RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

le 8 février : Charonne ou les communistes en lutte contre l’oAS

L’image contient peut-être : 9 personnes
Aucun texte alternatif disponible.
Médiathèque  Fiche média  Les obsèques des victimes de Charonne

Les obsèques des victimes de Charonne : les 9 victimes  étaient toutes syndiquées à la CGT et 8  appartenaient au PCF, l’un d’eux qui avait 15 ans appartenait à la J.C C’est le parti communiste qui est à l’intiative de la manifestation, il est le fer de lance de la lutte contre l’OAS mais il cherche à rassembler et à faire de cette lutte une lutte patriotique.

 14 février 1962

 Contexte historique

Le 8 février 1962, le PC, le PSU, les Jeunesses socialistes et les principaux syndicats appellent à une manifestation de « défense républicaine » protestant contre la vague d’attentats OAS qui secoue la France (180 plasticages en janvier-février) et contre la guerre d’Algérie. Lors de la manifestation, les heurts avec les forces de l’ordre, nombreux et violents, débouchent sur un drame. Après l’ordre de dispersion, paniqués par les charges policières, des manifestants cherchent à se réfugier au métro Charonne, boulevard Voltaire. Mais leurs corps sont écrasés contre les grilles à demi fermées de la station tandis que « les policiers tapent dans le tas à coup de « bidule » [Benjamin Stora, La Gangrène et l’oubli. La Mémoire de la guerre d’Algérie, La Découverte, 1998, p.101].

On relève 9 morts (huit manifestants et un journaliste de L’Humanité ) et plusieurs dizaines de blessés. Le choc est considérable. Charonne entre « ce soir-là dans les lieux sacrés de la mémoire collective, comme jadis la rue Transnonain ou le mur des Fédérés » [Michel Winock, « Une paix sanglante », in Patrick Eveno, Jean Planchais (dir.), La Guerre d’Algérie, La Découverte-Le Monde, 1989]. Le 13 février, tandis qu’une grève générale de protestation et de solidarité avec les familles des victimes paralyse le pays, 500 000 personnes suivent les obsèques des victimes de Charonne.

Au sujet de « Charonne », bien des questions demeurent. Ce défilé anti-OAS allait, indirectement, dans le sens du pouvoir. Alors pourquoi a-t-on fait charger une foule désarmée peu après que l’ordre de dispersion a été donné ? A l’époque, les responsabilités de l’affrontement sont aussitôt controversées. Le ministre de l’Intérieur Roger Frey reproche dans un premier temps aux « séides » du PCF d’avoir joué le jeu de l’OAS avant d’accuser cette dernière, sur la foi d’un document saisi dans ses archives, d’avoir monté une « opération provocation ».

Philippe Tétart

 Éclairage média

Cette séquence d’information, dont le caractère solennel est renforcé par le traitement sonore (marche funèbre), valorise le recueillement collectif et pacifique des Français (« silence », « piété populaire », « nul heurt »). Elle délivre un message : la nécessité de revenir à l’union nationale, au-delà des clivages d’opinion, pour faire front à l’OAS et au trouble causé par la guerre d’Algérie (« Il ne faut plus que la paix intérieure soit troublée »). Elle loue la « conscience d’un peuple » sachant se retrouver dans l’adversité.

Si le drame de Charonne et l’envergure de la protestation du 13 février justifient ce commentaire sur la compassion solidaire de l’opinion, un fait essentiel est gommé : aux premiers rangs du cortège funèbre défilent les communistes (la quasi totalité  des victimes appartenaient au PCF), puis les principaux partis et leaders de gauche, à l’instar de Pierre Mendès France (de 0’26 à 0’30, au centre du cortège, tournant la tête vers la droite). On préfère donc ici un message consensuel à une approche informative critique qui nuirait à l’idée de la commémoration nationale. La responsabilité éventuelle du pouvoir dans ce drame est ainsi passée sous silence.

Philippe Tétart

Commentateur

A ses 8 victimes, Paris a fait les funérailles les plus éloquentes. De la Bourse du Travail où les cercueils avaient été exposés et avaient reçu un premier hommage, jusqu’au cimetière du Père Lachaise, une foule immense dont le nombre peut s’évaluer à plusieurs centaines de milliers de personnes a suivi le cortège. Cortège silencieux seulement ponctué des accents d’une marche funèbre et dont nul cri, nul incident n’a troublé le déroulement. Des monceaux de fleurs, gerbes coûteuses ou humbles bouquets, ont donné le ton de la piété populaire. Ce cortège funèbre, qu’on l’évalue à 150.000 ou à un million de présences, avait la valeur d’une affirmation solennelle : il ne faut plus que la paix intérieure soit troublée.

(Silence)
Commentateur

Au Père Lachaise, la même foule, le même silence ; la tristesse des familles éprouvées ; une fleur qu’on jette sur un cercueil ; une femme évanouie qu’on emporte ; et par-dessus tout, la conscience d’un peuple.

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

Le statut des fonctionnaires a été instauré par la loi du 19 octobre 1946, à l’initiative du ministre communiste Maurice Thorez. 

Résultat de recherche d'images pour "maurice thorez et la fonction publique"

Aujourd’hui, l’hôpital public, la sécurité sociale, l’éducation, la santé mais aussi les prisons prouvent à quel point les attaques répétées contre la fonction publique sont préjudiciables pour tous. Un combat dans l’union pour défendre cette fonction publique est nécessaire.

Régulièrement remis en cause  le statut des fonctionnaires, qui a  70 ans , se veut le garant d’un service public impartial, avec des agents préservés de toute pression partisane. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale et du régime de Vichy, le gouvernement de l’époque veut ainsi protéger le fonctionnaire de l’arbitraire et éviter l’instrumentalisation de l’administration par un pouvoir politique quelconque.

Instauré par la loi du 19 octobre 1946, à l’initiative du ministre communiste Maurice Thorez, le premier statut général de la fonction publique moderne ne concerne alors que les fonctionnaires de l’État. Comme la sécurité sociale est instaurée par un autre ministre communiste Ambroize Croizat. A la différence du salarié du privé, le fonctionnaire est investi d’une mission d’intérêt général qui lui confère des devoirs et droits particuliers. Le statut consacre notamment le recrutement par concours et l’égalité des sexes, prévoit le cadre juridique des rémunérations, l’organisation des carrières dans les différents niveaux de qualification, ainsi que l’institution d’un régime spécifique de sécurité sociale et d’un nouveau régime de retraites.

En 1983, sous l’égide d’un autre ministre communiste, Anicet Le Pors, il est élargi aux fonctions publiques territoriale (FPT) et hospitalière (FPH), jusqu’alors régies par d’autres textes. Fin 2014, sur les 5,6 millions de salariés des trois versants de la fonction publique, les fonctionnaires représentaient 62% des agents dans la FPE, 74% dans la FPT et 71% dans la FPH, selon l’Insee.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

la maison blanche a demandé à emprunter un Van Gogh au Guggenheim voici ce qui lui a été proposé

 Résultat de recherche d'images pour "toilettes en or au Guggenheim"

La Maison Blanche a demandé au musée Guggenheim si il pouvait prêter un Van Gogh pour les appartements privés de Donald Trump. Non a répondu le musée mais on peut vous prêter les WC en or dénommés America de l’artiste Maurizio Cattelan avec toutes les instructions pour leur usage… 😊 Encore une preuve que les juifs américains sont les ennemis les plus déclarés de Trump malgré ou à cause de son partenariat avec Netanayoun.  Ces toilettes ont été utilisés par les visiteurs du Gugenheim. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

 

  Une toilette en or massif 18 carats entièrement fonctionnelle était exposée au musée Guggenheim de New York. 
 25 janvier à 16h10
La réponse par courriel du conservateur en chef de Guggenheim à la Maison Blanche était polie mais ferme: Le musée n’a pas pu répondre positivement à une demande d’emprunt d’un tableau de Vincent van Gogh pour les appartements privés du Président et de Melania Trump.une sorte de «Paysage avec neige», la Van Gogh de 1888 représentant un homme au chapeau noir qui marchait sur un chemin à Arles avec son chien.Au lieu de cela, écrivait la conservatrice, Nancy Spector, une autre pièce était disponible,L’alternative du conservateur:était  une toilette en or massif de 18 carats, entièrement fonctionnelle, un travail interactif intitulé «Amérique» que les critiques ont décrit comme une satire  visant à l’excès de richesse dans ce pays.Pendant un an, le Guggenheim avait exposé «America» – la création de l’artiste contemporain Maurizio Cattelan – dans les toilettes publiques du cinquième étage du musée.Mais l’exposition était terminée et les toilettes étaient disponibles «si le président et la première dame voyaient un intérêt à l’installer à la Maison-Blanche», a écrit M. Spector dans un courriel obtenu par le Washington Post.

 L’artiste « voudrait l’offrir à la Maison Blanche pour un prêt à long terme », a écrit Spector, qui a critiqué Trump. « Il est, bien sûr, extrêmement précieux et quelque peu fragile, mais nous fournirions toutes les instructions pour son installation et son entretien. »

La Maison Blanche n’a pas répondu aux questions à ce sujet.

Cattelan, joint par téléphone à New York, a renvoyé les questions sur les toilettes au Guggenheim, en disant avec un petit rire: « C’est un sujet très délicat. » Interrogé sur le sens de sa création et pourquoi il l’a offert aux Trump, : « Quel est le sens de notre vie? Tout semble absurde jusqu’à notre mort et c’est logique.  »

Il a refusé de révéler le coût de l’or qu’il a fallu pour créer «l’Amérique», bien qu’il ait été estimé à plus d’un million de dollars.

« Je ne veux pas être impoli. Je dois y aller « , a dit l’artiste avant de raccrocher.

Il est courant que les présidents et les premières dames empruntent de grandes œuvres d’art pour décorer le bureau ovale, la première résidence familiale et diverses pièces de la Maison Blanche. Le Smithsonian prêta aux Kennedys un tableau d’Eugène Delacroix,  » The Smoker « . Les Obamas préféraient l’art abstrait, choisissant des œuvres de Mark Rothko et Jasper Johns.

À première vue, le président Trump pourrait apprécier le rendu d’une toilette dorée par un artiste, compte tenu de son manie d’installer  de luminaires plaqués or dans ses résidences, ses propriétés et même son avion. Mais le président est aussi un germaphobe auto-décrit, et c’est une question ouverte s’il acceptait une toilette précédemment utilisée, 18 carats ou autrement.

L’Amérique de Cattelan a fait sensation après le dévoilement du Guggenheim en 2016, qui a attiré plus d’un titre.

« NOUS NE SOMMES PAS. 1! (Et n ° 2) « était l’offre en première page du New York Post, l’énorme lettrage sur une photo de la toilette. La couverture du tabloïd comprenait un compte rendu à la première personne d’un journaliste («Je suis monté sur le trône d’or du Guggenheim») et une photo de ce journaliste assis sur les toilettes (en train de lire le New York Post, naturellement).

« Plus de cent mille personnes » avaient « patiemment attendu pour avoir l’opportunité de communier avec l’art et avec la nature », écrivait Spector dans un blog de Guggenheim l’année dernière. Le musée a posté un gardien de sécurité en uniforme à l’extérieur de la salle de bain. Toutes les 15 minutes environ, un équipage arrivait avec des lingettes spécialement choisies pour nettoyer l’or.

Cattelan, 57 ans, est bien connu dans le monde de l’art pour ses créations satiriques et provocantes, y compris une sculpture représentant le pape Jean-Paul II étendu sur le sol après avoir été frappé par une météorite. Une autre était une sculpture enfantine d’Adolf Hitler adulte, agenouillée. Les œuvres de l’artiste se sont vendues à des millions de dollars.

Cattelan a résisté à l’interprétation de son travail, disant aux intervieweurs qu’il laisserait cela à son auditoire. Il a conçu la toilette d’or avant la candidature de Trump, bien qu’il ait reconnu qu’il pourrait avoir été influencé par la place presque inévitable du nabab dans la culture américaine.

« C’était probablement dans l’ air », a-t- il déclaré à un blogueur de Guggenheim en 2016 alors que « America » ​​était exposée.

Cattelan a également suggéré qu’il avait à l’esprit la richesse qui imprègne certains aspects de la société, décrivant la toilette dorée « comme 1% d’art pour les 99% ».

«Quoi que vous mangiez, un déjeuner à 200 $ ou un hot-dog à 2 $, les résultats sont les mêmes, en matière de toilette», a-t-il dit.

Cattelan n’est pas le premier artiste à immortaliser un luminaire de salle de bain. En 1917, Marcel Duchamp, le dadaïste français, a dévoilé « Fountain », un urinoir en porcelaine qui a été rejeté lors de sa soumission initiale pour exposition. Une réplique est détenue par les galeries Tate à Londres.

Au Guggenheim, quand Cattelan a soulevé la notion d’une toilette d’or à la mi-2015, Spector a soutenu l’idée et a obtenu l’approbation du directeur du musée, Richard Armstrong. Lorsqu’on lui a demandé si Armstrong soutenait l’offre de toilettes du conservateur à la Maison Blanche, la porte-parole du Guggenheim a répondu: « Nous n’avons rien à ajouter ».

Spector, dans les blogs et sur les réseaux sociaux, a clairement montré ses tendances politiques.

« Ce doit être le premier jour de notre révolution à reprendre notre pays aimé à la haine, du racisme et de l’intolérance », a écrit le conservateur sur Instagram au lendemain de l’élection de Trump en 2016. Son message était accompagné d’une photo de Robert Mapplethorpe avec le  Drapeau américain.

« Ne pleurez pas, organisez-vous », écrit-elle.

En août, alors que « America » ​​de Cattelan approchait des dernières semaines exposées au musée, Spector écrivait sur le blog de Guggenheim que Trump avait « résonné si fort » pendant le temps de la sculpture au musée. Elle a décrit son terme comme ayant été «marqué par le scandale et défini par le recul délibéré d’innombrables libertés civiles, en plus du déni du changement climatique qui met notre planète en péril».

Un mois plus tard, la conservatrice rédigea sa réponse à la demande de la Maison Blanche pour «Landscape With Snow» de van Gogh. Elle expliqua que le tableau – «interdit de voyage sauf pour les occasions les plus rares» – était en cours d’exposition au Le musée Guggenheim à Bilbao, en Espagne, puis reviendrait à New York « dans un avenir prévisible ».

« Fortuitement », écrivait Spector, « l’Amérique » de Cattelan était disponible après avoir été « installée dans l’une de nos toilettes publiques pour que tous puissent l’utiliser dans un acte de générosité merveilleux ».

Elle a inclus avec l’email une photo de la toilette « pour votre référence. »

« Nous sommes désolés de ne pas être en mesure de répondre à votre demande initiale », a conclu le conservateur, « mais gardez l’espoir que cette offre spéciale peut être intéressante. »

L

 
1 commentaire

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

Avec Lula c’est le peuple brésilien que l’on condamne

L’ancien président Lula dans une manifestation de soutien à São Paulo, le 24 janvier. LEONARDO BENASSATTO / REUTERS

Condamné en appel le 24 janvier à une peine alourdie, passée à douze ans et un mois de prison, l’ancien président Lula poursuit son combat politique et judiciaire.

Je n’ai jamais eu la moindre illusion. Il y a eu un pacte entre le pouvoir judiciaire et les médias, qui ont décidé qu’il était temps d’en finir avec le PT [Parti des travailleurs]. Ce sont les seuls à vouloir que je ne sois pas candidat.”

Un avenir encore incertain

Le tribunal régional fédéral a décidé, en appel, d’alourdir la peine en la passant à douze ans et un mois de prison – Lula avait été condamné à neuf ans et demi en première instance. Les trois juges ayant choisi exactement la même sentence, les recours possibles sont limités, mais les avocats de Lula entendent bien les mettre en œuvre, relate le quotidien O Globo. La suite de la procédure se déroulera donc principalement devant deux tribunaux, le Tribunal supérieur de justice (STJ) et le Tribunal supérieur fédéral (STF), à Brasilia, qui devraient recevoir le dossier d’ici deux mois. Ces deux instances devront aussi se prononcer sur l’application de la peine : la prison, le sursis ou un régime semi-ouvert.

Lula a déjà fait savoir qu’il resterait candidat à la présidentielle du mois d’octobre, quoi qu’il arrive. Il revient à cet effet au Tribunal supérieur électoral de décider si la candidature de l’ancien président est valide.

La bourse bat un record

Dans la foulée de la confirmation de la condamnation, la Bourse de São Paulo a fermé avec une hausse de 3,72 %, établissant un record à 83 680 points.

La radio CBNdu groupe Globo, explique cette hausse par l’animosité des marchés financiers à l’égard de Lula, figure tutélaire de la gauche.

Mais aux yeux du président Michel Temer, de centre droit, cité par le magazineVeja, les bons résultats des marchés sont dus à son discours au Forum économique mondial de Davos, qui se déroule jusqu’au 26 janvier dans la station suisse.

Devant un parterre clairsemé, au moment même où se tenait le procès de Lula, Michel Temer a réaffirmé l’importance de la réforme du système des retraites, que prépare son gouvernement. Sur le procès de Lula, il s’est contenté d’un commentaire laconique :

Le pouvoir judiciaire juge en toute indépendance, en toute tranquillité.”

Signe de l’importance du procès pour les Brésiliens, 811 000 tweets ont été publiés en dix-huit heures, relève le quotidien Estadão. La séance a fait réagir aussi bien les anti-Lula, autour du hashtag #LulaNaCadeia (“#LulaEnPrison”), que les pro-Lula, avec les mots-clefs #CadêAProva (“#OùEstLaPreuve”).

Hugo Florent
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

Pyongyang exhorte tous les Coréens à «briser» tous les obstacles de la réunification

  1.  Tandis que Trump continue à attiser les conditions de la guerre, les sanctions, la Corée du sud et la Corée du Nord ont choisi de refuser les exercices guerriers et d’aller par le dialogue vers la réunification. Ce qui va complètement a contrario non seulement de la politique des Etats-Unis mais de la manière dont notre propre presse « libre » depuis des années s’obstine à présenter la situation en Corée. (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Pyongyang exhorte tous les Coréens à «briser» tous les défis de la réunification
Pyongyang a mis en garde les tiers contre le fait de nourrir les tensions et d’interférer dans le processus de réconciliation inter-coréen, affirmant qu’il fait un « grand effort » pour réunifier la péninsule sur fond de menace nucléaire américaine.

« Nous allons courageusement briser tous les obstacles au désir de réunification de la nation », peut-on lire dans le communiqué du gouvernement publié par KCNA. « Que tous les Coréens se lèvent dans la lutte de paix contre la guerre pour rendre impossible  les mouvements de guerre nucléaire irresponsable des Etats-Unis qui apportent le désastre à [la] terre, en allumant des flammes dangereuses! »

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, dans son discours du Nouvel An, a fait part de sa volonté de se réconcilier avec son voisin du sud avant les Jeux Olympiques de PyeongChang en février. Pyongyang et Séoul ont immédiatement accepté de rouvrir leur ligne téléphonique militaire et communiquent depuis lors, à un niveau  diplomatique sans précédent. Alors que les États-Unis et leurs alliés se méfient des «véritables» intentions du Nord, la Corée du Sud maintient que le dialogue avec son voisin peut mener à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Le gouvernement nord-coréen a quant à lui exprimé son soutien à l’effort « d’apporter de grands changements aux relations Nord-Sud ».En fait, les Nord-Coréens veulent « qu’une nouvelle histoire de réunification indépendante » commence le plus tôt possible.

« Améliorons rapidement les relations Nord-Sud et ouvrons une large voie à l’avenir rose de la nation qui sera réunifiée, forte et prospère! » , A déclaré le gouvernement communiste dans un communiqué adressé à « tous les Coréens au pays et à l’étranger ».

Pour améliorer encore les relations, le Nord se dit prêt à «désamorcer la tension militaire aiguë» pour «créer un climat de paix» dans la péninsule coréenne. L’État ermite semble vouloir promouvoir le «contact, le voyage et l’échange» entre voisins pour «créer activement un climat de réconciliation nationale et de réunification».

 

View image on Twitter

« Redynamisons les relations  inter-politiques, les contacts et les dialogues inter-secteurs et intersectoriels et activons la coopération et les échanges au pays et à l’étranger pour attiser le climat de la réunification » , peut-on lire dans le communiqué.

 

Washington a été très opportuniste dans son approche des pourparlers coréens. Au début, Trump revendiquait le mérite d’avoir rendu les négociations entre les deux Corées possibles le premier . Il a attribué la position américaine sévère  face à la Corée du Nord, centrée sur les sanctions et la menace de l’usage de la force, comme les principaux déclencheurs de la volonté de Kim de chercher un rapprochement avec le Sud. Dans le même temps, Trump exprimait  le doute que les pourparlers intra-coréens mènent à « quelque chose de significatif. » Le président américain a également averti qu’il était « très possible » que l’impasse avec la Corée du Nord ne soit pas résolue pacifiquement.

Alors que le président sud-coréen Moon Jae-in a persuadé Trump de retarder les exercices militaires annuels de Foal Eagle après les « Jeux Olympiques de la Paix », les Etats-Unis continuaoent d’exercer des pressions unilatérales sur Pyongyang.

La réunion des ministres des Affaires étrangères de Vancouver sur la sécurité et la stabilité dans la péninsule coréenne, présidée par les États-Unis et représentée par 20 ministres des Affaires étrangères, a décidé d’envisager des sanctions unilatérales pour freiner les programmes nucléaires et de missiles balistiques nord-coréens. La Chine et la Russie n’ont pas été invitées.

‘North & South Korea talking – alarming for US & its military, welcomed by world’ – Anti-war Answer Coalition director https://on.rt.com/8×85 

‘North and South Korea talking – alarming for US & its military, welcomed by world’ — RT World News

Trump wants to pull back some of the thunder to Washington as North and South Korea resumed talks, says attorney Eric Sirotkin. That is disturbing to the military industrial complex, Anti-war Answer…

Mercredi, le Département du Trésor des États-Unis a sanctionné neuf autres entités, dont deux entreprises chinoises, 16 ressortissants nord-coréens et six navires nord-coréens. Par ailleurs, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson « a souligné le besoin urgent pour toutes les parties d’appliquer les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU relatives à la Corée du Nord ».

 

Pendant tout ce temps, les Coréens continuent à se rapprocher pour faire des «Jeux Olympiques de la Paix» un événement réussi. Vingt-deux athlètes représenteront la Corée du Nord aux Jeux, en compétition dans trois sports et cinq disciplines, a déclaré samedi le Comité international olympique (CIO). Pyongyang a également accepté d’envoyer une troupe d’artistes  de 140 membres, comprenant un orchestre, des chanteurs et des danseurs, pour des concerts à Séoul et à Gangnueng lors du spectacle du mois prochain à PyeongChang. Les officiels de Séoul ont déclaré mercredi que Pyongyang devait envoyer ses athlètes en Corée du Sud jeudi pour inspecter les sites de compétition. Auparavant, une délégation officielle nord-coréenne, dirigée par le chef de l’Orchestre Samjiyon du Nord, s’est rendue dans le Sud pour inspecter les sites de performance olympique.

 
1 commentaire

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

Le Parlement de Galice reconnaît que la dictature de Franco était un régime fasciste

  1. Le PP, qui détient la majorité absolue, signe une déclaration en hommage aux victimes de l’Holocauste où il admet que le génocide a tablé sur la collaboration de Franco et des milliers de républicains persécutés ont fui après la défaite de la guerre civile. le compromis de 1978, signé à l’époque y compris par santiago carillo (le dirigeant communiste de l’Eurocommunisme), par le parti socialiste a amnistié les crimes du franquisme et laissé à la tête du pays et des institutions les franquistes, rassemblés au sein du PPE. C’est pour cela que cette décision du parlement de Galice dans lequel le PPE détient la majorité absolue fait date. (note et traduction de Danielle Bleitrach)
"La défaite de Hitler a permis à Franco d'enterrer les morts et les dettes"

Hitler et Franco.

Le Parlement de Galice, où le Parti populaire détient la majorité absolue, a approuvé aujourd’hui une déclaration institutionnelle lors de la Journée de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste , y compris la reconnaissance de la dictature franquiste comme un « régime fasciste ».

Le texte indique que l’ Holocauste , qui , parmi les six millions de victimes vit également  des Galiciens , tire  son origine dans la « tentative d’éliminer la dissidence politique et idéologique et a conduit à un génocide qui a eu la collaboration de la dictature de Franco  et qui a persécuté des milliers d’hommes et de femmes qui ont fui l’état espagnol après la défaite de la République en 1939 et après la mise en place d’un régime fasciste .

Le Parti populaire et l’opposition (Marea, PSdeG et BNG) et rappelez – vous « 10.000 républicains espagnols qui ont été déportés par les nazis en collaboration avec le dictateur Francisco Franco avec le nazisme allemand et le fascisme italien. »

Selon  certaines sources historiques, la déclaration, « environ 200 d’entre eux étaient de la Galice et y sont morts ou ont été libérés, mais ils n’ont jamais pu  revenir parce que la dictature de Franco , qui avait déjà dépouillé de leur nationalité, leur a refusé le droit de revenir à votre pays d’origine. « 

 
2 Commentaires

Publié par le janvier 26, 2018 dans Uncategorized

 

Les prisons ou le viol permanent de la légalité dans le cadre de l’appareil de justice

Plus je plonge dans l’univers de la prison en France plus je le trouve révélateur de ce qui mine aujourd’hui l’Etat à travers la destruction programmée de ses services publics.

J’ai déjà vécu cette plongée dans l’univers de la vieillesse, singulièrement à travers les urgences, où on pouvait laisser un vieillard, en l’occurrence ma mère de 98 ans,  pendant des heures (4 heures) dans un couloir d’urgence pleurer en m’interdisant dévorée d’inquiétude de m’approcher d’elle et je devais l’attendre dans une salle collective à proximité. Les Epad où il n’y a pas assez de personnel et où effectivement on expédie aux urgences très facilement, mais il y a eu aussi ce magnifique service des soins palliatifs avec un personnel héroïque. Comme il y a eu la mort de mon fils à l’hôpital nord d’une embolie pulmonaire, alors que dans un long week-end de l’ascension il attendait un pneumothorax qui ne pouvait intervenir que le lundi. On m’a proposé de porter plainte, j’ai refusé d’abord parce qu’on ne monnaye pas la mort d’un enfant, ensuite parce que je savais que les responsables étaient hors de portée.

Dans tous ces lieux j’ai souffert avec mes proches, mais en tant que sociologue, je ne peux m’empêcher d’établir un diagnostic. Le constat s’impose: tout ce qui se réalise de bien dans des conditions de plus en plus dégradées est dû au dévouement des personnels, épuisés, surchargés. Ils sont le dernier et fragile rempart d’une mise en lambeau de ce qui fut conquis et qui faisait l’excellence française.

Mais ce que je découvre en prison est encore plus caractéristique. Comment vous expliquer ma stupéfaction: comment se peut-il qu’un service dépendant du ministère de la justice ait à cœur de manière aussi systématique de violer sa propre légalité. Et comme le personnel est le plus mal payé, le moins bien formé, il n’est pas en mesure de tenter de corriger les désastres, il s’enfonce avec les détenus dans un système qui détruit tout le monde et où règne la loi du plus fort.

La justice viole sa propre légalité.

Théoriquement il est interdit qu’un prévenu reste plus de deux ans en prison sans jugement, surtout dans le cas d’Adlane qui est inconnu des services de police, est entré à 18 ans à peine majeur et dont la victime est vivante fort heureusement, mais cette disposition légale est violée, ainsi le 30 mars, il y aura deux ans révolu qu’Adlane est en prison et son jugement n’interviendra qu’en juin. De même, il est obligatoire qu’on lui accorde un parcours d’occupation et de réinsertion, de fait tout lui a été refusé, sa demande de faire des études et même de nettoyer les coursives, de s’occuper de la bibliothèque qui d’ailleurs n’existe plus dans les nouveaux bâtiments. C’est illégal et cela ne correspond pas au règlement intérieur et à la convention que la France a signé.

Oui mais voilà le règlement des prisons est le seul qui admette face à la loi une mention de deux lignes qui souligne que cela ne sera appliqué que si les conditions le permettent. Donc une administration dépendant de la justice édicte face à la loi, un principe de réalité qui est celui de l’état de la justice et celui des conditions réelles de la vie carcérale.

Il est possible de porter plainte y compris devant les tribunaux internationaux mais les avocats ne vous le conseillent pas, parce qu’ils savent que celui qui a osé agir ainsi risque de le payer très cher à l’intérieur de la prison, par un rajout de peine et au moment du jugement où les tribunaux font payer à celui qui ne se tait pas sa rébellion.

Oui le véritable problème est de rétablir l’Etat de droit mais ce qui le viole n’est pas ce que l’on croit. La prison telle qu’elle est produit des morts par suicide (116 par an pour les détenus et aussi pour les surveillants), des handicapés à vie, des récidivistes et ce qu’on appelle aujourd’hui les terroristes. Parce qu’il y a un fonctionnement qui repose sur un viol permanent de la légalité.

Danielle Bleitrach

 

 
5 Commentaires

Publié par le janvier 25, 2018 dans Uncategorized