RSS

Archives de Catégorie: Asie

Interview du conseiller du président Poutine Sergei Glazyev (vidéo sous titrée français)

4atEntrevue avec Sergei Glaziev – conseiller au Président Poutine

Glaziev, qui est né en Ukraine et qui est économiste, a une superbe compréhension des jeux de pouvoir dans les coulisses en Ukraine et en Russie. Cet homme vraiment * sait * ce qui se passe. En outre, il est l’un des principaux « souverainistes eurasienne » et il est donc absolument détesté par les cercles de pro-US en Russie. Il est tout aussi détesté aux USA qui l’a mis sur leur liste récente des sanctions pour aucune autre raison, alors le fait qu’ils n’aiment pas ce qu’il a à dire. –

Posté le 19 août 2014

Interview de Konstantin Semin russe du conseiller présidentiel Sergei Glazyev le 24 juillet 2014.

http://www.informationclearinghouse.info/article39461.htm#.U_SxFFWsmnA.facebook

 
2 Commentaires

Publié par le août 20, 2014 dans Asie, civilisation, Economie

 

Les États-Unis d’Amérique et l’Europe vont se battre avec le cadavre de l’Ukraine par Bogemik

4-sebastopol-marine-russe-cassini

США и Европа будут биться трупом Украины
Bogemik analyse la situation avec l’Ukraine :

le style du film Noir décrit le mieux la situation de l’Ukraine : " caractérisé par un scénario, l’atmosphère sombre du fatalisme cynique et du pessimisme, brouillant les frontières entre le héros et le héros, le réalisme relatif de l’action et les scènes d’éclairage sombre, généralement pendant la nuit. Les femmes agissent habituellement comme des personnages fourbes qui ne sont pas fiables ; en revanche, les principaux personnages de sexe masculin sont décrits en détail.
http://www.politonline.ru/ventilyator/17117.html

Comme l’a écrit Georges Sadoul′, l’intrigue du film noir est« poisseuse, comme un cauchemar ou un regard d’ivrogne »."

L’Ukraine actuelle pourrait être tout à fait la définition du pays-noir. Tout y est poisseux, comme dans un cauchemar, toute l’histoire ukrainienne. L’Europe en fatale Rita Hayworth avec un demi-sourire. Par la volonté de la Dame, qui n’est pas fiable, les personnages se déplacent selon ses vues personnelles, à chaque étape, en laissant des cadavres.

Si vous commencez à parler avec quelque ukrainien vivant en République tchèque, presque certainement il vous dira qu’il a eu quelques difficultés avec ses documents. Les Ukrainiens ont ces problèmes c’est tout aussi typique que le fait que les sources de revenus des Russes ne soient pas entièrement définies et interviennent dans des organisations, des activités de nature obscure.

"Nous sommes les mêmes personnes, que vous, à peu près. La dernière fois qu’il y a eu quelque chose de similaire, c’était juste pendant l’âge d’or du film noir. alors c’était vers les blancs, dit par les gens avec la peau-noir. C’était avant que Martin Luther King Jr. ait réalisé son rêve.

« Même si je suis ou je ne suis pas une prostituée » c’est à peu près comme si . Dans le monde, il y a plusieurs milliers de Nations, de peuples et de groupes ethniques. Bien sûr, je n’ai pas eu de contact avec tous. Mais avec beaucoup. Et nul n’a jamais entendu de parler de quelque chose comme ça. L’instruction joue beaucoup sur la réputation et la perception des Ukrainiens . Bien sûr, la place dans l’industrie du sexe est seulement une petite partie du pays-noir .

Même toutes les exceptions individuelles, les niche sociale, la voie royale réservée aux citoyens des pays d’Europe-Noir, est celle que montre ce clip. Mais , je dois au préalable apporter un éclaircissement: Je ne crois pas que l’on considérera jamais les Ukrainiens comme un peuple distinct des Russes.

http://procherk.info/images/news/112013/f94534a344aefee24fdd8032609b3670.jpg

J’ai l’honneur d’être russe et je vois les insultes adressées à la branche ukrainienne de notre peuple comme des insultes personnellement faites à mon adresse. Nous parlons exclusivement de ce qui est en vigueur sur le territoire des anciennes provinces russes de l’état du Sud-Ouest appelée Ukraine. Et de ce que sont les nôtres qui ont la malchance d’être ses citoyens.

Une fois en compagnie d’amis, j’ai été frappé par une conversation avec un couple d’ukrainien. Les deux sont d’origine russe. Ils vivent en République tchèque depuis 20 ans. Pour l’homme, c’est très bien, leur maison, leur entreprise. Mais ils ont dit par où ils sont passés. Il a travaillé comme un ouvrier du bâtiment, elle a frotté les étages. Au vu de ma grande surprise, ils ont demandé: "mais vous ne saviez pas qu’avec nos passeports il est inutile d’espérer autre chose ? Avec un Trident sur le passeport, vous pouvez seulement creuser et nettoyer. "pour eux, tout cela est du passé, donc, aujourd’hui, c’est bien. Mais je connais des gens avec la citoyenneté ukrainienne, qui travaillent dur dans une scierie et tentent de vendre des polices d’assurance. Ils considèrent leur passeport comme sans valeur.

Et ce n’est pas dans la législation tchèque. La législation tchèque divise les étrangers en deux catégories : les citoyens européens et ressortissants de pays tiers. Dans les pays tiers il y a la Russie etl’ Ukraine mais aussi les États-Unis, par exemple. De jure, leurs citoyens sont exactement dans les mêmes conditions. Mais au-delà des formalités légales, il y a une réalité sociale. Tous les enfants savent que les Russes et les Américains quand ils viennent dans la République tchèque ce n’est pas pour le nettoyage des planchers ou de creuser des trous. Après l’effondrement de l’Union soviétique, les Tchèques ont pris environ cinq ans pour enregistrer avec précision la bourgeoisie russe et les ukrainiens-dans le prolétariat.

Les Russes ont déjà oublié ce qu’est la vie dans les pays-noir. L’URSS appartient à cette catégorie dans sa période classique qui s’est terminée en 1953. l’Ukraine Noir avec tous ses charmes se retrouve immédiatement après le m de 1991. Pour la plupart des russes, seulement maintenant, après qu’ily ait eu le déclenchement de la guerre civile en Ukraine, a commencé à remonter qui s’est passé dans ce pays au cours des 23 dernières années. On regarde le fonctionnement de certaines institutions de l’État et le résultat pour sa population du Noir pendant une longue période.

La relation des Ukrainiens avec leurs consulats à l’étranger est en stricte conformité avec tous le stéréotype même le libellé : « un complot poisseux, comme un cauchemar ou une vision d’ivrogne » ». En Bohême bénie, il y a environ trente mille russes et jusqu’à cent vingt mille ukrainiens. Les intérêts des citoyens russes sont assurés par trois consulats (à Prague, Brno et Karlovy Vary). Les Intérêts des Ukrainiens-deux. Autrement dit, la charge sur chacun d’eux est six fois plus élevée. Et l’impolitesse là-bas plus de dix fois assurée.

Vous avez probablement entendu, comment Poutine a appelé le ministre ukrainien des affaires étrangères, le diplomate-častušečnik Deŝica. Né à Hamilton, il a fait ses études à Moscou et y a suivi par ailleurs, des études de physiques et de mathématiques. C’est assez pour être à la tête du ministère des affaires étrangères de l’Ukraine.

Dans les six derniers mois, tout le monde a eu la possibilité d’agir de telle sorte que soit encore plus nivelé dans le pays-noir l’idéologie, politique, propagande, l’éducation, l’économie, et l’armée. Avez-vous déjà entendu parler d’une armée forte de 5 000 hommes, avec quatre cents véhicules blindés, d’artillerie et plusieurs systèmes de fusée de lancement, entouré de petites milices, qui soit complètement détruite ?

Même en supposant que les milices étaient deux ou trois centaines de pros de la société militaire privée, il ne s’agit plus d’un film noir, c’est un western spaghetti. J’ai lu le livre « des maladresses militaires de Guinness », y compris les pannes, les reculs et les accidents survenus sur les champs de bataille de l’antiquité à nos jours. Mais il ne s’y trouve pas des incidents aussi drôles. Et pour le rendre encore plus drôle, les Ukrainiens ont annoncé que cette armée y-Noir n’avait subie aucune perte (!), seulement trois mille et demi (!) des personnes disparues (!).

Vous pouvez parfois entendre que le côté belligérante ukrainiens de Kiev prétendument veut construire un Etat européen normal. Non, ils ne veulent pas.

Ces aspirations ont été celle des électeurs d’Ianoukovitch, de leurs adversaires d’aujourd’hui-hier . Les statistiques assez clairement montrent que le Donbass comprend cinq pour cent de la population de l’Ukraine, vingt pour cent de son PIB et vingt-cinq pour cent de ses exportations. Avec ces chiffres ukrainiens s’ils voulaient vraiment construire une société viable, ils devaient prier le donbass, de souffler la poussière et de satisfaire leur caprice.

Ce sont les salariés dans tout le pays. Mais m. Ianoukovitch, qui avait une vision parlementaire forte de l’enseignement et comment s’injecter de l’argent de la Russie à l’Ukraine, ils devraient ériger une statue à la vie. Au lieu de cela, Ianoukovitch a été destitué et le Donbass détruit avec un maniaque entêtement.

Parce qu’il ne se construira aucun État européen en Ukraine. De là, tout va s’en aller. Les gens quittent le pays-noir en nombre incroyable. Les chiffres sont différents et contradictoires, mais, selon certaines estimations, l’Ukraine à cause de la guerre civile (c) a perdu entre un quart à un tiers de la population masculine en âge de travailler.

Même dans les pays complètement détruits comme l’Irak, ces taux sont légèrement plus bas. Ils sont seulement au-dessus du Zimbabwe et peut-être même dans deux ou trois entités exotiques. Si nous appelons un chat un chat, l’émigration est l’idée nationale ukrainienne.

L’idée de l’émigration comme caractéristique de la nation était seulement une blague dans les derniers jours de l’existence de la RDA. Mais les allemands de l’est, de toutes les manières imaginables et inconcevable se débrouillaient de passer à travers le rideau de fer, cependant, ils ne jugeaient pas nécessaire de déclarer vouloir traiter en insectes leurs compatriotes restés à la maison et les brûler vivants. Cette idée n’est même pas venue dans la tête de l’allemand. H dans la vraie vie, pas dans une blague.

C’est probablement l’idée nationale la plus originale dans l’histoire de notre propre pays en cendres, en train de se dissoudre dans l’obscurité. L’idée du scénario noir. Par ailleurs, c’est déclaré expressément le premier jour du Maidan. le Peuple a choisi de détrôner un président qui a refusé de signer un accord d’association avec l’UE, qui conduirait à la destruction de l’économie nationale. Combien de fois les maidanistes ont-ils été interrogé sur les motifs de leur action, combien de fois honnêtement ont-ils répondu qu’ils étaient seulement intéressés par la possibilité d’aller en Europe.

Et parce que l’Ukraine est l’état des soviétiques, l’ul′trasoviétique, l’archisoviétique (c.-à-d., créé comme l’antithèse de la Russie et dans le mythe d’antirusskie), les Ukrainiens fondamentalement ignorent le fait évident que la perspective européenne est seulement réelle si on considère la réunification du pays avec la Russie.

Les sanctions de l’UE contre la Russie, n’ont pas la moindre relation à l’Ukraine. Aujourd’hui, les européens sont disposées en fonction de la partie qui se jouera dans dix ans ou vingt ans, de l’autre côté du monde. Aux environs d’un avenir entre 2025 et 2030 (au plus tard le 2035-MU), à ce moment-là,la Chine sera prête pour une confrontation militaire avec les États-Unis.

La stratégie américaine repose sur l’isolement de la Chine, entourée de son système de blocs militaires-politiques, incluant le Japon, Viet Nam et d’autres pays. Dans ces circonstances, le Chine ne prendra pas des mesures drastiques seront à risque (p. ex., l’invasion de Taïwan). Mais le fremissement chinois aura lieu si la Russie avec ses ressources, à savoir si la deuxième ou troisième force militaire dans le monde, joue un rôle d’arrière chinois.

Les Européens ont besoin face à la Russie embarquée dans les bras de la Chine aujourd’hui de secouer l’Amérique depuis le sommet de l’Olympe de demain. Le Temps des États nationaux progressivement touche à sa fin. Il est possible que dans la seconde moitié du XXIe siècle la mondialisation atteigne la phase de formation d’un gouvernement planétaire. Si ce n’est pas le cas de jure, alors de facto.

Et c’est aujourd’hui, que se détermine, qui sera le rôle du Centre dans le monde et certaines de ses provinces. Les vrais prétendants, seront en finale face à l’Europe et l’Amérique et tout ce qui se passe aujourd’hui dans le monde de la politique, un moyen ou un autre est le reflet de leur lutte pour l’hégémonie (je soupçonne que plus nous approcherons de la finale, plus cela se transformera finalement en un jeu sans lois).

L’idée de l’affrontement des Etats-Unis et de l’Union soviétique dans une guerre nucléaire était proche de la même manière dans les années 1960, durant le pont aérien de Berlin et la crise des missiles cubains. Mais il rencontra les obstacles insurmontables de la géographie. Il était impossible d’obtenir que les soviétiques et que les Américains échangent des coups nucléaires via le pôle Nord sans affecter l’Europe.

Pour la même raison, dix ans avant, la guerre de Corée n’a pas été transformé en affrontement direct. le Président Mao a alors déclaré qu’il était prêt à sacrifier la vie de centaines de millions de chinois, pour écraser l’impérialisme américain. Le problème est que même en sacrifiant les vies de 200 millions, il n’aurait pas pu causer un préjudice irréparable à l’Amérique. (A)mais cela aurait ouvert l’entrée soviétique dans la guerre en Europe à nouveau devenue un théâtre de guerre. Partir de ce moment l’idée a été abandonnée.

Qui est susceptible d’entrer en conflit avec l’Amérique, les chinois encore volent sur Mars (le bruit autour de cet événement est plus forte qu’autour de vol, Gagarine et Armstrong marchant sur la lune, ensemble).

Et puis les chinois vont atterrir sur Taïwan. Ou pas atterrir, mais tout simplement parler aux américains sous forme d’ultimatum. Et les Américains devront trouver une réponse à leur injonction. Pas sûr qu’ils la trouveront , Contre la Chine, il faut troiver un arrière-pays qui tiendrait la Russie. Ils comprennent cela, donc toutes leurs actions de ces derniers temps, paraissent empreints de folie.

Ce à quoi nous assistons n’est pas la chute de l’Amérique dans l’idiotie, c’est une tentative de perturber le scénario européen. Par ailleurs, il me semble que le déclenchement de la crise actuelle n’était pas du fait des crétins afromaïdan et des britanniques envoyé par le biais de la R.A.S. de Hong Kong en Snowden de Moscou.

Je ne vais pas argumenter avec quelqu’un. Pour moi, c’est complètement inutile. J’ai franchi toutes les limites imaginables et je me dis ce que disent les gens qui surveillent leur état de santé. J’ai juste attendre jusqu’à ce que les chinois commencent à régler la question de Taiwan et voir quel rôle va jouer en Russie. Et quelles conséquences cela aura pour l’Amérique et pour l’Europe. Il n’y a rien de plus intéressant que la vérification de votre propre prévision.

En ce qui concerne l’Ukraine, elle glissera dans l’enfer jusqu’à ce que les Russes viennent….

(partiellement cité)

Rejoindre le groupe de PolitOnline.Ru social réseaux-dans « OpenID », le "mate", FaceBook. Nous accueillons toujours de nouveaux amis:)

 
 

Les BRICS et les pays d’Amérique du Sud sont des "puissances montantes" dans la structure internationale (président chinois)

00
French.xinhuanet.com | Publié le 2014-07-17 à 15:42
BRASILIA, 17 juillet (Xinhua) — Le président chinois Xi Jinping a déclaré mercredi que les BRICS et les pays d’Amérique du Sud, en tant qu’Etats émergents et pays en voie de développement, constituent "les puissances montantes" dans la structure internationale.

"Nous devrions conjointement pousser l’ordre international vers une direction plus juste et plus rationnelle, maintenir les droits d’un peuple au libre choix dans la sélection du système social et de la voie de développement, renforcer la gouvernance mondiale et accorder plus d’attentions à la question du développement de la communauté internationale", a-t-il affirmé.

M. Xi a fait ces remarques lors d’un dialogue entre les dirigeants des BRICS et les présidents d’onze pays d’Amérique du Sud, un événement à l’issue du sixième sommet des BRICS tenu dans la ville côtière de Fortaleza, au Brésil.

Les chefs d’Etat des pays des BRICS, dont M. Xi, la présidente brésilienne Dilma Rousseff, le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre indien Narendra Modi, et le président sud-africain Jacob Zuma, ont participé au dialogue.

Le président surinamien Desi Bouterse, la présidente argentine Cristina Fernandez, le président bolivien Evo Morales, le président colombien Juan Manuel Santos, la président chilienne Michelle Bachelet, le président équatorien Rafael Correa, le président guyanien Donald Ramotar, le président paraguayen Horacio Cartes, le président péruvien Ollanta Humala, le président uruguayen Jose Mujica et le président vénézuélien Nicolas Maduro étaient également présents.

Au cours du dialogue, M. Xi a déclaré que des efforts devraient être déployés pour renforcer la connectivité entre les deux grands marchés des BRICS et l’Amérique du Sud.

"Les pays des BRICS peuvent participer activement à la construction d’infrastructures, à l’exploration des ressources, au développement industriel et aux projets de financement en Amérique du Sud," a-t-il dit.

Les deux parties pourraient également renforcer les échanges entre les peuples, de manière à raffermir l’amitié de ces dernier, a-t-il noté.

M. Xi a salué la longue histoire des échanges entre la Chine et l’Amérique du Sud.

"La coopération entre la Chine et les pays d’Amérique du Sud constitue l’une des directions principales pour la Chine dans le renforcement de sa coopération avec les pays en voie de développement", a-t-il relevé.

"Nous sommes prêts à continuer à être votre ami et partenaire pour la croissance globale de la coopération entre la Chine et l’Amérique latine", a déclaré le président chinois.

La Chine, qui abritera la réunion informelle des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) plus tard cette année, "travaille avec toutes les économies, y compris les membres d’Amérique du Sud, pour renforcer le cadre d’intégration économique de l’Asie-Pacifique et le réseau intra-connecté, et pour développer le partenariat Asie-Pacifique orienté vers l’avenir ", a-t-il dit, ajoutant que la Chine souhaite voir les pays d’Amérique du Sud y participer activement.

Les dirigeants sud-américains présents ont tous estimé que le dialogue a offert une occasion de partager les expériences de développement et élaborer un plan de futur développement.

Ils estiment que les deux parties disposent d’un énorme potentiel de coopération et devraient promouvoir la coopération pragmatique pour faire avancer l’intégration économique.

Ils ont salué la mise en place de la banque de développement des BRICS et la création d’un dispositif de provision pour passif éventuel, et ont espéré que le mécanisme pourra apporter un appui au financement et renforcer les capacités des pays concernés à faire face aux risques financiers.

Ils croient que la coopération entre les BRICS et l’Amérique du Sud est favorable non seulement à la croissance de chacun, mais également à la démocratisation des relations internationales et à la paix, la stabiltié et la prospérité du monde.

 
1 commentaire

Publié par le août 13, 2014 dans Amérique, Asie

 

Réponse de la Russie : l’Europe peut perdre le marché russe

1
© Photo: RIA Novosti/ Dmitry Berkut

http://french.ruvr.ru/2014_08_08/Reponse-de-la-Russie-lEurope-peut-perdre-le-marche-russe-2441/

Par La Voix de la Russie | La première semaine ouvrable de ce mois en Europe s’est achevée par une liste des anti-sanctions de Russie et la colère des centaines de milliers de fermiers qui devront subir l’effet de l’embargo alimentaire russe et qui refusent de comprendre pourquoi Bruxelles exécute à leurs frais les souhaits de Washington de « punir Moscou » pour sa « politique ukrainienne ».

Le 7 août Moscou a interdit pour un an les importations de viande, de poisson, de légumes et fruits, de lait, de fromage et de charcuteries des pays de l’UE, des Etats-Unis, d’Australie, du Canada et de Norvège. Le 8 août il est devenu clair que les sanctions étaient plus dures qu’attendu.

Les pertes seront évaluées à plusieurs milliards d’euros. D’après les calculs actualisés de la Commission européenne, les « anti-sanctions » de Moscou causeront un préjudice de 12 milliards d’euros aux exportations agro-alimentaires européennes. La Finlande, la Pologne, les pays baltes, la Bulgarie, la Grèce et la Roumanie ont déjà annoncé leur intention d’exiger le remboursement des dommages et intérêts. Cependant le commissaire européen au commerce Karel De Gucht a déjà averti que la Commission européenne ne disposait que de 400 millions d’euros à ces fins. Le chef de la Banque centrale européenne Mario Draghi a ajouté qu’il était difficile d’évaluer les conséquences pour l’économie de la zone euro, mais qu’il était certain que la croissance économique se ralentirait.

Le ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre de Grèce Evangelos Venizelos a annoncé que la Grèce dont les fermiers dépendent à près de 50 % des exportations vers la Russie avait déjà entamé les négociations avec Moscou sur une réduction des sanctions en vue d’éviter la ruine de son secteur agraire.

Cela sera difficile, mais l’UE trouvera des fonds pour dédommager les pays baltes, la Bulgarie, la Grèce, la Pologne et la Finlande, bien qu’il s’agisse des milliards d’euros. A la rigueur elle empruntera au FMI, ce qui sera onéreux. Mais le problème plus grave encore que l’UE préfère ne pas évoquer est l’avenir des exportateurs européens. L’analyste de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales IMEMO Vladimir Olentchenko dit à ce propos :

« Ils perdront le marché dans l’avenir. Aujourd’hui ils sont prêts à vendre quelque chose à la Russie, mais nous ne le prenons pas. Demain tout sera différent. Ce marché sera occupé. Peu importe par qui : par les Biélorusses, les Brésiliens ou les Iraniens. Ce marché attire déjà de nombreux pays ».

L’Europe parle depuis longtemps de la nécessité de diversifier les fournitures énergétiques, mais elle ne réfléchit pas à la nécissité de « diversifier la politique et l’économie ». Il est étonnant que les dirigeants pro-atlantiques de l’UE soient parvenus avec l’aide de Washington à imposer à l’Union européenne une politique catastrophique à l’égard de la Russie, poursuit Vladimir Olentchenko :

« Les dirigeants actuels de l’Union européenne, la Commission européenne avec Barroso à sa tête sont un lobby euro-atlantique qui n’est pas très préoccupé par les intérêts de l’Europe. Sa tâche majeure consiste à garder les liens entre l’UE et les Etats-Unis. Il faut que l’Europe imite en tout les Etats-Unis ».

Le secteur agro-alimentaire de l’UE suit avec inquiétude les informations en provenance de Moscou sur les négociations des détaillants russes afin de remplacer le « panier alimentaire européen » par les denrées des pays qui n’ont pas été impliqués dans les sanctions. Désormais les pays où la Russie achètera des fruits et légumes seront la Turquie, l’ Argentine, l’Arménie, l’Egypte, le Maroc, le Chili, la Chine, l’Ouzbékistan et l’Azerbaîdjan. Pour la viande et les charcuteries, ce seront le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, l’Argentine et la Biélorussie.

Pour ce qui est des producteurs russes, le lobby agro-alimentaire de Russie considère les sanctions actuelles presque comme une panacée et espère que l’Europe restera hypnotisée par Washington et ne fera pas marche arrière en ce qui concerne ses propres sanctions contre Moscou. Le membre de la commission de la Douma pour l’agriculture Alexandre Bogomaz est convaincu que cette année réanimera littéralement les producteurs russes :

« Je pense que dans l’espace d’un an l’Europe perdra complètement le marché de la Russie. Parce que cette année permettra à nos producteurs agricoles de se développer et d’acquérir la confiance dans l’avenir ».

L’UE a déjà accusé Moscou d’avoir violé les règles de l’OMC et le porte-parole de l’UE a qualifié les sanctions du Kremlin de « motivées politiquement ». Les raisons du mécontentement de Bruxelles ne sont pas tout à fait claires : l’UE aurait pu prévoir que les sanctions contre la Russie seront suivies de sa réaction, estime l’expert en chef du portail analytique IT-Trade Ilia Sizov. Il prédit des représailles européennes contre la Russie dans le domaine agro-alimentaire :

«Il va de soi qu’ils répondront. Rien à faire. Mais dans cette bagarre il ne reste qu’à espérer que les parties reviendront à la raison et commenceront à résoudre les problèmes dans le calme, autour de la table des négociations ».

Le professeur d’Oxford Peter Oppenheimer pense que tôt ou tard Bruxelles se verra obligé de se mettre à la table des négociations avec Moscou :

« Il faut une période de « refroidissement » pour calmer les nerfs. Pour que les gens commencent à réfléchir raisonnablement et non pas animés par l’irritation, la colère ou la soif de vengeance. Il faut que tous réfléchissent tranquillement et reviennent à des négociations raisonnables. Ces négociations n’auront pas lieu aujourd’hui ou demain. Mais elles commenceront dans six mois ou dans un an ».

La Russie a été forcée de prendre ces mesures pour se défendre. Le premier ministre Dmitri Medvedev a laissé entendre que Moscou était prêt à la confrontation économique qui lui était imposée par les Etats-Unis et l’UE. Outre l’embargo alimentaire, la Russie envisage l’interdiction de survoler son territoire par les avions des compagnies aériennes européennes et américaines. « Nous sommes prêts à introduire des mesures protectionnistes dans la construction d’avion et d’automobile, dans les constructions navales et dans d’autres secteurs. Mais nous allons le faire d’une manière réfléchie », a déclaré Dmitri Medvedev. Si l’embargo concerne ces secteurs, les pertes de l’UE seront évaluées à des dizaines de milliards d’euros par an.

Russie, UE, produits alimentaires, sanctions, Economie
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_08_08/Reponse-de-la-Russie-lEurope-peut-perdre-le-marche-russe-2441/

 

L’Organisation de coopération de Shanghai accueillera de nouveaux membres

0 l’Inde, le Pakistan, l’Iran et la Mongolie, pays jusqu’ici observateurs pourraient être admis, ce qui reflète l’accroissement du prestige et de l’influence de l’OCS dans les pays asiatiques, mais aussi le désir d’une alliance avec la Chine dans un contexte qui crée des limites à sa puissance. Il est clair que la pression des Etats-Unis tout azimuts, la déstabilisation de pays entiers, incite désormais à cette alliance qui porte essentiellement sur une lutte commune contre le terrorisme dont on sait qu’il est de fait impulsé par les USA. Comme d’ailleurs à la prochaine réunion de l’oTAN où cette organisation reverra sa "doctrine" face à l’Ukraine. (note de Danielle Bleitrach)

© Photo: service de presse de l’OCS

Les projets de documents sur la modalité de l’admission des nouveaux membres à l’Organisation de Coopération de Shanghai ont été approuvés.

