RSS

Irak: le Cimetière de Najaf, par Polo Higinio

31 Jan
Voici la description terrible qui rappelle celles de la guerre de trente ans dans laquelle disparut la moitié du continent européen des résultats de l’intervention américaine et ses coalitions de mercenaires en Irak. La population se révolte à la fois contre la présence américaine et iranienne, contre la corruption, l’impossibilité de vivre. Le foyer de la révolte est Bassorah mais aussi les lieux saints chiites, ce fut jadis la première zone d’implantation communiste du grand parti communiste d’Irak. Une partie de celui-ci a trahi mais demeure une implantation ouvrière, syndicale et politique qui manifeste sa colère et refuse les partages confessionnels, mais le gouvernement, les milices tirent pour tuer et les morts s’accumulent. Quand est-ce que le bilan réel de ces expéditions criminelles sera fait, quand est-ce que sera dénoncée cette idéologie des droits de l’homme contre l’humanité? (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Mundo Obrero
Résultat de recherche d'images pour "najaf iraq""

Wadi as-Salaam est un cimetière situé à Najaf, en Irak. C’est entre la ville et la route qui borde la mer de Nayaf (aujourd’hui, presque complètement sèche, avec quelques marais saumâtres aux alentours), à cent soixante kilomètres au sud de Bagdad. A proximité, il y a la tombe d’Ali, gendre de Mahomet et premier imam des chiites, dans un mausolée avec une coupole dorée entouré de marchés, d’hospices, d’écoles coraniques, de rues animées couvertes d’énormes auvents pour lutter contre le soleil de cette ville sainte qui n’est dépassée en ferveur et afflux de pèlerins que par La Mecque et Médine. Le cimetière, le plus grand du monde, est une immense steppe de tombes d’Irakiens morts lors de la guerre avec l’Iran et de la guerre du Golfe que les États-Unis ont déclarée, et après l’occupation en 2003. Alors, des fossoyeurs ont enterré des gens de nuit comme de jour, sans trève ; plus d’un million de personnes ont péri dans ces années infâmes et sinistres de la guerre américaine, qui n’est pas encore terminée. Là, les sans-abri irakiens continuent de porter leurs morts, dans des fourgons précaires, avec les cercueils attachés  par les proches sur le toit des véhicules.

À Najaf, il y avait une base, Al-Andalus, de l’armée espagnole, qui, le 4 avril 2004, a livré une bataille contre les miliciens de al-Mahdi, sous le commandement du religieux Chíita Muqtada Al Sadr. La base était dirigée par le colonel Alberto Asarta et le général Fulgencio Coll (aujourd’hui respectivement député et conseiller du parti fasciste Vox). Quelques jours plus tôt, quatre mercenaires de Blackwater Worldwide avaient été tués dans une embuscade à Fallujah, et les représailles américaines avaient consisté à kidnapper Mustafa al-Yacubi, un lieutenant de Muqtada al-Sadr, à Najaf, qui a  de nouveau riposté en mettant à feu et à sang  la ville et le pays, et ses miliciens ont attaqué le Base espagnole croyant qu’al-Yacubi était là. Des soldats espagnols, des Salvadoriens, des Honduriens et des mercenaires de Blackwater Worldwide (aujourd’hui connue sous le nom d’Academi) ont participé à la bataille, la société qui fait du sale boulot pour le compte du Pentagone: les mercenaires ont même tiré sur des civils qui étaient venus prendre d’assaut l’entrepôt d’armes espagnol pour se procurer des munitions et des armes. Des hélicoptères Apache et des avions de chasse F-16 ont tenté de bombarder un hôpital voisin, en raison de la présence de tireurs d’élite, mais Asarta a tenu bon, soutenu par Coll, et ils ont pu les repousser. Entre trente et quarante miliciens sont morts.

 

Tout cela était grotesque et criminel. Muqtada as-Sadr en usait comme dans des jeux vidéo, les mercenaires américains qui tiraient dans tous les sens semblaient eux aussi s’amuser avec des jeux vidéo. En Espagne, l’irresponsable Aznar était en fin de  mandat, Zapatero préparant son gouvernement, qui s’installa douze jours après le massacre de Nadjaf: l’incompétent Bono remplaça l’insouciant Trillo. Le gouvernement Aznar a choisi d’ignorer la bataille: il était officiellement en « mission de paix », bien qu’il ait été impliqué dans la misérable campagne qui a détruit l’Irak.

Peu de choses ont changé depuis lors, car en Irak, la mort est toujours là. Dans Najaf vit Muqtada as-Sadr, qui avec son turban noir de descendant du prophète, sa barbe blanche et son drapeau autour du cou, était l’un des architectes de l’actuel gouvernement du Premier ministre Mahdi, créé il y a un peu plus d’un an, dont les membres étaient intégrés dans son parti-milice, l’armée d’al-Mahdi, bien que maintenant les mêmes n’aient aucun scrupule à la dénoncer. As-Sadr a combattu les troupes américaines, puis s’est allié à l’Arabie et plus tard à l’Iran, dans une exhibition d’opportunisme féroce qui a servi de guide à l’essentiel des actions des dirigeants politiques irakiens. Mahdi lui-même, qui avait été communiste et est maintenant un allié de l’Iran, prépare un nouveau gouvernement, soi-disant libéré de la corruption et des drapeaux religieux et du favoritisme. Mais ses mots sont de la fumée.

La population est fatiguée de la corruption, du chômage qui tue, du chaos inhumain, au point qu’à Bassorah et dans d’autres villes, dans les maisons ce n’est pas de l’eau potable qui sort des robinets mais des eaux usées. Des manifestations massives ont mis le feu aux sièges des partis, et la répression a déjà tué plus de quatre cents personnes et blessé quinze mille: l’armée et la police tirent pour tuer. Le 28 novembre, l’armée a tué plus de quarante personnes à Nasiriyah, Bagdad et Najaf, le consulat iranien a été incendié et l’ayatollah Ali al Sistani a retiré son soutien à Mahdi, qui a démissionné quelques heures plus tard. L’Irak voit les morts à Bagdad, Nasiriyah, Najaf, Kerbala, Basra: seize ans après l’invasion américaine, les souffrances irakiennes semblent sans fin, et les cadavres retournent au cimetière de Wadi as-Salaam.

Rebellion a publié cet article avec la permission de l’auteur via une licence Creative Commons, respectant sa liberté de le publier dans d’autres sources.

 

Envoyer cette actualité
Partager cette actualité: délicieux  digg  agitez-moi twitter

Cementerio de Náyaf
Mundo obrero

 

 

 

Rebelión ha publicado este artículo con el permiso del autor mediante una licencia de Creative Commons, respetando su libertad para publicarlo en otras fuentes.

 

Envía esta noticia
Compartir esta noticia: delicious  digg  meneame twitter

 
1 commentaire

Publié par le janvier 31, 2020 dans Asie, GUERRE et PAIX, INTERNATIONAL

 

Une réponse à “Irak: le Cimetière de Najaf, par Polo Higinio

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :