RSS

Vu de Russie : L’Occident ravive la peur et la haine des Chinois

05 Fév

voici la manière dont notre commentateur favori, Akopov – qui écrit dans un journal pro-Poutine- analyse l’attitude des occidentaux face à la Chine, il prend de la hauteur pour expliquer l’irrationnel de l’occident, négation de la valeur des autres civilisations, et peur confuse à l’idée qu’il devra payer pour la manière injuste dont il a traité les peuples soumis. La peur de l’asiatique, « le péril jaune », pour mieux nier le péril occidental s’est encore accru quand la Chine est devenue communiste et plus encore quand elle a accédé au statut de grande puissance et a refusé de se partager le monde en tant qu’alliée des Américains.  Mais la peur de l’épidémie que l’on utilise contre la Chie risque de se retourner à terme contre ses promoteurs quand la Chine aura vaincu l’épidémie, cela risque de déboucher sur de l’admiration après que l’on eut exagéré les dangers. (Danielle Bleitrach)

Les couvertures des magazines européens sont consacrées à la menace chinoise

7
4 février 2020, 08:30
Photo: Antonio Pisacreta / Ropi / Global Look Press
Text: Petr Akopov

Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •

Signaler un bug   •

Alors que les scientifiques et les gens ordinaires se disputent sur la vitesse de propagation et les dangers potentiels du coronavirus, la peur d’une épidémie a déjà conduit à la propagation généralisée du monstre du péril jaune. L’hystérie de masse est le médium optimal pour la résurrection de ce survivant, qui de toute façon entretient les  sentiments de peur et de haine des Chinois. De plus, en Occident, la sinophobie a beaucoup de points communs avec la russophobie.

L’épidémie de coronavirus fait peur au monde, surtout après que la Chine elle-même a pris des mesures sévères pour lutter contre le danger. Mais si les Chinois sont contraints d’imposer  la quarantaine dans la province de Wuhan et du Hubei, c’est-à-dire à l’épicentre de son émergence et de sa propagation, et s’ils  luttent de toutes les manières possibles contre  la panique et les rumeurs qui circulent, le reste du monde lui a la possibilité de choisir.

Il peut choisir de faire confiance à Pékin et prendre des mesures de précaution ou d’essayer de s’ isoler de la Chine comme source de danger inconnu. Personne ne choisit officiellement la deuxième option, mais c’est précisément l’hystérie de masse qui fonctionne à la fois sur les réseaux sociaux et les médias jaunes. Et cette hystérie exploite l’une des phobies les plus courantes – la référence au péril jaune. La peur et la haine des Chinois renaissent sous nos yeux.

« En raison du fait que certaines personnes en Chine mangent des aliments étranges comme les chauves-souris, les rats et les serpents, le monde entier peut souffrir de la peste », cite un tweet populaire dans son article « La peur alimente le racisme et la xénophobie à mesure que le coronavirus se propage. » « CNN américain:

«Maintenant, nous ne voyons que les premiers signes d’une vague xénophobe contre la diaspora est-asiatique: des blagues vulgaires sur Internet, des posts sans intérêt, des gens qui se comportent de façon effrayante dans les lieux publics. Mais si l’épidémie de SRAS de 2003 peut servir d’exemple, ces rudiments de xénophobie sont susceptibles de dégénérer en formes manifestes de racisme plus dangereuses.

Au plus fort de l’épidémie de 2003, les personnes d’origine asiatique en Occident étaient traitées comme des parias. Il a été signalé que des blancs se couvraient le visage en présence d’employés asiatiques, et les agents immobiliers ont reçu pour instruction de ne pas servir les clients asiatiques.

Les Asiatiques ont été menacés d’expulsion, privés d’emploi sans justification et des discours de haine ont été adressés à certaines organisations canado-asiatiques.

Tout cela s’est produit il y a 17 ans lorsque la Chine se dirigeait lentement vers l’Occident. Maintenant, elle est devenue une superpuissance en développement, et son rôle dans un certain nombre de conflits récents (la guerre commerciale en cours entre les États-Unis et la Chine, les inquiétudes concernant la société de télécommunications Huawei, les allégations d’espions chinois en Amérique et en Australie)  signifie que beaucoup en Occident sont déjà en train d’être considéré avec plus de suspicion et de tension qu’auparavant.

Ajoutez à cela la menace d’une pandémie mondiale, et il deviendra clair que nous pouvons nous attendre à une vague encore plus dégoûtante de discrimination aiguë. »

Xénophobie et racisme sont des mots courants. En outre, ils incluent souvent une attitude prudente envers les étrangers en général, ce qui est tout à fait naturel pour toutes les civilisations (bien que le degré de prudence, bien sûr, diffère considérablement entre les différents peuples), et la conviction que les gens d’une race différente sont très différents de vous et de votre race ( une telle attitude n’est pas nécessairement raciste au sens habituel du terme – la conscience des différences naturelles ne signifie pas automatiquement un sentiment de supériorité). De plus, à l’ère du multiculturalisme en Occident, les accusations de xénophobie et de racisme sont de plus en plus utilisées pour marginaliser l’inquiétude tout à fait naturelle d’un peuple quant à son avenir.

Ce qui est plus important, c’est pourquoi la « menace chinoise » a été ressuscitée si facilement. Surtout en Occident, où ils ont rencontré les Chinois selon des critères historiques assez récemment.

La Chine n’est pas seulement la civilisation la plus ancienne, mais aussi une civilisation absolument unique. Pendant la majeure partie de ses 3000 ans d’histoire, le peuple Han n’a été confronté qu’à ses voisins asiatiques, principalement d’Asie du Sud-Est et d’Asie de l’Est. L’Occident a commencé à croiser les Chinois il y a seulement quelques siècles, quand il a commencé à mettre à genoux  l’Empire céleste affaibli. L’échelle et l’autosuffisance de la Chine attiraient non seulement alors, mais effrayaient également l’Occident, qui à ce moment-là avait déjà écrasé presque la totalité du reste du monde. Trois grandes forces non occidentales subsistent – la Chine, la Russie et l’Empire ottoman, qui unissent une grande partie du monde islamique. Il n’est pas surprenant que tous les trois aient été perçus simultanément comme des friandises à dévorer et comme une menace mortelle pour l’Occident, appelé à tondre  les peuples.

L’Europe est entrée en contact étroit avec les Turcs depuis le XVe siècle (lorsque Constantinople est tombée), les Russes ont pleinement pénétré la scène européenne au début du XVIIIe siècle et sont devenus un épouvantail constant pour l’Ancien Monde. Les barbares orientaux – peu importe que certains musulmans et le deuxième orthodoxe, ces deux civilisations bordent directement l’Europe, et sont donc tout à fait adaptées à la diabolisation. Peu importe qu’au 19e siècle, l’Europe ait déjà conquis la majeure partie du monde – il est important que deux empires existent  à ses frontières orientales, indépendants et incompréhensibles.

Cependant, la Chine n’est entrée en contact avec l’Europe que lorsque celle-ci l’a envahie. Tout d’abord, prendre pied dans le ventre sud-est de l’Empire céleste, puis, au 19ème siècle, ayant déjà commencé son expansion en Chine elle-même. En conséquence, au début du XXe siècle, la Chine était dans un état semi-colonial et des millions de Chinois étaient utilisés comme main-d’œuvre bon marché dans les colonies européennes d’Asie et des États-Unis. À cette époque, les Européens et les Américains ont commencé à avoir du mépris pour la Chine, dont ils connaissaient la grande culture et ne la comprenaient pas encore , et la peur de celle-ci. Plus précisément, à ce qui se passera quand la Chine  se réveillera et se lèvera à la hauteur associée à la compréhension que l’occident devra tôt ou tard payer pour tant d’injustice.

La «menace jaune» a effrayé les Européens et les Américains (ainsi que les Russes) à la fin du XIXe siècle. Mais lorsque la Chine a été vaincue également par le Japon, dans la conscience occidentale, c’est la monarchie insulaire qui est devenue l’incarnation principale du «danger jaune». La guerre avec l’Amérique n’a fait que renforcer cette peur, mais après 1945, l’Occident a vassalisé  le Japon, ce qui l’a apprivoisé à leurs yeux. La Chine, en revanche, est devenue «rouge», combinant ainsi les deux principales menaces qui pèsent sur le projet anglo-saxon et l’Occident dans son ensemble: communiste et oriental.

Oriental, c’est-à-dire autre que occidental: cela regroupait aussi les russes, les musulmans (anciennement turcs) et les chinois. Et la menace rouge communiste jusqu’à la fin des années 40 était complètement associée à l’URSS, c’est-à-dire à la Russie. Et puis apparaît la «Chine rouge», alliée et frère de la «Russie rouge». Depuis les années 1950, la phobie chinoise a repris, mais elle ne peut être comparée à la russophobie déguisée en anti-communisme et anti-soviétisme.

Parce que l’URSS était une superpuissance, et que la Chine, un pays pauvre et affaibli depuis des décennies, a mené une querelle contre l’URSS dont elle était un frère cadet, mais avec un grand potentiel. La querelle entre Moscou et Pékin dans les années 60 a conduit l’Occident  sinon à aimer, du moins à ne pas diaboliser la Chine. Et dans les années 70, le rapprochement entre l’Occident et la Chine a commencé, et il y a quarante ans, l’Empire céleste a entamé une marche vers le statut de première puissance mondiale.

La Chine est sortie de la crise. Avant cela, un siècle et demi, le pays était soit un objet d’exploitation et de manipulation pour l’Occident, soit plongé dans la tourmente et un pays faible. La croissance de la Chine a changé sa politique séculaire. Si auparavant (avant la collision avec l’Occident au 19e siècle), la Chine était une puissance autosuffisante, croyant qu’elle avait tout et tous les peuples du monde, tôt ou tard, reconnaissaient la sagesse et le pouvoir de l’Empire céleste, maintenant elle a commencé à jouer dans le monde occidental mondial selon les règles occidentales. C’est-à-dire projeter le pouvoir à l’extérieur et réaliser une expansion mondiale: pas militaire, mais commerciale et économique. Et avec tant de succès qu’aujourd’hui, elle est devenue la première économie au monde, et son armée peut être considérée comme la troisième au pouvoir.

Maintenant, la Chine représente vraiment une menace pour l’Occident, mais pas comme la force qui la conquiert physiquement (comme les Turcs puis les Russes l’ont dépeinte), mais comme celle qui la force à sortir du sommet de la domination mondiale et la soumet à sa volonté et à ses plans.

Il est clair que la Chine est désormais la plus détestée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. C’est le projet anglo-saxon de domination mondiale qui menacé avec le renouveau chinois. La Chine forte ne peut pas être manipulée, mais Pékin rejette même les tentatives des Anglo-Saxons de l’attirer dans ses alliés, c’est-à-dire de s’entendre avec eux sur la division du monde (entreprise il y a dix ans). Il n’y a qu’une seule façon d’arrêter la Chine, de la saper de l’intérieur. C’est sa similitude avec la Russie, mais les Chinois ont tiré des conclusions de l’effondrement de l’URSS.

Il ne reste plus qu’à essayer d’isoler la Chine. Mais même avec la Russie, cela n’a pas fonctionné. Malgré le fait que notre pays est beaucoup moins intégré dans l’économie mondiale. La Chine occupe une place énorme dans l’économie mondiale et il est impossible de la bloquer, sans parler du fait qu’elle frappera les États eux-mêmes, car la guerre commerciale entre les deux puissances dure depuis trois ans maintenant.

Vous devez donc essayer de restreindre la Chine de toutes les manières – de l’armée (mais ici, les États perdront leur avantage au cours des deux prochaines décennies) à la géopolitique (en utilisant la peur de la Chine pour ses voisins d’Asie de l’Est et du Sud), du financier au idéologique.

Dans le contexte d’une guerre commerciale avec la Chine, l’administration Trump a déjà essayé de jouer la carte de Taiwan ou de jouer avec les protestations de Hong Kong. Et le secrétaire d’État Pompeo a répété ces derniers mois, comme un mantra, l’oracle   «le Parti communiste chinois est la principale menace pour notre temps», non seulement pour l’Occident, mais pour le monde entier. Autrement dit, les Chinois sont désormais désignés pour le rôle des principaux ennemis de l’humanité, pires que les terroristes ou les Russes.

Et ici, le coronavirus est une bonne aubainei, ce qui ressuscite automatiquement toutes les craintes du «danger chinois», de «l’invasion chinoise», de la «menace chinoise». Ils, les Chinois, sont différents, dangereux et il faut les craindre. Limitez-les, isolez-les et, finalement, empêchez-les d’acheter nos usines et de ne pas leur permettre d’atteindre nos ports ou réseaux cellulaires.

Il est clair que de telles craintes doivent être diffusées en Europe, en Russie, en Asie – partout où se trouve le « One Belt, One Way » chinois, qui n’est pas seulement un projet d’infrastructure et de commerce, mais le cœur d’une nouvelle réalité géopolitique, d’un nouvel ordre mondial eurasien. Exploiter les peurs humaines est le jeu de manipulateurs le plus primitif et le plus utilisé. Mais est-ce efficace?

Le problème des Anglo-Saxons est que la crainte des Chinois ne peut se maintenir plus longtemps que l’épidémie ne dure. Et si les autorités chinoises parviennent à le maîtriser et à l’empêcher de se transformer en une pandémie mondiale (et cela se produira presque certainement dans les prochains mois), alors le pendule de l’opinion publique peut basculer de la périlophobie dans la direction opposée. Si ce n’est pas pour l’amour des Chinois – après tout, l’amour pour les autres races n’est pas courant dans l’humanité – alors pour la reconnaissance de leur capacité à s’unir et à surmonter la terrible menace. C’est-à-dire qu’en exagérant l’ampleur de la menace maintenant et en la déclarant «chinoise», les diffuseurs de panique peuvent finalement jouer pour renforcer la réputation de la Chine en tant que pays fort et grand.

Soit dit en passant, tout comme le développement par l’Occident de la « menace russe » ces dernières années ne fonctionne pas pour la croissance de la russophobie, il ne fait qu’aider le processus de restauration de l’influence de la Russie sur les affaires mondiales: vous devez compter avec eux, car ils ont même élu le président en Amérique.

 

Abonnez-vous à LOOK at Yandex News

Vous pouvez commenter les documents du journal VZGLYAD en vous in
 

Une réponse à “Vu de Russie : L’Occident ravive la peur et la haine des Chinois

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :