RSS

Archives de Catégorie: SYNDICATS et LUTTES SOCIALES

Qui est Luis Arce, le candidat du MAS à la présidence de la Bolivie?

Si on peut avoir quelques doutes sur la manière dont l’extrême-droite auteur du coup d’Etat et ses maîtres étatsuniens vont laisser s’accomplir le processus démocratique.  Evo Morales, le Mas, ses dirigeants qui demeurent le principal parti du pays jouent la carte de l’apaisement et des institutions légales, choisissent des gens connus pour leur compétence. C’est une stratégie, on va voir jusqu’où les auteurs du coup d’Etat et leurs complices y compris en France, en occident iront dans leur défense de l’illégalité, de l’extrême-droite raciste et criminelle. Cela dit cet économiste a aussi une théorie du « ruissellement » mais celle-ci part des nationalisations des secteurs clés et leur bénéfices redistribués pour lutter contre la pauvreté.   (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Luis Arce a 56 ans et est originaire de La Paz. Il a demandé l'asile au Mexique après le coup d'État en Bolivie.

Luis Arce a 56 ans et est originaire de La Paz. Il a demandé l’asile au Mexique après le coup d’État en Bolivie. | Photo: EFE

Publié le 20 janvier 2020 (il y a 5 heures 12 minutes)

Luis Arce était ministre de l’Économie sous le gouvernement d’Evo Morales et a été l’une des références du renommé « miracle économique bolivien ».

Après un coup d’État et un climat politique instable en Bolivie, le parti du Mouvement pour le socialisme ( MAS ) a choisi les candidats aux élections du 3 mai: Luis Arce à la présidence et David Choquehuanca à la vice-présidence, tous deux figures de poids dans le gouvernement d’Evo Morales.

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Luego de dos jornadas de intenso debate con dirigentes del MAS-IPSP y del Pacto de Unidad, fue elegida la fórmula de unidad con la que ganaremos las elecciones el próximo 3 de mayo: Presidente: Luis Arce Catacora, y Vicepresidente; David Choquehuanca. ¡Hasta la victoria siempre!

Ver imagen en Twitter

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Nuestra dupla: Luis Arce y David Choquehuanca es una combinación del conocimiento científico y el conocimiento originario milenario, la unidad del campo y de la ciudad, del cuerpo y del alma.
Tenemos un proyecto político de liberación que ha demostrado que otra Bolivia es posible

Ver imagen en Twitter
Luis Arce Catacora a été ministre de l’Économie à différentes périodes du gouvernement d’ Evo Morales , i a seulement quitté  son poste en 2017 pour subir une opération pour un cancer du rein. Arce est l’une des figures emblématiques du modèle économique qui a connu une croissance annuelle du PIB supérieure à 4% en Bolivie.

Le candidat au MAS est né à La Paz, a 56 ans et a une longue histoire économique à la Banque centrale de Bolivie, où il a travaillé avant d’être ministre d’Evo. Il a également un profil de professeur dans différentes universités publiques et privées du pays.

Evo Morales a déclaré qu’avec Arce « l’économie nationale est garantie », en fait, il a été à plusieurs reprises reconnu comme l’un des 10 meilleurs ministres de l’économie d’Amérique latine.

Après le coup d’État, Arce a demandé l’asile politique au Mexique.

Dans une interview pour le programme TeleSUR Word Crossing, Arce a déclaré qu’en 1985, il a vécu les politiques néolibérales en Bolivie et a été témoin du démantèlement du syndicalisme et des forces populaires.

« Dans le cas de la Bolivie, la droite a accusé la gauche de mauvaise administration économique, mais j’ai commencé à enquêter sur ceux qui dirigeaient les entreprises publiques qui ont été ensuite privatisé et qui étaient eux-mêmes (la droite) », a-t-il déclaré à propos de ses adversaires politiques

Concernant le modèle économique créé en Bolivie sous le gouvernement d’Evo Morales, il a expliqué que le pilier était la génération de richesse. « Vous ne pouvez pas distribuer la pauvreté, mais vous devez générer plus de richesse. C’est la différence de notre modèle, générer de la richesse à distribuer. »

Dans ce contexte, il rappelle que dans le pays qui a vécu le gouvernement d’Evo Morales, la richesse est concentrée entre quelques mains et la pauvreté est généralisée. Le projet révolutionnaire a nationalisé la gestion du gaz et des hydrocarbures pour redistribuer ces richesses.

Concernant le coup d’État en Bolivie, Arce estime que l’économie n’était pas suffisante pour garantir le processus de la révolution, car il existe des facteurs subjectifs: « Les forces armées et la police étaient très sensibles à l’argent; elles voulaient de l’argent avant de bien faire les choses. pour les gens ».

Mais aussi dans l’économie, certaines impulsions aux coup d’État sont encore cachées, comme la question du lithium, le métal dont la Bolivie est la première réserve mondiale avec 70%.

 

On voit très bien où ils veulent en venir.

Le journal   » L’Opinon  » se fend aujourd’hui d’un article intitulé « Des méthodes totalitaires « 

D’après Wikipedia

L’Opinion est un quotidien français lancé en mai 2013 par Nicolas Beytout, ancien président des Échos et ancien directeur des rédactions du Figaro. Le journal suit une ligne libérale, favorable à l’entreprise et europhile3,4. Il est édité en version imprimée et en version numérique1.

L’actionnariat est gardé secret, mais le journal serait contrôlé par son fondateur Nicolas Beytout (24,4 %), associé à Bernard Arnault (22,8 %), la famille Bettencourt (17,1 %) et Dow Jones and Company, maison mère du Wall Street Journal (7,6 %), et les 28,1 % restants seraient détenus par des plus petits actionnaires.

Tous les ingrédients colportés dans la plupart des médias système y sont présents :

  • le mouvement a perdu la bataille
  • du coup il quitte le terrain revendicatif et une minorité s’engage dans une pure action politique et la violence
  • les syndicalistes qui luttent contre la réforme empruntent la voie des gilets jaunes
  • il est insidieusement suggéré que l’incendie du restaurant La Retonde a quelque chose à voir avec le fait qu’il était fréquenté par MACRON.
  • enfin le qualificatif de RADICALISATION attribué ordinairement à ceux qui dérivent vers le terrorisme islamiste est à présent accolé aux militants et aux organisations qui poursuivent la lutte contre la réforme des retraites.

Et cette trame on la retrouve dans nombre d’articles ou d’interventions sur les plateaux de télé comme hier où les duettistes de la soit-disant confrontation entre Cohn-Bendit et l’ancien ministre Luc Ferry entonnent  la même ritournelle à propos de l’incendie de La Retonde.

image.gifReprise également sur France Inter ce matin par Thomas LEGRAND dans son éditoriél.

Ce type de suggestion s’apparentant, avant toute espèce d’enquête, à ce que d’ordinaire ils appellent le « complotisme » qu’ils attribuent de préférence à leurs adversaires.

De fait ce récit du mouvement est MENSONGER :

Comment parler de défaite quand l’affrontement est loin d’être clos et que pour y faire face, tenter de le diviser le pouvoir macronien a dû profondément modifier le projet initial en rétablissant près de 10 régimes spéciaux qu’ils prétendait supprimer ?

Comment parler de victoire du pouvoir quand le ministre de l’éducation la PDG de Radio France nommée par Macron doivent battre en retraite à l’occasion des voeux aux personnels, quand le président lui-même doit quitter un théâtre sous haute protection policière rameutée en urgence, quand la fronde monte contre la réforme du Bac et du lycée, quand l’Opéra affiche son opposition et se produit publiquement et gratuitement devant une foule, quand les avocats jettent leurs robes à la tête de la ministre de la justice, quand les personnels de l’hôpital en lutte depuis des mois jettent à terre leurs blouses blanches, quand les ports sont bloqués …?

De fait au-delà de la question des retraites c’est tout un pays qui se dresse contre les décisions politiques du macronisme, résistance de masse  que ce dernier croit pouvoir dissimuler sous des accusations outrancières et mensongères et qu’il doit recourir aux violences policières qu’il ne peut plus nier pour tenter de faire peur et de passer en force.

Comment donc continuer à parler d’un mouvement devenu minoritaire?

Comment attribuer la violence à ceux qui résistent à une politique de destruction systématique de toutes les garanties et conquis sociaux et travestir des actions spectaculaires en actions violentes?

L’opération actuelle relayée abondamment par les chiens de garde a donc pour objectif de masquer l’isolement et la fragilité du pouvoir, tout en préparant les conditions d’une répression élargie et aggravée.

En vue d’isoler, de faire refluer et de faire taire une résistance populaire certes encore dispersée, centrée cependant sur le REJET de la cotre-réforme des retraites MAIS qui dans l’action cherche les voies de l’unité contre l’oligarchie, sa politique et sa domination au service exclusif des riches et des puissants.

Nul doute que la semaine qui vient et les manifestations

du VENDREDI 24 JANVIER

vont constituer une première réplique cinglante à cette entreprise d’enfumage, de contre-vérités et d’accusations mensongères!

______________________

image.gif

image.gifLa grève dans les transports vit ses derniers soubresauts. Les opposants à la réforme des retraites ont perdu, même s’ils ont poussé le gouvernement à ouvrir les vannes de la dépense et à multiplier les exceptions. Moins ces opposants restent nombreux et plus leur échec est patent, plus leurs actions s’éloignent de la revendication sociale pour aller vers la contestation politique teintée de violence. Un quarteron de syndicalistes en roue libre et d’activistes d’extrême gauche ravive la facette la plus exécrable des Gilets jaunes.

Il y a d’abord eu les blocages de dépôts de bus et les injures (homophobes, tant qu’à faire…) contre les machinistes reprenant le service. Il y a ensuite eu le harcèlement d’une conductrice de métro entamant son service. Il y a encore eu l’envahissement du siège de la CFDT, avec bousculades et insultes (« Berger traître », « syndicalistes pourris »…). Ce week-end sont venus l’attroupement organisé autour du chef de l’Etat lors d’une sortie privée au théâtre, puis l’appel à le « décapiter » tel Louis XVI, relayé notamment par l’ancienne porte-parole de La France insoumise Raquel Garrido. Et peut-être l’incendie criminel de La Rotonde, restaurant où Emmanuel Macron a ses habitudes.

Il est possible de s’interroger sur l’essoufflement de la démocratie représentative ou sur le rôle des réseaux sociaux, utile de débattre des erreurs du Président ou de sa condescendance réelle ou supposée, nécessaire de dénoncer les bavures de certains policiers. Mais en démocratie, le seul moyen légitime d’influencer la décision politique est le vote. Intimidations, menaces, agressions verbales et physiques sont des méthodes totalitaires par lesquelles quelques centaines, parfois quelques dizaines d’individus prétendent imposer leur loi à tous les autres. Rien ne permet de les cautionner.

marquer comme non lu
 

Le Conseil supérieur de la fonction militaire critique la réforme des retraites

Non seulement l’armée avait été comme la police et d’autres exclus de ce merveilleux et si égalitaire régime que l’on veut nous vendre, mais ce qui leur est proposé ne les satisfait pas… on se demande qui en dehors des sociétés d’assurance et des fonds de pension est satisfait de cette « réforme »? (note de danielle Bleitrach)

 

Morning star : il n’y a pas de contradiction entre patriotisme et socialisme

  • Nous devons articuler le patriotisme socialiste un véritable amour de notre pays et de son peuple – en opposition au militarisme et à l’impérialisme, écrit MATT WIDDOWSON. C’est une question qui monte de partout et qui est battue actuellement en brèche, quitte à en faire les frais comme on l’a vu récemment à propos du brexit, par une certaine gauche qu’il s’agisse des lubies trotskistes ou de la social démocratie pro-UE. Le Morning star, le journal des communistes britanniques dit une tout autre position qui concerne un autre pays colonialiste comme la France et qui comme nous l’avons vu à propos de la Chine tente d’élaborer partout à partir justement de la décolonisation et de la classe ouvrière un destin commun pour l’humanité (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Les médias sociaux étaient inondés d’un mélange de dédain libéral (principalement de ceux qui ont des drapeaux de l’UE dans leurs tiroirs Twitter – apparemment, tous les drapeaux ne sont pas mauvais) et des plaintes ultra-gauchistes typiques sur le «socialisme dans un seul pays».

La vérité est que le patriotisme peut être compatible avec le socialisme et l’internationalisme – en fait, à l’ère actuelle des États-nations, il est nécessaire de parvenir au socialisme. Rejeter complètement toute forme de patriotisme, c’est rejeter toute l’histoire de la libération nationale qui a lutté (et, dans certains cas, lutte toujours) pour renverser la domination coloniale par des puissances impérialistes telles que la Grande-Bretagne.

Le rejet pur et simple du patriotisme découle également d’un manque d’analyse de classe qui ne parvient pas à discerner la différence entre le nationalisme de la classe dirigeante et l’histoire et les aspirations cachées de la classe ouvrière.

Peut-être que certains des critiques de Long Bailey sur les médias sociaux rejettent le patriotisme en raison d’un engagement à la place du «socialisme international». Autant l’idéal du socialisme mondial est souhaitable et une nécessité éventuelle, autant nous vivons toujours à une époque où l’État-nation reste le seul véhicule réaliste des premiers pas vers le socialisme: il n’existe aucune autre communauté politique existante capable d’apporter la transformation nécessaire à l’instauration du socialisme; il n’y a pas de meilleur moyen de défendre le socialisme.

Et, alors que certains peuvent se tourner vers des forums internationaux tels que l’ONU pour réformer ou défendre certains droits, le fait est que la lutte spécifique pour le socialisme et la démocratie ne se déroule que dans le cadre de l’État – elle reste le «seul jeu réel».

Peut-être existe-t-il également une crainte parmi les opposants au «patriotisme progressiste» de céder du terrain au nationalisme réactionnaire (en particulier l’ethno-nationalisme de l’extrême droite). Cela est peut-être compréhensible car il y a eu un changement notable et troublant vers la droite dure dans le monde. Mais encore une fois, cela marque la différence entre le nationalisme «officiel» promu par la classe dirigeante et le potentiel d’un patriotisme socialiste basé sur la souveraineté populaire et la solidarité internationale.

C’est peut-être parce que nous connaissons tous de l’intérieur les nationalismes officiels de la classe dirigeante. C’est soit le nationalisme de droite – les histoires de grands Britanniques, les grandes batailles et les «réalisations» de l’Empire; ou le nationalisme de style «Cool Britannia» plus doux, libéral – plus favorable aux affaires – cultivé pendant la période du New Labour.

Ces deux nationalismes s’appuient sur la nostalgie d’un soi-disant âge d’or – que ce soit une version fantasmée des années 1950 (pensez Heartbeat) ou un simulacre de Carnaby Street des années 60 (pensez à Austin Powers). Ces deux nationalismes ont tendance à ignorer les horreurs de l’Empire – avec la version de droite célébrant le passé impérial de la Grande-Bretagne et la version «Cool Britannia» tentant de désinfecter les symboles de l’Empire – une Spice Girl portant une minijupe en tablier de boucher.

Le sentiment nationaliste repose sur des histoires et des symboles et, une vision progressiste doit s’appuyer sur le contre-récit des peuples à l’histoire officielle de la Grande-Bretagne. C’est l’histoire radicale de la Grande-Bretagne. C’est l’histoire des niveleurs, des martyrs de Tolpuddle, des suffragettes, de Red Clydeside, des camps de Greenham Common et des grèves des mineurs.

Il s’agit d’une histoire nationale propre, alors que les luttes des groupes minoritaires s’entremêlent et deviennent une partie importante de l’histoire de la Grande-Bretagne radicale – le boycott du bus de Bristol; la grève des machines à écrire impériales; la bataille de Cable Street. C’est aussi une histoire internationaliste qui comprend une pléthore de mouvements de solidarité et une forte tradition d’activisme pour la paix.

Avec un gouvernement de gauche au pouvoir, un patriotisme alternatif devrait s’appuyer sur ce passé radical pour regarder vers l’avenir: quelle sorte de société devrions-nous construire? Comment devons-nous tendre vers un monde plus pacifique et plus coopératif?

Le patriotisme devient alors un engagement dans un projet national; un patriotisme inclusif car il ne dépendrait pas de l’ethnicité ou du pays de naissance, mais de l’engagement envers l’objectif collectif. Qu’est-ce que le NHS, sinon un projet national collectif impliquant des gens du monde entier qui ont été galvanisés par un engagement envers ses principes fondateurs?

Pour que la gauche réussisse, nous devons commencer à parler de concepts tels que le patriotisme et le nationalisme sans simplement réaffirmer un dogme inflexible ou recourir à l’hystérie. Dans un monde où l’État-nation demeure une réalité et la seule voie réaliste vers le socialisme, la gauche britannique doit articuler son propre patriotisme socialiste en contraste avec le chauvinisme, le conservatisme et le militarisme qui caractérisent le nationalisme de droite.

 

l’opération bonneteau Laurent Berger- Emmanuel Macron

On y reviendra, la question de l’âge pivot n’est pas l’essentiel dans la contre-réforme macronienne qui prévoit la diminution généralisée des pensions, le contrôle étatique des dépenses et l’ouverture en grand aux géants des fonds de pension.

Mais comme dans le bonneteau sur les marchés elle est fondée sur le détournement de l’attention  du public afin de l’escroquer avec en appui des acteurs complices chargés de l’appâter.

image.gif

_____________________________________________________

Le bonneteau est un jeu d’argent, un jeu de dupes de l’ordre de l’escroquerie, proposé à la sauvette sur les marchés et dans les lieux publics.

_____________________________________________________

Premier temps, premier  escamotage :

Alors que le programme présidentiel de MACRON écarte explicitement tout recours à l’allongement de l’âge de départ, le rapport DELEVOYE comme la conférence d’E. PHILIPPE du 11 décembre dernier y fait référence comportant donc une décote, un malus pour ceux qui partiraient avant 64 ans, avant l’âge légal de départ.

Et alors que la CFDT en complicité avec le MEDEF a mis en place un âge pivot en 2015 pour la gestion des régimes complémentaires AGIRC-ARRCO, ne voilà-t-il pas que Laurent BERGER se répand sur les ondes largement relayé par les médias pour montrer sa « colère » et faire dudit âge pivot une  » ligne rouge« .

Ligne rouge qui si elle était maintenue on allait voir ce qu’on allait voir et la CFDT se mobiliser ENFIN puisque totalement absente du mouvement en cours!

Sous-entendu : tant que le pouvoir n’abandonne pas cet objectif, tout COMPROMIS avec la CFDT et ses alliés n’est pas possible et aucune sortie de crise ne peut être envisagée.

Second temps double escamotage :

Après l’échec patent de la tentative de trêve des fêtes de fin d’année et du côté du pouvoir l’espoir d’un épuisement du mouvement le second acte de l’opération d’enfumage vient de se produire.

Dans une lettre aux organisations E. PHILIPPE annonce entre autre l’abandon de l’âge pivot.

Et la CFDT et Laurent BERGER de crier à la victoire, justifiant ainsi leur ralliement officiel et public cette fois à la contre-réforme après avoir fait mine de s’y opposer au moins partiellement.

Là l’escamotage est double :

  • car d’une part le pouvoir n’a retiré qu’en apparence toute référence à l’âge pivot puisque manipulation sémantique c’est l’âge d’équilibre qui serait explicitement rétabli dans la future loi, comme le stipule le point 4 de la lettre adressée hier par PHILIPPE aux organisations :

image.gif
  • d’autre part la conférence de financement proposée par la CFDT est complètement verrouillée puisque par avance ne pouvant toucher aux cotisations sociales (ligne rouge du MEDEF) contrainte à la recherche d’un équilibre fixé dors et déjà à combler un soit-disant « trou » de 12 milliards.

Le pouvoir anticipant comme pour l’indemnisation du chômage qu’en cas de désaccord prévisible et prévu (il suffit pour cela d’activer le veto du MEDEF) de reprendre la main sur les discussions « paritaires » comme l’atteste le point 7 de la lettre d’Edouard PHILIPPE :

image.gif

L’annonce des décisions par ORDONNANCES ne laissant pas le moindre doute sur les intentions du pouvoir macronien de revenir effectivement à l’âge pivot et de passer en force.

La manipulation est donc bien visible et démontrable, et les médias ont beau s’évertuer à parler d’un tournant dans le mouvement, d’une possible sortie de crise, dans l’espoir d’isoler ceux qui résistent, de dresser l’opinion contre eux l’exigence du

R E T R A I T

est plus que jamais d’actualité

D’autant qu’âge pivot maintenu ou pas l’injustice et les finalités néfastes de la contre-réforme demeurent !

D’autant que la soit-disant universalité proclamée pour tromper l’opinion a déjà volé en éclat sous la poussée du mouvement social rétablissant déjà au moins 9 régimes spéciaux rebaptisés hypocritement et lamentablement « régimes spécifiques » pour masquer à la fois la reculade et l’incohérence de ce qui se mettrait en place si la contre-réforme s’appliquait!

Parions donc sur l’intelligence collective de notre peuple qui va balayer l’enfumage grossier de ce pouvoir et de ses complices !

 
1 commentaire

Publié par le janvier 12, 2020 dans SYNDICATS et LUTTES SOCIALES

 

Voilà quelqu’un qui va à l’essentiel… c’est rare..

Malgré ou à cause de puissantes manifs en France, le gouvernement avait organisé avec la CFDT et l’UNSA qui de toute façon n’est jamais rentré dans le mouvement une opération, « un jeu de rôle », dont il a l’habitude et que démonte ici le secrétaire de la CGT SNCF. Voici d’ailleurs comment  les syndiqués de base de l’UNSA ont immédiatement réagi…

Nenhuma descrição de foto disponível.
 
 

Violences policières : France 2 et BFMTV, zélées auxiliaires de la préfecture

Violences policières : France 2 et BFMTV, zélées auxiliaires de la préfecture

Qu’elles s’exercent contre les manifestants opposés à la réforme des retraites ou contre un coursier mort à la suite d’un contrôle routier, les violences policières sont légitimées ou édulcorées par le JT de France 2 et par BFMTV. Étonnamment, dans l’affaire du décès de Cédric Chouviat, c’est TF1 qui présente la version la plus équilibrée.

« On revient sur la mobilisation hier contre la réforme des retraites et sur les incidents assez sérieux en fin de cortège à Paris, propose la présentatrice de BFMTV vendredi matin. Seize blessés parmi les forces de l’ordre, vingt du côté des manifestants. » Presque un match nul. « C’est la première fois depuis le début du mouvement que la question de la violence s’invite comme ça dans le débat. » Elle « s’invite » toute seule, vraiment ? Quant à la « première fois », on voit que le présentateur de BFMTV n’était pas dans le cortège du 5 décembre dernier, resté bloqué près de trois heures boulevard Magenta pendant que les forces de l’ordre nassaient la place de la République et l’inondaient de gaz, au point que l’impressionnant nuage de lacrymogènes atteignait deux fois la taille des immeubles.

 

« LFI demande la démission du préfet de police de Paris, Didier Lallement », rapporte le présentateur. « Ils veulent briser le mouvement social par le pourrissement et par la force, s’indigne le député Alexis Corbière. On n’a pas le droit d’utiliser des fonctionnaires de police pour frapper sur d’autres fonctionnaires. » Ni pour frapper sur quelque manifestant pacifique que ce soit, qu’il soit fonctionnaire ou pas.

La présentatrice fait appel à un témoin de première main. « Raphaël Maillochon, vous étiez hier au cœur du dispositif mobile du maintien de l’ordre. » C’est-à-dire embedded avec les policiers, comme à l’accoutumée. « Est-ce que vous avez constaté une violence supérieure de la part des manifestants et une réponse différente des forces de l’ordre ? » « Il n’y a pas eu de changement de doctrine de maintien de l’ordre… » D’où la survenue des habituelles violences. « … Ce qui a pu créer de la violence de la part des manifestants et de la violence légitime de la part des forces de l’ordre puisqu’elle est encadrée légalement. » Légitimes, les coups de matraque et le coup de pied (filmés par Marcel Aiphan) infligées à une paisible manifestante qui cherchait à ramasser son téléphone et qui a fini à l’hôpital ? Pour les dévoués propagandistes de BFMTV, toute violence policière est donc « légitime ».

Selon Raphaël Maillochon, la survenue de violences est due à la configuration du parcours de la manif. Au lieu de larges avenues et de vastes places, « hier, nous sommes passés dans des petites rues ». Pour le reporter, la rue de Chateaudun est une « petite rue », la place Saint-Augustin une mini-placette. « … Avec des policiers de la BRAV que j’ai suivis et qui étaient de chaque côté du trottoir avec les manifestants au milieu. » Le meilleur moyen de créer un climat serein et apaisé, l’extrême violence de ces unités de la Brigade de répression des actions violentes (récente résurrection des « voltigeurs ») ayant été maintes fois documentée, notamment par une enquête de Libération revenant sur leurs méfaits le 5 décembre dernier.

 

« A chaque fois qu’un black bloc se constituait, poursuit le reporter, il y avait obligatoirement une charge des policiers. Je le rappelle, les charges ne se font pas forcément après des sommations de la part des commissaires. S’ils sont témoins d’actions violentes, ils peuvent intervenir directement, c’est légalement écrit dans le code de la sécurité intérieure. » Selon BFMTV, ils peuvent donc « légalement » rouer de coups un homme qui se couche sur une amie infirmière pour la protéger de la violence des policiers, comme sur cette vidéo de Brice Ivanovic.

« J’ai pu voir des actions des forces de l’ordre qui peuvent paraître beaucoup plus violentes à l’image. » C’est juste une question d’image, dans la réalité, leurs actions étaient très câlines. « Mais ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a un contexte. Hier, j’ai vu énormément de pavés voler dans le ciel parisien, atterrir sur les forces de l’ordre. Dans la compagnie que j’ai suivie, il y a eu seize blessés, des personnes qui se sont pris des pavés. » Mais alors, pourquoi ce tir de LBD à bout portant (filmé par Laurent Bigot et Hugo Murail) alors que les policiers ne subissent aucune agression, aucun jet de pavé ? Deux solutions : soit Raphaël Maillochon ment délibérément, soit son regard est altéré par son choix de se placer du côté policier, sans contrepoint. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de journalisme mais de propagande.

« A chaque fois, ils allaient au contact des manifestants avec leurs matraques », insiste le reporter avant de conclure : « Ce sont les ordres données par l’état-major à la direction de l’ordre publique et de la circulation et le préfet de police. » Des ordres forcément légitimes, qu’il serait criminel de remettre en cause. Au passage, merci et bravo aux reporters indépendants (et à leur collectif Reporters en colère) qui mettent leur sécurité en danger pour documenter ce que BFMTV ne montre jamais. Ce 9 janvier, certains ont eux-mêmes subi les violences policières (comme sur cette vidéo de Marcel Aiphan) et deux ont fini au poste, dont le célèbre Remy Buisine, de Brut… Hier soir, Laurent Bigot écrivait : « Je suis sur le mouvement des Gilets jaunes depuis un an, j’en ai vu, filmé et subi des violences policières mais là ça dépassait l’entendement. Arrivé place Saint-Augustin, je me suis assis et j’ai pleuré. C’est au-delà de la colère. »

Pendant ce temps, comme à son habitude, BFMTV joue donc son rôle d’auxiliaire de police. Sans parler de la jubilation de Dominique Rizet et consorts à commenter la violente répression du mouvement des Gilets jaunes, un exemple récent est venu rappeler son goût pour le journalisme de préfecture. Dimanche dernier, on apprenait la mort de Cédric Chouviat, coursier à scooter décédé après un contrôle routier le vendredi précédent à Paris. BFMTV publie alors sur son site un article qui reprend en tous points la version policière, sans jamais la remettre en cause ni même employer le conditionnel.

 

On y apprend dès le « chapô » que « l’homme avait été interpellé alors qu’il téléphonait au volant (sic) de son scooter ». L’information est répétée dès la première phrase de l’article, « les forces de l’ordre arrêtent un homme qui téléphonait alors qu’il conduisait son scooter ». La phrase suivante indique que l’article est bâti à partir de « sources policières ». Selon lesquelles toute la faute repose sur Cédric, « irrespectueux et violent ». Après quoi, sans aucun lien de cause à effet, « les forces de l’ordre remarquent que le visage du pilote du scooter est bleu ». Sans doute un schtroumpf déguisé en livreur.

Mardi matin, les avocats de la victime (Arié Alimi et William Bourdon) et sa famille tiennent une conférence de presse dans les locaux de la Ligue des droits de l’Homme. Grâce à un appel à témoins, ils présentent des témoignages et des vidéos accablants pour les policiers. Cédric Chouviat n’a nullement été « violent », comme le prétend BFMTV. C’est parce qu’il filme les policiers que ces derniers deviennent, eux, particulièrement violents. Ils le projettent au sol au moyen d’une clé d’étranglement puis effectuent un placage ventral en se mettant à quatre sur son dos, sans lui avoir retiré son casque. L’interpellé s’agite désespérément jusqu’à s’immobiliser totalement, inconscient.

 

Les témoignages bouleversants de dignité et de courage du père, de l’épouse et d’une fille de la victime (voir ici l’intégralité de la conférence de presse captée par David Dufresne) attestent que Cédric ne pouvait avoir son téléphone à l’oreille en conduisant. En tant que coursier professionnel, il est équipé d’un casque « à 600 euros » muni d’un micro et d’un écouteur, un système qui décroche automatiquement le téléphone placé sur son torse. D’ailleurs, la première version qui leur est donnée quand ils viennent se renseigner au commissariat du 7e arrondissement est celle d’une interpellation pour une plaque minéralogique poussiéreuse, illisible… Pour ajouter à leur angoisse, les policiers ne leur disent qu’au bout d’environ six heures, sous la pression de son épouse, que Cédric est hospitalisé. Entretemps, ils ont appelé les urgences de tous les hôpitaux… en vain, puisque que Cédric était en réanimation.

 

L’article de BFMTV paru le dimanche est donc totalement mensonger. Les « sources policières » n’ont jamais été vérifiées, alors même que la chaîne diffuse en ce moment un spot d’autopromotion dans lequel elle s’enorgueillit de « vérifier l’information ». Comme d’habitude, BFMTV fait le contraire de ce qu’elle prétend et bafoue l’éthique journalistique. Le mardi, heureusement, la chaîne relaie honnêtement les déclarations des avocats et de la famille puis les résultats de l’autopsie tombés dans l’après-midi, et fait témoigner le père et l’épouse de Cédric. Mais le fallacieux article initial, malgré mon signalement, reste en ligne jusqu’à ce jour (10 janvier). Une véritable insulte à la mémoire de la victime et à la douleur de la famille.

 

Le sommet de l’ignominie — et le journalisme de préfecture le plus zélé — est atteint par le 20 heures de France 2 le mardi soir. Anne-Sophie Lapix annonce en titre : « Interpellé parce qu’il téléphonait en conduisant son scooter, un homme de 42 ans est mort dimanche à Paris. » La version policière reste de mise malgré les éléments contradictoires. Et la présentatrice de rappeler en développant : « Il avait été interpellé alors qu’il téléphonait en conduisant… » Je vais finir par croire que l’utilisation d’un téléphone pendant que l’on conduit est passible de la peine de mort. Par contraste, le sujet de TF1 est un modèle d’équilibre et de prudence. « Les raisons de son arrestation sont floues », indique le reporter.

« Sa famille dénonce une bavure, l’autopsie révèle qu’il a succombé à une asphyxie avec fracture du larynx », précise Anne-Sophie Lapix. La prétendue « enquête » des journalistes de France 2 ne fait qu’accroître le malaise suscité par la version de la présentatrice. « Les gestes pratiquées par ces policiers pour interpeller ce livreur plaqué au sol ont-ils provoqué sa mort ? » Ou bien Cédric a-t-il avalé une arête de travers ? « Selon le procureur de la République, les premiers résultats de l’autopsie établissent une “manifestation asphyxique avec une fracture du larynx”. »

 

Et la journaliste d’ajouter une phrase retranscrite en grand format à l’écran : « L’homme avait aussi “un état antérieur cardio-vasculaire”. » Une précision douteuse, insinuant que Cédric Chouviat a succombé à une prévisible crise cardiaque, comme si la fracture du larynx et l’étouffement n’étaient que des circonstances annexes. La famille de la victime a pourtant bien témoigné que, si Cédric faisait un peu d’hypertension, un récent examen cardiaque pratiqué pour l’autoriser à la pratique sportive ne révélait aucun souci.

De son côté, TF1 s’abstient de mentionner cette fausse piste et, au contraire, relaie un extrait du plaidoyer d’Arié Alimi dans lequel l’avocat explique les dangers de la technique du placage ventral, déjà cause de plusieurs décès en France et interdite dans de nombreux pays. Puis le reporter interroge un médecin urgentiste, Gérald Kierzec, qui précise : « Une fracture du larynx, c’est traumatique, c’est pas spontané. On n’a pas de fracture du larynx comme ça. C’est un choc violent [le placage ventral avec le casque, ndr] ou une strangulation [la clé d’étranglement, ndr] qui peuvent provoquer cette fracture, mais de manière relativement violente. » La piste de la cacahuète avalée de travers est donc démentie par TF1.

 

« Sur ces images filmées par un passant, poursuit la journaliste de France 2, l’échange entre ce livreur et ce policier semble virulent. » Ces images sont tellement floutées qu’on ne distingue pas qui est qui. Alors que celles de TF1, éclairées par le commentaire qui désigne la position de Cédric sont plus lisibles et prouvent que le coursier n’est pas « virulent ». « Selon la police, l’homme téléphonait en conduisant, insiste France 2, il était agressif et refusait d’être interpellé. » Toujours la même version, répétée pour la troisième fois, mais enfin sourcée.

 

Puis le seul extrait de la conférence de presse du matin choisi par France 2 renforce son parti-pris en faveur de la version policière. On y entend Doria Chouviat, l’épouse de Cédric : « Je réfute pas l’hypothèse qu’il ait pu être insultant, je le dis honnêtement. Est-ce que pour autant il mérite ce qui lui est arrivé ? » Voilà donc la cause du drame… Un homme « insultant ». France 2 passe totalement sous silence les autres parties des témoignages de son épouse et de son père (lequel était aussi son employeur en tant que patron d’une société de transports). Selon eux, les contrôles routiers étaient le lot quotidien de Cédric, puisqu’il était coursier, et s’il s’est parfois fait verbaliser, tous ces contrôles se sont toujours très bien passés. Il a donc fallu qu’il se passe quelque chose de grave pour que Cédric décide de filmer les policiers et leur adresse d’éventuels reproches.

 

TF1, à l’inverse, choisit un extrait du témoignage du père de Cédric où s’expriment la force de l’émotion et la gravité de l’injustice : « On a assassiné mon fils. Quand mon petit-fils me demande, je lui dis : “On a assassiné ton père.” » Cédric était en effet le père (aimant et aimé) de cinq enfants.

 

Pour finir, la journaliste de France 2 laisse la parole aux autorités compétentes. « Le ministre de l’Intérieur assure de son côté : “Les résultats de l’autopsie soulèvent des questions légitimes, auxquelles des réponses devront être apportées en toute transparence.” » Ben voyons. « L’IGPN a été saisie pour tenter de préciser les circonstances de l’intervention des policiers, conclut la reporter. Une information judiciaire pour homicide involontaire a été ouverte. » Elle ne précise pas qu’elle a été ouverte à la suite d’une plainte de la famille avec constitution de partie civile, les pièces de la procédure d’une enquête de l’IGPN n’étant jamais transmises aux avocats de la victime — sans parler de la propension de cette institution à classer sans suite les plus graves et les plus évidentes violences policières.

 

Ce mardi soir, pour bénéficier d’une information honnête, il valait mieux regarder la chaîne de Bouygues plutôt que celle du service public.