RSS

Archives de Catégorie: Russie

Lavrov tente de briser l’alliance antirusse américano-européenne

L’Ukraine est devenue pour les « bonzes » du parti démocrate un lieu d’enrichissement personnel (avec l’exemple de Biden, mais aussi d’autres). Trump qui affrontait une campagne  sur ses liens avec la Russie, ne souhaitait pas en parler, mais la procédure d’impeachement ratée l’a libéré . L’article non sans humour analyse comment en finir avec les accords de Minsk et maintenir un système de sanction contre la Russie, sera la stratégie des deux camps de « l’élite » étatsunienne, en lutte interne. En revanche, les Européens, Merckel et Macron, voient bien que cela les prive d’un marché fructueux, a un coût militaire et Lavrov qui poursuit sa stratégie « soviétique », après ses « alliés » progressistes en Amérique latine tente d’ introduire un coin  entre les Etats-Unis et les Européens. Excellent article.(note et traduction de danielle Bleitrach)

En resserrant le libellé, Lavrov tente de sauver les accords de Minsk de l'influence destructrice des Américains

0
11 février 2020, 08:40
Photo: Alexander Shcherbak / TASS
Texte: Dmitry Bavyrin

Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •

Signaler un bug   •

Le ministre russe des Affaires étrangères a fait une déclaration ferme, dans laquelle il a directement accusé les États-Unis d’essayer de perturber le processus de paix dans le Donbass. Selon Sergey Lavrov, ce sont les Américains qui sont derrière la démarche de Kiev, qui a refusé de retirer des forces sur toute la ligne de contact. Le ministre russe des Affaires étrangères tente donc de creuser un fossé entre les États-Unis et l’UE – et en ce moment , une telle tactique pourrait fonctionner.

« Je ne révélerai pas un grand secret, mais nous savons que la délégation ukrainienne a pris une telle position lors du sommet de Normandie à Paris sur l’insistance de Washington, qui ne veut vraiment pas que les accords de Minsk soient mis en œuvre, ne veut vraiment pas que la ligne de contact devienne sûre des deux côtés. Apparemment, le maintien de ce conflit dans une certaine forme contrôlée est dans l’intérêt des États-Unis en termes de vues géopolitiques sur l’espace post-soviétique » , a déclaré Sergei Lavrov dans une interview à Rossiyskaya Gazeta .

Le ministre, bien sûr, n’a pas révélé le grand secret. Le fait que les Américains souhaitent saboter le processus de paix en Ukraine, a été dénoncé à plusieurs reprises par des responsables russes. Une certaine mythologie nationale s’est même développée autour de cette thèse, selon laquelle l’Ukraine instable et belligérante est nécessaire aux Américains pour «contenir la Russie», Lavrov y fait allusion en parlant de «vues géopolitiques».

La déclaration du ministre des Affaires étrangères est intéressante pour une autre raison: il est difficile de rappeler le cas où cette thèse et cette mythologie se seraient exprimées si directement et à un niveau aussi élevé. Habituellement, ce type d’analyse est faite  par des publicistes et d’autres commentateurs de rang inférieur, fournissant une bonne part des théories du complot. Dans le même temps, en donnant des interviews, Lavrov a parfaitement compris qu’en Occident, on ferait attention à ses paroles – le sujet et le statut sont tels qu’il est difficile de les ignorer.

Il convient également de noter que les accusations ne sont pas vagues («influence», persuasion, «sabotage»), mais tout à fait précises, bien que les Américains ne participent pas au processus de Minsk, ils bloquent ses initiatives les plus claires et les plus pratiques. Dans ce cas, il s’agit  de revoir les forces réparties sur toute la ligne de contact dans le Donbass pour qu’elle devienne sure.

Il peut sembler qu’en resserrant le libellé, Lavrov tente de sauver les accords de Minsk de l’influence destructrice des Américains. Mais il se peut que le jeu auquel il joue soit beaucoup plus compliqué et poursuive des objectifs plus globaux.

L’Ukraine est une colonie avec laquelle les Anglo-Saxons accroissent leur fortune personnelle. Le fils du favori du Parti démocrate, Joe Biden Hunter, a reçu d’énormes sommes d’argent sur son seul nom de famille dans l’entreprise locale Burisma . Adam Schiff, chef de la commission du renseignement de la Chambre et principal «moteur» de la tentative de destitution, a tenté d’empêcher l’ enquête contre les sociétés qui injectaient de l’argent en provenance d’Ukraine et dans lesquelles il avait ses propres intérêts d’investissement. L’envoyé spécial Kurt Walker s’est avéré être un lobbyiste pour les sociétés d’armement et son genre de travail diplomatique sur les livraisons d’armes à Kiev pourrait être généreusement récompensé.

En termes simples, derrière les tentatives des Américains d’influencer la politique ukrainienne, il est plus fréquent que ce ne soient pas les intérêts nationaux américains et les stratégies géopolitiques complexes, mais bien l’argent escomptés pour chacun et la peur pour leur carrière.

Avec l’avènement de la Maison Blanche de Trump, la situation des démocrates cultivant la parcelle de terre ukrainienne est devenue plus compliquée et un système parallèle de pouvoir a été créé pour l’Ukraine. Les relations nouée avec  Kiev et Moscou ont fait de Trump un sujet toxique, de sorte qu’il ne souhaitait pas qu’on les aborde, et des personnes clés sur le terrain (principalement l’ancienne ambassadrice Marie Jovanovic) ont poursuivi leur travail au profit des bonzes du Parti démocrate.

Maintenant,  tous les médias américains fidèles aux républicains en parlent , et Trump lui-même, ayant clos le dossier avec impeachment, a procédé à une deuxième étape du nettoyage des rangs du Département d’État en Ukraine (le premier Yovanovitch et Walker touchés). Un autre message selon lequel la «main droite» du président Zelensky, le chef du bureau présidentiel, Andrei Bogdan , a démissionné , pourrait faire partie de ce processus: l’administration Trump tente depuis longtemps de se débarrasser de Bogdan .

Toutes ces querelles, scandales de corruption et tentatives de pousser plus loin leurs « cadavres » dans le cabinet ukrainien pour les deux camps (et donc pour les États-Unis dans leur ensemble) sont actuellement beaucoup plus importants que les questions de guerre et de paix dans le Donbass. En d’autres termes, toutes ces ruptures du divorce des forces peuvent être un jeu pour ou contre Zelensky d’un côté ou de l’autre, et non de la géopolitique et non une confrontation avec la Russie dans sa forme la plus pure. Le processus de Minsk pourrait devenir une victime accidentelle de la lutte des Américains entre eux – et il ressemble vraiment à une victime, au moins Zelensky, qui a été initialement mis en place pour « des étapes décisives dans le Donbass » et qui a eu l’occasion de le faire, et qui a maintenant disparu.

Cela crée une situation favorable pour la Russie, dont Lavrov a profité, et  qui a formulé de manière inattendue l’ancien problème d’une nouvelle manière.

Il ne s’agit pas de se lamenter sur le processus de Minsk, ce n’est pas le moment de pleurer – ce temps est déjà passé: si vous regardez attentivement les points de l’accord de Minsk, il devient clair que sa mise en œuvre finale (comme le dit Lavrov) est pratiquement impossible. Parce qu’il est impossible, par exemple, d’imaginer la participation du parti Right Sector * (parti fasciste NDLT) aux élections du Donbass, et cet accord le prévoit finalement.

Autrement dit, le processus de paix a été initialement fait pour  être bloqué – avec ou sans l’aide des Américains.

Il faut se préparer au scénario le plus probable, mais le plus probable est celui selon lequel le conflit du Donbass sera gelé pour les années à venir, comme cela s’est produit avec la Transnistrie. Cela signifie automatiquement l’indéfini des sanctions américaines, mais même sans cela, il est évident que les Américains ne nous retireront pas les sanctions – elles sont un outil trop commode pour une concurrence sans scrupules sur le marché, au moins des hydrocarbures et des armes. Ces sanctions, dureront alors très longtemps, sinon pour toujours quel que soit le président dont le parti siège à la Maison Blanche.

Mais l’Europe est une autre affaire. La Russie souhaite avant tout mettre fin à la guerre contre les sanctions contre l’UE – ce qui est beaucoup plus pertinent, plus précieux et surtout – est au moins théoriquement possible.

Dans le contexte de ce qui précède (et ce qu’a dit Lavrov), il est facile d’imaginer à quoi ressemble la situation du côté de l’Union européenne, qui, contrairement aux États-Unis, est motivée à résoudre le conflit militaire à ses frontières et à rétablir un commerce normal avec la Russie. Il semble que les Américains, par leurs propres intérêts égoïstes, mettent des bâtons dans les roues de l’initiative européenne de rde établissement de la paix, processus qui est personnellement dirigée par les personnes les plus influentes de l’UE – Angela Merkel et Emmanuel Macron.

Les Européens voient leurs efforts ralentir en raison des efforts des Américains. Ils sont témoins d’une concurrence américaine déloyale sur leur marché (l’exemple le plus révélateur est Nord Stream 2). Ils comprennent qu’ils sont placés dans des conditions de conflit chronique, dans lesquelles l’Europe perd de l’argent et l’Amérique reçoit des bénéfices supplémentaires. Et ils n’aiment pas vraiment tout cela, à en juger par la réprimande que Berlin inflige à Washington et la mauvaise relation révélatrice qui s’est développée entre Macron et Trump au cours de la dernière année.

Soulignant dans le monde entier que les Américains nuisent aux efforts européens de maintien de la paix en Ukraine et – à travers cela – aux affaires européennes avec Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères tente d’insérer un coin dans cet écart de méfiance et d’hostilité, qui a traversé l’Occident autrefois uni, il cherche à séparer les États-Unis de l’UE.

Jouer sur les contradictions et la destruction de l’alliance antirusse occidentale, qui s’est manifestée en 2014, est notre intérêt stratégique. C’est précisément dans ce domaine, et non dans la mise en œuvre des accords de Minsk, qui semblait toujours mort-né, mais qui sont maintenant devenus le pied-de-biche qui élargit la fissure.

* Une organisation à l’égard de laquelle le tribunal a adopté une décision définitive sur la liquidation ou l’interdiction d’activités pour les motifs prévus par la loi fédérale sur la lutte contre les activités extrémistes

 

L’Occident se tait sur ses fautes alors que la Russie se bat la coulpe…

Selon l’auteur de l’article, visiblement un supporter de Poutine, à l’inverse des Russes qui ne cessent de critiquer le pouvoir y compris pour des vétilles, les médias. occidentaux au contraire cachent ce qui ne va pas du côté de leurs dirigeants. Ceci appelle deux remarques, la première est qu’il est vrai que nous voyons dans tout incident en Russie et plus encore en Chine la faiblesse espérée du pouvoir, à ce titre j’ai publié ici l’article du très officiel GlobalTimes sur le médecin mort à Wuhan et la manière dont le gouvernement central prônait la transparence et dénonçait la police locale, cela devient depuis plusieurs jours dans nos médias l’occasion de ne cesser de décrire la contestation dont souffrirait XI jinping. La seconde remarque est la manière dont l’image est ici inversée, ce sont les médias occidentaux qui sont de serviles lêche-bottes tandis que la presse russe serait impitoyable. A méditer (Note et traduction de danielle Bleitrach)

La même scène honteuse lors du défilé à Paris - les motards se sont heurtés à droite lors d'un événement officiel

0
9 février 2020, 20:04
Photo: GONZALO FUENTES / Reuters
Texte: Victoria Nikiforova

Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •

Signaler un bug   •

La société russe a maintes fois démontré une tendance à l’auto-flagellation – car toute catastrophe ou même simplement une erreur devient aussitôt  l’objet de blagues et d’intimidation de masse. Pendant ce temps, l’opinion publique occidentale est organisée différemment. Même des événements et des phénomènes extrêmement honteux sont interprétés en Europe et aux États-Unis d’une manière complètement différente.

Les médias occidentaux écrivent depuis longtemps sur notre pays en partant du  principe que  «la Russie est mauvaise ou rnulle». la moindre panne, le lancement infructueux d’une fusée, un défilé avec des couacs – et aussitôt les gros titres dans les tabloïds sont prêts, et les publications commencent plus intelligemment à expliquer pourquoi dans la Russie de Poutine, tout va toujours mal.

Cet agenda, comme une copie conforme, est cosplayé par de nombreux médias nationaux et réseaux sociaux. Toute crevaison est envahie de mèmes et de hashtags, et en tout cas, les autorités nationales pernicieuses sont à blâmer. Quel plaisir était quand, en 2016, le général Shevchenko, montrant à Poutine le nouveau Patriote UAZ, a arraché la poignée de la portière de la voiture. Et en 2015, presque toute la presse mondiale a réimprimé une photo du char Armata qui était tombé en panne  sur la Place Rouge.

Pendant ce temps, alors cette simple technique de propagande n’est jamais appliquée à ses dirigeants.en  Occident, tout peut se briser, exploser et brûler, mais les journalistes avisés arrêteront l’incident, ou (s’il est déjà impossible de le faire taire), ils lui trouveront les excuses les plus flatteuses.

La honte épique des gendarmes français qui ont réussi à entrer en collision  avec leurs motos lors du défilé du 14 juillet 2018 est passée totalement inaperçue  . Au lieu de manœuvrer magnifiquement, des officiers intelligents en leggings blancs sont tombés de leurs motos et ont ensuite essayé de les éloigner pendant longtemps pour faire rire le public. C’est arrivé juste devant le président du pays. Cela n’avait pas l’air dangereux, mais ridicule – dans l’esprit des comédies sur les gendarmes avec Louis de Funes. Cependant, il n’y avait pas de mèmes et une vague d’éditoriaux accusateurs dans les médias n’en avait pas.

Personne n’a prêté beaucoup d’attention à l’état des anciens chars, avec l’aide desquels ils ont célébré le jour de l’indépendance à Washington l’été dernier. Quelques « Abrams » installés dans le centre de la ville se sont révélés recouverts de rouille et  avaient l’air  complètement usés. Cependant, les masses ont pris des photos avec plaisir sur le fond des voitures minables. Et même les critiques les plus féroces du « défilé » militaire de Trump ont protesté contre l’esprit du militarisme, mais ils n’ont pas vu à quel point des vieux chars, clairement non lavés, représentaient le pouvoir de l’armée américaine.

Même lorsqu’une panne prend le chef de l’État par surprise, les journalistes n’essaient pas de faire preuve d’esprit ou de savoir ce qui est vraiment arrivé au leader et s’il a été exposé à un danger. Juste l’autre jour, lors d’une visite en Pologne, le président français Emmanuel Macron est monté dans sa limousine blindée, mais celle-ci a  calé . on a  dû transférer le chef de l’Etat à dans une Citroën, rapidement conduite par l’ambassadeur de France à Varsovie.

Les médias occidentaux se sont déclarés satisfaits d’une déclaration sèche  à ce sujet, bien qu’il y ait en fait un riche sujet d’investigation. Il serait intéressant de savoir ce qui est arrivé à la voiture présidentielle, si la panne ne se reproduit plus et si elle ne sera pas dangereuse à notre époque d’attaques massives et soudaines. Mais la presse démocratique est restée muette sur ce sujet.

De même, personne n’a remarqué une panne de la limousine blindée de Barack Obama en 2013. La voiture, surnommée « The Beast », a calé sur l’autoroute entre Tel Aviv et Jérusalem. Bien sûr, une limousine d’un million de dollars était protégée contre toutes les menaces apparentes – à la fois contre une attaque chimique et contre les missiles de croisière. Et pourtant, son échec dans l’un des pays les plus turbulents de la planète semblait très alarmant. Et encore – pas d’enquêtes, pas de commentaires sur les réseaux sociaux, pas de vagues

Cependant, il n’a pas été possible de taire un incident récent avec l’appareil numéro un, sur lequel la chancelière allemande Angela Merkel s’est envolée pour l’Argentine.

En novembre 2018, juste au début du vol transatlantique en Airbus, Konrad Adenauer a été   immédiatement refusé par tous les systèmes de communication. En plus de Merkel, son entourage  journalistique était à bord – environ 40 personnes. Les pilotes ont réussi à faire demi-tour et à poser l’engin de toute urgence à Cologne. Le Konrad Adenauer a atterri avec des réservoirs de carburant pleins et, sur le terrain, il se préparait sérieusement à la lutte contre le feu. Le commandant de bord a gardé des passagers de haut rang dans la cabine pendant plus d’une heure avant de s’assurer que tout était en sécurité et qu’il pouvait partir. De Cologne, la chancelière allemande  s’est rendu  en Argentine sur un vol de passagers régulier.

Merkel s’est envolée pour le sommet du G-20, et cet incident étrange a été largement médiatisé. Jusqu’à présent, cependant, les journalistes n’ont même pas essayé de savoir ce qui s’est réellement passé avec l’avion  numéro un, ce qui a provoqué une panne aussi dangereuse, qui miraculeusement n’a pas conduit au désastre.

Le ministère de la défense de l’Allemagne (et les vols de l’avion du chancelier sont le domaine d’activité de la Luftwaffe) a donné des réponses vagues et peu convaincantes à toutes les questions. La seule chose sur laquelle les dirigeants de l’armée de l’air allemande ont insisté, c’est qu’il n’y a pas eu de crime ou de sabotage dans l’organisation du vol, et dans une situation presque catastrophique, un seul petit équipement était à blâmer – la « boîte de jonction ». Selon une porte-parole du ministère de la Défense, elle s’est régulièrement écrasée sur d’autres avions, et rien d’autre.

En Allemagne, des rumeurs couraient selon lesquelles certains terroristes qui s’étaient infiltrés dans la Bundeswehr auraient pu être à l’origine de la panne. On soupçonnait que l’incident avec l’avion de Merkel était en quelque sorte lié à une attaque de pirates contre le gouvernement allemand, qui avait eu lieu peu de temps auparavant. Ils craignaient que tout cela ne ressemble à une tentative de tentative d’assassinat ratée contre la première personne du pays.

Pendant ce temps, les principaux journalistes ont consacré tous leurs efforts pour calmer le public agité. Démontrer que tout est en ordre et déconnecter les communications à bord du numéro un est un incident ordinaire, les journaux mélancoliques ont rappelé d’autres problèmes avec les avions du gouvernement. Il s’est avéré que l’avion, qui vole dans les rangs les plus élevés d’Allemagne, tombe en panne presque tous les mois.

Un mois avant l’incident de Merkel, le ministre des Finances Olaf Scholz n’a pas été en mesure de voler hors d’Indonésie – des rats indonésiens ont rongé des câbles à bord du numéro un. Peu de temps avant, le président Frank-Walter Steinmeier s’est retrouvé coincé en Afrique – le Konrad Adenauer est tombé en panne si souvent qu’il a bouleversé  tout le calendrier de sa visite officielle. En janvier 2018, le ministre allemand du Développement, Gerd Müller, a été contraint d’annuler son vol vers la Namibie – l’Airbus du gouvernement n’a pas pu être réparé.

La ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, contrainte de voyager constamment, souffre le plus de cette situation. En 2019, il s’est retrouvé coincé à plusieurs reprises dans divers aéroports du monde et était en retard pour des réunions officielles, alors que son avion était en réparation à la hâte. Dans la capitale du Mali, Maas a attendu le départ des vingt heures entières – les techniciens ne pouvaient en aucune façon réparer le moteur.

Le triste état des avions du gouvernement allemand correspond exactement à la situation générale dans la Bundeswehr.

En 2017-2018, des rapports ont été publiés sur l’état des chars, hélicoptères et armes à feu allemands. Il s’est avéré que seulement 39% des armes lourdes peuvent être utilisées sans réparation préalable.

Dans la même tendance, le célèbre aéroport Willy Brandt de Berlin. Ce bâtiment inachevé a été érigé depuis 2006, il a été dépensé 3,5 fois plus que l’estimation initiale, et il est toujours debout et ne fonctionne pas, car presque toutes les normes qui pourraient être violées ont été violées pendant le processus de construction.

En général, la flotte civile allemande et la Luftwaffe sont confrontées à des problèmes systémiques. Cependant, aucune panique dans les médias, aucune hystérie sur les réseaux sociaux à ce sujet n’a éclaté. Et les journalistes américains de croyances démocratiques ont même trouvé l’occasion de flatter subtilement Frau Chancellor après l’incident avec le malheureux Conrad Adenauer.

« Peut-être que Merkel a secrètement apprécié cette situation », a écrit le journaliste du  Politico. – Bien sûr, l’Allemagne est puissante. Cependant, profitant de ces faiblesses lorsque cela est nécessaire, Berlin fait tout son possible pour cacher son pouvoir. Par conséquent, toutes les manifestations extérieures du pouvoir pour les Allemands sont tabous … Ce pays utilise toutes les occasions pour montrer au monde combien il est stupide.  »

Selon cette logique, la première personne en Allemagne en compagnie de journalistes éminents du pays a failli mourir juste pour un jeu politique subtil afin de jeter de la poudre aux yeux de ses concurrents et de se rendre plus faible qu’ils ne le sont vraiment. C’est ce qui ne doit être dit  en aucun cas – c’est une machine de propagande. Il vous permet d’imaginer sous un jour romantique  l’échec le plus médiocre de la direction politique.

 

 
 

Qu’est-ce que  les années 90 en Russie avaient de si sauvage?

Des personnes portant les masques des anciens dirigeants soviétiques Boris Eltsine, à gauche, et Mikhaïl Gorbatchev dans un marché de rue à Moscou, quelques jours avant l'effondrement de l'Union soviétique, le 28 octobre 1991.

Des personnes portant les masques des anciens dirigeants soviétiques Boris Eltsine, à gauche, et Mikhaïl Gorbatchev dans un marché de rue à Moscou, quelques jours avant l’effondrement de l’Union soviétique, le 28 octobre 1991.

Getty Images

Du chaos et de la criminalité à la liberté et aux opportunités, cette période de l’histoire de Russie a été une sorte de montagnes russes, que nous appelons communément les «années 90 sauvages».

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Vous souvenez-vous d’une époque antérieure aux iPhones et aux réseaux sociaux ? Dans la Russie des années 90, la période de mon enfance, nous trouvions de la joie dans d’autres choses (comme une nouvelle Barbie, un jeu Tetris sur console portable ou un chewing-gum) et nous nous connections avec nos amis dans la vraie vie, pas par le biais de WhatsApp ou de Telegram.

Les unités militaires ayant pris le parti du Parlement russe devant le bâtiment du Soviet suprême de la RSFSR

La période 1991-1999 a été une période passionnante pour grandir. Les Russes ont été témoins de beaucoup de choses : la tentative de coup d’État de 1991, l’effondrement de l’URSS et la nouvelle Constitution de 1993, ouvrant la porte aux libertés démocratiques, les premières élections libres, la privatisation des biens de l’État, deux guerres en Tchétchénie, la chute (et la montée, et la chute encore) du rouble – la liste est longue ! Dans la conscience collective russe, cette période s’est ancrée comme « les années 90 sauvages ». Voyons cela de plus près.

Changements brusques

Des punks russes vivant dans un bâtiment abandonné près de la place Pouchkine, où ils survivent grâce aux poubelles de Pizza Hut et de McDonald's, ainsi qu'en mendiant.

Beaucoup rêvaient que la chute de l’Union soviétique apporte instantanément au pays des jeans et d’autres produits occidentaux, mais la réalité s’est vite imposée. Les magasins se sont vidés et l’argent a perdu de sa valeur. Ceux qui travaillaient dans des institutions gérées par l’État ou qui dépendaient de l’État sont ceux ayant le plus souffert, tandis que les individus doués pour les affaires ont vu de nouvelles opportunités à saisir.

Des enfants russes buvant du Pepsi.

D’une part, la chute du régime précédent a anéanti tout espoir de stabilité qu’il avait promis à ceux qui le servaient : chacun savait auparavant qu’il obtiendrait un emploi après avoir décroché son diplôme, et qu’il pourrait subvenir aux besoins de sa famille avec un salaire décent – et même se détendre occasionnellement dans les stations balnéaires soviétiques. Mais, d’un autre côté, la nouvelle voie démocratique a permis aux gens ordinaires d’accéder aux voyages internationaux (pas à l’argent, bien sûr) ainsi qu’à des choses comme la liberté accrue des médias, qui sont devenus une véritable force dans la Russie des années 90.

Un garçon des rues, 1993

Essor de la criminalité

La loi et l’ordre ont temporairement cessé de signifier quoi que ce soit avec l’effondrement du pays. L’anarchie totale et le chaos ont pris le dessus. Certains hommes d’affaires russes se souviennent encore aujourd’hui des risques encourus dans les années 90 : soit vous étiez tué, kidnappé et torturé, soit vous deviez vous soucier de la sécurité de votre famille et de vos proches.

Les forces spéciales de police de Moscou (OMON) arrêtent un voleur présumé de voitures issu de la mafia .

« Dans les années 90, tout a basculé. Le pays s’était divisé en deux camps : les chasseurs et les proies, se souvient Valeri Loktionov, champion d’Europe de bodybuilding. Les hommes d’affaires étaient les proies et les gangsters étaient les chasseurs. Comme la loi ne fonctionnait pas, ce sont les chefs criminels qui étaient la principale source de pouvoir. Les gens venaient vers eux de leur plein gré pour demander de l’aide et les hommes d’affaires aussi, pour se protéger. Si vous obteniez la protection d’un bon gang, vous n’aviez pas beaucoup à vous inquiéter ».

Lire aussi : Quiz: que savez-vous des «sauvages» années 90 en Russie?

Perspectives d’enrichissement

Marché de Loujniki, 1996

Les années 90 ont été une période où de nombreux milliardaires d’aujourd’hui ont accumulé leur richesse – certains ont encaissé des fonds en localisant des logiciels étrangers ou en créant la première bourse, tandis que d’autres, comme Roman Abramovitch, ont commencé par vendre des poupées en caoutchouc ou par proposer des services d’encaissement avec une commission énorme, à l’instar de l’exilé Mikhaïl Khodorkovski. Certains ont même réussi à profiter de la situation pour acheter des marques russes de renommée internationale à un prix inférieur à leur valeur marchande. Prenez la vodka Stolitchnaïa, par exemple. Yuri Scheffler, qui a acheté la marque dans les années 90, a gagné entre 500 et 680 millions de dollars par an, selon diverses estimations.

Imaginez le nombre de niches ouvertes aux Russes dans les années 90. Du vinyle et des pièces automobiles aux vestes en cuir et à l’alcool – les négociants et revendeurs pouvaient faire fortune à l’époque. Par exemple, il existe une histoire sur un type qui a réussi à obtenir de France un million de sacs en plastique défectueux (gratuitement ou à bas prix). Tous les Soviétiques rêvaient d’avoir un tel sac, surtout avec une inscription étrangère dessus. Cet homme les a donc tous vendus à Moscou pour 5 roubles chacun – 5 millions au total !

Une femme et un homme portant des vêtements de style occidental près d'une collection de souvenirs soviétiques et russes sur la rue Arbat, à Moscou, en 1991.

De plus, il y avait une chance de toucher le gros lot grâce à l’inflation et aux fluctuations du rouble. Vitali, 69 ans, originaire de Riazan (200 km au sud-est de Moscou), se rappelle qu’à la fin des années 90, il avait des économies pour sa retraite sur son compte en banque. « J’avais entendu des rumeurs selon lesquelles il allait y avoir une inflation. Ma femme m’a recommandé d’échanger mes économies contre des dollars américains – j’ai donc acheté d’abord 1 000 dollars, puis 500 de plus, au taux de 1 dollar = 6 roubles. Et puis le rouble a effectivement baissé, et le dollar a fortement augmenté », témoigne-t-il, ajoutant qu’il a ainsi réussi à acheter une nouvelle voiture avec la somme qu’il avait gagnée.

Mais risques de perdre tout

Le bureau de change de la 2e rue Brestskaïa, en mars 1996.

« Les années 90 ont été très difficiles, assure Larissa, 64 ans, de Moscou. Nous avons cessé d’être payés, l’inflation était colossale, toutes les économies avaient pratiquement disparu. Ma tante avait économisé pour acheter une voiture, et quand elle a vu ce qui se passait, elle a retiré tout l’argent de son compte en banque en une fois et a acheté un nouveau manteau d’hiver ». Il y a beaucoup d’autres histoires de ce genre, avec des gens qui non seulement ont perdu leur stabilité financière, mais ont aussi été les victimes de systèmes pyramidaux (comme les MMM) et de spéculateurs sur les devises.

Des citoyens vendent leurs biens sur un marché installé le long d'une rue boueuse de Moscou.

« Avez-vous oublié comment les gens avaient l’habitude de prendre les choses les plus précieuses de leur maison (pour les vendre) ? Je connais une femme qui s’est coupé les cheveux et les a vendus pour acheter du lait pour ses enfants, se souvient Ivan, un homme d’affaires de RostovEt quand certains disent que c’était une époque de liberté – je suppose que c’était le cas, mais c’était une mauvaise sorte de liberté, sauvage et sanglante. Je ne voudrais pas y retourner ».

Maria et sa fille Maria, âgée de 4 ans, mendient dans un passage souterrain de Moscou. De nombreuses personnes originaires des anciennes républiques soviétiques ont afflué à Moscou à la recherche d'un emploi mais se sont retrouvées à la rue.

Et de nombreux Russes seraient d’accord avec cette opinion. En 2016, 56 % d’entre eux ont déclaré que l’ère de Boris Eltsine, le premier président de la Fédération de Russie nouvellement établie, avait apporté plus de mal que de bien au pays.

En Russie, les marchés en plein air étaient le reflet des changements survenus dans le pays au cours de cette tumultueuse décennie, comme en témoignent les photographies dans cet autre article.

Dans le cadre d’une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

 

une brève: la France éternelle dans sa goujaterie…

Résultat de recherche d'images pour "jean paul gaultier en russie"

Hier jeudi 6 février , le couturier français Jean-Paul Gaultier,est arrivé à Moscou pour la première de son Fashion Freak Show, a expliqué sur les ondes de l’émission Fashion Sentence, que les filles russes sont belles et les hommes, au contraire, ne sont vraiment pas attirants. Explication c’est parce que les Russes seraient d’abominables machos et les femmes devraient faire tous les efforts pour leur plaire.

réponse ce matin, c’est vrai que les hommes russes soignent moins leur apparence que leur éducation… et il y en a d’autres… c’est le contraire.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 7, 2020 dans France, INTERNATIONAL, Russie

 

Le ministre russe des Affaires étrangères arrive à Cuba en visite officielle

Lavrov qui poursuit obstinément une politique étrangère héritée de Primakov et de l’Union soviétique a choisi de faire débuter sa tournée en Amérique latine par Cuba, suit le Mexique e après le Venezuela. Cette politique étrangère qui fait l’unanimité en Russie repose à la fois sur une diplomatie tout terrain où l’on cherche quelque soit le partenaire et même l’adversaire un terrain de compromis favorable aux deux, ne néglige pas les alliances et sait soutenir les alliés face à l’impérialisme belliciste. Alors que Trump établit un pacte immonde contre lequel s’élève une bonne partie y compris des Israéliens, un pacte provocation, alors que comme Macron il reçoit l’autoprclamé, déconsidéré y compris au sein de son propre camp Guaido, la Russie vient dire son soutien, mais va certainement mettre en oeuvre sa capacité de conciliation. Est-ce un hasard si au même molent Lula rencontre le pape?  (note et traductin de Danielle Bleitrach

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a entamé une tournée en Amérique latine à Cuba

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a entamé une tournée en Amérique latine à Cuba | Photo: @CubaMINREX

Publié le 6 février 2020 (il y a 1 heure 57 minutes)
 Newsletters

 

Lavrov se rendra le même jeudi en direction de Caracas, où il sera reçu la nuit par le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est arrivé à Cuba mercredi soir au début d’une tournée en Amérique latine qui le conduira également au Mexique et au Venezuela dans le but de consolider les relations avec la région. 

LIRE AUSSI:

Visite du ministre russe des Affaires étrangères en Amérique latine

Dans un message publié sur le réseau social de Twitter, le ministère cubain des Affaires étrangères a expliqué que Lavrov est arrivé dans la ville de Santiago de Cuba, où il a été reçu par le ministre des Affaires étrangères de la République de Cuba, Bruno Rodríguez.

Lavrov et Rodríguez passeront en revue l’état de la coopération bilatérale et analyseront également la question des sanctions américaines contre les Grandes Antilles.

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

Sostuve encuentro con el ministro de Asuntos Exteriores de , Serguei Lavrov. Ratificamos el excelente estado de los vínculos bilaterales y la voluntad de continuar profundizándolos en todas las esferas. Canciller ruso rindió también tributo a nuestro líder .

Ver imagen en Twitter
Le ministre russe se rendra jeudi au Mexique, où il poursuivra sa tournée dans la région. Dans la nation mexicaine, il prévoit de rencontrer son collègue Marcelo Ebrard.

Lavrov se rendra le même jeudi en direction de Caracas, où il sera reçu la nuit par le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza.

Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères développera son programme à Caracas avec des entretiens avec Arreaza et le vice-président Delcy Rodríguez. Plus tard, il sera reçu par le président vénézuélien Nicolás Maduro.

Dans une interview à l’agence de presse cubaine Prensa Latina, Lavrov a déclaré que les sanctions appliquées par Washington contre Cuba « montrent que dans l’empressement à étrangler l’économie de l’île, les États-Unis violent consciemment les droits de l’homme, car dans ce cas, les blessés ce sont des citoyens ordinaires. « 

« Nous sommes catégoriquement contre ces mesures et exprimons notre solidarité avec nos amis cubains. Nous insistons sur l’élimination totale du blocus économique et financier des États-Unis pour garantir un développement socio-économique complet du pays et la mise en œuvre du principe de l’égalité de souveraineté entre les Etats et les garanties et droits des citoyens cubains « , a-t-il dit.

En ce qui concerne la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac), Lavrov a estimé que cette initiative était « un espace régional unique pour promouvoir un programme unificateur, sans confrontations ».

<< Nous espérons qu’avec les efforts de la présidence mexicaine au Celac, les Latino-Américains surmonteront les divergences internes sur la base du programme de travail approuvé en janvier de cette année au Mexique. Surmonter ces contradictions permettrait de restaurer les mécanismes de dialogue Celac-Russie. de la manière la plus confortable pour nos partenaires « , a déclaré Lavrov.

 

Vu de Russie : L’Occident ravive la peur et la haine des Chinois

voici la manière dont notre commentateur favori, Akopov – qui écrit dans un journal pro-Poutine- analyse l’attitude des occidentaux face à la Chine, il prend de la hauteur pour expliquer l’irrationnel de l’occident, négation de la valeur des autres civilisations, et peur confuse à l’idée qu’il devra payer pour la manière injuste dont il a traité les peuples soumis. La peur de l’asiatique, « le péril jaune », pour mieux nier le péril occidental s’est encore accru quand la Chine est devenue communiste et plus encore quand elle a accédé au statut de grande puissance et a refusé de se partager le monde en tant qu’alliée des Américains.  Mais la peur de l’épidémie que l’on utilise contre la Chie risque de se retourner à terme contre ses promoteurs quand la Chine aura vaincu l’épidémie, cela risque de déboucher sur de l’admiration après que l’on eut exagéré les dangers. (Danielle Bleitrach)

Les couvertures des magazines européens sont consacrées à la menace chinoise

7
4 février 2020, 08:30
Photo: Antonio Pisacreta / Ropi / Global Look Press
Text: Petr Akopov

Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •

Signaler un bug   •

Alors que les scientifiques et les gens ordinaires se disputent sur la vitesse de propagation et les dangers potentiels du coronavirus, la peur d’une épidémie a déjà conduit à la propagation généralisée du monstre du péril jaune. L’hystérie de masse est le médium optimal pour la résurrection de ce survivant, qui de toute façon entretient les  sentiments de peur et de haine des Chinois. De plus, en Occident, la sinophobie a beaucoup de points communs avec la russophobie.

L’épidémie de coronavirus fait peur au monde, surtout après que la Chine elle-même a pris des mesures sévères pour lutter contre le danger. Mais si les Chinois sont contraints d’imposer  la quarantaine dans la province de Wuhan et du Hubei, c’est-à-dire à l’épicentre de son émergence et de sa propagation, et s’ils  luttent de toutes les manières possibles contre  la panique et les rumeurs qui circulent, le reste du monde lui a la possibilité de choisir.

Il peut choisir de faire confiance à Pékin et prendre des mesures de précaution ou d’essayer de s’ isoler de la Chine comme source de danger inconnu. Personne ne choisit officiellement la deuxième option, mais c’est précisément l’hystérie de masse qui fonctionne à la fois sur les réseaux sociaux et les médias jaunes. Et cette hystérie exploite l’une des phobies les plus courantes – la référence au péril jaune. La peur et la haine des Chinois renaissent sous nos yeux.

« En raison du fait que certaines personnes en Chine mangent des aliments étranges comme les chauves-souris, les rats et les serpents, le monde entier peut souffrir de la peste », cite un tweet populaire dans son article « La peur alimente le racisme et la xénophobie à mesure que le coronavirus se propage. » « CNN américain:

«Maintenant, nous ne voyons que les premiers signes d’une vague xénophobe contre la diaspora est-asiatique: des blagues vulgaires sur Internet, des posts sans intérêt, des gens qui se comportent de façon effrayante dans les lieux publics. Mais si l’épidémie de SRAS de 2003 peut servir d’exemple, ces rudiments de xénophobie sont susceptibles de dégénérer en formes manifestes de racisme plus dangereuses.

Au plus fort de l’épidémie de 2003, les personnes d’origine asiatique en Occident étaient traitées comme des parias. Il a été signalé que des blancs se couvraient le visage en présence d’employés asiatiques, et les agents immobiliers ont reçu pour instruction de ne pas servir les clients asiatiques.

Les Asiatiques ont été menacés d’expulsion, privés d’emploi sans justification et des discours de haine ont été adressés à certaines organisations canado-asiatiques.

Tout cela s’est produit il y a 17 ans lorsque la Chine se dirigeait lentement vers l’Occident. Maintenant, elle est devenue une superpuissance en développement, et son rôle dans un certain nombre de conflits récents (la guerre commerciale en cours entre les États-Unis et la Chine, les inquiétudes concernant la société de télécommunications Huawei, les allégations d’espions chinois en Amérique et en Australie)  signifie que beaucoup en Occident sont déjà en train d’être considéré avec plus de suspicion et de tension qu’auparavant.

Ajoutez à cela la menace d’une pandémie mondiale, et il deviendra clair que nous pouvons nous attendre à une vague encore plus dégoûtante de discrimination aiguë. »

Xénophobie et racisme sont des mots courants. En outre, ils incluent souvent une attitude prudente envers les étrangers en général, ce qui est tout à fait naturel pour toutes les civilisations (bien que le degré de prudence, bien sûr, diffère considérablement entre les différents peuples), et la conviction que les gens d’une race différente sont très différents de vous et de votre race ( une telle attitude n’est pas nécessairement raciste au sens habituel du terme – la conscience des différences naturelles ne signifie pas automatiquement un sentiment de supériorité). De plus, à l’ère du multiculturalisme en Occident, les accusations de xénophobie et de racisme sont de plus en plus utilisées pour marginaliser l’inquiétude tout à fait naturelle d’un peuple quant à son avenir.

Ce qui est plus important, c’est pourquoi la « menace chinoise » a été ressuscitée si facilement. Surtout en Occident, où ils ont rencontré les Chinois selon des critères historiques assez récemment.

La Chine n’est pas seulement la civilisation la plus ancienne, mais aussi une civilisation absolument unique. Pendant la majeure partie de ses 3000 ans d’histoire, le peuple Han n’a été confronté qu’à ses voisins asiatiques, principalement d’Asie du Sud-Est et d’Asie de l’Est. L’Occident a commencé à croiser les Chinois il y a seulement quelques siècles, quand il a commencé à mettre à genoux  l’Empire céleste affaibli. L’échelle et l’autosuffisance de la Chine attiraient non seulement alors, mais effrayaient également l’Occident, qui à ce moment-là avait déjà écrasé presque la totalité du reste du monde. Trois grandes forces non occidentales subsistent – la Chine, la Russie et l’Empire ottoman, qui unissent une grande partie du monde islamique. Il n’est pas surprenant que tous les trois aient été perçus simultanément comme des friandises à dévorer et comme une menace mortelle pour l’Occident, appelé à tondre  les peuples.

L’Europe est entrée en contact étroit avec les Turcs depuis le XVe siècle (lorsque Constantinople est tombée), les Russes ont pleinement pénétré la scène européenne au début du XVIIIe siècle et sont devenus un épouvantail constant pour l’Ancien Monde. Les barbares orientaux – peu importe que certains musulmans et le deuxième orthodoxe, ces deux civilisations bordent directement l’Europe, et sont donc tout à fait adaptées à la diabolisation. Peu importe qu’au 19e siècle, l’Europe ait déjà conquis la majeure partie du monde – il est important que deux empires existent  à ses frontières orientales, indépendants et incompréhensibles.

Cependant, la Chine n’est entrée en contact avec l’Europe que lorsque celle-ci l’a envahie. Tout d’abord, prendre pied dans le ventre sud-est de l’Empire céleste, puis, au 19ème siècle, ayant déjà commencé son expansion en Chine elle-même. En conséquence, au début du XXe siècle, la Chine était dans un état semi-colonial et des millions de Chinois étaient utilisés comme main-d’œuvre bon marché dans les colonies européennes d’Asie et des États-Unis. À cette époque, les Européens et les Américains ont commencé à avoir du mépris pour la Chine, dont ils connaissaient la grande culture et ne la comprenaient pas encore , et la peur de celle-ci. Plus précisément, à ce qui se passera quand la Chine  se réveillera et se lèvera à la hauteur associée à la compréhension que l’occident devra tôt ou tard payer pour tant d’injustice.

La «menace jaune» a effrayé les Européens et les Américains (ainsi que les Russes) à la fin du XIXe siècle. Mais lorsque la Chine a été vaincue également par le Japon, dans la conscience occidentale, c’est la monarchie insulaire qui est devenue l’incarnation principale du «danger jaune». La guerre avec l’Amérique n’a fait que renforcer cette peur, mais après 1945, l’Occident a vassalisé  le Japon, ce qui l’a apprivoisé à leurs yeux. La Chine, en revanche, est devenue «rouge», combinant ainsi les deux principales menaces qui pèsent sur le projet anglo-saxon et l’Occident dans son ensemble: communiste et oriental.

Oriental, c’est-à-dire autre que occidental: cela regroupait aussi les russes, les musulmans (anciennement turcs) et les chinois. Et la menace rouge communiste jusqu’à la fin des années 40 était complètement associée à l’URSS, c’est-à-dire à la Russie. Et puis apparaît la «Chine rouge», alliée et frère de la «Russie rouge». Depuis les années 1950, la phobie chinoise a repris, mais elle ne peut être comparée à la russophobie déguisée en anti-communisme et anti-soviétisme.

Parce que l’URSS était une superpuissance, et que la Chine, un pays pauvre et affaibli depuis des décennies, a mené une querelle contre l’URSS dont elle était un frère cadet, mais avec un grand potentiel. La querelle entre Moscou et Pékin dans les années 60 a conduit l’Occident  sinon à aimer, du moins à ne pas diaboliser la Chine. Et dans les années 70, le rapprochement entre l’Occident et la Chine a commencé, et il y a quarante ans, l’Empire céleste a entamé une marche vers le statut de première puissance mondiale.

La Chine est sortie de la crise. Avant cela, un siècle et demi, le pays était soit un objet d’exploitation et de manipulation pour l’Occident, soit plongé dans la tourmente et un pays faible. La croissance de la Chine a changé sa politique séculaire. Si auparavant (avant la collision avec l’Occident au 19e siècle), la Chine était une puissance autosuffisante, croyant qu’elle avait tout et tous les peuples du monde, tôt ou tard, reconnaissaient la sagesse et le pouvoir de l’Empire céleste, maintenant elle a commencé à jouer dans le monde occidental mondial selon les règles occidentales. C’est-à-dire projeter le pouvoir à l’extérieur et réaliser une expansion mondiale: pas militaire, mais commerciale et économique. Et avec tant de succès qu’aujourd’hui, elle est devenue la première économie au monde, et son armée peut être considérée comme la troisième au pouvoir.

Maintenant, la Chine représente vraiment une menace pour l’Occident, mais pas comme la force qui la conquiert physiquement (comme les Turcs puis les Russes l’ont dépeinte), mais comme celle qui la force à sortir du sommet de la domination mondiale et la soumet à sa volonté et à ses plans.

Il est clair que la Chine est désormais la plus détestée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. C’est le projet anglo-saxon de domination mondiale qui menacé avec le renouveau chinois. La Chine forte ne peut pas être manipulée, mais Pékin rejette même les tentatives des Anglo-Saxons de l’attirer dans ses alliés, c’est-à-dire de s’entendre avec eux sur la division du monde (entreprise il y a dix ans). Il n’y a qu’une seule façon d’arrêter la Chine, de la saper de l’intérieur. C’est sa similitude avec la Russie, mais les Chinois ont tiré des conclusions de l’effondrement de l’URSS.

Il ne reste plus qu’à essayer d’isoler la Chine. Mais même avec la Russie, cela n’a pas fonctionné. Malgré le fait que notre pays est beaucoup moins intégré dans l’économie mondiale. La Chine occupe une place énorme dans l’économie mondiale et il est impossible de la bloquer, sans parler du fait qu’elle frappera les États eux-mêmes, car la guerre commerciale entre les deux puissances dure depuis trois ans maintenant.

Vous devez donc essayer de restreindre la Chine de toutes les manières – de l’armée (mais ici, les États perdront leur avantage au cours des deux prochaines décennies) à la géopolitique (en utilisant la peur de la Chine pour ses voisins d’Asie de l’Est et du Sud), du financier au idéologique.

Dans le contexte d’une guerre commerciale avec la Chine, l’administration Trump a déjà essayé de jouer la carte de Taiwan ou de jouer avec les protestations de Hong Kong. Et le secrétaire d’État Pompeo a répété ces derniers mois, comme un mantra, l’oracle   «le Parti communiste chinois est la principale menace pour notre temps», non seulement pour l’Occident, mais pour le monde entier. Autrement dit, les Chinois sont désormais désignés pour le rôle des principaux ennemis de l’humanité, pires que les terroristes ou les Russes.

Et ici, le coronavirus est une bonne aubainei, ce qui ressuscite automatiquement toutes les craintes du «danger chinois», de «l’invasion chinoise», de la «menace chinoise». Ils, les Chinois, sont différents, dangereux et il faut les craindre. Limitez-les, isolez-les et, finalement, empêchez-les d’acheter nos usines et de ne pas leur permettre d’atteindre nos ports ou réseaux cellulaires.

Il est clair que de telles craintes doivent être diffusées en Europe, en Russie, en Asie – partout où se trouve le « One Belt, One Way » chinois, qui n’est pas seulement un projet d’infrastructure et de commerce, mais le cœur d’une nouvelle réalité géopolitique, d’un nouvel ordre mondial eurasien. Exploiter les peurs humaines est le jeu de manipulateurs le plus primitif et le plus utilisé. Mais est-ce efficace?

Le problème des Anglo-Saxons est que la crainte des Chinois ne peut se maintenir plus longtemps que l’épidémie ne dure. Et si les autorités chinoises parviennent à le maîtriser et à l’empêcher de se transformer en une pandémie mondiale (et cela se produira presque certainement dans les prochains mois), alors le pendule de l’opinion publique peut basculer de la périlophobie dans la direction opposée. Si ce n’est pas pour l’amour des Chinois – après tout, l’amour pour les autres races n’est pas courant dans l’humanité – alors pour la reconnaissance de leur capacité à s’unir et à surmonter la terrible menace. C’est-à-dire qu’en exagérant l’ampleur de la menace maintenant et en la déclarant «chinoise», les diffuseurs de panique peuvent finalement jouer pour renforcer la réputation de la Chine en tant que pays fort et grand.

Soit dit en passant, tout comme le développement par l’Occident de la « menace russe » ces dernières années ne fonctionne pas pour la croissance de la russophobie, il ne fait qu’aider le processus de restauration de l’influence de la Russie sur les affaires mondiales: vous devez compter avec eux, car ils ont même élu le président en Amérique.

 

Abonnez-vous à LOOK at Yandex News

Vous pouvez commenter les documents du journal VZGLYAD en vous in
 

Les communistes russes ont demandé la convocation d’une assemblée constitutionnelle

Les communistes présentent les amendements nécessaires à leur approbation des changements constitutionnels proposés par le président: nationalisation des ressources minières et distribution des profits aux citoyens, indexation du coût de la vie, retour à la retraite à 60 ans pour les hommes et à 55 ans pour les femmes, mise en place d’une assemblée constituante (note et traduction de Danielle Bleitrach)

30 janvier 2020 12:00 – Parti communiste
Les communistes ont demandé la convocation d'une assemblée constitutionnelle

Le Présidium du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a adopté une déclaration officielle signée par le chef du parti Gennady Zyuganov, qui a formulé l’attitude des communistes à l’égard de la réforme constitutionnelle, a déclaré Dmitry Novikov, vice-président du Comité central du Parti communiste.

«Le fait est que nous avons formulé nos amendements à la deuxième lecture du projet de loi sur les amendements à la Constitution. Et notre attitude vis-à-vis des réformes dépendra de l’attitude à leur égard », a déclaré Dmitry Novikov à Interfax. Premièrement, a-t-il dit, « il est proposé de consacrer  l’appartenance des ressources minérales russes au peuple, de  proscrire leur privatisations sans ambiguïté et de créer ainsi une base constitutionnelle qui accorderait à tous les citoyens de la Russie  leur part des revenus de l’exploitation minière, afin que cette part soit concrète ».

Deuxièmement, les communistes suggèrent « d’indexer sur le coût de la vie  les pensions et les avantages sociaux, les bourses, et de le faire au moins une fois par an ». « Une condition indispensable devrait être l’indexation d’au moins la valeur de l’indice de croissance des prix à la consommation pour l’année précédente », a déclaré Dmitry Novikov.

Le Parti communiste propose également d’inscrire   dans la Constitution que «le salaire minimum, la pension minimum ne peuvent pas être inférieurs au salaire vital, et le salaire vital lui-même devrait être correctement calculé, comme cela est fait dans un certain nombre d’autres pays, et permette de garantir ainsi la satisfaction des besoins humains en logement, la nourriture, les vêtements, les soins médicaux, ainsi que l’accès à l’éducation, aux valeurs culturelles, aux transports publics dans certaines limites . »

Dmitry Novikov a également fait part de la proposition du Parti communiste de la Fédération de Russie « de consolider notre base de retraite, qui fonctionne depuis longtemps: 60 ans pour les hommes, 55 ans pour les femmes ».

Selon le vice-président du Comité central, les amendements incluent également un bloc politique. « Nous pensons que la procédure actuelle pour la formation du Conseil de la Fédération n’est pas la plus démocratique, et étant donné le rôle de cette autorité dans un certain nombre de postes sont il est proposé d’augmenter le rôle, il faut qu’il y ait  plus d’élection des membres du Conseil de la Fédération au scrutin secret direct », a déclaré Dmitry Novikov. Le Parti communiste considère ces amendements comme contraignants, les communistes vont certainement les présenter au projet de loi, a souligné le politicien.

Mais le Parti communiste de la Fédération de Russie n’a pas l’intention de se limiter à cette liste d’amendements, a noté Novikov. «Nous pensons que si nous parlons déjà de réforme constitutionnelle, elle devrait être complète et, par conséquent, elle devrait s’appliquer à l’ensemble de la Constitution, en particulier aux première et deuxième parties. Et pour cela, il est nécessaire, selon la Loi fondamentale, que cela se fasse avec l’Assemblée constitutionnelle », a déclaré le parlementaire.

«Nous n’avons même pas de loi sur l’Assemblée constitutionnelle. Nous pensons que celle-ci l devrait être adopté d’urgence et qu’une discussion sur de nouveaux amendements devrait avoir lieu sur la mise en place de cette Assemblée constitutionnelle », a déclaré Novikov.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 31, 2020 dans INTERNATIONAL, Russie

 

Un conseiller évangélique de Trump remettra le prix des « Amis de Sion » à Poutine

‘imagine la tête de Lavrov découvrant ces alliés inattendus, les évangélistes attendant impatiemment l’Apocalypse(1)  contre le négationnisme historique de l’UE inspiré par les Polonais et les lituaniens. Cette tête sera probablement la même que la mienne à l’idée que cette bande de cinglés apocalyptiques est plus soucieuse de vérité historique que les socialistes du parlement européen qui ont voté l’infâme résolution assimilant nazisme et communisme… Sans parler des Polonais de toutes obédiences que Churchill appelait « les hyènes de l’Europe à cause de la rapidité avec laquelle après le pacte de Munich, ils s’étaient jetés avec les nazis, et les hongrois sur la malheureuse Tchécoslovaquie. cela dit Lavrov dont la diplomatie a réussi à se faire des alliés de tout le moyen-orient, du Hamas à Netanayoun, en passant par l’Iran et les saoudiens serait moins surpris que moi. (note de danielle Bleitrach)

(1) Remarquez si Bernie Sanders qui bien que juif dénonce la politique de l’Etat d’Israêl comme une bonne partie des juifs américains qui sont tout à fait hostiles à Trump et encore plus aux évangélistes, l’équilibre n’en sera pas transformé. Dans le genre apocalyptique, Mahmoud Ahmadinejad, l’ancien président iranien qui avait la c^te auprès des anti-impérialistes appartenait lui même à une secte apocalyptique… Il m’arrivait quand je voyais ce crétin de Bush disciple des évangéliste et lui de me dire que le nombre de gens rêvant de la fin du monde était un peu excessif.

Mike Evans, conseiller de Trump sur Israël, dit vouloir notamment remercier le président russe pour le rôle des Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale

Mike Evans au musée des Amis de Sion de Jérusalem, le 16 mai 2017 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Mike Evans au musée des Amis de Sion de Jérusalem, le 16 mai 2017 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Un responsable évangélique américain, conseiller du président Trump sur le dossier israélien, a annoncé qu’il remettrait un prix au président russe Vladimir Poutine.

Mike Evans, personnalité appartenant à un groupe informel de conseillers évangéliques auprès du président américain, a indiqué mercredi qu’il remettrait l’un de ses prix des « Amis de Sion » à Poutine pour rendre hommage au rôle tenu par l’Union soviétique dans le sauvetage de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le conseiller se trouvait en Israël cette semaine à l’occasion du Forum mondial sur la Shoah.

« Nous voulons lui remettre cette récompense pour les raisons suivantes. Raison numéro un, l’Union soviétique a libéré Auschwitz. Raison numéro deux, 8 660 000 soldats soviétiques sont morts en combattant les nazis », a expliqué Mike Evans au Times of Israel.

« Raison numéro trois, si l’Union soviétique n’avait pas combattu les nazis alors Hitler se serait probablement emparé de toute l’Europe, ce qui aurait impliqué la mort de trois millions de Juifs supplémentaires », a-t-il ajouté.

« Enfin, l’Union soviétique a été le premier pays à reconnaître l’État d’Israël. Il y a de nombreuses raisons de remercier les Russes pour ce qu’ils ont fait », a continué Mike Evans.

Le président israélien Reuven Rivlin escorte son homologue russe Vladimir Poutine à son siège lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah au musée mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 23 janvier 2020. Derrière eux se trouve Moshe Kantor du Forum. (Abir SULTAN / POOL / AFP)

Au cours de son discours prononcé jeudi lors d’une cérémonie du Forum mondial de la Shoah 2020 organisée à Yad Vashem, à Jérusalem, Poutine a souligné le rôle central de l’Armée rouge dans la défaite des nazis ainsi que les pertes humaines colossales enregistrées par l’Union soviétique.

Il a également fustigé la collaboration avec les Allemands « dans de nombreux pays européens ». L’allocution du président russe a été critiquée par certains historiens qui ont déploré de mauvaises représentations de l’Histoire, revisitée en faveur du pays.

Les organisateurs du Forum, dans la matinée de jeudi, ont pour leur part démenti que l’événement ait pu être utilisé pour politiser la Shoah. Les présidents polonais et lituanien n’ont finalement pas participé à la cérémonie, le chef d’État polonais ayant affirmé – à tort – n’avoir pas été invité à s’exprimer à la tribune de Yad Vashem et le président ukrainien, venu à Jérusalem, a pour sa part décidé au dernier moment de ne pas assister à l’événement.

La Russie fait actuellement l’objet de sanctions internationales pour son invasion de l’Ukraine, et l’événement de Jérusalem, qui a été organisé par un oligarque russe proche du Kremlin, a été interprété par certains observateurs comme une tentative par les Russes d’utiliser le génocide pour redorer leur blason à l’international.

La Russie et la Pologne sont actuellement au cœur d’une bataille autour de la Seconde Guerre mondiale et du récit de la Shoah qui ne cesse de s’intensifier. La Pologne accuse la Russie de glorifier des aspects positifs de l’histoire soviétique en effaçant d’autres événements tels que le pacte Molotov–Ribbentrop de 1939, conclu entre l’Union soviétique et l’Allemagne nazie.

Mike Evans a indiqué avoir fait savoir à l’ambassade russe en Israël que Poutine se verrait remettre le prix et que l’ambassade devait maintenant décider du lieu et de la date de la remise de la distinction.

Interrogé sur le message qu’il souhaitait transmettre à Poutine en lui octroyant le prix, Mike Evans a expliqué vouloir « remercier les Russes » et informer Poutine du rôle vital tenu par les Évangéliques américains dans l’élection de Trump.

« C’est notre base évangélique qui a élu le président des États-Unis », a-t-il clamé.

Mike Evans a également déclaré qu’il avait joué un rôle dans la formulation d’un décret signé par Trump, le mois dernier, pour lutter contre l’antisémitisme sur les campus universitaires.

« Quand le président a adopté sa législation sur l’antisémitisme contre les universités, j’étais à ses côtés avec Alan Dershowitz », rapporte-t-il. « Lorsqu’il l’a signée, il m’a donné le stylo qu’il avait utilisé pour le faire. Cela a été sa manière de me remercier ».

Le président Donald Trump signe une ordonnance visant ce que son administration qualifie d’antisémitisme croissant sur les campus des universités américaines, le 11 décembre 2019. Mike Evans est quatrième à droite (Crédit : AP/Manuel Balce Ceneta)

Mike Evans dirige une organisation appelée « Jerusalem Prayer Team », qui enregistre près de 70 millions d’abonnés sur Facebook. L’objectif poursuivi par cette organisation est d’encourager les chrétiens, dans le monde entier, à « prier pour la paix à Jérusalem » ainsi que de les informer sur l’actualité de la politique israélienne à travers un prisme chrétien.

Selon le site internet, Jérusalem est important parce que « presque toutes les prophéties se réfèrent à Jérusalem et à la fin des temps ; la construction du nouveau temple, l’antéchrist, la bataille d’Armageddon et les 144 000 évangélistes. Quand nous prions pour la paix à Jérusalem, nous prions pour la paix du Seigneur. ‘De même le Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut’. »

C’est Mike Evans qui avait été à l’origine de dizaines d’affiches collées à Jérusalem, au mois de mai 2017, qui recommandaient vivement à Trump de « Rendre sa grandeur à Israël ».

L’objectif poursuivi par cette campagne était alors de rappeler au président américain sa promesse électorale faite aux évangéliques de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, explique-t-il au Times of Israel. Trump avait annoncé cette relocalisation quelques mois plus tard, en décembre 2017.

Il est également responsable du centre du patrimoine des Amis de Sion, un musée multimédia du centre de Jérusalem consacré à l’histoire de l’amitié des non-Juifs pour les Juifs et Israël. Il indique que « 100 % » du financement pour le musée provient des évangéliques, et que le centre est en cours d’agrandissement : il comptera bientôt neuf bâtiments.

Ces nouvelles structures accueillent notamment un centre pour les médias, ouvert récemment, et dont l’objectif est d’enseigner aux journalistes l’histoire d’Israël ; un institut qui formera 100 000 « ambassadeurs » chrétiens qui défendront les intérêts d’Israël à l’étranger ainsi qu’un centre de communication qui apprendra aux militants, sur internet, à combattre le mouvement BDS et autres activités perçues comme anti-israéliennes sur les réseaux sociaux.

L’organisation « Jerusalem Prayer Team » a également annoncé, mercredi, de prochaines expositions en l’honneur de la Russie et de Trump.

« Le centre du patrimoine des Amis de Sion va organiser une exposition spéciale en hommage à la Russie pour son sauvetage de nombreux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le centre est également en train de mettre en place une exposition en l’honneur du président Trump pour tout ce qu’il a fait en soutien à l’État d’Israël et à la lutte contre l’antisémitisme », a fait savoir Mike Evans dans un communiqué.

Il a expliqué au Times of Israel que le centre des Amis de Sion ne s’impliquait dans aucune activité prosélyte. Il avait, dans le passé, été critiqué pour son zèle à vouloir convertir des Juifs au christianisme.

« Ce n’est pas notre objectif, notre objectif est de combattre l’antisémitisme », martèle-t-il. « Tous les membres de notre personnel sont des Juifs. Je pense que l’antisémitisme est à la racine des problèmes que rencontre Israël avec ses ennemis. Si on peut éradiquer l’antisémitisme, alors on pourra résoudre le problème de l’Iran et celui des Palestiniens ».

Il a souligné que plus d’une dizaine de hauts responsables du monde entier avaient reçu le prix des « Amis de Sion » depuis 2015. Parmi les lauréats, Trump ; l’ancien président américain George W. Bush ; le prince de Monaco, Albert II ; l’ancien président de la Bulgarie, Rosen Plevneliev ; le président brésilien Jair Bolsonaro et la présidente géorgienne Salome Zourabichvili.

Alors qu’il lui était demandé s’il pensait que la remise du prix à Poutine pourrait tromper ses 70 millions d’abonnés en leur faisant penser que les Israéliens soutiennent le président russe – dans les faits, les points de vue des Israéliens à son égard sont plutôt mitigés – il a répondu : « je pense que la manière la plus avisée de créer des amitiés depuis Israël est de trouver les choses positives que font les individus. Notre position, ce n’est pas d’évaluer une personne sur la base d’une éventuelle perfection ».

« Nous ne faisons que dire merci pour les bonnes actions destinées à aider. Parce que si on y pense, si l’Union soviétique avait adopté le positionnement de Chamberlain et n’avait pas combattu les nazis, peut-être toute l’Europe aurait-elle été perdue, ainsi que tout le Moyen-Orient – et qu’il n’y aurait pas d’État juif », a-t-il ajouté.

Interrogé sur ce que la Russie a fait récemment pour afficher son amitié à l’égard d’Israël, Mike Evans a répondu : « cette semaine [au forum mondial de la Shoah] est consacrée à la lutte contre l’antisémitisme. Et le fait est que Poutine a pris le temps, dans son calendrier, de venir ici pour parler de l’antisémitisme – et en particulier parce qu’on peut être sûr que les Palestiniens en sont très mécontents. Le fait est que les Russes ont perdu un très grand nombre de soldats pendant la Seconde Guerre mondiale et qu’ils ont libéré Auschwitz. A notre avis, nous devons les en remercier ».

Le responsable évangélique est l’auteur de plus de cent livres, dont certains sont devenus des best-sellers. Au mois d’août 2016 encore, il critiquait la Russie dans un billet de blog consacré aux accusations de piratage par les Russes du Comité national démocrate dans le cadre des tentatives du Kremlin d’interférer dans les élections américaines.

« Il semble maintenant que les Russes tentent avec audace de mettre le doigt dans le gâteau électoral américain », avait-il écrit. « On verra qui remportera le morceau à la fermeture des urnes, le 8 novembre 2016 ».

Son point de vue sur la Russie a-t-il évolué depuis ? Mike Evans répond, « je ne suis pas impliqué dans les renseignements américains. Je ne sais rien de ce qui a pu filtrer. La seule mission que j’ai, c’est de combattre l’antisémitisme et de construire des passerelles entre les individus ».

La présidente de la Géorgie honorée

Salome Zourabichvili s’exprime lors d’une réception au musée des Amis de Sion de Jérusalem, le 21 janvier 2020 (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

Le 21 janvier, le musée des Amis de Sion a accueilli une réception en l’honneur de la présidente géorgienne Salome Zourabichvili, également lauréate du prix des Amis de Sion. Parmi les invités, l’ambassadeur géorgien en Israël Lasha Zhvania ainsi que la ministre israélienne de la Culture et des Sports Miri Regev. Deux autres éminents invités qui devaient s’exprimer lors de l’événement, l’ambassadeur américain David Friedman et l’homme d’affaires israélo-géorgien Mikhail Mirilashvili, ont annulé leur participation à la dernière minute.

Lors de la réception, un grand nombre d’intervenants ont clamé que la Géorgie était, d’une manière unique dans l’Histoire, un pays étonnamment exempt d’antisémitisme.

« Il y a une histoire d’amitié longue de 27 siècles entre les Géorgiens et les Juifs », s’est exclamée la présidente Zourabichvili.

Elle a ajouté que des événements de commémoration de la Shoah comme celui qui a été organisé cette semaine à Jérusalem étaient nécessaires « parce que c’est seulement si les êtres humains peuvent se souvenir des choses intolérables qu’ils pourront en empêcher la répétition. Nous devons avoir la capacité de reconnaître là où nous avons échoué et de nous repentir ».

Un célèbre duo israélo-géorgien, Kolan, a interprété la chanson « Tbilisi. »

Dans une allocution en hommage à la cheffe de l’État, Mike Evans l’a comparée – favorablement – à Trump. Il a raconté une anecdote décrivant la soirée électorale américaine qu’il avait passée en 2016.

« J’étais au David Citadel Hotel, en train de dîner avec le grand rabbin de Moscou, le soir de la victoire de Donald Trump. Le rabbin m’a regardé et m’a dit : ‘Il va gagner’. J’ai répondu : ‘Vous croyez ?’ et il a rétorqué, ‘Je le sais’. ‘Pourquoi ?’, ai-je continué. ‘A cause de la lecture de nos écrits de cette semaine’. Et j’ai demandé ‘Quelle était-elle ?’ Et il m’a dit : ‘L’histoire d’Abraham, des bénédictions et des malédictions. Ce président veut apporter sa bénédiction à Israël, et Dieu va le bénir et lui donner la présidence », a-t-il raconté.

« Cela peut sembler très simpliste, mais je peux vous dire qu’en tant que leader évangélique parmi 25 autres, nous avons accordé la présidence à Donald Trump sous la forme d’un raz-de-marée – et nous le ferons encore en raison de sa clarté morale, de son soutien à l’État d’Israël et de son soutien à nos valeurs. Et c’est la même chose pour vous, Madame la présidente, et nous vous applaudissons. Dieu vous bénisse », a-t-il continué.

Le rabbin Aryeh Lightstone, haut conseiller auprès de l’ambassadeur David Friedman, a encouragé la présidente géorgienne à transférer l’ambassade de Géorgie à Jérusalem.

« Quand il sera temps de choisir les œuvres d’art pour votre ambassade à Jérusalem, Mme Friedman et l’ambassadeur seront impatients de vous y aider », a-t-il continué.

 

Ziouganov: La Russie ne survivra pas sans le socialisme et sans le programme du Parti communiste

Avant de prendre des vacances Marianne et moi vous laissons avec ce texte de Ziouganov qui est particulièrement intéressant à la fois comme bilan historique et comme perspective. Ziouganov est actuellement avec les Chinois un de ceux qui réfléchit le plus à l’ère nouvelle à laquelle nous sommes confrontés. Donc bonne lecture (note de Danielle Bleitrach).

Le 24 janvier, un séminaire des dirigeants des commissions électorales des branches régionales du Parti communiste de la Fédération de Russie s’est ouvert dans la région de Moscou. Ce forum a été inauguré par un discours du chef des forces nationales-patriotiques de Russie, président du Comité central du Parti communiste Guennadi Ziouganov, consacré à: « LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE ET LES MISSIONS DU PARTI COMMUNISTE ». Nous en publions ici les principales thèses.

 

https://kprf.ru/party-live/cknews/191201.html

 

Service de presse du Comité central du Parti communiste,Alexey Braguine. Photo de Sergueï Sergeïev

 

24-01-2020

 

«Ce n’est pas un hasard si avant le début de notre séminaire-réunion, nous avons montré le film documentaire de notre chaîne de télévision Ligne rouge,« Le fondement léniniste-staliniste de la Victoire ». Je montre ce film tous les jours à des parents, des amis, des connaissances. Je l’ai transmis aux dirigeants du pays: je l’ai remis officiellement lors de la réunion du Conseil d’État et lors de la réunion du président avec les chefs des factions.

 

Ce n’est pas seulement un film. C’est une prophétie qui a été réalisée par le parti bolchevik selon le brillant plan de construction du socialisme et du nouveau monde, proposé par Lénine. Ce plan ambitieux a été mis en œuvre par Staline avec le parti des bolcheviks. Et mis en œuvre avec brio. Il n’y a rien de semblable dans l’histoire de l’humanité. Ce film touche à la fois l’esprit et les émotions du public.

 

Les fascistes n’avaient aucune intention de laisser au peuple russe la moindre place sur Terre. Ils en parlaient ouvertement et les paroles de leurs dirigeants sont citées dans le film. Eltsine et toute la politique qui a suivi ne faisaient que poursuivre l’objectif fasciste de la destruction de notre pays. Sur les 27 millions de morts pendant la guerre, environ 20 millions étaient des Russes. Après la trahison des idéaux de Lénine et de Staline au tournant des années 90, ils ont tracé des frontières là où il n’y en avait jamais eu auparavant. 25 millions de Russes se sont retrouvés séparés de leur patrie. Dans un certain nombre de régions, ils ont été persécutés et dans les États baltes, on les a déclarés apatrides. Et aujourd’hui, c’est la même ligne russophobe et antisoviétique qui se poursuit sans pitié.

 

En 1990, il y avait 120 millions de Russes dans la RSFSR (République Socialiste Soviétique de Russie). Un an plus tard, il en restait moins de 100 millions dans la nouvelle Russie. Ainsi, 20 millions pendant les années de guerre, 25 millions après la dévastation eltsinienne et 20 millions ces dernières années. Décimés par le marché et la démocratie de pacotille.

 

D’ailleurs cela ne concerne pas seulement les Russes, mais chaque personne vivant sur nos vastes étendues. Mais en même temps, nous devons nous rappeler que les personnes qui forment l’État dans notre pays sont des Russes. Sous leurs bannières, sous leur culture et leurs victoires, ils ont rassemblé 190 nations et nationalités. Sans détruire une seule foi, sans éliminer une seule nation.

 

Soit dit en passant, les Anglo-Saxons, lors de leur intrusion sur le continent américain, ont massacré environ 2 millions d’Indiens. Ils leur faisaient la chasse, leur prenaient des scalps. Ils opprimaient les peuples indigènes d’Amérique de toutes les manières possibles. De notre côté, nous avons créé une puissance multinationale qui a une histoire millénaire et qui aujourd’hui fait de l’ombre aux nouveaux maîtres de la planète. La Russie a de nouveau été déclarée ennemi numéro un.

 

La Russie ne peut survivre sans socialisme, sans virage à gauche, sans le programme que nous proposons. Je croyais que Poutine l’avait compris dès son discours de Munich. Mais la politique financière et économique reste malheureusement inchangée. Même après son effondrement l’an dernier. Rien qu’en décembre, j’ai rencontré le Président à quatre reprises. Nous avons discuté des problèmes, une discussion qui s’est prolongée au-delà de minuit. Je lui expliqué par a plus b que la poursuite de ce cours avec une augmentation de 0,6% (les 10 dernières années) signifie un désastre. Avec ce cours, dans les 20 prochaines années, nous perdrons encore 12 millions de Russes qui dépériront et mourront.

 

Les régions russes s’éteignent 2 à 3 fois plus vite que les autres. Les questions de démographie, d’économie, de rythme et de nouvelles technologies sont des questions de survie historique. J’ai préparé une analyse détaillée à la fin de l’année écoulée. Elle a été publiée dans la Pravda et Russie soviétique. Je l’ai envoyée à tous les chefs, ministres et membres du Conseil de sécurité. Pour qu’ils comprennent enfin qu’ils n’ont plus d’autre option maintenant. Que le pendule de l’histoire a dévié vers la gauche, et personne n’arrêtera ce pendule. Soit vous obéirez aux lois que l’humanité a développées (les esprits les plus ingénieux de l’humanité), soit vous subirez la défaite la plus écrasante.

 

Tout cela a influencé, agi. C’est pourquoi le message du président a commencé par la démographie. Mais son message n’était pas encore terminé, qu’ils ont commencé à former d’urgence un gouvernement afin de chasser l’ancien. Maintenant, la question se pose : que va-t-il se passer ensuite?

 

Lors de notre séminaire, nous devons non seulement faire le point sur 2019 et déterminer le programme. Mais nous devons tout faire pour que chacun d’entre nous en fasse son affaire.

 

De quoi devrions-nous nous blâmer? Nous n’avons pas eu assez d’appui populaire pour repousser les attaques contre le Parti communiste. Nous devons renforcer les mouvements de lutte dans la rue. Aujourd’hui, à part le Parti communiste, il n’y a pas d’autre véritable force politique d’opposition qui protège les travailleurs. Et autour de notre parti, il est possible de créer un large front et un bloc de forces patriotiques. Nous poursuivons maintenant cette ligne. Mais il convient de l’affiner autant que possible en faveur de la protection des intérêts des citoyens mécontents de la politique menée par les autorités.

 

Dans le pays, il n’y a presque plus de citoyens satisfaits de leur vie. C’était l’argument principal lors de la réunion avec les dirigeants, y compris lors de la réunion avec le président. Bien qu’ils aient autant d’argent qu’ils n’en ont jamais eu. Ils sont assis sur une montagne d’argent. Mais ils ne veulent pas nourrir le pays et soutenir l’économie. Et ce problème est essentiel pour nous.

 

L’année dernière a été marquée par une victoire sportive pour notre équipe de football. Le sport est aujourd’hui notre principale publicité. Lorsque 100 de nos équipes jouent, c’est le meilleur indicateur pour les jeunes.

 

La principale conclusion de l’année dernière est que la crise continue de s’aggraver. L’un des catalyseurs est le renouvellement du gouvernement. Je connais Michoustine depuis 25 ans. Du point de vue de la tête, de l’expérience et de l’énergie – c’est un dirigeant compétent. Il a en fait créé de toutes pièces l’un des services fiscaux les plus efficaces du monde. Mais c’est une chose de collecter des impôts, et une autre chose de construire et de créer une base.

 

Notre expérience des entreprises nationales – comme base de la relance de l’économie socialiste – fait écho à la modernisation stalinienne. Mais sur une nouvelle base technologique et dans une nouvelle ère.

 

Nous avons proposé notre programme, le président a respecté notre demande de destituer le gouvernement. Nous attendons de voir ce que le nouveau gouvernement fera ensuite. C’est pourquoi nous nous sommes abstenus lors du vote.

 

Nous avons depuis longtemps proposé des amendements constitutionnels. J’ai dit à maintes reprises que le pouvoir exécutif, hors du contrôle du peuple, deviendra voleur, fou ou ivrogne. C’est une chose bien connue depuis la Rome antique. Ils apporteront des amendements cosmétiques à la Constitution, mais rien, en fait, ne changera. Cependant nous ne pouvions pas dire non au fait que les lois russes sont au-dessus des lois internationales. Nous ne pouvions pas dire non au fait que nous devons indexer les pensions. Nous ne pouvions pas dire non au fait qu’un homme d’État ne puisse pas avoir de passeport étranger. Par conséquent, nous avons hésité hier, mais avons voté. Mais en même temps, nous avons formulé notre approche. Et cela figure sur notre site Web.

 

En général, notre site contient beaucoup de matériaux intéressants. J’ai pris une habitude, ne jamais aller me coucher sans avoir tout lu et écouté! Vladimir Ivanovitch Kachine illustre chacun de ses discours par des tableaux et des schémas. Qui appuient la démonstration avec éclat. Et on ne peut rien dire contre les faits. Par conséquent, nous devons renforcer cette partie de notre travail.

 

Cette année, nous organiserons un grand forum international consacré au 150e anniversaire de Lénine. À cette date, nous devons rénover tous les monuments de Lénine à travers le pays.

 

Nous devons être aussi préparés autant que possible à n’importe quel événement. Tout dépend de la qualité de nos cadres, de la compréhension des problèmes et d’un haut degré d’organisation et de discipline. La discipline personnelle et l’esprit de responsabilité joue désormais un rôle essentiel. Sans discipline de parti, un parti n’existe pas. Par conséquent, certains camarades doivent rattraper leur retard. Tant en termes de discipline politique qu’en termes de responsabilité personnelle.

 

Si nous ne sommes pas prêts, il se trouvera immédiatement des dirigeants dans la rue. Je les ai vus à l’œuvre en Arménie, en Azerbaïdjan et dans la vallée de Ferghana. Maintenant encore, on nous en fourgue à la pelle! Par conséquent, ce sera nous ou personne. Il n’y a pas d’autre force politique capable de consolider la société, de la rassembler, de résoudre les problèmes, de sortir pacifiquement et démocratiquement le pays de la crise gravissime où il est plongé.

Traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

 

 
1 commentaire

Publié par le janvier 24, 2020 dans INTERNATIONAL, Russie

 

Moscou ouvre la voie de la paix en Libye

L’initiative diplomatique de Poutine et sa capacité à comprendre Erdogan révèlent que « la Russie et la Turquie sont sur le point de jouer un rôle énorme pour influencer l’avenir de la Libye », disent les experts.

 

 Publié: lundi 20 janvier 2020 | 19h49h17.

Auteur:

images / auteurs / 2017/10 / jvoQjR_03-10-2017_11.10.04.000000.jpg
Leonel Nodal

 
Arrêter l'embargo sur les incendies et les armes, tels sont les maîtres mots de l'accord conclu hier à Berlin lors de la conférence internationale sur la Libye

Voir plus

Le président Vladimir Poutine vient d’ouvrir une voie encourageante vers un règlement politique de la crise libyenne, déclenchée par l’intervention militaire des États-Unis et de l’OTAN en 2011.

Au début d’une année mouvementée, marquée par l’escalade du conflit de Washington avec l’Iran, Poutine a effectué un voyage surprise en Syrie et en Turquie, où il a obtenu le soutien de son homologue Recep Tayyip Erdogan pour parvenir à un cessez-le-feu en Libye.

Plus d’une douzaine de nations ont été impliquées dans la guerre – en violation d’un embargo sur les armes de l’ONU – qui a fait exploser le gouvernement et les institutions, fait des milliers de victimes et déplacé plus de 300 000 personnes.

La trêve fragile créée par Poutine et Erdogan, la première des neuf derniers mois de violents combats, a permis le dernier dimanche d’organiser un sommet des nations les plus influentes sur la situation libyenne, afin de rechercher un règlement négocié dans le pays pétrolier du Afrique du Nord

Qui est présent dans le conflit?

L’intervention militaire étrangère a divisé le pays. D’une part, la région orientale, siège de la ville de Tobrouk et de riches gisements de pétrole. D’autre part, la zone nord-ouest, où se trouve Tripoli, capitale du pays et principal port d’entrée.

Une vaste région du sud a été influencée par divers groupes armés et groupes tribaux, mais avec peu de contrôle sur la richesse.

Le maréchal éponyme Khalifa Haftar, fondateur et chef de la soi-disant armée nationale libyenne, a pris le contrôle de Tobrouk, avec le soutien ou la sympathie de certaines nations arabes et occidentales.

Haftar était l’un des officiers qui, avec Muamar Khadafi, a renversé la monarchie en 1969. Il s’est ensuite mis au service de la Central Intelligence Agency (CIA) et a vécu 20 ans à Langley, en Virginie, siège de l’agence d’espionnage et de subversion. Il est retourné en Libye en 2011 pour participer au coup d’État contre Khadafi.

En 2014, la Chambre des représentants de la Libye a été installée en tant que gouvernement dans la ville de Tobrouk, bastion de Haftar.

Selon le Washington Post, les Émirats arabes unis (EAU), l’Égypte, l’Arabie saoudite, la Jordanie et la France soutiennent Haftar. Il déclare également qu’il y aurait des paramilitaires russes du groupe Wagner, mais le président russe a nié cette version et encore moins qu’ils soient payés par le Kremlin. Ceux qui le soutiennent le perçoivent comme un « homme fort » capable de contrer les islamistes.

Cependant, son principal soutien ces derniers temps a été le président Donald Trump, qui lors d’une conversation téléphonique en mars dernier « a reconnu le rôle important … dans la lutte contre le terrorisme et la sécurité des ressources pétrolières de la Libye, et les deux ont discuté d’une vision commune de la transition de la Libye vers un système politique stable et démocratique », selon une note de la Maison Blanche.

La légitimité du gouvernement de Tripoli

Le gouvernement de l’Accord national (GNA), créé en 2015 en tant qu’organe de transition et soutenu par l’ONU, a Tripoli et certaines parties du nord-ouest du pays sous son contrôle.

La Turquie, le Qatar, l’Italie et d’autres pays européens soutiennent le GNA. Le Washington Post lui-même a souligné que « les États-Unis le soutiennent apparemment également, mais les contacts continus de l’administration Trump avec Haftar, un sujet à double nationalité libyenne-américaine, un ancien agent de la CIA, ont envoyé des signaux mitigés ».

À la fin de l’année dernière, le président turc Recep Tayyip Erdogan a signé un accord maritime avec le gouvernement de Tripoli sur les droits des forages pétroliers et gaziers en mer Méditerranée et a proposé d’envoyer des troupes de soutien, cherchant une plus grande influence en Libye . Le Parlement turc a autorisé l’envoi de troupes au début de l’année, après avoir fourni des drones et des véhicules blindés.

Poutine déploie le pouvoir de la diplomatie russe

En avril dernier, Haftar est parti en guerre contre la capitale pour achever le règne de la Chambre des représentants de la Libye.

La trêve intervient à un moment crucial. La semaine dernière, Haftar a pris le contrôle de Syrte, une ville côtière stratégique située à 230 miles à l’est de Tripoli, dominée par de puissantes tribus, et lieu de naissance de Khadafi.

L’initiative diplomatique de Poutine et sa capacité à comprendre Erdogan révèlent que « la Russie et la Turquie sont sur le point de jouer un rôle énorme pour influencer l’avenir de la Libye », disent les experts.

L’un d’eux, Emadeddin Badi, analyste à l’Institut du Moyen-Orient, a déclaré que « la guerre civile en Libye aurait pu être résolue par des Américains et / ou des Européens il y a des mois avec un minimum d’efforts ».

Il n’est pas rare que ce soit les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN qui déclenchent la déstabilisation de la Libye, cherchant à saisir son immense richesse pétrolière.

Suite à l’accord de cessez-le-feu garanti par la Russie et la Turquie le 12 janvier, Poutine a reçu au Kremlin la chef du gouvernement allemand, Angela Merkel, à qui elle a apporté tout son soutien au sommet dimanche dernier à Berlin.

Malgré leurs divergences, les puissances occidentales et arabes ont signé un large accord qui vise à respecter l’embargo sur les armes imposé par l’ONU et à cesser de fournir un soutien militaire aux factions en guerre.

« Nous nous sommes mis d’accord sur un plan global pour l’avenir », a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Le Premier ministre Fayez Serraj, chef du gouvernement installé à l’ONU à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, chef du pôle électrique de Tobrouk, étaient à Berlin dimanche, mais ils ne se sont pas rencontrés.

Les États-Unis, dégoûtés par l’implication croissante de Moscou en Libye, ont accueilli l’appel de Merkel avec une froideur visible et étaient représentés par le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo.

Parmi les signataires du communiqué final figuraient les présidents de la France, Emmanuel Macron; de Russie, Vladimir Poutine; de Turquie, Recep Erdogan, et d’autres hauts dirigeants européens, des Emirats Arabes Unis et d’Egypte.

Le communiqué appelle « toutes les parties impliquées à redoubler d’efforts pour une suspension durable des hostilités, une escalade réduite et un cessez-le-feu permanent ».

Il a également appelé les pays qui soutiennent les factions belligérantes à « s’abstenir de toute activité qui exacerbe le conflit ou est incompatible » avec l’embargo ou le cessez-le-feu de l’ONU « , y compris le financement des capacités militaires ou le recrutement de mercenaires. ». Les nations qui brisent l’embargo sur les armes doivent faire face à des sanctions, ont convenu les signataires.

Le ministre russe des Affaires étrangères par intérim, Sergueï Lavrov, a déclaré que le document convenu à Berlin confirme que ce conflit n’a pas de solution militaire et que seul le peuple libyen décide du sort du pays.

Lavrov a déclaré que « Dans le vaste plan de règlement du conflit libyen, la nécessité d’un cessez-le-feu durable est soulignée ».

Au-delà des évaluations ponctuelles, le sommet de Berlin a placé Poutine et la Russie non seulement comme une autre force militaire dans la carte complexe du Moyen-Orient, mais comme une puissance de médiation florissante capable de dialoguer, d’influencer et de conclure des accords pertinents, inspirés par la commodité de toutes les parties.

La guerre en Libye a fait des milliers de sans-abri et de déplacés. Photo: AFP