RSS

L’alternative à la crise idéologique du capitalisme

09 Fév

A contrario totalement  de ce que pensaient les idéologues du capitalisme, l’effondrement du camp socialiste ne signifiait pas la fin des contradictions du système. La détérioration progressive des indicateurs les plus notables tels que l’emploi, l’accès aux services médicaux, l’éducation et bien d’autres nécessaires au développement humain, a clairement indiqué que la paix du capitalisme de la fin du XXe siècle était une chimère.

Cette situation a ses modes d’expression dans les différentes régions de la planète, reflétant une crise du modèle de production néolibéral dans son essence et, par conséquent, dans son idéologie. Aujourd’hui, il est impossible de maintenir les valeurs de la démocratie représentative sans que n’apparaissent  les bases mensongères   sur lesquelles elle a été fondée historiquement.

La démocratie, selon l’a vision de l’oncle Sam (un personnage avec lequel  l’impérialisme s’est identifié), est le monopole de la propriété sur le manque d’autrui, et ils comprennent les droits de l’homme comme la possibilité d’imposer l’individu sur le collectif, d’exclure ou d’exterminer toute personne qui a l’intention de changer l’ordre actuel des choses. En bref, c’est le droit que le marché a sur l’existence des hommes au détriment du rôle régulateur de l’État, quels que soient les êtres humains ou la vie naturelle, seul le profit individuel compte, c’est-à-dire l’argent.

Leurs méthodes de contrôle social – c’est le nom que les méthodes fascistes reçoivent désormais -sont si féroces et barbares lorsque ils veulent étrangler l’espérance des peuples, lorsque leur richesse et  leur hégémonie sont  menacée. Cuba, le Venezuela et le Nicaragua pourraient être quelques exemples qui mettent en danger la suprématie du système.

L’empire détruit tout ce qui a une valeur symbolique, qui représente de nouvelles idées. L’incendie de la wiphala, le drapeau qui reflète l’origine indigène multiculturelle de la Bolivie, n’était pas un hasard, il fait partie d’un script bien préparé, non seulement pour ignorer une culture, mais comme une étape pour détruire tout ce qui conduit conceptuellement à une position de résistance

Il n’y a donc pas de différence entre ce qui s’est passé à la Bibliothèque nationale de Bagdad, les statues du Che démolies sous le gouvernement Macri ou le saccage  de la maison d’Evo Morales en 2019, l’ordre est de détruire toute le capital symbolique des combattants   qui s’opposent à sa machinerie  d’extermination.

La situation internationale actuelle, convulsive et complexe, se débat dans l’antagonisme historique, reflétant le choc de deux conceptions qui gravitent autour l’existence de l’homme: la contradiction entre le modèle néolibéral et les projets  caractère social plus participatifs. La crise actuelle du capitalisme, avec son modèle néolibéral, démontre son incapacité à résoudre les problèmes accumulés historiquement.

Son expression immédiate est l’exacerbation des difficultés structurelles dans plusieurs régions du monde, c’est pourquoi, par crainte du développement de réponses qui vont vers davantage de socialisme, de plus de  répartition des richesses, des solutions extrêmes sont utilisées, quel qu’en soit le coût pour les grandes majorités

L’unité doit être l’élément cardinal de tout processus de lutte contre les forces retardatrices des changements, compte tenu du  fait que  plusieurs éléments fondamentaux, tels que l’idéologie, doivent  être liée à la discipline et à une direction , lls ne peuvent être atteint avec le Triomphe d’une révolution s’il n’y a pas de définition des tâches spécifiques à imposer comme propositions de changement. Pour cela, il est nécessaire de définir le sens logique de ce que vous voulez réaliser, et cela ne peut être possible que s’il y a une conscience claire de ce que vous voulez et un leadership moral, populaire et charismatique.

En outre, la pratique et la théorie révolutionnaires latino-américaines doivent être approfondies, avec une vaste expérience en revers et en  victoires. Le moment n’est pas de maudire ou de regretter, mais de procéder à un examen des erreurs commises, en recherchant les causes possibles pour travailler à leur élimination immédiate.

Ce qui en résulte doit passer par le filtre du consensus des masses, seul moteur possible des mouvements mis en scène à travers l’histoire. Fidel, lors de la cérémonie de clôture du IV Forum de Sao Paulo, à La Havane en 1993, a souligné les aspects qui doivent être pris en compte aujourd’hui: «… Une stratégie claire et des objectifs très clairs sont importants, que voulons-nous, que proposons-nous et si nous nous sentons capable de le faire … soyez sage, soyez proactif. Être aussi intelligent que nécessaire, non seulement aussi courageux que nécessaire, non seulement aussi résolu que nécessaire, et aussi convaincu que nécessaire, mais aussi intelligent que nécessaire … ».

En résumé, la culture est la première tranchée de combat et de résistance de ceux qui ont besoin et veulent une autre réalité différente de la réalité actuelle.

 

 

 

 

L

 

2 réponses à “L’alternative à la crise idéologique du capitalisme

  1. jfreychet

    février 9, 2020 at 11:19

    Enfin une bonne présentation et un texte qui tient la route.
    Qui plus est une conclusion pertinente – Sic «En résumé, la culture est la première tranchée de combat et de résistance de ceux qui ont besoin et veulent une autre réalité différente de la réalité actuelle. » – qui cependant rapportée à la situation française nécessite la prise de conscience que notre système éducatif à commencer par le primaire, n’en déplaise aux professeurs des écoles, ne fait que reproduire, aujourd’hui comme hier, les inégalités sociales d’origines consulter à ce sujet le dossier à l’adresse suivante : http://jafreyvil.over-blog.com/2020/01/les-raisons-profondes-de-l-echec-et-de-la-reussite-scolaire.html
    Mais qui s‘en soucis ? Certainement pas les exégètes autoproclamés du marxisme qui devraient lire ou relire Engels, ceux qui l’on précédé Bachofen, Morgan, puis Marx, Lénine http://classiques.uqac.ca/classiques/lenine/Etat_et_revolution/lenine _Etat_et_revolution.pdf , Marti et quelques autres, en particulier Staline qui jusqu’à son décès a tenu ferme la barre, après ce fut la débandade. C’est avec contrition que j’avoue avoir failli devenir anti Stalinien, seule la lucidité ma épargnée cette honte.

     
  2. DOMART Jean-Marc

    février 9, 2020 at 4:44

    Chez nous, le remède (pour les Municipales) aux injustices et inégalités promu par la médiatisation patronale semble être les Verts, via vraisemblablement le macroniste Villani pour la récup’. La « vague verte » aux Européennes et la promotion de Greta Tunberg, si sympathique paraisse-t-elle, ne sont pas si anodines en cette période préélectorale peu favorable à Macron…
    A noter que dans le cadre (de l’Europe?) du « tout sauf les communistes » qu’il semble important pour la politique du Capital de mettre hors-jeu, on voit à Ivry/Seine (94) les sociaux-démocrates de toutes étiquettes faire liste commune contre le PCF. Ce dans une ville qui est pourtant une ville communiste depuis même avant la création du PCF, vu qu’il y existait déjà sous la Commune une « section de la Gare d’Ivry »…
    A noter que lorsqu’une ville est prise aux communistes, le premier soin de la nouvelle mairie est de mettre en route l’épuration sociale en s’en prenant au logement social et en encourageant la spéculation immobilière. Cela afin d’obtenir une sélection par le fric de l’électorat, par conséquent éloigner l’électorat populaire en (très) grande banlieue. Voir ce qu’il est advenu de Levallois dès 1983, et de St-Ouen aux dernières Municipales. Quant à Villejuif, qui subit depuis les dernières élections le même traitement (avec aide du « Vert » Lipietz), c’est de plus la tentative de débaptiser l’Esplanade Georges Marchais et essayer, comme l’avait fait Balkany à Levallois, d’expulser la Bourse du Travail. Le débaptisations de rues ont un but ouvertement idéologique, on se souvient aussi qu’avec la droite, à Epinay/Seine, la rue Salvador Allende avait ainsi été rebaptisée Lech Walesa, sans que ça dérange beaucoup les médias et autres soi-disant « défenseurs des droits de l’Homme » (à deux vitesses)…
    Mais, pour les Verts, peu importe que le tri (social) soit fait de ceux qui auront droit à respirer l’air pur. Et ceux qui seront obligés de prendre un véhicule personnel pour se rendre au travail seront qualifiés de « pas écologiques », par conséquent auront droit à un contrôle technique tatillon et pas droit à la parole dans les médias…

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :