RSS

Une dynastie dictatoriale au pouvoir en Corée du sud, elle interdit le principal parti d’opposition, le PPU, proche des communistes : solidarité !

21 Déc

 

tandis que l’on nous amuse avec des caricatures de la dynastie dans la Corée du nord, qu’un président des Etats-Unis se couvre de ridicule en confondant paix dans le monde et scénario burlesque, l’actuelle dirigeante de la Corée du Sud Park Geun-Hye prétend interdire le PPU, parti de gauche proche des communistes.

Elle le fait au nom de la lutte contre le communisme, en hostilité ouverte soutenue par les Etats-Unis contre le peuple frère de la Corée du Nord.   En parlant de dynastie, il est bon de savoir que Park Geun-Hye est aussi la fille du dictateur Park Chung-Hee. La biographie de celui-ci est éloquente, l’homme a duré, même si son histoire doit être resituée dans la domination coloniale que les Etats-Unis et leur allié japonais ont infligé à la COrée du Sud, après son assassinat il y eut encore un régime militaire encore plus corrompu.

Les USA dans la lutte qu’ils entament contre la Chine populaire ont récupéré les forces conservatrices qui avaient collaboré  au terrible pillage, à la mise en esclavage y compris sexuel de la population coréenne.  Sous l’occupation japonaise, alors que Park Chung Hee est membre du parti communiste la grande force de résistance à l’occupant,  il trahit ses compagnons. Puis logiquement il devient l’homme de la CIA et  accède au pouvoir, il y fait régner la terreur dans le pays, enferme les opposants, il finira assassiné par les services secrets coréens tant il s’avère incapable de contenir les révoltes populaires.

Il est très populaire auprès des milieux conservateurs pour avoir joué un rôle dans l’industrialisationn du pays, mais ce fut en priviligiant les exportations et en faisant pression sur les ouvriers qui n’ont jamais cessé de se rebeller. Sous son gouvernement, il y a eu le développement des chaebol (jaebeol), comme   Hyundai, LG et Samsung. Ce sont des trusts très proches de ceux du japon avec le même modèle d’intégration et la propriété familiale. Ses liens avec les Etats-Unis passèrent par l’hostilité active à la Corée du Nord et à la Chine, mais en revanche le rapprochement avec le japon.

Il normalisa les relations avec le Japon en 1965 avec le traité nippo-sud-coréen du 22 juin 1965 qui renonçait à toute réparation, renonçait même aux excuses. Ce traité fut très mal accueilli et causa une agitation généralisée car la Corée avait connu une occupation japonaise dramatique et échanger le droit aux réparations du peuple contre les investissements japonais et une pluie d’aide des USA fut imposé à la population coréenne. Ce fut une terrible dictature où toute opposition était sanctionnée par l’enfermement et l’assassinat.

C’est pour cela que l’opinion en Corée du Sud n’est pas aussi anti-Corée du nord que des années de propagande auraient pu l’inspirer, la COrée du Nord a choisi l’indépendance par rapport aux USA et au japon.
Après presque dix ans au pouvoir, dans un régime électoral qui vit Park remporter de justesse une élection présidentielle très serrée contre Kim Dae-Jung en 1971, Park instaura l’état d’urgence et adopta la constitution yusin en 1972, ce qui transforma effectivement la présidence en régime dictatorial légal : il devient alors président à vie. À partir de 1973, il lança un programme de conversion forcée des prisonniers politiques, auquel des détenus communistes comme Ri In-mo refusèrent de se soumettre. Il donne son accord au moins tacite à la tentative d’assassinat contre Kim Dae-jung, enlevé en août 1973 à Tokyo et libéré in extremis grâce à la pression de l’ambassadeur Philip Habib, qui agit de sa propre initiative, malgré le soutien de l’administration Nixon au régime du dictateur.

Ceux qui connaissent l’histoire de la Corée, le caractère atroce de l’occupation japonaise, la guerre sauvage menée par les Américains en Corée du Nord alors qu’ils imposaient de telles dictatures à la Corée du Sud, ne peuvent avoir la même vision que notre presse ou tous les internautes qui vont répétant les mêmes stupidités sur le caractère dynastique et autoritaire de la seule Corée du Nord.

Parce le fait est là et les faits sont tétus: pendant que l’on nous amuse avec des caricatures du dirigeant de la Corée du Nord, que l’on nous parle de dynastie… Il y a la fille d’un dictateur de la Corée du sud qui a succédé à son terrible papa,  qui interdit les communistes et au-delà toute revendication à l’indépendance du pays et aux droits des travailleurs.

la seule différence est que la Corée du sud est une colonie des USA et du japon…Park Geun-Hye est bien la fille du dictateur Park chung-Kee et elle apporte sa caution à l’encerclement de la Chine souhaité par les Etats-Unis, ce qui lui vaut la mansuétude de notre presse servile et des crétins qui se croient malins quand ils répètent ce qu’on leur dit de dire alors qu’ils ignorent tout.

En attendant ici comme en Ukraine, des partis communistes sont interdit et la répression se poursuit. lire article :

lire l’article suivant :

 Interdiction en Corée du sud du principal parti d’opposition, le PPU, force de gauche proche des communistes : solidarité !

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le décembre 21, 2014 dans Amérique, Asie, POLITIQUE

 

2 réponses à “Une dynastie dictatoriale au pouvoir en Corée du sud, elle interdit le principal parti d’opposition, le PPU, proche des communistes : solidarité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :