RSS

Une lettre aux rédactrices du journal ELLE

05 Jan

Пожар в Доме профсоюзов в Одессе

Voici la lettre que je viens d’adresser à la rédaction de ELLE (Annececile.sarfati@Lagardère-active.com) et Delphine.lapeyrere@lagardere-active.com:
Chère madame,

Vous n’ignorez pas l’émotion qu’a soulevé votre reportage sur les combattantes ukrainiennes qui s’avèrent être de vraies néo-nazies. J’ai pris connaissance des excuses de votre hebdomadaire. J’imagine que vous ne vous sentez effectivement aucune affinité avec les néonazis pourtant vos journalistes auraient pu pousser plus loin leurs investigations sur le bataillon Aïdar et d’autres « punisseurs » plus ou moins financés par des oligarques sur des bases ultranationalistes et recrutant dans les cercles d’extrême-droite dans leur quasi totalité.

Il s’avère que cette année j’ai fait avec une amie professeur de russe une série de reportages essentiellement auprès des populations de Crimée, d’Odessa, de Gagaouzie, de Transnistrie et de Moldavie. J’étais professeur de sociologie à l’université de Provence et j’ai actuellement un blog consacré ces derniers mois à la situation en Ukraine. Il reçoit 10.000 visiteurs différents par jour et parfois plus (67.000 a été en novembre le record) et ses informations sont relayées un peu partout, en France mais aussi aux États-Unis, au Canada en particulier.

Nous organisons à partir du 25 janvier une délégation d’Ukrainiens et Ukrainiennes de la ville d’Odessa. Elles se rendront à Paris, Lille, Marseille, Nice, Lyon, pour faire connaître la situation en Ukraine et justement ce qu’est le fascisme qui fait régner la terreur partout. En particulier la délégation comprend Elena et Irina, deux femmes qui appartiennent au Comité des mères d’Odessa. Il s’agit de ce terrible drame au cours duquel plus de 50 personnes ont été brûlées et assassinées par les gens que vous avez mis en avant dans votre premier reportage. Elena qui est professeur de français à l’université a perdu dans cette tragédie son fils unique de 27 ans… Au-delà des questions politiques c’est une torture que vit cette femme et d’autres mères avec elles, je les ai rencontrées à Odessa et j’ai été bouleversée par leur témoignage…

Donc je vous propose de les rencontrer lors de leur passage à Paris. Je pense que si vous détestez le fascisme et que vous regrettez de leur avoir fait involontairement de la publicité, vous aurez à cœur d’entendre ses victimes.

Je vous remercie par avance de votre réponse.

Danielle Bleitrach

 
8 Commentaires

Publié par le janvier 5, 2015 dans Uncategorized

 

8 réponses à “Une lettre aux rédactrices du journal ELLE

  1. Jeanne Labaigt

    janvier 5, 2015 at 7:20

    Remarquable lettre
    A faire circuler…

     
  2. Jeanne Labaigt

    janvier 5, 2015 at 7:41

    Je me suis permise de relayer sur le site »les crises », je vais écrire aussi aux deux dames pour appuyer ton « invitation » courtoise. Je ferai cela demain.
    Merci encore
    avec toute mon admiration.

     
  3. Krystyna Hawrot

    janvier 5, 2015 at 7:57

    Bravo Danielle! Une super idée! La seule façon dont ELLE peut réparer le dommage causé est de médiatiser maintenant le combat de Irina et Elena!!!

     
  4. Eric Gaillot

    janvier 6, 2015 at 12:04

    Danielle,
    J’ai placé votre lettre en première page Google pour le mot « ELLE » et « magazine ELLE ».
    Bon courage

     
  5. Jacques Rochat

    janvier 6, 2015 at 11:40

    Désolé mais quelle naïveté. Vous croyez vraiment que le reportage est une erreur ? Quelles excuses avez-vous vu, à part un message standard de « contrôle des dommages » « c’est pas de notre faute, c’est nous les victimes » ?

     
    • histoireetsociete

      janvier 6, 2015 at 11:45

      quel naïveté cher monsieur Rochat, l’ironie et la patience sont les vertus du bolchevique, la litote est typiquement française… débrouillez vous avec ça pour lire ma lettre..

       
  6. Jacques Rochat

    janvier 6, 2015 at 7:26

    Chère Madame, j’espère sincèrement être le naïf et j’admire votre courage. Cependant je serais fort étonné que votre lettre ne soit pas immédiatement détruite sans qu’aucune suite n’y soit donnée car il s’agit de propagande de guerre et les auteurs ne se soucient certainement pas plus d’un tel courrier que du dernier enfant mutilé du Donbass ou la première personne exécutée sur la place Maïden.
    PS: je ne veux pas poémiquer et peut-être est-il préférable de modérer ce commentaire ?

     
  7. anne jordan

    janvier 7, 2015 at 2:33

    Merci , Madame Bleitrach , pour la persévérance de votre action !
    ( en admettant que J.Rochat ait raison et que ELLE refuse votre invitation , vous n’en avez pas moins MILLE FOIS RAISON , de la lancer et de la formuler ainsi ! )
    Le camp des cyniques et des haineux ne peut que pâlir devant la détermination de bonne foi et de respect humain .

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :