RSS

Les USA répondent à la demande de l’Irak concernant le retrait de ses troupes

12 Jan

Malgré le chaos apparent décrit ici de leurs déclarations, en fait les USA et leur atrabilaire président semblent partagés par la volonté de continuer à gérer la situation et dans le même temps par le désir de faire partager le coût de leur domination au reste de la planète, en particulier leurs alliés européens. Ce qui ne peut que rendre inquiet sur ce qu’il attend de Macron après l’enthousiasme inconditionnel dont il a fait preuve. Ce qui risque de nous coûter un maximum d’argent au moment où on prétend ne plus en avoir assez pour nos retraites. Je propose donc que nos politiques daignent faire le lien entre la destruction de nos services publics et le poids de nos expéditions militaires. Par parenthèses si le service public de santé, d’éducation licencie, l’armée recrute (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Publié:

 

Le Premier ministre irakien, Adel Abdul Mahdi, a demandé jeudi dernier  9 janvier 2020 au secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, d’envoyer une délégation afin que ses troupes quittent le pays arabe.

En réponse à la demande de l’Irak concernant le retrait des troupes américaines, le Département d’État américain  a répondu vendredi en déclarant que toute délégation américaine envoyée dans le pays arabe aurait à approfondir   l’alliance stratégique entre Washington et Bagdad, et non de retirer ses troupes, rapporte Reuters .

Depuis le pays nord-américain, ils soutiennent que la présence de leurs forces dans la région est « appropriée » . « Cependant, il est nécessaire d’avoir une conversation entre les gouvernements américain et l’Irak, non seulement sur la sécurité, mais aussi sur notre partenariat financier, économique et diplomatique », a déclaré le porte-parole Morgan Ortagus dans un communiqué qui a déclaré département.

« Le Premier ministre irakien a déclaré que les forces américaines étaient entrées en Irak et que des drones volaient dans leur espace aérien sans l’autorisation des autorités irakiennes, ce qui constituait une violation des accords bilatéraux », a déclaré un communiqué du gouvernement irakien adressée à Pompeo

Dans le même esprit, Abdul Mahdi a souligné que l’Iraq rejetait toutes les violations de sa souveraineté, y compris l’attaque du Pentagone qui s’est terminée jeudi avec la vie du général iranien Qassem Soleimani à l’aéroport de Bagdad ou le lancement de 22 missiles par partie de Téhéran contre des bases irakiennes qui abritent des soldats américains.

Une semaine de tension

L'Irak exige les États-Unis de retirer ses troupes du pays

La situation dans la région est devenue explosive depuis jeudi dernier, une frappe aérienne  lancée  par le Pentagone à Bagdad a mis fin à la vie de 12 personnes, dont Soleimani et le chef du Kataib Hezbollah et des Forces de mobilisation populaire, Abu Mahdi à Muhandis.

Trois jours après l’assassinat de Solimani, le Parlement irakien a adopté une résolution qui met  fin à la présence de troupes étrangères  sur le sol irakien et leur interdit « d’utiliser leur terre, leur espace aérien ou leur eau pour quelque raison que ce soit ». En réponse, le président américain Donald Trump a menacé d’imposer « des sanctions comme jamais auparavant » au pays arabe en cas de retrait forcé des militaires du territoire irakien.

Peu de temps après,  il est diffusé   une lettre du commandant de la mission militaire spéciale des États – Unis en Irak, William Seely, dans lequel il a informé le chef du Commandement des opérations conjointes du pays arabe du prochain retrait des troupes de la coalition internationale dirigée par Washington commençait à démmenager..

Aucun plan de retrait

Cependant, le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a  déclaré  lundi « qu’il n’y avait aucune décision de quitter l’Irak ». En outre, le chef des chefs d’état-major interarmées, Mark Milley, a confirmé qu’il n’était pas prévu de quitter l’Irak par Washington.

De son côté, Abdul Mahdi a  confirmé  un jour après avoir reçu des USA. une lettre sur le retrait possible de ses troupes du territoire du pays arabe, bien qu’il ait expliqué que les versions en anglais et en  arabe ne soient pas identiques, le Gouvernement iraquien a donc demandé des explications.

On estime qu’il y a actuellement  environ  5 200 soldats américains sur le territoire irakien . Si l’usa retire enfin ses troupes, il mettra fin à une présence militaire de 17 ans dans le pays arabe. En 2011, Washington a déjà retiré ses forces militaires d’Irak, mais ils sont revenus en 2014 à l’invitation du gouvernement de Bagdad pour aider leurs forces à combattre l’État islamique.

  • A l’aube de mercredi, l’Iran a  lancé  22 missiles balistiques à courte portée contre deux bases aériennes irakiennes qui abritent des troupes américaines en réponse au  meurtre  de Soleimani.
  • Les médias iraniens ont déclaré que 80 personnes seraient mortes, tandis que Trump a écrit un tweet avec un appel au calme: « Tout va bien! »
  • Quelques heures plus tard, Trump a  prononcé  un discours dans lequel il a déclaré que les États-Unis continuera d’exercer une « pression maximale » sur l’Iran et d’imposer des « sanctions économiques supplémentaires ». Il a également demandé à l’OTAN de s’impliquer davantage dans le processus de pacification du Moyen-Orient et a demandé au Royaume-Uni, à la France, à l’Allemagne, à la Chine et à la Russie de rompre l’accord nucléaire conclu en 2015 avec Téhéran pour renégocier un nouveau pacte.
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :