RSS

Archives de Catégorie: extrême-droite

Dmytro Yarosh a obtenu un emploi au ministère de la défense de l’Ukraine mais Pravy sektor pose ses conditions

Le Président de l’Ukraine Petr Poroshenko a offert à Dmytro Yarosh, le leader du groupe radical ‘ Pravy Seltor’ et le disciple du nazi ukrainien Stepan Bandera, un emploi au ministère de la défense de l’Ukraine. Avant cette proposition l’administrateur du secteur M (région de Mariupol) a présenté aux bataillons de volontaires, en particulier à Secteur droit (Pravy sektor) un ultimatum l’enjoignant à quitter le village de Shirokino et de se retirer de la zone de l’opération spéciale du Donbass. Le groupe a alors déclaré qu’il ne respecterait pas l’ordre de se retirer du Donbass et a ajouté qu’il accepterait de se battre dans les rangs des formations officielles, mais seulement comme une entité militaire autonome et sous la direction de Dmytro Yarosh.

Il est à noter que l’idéologie de «  Pravy sektor » est caractérisée comme ultra-nationaliste, neo-fasciste. En janvier et février de 2014, les membres de ce groupe ont participé à des affrontements avec la police et des agressions dans les bureaux administratifs régionaux et en avril à l’écrasement des manifestations dans l’est du pays. En mai au meurtre de masse dans la maison des syndicats à Odessa. Cette proposition tentant de réintégrer Dmytro Yarosh et ses troupes dans l’armée officielle est à situer dans le cadre de l’affrontement entre l’oligarque Kolomoiski et l’oligarque Porochenko, président actuel de l’Ukraine. Elle témoigne du degré de pourrissement atteint par la vie politique en Ukraine. La plupart des commentateurs soulignent que la réussite de la manœuvre dépend du soutien des Etats-Unis. D’un soutien politique et financier mais aussi militaire parce que le pays est au bord de l’éclatement social; le chômage, la misère, la corruption et la violence dont l’Etat a perdu le monopole de la légitimité fait craindre le pire. Les propos de Dmytro Yarosh n’ont rien de rassurant dans un tel contexte, celui d’une poudrière au cœur de l’Europe.
27.03.2015 13:59
 « Le secteur droit » est prêt à rejoindre officiellement le ministère de la défense de l’Ukraine, mais seulement à condition que le groupe d’extrême-droite et ses forces armées conserve son indépendance vis-à-vis de l’état-major général.

La Position officielle de l’organisation, v.o. du 26 mars, a été présentée par le chef du service de presse de « secteur droit », Skoropadsky Artem.
Particulièrement Skoropadsky a noté que « Secteur droit » n’a pas l’intention de respecter l’ultimatum de l’Etat major et de quitter la zone du « ATO ». Cependant, l’organisation est prête à envisager de devenir une partie du Ministère de la Défense – sous certaines conditions. « secteur droit » ne quittera pas de postes de combat aux directives de l’Etat-major général. Nous ne sommes pas prêts à devenir une partie du Ministère de l’intérieur, alors qu’aucune lustration n’a été encore là-bas (la lustration est la chasse aux sorcières dans l’administration). En même temps nous pourrions faire partie du Ministère de la Défense ou du Service de sécurité de l’Ukraine, à la condition que nous restions un bataillon de volontaires et obéissions seulement au leader de l’organisation – Dmitry Yarosh, » selon Skoropadsky.

Pendant ce temps, Kiev offre déjà à Yarosh un poste au ministère de la défense, a déclaré dans la soirée du 26 mars à « canal 5 » le conseiller du ministre de l’intérieur, Anton Gerashchenko. « Je peux confirmer que Dmitry Yarosh a reçu une proposition de la Présidence de Porochenko  qui est un poste au ministère de la défense, » a déclaré Gerashchenko.
Le politicien [dans un entretien avec « l’Observateur », sorti aujourd’hui, 27 mars], appelle aussi le système politique actuel en Ukraine « une occupation » et promet de se battre contre cela. Pour le moment, cependant il n’est pas question de lutte armée, mais par des moyens politiques.

Dmitry Yarosh dans une interview avec l’ « Observateur», publié aujourd’hui, 27 mars, a également confirmé les pourparlers sur l’obtention de postes au ministère de la défense. « Il y a une possibilité d’être conseiller auprès de l’état-major général sur une base volontaire. Il y a certains domaines qui m’intéressent. En fait, après avoir en discuté, la possibilité de continuer à diriger les « bataillons de volontaires » pour interagir avec l’état-major était plus acceptable qu’auparavant. Et  également l’éducation de la jeunesse sur une base national-patriotique, militaire. Ce thème est aussi de ceux qui m’intéressent , parce que sous le « nom de Trizub Bandera » j’ai consacré 20 ans de ma vie à l’éducation militaire et patriotique. Il faut voir ce que l’on pourra faire » a déclaré le leader du secteur droit.

« Le système n’a pas changé beaucoup de la façon dont nous avons été traités sous Yanoukovich. Le système est une sorte d’occupation interne. Et maintenant on peut clairement voir ceci. Les questions sociales sont devenues pour les gens, particulièrement pour le peuple, une question de survie. Donc cette situation, malheureusement, n’a pas été changée. Mais nous pouvons en faire une base, nous essayerons de le faire sans violence. … Les élections continueront à être tenues. Bien que nous n’ayons pas de bons résultats au niveau électoral, parce que nous rivalisons avec des partis oligarchiques, sans pratiquement un dixième de dollar, C’est très difficile. Cependant, il m’a maintenant été rapporté que les  sondages donnent   » Secteur droit » en pleine croissance. Et dans notre région [probablement dans la région Dnipropetrovsk] son score a même excédé 7 %. Donc, nous pouvons nous attendre à n’importe quel résultat, « -a dit Yarosh.
Cependant, Yarosh insiste sur le fonctionnement de secteur droit en rupture avec la volonté de l’état-major général. « Nous avons préparé un certain nombre de projets de loi qui permettrait, même si l’état-major général n’accepte pas nos conditions d’entrée » sur le statut de bénévole « dans la législation. Il y a aussi d’autres choses. Je pense que nous trouverons des solutions, parce que nos gars le méritent. Aussi, j’ai mentionné que l’autorisation n’est pas nécessaire pour défendre sa patrie, son intégrité territoriale, son indépendance. C’est le  devoir de chaque citoyen. Et nous constatons le non fonctionnement des structures étatiques. Ils ont été absolument perdre — si nous prenons le printemps, l’été. Et je pense que nous avons fait beaucoup d’avant maintenant était là où il est et pas quelque part près de Kiev ou Lviv. Sur le stand. Et ce qui va arriver, c’est, nous allons voir, dit-il.

La politique également ne va pas et le système politique actuel en Ukraine est une « occupation » et nous promettons de nous battre contre elle. Toutefois, jusqu’à présent elle n’est pas militaire, mais à travers des moyens politiques.

Pendant ce temps, l’état-major a déclaré qu’il n’y avait aucun ultimatum posé à « secteur droit »  cependant, il continue à insister sur la nécessité de légaliser le corps de volontaires.

Подробности: http://www.regnum.ru/news/polit/1909565.html#ixzz3VlvogtTl
Любое использование материалов допускается только при наличии гиперссылки на ИА REGNUM

 

Lettonie: un défilé d’anciens combattants nazis SS rassemble des centaines de personnes (VIDEO)

Les participants au défilé Waffen SS à RigaSource: RIA NOVOSTI
Les participants au défilé Waffen SS à Riga

Le défilé annuel des anciens combattants et partisans de la légion lettonne Waffen SS, qui faisait partie des forces nazies, a eu lieu lundi 16 mars à Riga, capitale de la Lettonie.

Près d’une centaine de personnes se sont rassemblées lors d’un défilé dans le centre de Riga, des fleurs ont été déposées près du Monument de la Liberté.

Des anciens combattants de la Waffen SS (branche militaire de la SS, initialement l’organisation de protection rapprochée d’Hitler) et des députés de la Saeima (parlement letton) ont participé à cet évènement annuel.

Plusieurs centaines de policiers et d’agents de sécurité ont été mobilisés pour assurer la sécurité lors du défilé. Aucun incident majeur n’a été enregistré.

Auparavant, Konstantine Dolgov, délégué du ministère russe des Affaires étrangères aux droits de l’homme, à la démocratie et à la suprématie de la loi a fermement critiqué la tradition du défilé SS comme «une insulte à la mémoire des millions des victimes de la Seconde guerre mondiale».

«Cela contredit directement les obligations internationales de la Lettonie, et en particulier les décisions du tribunal de Nuremberg», a estimé le responsable russe, cité par Interfax.

Le légion lettonne des «Waffen SS» a été créée en 1943 et faisait partie des forces nazies. La date du 16 mars a été choisie en commémoration des premiers combats des forces lettonnes SS contre l’armée soviétique en 1944. Les Lettons combattant pour l’Allemagne nazie étaient alors regroupés dans la 15ème division SS de grenadiers «Lettland». Pendant quelques années après le démantèlement de l’URSS et la proclamation de l’indépendance de la Lettonie, c’était un jour férié officiel dans le pays; des réactions négatives de la Russie et des Occidentaux ont ensuite poussé à son abrogation. Le défilé des anciens légionnaires SS se tient néanmoins chaque année à Riga.

 
1 commentaire

Publié par le mars 17, 2015 dans Europe, extrême-droite

 

Qui manipule l’organisation de l’État islamique ?

Le jeu trouble des pays du Golfe et de la Turquie

Orient XXI > Magazine > Alexis Varende > 29 janvier 2015

L’Organisation de l’État islamique (OEI) n’est pas le produit d’une génération spontanée. Dans son arbre généalogique on trouve Al-Qaida en Irak et, un peu plus haut, Ansar Al-Islam. Dans cette filiation, on décèle l’ADN du royaume saoudien dont l’obsession est de contrecarrer l’influence iranienne, notamment en Irak. La Turquie a également participé à l’émergence de l’OEI, une mouvance qui risque de se retourner contre ses inspirateurs.

Dans une vidéo posthume, Amedy Coulibaly1 donne les raisons pour lesquelles il s’est engagé dans deux opérations terroristes, l’une en assassinant une policière municipale à Montrouge, l’autre contre un commerce cacher de la porte de Vincennes : «  Vous attaquez le califat, vous attaquez l’État islamique, on vous attaque. Vous ne pouvez pas attaquer et ne rien avoir en retour.  » Dans cette logique, il annonçait avoir fait allégeance au «  calife des musulmans Abou Bakr Al-Baghdadi, calife Ibrahim  » dès l’annonce de la création du «  califat  ». Quant à sa compagne, elle serait désormais en Syrie, pays sur une partie duquel l’Organisation de l’État islamique (OEI) a établi son emprise.

Il est peu vraisemblable que l’auteur du double attentat de la porte de Vincennes et de Montrouge2 — comme ceux qui l’ont aidé dans son entreprise meurtrière — ait perçu combien l’OEI est un instrument aux mains d’États arabes et occidentaux. L’aurait-il su qu’il aurait peut-être admis que les manœuvres diplomatiques internationales sont sans commune mesure avec la vision qu’il avait de son rôle dans le djihadisme anti-occidental.

Manipulation saoudienne des passions collectives

Lorsque la Syrie connaît ses premiers soulèvements en 2011, les Qataris d’abord, suivis quelques mois plus tard par les Saoudiens, montent, chacun de leur côté, des initiatives pour accélérer la chute du régime de Bachar Al-Assad.

À l’été 2013, alors que la Syrie s’enfonce dans la guerre civile, le prince Bandar ben Sultan, chef des services saoudiens, rencontre le président Vladimir Poutine3. Il met une offre sur la table qui peut se résumer ainsi : collaborons à la chute d’Assad. En échange, le royaume saoudien vous offre une entente sur le prix du pétrole et l’assurance que les groupes djihadistes tchétchènes ne s’en prendront pas aux jeux de Sotchi. Au-delà d’un projet d’entente cynique mais somme toute classique dans les relations entre États, c’est la reconnaissance par le royaume saoudien de sa manipulation des djihadistes tchétchènes qu’il faut retenir. Bien avant les attentats du 11-Septembre, le même prince Bandar, alors ambassadeur à Washington, annonçait que le moment n’était pas si loin où les chiites n’auraient plus qu’à prier pour espérer survivre.

Le royaume est coutumier de ces manœuvres. Dès le XVIIIe siècle, Mohammed ibn Saoud percevait combien il était utile d’enflammer les passions collectives pour asseoir son pouvoir. Pour y parvenir il s’était appuyé sur une doctrine religieuse et un pacte d’alliance passé alors avec un théologien, Mohammed Ibn Abdel Wahhab. Parce qu’il avait su mettre en avant, avec succès, les notions de djihad et d’apostasie, il avait conquis l’Arabie en éliminant l’islam syncrétique que Constantinople avait laissé prospérer sur les vastes provinces arabes de son empire.

Les recettes d’aujourd’hui sont les mêmes que celles d’hier. Ceux qui, comme l’Arabie saoudite (mais on pourrait en dire autant des États-Unis et de ceux qui ont lié leur diplomatie à celle de Washington) ont manipulé l’islamisme radical et favorisé l’émergence d’Al-Qaida4 puis de l’OEI en Irak et en Syrie, savent qu’ils touchent une corde sensible au sein de la communauté sunnite5. Leur objectif est de capitaliser sur l’animosité ressentie par cette communauté qui s’estime marginalisée, mal traitée et qui considère que le pouvoir alaouite, en place à Damas6 et chiite à Bagdad7 a usurpé un droit à gouverner. Ce que recherchent les concepteurs de cette politique destructrice c’est à instituer aux frontières iraniennes et du chiisme un contrefort de ressentiment sunnite. Et c’est en toute connaissance de cause que Riyad combine l’aide au djihadisme extérieur qui s’est donné pour objectif de faire pression sur les chiites, et la lutte contre le djihadisme intérieur qui menace la maison des Saoud. C’est d’ailleurs une position schizophrène lorsqu’on considère que l’espace doctrinal qui va du wahhabisme officiel saoudien au salafisme revendiqué par le djihadisme se réduit à presque rien. Presque sans surprise, on constate que le royaume saoudien et l’OEI ont la même conception des fautes commises par les membres de leur communauté et le même arsenal répressif (mort par lapidation en cas d’adultère, amputation en cas de vol…)8.

L’OEI n’est pas le produit d’une génération spontanée. Dans son arbre généalogique on trouve Al-Qaida en Irak et, un peu plus haut, Ansar al-Islam. Dans cette filiation, on décèle sans difficulté l’ADN du royaume saoudien dont l’obsession est de contrecarrer l’influence des chiites sur le pouvoir irakien, de restreindre les relations entre Bagdad et Téhéran et d’éteindre les velléités démocratiques qui s’expriment — toutes évolutions que le royaume estime dangereuses pour la survie et la pérennité de sa dynastie. En revanche, il finance ceux des djihadistes qui développent leurs activités à l’extérieur du royaume. Sauf que ce djihadisme «  extérieur  » constitue désormais une menace contre le régime des Saoud.

Les ambitions régionales d’Erdogan

Depuis la nomination de Recep Tayyip Erdogan comme premier ministre en 2003 (puis comme président en 2014) le pouvoir turc est entré dans une phase «  d’ottomanisme  » aigu que chaque campagne électorale exacerbe encore plus9. Le président n’a de cesse de démontrer que la Turquie peut récupérer l’emprise sur le Proche-Orient et sur le monde musulman que l’empire ottoman a perdu à la chute du califat. Convoquer les symboles nationalistes d’un passé glorieux10, conforter l’économie de marché, faire le lit d’un islam conforme à ses vues, proches de celui des Frères musulmans et acceptable par les pays occidentaux, lui est apparu comme le moyen d’imposer le modèle turc au Proche-Orient tout en préservant ses liens avec les Américains et les Européens. Il espère du même coup supplanter l’Arabie saoudite dans sa relation privilégiée avec les pays occidentaux et servir d’inspiration, voire de modèle, à un Proche-Orient qui serait ainsi rénové. Les révoltes arabes de 2010-2011 lui ont donné un temps le sentiment qu’il pouvait réussir dans son entreprise. L’idée selon laquelle certains États seraient susceptibles de s’en remettre aux Frères musulmans n’était pas alors sans fondement. Erdogan imaginait probablement convaincre le président syrien d’accepter cette évolution. La victoire des islamistes égyptiens aux législatives de novembre 2011 (la moitié des sièges est gagnée par les seuls Frères musulmans) puis la réussite de Mohamed Morsi à l’élection présidentielle de juin 2012 ont conforté ses vues (il avait obtenu plus de la moitié des votes). Erdogan a pu envisager d’exercer son influence sur le Proche-Orient arabe et de tenir la baguette face à l’État islamique qui s’affirme.

Mais ce cercle vertueux se défait lorsqu’il devient évident qu’Assad ne quittera pas le pouvoir, quel que soit le prix à payer pour la population syrienne. Dès juin 2011, Erdogan prend fait et cause pour la rébellion syrienne. Il contribue à la formation de l’Armée syrienne libre (ASL) en mettant son territoire à sa disposition. Il parraine l’opposition politique influencée alors par les Frères musulmans. Pire pour ses ambitions, Morsi et les Frères musulmans sont chassés du pouvoir par l’armée égyptienne au terme d’un coup d’État (3 juillet 2013) largement «  approuvé  » par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et encensé par le Koweït.

Erdogan perd la carte des Frères musulmans, désormais désignés comme terroristes par Riyad. Il doit réviser sa stratégie. À l’égard de la Syrie, il n’a désormais pas de mots assez durs pour décrire Assad et exiger son départ. Vis-à-vis de l’Arabie saoudite, il fait le choix de défier le royaume avec la même arme : l’islamisme radical. Il fait désormais partie de ceux qui croient que les djihadistes de l’OEI peuvent provoquer la chute du régime d’Assad. De là à les aider il n’y a qu’un pas qu’Ankara avait de toutes façons déjà franchi. L’étendue de la frontière turco-syrienne facilite cette assistance. Pour peu que la sécurité turque ferme les yeux, il n’est pas difficile de franchir cette frontière, d’acheter et de vendre du pétrole, de faire passer des armes, de laisser passer en Syrie les aspirants djihadistes, d’autoriser les combattants à revenir sur le territoire turc pour recruter, mettre au point leur logistique ou s’y faire soigner.

Les apprentis sorciers

Mais les passions collectives ont ceci de particulier qu’une fois libérées elles échappent au contrôle de leurs instigateurs, s’émancipent et produisent des effets qui n’étaient pas imaginables. Pire, elles finissent parfois par se retourner contre ceux qui les ont manipulées. L’exemple le plus caractéristique des dernières années aura été celui du Pakistan de Zia Al-Haq, qui avait apporté sa collaboration aux djihadistes sunnites en Afghanistan avant d’être lui-même contraint par le bon vouloir de l’islamisme radical. Aujourd’hui, ce sont la Turquie et l’Arabie saoudite qui font l’expérience de ce retour de flamme.

Ankara et Riyad, désormais à couteaux tirés, connaissent les déboires de tous ceux qui ont aidé les groupes djihadistes. Une cinquantaine de ressortissants turcs, dont des diplomates, ont été kidnappés à Mossoul le 11 juin 2014. Ankara a dû négocier leur libération d’égal à égal avec l’OEI, quasiment «  d’État à État  ». Des milliers de réfugiés kurdes quittent la Syrie pour venir se réfugier en Turquie, rendant la résolution de la question kurde encore plus problématique pour Erdogan. En octobre dernier, le gouvernement turc a violemment réprimé des manifestants qui protestaient contre le refus du président d’aider les Kurdes de Syrie à Kobané qui étaient menacés par l’OEI. Dans la première semaine de janvier 2015, deux attentats commis à Istanbul, non encore élucidés, confirment que la société turque n’est pas immunisée contre les évolutions de ses voisins proches ou plus lointains11.

Depuis au moins 1979 et la prise d’otages de la Mecque, Riyad est régulièrement atteint par la violence «  islamiste  », même si les informations précises font le plus souvent défaut sur ses commanditaires et leurs motivations. C’est dans les années 2003-2004 que plusieurs chefs se revendiquant d’Al-Qaida s’en sont pris au royaume et ont été éliminés (Youssef Al-Airi en 2003, Khaled Ali Al-Haj et Abdelaziz Al-Moqrin en 2004). Ce qui semble le plus clair, c’est que la violence politique qui touche l’Arabie saoudite depuis une quarantaine d’années puise sa source dans la contestation de la légitimité des Saoud et de leurs liens avec Washington. Riyad est donc bien placé pour percevoir le risque que l’OEI fait courir à son royaume.

L’OEI ne fait pas mystère de sa haine des liens que le royaume a développés avec les pays occidentaux. Elle y voit une trahison de l’islam. Elle n’a que mépris pour un roi qui se présente comme le «  Gardien des deux saintes mosquées  » et le défenseur de l’islam authentique, mais qui a accueilli sur son sol l’armée américaine. L’OEI constitue désormais une menace pour le régime des Saoud. Elle a donné l’assaut début janvier à un poste-frontière saoudien. Le royaume a pris des mesures sécuritaires draconiennes pour s’en protéger12 : érection d’un mur de sécurité d’un millier de kilomètres sur sa frontière nord avec l’Irak, d’une seconde barrière de sécurité sur sa frontière avec le Yémen, mise en place de dizaines de milliers de troupes au contact de la frontière irakienne. Sans oublier les lois antiterroristes adoptées en 2014 pour dissuader ses nationaux de rejoindre les rangs djihadistes (lourdes peines de prison, mesures de rétorsion à l’égard de ceux qui sympathisent avec des mouvements religieux radicaux, arrêt du financement d’une chaîne satellite basée en Égypte connue pour son caractère anti-chiite…). Riyad fait aussi partie de la «  coalition internationale antiterroriste  » mise en place par Barack Obama en septembre 2014.

Ni gagner, ni perdre

Si l’OEI est bien un rempart sunnite contre le chiisme et, accessoirement, contre le régime d’Assad, ses soutiens saoudiens et turcs ne peuvent envisager son éradication. Ils savent que l’islam sunnite aurait le plus grand mal à se relever d’une défaite militaire de l’organisation. L’Iran apparaîtrait comme le vainqueur définitif. Cette perspective n’est pas envisageable pour Riyad, Ankara, Amman, Washington ou Israël. La coalition internationale mise en place sous la houlette des Américains fait face au même dilemme. Elle doit éradiquer un djihadisme qui pratique un terrorisme aux ramifications internationales et déstabilise la région tout en ne donnant pas l’impression qu’elle porte le fer contre la communauté sunnite. La leçon irakienne de 2003 a été retenue à Washington et en Europe.

Ce délicat dosage devrait entraîner un certain nombre de conséquences. L’OEI ne l’emportera pas définitivement parce que sa nuisance mortifère sera contenue par des frappes militaires. Elle ne disparaîtra pas parce que beaucoup de sociétés arabes proche-orientales partagent ses vues religieuses13, mais ne pourra pas étendre significativement son emprise territoriale. Elle conservera cependant l’un de ses atouts : être un instrument «  diplomatique  » utile à beaucoup d’États, ceux qui la soutiennent comme ceux qui la combattent. En d’autres termes, l’OEI est là pour longtemps.

1Michel Henry, «  Amedy Coulibaly revendique son acte dans une vidéo posthume  », Libération, 11 janvier 2015.

2Amedy Coulibaly est l’auteur de deux attaques terroristes : à Montrouge le 8 janvier 2015 (une policière tuée) et Paris le jour suivant, 9 janvier 2015 (4 otages de confession juive assassinés).

3Sahar Ghoussoub, «  Russian President, Saudi Spy Chief Discussed Syria, Egyp  »t Al Monitor, 22 août 2013 : «  À titre d’exemple, je peux vous garantir que nous protégerons les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi sur la mer Noire l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous et ils ne prendront pas la direction de la Syrie sans s’être coordonnés avec nous. Ces groupes ne nous font pas peur. Nous les utilisons face au régime syrien mais ils n’auront aucun rôle ni aucune influence sur l’avenir politique de la Syrie  » (c’est nous qui traduisons).

4Écouter les déclarations — en anglais — d’Hillary Clinton sur la responsabilité des États-Unis dans la création d’Al-Qaida.

6Le clan de la famille Assad est issu de la minorité alaouite dont la doctrine, issue du chiisme mais qui s’en est éloigné, a adopté des croyances syncrétiques, remonte au IXe siècle. Les alaouites ont longtemps été jugés hérétiques par les autres branches de l’islam. En 1936, ils sont officiellement reconnus comme musulmans. En 1973, l’imam Moussa Sadr les admet dans la communauté chiite. Le clan Assad gouverne la Syrie depuis 1971.

7Nouri Al-Maliki a été en poste de 2006 à 2014.

8Mary Atkinson et Rori Donaghy, «  Crime and punishment : Islamic State vs Saudi Arabia  », Middle East Eye, 20 janvier 2015.

9Des législatives sont prévues pour juin 2015.

10Sa récente décision de recevoir les hôtes de marque encadrés par une haie de guerriers en costume d’époque peut sembler dérisoire mais elle est significative des rêves de retour à la grandeur ottomane du président turc.

13Dans leurs réactions aux attentats de Paris, les sociétés arabes proches-orientales ont globalement témoigné d’un réel malaise, partagées entre rejet et «  compréhension  ».

 

Le leader ultranationaliste Ukrainien rejette l’accord de paix de Minsk, se réserve le droit de poursuivre »guerre »

Publié le temps : 13 février 2015 15:45

 un des ennuis de la situation est que dans le Donbass il y a des unités entières financées par des oligarques et autres donateurs privés qui n’obéissent à personne mais que l’on traite en héros à Kiev et qui sont bien prêts soit à continuer, soit à aller faire un coup d’Etat militaire à Kiev, soit les deux… Sans parler de leurs liens avec les Etats-Unis. Une des originalités de la situation est l’existence de ces bandes armées qui éprouvent un étrange attachement aux symboles nazis (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Right Sector's leader Dmitry Yarosh.(RIA Novosti / Pavel Palamarchuk)

Chef de file du secteur droit Dmitry Yarosh.(RIA Novosti / Pavel Palamarchuk)

 

 Le Chef de secteur du droit ukrainien Dmitry Yarosh a  dit que son mouvement radical rejette l’accord de paix de Minsk et que leurs unités paramilitaires dans l’est de l’Ukraine continueront des « combats actifs » selon leur propre plans. »
 

‎ODESSA‬ …. ET PENDANT CE TEMPS LA, AU PARTI COMMUNISTE ?

(visite en France du 24 au 31 janvier 2015 de la délégation ukrainienne témoignant du massacre d’Odessa)
Ce n’est peut-être pas visible sur l’image (copie d’écran), mais vous pouvez vérifier par vous-même sur le site de l’Humanité. Le mot « Odessa » n’est pas apparu dans les articles publiés depuis un mois. Sur la même période le mot « Donbass » n’apparait également jamais. Le mot « KPU » (parti communiste ukrainien interdit par les autorités de Kiev) n’apparait pas non plus.
Par contre, toujours sur la même période le mot « Charlie » est apparu dans 315 articles.
Quand allez-vous enfin vous réveiller ?

#ODESSA  .... ET PENDANT CE TEMPS LA, AU PARTI COMMUNISTE ?<br /><br /><br /><br />
(visite en France  du 24 au 31 janvier 2015 de la délégation ukrainienne témoignant du massacre d'Odessa)<br /><br /><br /><br />
Ce n'est peut-être pas visible sur l'image (copie d'écran), mais vous pouvez vérifier par vous-même sur le site de l'Humanité. Le mot "Odessa" n'est pas apparu dans les articles publiés depuis un mois. Sur la même période le mot "Donbass" n'apparait également jamais. Le mot "KPU" (parti communiste ukrainien interdit par les autorités de Kiev) n'apparait pas non plus.<br /><br /><br /><br />
Par contre, toujours sur la même période le mot "Charlie" est apparu dans 315 articles.<br /><br /><br /><br />
Quand allez-vous enfin vous réveiller ?
 
 

Pendant ce temps là à Odessa, le fascisme en toute impunité…

http://timer.od.ua/news/pomoschnik_deputata_v_bolnitse_856.html

Maurice Ibrahim, l’assesseur du Conseiller municipal communiste Vassili Poulichouk a été agressé avant-hier à Odessa, il se retrouve à l’hôpital le nez cassé, 10 points de suture, une contusion cérébrale. Nos amis odessites nous transmettent l’information en nous demandant de la traduire en français et de la diffuser parce que c’est la seule manière de retenir un peu cette brutalité que de faire savoir aux « autorités » que les « Européens » savent leurs crimes.

0

Hier Maurice Ibrahim est interrogé par la police et des représentants de l’OSCE sont venus le voir. L’élu communiste considère que son assesseur a été agressé pour avoir participé à la manifestation du 21 décembre. En fait il s’agissait de protéger les accusés du champs de koulikouvo. Ceux qui ont suivie la tournée des Ukrainiens en France savent que non seulement les meurtriers dont on possède pourtant les noms et dont des vidéos témoignent de leur crime, en particulier de leur acharnement sur ceux qui ont sauté du bâtiment en flamme, ne sont pas inquiétés, mais ceux qui sont inculpés et passent en procès ce sont les surivants du massacre. Ils sont accusés de trouble à l’ordre public. Certains passent en jugement et pour les protéger le 21 décembre il y a eu une manifestation, les individus reconnus sont désormais comme Maurice Ibrahim poursuivi par les nervis fascistes de Pravy sektor.

Il y a eu également l’attaque contre le correspondant de Teimer par « les milices fascistes » baptisées d’autodéfense. Il était sorti du tribunal pour filmer la foule des euromaïdans ils se sont précipités sur lui avec des battes et lui ont arraché son appareil photo.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 30, 2015 dans Europe, extrême-droite

 

La tournée des Ukrainiens : Nice, le 29 janvier …

Nous sommes les syndicalistes assassinés. Conférence le 29 janvier 2015 à Nice par une délégation d’Ukrainiens d’ODESSA.

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa.

Le canon gronde à l’est de l’Europe. 

Nous vivons une période extrêmement dangereuse. Mais les français, sous-informés, n’en n’ont pas conscience.

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa

Avec une exposition sur le drame du 2 mai 2014. Ce jour-là 46 personnes sont mortes (données officielles grandement minimisées) et des dizaines de disparus.

Ces militants pacifistes ont été brûlés vifs dans la maison des syndicats de cette ville.

 

Nous sommes les syndicalistes assassinés -affiche u.pdf

Les Français sont-ils informés de l’activité des Partis Svoboda et Pravy Sektor ouvertement Néo Nazis ( ils ont réédité et diffusent mein kempf), ils sont organisés militairement, pratiquent le salut hitlérien, etc. Ils étaient le fer de lance des manifestations de Maidan, venus armés de toute l’Ukraine pour ce coup d’état.

De plus la presse allemande a révélé la participation de sections de « Black Water » Cette armée privée américaine, composée de mercenaires, qui n’obéit à aucune loi internationale.

Les hauts responsables politiques français qui nous parlent volontiers de démocratie feignent d’ignorer la présence et le rôle de ces criminels Néo Nazis dans les événements d’Ukraine.

Ces faits sont soigneusement cachés à l’opinion française.

Le 2 Mai à Odessa, une bande fasciste organisée venue du nord du pays, sous couvert de soutenir une équipe de foot s’est rendue coupable de violences inouïes. Ils ont saccagé la maison des Syndicats, massacré aveuglément des personnes qui s’y trouvaient puis ont mis le feu à l’immeuble. Des dizaines de victimes ont trouvé une mort atroce dans cet incendie.

Des habitants d’Odessa, regroupés dans des associations antifascistes et de solidarité aux familles des victimes ont réalisé une exposition itinérante qui a été montrée dans plusieurs villes d’Europe.

Après Marseille, elle sera à Nice le 29 janvier.

 

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa avec une exposition sur le drame du 2 mai 2014. Ce jour-là 46 personnes sont mortes (données officielles grandement minimisées) et des dizaines de disparus. Ces militants pacifistes ont été brûlés vifs dans la maison des syndicats de cette ville.

L’horreur de ce crime abominable, son caractère prémédité, la collusion entre les bandes fascistes et le pouvoir ne peuvent laisser indifférent.

Danielle Bleitrach et Marianne Dunlop sont responsables de cette tournée en France. Toutes deux sont allées très souvent en Ukraine et leur dernière visite était pour Odessa.

Nos amis d’Odessa, regroupés dans des organisations antifascistes et des comités de soutien aux familles des victimes, ont préparé cette exposition qui tourne depuis quelques temps dans plusieurs villes d’Europe.

Ils sont avec nous ce soir du 29 janvier pour nous parler des événements. Au CLAJ à 18h30, 26 av Scuderi 06100 NICE

 

Leur témoignage doit être entendu par le plus grand nombre de personnes, c’est pourquoi nous faisons appel à vous afin de donner le maximum d’audience à cette manifestation. (En fichier joint : l’affiche et autres tracts).

 

Récemment des députés et des sénateurs français, de diverses opinions, se sont rendus en Russie, porteurs d’un message de PAIX.

Comme ces parlementaires nous pensons que le peuple de France ne veut pas d’une guerre sous commandement américain contre le peuple russe, ni  contre aucun peuple du monde.

  -Aux sanctions nous préférons le dialogue

   -Aux affrontements nous préférons les échanges commerciaux et culturels.

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 468 autres abonnés