RSS

Etats-Unis : l’espérance de vie recule pour la première fois depuis 1993

11 Déc

Un des contextes importants de l’élection de Trump. A noter que l’espérance de vie est meilleure dans le minuscule Cuba qu’aux Etats-Unis (note de Danielle Bleitrach)

Par Jean-Christophe Catalon  |  09/12/2016, 9:16  |  411  mots
Dans le détail, les hommes vivent désormais jusqu'à 76,3 ans (- 0,2 an) et jusqu'à 81,2 ans (-0,1) pour les femmes.

Dans le détail, les hommes vivent désormais jusqu’à 76,3 ans (- 0,2 an) et jusqu’à 81,2 ans (-0,1) pour les femmes. (Crédits : Reuters/Javier Galeano)
Les Américains ont perdu 0,1 année entre 2014 et 2015. Ce recul résulte en partie de l’épidémie d’overdoses qui touche la population.

Loin de s’améliorer, les conditions de vie se dégradent aux Etats-Unis. Pour la première fois depuis 1993, l’espérance de vie à la naissance a reculé pour s’établir à 78,8 ans en 2015, soit 0,1 année (environ 36 jours) de moins par rapport à 2014, selon le Centre national des statistiques sur la santé américain, le NCHS. Dans le détail, les hommes vivent désormais jusqu’à 76,3 ans (- 0,2) et jusqu’à 81,2 ans (-0,1) pour les femmes.

Par catégorie, on remarque que le taux de mortalité a particulièrement augmenté chez les femmes et hommes blancs, puis les hommes noirs. Ces derniers restent les plus touchés, avec 1.070,1 décès pour 100.000 personnes.

Taux de mortalité aux Etats-Unis

L’augmentation des overdoses en grande partie à l’origine de la situation

Il y a vingt ans, le VIH, une épidémie de grippe extraordinaire, ainsi qu’une recrudescence des homicides et des accidents de la route étaient à l’origine du recul de l’espérance de vie. Aujourd’hui, les accidents de la route (+6%) sont de nouveau mis en cause, mais les intoxications accidentelles (+13%) sont celles qui ont le plus augmenté, selon le docteur Jiaquan Xu, à l’origine de l’étude – ce qui explique en partie pourquoi les maladies cardiaques demeurent la première cause de décès aux Etats-Unis. La quasi-totalité (97%) de ces intoxications résultent, selon le chercheur, d’overdoses de drogues ou d’alcool.

Aux Etats-Unis, la surconsommation de stupéfiants, légaux ou non, est un enjeu sanitaire central. Depuis 2008, le nombre de décès par overdose a dépassé celui des accidents de la route. L’écart est à son climax avec respectivement 49.714 décès par overdose et 32.675 morts sur les routes en 2014 (dernières données disponibles), selon les chiffres de la CDC et de l’IIHS HLDI. Au total, près d’un demi-million d’Américains sont décédés des suites d’une overdose entre 2000 et 2014, selon le centre de prévention des maladies américains (CDC).

Dans six cas sur dix, ces overdoses concernent une prise abusive d’opioïdes, des substances de la même famille que la morphine, comme la codéine ou le fentanyl. Il faut dire qu’outre-Atlantique, les médecins ont la main leste sur le dosage. Quelque 99% des médecins en surprescrivent, conduisant le gendarme américain du médicament, la DEA, à imposer une diminution de 25% de la production d’opioïdes en 2017. Pour le docteur Jiaquan Xu, l’épidémie d’opioïde est un facteur significatif du recul de l’espérance de vie à la naissance

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 11, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :