RSS

J’accuse: Toujours à propos du vent de liberté qui souffla sur l’URSS

07 Jan

Description de cette image, également commentée ci-après

Phtographie: quand Elstine en 1993 fit tirer sur la douma et massacrer les députés révoltés, incendier le bâtiment, pendant qu’en Occident on taisait ce qui se passait

Sur une ligne de discussion sur un réseau social, un camarade m’interpelle :

  • tu ne peux pas nier que les peuples ont vécu la chute du mur de Berlin comme un vent de liberté même si ce fut une illusion…
  • tu as  d’autant plus raison, que je n’ai jamais dit cela. Si tu as l’occasion de lire mes mémoires malgré la censure qu’organise la presse dite communiste et les liquidateurs encore à l’oeuvre dans notre parti (1), mémoires  dans lesquelles je raconte comment envoyée par le parti je me suis trouvée dans divers lieux (à Malte, en Hongrie,etc..) où paraissait souffler ce vent de liberté, je témoigne du fait que jamais ces peuples qui se sont incontestablement engouffré dans le « gorbatchévisme » croyaient à la fin du socialisme… Il pensaient avoir le socialisme au couleur de la Pologne, de la Hongrie,etc… Avoir leur mot à dire face à des bureaucrates, voyager, il n’y aurait plus de censure…

En Russie, ce fut pareil mais aussi un peu  différent… Il y eut un référendum en 1991, partout ils  ont voté pour le maintien du socialisme et de l’URSS, sauf les pays baltes. Mais peu de temps après,  trois « ivrognes, les responsables du parti communiste de la fédération de Russie, de l’ukraine et de la Biolorussie décidèrent la fin de l’URSS après une nuit arrosée, le premier à qui ils téléphonèrent pour dire « c’est fait! » fut le président des USA et le second celui du Kazakhstan… Encore aujourd’hui en Russie, le caractère profondément illégal de la fin de l’URSS est dénoncé.(2)

Il y eut partout des révoltes des morts que l’on nous cacha soigneusement en occident, y compris les mille morts quand Elstine fit tirer au canon en 1993 sur la Douma.

Cet épisode avait été précédé par un processus de dislocation venu du sommet mais qui prétendait répondre à des problèmes réels qui se posaient en Union soviétique, de cela aussi je parle.  la désorganisation avait été créée au plus haut niveau pour mieux livrer les ressources aux capitaux américains, toute l’organisation de la production, les relations entre secteurs avaient été bouleversées, l’ère Gorbatchev fut un gigantesque foutoirs où les unités de production, les Républiques durent survivre en créant les conditions d’une autarcie parfois… Chacun bricolait pour survivre dans cette désorganisation programmée, certains s’emparaient des unités de production, des terres… mais les Chinois font remonter l’erreur plus haut encore, dans les années autour de la fin de Staline quand il n’y eut pas de réformes nécessaires mais fuite en avant à la Khrouchtchev.

En 1991, après une brève période d’euphorie, tous ces malheureux virent fondre sur eux la politique de madame Thatcher, ce fut terrible au point que les Russes ne faisaient plus d’enfants.

Mêmes les Polonais d’où tout était parti s’obstinèrent à voter communiste, mais leurs communistes étaient devenus sociaux démocrates et privatisèrent à tour de bras.

Parce que le vrai problème de l’URSS et des pays socialistes dont il faudra bien parler un jour même si les mêmes liquidateurs que ceux qui ont vendu l’URSS sont à la tête de l’humanité et s’apprêtent à organiser la plus ignoble des célébration du parti qui se puisse imaginer avec le lâche assentiment des communistes français, c’est que jamais les peuples n’ont voulu la fin du socialisme . Ils ont cru avoir un meilleur socialisme avec les conquis mais aussi la liberté, voir une possibilité d’autogestion. Avec les privatisation on leur a vendu des parts de leur entreprise, certain y ont cru, on les a dupé comme ceux qui ont pris la tête du parti vous ont dupé depuis plus de 25 ans.

Le vrai problème est qu’i n’avait plus d’organisation collective, plus de syndicat et le parti qui était censé les défendre était passé à l’ennemi… Ne croyez pas que les communistes français n’ont pas eu le même phénomène, regardez ce que sont devenus ceux qui nous ont dirigé, Robert Hue passé à Macron, MGB faisant campagne pour Mélenchon contre son propre parti et aujourd’hui les liquidateurs de l’humanité, les prévaricateurs trotskistes rassemblés autour de Pierre Laurent continuent leur destruction en prétendant coller à la nouvelle direction en s’étant emparé de l’humanité, des finances,  du secteur international… et des festivités autour de la célébration des 100 ans du parti.

Quand je dis que ce sont des trotskistes, croyez bien que je ne suis même pas « anti-trotskiste », ils ont eu des intellectuels intéressants, mais leur vrai problème est leur stratégie, l’entrisme, la manipulation et la dénonciation surtout de tous les socialismes existant en affirmant que tout n’a été que répression, dictature, et qu’eux seuls porteront le vrai communisme. Personne ne les croit et partout ils ne représentent plus que 1% des voix, nous y sommes et nous leur laissons le soin de diffuser seul marxisme encore toléré dans nos rangs ou alors c’est une pensée niaise et social démocrate, un vague humanisme de boy scouts alors que la situation se tend de plus en plus tant pour les couches populaires, qu’au plan international.

Sont-ils des traîtres, des vendus? Il y en a eu incontestablement, mais le phénomène est beaucoup plus complexe que ça. Dans toutes sociétés nous a expliqué Marx, les idées dominantes sont celles de la classe dominante et il est difficile d’y résister. Si il y a eu besoin d’organisation et d’un parti communiste c’est non seulement pour conquérir des droits, mais aussi pour résister au plan « spirituel » aux idées reçues, à ce qui parait logique, par exemple qu’il y a eu toujours des riches et des pauvres ou que le communisme est une belle idée mais qu’il a échoué partout… Plus le parti s’affaiblit, plus les idées dominantes y reprennent de la force et les faits mille fois interprétés deviennent des évidences. Nous avons subi cela et c’est ce que je montre dans mes mémoires. je ne règle pas de compte, mais rend hommage à la plupart, beaucoup se sont débattus pour trouver une issue et les choix se font parfois différents en ayant des analyses proches.

mais rien ne justifie la répression menée au sein du parti contre des communistes comme moi qui pensions autrement et souhaitions le dire. Rien si ce n’est que ceux qui agissaient ainsi étaient à leur manière des combattants de l’adversaire. Rien ne justifie qu’un dirigeant de l’humanité toujours en place et continuant à exercer la censure soutienne Robert ménard contre fidel castro dans sa résistance héroïque.Cela a eu lieu et n’a toujours pas reçu explication, ni autocritique.Et depuis plus de 20 ans au plan international, les communistes ont été plus moins embarqués dans la politique de la CIA. cette forfaiture, c’est le mot qui convient, a été dépassée aujourd’hui avec la condamnation du meurtre du dirigeant iranien.

Je n’ai jamais vu pareille errance de la part de nos camarades russes, ni les Cubains, ni les Portuguais, ni les Grecs… Et nous continuons à ignorer le dialogue avec eux.

Etait-il juste d’ignorer leurs combats, leur résistance, d’en faire des caricatures « staliniennes »? Il sont restés la principale force d’opposition et encore aujourd’hui mènent des combats exemplaires dont nous ignorons tout parce que notre presse raconte n’importe quoi.Nous qui avons tant reçu y compris sur le plan financier de la part des soviétiques devons-nous abandonner les amis dans le malheur , voilà la honte de ce parti à mes yeux…

Cette tragique histoire mérite de la part d’un dirigeant dans lequel nous avons placé notre dernier espoir autre chose qu’une appréciation que certains accablés eurent il y a trente ans devant l’événement. Si un instant ils baissèrent les bras, toute leur vie mérite meilleure appréciation. Un peu de réflexion s’impose ou alors cela veut dire que les liquidateurs, les négationnistes de notre histoire ont gagné parce qu’on va leur laisser notre mémoire et avec elle notre capacité de lutte. Sous cette double influence « théorique », en ayant toujours pas la moindre stratégie pour construire le socialisme au couleur de la France, simplement un kit de survie électoraliste, nous sommes condamnés à disparaître quel que soit le dévouement de nos militants et d’un part de nos dirigeants.

Fort heureusement partout dans le monde, les communistes ne sont pas tombé au niveau idéologique qui est le nôtre. Quelquefois c’est pire, mais le plus souvent sous l’influence des luttes actuelles contre le néo-libéralisme et la contre-révolution que vit le monde, partout on voit resurgir des partis que l’on croyait éteints, la plupart sont à l’aise dans ces luttes… D’autres partis ont poursuivi la réflexion, le parti communiste chinois a consacré d’importants moyens à l’analyse de ce qui s’est passé en URSS, des travaux ont été publiés, traduits en russe, les archives russes elles-mêmes ont commencé à être exploitées et c’est infiniment plus intéressants que les stupidités anti-communistes et indigentes qui font les beaux jours de l’humanité et d’autres publications.

