RSS

LA DICTATURE MEDIATIQUE À L’ÈRE DE LA POST-VÉRITÉ  (*) Fidel Castro et la répression contre les intellectuels, par Ignacio Ramonet

09 Déc

Photo : Ignacio Ramonet

Comme je comprends ce cri du coeur d’Ignacio Ramonet, remarquez cela a du bon. Toute ma vie en tant que communiste j’ai subi un certain ouvriérisme, en tant qu’intellectuelle j’étais un élément suspect face aux prolétaires. Aujourd’hui je sais que la position de classe n’est pas liée à l’origine, même si je suis toujours persuadée qu’il est bon d’avoir un maximum de prolétaires parmi les dirigeants d’un parti révolutionnaire. Honnêtement j’ai vu des tas d’amis intellectuels ou prolétaires renoncer au combat, trahir même que je suis assez contente d’avoir partagé l’expérience de ce qu’est la pseudo démocratie et le droit à la parole dans nos démocraties (note de Danielle Bleitrach, traduction de M. Taupin).

L’image contient peut-être : barbe et une personne ou plus

(par Ignacio Ramonet, traduction Michel Taupin)

La mort de Fidel Castro a donné lieu – dans certains grands médias occidentaux – à la diffusion de quantités d’infamies contre le commandant cubain. Cela m’a blessé. Chacun sait que je le connaissais bien. Et j’ai donc décidé d’apporter mon témoignage personnel. Un intellectuel cohérent doit dénoncer les injustices. En commençant par celles de son propre pays.

Lorsque l’uniformité médiatique écrase toute diversité, censurer toute expression divergente et sanctionner les auteurs dissidents, est naturel, en effet, on peut parler de « répression ». Comment qualifier autrement un système qui étouffe la liberté d’expression et réprime les voix différentes ? Un système qui n’accepte pas la contradiction en arguant qu’il l’admet. Un système qui établit une « vérité officielle » et ne tolère pas la transgression. Un tel système a un nom, ça s’appelle « tyrannie » ou « dictature ». Pas de discussion. Comme beaucoup d’autres, j’ai vécu dans ma chair les fléaux de ce système… en Espagne et en France. C’est ce que je vais vous raconter.

La répression contre moi a commencé en 2006, lorsque j’ai publié en Espagne mon livre « Fidel Castro. Biographie à deux voix » ou « Cent heures avec Fidel »- (Edition Debate, Barcelone), fruit de cinq années de documentation et de travail, et des centaines d’heures de conversations avec le leader de la révolution cubaine. Immédiatement, je fus attaqué. Et la répression a commencé. Par exemple, le journal « El Pais » (Madrid), qui m’ouvrait régulièrement ses pages d’opinion, m’a sanctionné. Il cessa de me publier. Sans donner la moindre explication. Et non seulement cela, mais dans la meilleure tradition stalinienne, mon nom a disparu de ses pages. Supprimé. Plus aucun compte-rendu de mes livres, plus aucune mention de mon activité intellectuelle. Rien. Supprimé. Censuré. Un historien du futur qui chercherait mon nom dans les colonnes du journal « El País » déduirait que je suis mort il y a une décennie…

La même chose dans « La Voz de Galicia », journal dans lequel j’ai aussi écrit pendant des années, une chronique hebdomadaire intitulée « Res Publica ». En raison de la publication de mon livre sur Fidel Castro, et aussi sans la moindre excuse, j’ai été puni. Ils ont cessé de publier mes chroniques. Du jour au lendemain : la censure totale. Comme dans « El País » mise à l’écart absolue. Traitement de pestiféré. Jamais plus, ensuite, la moindre allusion à une de mes activités.

Comme dans toute dictature idéologique, la meilleure façon d’exécuter un intellectuel est de le faire « disparaître » de l’espace médiatique pour le « tuer » symboliquement. Hitler l’a fait. Staline l’a fait. Franco l’a fait. Le quotidien « El País » et « La Voz de Galicia » me l’ont fait.

En France, ce fut pareil. Quand les éditeurs Galilée et Fayard ont publié mon livre « Fidel Castro. Biographie à deux voix » en 2007, la répression s’est immédiatement abattue sur moi.

Sur la radio publique « France Culture », j’animais un programme hebdomadaire le samedi matin, consacré à la politique internationale. Dès la publication de mon livre sur Fidel Castro, les médias dominants commencèrent à m’attaquer violemment, le directeur de la station m’a appelé dans son bureau et sans détours, m’a déclaré : « Il est impossible que vous, ami d’un tyran, puissiez vous exprimer sur nos ondes. » J’ai essayé d’argumenter. Rien à faire. Les portes des studios se sont fermées à jamais pour moi. Ils m’ont aussi bâillonné. Le silence était imposé à une voix discordante dans l’unanimisme anti-cubain.

A l’Université Paris-VII, cela faisait 35 ans que j’enseignais la théorie de la communication audiovisuelle. Quand a commencé la diffusion de mon livre et la campagne médiatique contre moi à se propager, un collègue m’a prévenu: « Attention! Certains fonctionnaires disent qu’on ne peut pas tolérer que « l’ami d’un dictateur » donne des cours dans notre faculté… » Bientôt commencèrent à circuler dans les couloirs des dépliants anonymes contre Fidel Castro qui exigeaient mon expulsion de l’université. Peu après, j’étais officiellement informé que mon contrat ne serait pas renouvelé… Au nom de la liberté d’expression, on m’a refusé le droit à l’expression.

Je dirigeais à l’époque, à Paris, le mensuel « Le Monde Diplomatique », appartenant au même groupe d’édition que le célèbre journal « Le Monde ». Et, pour des raisons historiques, je faisais partie de la « Société des rédacteurs » de ce journal, mais n’écrivais plus dans ses colonnes. Cette société était alors très importante dans l’organigramme de l’entreprise par sa condition d’actionnaire principal, parce qu’en son sein on élisait le directeur du journal et parce qu’elle veillait au respect de l’éthique professionnelle.

En vertu de cette responsabilité précisément, quelques jours après la sortie de ma biographie de Fidel Castro en librairies, et après que plusieurs médias importants (notamment le quotidien « Libération ») ont commencé à m’attaquer, le président de la Société des rédacteurs m’appela pour me transmettre « l’extrême émotion » qui, selon lui, régnait au sein de la Société des rédacteurs depuis la publication du livre. « L’avez-vous lu ? » Demandai-je. « Non », répondit-il, « mais peu importe c’est une question d’éthique, de déontologie. Un journal du groupe « Le Monde » ne peut pas interroger un dictateur. » Je cite de mémoire une liste d’une douzaine d’authentiques autocrates d’Afrique et d’autres continents dont le journal avait obligeamment donné la parole pendant des décennies. « Pas la même chose » dit-il, « précisément je t’appelle pour ça : les membres de la Société des rédacteurs veulent que tu viennes leur donner une explication. » « Vous voulez me faire un procès ? Un «procès de Moscou» ? Une «purge» pour déviationnisme idéologique ? Il va falloir assumer votre rôle d’inquisiteurs et de police politique, et m’emmener de force devant votre tribunal. » Ils n’ont pas osé.

Je ne peux pas me plaindre ; je n’ai pas été emprisonné ni torturé ni exécuté comme cela est arrivé à beaucoup de journalistes et d’intellectuels sous le nazisme, le stalinisme ou le franquisme. Mais j’ai subi des représailles, symboliquement. Comme dans ‘El País’ ou ‘La Voz’, j’ai « disparu » des colonnes du journal « Le Monde ». Lorsque j’étais cité, c’était seulement pour me lyncher.

Mon cas n’est pas unique. Je connais en France, en Espagne, dans d’autres pays européens, de nombreux intellectuels et journalistes condamnés au silence, à « l’invisibilité » et à la marginalité parce qu’ils ne pensent pas comme le chœur féroce des médias dominants, parce qu’ils rejettent « le dogme anti-castriste obligatoire ». Pendant des décennies, Noam Chomsky lui-même, aux États-Unis, pays de la « chasse aux sorcières », a été condamné à l’ostracisme par les grands médias qui lui ont interdit l’accès aux colonnes des journaux les plus influents et aux antennes des principales stations de radio et de télévision.

Cela n’a pas eu lieu il y a cinquante ans dans une dictature poussiéreuse lointaine. Non, ça se passe maintenant dans nos « démocraties médiatiques ». Je continue à en souffrir à l’heure actuelle. Pour avoir simplement fait mon travail de journaliste, et donné la parole à Fidel Castro. En justice, ne donne-t-on pas la parole à l’accusé ? Pourquoi ne pas accepter la version du dirigeant cubain que les grands médias dominants jugent et accusent en permanence ?

La tolérance n’est-elle pas le fondement même de la démocratie ? Voltaire définissait la tolérance de la manière suivante : « Je ne suis pas du tout d’accord avec ce que vous dites, mais je lutterai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » La dictature médiatique, à l’ère de la post-vérité (*), ignore ce principe fondamental.

Ignacio Ramonet

(*) « post-vérité » : « qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles » (dictionnaire Oxford)
La vérité a toujours été falsifiée ou contestée, ce qui est nouveau c’est qu’elle est devenue secondaire, c’est l’ère de la post-vérité.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 9, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :