RSS

Archives de Catégorie: Chine

Pour la Chine : Les pourparlers à six représentent une « plate-forme efficace » pour traiter le dossier nucléaire de la péninsule coréenne

© Chine Nouvelle (Xinhua) – Xu Yongchun, le 19/09/2017 14:43

Résultat de recherche d'images pour "la Chine et la paix"

La Chine a annoncé mardi que les pourparlers à six représentaient toujours une plate-forme efficace pour traiter le dossier nucléaire de la péninsule coréenne.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, s’est ainsi exprimé lors d’une conférence de presse régulière, indiquant que la Chine était ouverte à tous les efforts favorables à la résolution pacifique de la question par le biais de moyens politiques et diplomatiques.

M. Lu a affirmé que la déclaration conjointe signée le 19 septembre 2005 était la progression la plus importante dans le traitement du dossier nucléaire de la péninsule coréenne par le biais de négociations, et qu’elle représentait un jalon significatif.

Cette déclaration a été validée par la Chine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), les Etats-Unis, la République de Corée, la Russie et le Japon lors du quatrième cycle de pourparlers à six.

Dans cette déclaration, la RPDC a réaffirmé son engagement à renoncer aux armes nucléaires et aux programmes nucléaires existants. En revanche, les Etats-Unis se sont engagés à ne pas utiliser d’armes nucléaires ou d’armes conventionnelles pour attaquer ou envahir la RPDC.

M. Lu a indiqué que les parties concernées devaient tirer des leçons des expériences de la conclusion de cet accord, qui inclut le fait que le coeur de la question nucléaire de la péninsule coréenne était un dossier lié à la sécurité, que la clé était détenue par les Etats-Unis et la RPDC et que les préoccupations de toutes les parties devaient être résolues de manière équilibrée.

« Nous sommes convaincus que si les parties concernées peuvent adhérer à ce consensus, respecter l’esprit de la déclaration conjointe et rechercher des moyens pour traiter les préoccupations raisonnables des parties concernées, nous pourrons trouver une solution », a affirmé le porte-parole.

La Chine a avancé la proposition de « double suspension », qui appelle la RPDC à suspendre ses activités de missiles et nucléaires en échange de la suspension des manoeuvres militaires de grande ampleur des Etats-Unis et de la République de Corée.

La Chine a aussi proposé une approche à double voie pour réaliser, d’une part, la dénucléarisation dans la péninsule et d’autre part, instaurer un mécanisme pacifique.

Lancés en 2003, les pourparlers à six ont été suspendus en décembre 2008. La RPDCs’est retirée des pourparlers en avril 2009 pour protester contre des sanctions de l’ONU.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 20, 2017 dans Chine, GUERRE et PAIX

 

Du mouvement de la paix cubain : Le conflit nucléaire de Corée du Nord et les principaux acteurs impliqués par Leyde Rodriguez Hernandez

 Voici un article très clair et documenté de notre ami cubain Leyde E.Rodriguez Hernandez qui intervient ici au nom du mouvement de la paix cubain, analyse la situation et préconise des solutions qui ont besoin d’être soutenues par les peuples; comme nous le ferons en France le 23 septembre. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)

Le conflit nucléaire de Corée du Nord et les principaux acteurs impliqués
Par Leyde E. Rodríguez Hernández
Collaborateur du Mouvement cubain pour la paix et la souveraineté des peuples

 

Dimanche dernier, le 3 Septembre, le république populaire démocratique  de Corée (RPDC) a procédé à son sixième essai nucléaire, probablement une bombe à hydrogène- qui selon les autorités nord coréenne-  a été conçu pour être porté par  des missiles balilistiques  intercontinentaux.  Quelques jours avant, le 29 août, un des projectiles de la RPDC a survolé l’île japonaise de Hokkaido et a atterri dans l’océan Pacifique.

Le dirigeant nord – coréen Kim Jong-un, a effectué  plus de 80 lancers au cours de son mandat, un montant bien supérieur au nombre total de tests effectués par ses prédécesseurs depuis 1984, lorsque Pyongyang a lancé son premier missile balistique. Seulement dans le mois d’ août 2017, la Corée du Nord a effectué quatre tests de missiles.

L’essai  de la bombe à l’hydrogène par la RPDC a encore augmenté les tensions sur la péninsule coréenne, provoquant une forte condamnation des grandes puissances. Le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre britannique Theresa May, le président français Emmanuel Macron, entre autres, ainsi que le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ont critiqué les actions de la RPDC.

Le conflit sur le programme nucléaire et de missiles de la RPDC est considéré comme l’un des plus dangereux du système international actuel. Pour votre compréhension, il est nécessaire de revenir aux origines de la guerre froide; à  l’émergence de la stratégie nucléaire; à l’armistice qui a scellé les hostilités militaires de la guerre de Corée (1950-1953), mais a laissé les deux côtés techniquement en guerre avec la péninsule divisée; la mise en place de bases militaires avec des armes nucléaires en Corée du Sud; les exercices militaires effectués  chaque année  par les  États-Unis et ses alliés a proximité  du territoire de la RPDC; au moment mêle où la RPDC était décrite comme un « Etat voyou » ou d’une partie d’un inexistant  « axe du mal » dans les stratégies de « sécurité nationale » des Américains.

La vérité est qu’il y a eu  certains efforts diplomatiques pour éviter le conflit . Les principaux acteurs, la RPDC, la Corée du Sud, le Japon, les États-Unis, la Chine et la Russie, ont essayé sans succès depuis 2009 de trouver une solution dans des  négociations directes ou multilatérales avec Pyongyang, ce qui a servi de prétexte pour que les États-Unis  affirment  l’impossibilité de nouvelles discussions et exigent que le Conseil de sécurité de l’ONU prenne les mesures les plus contraignants  possibles contre la RPDC, puisqu’il apparaît qu’avec, avec son missile et ses essais nucléaires, il « en appelle à une guerre», selon l’interprétation de l’ambassadeur des États-Unis devant  Les Nations Unies.

Dans ce contexte, il est important d’examiner les arguments et les positions des principaux acteurs du conflit:

La RPDC:

Pour le leader, Kim Jong-un, le développement de bombes nucléaires et de missiles est une garantie de survie face à la possibilité d’un bombardement américain dans le style de l’ex-Yougoslavie, de l’Afghanistan, de la Libye et de la coalition dirigée par États-Unis en Syrie. Bien que son père et son prédécesseur, Kim Jong-il, décédé en 2011, se soient engagés à négocier, Kim Jong-un refuse de le faire. La RPDC se sent menacée par les États-Unis et la Corée du Sud, les tenant responsables des causes de ce conflit et il défie ainsi les États-Unis de procéder à d’éventuelles attaques nucléaires.

Pyongyang a accusé les États-Unis d’essayer de «diffamer» la Corée du Nord en l’accusant de vouloir commencer une guerre, et il a affirmé que   «les commentaires disparates et belligérants » de« feu et fureur »du  président américain Donald Trump montrent que ce sont les États-Unis qui  » appellent à une guerre.  » « Avec l’émergence de l’administration Trump, les États-Unis sont devenus plus imprudents » avec la Corée du Nord « et il ne leur reste d’autre choix que de redoubler d’efforts pour renforcer la force nucléaire de l’Etat », a déclaré le ministère norvégien des Affaires étrangères

LA COREE DU SUD :

Eklle hésite  entre la réconciliation avec le nord et une politique stricte imposée à son voisin. Séoul, avec ses 25 millions de personnes, se trouve à seulement 50 kilomètres de la frontière et face à l’artillerie nord-coréenne, une guerre serait dévastatrice pour la Corée du Sud. L’alliance avec la superpuissance nucléaire des États-Unis, qui compte 28 500 soldats déployés en Corée du Sud, vise à intimider Pyongyang. Bien que Séoul veuille  perfectionner ses propres missiles, le nouveau président, Moon Jae-in, a également tenté de réduire les tensions avec le Nord  par le dialogue.

 

Cependant, le chemin du dialogue avec Pyongyang semble disparaître La Corée du Sud a décidé de s’armer militairement après le sixième essai nucléaire nord-coréen avec de nouvelles manœuvres dissuasives et avec un déploiement d’armes plus puissantes avec les  États-Unis. Dans  cette conjoncture  complexe, l’armée sud-coréenne a fait  des exercices militaires avec des tirs à balles réelles et elle prévoit d’autres manœuvres conjointes avec les États-Unis, ce qui pourrait inclure le déploiement d’aéronefs à propulsion nucléaire dans les eaux situées au large de la péninsule coréenne.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump se sont mis d’accord sur des mesures de dissuasion efficaces et une pression internationale accrue sur le gouvernement nord-coréen. Les deux ont convenu que les forces sud-coréennes augmenteraient la charge  de leurs missiles jusqu’alors limité par l’accord de sécurité bilatéral et ils ont  envisagé l’introduction d’armes avancées et de technologies de défense en Corée du Sud. Tout cela combiné à une  pression maximale possible exercé sur le  gouvernement de Kim Jong-un, grâce à un nouveau paquet de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU qui comprend un blocage total du pétrole à Pyongyang, dans le but de briser sa résistance.

En dépit de tout cela, le leader sud-coréen Moon Jae-in a réaffirmé qu’il défendrait toujours la dénucléarisation de la Corée par des moyens pacifiques et que son offre de dialogue au Nord est encore sur la table, bien que son discours se soit refroidi après qu’il n’ait reçu aucune réponse officielle du pays voisin et face aux   appels croissants d’abandon de cette voie  par des membres de son gouvernement et les différents secteurs de la droite  sud-coréenne.

ETATS-UNIS

Le président des États-Unis, Donald Trump, a terminé la phase de sa «patience stratégique». Le Pentagone a répondu que le régime de Pyongyang  s’expose à une «grande réponse militaire», «efficace» et «écrasante», contre toute menace contre les États-Unis, ses territoires dans le Pacifique ou ses alliés. Trump a été le premier président américain à menacer clairement  d’une attaque militaire, ce qui n’a eu aucune conséquence à ce jour. Pendant ce temps, il s’efforce de faire pression sur la RPDC politiquement et économiquement et il cherche à  recruter à cet effet  la Chine et la Russie.

Les États-Unis préconisent  que  Pyongyang  ne puisse avoir accès aux devises étrangères et il exerce également une pression sur les pays qui accueillent les travailleurs nord-coréens. L’existence de cet ennemi extérieur et les essais nucléaires et antimissiles de la Corée du Nord servent à justifier pour  Trump le militarisme américain dans la région asiatique, à poursuivre la course aux armements nucléaires et à maintenir la présence militaire en Corée du Sud et au Japon.

 

CHINE 

La Chine a combattu aux côtés de la Corée du Nord contre la Corée du Sud et les Etats-Unis dans la guerre de Corée, mais l’alliance fait déjà partie du passé depuis longtemps et les relations avec Pyongyang n’ont jamais été aussi mauvaises que maintenant. La Chine tente de faire réussir  des négociations entre la Corée du Nord et les États-Unis. Environ 90 pour cent du commerce de la Corée du Nord se fait par la Chine, qui est impliqué dans des sanctions contre Pyongyang. Cependant, Pékin ne contrôle pas complètement la contrebande et les craintes d’un effondrement du pays voisin où un conflit pourrait se traduire par des milliers de réfugiés à la frontière. En outre, dans le cas où un scénario possible de l’effondrement de la RPDC conduira à une réunification avec la Corée du Sud, les troupes américaines pourraient être mis en place aux  frontières de la Chine. C’est pour cela que le gouvernement chinois est favorable à l’actuel stratu quo dans la peninsule coréenne.

JAPON

Comme la Corée du Sud, le Japon est un allié militaire des États-Unis et considère la RPDC comme une menace majeure. Les missiles nord-coréens de moyenne portée  sont tombées  plusieurs fois dans les eaux japonaises ou ont survolé ce pays. Le Japon veut se protéger contre un système anti-missile et le Premier ministre conservateur Shinzo Abe utilise la RPDC comme excuse pour s’écarter de la doctrine militaire essentiellement défensive du pays. Au milieu de cette tension, le gouvernement japonais a annoncé qu’il développe un plan d’évacuation massif pour les 60 000 ressortissants japonais résidant en Corée du Sud dans le cas où le pays voisin est impliqué dans un conflit de guerre et recommande de ne pas voyager là-bas, sauf extrême necessité.

RUSSIE

La RPDC y Rusia comparten una frontera de apenas 20 kilómetros y una línea de ferrocarril conecta ambos países. Moscú condena el rearme nuclear norcoreano y aplica las sanciones de la ONU. Sin embargo, rechaza cualquier solución violenta al conflicto y exige que Estados Unidos y la RPDC negocien. La presencia del ejército estadounidense en Corea del Sur también incomoda a Rusia, pues la instalación de un sistema antimisiles contra la RPDC debilita la posición estratégica rusa. Como ha sido tradición, Rusia no se inmiscuye en los asuntos internos de la RPDC, uno de los países perjudicados con el desbalance de poder internacional que significó la desintegración de la superpotencia soviética en 1991.

La RPDC  et la Russie ont une frontière commune de 20Km et une ligne de chemin de fer  commune aux deux pays.  Moscou condamne le réarmement nucléaire nordcoréen et applique les sanctions de l’oNU. Néanmoins elle refuse toute solution violente au conflit et exige que les Etats-Unis et la RPDC négocient.  La présence de l’armée étatsunienne en Corée du Sud incommode ma Russie, l’installation d’un système antimissile contre la RDCP fragilise la position stratégique russe . Comme elle en a l’habitude, la Russie ne se mêle pas  dans les affaires internes de la RPDC .l’un des pays abandonné par la perte d’influence liée à la nuis avec le  désintégration de la superpuissance soviétique en 1991.

La Russie admet  les arguments de la RPDC quand celle-ci affirme que  seule la dissuasion nucléaire peut la protéger, et que les sanctions pour ses programmes nucléaire et des missiles  ne vont pas l’arrêter. La Russie condamne les essais nucléaires nord-coréens, parce qu’elle considère qu’ils sont provocateurs; mais, en même temps, elle  a expliqué que la position nord-coréenne est basée sur les exemples de l’Irak et de la Libye, accusés  sans fondement de la fabrication et la possession d’armes de destruction massive et maintenant  qui sont  littéralement ruinés. Pour la Russie, les exemples de l’Irak et de la Libye sont probants, et la Corée du Nord sera la dernière à les oublier.   .

Le SECRETAIRE DE L’ONU 

Un autre acteur important, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré aux journalistes au siège de l’ONU que «la solution doit être politique. Les conséquences potentielles de l’action militaire sont trop effrayantes.  » « Une rhétorique de la confrontation peut entraîner des conséquences inattendues », a insisté le chef des Nations Unies.

Dans ses remarques aux journalistes, Guterres a  réitéré à plusieurs reprises la nécessité de réduire les tensions à la suite de ces essais nucléaires, qu’il a fermement condamnés, tout en exprimant la nécessité de réduire la dialectique belliqueuse et de promouvoir des solutions politiques. « Les guerres ne commencent généralement pas avec les décisions prises par les différentes parties pour entrer en guerre », a déclaré Guterres, qui a rappelé comment la Première Guerre mondiale a éclaté et a noté que ce sont souvent des conflagrations « étape par étape ».

Donc Guterres a insisté pour que les négociations diplomatiques conservent leur  chance et il a appelé à l’unité au Conseil de sécurité pour s’attaquer ensemble à cette crise. « Ce qui est crucial aujourd’hui, c’est d’assurer l’unité du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce n’est qu’avec une unité totale qu’une forte pression « sur la Corée du Nord » est capable de créer les conditions d’une action diplomatique, a-t-il insisté.

Le 5 août, le Conseil de sécurité a approuvé de nouvelles sanctions économiques contre le gouvernement de Pyongyang, qui interdisaient notamment à  la Corée du Nord d’exporter, directement ou indirectement, du charbon, du fer, du plomb, du poisson ou fruits de mer Un certain nombre de médias ont fait écho aux commentaires dans les salles des Nations Unies qui mentionnent la possibilité que l’interdiction de vendre du pétrole à la Corée du Nord soit maintenant approuvée, mais cela affecterait la population de ce pays.

Non mois important a été le  positionnement des leaders des cinq puissances émergentes de Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ,réunies dans un sommet de la ville chinoise du sud-est de Xiamen, où ils ont condamné « énergiquement » dimanche  la Corée du Nord et se sont dits profondément préoccupés par la tension actuelle et le conflit nucléaire prolongé dans la péninsule coréenne.

 

 

 

 

 

 

EN CONCLUSION

En conclusion, au lieu de reconnaître la RPDC en tant qu’État souverain et aller  vers une coexistence pacifique, les États-Unis se sont engagés dans des provocations  que l’on doit mettre en relation avec le   but d’une attaque nucléaire préventive et à la politique de «changement de régime» en Corée du Nord .

Le sixième et le plus puissant essai  atomique de Pyongyang menace de déclencher une course aux armements dans la région, après que la Corée du Sud et les États-Unis aient répondu avec des manifestations de leur   puissance militaire et des avertissements de belliciste . Une guerre nucléaire aurait des conséquences catastrophiques pour la RPDC, la Corée du Sud, le Japon, l’île de Guam, la Chine et une partie des États-Unis.

Maintenant, la RPDC est plus proche de l’achèvement d’une force nucléaire stratégique et il est très probable que presque toutes les mesures prises à son encontre  aient peu de chances de l’arrêter. Toutes les dispositions militaires adoptées par Pyongyang constituent un exercice légitime et juste de la légitime défense de son État souverain, afin de faire face à la menace nucléaire croissante et à la politique hostile tentant de l’isoler et de la déstabiliser, qui a duré une décennie.

Mais dans un mode optimal , il serait préférable que le Conseil de sécurité antidémocratique et exclusif de l’ONU, composé des principaux pouvoirs qui régissent le système international actuel, propose le désarmement d’une péninsule coréenne sans armes  nucléaire et un véritable processus de désarmement général et complet comme l’a réclamé dans de nombreuses occasions  la politique étrangère cubaine, ainsi que l’utilisation de ces énormes ressources pour le développement économique et social de tous les peuples.

En conclusion, l’affaire coréenne est un signe que l’action militariste des puissances impérialistes a engendré la prolifération des armements conventionnels  et les armes d’ extermination massive. Et non seulement elle développent l’armement , comme base de leur pouvoir au niveau international, mais elles font de grandes affaires en fournissant des armes et des technologies militaires à d’autres États, contribuant ainsi aux tensions et aux conflits dans divers domaines du système international. La prolifération des armes nucléaires conduit à la propagation du pouvoir aux  États moyens et petits et a augmenté les risques de guerre nucléaire.

Tout cela est dû au mauvais exemple des grandes puissances nucléaires, qui ne remplissent pas l’engagement de travailler au désarmement et ignorent les efforts de la grande majorité des États pour proscrire les armes nucléaires, comme cela s’est produit le 7 juillet 2017 avec l’adoption à l’ONU d’un traité interdisant les armes nucléaires.

Cet instrument multilatéral a reçu le soutien de 122 pays, le rejet de la Hollande et l’abstention de Singapour. Les neuf pays dotés d’armes nucléaires – les États-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France, l’Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et Israël – ont décidé de ne pas faire partie des négociations entre le 15 et le 7 juin de juillet 2017, ainsi que d’autres adhérant à la doctrine de la dissuasion nucléaire ou qui ont cédé la place aux pressions et ont choisi de s’absenter.

Dans ce moment crucial pour l’humanité, la haute valeur symbolique que l’Amérique latine et les Caraïbes accordent au Second Sommet de CELAC dans sa Proclamation de la paix et qui  a préconisé «l’intégration qui renforce la vision d’un ordre international juste , affirmé dans la loi et dans une culture de la paix qui exclut le recours à la force et aux moyens illégaux de défense, y compris les armes de destruction massive et, en particulier, les armes nucléaires « . [1]

Remarques:

[1] Voir Proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix. II CELAC Summit,
La Havane, 28 et 29 janvier 2014. Brochure imprimée.

Sources: Bureaux DPA (Allemagne); AFP (France); EFE
(Espagne).

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 19, 2017 dans GUERRE et PAIX, Asie, Chine, Etats-Unis

 

Les ouvriers chinois gagnent désormais presque autant que leurs collègues portugais

intéressant article de l’Express qui décrit la progression des salaires en Chine qui n’a pas d’équivalent ailleurs (note de Danielle Bleitrach)

126
Partages
122
4

Un ouvrier du secteur manufacturier chinois gagne maintenant plus que ses collègues brésiliens, argentins et mexicains. C’est ce qui ressort d’une étude d’Euromonitor, dont le Financial Times a dévoilé les résultats. Entre 2005 et 2016, le salaire horaire moyen d’un ouvrier manufacturier chinois est passé de 1,2 $ à 3,6 $, soit une hausse de 300%.

Dans les pays d’Amérique du Sud (à l’exception du Chili) et en Afrique du Sud, les salaires horaires ont au contraire diminué. Au cours de la même période au Brésil, les ouvriers ont perdu 20 cents sur leur salaire horaire (de 2,9 dollar à 2,7 dollars / heure), au Mexique, ils ont perdu 10 cents (de 2,2 $ à 2,1 $ / heure) et en Afrique du Sud, plus de 70 cents (de 4,3 $ à 3,6 $ / heure).

Les salaires chinois horaires ont aussi dépassé ceux de l’Argentine, de la Colombie et de la Thaïlande au cours de la même période, à la faveur de l’entrée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001.

L’ouvrier chinois gagne encore 20% de moins que ses collègues au Portugal

Avec un tel taux horaire, l’ouvrier chinois se rapproche progressivement des niveaux de salaires des pays en difficultés de la zone euro. Au Portugal, le travailleur local a perdu près de 2 $ de salaire horaire depuis 2005. En 2016, la rémunération moyenne horaire était de  4,5 $ / heure, alors qu’elle était de 6,3 dollars il y a 10 ans.

La hausse du salaire horaire de la Chine est inédite. Même en Inde, qui a pourtant connu une forte croissance, année après année, le salaire horaire a stagné autour de 0,7 $ pendant 10 ans.

Screenshot 2017-02-27 08.05.15

Partagez cet article
126
Partages
122
 
1 commentaire

Publié par le septembre 19, 2017 dans Economie, INTERNATIONAL, Chine

 

Le vieillard de Chao Ling et la dénonciation de la guerre.

DU FU né en 712, mort en 770, est avec Li Bai le plus célèbre poète des Tang.

l’œuvre de Du Fu introduit dans la poésie des thèmes liés à la vie quotidienne, comme dans Chanson sur ma chaumière abîmée par le vent d’automne, et fait appel à la responsabilité sociale du poète. Il dénonce dans ses poèmes, comme dans la Ballade des chars de guerre, les injustices de son temps, conformément à l’idéal confucianiste. La poésie de Du Fu est celle d’un homme plein de compassion, à la fois pour les êtres et pour les choses, à l’image de son caractère, généreux et désintéressé, et la misère de l’époque que son œuvre évoque est le reflet de celle qu’il a personnellement connue. Nombre de ses poèmes évoquent sa femme et ses enfants. Il est aussi le premier à avoir composé des poèmes inspirés par des peintures (ti-hua shi), genre repris plus tard par Su Dongpo et Huang Tingjian.

Résultat de recherche d'images pour "Du FU"

 

Un poème de DU-FU

Le plus célèbre des poètes TANG (VIII° siècle)

Le vieillard de Chao-ling

Le vieillard de Chao-ling, étouffant ses lamentations, pleurait;

Au retour du printemps, caché sous des habits grossiers, il parcourait lentement les bords sinueux de la rivière Kio.

Hélas ! murmurait-il, elles sont fermées les mille portes du palais, qui se mire dans cette eau limpide.

Les jeunes saules et les roseaux de l’année, pour qui verdiront-ils maintenant ?

Autrefois, dans ce jardin du Sud, on voyait flotter l’étendard du souverain ;

Tout ce que produit la nature s’y parait à l’envi de ses plus belles couleurs.

Là, résidait celle que l’amour du premier des hommes avait faite la première des femmes,

Celle qui prenait place sur le char impérial, aux promenades des beaux jours,

Devant le char, se tenait la gracieuse escorte des jeunes filles armées d’arcs et de flèches,

Montées sur des chevaux blancs qui piaffaient en rongeant leur frein d’or ;

Elles retournaient gaiement la tête, lançaient des flèches jusqu’aux nues,

Et riaient, et poussaient des cris joyeux, quand un oiseau tombait victime de leur adresse.

Où sont maintenant les prunelles brillantes, où sont les dents blanches de la favorite ?

Son âme, souillée de sang, a quitté son beau corps pour n’y plus revenir.

Peut-être les flots silencieux qui coulent vers l’Est ont-ils vu celui qui la pleure ;

Mais, du fond de ces défilés et de ces vallées, qui nous dira ce qu’il est devenu ?

De telles douleurs arrachent des larmes à tout homme dont le cœur n’est pas insensible.

Hélas ! le règne de ces jardins verdoyants et fleuris est-il donc fini pour toujours ?

Chaque soir, s’abattent sur la ville des nuages de poussière soulevés par les cavaliers tartares.

Tel est le trouble de mon esprit que je pensais aller au Sud et j’ai marché vers le Nord.

 

Le PCC améliore la qualité générale des responsables du Parti

 Résultat de recherche d'images pour "cadres du parti communiste chinois"

© Chine Nouvelle (Xinhua) – Wang Zizheng, le 17/09/2017 10:09

Le Parti communiste chinois (PCC) a amélioré la qualité générale des responsables du Parti en sélectionnant les personnes les plus compétentes et en luttant contre la corruption.

Dans certains gouvernements locaux, les responsables étaient choisis ou promus simplement parce qu’ils étaient en poste pendant les périodes de croissance rapide du PIB, ou parce qu’ils travaillaient pour le gouvernement depuis longtemps.

Depuis le 18e Congrès national du PCC en 2012, la croissance du PIB n’est plus le seul critère. La qualité et le développement durable, l’amélioration du niveau de vie et l’harmonie sociale sont maintenant pris en compte.

En juin 2014, la Direction générale du Comité central du PCC a déclaré que davantage d’opportunités d’aller travailler dans les zones pauvres et éloignées doivent être offertes aux jeunes responsables. Ceux qui se distingueront seront promus.

Les secrétaires du Parti et les responsables de la discipline doivent maintenant s’engager à donner des garanties pour assurer l’intégrité des responsables nouvellement promus.

La Commission centrale de contrôle de la discipline a achevé toutes les inspections mandatées par le 18e Comité central du PCC. Au cours des cinq dernières années, les inspections ont balayé les gouvernements locaux, les institutions publiques, les entreprises d’Etat, les institutions financières et les universités.

Le PCC a retiré plus de 40.000 leaders et cadres du Parti des « emplois » à temps partiel dans les entreprises.

Plus de 200 responsables ou directeurs de niveau vice-ministériel ou supérieur ont fait l’objet d’enquêtes depuis le 18e Congrès national du PCC, a indiqué Zhang Hao, professeur de l’école du Parti du Comité du PCC pour la province du Guangdong.

« Ce nombre a triplé par rapport à celui de la période de 2007 à 2012 », a-t-il déclaré.

A part les « tigres », ou responsables corrompus de haut niveau, les « mouches », ou responsables corrompus de l’échelon de base, ont également fait l’objet d’enquêtes.

Un rapport publié en mars par le Parquet populaire suprême de Chine a déclaré que des affaires de corruption incluant plus de 17.000 responsables de niveau de base ont été traités l’année dernière.

Le changement est en cours et il est impossible de faire marche arrière.

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 18, 2017 dans Chine

 

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné le lancement «provocateur» du missile de la RPDC

lu sur le site du Parti communiste de la fédération de Russie ces articles sur la résolution du Conseil de sécurité et un autre sur l’opinion des Russes sur la situation en Corée. La résolution et le commentaire du KPRF doivent être lus attentivement, la condamnation unanime ne doit pas masquer le fait que la Russie et la Chine ont obtenu que la solution diplomatique et les négociations soient préférées et que la réciprocité de non attaque et menace à l’égard de la Corée du nord soit réelles. notez la référence toujours sur le même site au fait que selon un sondage 68% des Russes attribuent la tension en Corée aux Américains. (note et traduction pour histoire et societe)

http://www.rline.tv/news/2017-09-17-sovbez-oon-osudil-provokatsionnyy-pusk-rakety-kndr/

17 septembre 2017 9:00

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné le lancement «provocateur» du missile de la RPDC

Photo: EPA-EFE / ANDREW GOMBERT

Le Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) a condamné le dernier lancement de missiles de la Corée du Nord, en le reconnaissant comme «un acte scandaleux». Ceci est rapporté par Reuters.

« Le Conseil de sécurité souligne qu’il s’agit d’une menace non seulement pour la région, mais pour tous les Etats membres de l’ONU », l’agence cite un extrait de la déclaration.Le diplomate éthiopien Tekeda Alemu, qui préside le Conseil de sécurité, a considéré le dernier lancement de missiles comme « très provocateur ».

« Le Conseil de sécurité a souligné que tous les Etats membres doivent appliquer pleinement et immédiatement toutes les résolutions [avec la RPDC], en particulier la résolution 2375. Le Conseil de sécurité a également insisté sur le besoin urgent de la RPDC de montrer son engagement sincère envers la dénucléarisation par des actions concrètes et a souligné l’importance de travailler à réduire les tensions sur la péninsule coréenne « , at-il déclaré.

En outre, le président a pris note de l’engagement du Conseil en vue d’ une solution diplomatique et une politique pacifique face à la situation privilégiant le dialogue.

Le représentant permanent de la Russie auprès du Conseil de sécurité de l’ONU, Vasily Nebenzia, a déclaré que la Russie envisageait de mettre en œuvre de manière responsable les sanctions contre la RPDC et toutes les résolutions du Conseil de sécurité, mais attend des mesures réciproques en provenance des États-Unis, stipulées dans la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Selon lui, les pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU doivent également mettre en œuvre la partie politique des résolutions sur la RPDC. Nebenzia a ajouté que les pays – membres du Conseil de sécurité de l’ONU et de Corée du Nord devraient arrêter leurs menaces mutuelles.

La Corée du Nord  le 15 septembre a annoncé  le prochain lancement d’un missile balistique qui a survolé l’île japonaise du nord de l’île de Hokkaido vers l’océan Pacifique et a chuté à environ 2 000 km à l’est de Cape Erimo. Selon l’armée sud-coréenne, le lancement a été réalisé dans la région de Pyongyang. Le test de missile a été mené quatre jours après que le Conseil de sécurité de l’ONU ait adopté une résolution qui a décidé de sanctions contre Pyongyang.

15 septembre 2017Sondage: la plupart des Russes considèrent les États-Unis coupables d'escalader le conflit autour de la RPDCSondage: La plupart desRusses croient aux Etats-Unis coupables de l’escalade du conflit sur laCorée du Nord

Sondage: la plupart des Russes considèrent les États-Unis coupables de l’escalade du  conflit autour de la RPDC

15 septembre 2017 19:15

Sondage: la plupart des Russes considèrent les États-Unis coupables d'escalader le conflit autour de la RPDC

Photo: KCNA / via REUTERSATTENTION

Plus de la moitié des Russes (57%) estiment que les États-Unis sont coupables d’aggravation du conflit dans la péninsule coréenne, 12% sont responsables de la RPDC, selon un sondage auprès du Centre de recherche de l’opinion publique de l’ensemble de la Russie (VCIOM).

Selon Valery Fedorov, directeur général de VTsIOM, les efforts de l’Occident pour «diaboliser le régime nord-coréen, prétendument menaçant la paix dans le monde entier, n’ont pas connu le succés espéré en Russie f». « Nos compatriotes estiment que la responsabilité d’une nouvelle vague de tensions incombe  tout d’abord, à l’ Amérique », a commenté Fedorov.Les Russes sont également divisés sur la question de savoir si   le programme nucléaire de la Corée du Nord est contraire aux intérêts nationaux de la Russie  -46% le voient comme un risque,  46% ne le pensent pas.

« L’apparition des armes nucléaires en Corée du Nord, pour une partie des Russes (46%) est considérée comme un facteur de risque pour les intérêts nationaux de notre pays, et  pour l’autre (46%) – non. les Conséquences possibles de l’utilisation des armes nucléaires dans la péninsule coréenne ne sont pas claires pour beaucoup (29% trouvent qu’il est difficile de répondre, 20% disent qu’ils ne savent pas) », –  disent des sociologues dans l’étude. En outre, près d’un sur cinq (18%) des répondants croient que la principale conséquence de l’utilisation des armes nucléaires dans la péninsule coréenne pour  la Fédération de Russie sera la pollution.

La majorité des répondants (70%) croient que la Russie devrait intervenir dans les négociations entre les parties en conflit et un sur cinq (20%) se prononce sur  la nécessité de maintenir la neutralité dans cette situation. Dans un sondage similaire mené en 2013, le premier point de vue a été partagé par 55% des répondants et le deuxième – par 36%.

Plus des trois quarts des Russes (87%) ont entendu parler de la menace d’une attaque nucléaire contre la Corée du Sud et les États-Unis par la RPDC. Répondant à la question sur l’impact hypothétique des États-Unis sur la RPDC, la majorité des répondants (48%) ne pouvaient pas dire quelle réponse appropriée la Russie devrait avoir dans une telle situation. Dans le même temps, 13% des répondants croient que la Russie devrait maintenir sa neutralité et 9% maintenir des discussions.

 
1 commentaire

Publié par le septembre 17, 2017 dans Asie, Chine, Etats-Unis, GUERRE et PAIX, Russie

 

La Chine ne se fait pas d’illusion sur la responsabilité des Etats-Unis dans les risques de guerre

 Résultat de recherche d'images pour "armée populaire de Chine"

© Chine Nouvelle (Xinhua) – Chen Binjie, le 29/08/2017 15:43

La Chine n’apprécie pas que la Corée du nord joue sa propre stratégie par rapport aux Etats-Unis, mais il est clair qu’elle ne se fait aucune illusion, ni elle, ni sa population sa jeunesse sur la nature véritable de l’agression et qui aujourd’hui menace réellement. Simplement, les Chinois ne souhaitent pas être entraînés dans un conflit avant le temps. Ils considèrent qu’ils ont besoin d’une vingtaine d’années de paix pour dépasser cette zone dangereuse où l’hégémonie américaine est prête à anticiper y compris sur un conflit nucléaire. Au titre de cette préparation, on peut noter que la Chine transforme son armée, comme elle transforme son économie, allant vers un développement scientifique et technique et moins d’effectifs, plus axé sur des formations élevées. Visiblement les jeunes universitaires chinois répondent à l’appel. D’ailleurs si les Etats-Unis n’ont pas attaqué la Corée du nord c’est aussi qu’ils sont en train d’hésiter à l’idée d’un conflit avec la Chine, étant bien entendu que pour un certain nombre de faucons, il vaut mieux le faire maintenant sans attendre le développement chinois  (note de Danielle Bleitrach).

 

 La Chine demande à la RC (République de Corée du sud) et aux Etats-Unis d’arrêter le déploiement du THAAD

La Chine a demandé mardi aux Etats-Unis et à la République de Corée (RC) de respecter les intérêts sécuritaires et les inquiétudes de la Chine et d’autres pays régionaux, et d’arrêter le déploiement du système antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense).

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying a fait ces remarques en réponse à une question concernant des manifestants de la RC qui ont demandé l’arrêt du THAAD avant une réunion entre les chefs de la Défense de la RC et des Etats-Unis le 30 août.

Le déploiement du THAAD ne résoudra pas les inquiétudes sécuritaires des pays impliqués, a indiqué la porte-parole lors d’une conférence de presse régulière.

« Au contraire, il perturbera l’équilibre stratégique régional, nuira aux intérêts sécuritaires des pays régionaux dont la Chine, et intensifiera les tensions dans la péninsule coréenne », a-t-elle expliqué.

La Chine a demandé à la RC et aux Etats-Unis de cesser le déploiement du THAAD et de retirer les équipements concernés, a indiqué la porte-parole.

Le ministre de la Défense de la RC, Song Young-moo, effectuera une visite à Washington ce mois-ci pour s’entretenir avec son homologue américain James Mattis le 30 août.

Un groupe d’activistes anti-THAAD et de résidents vivant près du site de déploiement se sont rassemblés lundi à l’extérieur de l’ambassade des Etats-Unis à Séoul, organisant une conférence de presse pour demander le retrait du système antimissile américain du territoire de la RC et appeler les Etats-Unis à cesser de faire pression sur la RC pour déployer ce système.

Autre nouvelle : 

 Chine Nouvelle (Xinhua) – Hao Wangle, le 30/08/2017 15:14
Un total de 1,08 million d’étudiants universitaires chinois se sont inscrits pour entrer dans l’armée selon le bilan établi fin août, soit une hausse annuelle de 5,58%, a annoncé mercredi un responsable de l’éducation.

Le chiffre révèle que plus d’étudiants universitaires veulent se dévouer à la défense nationale et servir le pays, a indiqué Xu Mei, porte-parole du ministère de l’Education.

Le ministère apportera son aide lors des examens physiques et politiques pour recruter plus de soldats provenant d’universités, a-t-elle noté.

En juillet dernier, l’armée chinoise a demandé d’augmenter la proportion des recrues parmi les étudiants universitaires.