IL EST CERTES DIFFICILE POUR UN DIRIGEANT COMMUNISTE FRANCAIS DE REMONTER LE COURANT ANTI-SOVIETIQUE CREE DEPUIS PLUS DE 20 ANS DANS UN DEBAT SUR L’ACTUALITE, MAIS IL Y A UNE IDEE SIMPLE : QU’EST-CE QUE NOUS FRANCAIS, QU’EST-CE QUE LES PEUPLES DU MONDE ONT GAGNE A LA CHUTE DE L’URSS, A L’AFFAIBLISSEMENT DES COMMUNISTES? LE CAPITALISME SE CROIT TOUT PERMIS.

Alors quand il est question de la célébration des 100 ans du parti on peut peut-être avoir d’autres ambitions politiques et théoriques que dans un débat à la télé?

Parce qu’il reste une vraie question à laquelle je ne me déroberais pas: dans un parti déjà affaibli, est-ce qu’il ne vaut pas mieux tenter de recréer l’unité et éviter la scission de gens qui bien qu’ayant porté une ligne désastreuse seraient prêts à travailler collectivement? Les communistes ne le souhaitent pas.. et ça a plus ou moins été le sens du 38 ème congrès: changer d’équipe dirigeante, de ligne, affirmer le rôle du parti, ne plus le soumettre à la social démocratie, mais sans pour autant exclure ceux qui pensent différemment. Nul ne remet en cause ce mandat, mais quand loin de travailler ensemble, ceux qui représentent l’ancienne équipe prétendent eux exclure, censurer, continuer à manipuler l’histoire du parti, quand ce n’est pas marquer des buts contre leur propre camp, la question se pose à l’inverse. La Célébration des cent ans du parti je l’affirme va être telle qu’elle se met en place par cette équipe de censeurs une insulte à la mémoire de notre parti et de l’histoire des communistes.

Je suis peut-être la seule à pouvoir vous dire cela parce que j’ai vécu tout cela, parce qu’à la chute de l’URSS j’ai fait le tour de la planète, parce que je ne me suis pas contenté de suivre ce qui se disait sur Tintin au pays des soviets, mais je suis allée à la rencontre des communistes partout, et parce que je n’ai rien à perdre, je n’ai ni poste, ni gloire à défendre, simplement ceux qui ont donné leur vie pour le communisme et dont je défend la mémoire. Maintenant ne croyez pas qu’il y ait dans ce que je vous dis tristesse, amertume, déception… Au contraire, j’ai plus de joie et d’enthousiasme que les gens de mon âge en ont, mais je suis un peu dans l’esprit de Marx quand il a vigoureusement dénoncé quelques turpitudes dans l’internationale,il se contente d’affirmer : « j’ai dit maintenant me voilà soulagé, vous vous en faites un peu ce que vous voulez! » la phrase est dites de mémoire mais le sens est là… et l’humour aussi…

Danielle Bleitrach

(1) Danielle Bleitrach. le temps retrouvé d’une communiste, mémoires, Delga, 2019 Il y a aussi tous les livres écrits sur Cuba, l’Amérique latine, celui avec Marianne Dulop, URSS, vingt ans après retour de l’Ukraine en guerre, Delga, 2015, le travail de ce blog qui est lu par entre 5000 et 67.000 lecteurs journaliers… Ce qui fait que malgré la censure ils ne peuvent pas tout à fait nous imposer le même silence que les médias bourgeois organisent autour de gens comme nous.

(2)Le 8 décembre, les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie se réunirent en secret à Belavejskaïa Pouchtcha, dans l’ouest de la Biélorussie, et signèrent les accords de Belaveja, proclamant la disparition de l’Union soviétique et annonçant la formation de la Communauté d’États indépendants (CEI) comme une association plus lâche à prendre sa place. Ils invitèrent également invité d’autres républiques à rejoindre la CEI. Gorbatchev le qualifia de coup d’État inconstitutionnel. Cependant, à ce moment-là comme le dit le préambule des Accords, « l’URSS, en tant que sujet de droit international et de réalité géopolitique, cesse d’exister ».

 

2 réponses à “J’accuse: Toujours à propos du vent de liberté qui souffla sur l’URSS

  1. Matchou

    janvier 7, 2020 at 10:39

    Meilleur que tous les vœux que nous pourrons entendre cette année, merci pour ce texte et ces notes d’espoir qui nous permettent d’envisager des solutions futures.
    Nous sommes tellement attachés à ton blog que je n’ose imaginer le jour où tu arrêteras de l’alimenter, un 5 mars 1953 bis 😉

     
  2. CCCP-T / ANC

    janvier 7, 2020 at 3:10

    Encore merci pour ces réflexions qui nous disent que tout espoir n’est pas perdu malgré le poids du passé.

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :