RSS

Qui est Luis Arce, le candidat du MAS à la présidence de la Bolivie?

21 Jan

Si on peut avoir quelques doutes sur la manière dont l’extrême-droite auteur du coup d’Etat et ses maîtres étatsuniens vont laisser s’accomplir le processus démocratique.  Evo Morales, le Mas, ses dirigeants qui demeurent le principal parti du pays jouent la carte de l’apaisement et des institutions légales, choisissent des gens connus pour leur compétence. C’est une stratégie, on va voir jusqu’où les auteurs du coup d’Etat et leurs complices y compris en France, en occident iront dans leur défense de l’illégalité, de l’extrême-droite raciste et criminelle. Cela dit cet économiste a aussi une théorie du « ruissellement » mais celle-ci part des nationalisations des secteurs clés et leur bénéfices redistribués pour lutter contre la pauvreté.   (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Luis Arce a 56 ans et est originaire de La Paz. Il a demandé l'asile au Mexique après le coup d'État en Bolivie.

Luis Arce a 56 ans et est originaire de La Paz. Il a demandé l’asile au Mexique après le coup d’État en Bolivie. | Photo: EFE

Publié le 20 janvier 2020 (il y a 5 heures 12 minutes)

Luis Arce était ministre de l’Économie sous le gouvernement d’Evo Morales et a été l’une des références du renommé « miracle économique bolivien ».

Après un coup d’État et un climat politique instable en Bolivie, le parti du Mouvement pour le socialisme ( MAS ) a choisi les candidats aux élections du 3 mai: Luis Arce à la présidence et David Choquehuanca à la vice-présidence, tous deux figures de poids dans le gouvernement d’Evo Morales.

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Luego de dos jornadas de intenso debate con dirigentes del MAS-IPSP y del Pacto de Unidad, fue elegida la fórmula de unidad con la que ganaremos las elecciones el próximo 3 de mayo: Presidente: Luis Arce Catacora, y Vicepresidente; David Choquehuanca. ¡Hasta la victoria siempre!

Ver imagen en Twitter

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Nuestra dupla: Luis Arce y David Choquehuanca es una combinación del conocimiento científico y el conocimiento originario milenario, la unidad del campo y de la ciudad, del cuerpo y del alma.
Tenemos un proyecto político de liberación que ha demostrado que otra Bolivia es posible

Ver imagen en Twitter
Luis Arce Catacora a été ministre de l’Économie à différentes périodes du gouvernement d’ Evo Morales , i a seulement quitté  son poste en 2017 pour subir une opération pour un cancer du rein. Arce est l’une des figures emblématiques du modèle économique qui a connu une croissance annuelle du PIB supérieure à 4% en Bolivie.

Le candidat au MAS est né à La Paz, a 56 ans et a une longue histoire économique à la Banque centrale de Bolivie, où il a travaillé avant d’être ministre d’Evo. Il a également un profil de professeur dans différentes universités publiques et privées du pays.

Evo Morales a déclaré qu’avec Arce « l’économie nationale est garantie », en fait, il a été à plusieurs reprises reconnu comme l’un des 10 meilleurs ministres de l’économie d’Amérique latine.

Après le coup d’État, Arce a demandé l’asile politique au Mexique.

Dans une interview pour le programme TeleSUR Word Crossing, Arce a déclaré qu’en 1985, il a vécu les politiques néolibérales en Bolivie et a été témoin du démantèlement du syndicalisme et des forces populaires.

« Dans le cas de la Bolivie, la droite a accusé la gauche de mauvaise administration économique, mais j’ai commencé à enquêter sur ceux qui dirigeaient les entreprises publiques qui ont été ensuite privatisé et qui étaient eux-mêmes (la droite) », a-t-il déclaré à propos de ses adversaires politiques

Concernant le modèle économique créé en Bolivie sous le gouvernement d’Evo Morales, il a expliqué que le pilier était la génération de richesse. « Vous ne pouvez pas distribuer la pauvreté, mais vous devez générer plus de richesse. C’est la différence de notre modèle, générer de la richesse à distribuer. »

Dans ce contexte, il rappelle que dans le pays qui a vécu le gouvernement d’Evo Morales, la richesse est concentrée entre quelques mains et la pauvreté est généralisée. Le projet révolutionnaire a nationalisé la gestion du gaz et des hydrocarbures pour redistribuer ces richesses.

Concernant le coup d’État en Bolivie, Arce estime que l’économie n’était pas suffisante pour garantir le processus de la révolution, car il existe des facteurs subjectifs: « Les forces armées et la police étaient très sensibles à l’argent; elles voulaient de l’argent avant de bien faire les choses. pour les gens ».

Mais aussi dans l’économie, certaines impulsions aux coup d’État sont encore cachées, comme la question du lithium, le métal dont la Bolivie est la première réserve mondiale avec 70%.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :