RSS

pas un pour sauver l’autre…

y a un mec sur BMTV qui vient jouer le porte parole de Macron et qui explique que la Brasserie de la rotonde c’est pour les économiquements faibles en quelque, sorte les chauffeurs, les serrétaires que l’on veut remercier, d’ailleurs le menu est « seulement » à 45 euros… on appréciera !!! quand je pense que Marianne est en train de nous concocter un voyage à Saint petesbour puis à Kazan et dans le Caucase dont elle a le secret: on dépasse pas 25 euros par jour, on loge dans des squatts ou dans des maisons éventrées, des hôtels dont la literie date de l’UNion soviétique et on prend des moyens de transport les plus improbables le tout à 80 ans pour la CAUSE… Et encore je suis une privilégiée, je connais des tas de gens qui se crèvent toute une journée dans des travaux pénibles au black pour moins que ça, beaucoup moins… Ces gens sont snobs, uncroyablement snobs…

heureusement cinq minutes après quand j’entends Marine le pen et sa préférence nationale j’ai envie de la massacrer, ça équilibre un peu le côté tête à claque de Macron et de ses partisans.

Parce que dites moi ce que vous pensez de ça ?

L’image contient peut-être : texte

L’Obs avec Vincent Jauvert, journaliste à l’Obs. toute honte bue, imagine la main de Moscou dans suivez mon regard… Entre nous si ce sont les Russes qui ont bidouillé ces résultats, ce sont de gros nuls, tandis que la CIA vuisiblement avec Macron elle n’a pas perdu la main… Mais l’évidence ne suffirt pas à ce mytho de Serge raffy et au Nouvel OBS… 

3 h ·

Payé

·

Les services de propagande du Kremlin sont sur les rangs

TEMPSREEL.NOUVELOBS.COM
 Remarquez on peut toujours se consoler en se disant que c’est le Nouvel Obs, il y a pure c’est quand le secrétaire du PCF recourt à l’instar de Clémentine Autain au même genre d’argument…
 
4 Commentaires

Publié par le avril 24, 2017 dans Uncategorized

 

Mais où va la direction du PCF ?

je me demande si quelqu’un se rend compte à quel point Macron est le candidat idéal pour le FN, la caricature d’une « élite » irresponsable, il ne représente même pas 25% de l’électorat (elle non plus) et il est évident qu’elle peut rejouer le numéro de TRump… Cette joie des médias et du candidat people est indécente, et je comprends la gravité qui s’est emparé de nous. , Alors que nous pourrions nous réjouir des scores de Mélenchon (à Marseille il est en tête), sur le fait qu’il a commencé à mordre sur un électorat populaire et que nous pouvons sur ces bases là mener une bonne campagne des législatives, la déclaration de Pierre laurent trop préoccupé de ses alliances avec une PS en décomposition et pas assez des couches populaires dit n’importe quoi dans un langage hérité du temps de la gauche plurielle… Est-ce qu’on se rend bien compte de l’opportunité offerte par un premier mai de lutte, par cette campagne des législatives et la tonalité que nous devons donner à cette bataille?

Que faire quand le secrétaire du PCF se retrouve au niveau politique d’une Clementine Autain et est incpapble de dire autre chose pour mettre en garde contre le FN que de dénoncer  sa position anti-européenne ou ses sympathies pour POutine.  Tout cela pour coller à la roue d’un Hamon dans la débâcle et un PS qui a décidé depuis pas mal de temps de suivre le cac 40 et les alliances transatlantique. Macron  n’a qu’un petit quart de l’électorat et moins que Hollande en 2012 et il est même en rupture avec le reste de l’électorat autant que Marine le pen et ils ont aussi peu de députés pour une majorité.

. MaisSi Macron n’est pas le vainqueur que l’on croit en revanche le Cac40 ce matin s’est envolé et les commentateurs ont crié leur joie « l’Europe respire dit une site financier et voici la suite:

= Le scénario d’un second tour entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pour la présidence française étant écarté, les places financières peuvent souffler. Les indicateurs avancés européens pointent en vive hausse ce matin. Les banques ont pu fermer les cellules de crise qu’elles avaient mises en place au cas où il aurait fallu vendre à tour de bras dès l’aube. Une sorte d’euphorie inverse s’est installée. Macron est « presque président », comme l’écrit ce matin l’économiste d’Oddo Bruno Cavalier, car l’issue finale dépend de plusieurs paramètres « qui jouent au détriment de Marine Le Pen ». Mais le spécialiste, comme nombre de ses confrères, se projette déjà sur les législatives, car l’explosion du paysage politique français rendra difficile l’émergence d’une majorité pour gouverner.

La véritable chance de Macron, le seul candidat qui s’est déclaré ouvertement en faveur du traité transantlantique est ce que représente son adversaire, mais là il faut bien mesurer ce sur quoi il faut mener campagne, c’est certainement pas POutine et les ambiguités de notre gouvernement sur Daech. , Le parti communiste doit s’adresser aux travailleurs sur des bases de classe pas sur les fantasmes atlantistes du PS. . Et le secretaire du PCF est incapable de faire vibrer au positif cette dimension de classe à la fois pour battre marine Le pen  et pour préparer une campagne des législatives digne de ce nom.

Au risque de me retrouver en porte à faux je n’au pas envie de diviser les communistes et les progressistes entre ceux qui voteront et ceux qui refusent d’alimenter la stratégie des pouvoirs qui nous créent une marionnette pour nous imposer leur politique dont personne ne veut. Mais je suis stupéfaite le mot est faible de voir le secrétaire du PCF faire un tel cadeau au FN que de lui laisser les préoccupations des couches populaires. Allons nous être en train de soutenir sans condition sous prétexte de « faire barrage au FN parce qu’il est l’allié de Poutine » alors que nous lui laissons le bénéfice de réclamer la fin de la loi Khomery, la retraite à 60 ans, un protectionnisme face aux délocalisation… etc… . N’avons-nous rien d’autre à dire pour mener le combat qui est le nôtre? Mélenchon dans sa campagne est allé nettement plus loin et son score est remarquable, il rejoint celui d’un certain jacques Duclos confronté à deux candidats dont le peuple français n’avait rien à attendre….Et il a eu l’intelligence stratégique de ne pas diviser son propre camp en prétendant soutenir sans réflexion collective un Macron…

Jusqu’ou accepterons-nous des dirextions dont on découvre à quel point elles détruit le pCf de l’intérieur et ont été les alliés d’un PS lui même complétement inféodé.

Danielle Bleitrach

 
4 Commentaires

Publié par le avril 24, 2017 dans Uncategorized

 

L’escamoteur et ceux qui l’utilisent…

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et intérieur

 

Bernard Siegler avait dut en décembre 2015 : le FN est un escamoteur, je lui ai répondui « 12 DÉC
Lui est un « escamoteur » comme tous les fascismes, mais que dire de ceux qui utilisent sciemment ce dévoiement pour n’avoir pas de comptes à rendre sur leur politique, sur leur volonté réactionnaire d’interdire le changement nécessaire? Que dire de ceux qui aujourd’hui nous habituent à ne plus voter que POUR ou contre le FN? Faut-il vraiment rentrer dans leurs manœuvres? » (danielle Bleitrach)

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 24, 2017 dans Uncategorized

 

ce qui nous a manqué et ce que nous devons construire

Résultat de recherche d'images pour "le premier mai de luttes"

Une vieille histoire, une force qui vient de loi  et dont il ne faut pas oublier les leçons

Quelques démonstrations importantes viennent d’être faites par ce scrutin:

Le fascisme a prouvé à quoi il servait à jouer les éclaireurs et les repoussoirs. Il est depuis plus de vingt ans destiné à obtenir du peuple français qu’il vote pour le candidat de l’OTAN, des traités transatlantique, de la loi El Khomry plus récemment, ce dont la majorité de notre peuple ne veut pas mais qu’on l’invite  à accepter parce qu’autrement il serait coupable de l’instauration du dit fascisme selon,les promoteurs du dit piègfe. Ce petit jeu que l’on nous joue depuis plus de vingt ans, personne n’en veut plus et la preuve en est la formidable raclée que les deux protagonistes du système ont pris, le PS et les Républicains. Ils en sont désormais à nous inventer un pur produit de marketing qu’ils feront élire sous prétexte de l’alternative fasciste. Nous n’avons pas intérêt à rester dans ce piège et nous devons le dénoncer mais en   laissant libre les électeurs sans pour autant appeler à l’abstention: faire une analyse politique claire de la situation et laisser le choix Le slogan approprié serait par exemple : Pas une voix pour le Front National, pour le reste que chacun juge en son âme et conscience. Mais notre analyse peut et doit éclairer les consciences sur la nature du piège et pourquoi nous n’avons pas pu l’éviter même si nous avons avancé …

Parce que le jeu du repoussoir tire à sa fin au point de nous inventer un leurre qui va être élu président malgré nous, sa politique qui est la simple poursuite de celle battue par les Français, celle de sarkozy et Hollande va provoquer de plus en plus de colère et si celle-ci demeure impuissante ou divisée comme elle l’est aujourd’hui, le capital finira bien par choisir le fascisme, l’exemple de Trump est là pour nous alerter . Le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas eu la force nécessaire, même si la magnifique campagne de mélenchon a pu nous entretenir dans l’illusion d’un hypothétique présence au deuxième tour, celle-ci était impossible sans l’union. En effet, l’élan rhétorique de Mélenchon qui parfois touchait si juste dans notre aspiration à la paix et à la justice de notre pays qu’il nous masquait la profonde division qui était la notre et qui est le principal obstacle à surmonter. L’union pas pour l’union, mais bien le rassemblement, celle qui faisait dire à nos grands parents, l’union à la base toujours, l’union à la base et au sommet quelquefois, l’union seulement au sommet jamais. Déjà nous dénoncions les combinaisons d’appareil comme une fausse union, celle derrière le pS que nous imposait cette constitution liberticide et notre propre faiblesse.  Pourtant  nous n’avons cessé y compris avec mélenchon  et le Front de gauche de rechercher les combinaisons d’appareil, avec les verts, avec les frondeurs, mais peu à peu une autre conception est en train de surgir

. Il faut aller plus loin, pas dans la peur des organisations et des partis, mais dans l’exigence d’autres partis et d’autres organisations. Il faut que ces partis et ces organisations soient capables de faire bouger les principales victimes en leur présentant une issue crédible. Un parti certes capable de faire face aux échéances électorales mais capable surtout de créer la vie politique en dehors de ces échéances.D’abord parce que pour les exploités ce sont tous les jours qui comptent, l’apprentissage de la résistance autant que la solidarité, la confiance s’acquiert avec le temps, la présence au quotidien.  Là encore il est bon de se rappeler les principes, dans une élection nous utilisons le terrain tel qu’il est, donc ce terrain doit être préparé et ne pas être laissé en jachère entre deux élections. Un parti communiste  digne de ce nom doit plonger ses racine dans la vie quotidienne sur les lieux de travail plus encore que dans les lieux de résidence. Ceux qui ont mené « la mutation » et qui ont eu à coeur de détruire ce tissu savaient ce qu’ils faisaient et la manière dont ils nuisaient à nos combats. Tour a été fait depus plus de vingt ans pour priver les peuples des moyens de se rassembler pour se défendre et ce moment électoral intense que nous venons de vivre a montré cette carence, le danger de voir sans cesse surgir des combats de petits chefs autour de leader charismatiques le temps d’une élection.

Ce qui c’est joué et qu’il ne faut pas sous estimer à savoir le renvoi des deux principaux partis qui sclérosaient la vie politique est le fruit du grand mouvement qui l’an dernier à secoué notre pays contre le démantèlement du code du travail, déjà à cette époque c’est dans le cadre de l’Europe, la corruption et la désunion syndicale qui a été l’arme du capital comme elle l’est aujourd’hui sur le plan politique. L’Europe telle qu’elle est s’avère à la fois l’instrument de cohésion des politiques d’austérité néo-libérale et de la division par mise en concurrence des travailleurs. Ceux qui se proclament anti-européen comme les fascistes mais le font en créant les conditions d’une plus grande division des travailleurs vont de fait dans le même sens. D’où l’extraordinaire confusion de la période et le fait que de repoussoir le fascisme xénophobe et raciste peut devenir l’ultime solution quand la démocratie n’est plus qu’un gadget. Nous n’en sommes pas loin. Les conditions paraissent réunies pour un éclatement et une lutte autour des postes de député que vont se livrer non seulement la droite et la gauche mais au sein des partis eux-mêmes. La droite a tenté de se rassembler en accordant tout de suite son soutien à Macron sous prétexte que Le pen c’était pareil que mélenchon (sic), l’anticommunisme est toujours sa boussole dans un temps où la différence est de plus en plus difficile à faire entre elle et le fascisme. On va assister à une lutte au couteau à l’intérieur du PS pour chaque poste d’élu, ce qui demeure le seul bien d’un parti en déshérence. Nous ne devons pas participer à ce spectacle mais bien chercher les conditions de lunité et du rassemblement.

Parce que ce qu’il manque c’est l’unité en particulier sur des bases politiques, dans le grand mouvement contre la loi Khomery ce sont les syndicats, la CGT en particulier qui ont du assumer un rôle politique mais aujourd’hui éclate la formidable carence dans ce domaine et la manière dont cette absence nous a livré à des manoeuvres . médiatico politique dont Macron est le piètre bénéficiaire.Tant que nous ,’aurons pas une force collective determinée et disciplinée, nous serons soumis aux jeux bourgeois dans lesquels ces gens là ne peuvent que nous gruger.

Il nous a manqué un parti communiste à la hauteur de ce mouvement pour l’amplifier et lui donner une perspective, un parti capable à la fois de rassembler et d’ancrer le pays dans une dimension de classe, sans sectarisme, sans caricature. La destruction de l’extérieur et de l’intérieur du PCF a joué une rôle essentiel dans cette carence. Il est arrivé à un tel niveau que l’on peut s’interroger sur les chances qu’il a de ressurgir d’une telle autodafée, d’une telle incapacité à être. Pourtant les faits sont là et tout doit être désormais poissé en ce sens: il faut une grand mouvement face à la politique qui va se poursuivre et s’amplifier, celui-ci a besoin de l’unité, du rassemblement, de surmonter les divisions et d’un parti qui sache rassembler et construire une perspective politique. Tous les mouvements basiques auxquels nous assitons et qui ne sont pas sans mérite parce qu’ils accélèrent la prise de conscience se heurtent à cette absence.

Dans l’immédiat, le grand rendez-vous doit être celui du premier mai et aussi les législatives. Dans ces deux cas ne donnons pas le spectacle de nos divisions mais rassemblons-nous pour battre à la fois le candidat de l’atlantisme et celle du fascisme en nous donnant des élus qui sauront faire face avec courage et détermination aux mauvais coups qu’ils nous préparent. de ce point de vue l’expérience de la loi khomery est là, les candidats communistes et Front de gauche ont été les plus efficaces, rassemblons-nous à la base sur le terrain pour avoir les candidats dont nous avons besoin et en qui nous pouvons avoir confiance.

Nous avons connu bien des combats, des victoires et des échecs, mais nous pouvons avancer si nous savons tirer la leçon de ces derniers.

Danielle Bleitrach

 
2 Commentaires

Publié par le avril 24, 2017 dans Uncategorized

 

Un réflexe à chaud…

Résultat de recherche d'images pour "le premier mai"

 

Si les résultats annoncés se confirment, le fait est que l’on raté de très peu l’objectif de battre les trois candidats Fillon, Le Pen et Macron… Donc mainteant la grande bataille à mener est celle des législatives, avoir à notre disposition une force de résistance cela passe par notre investissement du terrain pour faire fructifier notre politique anti-libérale et anti-fasciste, de paix et de progrès social, nous ne pouvons compter que sur nous mêmes et il n’y a pas d’autre alternative dans cette élection présidentielle… Rendez-vous pour un premier mais de lutte et de combat.

 

Danielle Bleitrach

 
4 Commentaires

Publié par le avril 23, 2017 dans Uncategorized

 

Ce que je voudrais dire maintenant que l’enquête avance sur l’attentat des champs Elysées c’est plusieurs choses:

– D’abord renouveler mes condoléances et ma solidarité aux familles et dire aux fezmmes de policiers qui ont défilé samedi  que nous comprenons leur colère.
– Dénoncer face à cette inquiétude  légitime les indécentes récupérations de madame le Pen et les élucubrations de monsieur Fillon. Par parenthèse ce dernier est décidément inquiétant un véritable spadassin pour imposer sa personne, ses intérêts sordides et sa vision étroite. Mais passons. Ces gens là et d’autres sont incapables de comprendre à quel point les Français ont besoin de paix, de sécurité, la vraie celle des enfants, du lendemain et pas d’attiser les peurs pour nous faire vivre plus mal demain que hier au profit du capital.

-De ce point de vue tous ceux qui portent la guerre, l’austérité sont à égalité. Tous ceux qui systématiquement tentent de diviser devraient penser la réalité et le fait que la victime parmi les forces de l’ordre soit un militant pour les droits des homosexuels qu’il soit marié témoigne à sa manière de la stupidité criminelle de certaines manifestations. La police peut et doit être autre chose que leur vision réactionnaire de notre France.
-SIje n’approuve pas l’aspect puéril de ceux qui poursuivent dans l’incompréhension générale leur dénonciation des policiers, pas de la police, non des policiers, je pense qu’il y a deux questions que nous pouvons légitimement nous poser y compris dans l’intérêt de ceux qui ont la mission de nous protéger.

1)La première est de demander si vraiment la politique menée par le gouvernement, ceux de monsieur Fillon comme celui de monsieur Macron ont bien fait tout ce qu’il fallait pas dans l’immédiat mais sur le long terme. Etait-il judicieux par exemple de faire s’affronter la masse des citoyens français, de la jeunesse avec la policie sur la loi Khomery, de l’imposer par la force et dans une situation d’état d’urgence d’envoyer la police contre les manifestants?

La police, l’armée doivent être au service de tous, de notre république et pas de factions agissant par ordonnance.
2)Il y a une autre question vu le profil de l’assaillant, est-ce que la prison est très adaptée pour ceux qui manifestement souffrent de déséquilibres mentaux, ils n’y sont pas soignés. l’école du crime dit-on. Ce n’est pas être laxiste que s’interroger sur les conditions actuelles de l’incarcération et le personnel pénitencier lui aussi n’en peut plus.De surcroît si tous les psychotiques, les gens fragiles  de France, tous ceux qui passent à l’acte par accident ou par délire deviennent l’instrument du fascisme nous n’en serons pas plus sécurisés et de ce point de vue il faut interroger la prison et tous les lieux de relégation.

 

3) Enfin il faudra bien interroger nos expéditions quasi-coloniales, celle menée en Libye, en Afrique, en Syrie.

Je crois que c’est ce que tentent de dire à leur manière Poutou et Arthaud, et ils n’ont pas tort de dire que l’état d’urgence n’est qu’une parade inutile à des problèmes qu’il faudra bien aborder sur le fond. mais ils oublient la tradition communiste, celle d’appeler à la police avec nous, d’aller distribuer des tracts dans les casernes, comme les CRS sont nés souvent de la résistance communiste. Ne jamais confondre l’institution et la mission des hommes qui sont pour la plupart issus du prolétariat. Par plaisanterie j’ai envie de leur dire que si Trotsky avait été comme ça, il n’aurait jamais créé l’armée rouge…
Sur tous ces plans, le candidat qui me semble avoir dit les choses les plus sensées est Melenchon… Là encore son propos est en rupture avec le sinistre trio de tête Fillon, le pen, Macron, qui poursuivent dans leur voie sans issue.

