne mange pas de pain tandis qu’ils mouraient et que des enfants tremblaient de peur dans des caves.

Bonne journée à vous tous qui vivez ces temps-là alors que la guerre et le fascisme menacent, voilà les triomphes de ceux à qui vous avez confié le parti et la bataille du livre. Interdire celle qu’ils ont baptisé la stalinienne.et avec elle tant d’autres, des intellectuels de haut niveau, des militants ouvriers, des enseignants dévoués, des communistes, des vrais.  Il n’empêche il y aura un jour cette révolution victorieuse dans laquelle une jeune femme mourra d’une balle perdue…

Aujourd’hui elle est aux côtés des communistes d’Odessa, aux côtés des Kurdes et elle dit avec le géant aux yeux bleus turc:

« Malgré le poids dans ma poitrine,
Mon coeur bat toujours avec les étoiles lointaines »

Danielle Bleitrach

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 8, 2015 dans mon journal

 

la réflexion du jour: le congrès du PS !

LA NATURE A HORREUR DU BIDE !

je reste communiste parce que tout le monde peut-être socialiste même Hollande, Manuel Valls, Macron et les autres… Cela dit attention les contrefaçons se multiplient… Dites Lénine et s’il se signe, c’est un faux…

danielle Bleitrach

 
3 Commentaires

Publié par le juin 6, 2015 dans humour, mon journal

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 513 autres abonnés