C’est l’un des principaux bilans de la réunion des chefs des ministères des Affaires étrangères de la Russie, de la Chine, du Tadjikistan, du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan et de la Kirghizie. Elle a eu lieu le 31 juillet dernier à Douchanbé. L’adoption définitive de ces documents au prochain sommet de l’OCS donnera le feu vert à l’arrivée dans le groupe, actuellement composé de six membres, de quatre pays-observateurs – l’Inde, le Pakistan, l’Iran et la Mongolie.

Les documents seront examinés au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OSC) qui les validera. Ce sommet aura lieu en septembre à Douchanbé. Et cette année, le Tadjikistan assure la présidence de l’organisation.

Les quatre pays frappent depuis déjà quelques années aux portes de l’OCS. Pendant tout ce temps, ils participent aux projets économiques et culturels de l’organisation en tant qu’observateurs. Le désir de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran et de la Mongolie reflète l’accroissement du prestige et de l’influence de l’OCS dans les pays asiatiques, trouve l’expert de l’École supérieure de l’économie Alexeï Maslov.

« L’OCS commence à jouer maintenant un rôle d’un contrepoids face à l’activité de l’OTAN en Asie. C’est pourquoi, les pays veulent participer à l’OCS pour avoir une garantie et la défense de leurs intérêts. Maintenant, l’OCS est plus appréciée notamment parce que la politique américaine en Asie était trop dure pour ces pays, il y avait trop de pression sur leurs intérêts. Et, au fond, cette politique contredisait les intérêts asiatiques. De ce point de vue, la volonté de l’Inde, de l’Iran, du Pakistan et de la Mongolie de rejoindre l’OCS est bien naturelle. Il y a encore un point qu’il faut prendre en compte. La croissance du rôle de la Chine dans le monde fait que plusieurs pays craignent de coopérer directement avec celle-ci sans avoir des garanties. Et l’OCS garantit que la Chine respectera les intérêts de ces pays dans le cadre des normes existantes de l’OCS. »

À Douchanbé, les ministres ont également approuvé le projet de la stratégie du développement de l’organisation jusqu’à 2025. Ce projet était proposé par la Russie. L’objectif fixé est de minimiser l’influence des processus négatifs mondiaux et régionaux dans l’espace de l’OCS et augmenter son rôle et sa signification dans résolution des problèmes globaux./E
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_08_03/L-OCS-accueillera-de-nouveaux-membres-5183/

 
1 commentaire

Publié par le août 4, 2014 dans actualités, Asie

 

Lavrov accuse: sous le prétexte du Maïdan se déroule un plan de stratégie géopolitique

133 La situation est de plus en plus dangereuse.. Le pouvoir de Kiev, totalement irresponsable et dépassé, est en train d’obtenir le statut d'"allié privilégié" des Etats-Unis ce qui peut se traduire par une intervention armée de ces derniers pour suppléer aux carences de l’armée ukrainienne même déjà aidée par des mercenaires.

Le ministre russe des affaires étrangères a considéré que le fait que Kiev rejetera le dialogue avec la région du sud-est de l’Ukraine est la principale raison du conflit dans le pays.

"Nous considérons cela parce que les autorités ukrainiennes refusent systématiquement de parler respectueusement avec le sud-est du pays, refusent de s’asseoir à la table des négociations pour entamer un dialogue sur toutes les questions de l’Etat ukrainien, en particulier en ce qui concerne la réforme constitutionnelle," dit-il.

Il a noté que le plan de paix de Poroshenko repose sur l’exigence que les forces d’auto-défense abandonnent. "Ce plan a littéralement conditionné la trêve à la capitulation des forces d’autodéfense, à qui ils ont dit: « Vous avez quelques jours de trêve, pour déposer les armes ».

« Les autorités de Kiev voient dans le plan de paix de Poroshenko, avant tout, un outil pour augmenter le soutien des occidentaux aux actions militaires des autorités ukrainiennes, à l’aide d’aviation, artillerie et autres armes lourdes pour parvenir à une victoire militaire, » dit-il. « Les civils meurent de faim en Ukraine, il y a une violation grave du droit international humanitaire, » a-t-il ajouté. Lavrov a déclaré que la possible décision des Etats-Unis d’apporter un soutien militaire de Kiev ajouterait de l’essence sur le feu et pousserait au paroxysme les instincts militaires de Kiev ».

Les sanctions contre la Russie

Lavrov a critiqué le manque d’initiative politique occidental visant à résoudre la situation en Ukraine. « On entend seulement des demandes de la Russie et les menaces de sanctions », dit-il. « Avec l’excuse du Maidan, a commencé un projet géopolitique pour « tenir » l’Ukraine, » a-t-il ajouté.

Selon lui, les pays de l’Union européenne ne sont pas enthousiasmés par l’obligation d’imposer des sanctions contre la Russie, ils préféreraient une solution politique.

"En raison de cette attitude des partenaires occidentaux, la Russie peut devenir plus indépendante, et c’est également utile," dit-il.

Tentative de limiter la transmission de la chaîne RT

Lavrov a déclaré que la Russie veut que le monde sache ce qui se passe réellement dans le sud-est de l’Ukraine et a déclaré que Moscou craint la tentative de limiter la transmission de la chaîne RT au Royaume Uni. « Je pense que c’est une manifestation flagrante de la censure», a déclaré le ministre russe.

En outre, il a ajouté que Moscou a bon espoir que les données des médias occidentaux sur la situation en Ukraine ne soient pas censurées.

« J’espère que les autorités du Royaume-Uni ou de tout autre pays n’impliquent pas les médias dans leur jeu politique, les obligeant à s’adapter aux conditions de la situation économique d’un gouvernement », a-t-il ajouté.

L’enquête sur la tragédie du Boeing 777

Selon Lavrov, Moscou préconise une enquête rapide sur la tragédie du Boeing 777 malaisien, sous les auspices des Nations Unies et met en garde contre les tentatives de réaliser des contacts "séparés" avec Kiev à ce sujet.

« Nous sommes inquiets du fait que certains de nos partenaires tentent d’exploiter les travaux pratiques de l’organisation de la recherche dans les contacts bilatéraux avec les autorités ukrainiennes, » a déclaré le chef de la diplomatie russe. « Je ne veux pas accuser n’importe qui, mais j’espère que personne ne tente de supprimer leurs preuves, » a-t-il ajouté.

Selon le chef de la diplomatie russe, les déclarations de Kiev sur la cessation des activités militaires sur le lieu de l’accident de l’avion de la compagnie malaisienne pas n’ont pas été suivies d’effets. « Ce qui a été annoncé après la catastrophe, c’est-à-dire, un moratoire sur les opérations militaires dans un rayon, je crois, de 40 kilomètres de l’endroit de l’accident, était une bonne étape, mais tout comme de nombreuses autres déclarations que nous avons entendues de Kiev et en général, que nous avons soutenues, cela ne s’est pas traduit dans la pratique », a-t-il expliqué.

La mission d’observation de l’OSCE
Le ministre des affaires étrangères a déclaré que Moscou espère le déploiement de la mission d’observation de l’OSCE à la frontière de la Russie avec l’Ukraine et a exhorté les Etats-Unis à ne pas les empêcher. Le ministre russe a indiqué que les experts de l’OSCE peuvent utiliser tout moyen technique, y compris les aéronefs sans pilote, pour surveiller la situation à la frontière entre la Russie et l’Ukraine.

"[La mission de l'OSCE] peut être équipée avec tous les dispositifs d’observation. Il est, après tout, les données d’observation par satellites, que n’importe quel pays peut partager avec l’OSCE", a déclaré. En outre, il a ajouté que « nous ne vivons pas à l’âge de pierre », et « dire que nous cachons quelque chose ou nous pouvons le cacher n’est pas sérieux ».

La Russie espère, a-t-il poursuivi, l’arrivée des observateurs de la Mission de l’OSCE à la frontière avec l’Ukraine pour dissiper les doutes sur l’utilisation alléguée de points de contrôle frontaliers de fournir des armes.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 29, 2014 dans Amérique, Asie

 

Pékin met en garde contre les conclusions précipitées à propos du crash

1
PEKIN, 18 juillet (Reuters) – L’agence Chine nouvelle officielle a jugé vendredi que les pays occidentaux allaient un peu vite en besogne en impliquant la Russie dans la destruction du Boeing de la Malaysia Airlines qui a fait 298 morts jeudi soir dans l’est de l’Ukraine.

"Si l’avion a bien été abattu par un missile, les auteurs devront être traduits en justice en dépit de leurs mobiles ou de leurs excuses, car ce sera une attaque terroriste intolérable", écrit l’agence officielle chinoise dans une dépêche en anglais.

Chine nouvelle critique les responsables américains ou australiens qui ont pointé du doigt, trop vite selon elle, les rebelles pro-russes avec le soutien des renseignements russes.

"L’accusation était apparemment précipitée car les responsables ont admis qu’ils ne savaient pas, pour l’instant, qui est responsable de cette attaque, tout en condamnant l’intervention militaire russe."

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé sa consternation et présenté ses condoléances aux familles des victimes du vol MH-17, dans un communiqué posté sur son site. (Michael Martina; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 23, 2014 dans Asie, guerre et paix

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 343 autres abonnés