Personnellement je pense que le mal est trop profond pour se contenter du programme de Mélenchon,la situation est non seulement d’institutions de plus en plus inadaptées, et d’une exploitation capitaliste destructrice des hommes comme de l’environnement, mais aussi de la nécessité d’en finir avec la dérive individualiste, repenser le collectif, le faire revivre comme lieu d’épanouissement de la personnalité…  mais je n’ai rien d’autre en magasin pour tenter une réorientation de notre politique. Donc au premier comme au second tour je refuserai de choisir entre Macron, Fillon, Le pen et je voterai pour cette lueur d’espoir et de bon sens en pensant à ce policier qui ressemblait à un héros de plus belle la vie et qui a fait les frais de cette stupidité criminelle qui nous gouverne au nom de la finance et des marchands d’arme.

Danielle Bleitrach

 

 

 
1 commentaire

Publié par le avril 23, 2017 dans Uncategorized

 

Prise de conscience intéressante des militants de Bernie Sanders et penseurs de la french theory

Résultat de recherche d'images

 

Cet interview mené par J.L Commolli auprès d’une philosophe fortement influencée par la pensée française est particulièrement intéressant. D’abord à cause de la manière dont certte pensée française en réponse à la destalinisation ratée a joué jusqu’à la caricature la dénonciation des institutions et de l’Etat, ce qui a accompagné le néo-libéralisme, le cas de Michel Foucault est particulièremebt illustratif et la dérive qui à partir de cette sophistication de la pensée a effectivement créé les conditions de la social démocratie à la Macron ou Hillary CLinton, un anticommunisme vicéral.Mais l’élection de Trimp a aussi y compris avec la campagne de bernie sanders créé les conditions d’une nouvelle réflexion. D’abord défendre la scxience devant l’obscurantisme, ensuite créer les conditions d’une alliance avec les prolétaires excédés qui ont voté pour Tiuimp. C’est une des raisons qui ici me fait voter pour Melenchon qui est proche d’un Bernie sSnders, parce que nous n’en sommes plus aux errances gauchistes post soixante huitardes, l’environnement, la guerre, les monstrueuses inégalités et la folie de l’accumulation capitaliste exigent une avancée. Mai 68 en France a été à la fois une sorte de maidan libérale libertaire qui a installé la pire des réactions, mais ça a été aussi la passible matrice d’une alliance entre classe ouvrière et couches issues du développement scientifique et technique. (note de danielle Bleitrach)..

 

Nancy Fraser, philosophe féministe, ancien élève de Michel Foucault, militante de la lutte anti-impérialiste de la Nouvelle Gauche américaine, opposante de Donald Trump, y enseigne la philosophie et les sciences politiques. Elle est l’auteure de Qu’est ce que la justice sociale, ouvrage dans lequel elle développe la définition de ce qu’elle appelle le Néolibéralisme de Gauche et de ses dramatiques conséquences. À la lumière de cette thématique, elle nous a parlé des similitudes qu’elle entrevoit entre la situation de nos deux pays, au lendemain de l’élection de Donald Trump et à la veille du 23 Avril français.

——-Nancy Fraser, qu’entendez-vous exactement par Néolibéralisme de Gauche ?

–La victoire de Donald Trump ne témoigne pas seulement d’un sentiment de révolte contre la finance globale. Ce que ses électeurs ont rejeté n’est pas le néolibéralisme tout court, mais le néolibéralisme progressiste. Cela pourrait passer pour un oxymore, mais nous avons là un alignement politique réel, et pervers, qui constitue la clé de la compréhension de la présidentielle américaine. Dans sa forme américaine, le néolibéralisme progressiste représente une alliance des principaux mouvements sociétaux (féminisme, antiracisme, multiculturalisme, défense des droits LGBT) et des secteurs de pointe à forte valeur ajoutée des industries de la finance et des services, Wall Street et la Silicon Valley. Cette alliance, celle des forces progressistes et des forces du capitalisme cognitif, était représentée par Hillary Clinton.

–Le néolibéralisme progressiste mêle des idéaux d’émancipation tronqués et des formes de financiarisation létales. C’est précisément ce mélange-là qui a été rejeté dans sa totalité par les électeurs de Trump. Ces populations ont vécu la désindustrialisation comme une grave offense, doublée d’une autre : le moralisme progressiste qui ne cessa plus de les portraiturer que comme un ramassis d’arriérés. À leurs yeux, le féminisme et Wall Street n’étaient plus qu’une seule et même chose, que la personne de Hillary Clinton incarnait à la perfection.

——-Nancy Fraser, nous vous comprenons parfaitement, mais jusqu’où va votre parallèle entre ce constat américain et la situation française à la veille du 23 Avril, date du premier tour de l’élection présidentielle ?

–C’est l’absence d’une gauche véritable qui a permis, aux États-Unis, à cette fusion funeste de s’accomplir. Il aurait fallu que soit élaboré et que soit tenu un discours de gauche intelligent, exhaustif et ambitieux, articulant les griefs légitimes de tous ceux qui ont voté pour Trump, non seulement à une critique impitoyable de la financiarisation, mais aussi à une vision antiraciste, antisexiste de l’émancipation. Or un tel discours ne fut pas élaboré et ne fut a fortiori tenu nul part après l’éviction de Bernie Sanders.

–Ce n’est pas le cas aujourd’hui en France, où cette funeste absence d’une Gauche véritable est en train d’être comblée par l’émergence de ce qui nous a précisément manqué, l’éclosion en force de ce que vous appelez, vous, sous une forme tout à fait nouvelle, l’Insoumission. Bienvenue soit-elle !

–Hillary Clinton a perdu car elle n’a pas affronté les conditions à l’origine de la montée en puissance de Trump. Comme son analogue français, Emmanuel Macron dans sa posture anti-Le Pen, elle n’a fait que contribuer activement à la proposition d’un choix-impasse, populisme réactionnaire contre néolibéralisme progressiste.

——-Nancy Fraser, qu’entendez-vous précisément par choix-impasse ?

–Le problème n’est pas seulement que le populisme réactionnaire n’est pas (encore) le fascisme. Il est aussi que le libéralisme et le fascisme ne sont pas deux choses qui n’auraient strictement rien à voir l’une avec l’autre, l’une étant bonne et l’autre mauvaise : le libéralisme et le fascisme constituent les deux versants profondément interconnectés du système mondial capitaliste. Bien qu’il ne soit en rien équivalents, tous deux sont les produits d’un capitalisme déchaîné qui, partout, déstabilise les univers de vie et d’habitation.

——-Merci Nancy Fraser. Quelle serait selon vous la véritable leçon à tirer de tout cela ?

–Elle est assez claire : la Gauche doit s’attacher à forger une nouvelle alliance contre la financiarisation, une alliance fondée sur les idéaux d’émancipation démocratique et de protection sociale.

–Par protection sociale, j’entends la défense et la réhabilitation des fondamentaux de l’État Social qui sont encore les plus avancés dans votre merveilleux pays : la Sécurité Sociale, son système de retraite par répartition, sa fonction publique et ses services publics, son Code du Travail, la progressivité de son impôt sur le revenu, sa laïcité et son refus des communautarisme, toutes choses bien écornées depuis près de 20 ans de néolibéralisme de droite ou de gauche, mais dont les assises sont toujours encore solides. Il me semble que c’est là l’objectif de votre Insoumission. Émancipation démocratique et protection sociale. Il me semble encore, j’insiste, qu’à 24 heures du scrutin, elles sont à portée de main. Pour autant que ceux à qui elles tiennent véritablement à cœur, sachent s’emparer du bon bulletin.

 
1 commentaire

Publié par le avril 23, 2017 dans Uncategorized