RSS

Archives de Catégorie: extrême-droite

Le leader ultranationaliste Ukrainien rejette l’accord de paix de Minsk, se réserve le droit de poursuivre »guerre »

Publié le temps : 13 février 2015 15:45

 un des ennuis de la situation est que dans le Donbass il y a des unités entières financées par des oligarques et autres donateurs privés qui n’obéissent à personne mais que l’on traite en héros à Kiev et qui sont bien prêts soit à continuer, soit à aller faire un coup d’Etat militaire à Kiev, soit les deux… Sans parler de leurs liens avec les Etats-Unis. Une des originalités de la situation est l’existence de ces bandes armées qui éprouvent un étrange attachement aux symboles nazis (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Right Sector's leader Dmitry Yarosh.(RIA Novosti / Pavel Palamarchuk)

Chef de file du secteur droit Dmitry Yarosh.(RIA Novosti / Pavel Palamarchuk)

 

 Le Chef de secteur du droit ukrainien Dmitry Yarosh a  dit que son mouvement radical rejette l’accord de paix de Minsk et que leurs unités paramilitaires dans l’est de l’Ukraine continueront des « combats actifs » selon leur propre plans. »
 

‎ODESSA‬ …. ET PENDANT CE TEMPS LA, AU PARTI COMMUNISTE ?

(visite en France du 24 au 31 janvier 2015 de la délégation ukrainienne témoignant du massacre d’Odessa)
Ce n’est peut-être pas visible sur l’image (copie d’écran), mais vous pouvez vérifier par vous-même sur le site de l’Humanité. Le mot « Odessa » n’est pas apparu dans les articles publiés depuis un mois. Sur la même période le mot « Donbass » n’apparait également jamais. Le mot « KPU » (parti communiste ukrainien interdit par les autorités de Kiev) n’apparait pas non plus.
Par contre, toujours sur la même période le mot « Charlie » est apparu dans 315 articles.
Quand allez-vous enfin vous réveiller ?

#ODESSA  .... ET PENDANT CE TEMPS LA, AU PARTI COMMUNISTE ?<br /><br /><br /><br />
(visite en France  du 24 au 31 janvier 2015 de la délégation ukrainienne témoignant du massacre d'Odessa)<br /><br /><br /><br />
Ce n'est peut-être pas visible sur l'image (copie d'écran), mais vous pouvez vérifier par vous-même sur le site de l'Humanité. Le mot "Odessa" n'est pas apparu dans les articles publiés depuis un mois. Sur la même période le mot "Donbass" n'apparait également jamais. Le mot "KPU" (parti communiste ukrainien interdit par les autorités de Kiev) n'apparait pas non plus.<br /><br /><br /><br />
Par contre, toujours sur la même période le mot "Charlie" est apparu dans 315 articles.<br /><br /><br /><br />
Quand allez-vous enfin vous réveiller ?
 
 

Pendant ce temps là à Odessa, le fascisme en toute impunité…

http://timer.od.ua/news/pomoschnik_deputata_v_bolnitse_856.html

Maurice Ibrahim, l’assesseur du Conseiller municipal communiste Vassili Poulichouk a été agressé avant-hier à Odessa, il se retrouve à l’hôpital le nez cassé, 10 points de suture, une contusion cérébrale. Nos amis odessites nous transmettent l’information en nous demandant de la traduire en français et de la diffuser parce que c’est la seule manière de retenir un peu cette brutalité que de faire savoir aux « autorités » que les « Européens » savent leurs crimes.

0

Hier Maurice Ibrahim est interrogé par la police et des représentants de l’OSCE sont venus le voir. L’élu communiste considère que son assesseur a été agressé pour avoir participé à la manifestation du 21 décembre. En fait il s’agissait de protéger les accusés du champs de koulikouvo. Ceux qui ont suivie la tournée des Ukrainiens en France savent que non seulement les meurtriers dont on possède pourtant les noms et dont des vidéos témoignent de leur crime, en particulier de leur acharnement sur ceux qui ont sauté du bâtiment en flamme, ne sont pas inquiétés, mais ceux qui sont inculpés et passent en procès ce sont les surivants du massacre. Ils sont accusés de trouble à l’ordre public. Certains passent en jugement et pour les protéger le 21 décembre il y a eu une manifestation, les individus reconnus sont désormais comme Maurice Ibrahim poursuivi par les nervis fascistes de Pravy sektor.

Il y a eu également l’attaque contre le correspondant de Teimer par « les milices fascistes » baptisées d’autodéfense. Il était sorti du tribunal pour filmer la foule des euromaïdans ils se sont précipités sur lui avec des battes et lui ont arraché son appareil photo.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 30, 2015 dans Europe, extrême-droite

 

La tournée des Ukrainiens : Nice, le 29 janvier …

Nous sommes les syndicalistes assassinés. Conférence le 29 janvier 2015 à Nice par une délégation d’Ukrainiens d’ODESSA.

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa.

Le canon gronde à l’est de l’Europe. 

Nous vivons une période extrêmement dangereuse. Mais les français, sous-informés, n’en n’ont pas conscience.

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa

Avec une exposition sur le drame du 2 mai 2014. Ce jour-là 46 personnes sont mortes (données officielles grandement minimisées) et des dizaines de disparus.

Ces militants pacifistes ont été brûlés vifs dans la maison des syndicats de cette ville.

 

Nous sommes les syndicalistes assassinés -affiche u.pdf

Les Français sont-ils informés de l’activité des Partis Svoboda et Pravy Sektor ouvertement Néo Nazis ( ils ont réédité et diffusent mein kempf), ils sont organisés militairement, pratiquent le salut hitlérien, etc. Ils étaient le fer de lance des manifestations de Maidan, venus armés de toute l’Ukraine pour ce coup d’état.

De plus la presse allemande a révélé la participation de sections de « Black Water » Cette armée privée américaine, composée de mercenaires, qui n’obéit à aucune loi internationale.

Les hauts responsables politiques français qui nous parlent volontiers de démocratie feignent d’ignorer la présence et le rôle de ces criminels Néo Nazis dans les événements d’Ukraine.

Ces faits sont soigneusement cachés à l’opinion française.

Le 2 Mai à Odessa, une bande fasciste organisée venue du nord du pays, sous couvert de soutenir une équipe de foot s’est rendue coupable de violences inouïes. Ils ont saccagé la maison des Syndicats, massacré aveuglément des personnes qui s’y trouvaient puis ont mis le feu à l’immeuble. Des dizaines de victimes ont trouvé une mort atroce dans cet incendie.

Des habitants d’Odessa, regroupés dans des associations antifascistes et de solidarité aux familles des victimes ont réalisé une exposition itinérante qui a été montrée dans plusieurs villes d’Europe.

Après Marseille, elle sera à Nice le 29 janvier.

 

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance» organise le 29 janvier 2015 la venue à Nice d’une délégation ukrainienne d’Odessa avec une exposition sur le drame du 2 mai 2014. Ce jour-là 46 personnes sont mortes (données officielles grandement minimisées) et des dizaines de disparus. Ces militants pacifistes ont été brûlés vifs dans la maison des syndicats de cette ville.

L’horreur de ce crime abominable, son caractère prémédité, la collusion entre les bandes fascistes et le pouvoir ne peuvent laisser indifférent.

Danielle Bleitrach et Marianne Dunlop sont responsables de cette tournée en France. Toutes deux sont allées très souvent en Ukraine et leur dernière visite était pour Odessa.

Nos amis d’Odessa, regroupés dans des organisations antifascistes et des comités de soutien aux familles des victimes, ont préparé cette exposition qui tourne depuis quelques temps dans plusieurs villes d’Europe.

Ils sont avec nous ce soir du 29 janvier pour nous parler des événements. Au CLAJ à 18h30, 26 av Scuderi 06100 NICE

 

Leur témoignage doit être entendu par le plus grand nombre de personnes, c’est pourquoi nous faisons appel à vous afin de donner le maximum d’audience à cette manifestation. (En fichier joint : l’affiche et autres tracts).

 

Récemment des députés et des sénateurs français, de diverses opinions, se sont rendus en Russie, porteurs d’un message de PAIX.

Comme ces parlementaires nous pensons que le peuple de France ne veut pas d’une guerre sous commandement américain contre le peuple russe, ni  contre aucun peuple du monde.

  -Aux sanctions nous préférons le dialogue

   -Aux affrontements nous préférons les échanges commerciaux et culturels.

 

Le Ministère des Affaires étrangères de Russie a suggéré à la Pologne de répondre des actions de Félix Dzerjinski

http://www.vz.ru/news/2015/1/22/725579.html

22 janvier 2015

Le Chef adjoint du Département de presse et d’information du Ministère des Affaires étrangères de Russie Maria Zakharova suggère que, suivant la logique du ministre des Affaires étrangères de la Pologne Grzegorz Schetyn qui  prétend qu’Auschwitz a été libéré par « 1er front ukrainien et les Ukrainiens, » Varsovie devrait être considérée comme responsable pour les actions de Félix Dzerjinski.

« Nous avions à peine repris nos esprits après les déclarations fracassantes de Iatseniouk sur l’invasion de Allemagne et de l’Ukraine par la Russie, que le relai dans la course au vandalisme historique a été repris par le ministre polonais des Affaires étrangères, Schetyn. Commentant la non invitation de la partie russe au 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz, il a dit ce qui suit: « Il est préférable de dire que c’est le Front ukrainien, le Premier Front ukrainien et des Ukrainiens qui ont libéré Auschwitz, car des soldats ukrainiens étaient là en ce jour de janvier, et ils ont ouvert les portes du camp, et ils ont libéré le camp « – écrit Zakharova sur sa page sur Facebook.

« En fait, ne peut dénier ni à Iatseniouk ni à Schetyn une certaine logique infernale, car tout concorde : la Russie a attaqué l’Allemagne pacifique et l’Ukraine indépendante, et le Front d’Ukraine, qui combattait contre l’occupation soviétique, a libéré Auschwitz, et quant à savoir de qui, cela n’intéresse personne, » – a-t-elle ajouté.

Selon le représentant du ministère des Affaires étrangères, « c’est seulement à première vue une douce folie. » « Si nous continuons cette chaîne logique, ce n’est pas la Russie qui sera la plus embarrassée. Regardez. Si, comme l’affirme Schetyn, Auschwitz a été libéré par les Ukrainiens, puisque c’était le Front ukrainien, dans ce cas les États baltes ont été libérés par les Baltes, par leurs Fronts baltes. Et en conséquence, il n’y a pas eu d’occupation par les troupes soviétiques dans ces pays, occupation sur laquelle ils ont construit leur concept de lutte historique : ils se sont libérés eux-mêmes, puis se sont occupés eux-mêmes « – a ajouté Zakharova.

« Poursuivons. Qui a planté le drapeau sur le Reichstag? Kantariya, Egorov et Berest. Donc la responsabilité « pour l’occupation de l’Allemagne » (selon Iatseniouk) doit être endossée non seulement par la Russie mais aussi  par la Géorgie et l’Ukraine. Qu’avons-nous ensuite? Ah! Le totalitarisme soviétique, la répression, le Goulag, pour lequel on incrimine toujours la Russie. Maintenant, nous savons – tous les reproches sont à adresser à Tbilissi, et aussi, en partie à Soukhoumi. Et, bien sûr, ces services secrets soviétiques haïs partout dans le monde, dont on fait un croquemitaine qui effraie les enfants. M. Schetyn, vous ne voulez pas répondre pour Felix? « .

« Maintenant soyons sérieux. Il n’y a rien de pire que ces petits jeux sur les blessures historiques et ces danses  macabres des nationalités. C’est ainsi que le sentiment national vire au nationalisme et, finalement, se transforme en nazisme. C’est avec des propos de ce genre que l’homme commence à s’enfoncer rapidement et parfois irréversiblement dans les délices des questions nationales qui expliquent tout  « , – a dit le représentant du ministère russe des Affaires étrangères.

 

Selon elle, « c’est étrange de devoir l’écrire, mais tout de même:

  1. Auschwitz a été libéré par des unités de l’Armée Rouge.
  2. Les unités de l’Armée rouge n’étaient pas été formées sur le principe national.
  3. Le Premier Front ukrainien a pris ce nom le 20 Octobre 1943 après s’être appelé Front de Voronej (espérons que Schetyn sait où est Voronej). Le Deuxième front ukrainien formé à la même date s’appelait le Front des Steppes – il n’y a pas de nationalité de ce nom. Jusqu’à preuve du contraire. Le Troisième front ukrainien, également formé le 20 Octobre 1943 s’appelait jusque là Front sud-ouest. Et le quatrième front ukrainien, Front sud.
  4. L’absence d’un Premier front russe et d’un Septième front géorgien ne signifie pas la non-participation de Russes ou de Géorgiens dans les batailles de la Grande Guerre patriotique.
  5. Les soldats de l’Armée Rouge appartenaient à différentes nationalités. Nous ne divisons pas la Victoire en russe, biélorusse, arménienne, ukrainienne, juive, géorgienne, tatare, ossète, etc. Cette victoire, comme dans la chanson, est notre victoire commune, parce que nous y avons mis le prix.
  6. Personne n’a le droit de manipuler la mémoire des soldats de l’Armée Rouge, en utilisant le fait que la plupart d’entre eux ne peuvent plus leur envoyer le poing dans la figure « – a conclu Zakharova.

 

 

 

La réhabilitation musicale d’un nazi letton par Efraïm Zuroff

A quoi sert le retour du nazisme et sa réhabilitation en Europe?

La Lettonie préside l’UE, une de ses décisions a été d’interdire une exposition sur la Shoah. Si l’on relie cette décision à celle de la Pologne de refuser d’inviter la Russie à la célébration de la libération d’Auschwitz ou encore aux surprenantes déclarations du premier ministre ukrainien affirmant que la Russie lors de la deuxième guerre mondiale avait envahie l’Ukraine et l’Allemagne, tout cela dans le cadre d’une réhabilitation des anciens nazis qui va très loin, faisant de hordes de voyous fascistes ses « punisseurs » contre la population russe mais aussi faisant régner la terreur sur tout le territoire, on peut s’interroger sur la complaisance de l’UE à l’égard de tels gouvernements. En fait, il s’agit simplement du personnel politique sur lequel les Etats-Unis se sont appuyés durant toute la guerre froide. Ceux-ci recrutés souvent sur fiche familiale ont été les meilleurs alliés des Etats-Unis et sont passés du statut d’anciens nazis à celui de combattants pour la liberté. Le dernier avatar et le plus criminel est le gouvernement issu du maÎdan dont personne ne peut plus ignorer qu’il s’agit d’une opération de la CIA sur laquelle les gouvernements européens ont non seulement fermé les yeux mais continuent encore aujourd’hui avec l’aide d’une presse servile à feindre de le croire démocratique. Il s’agit non seulement de préserver les intérêts de l’OTAN, quitte à nous conduire à deux doigts d’une guerre nucléaire mais également les intérêts patronaux face à une main d’œuvre taillable et corvéable à merci type la circulaire Bolkenstein qui n’a jamais été abrogée.La judéophobie est excatement le pendant de l’islamophobie qui frappe avant tout un prolétariat et le stigmatise alors que ce sont les principales victimes de ce fascisme utilisé par le camp occidental pour piller leur pays.  (Danielle Bleitrach)

Voici donc ce qui est mené en terme de réhabilitation en Europe, en Lettonie mais aussi partout dans les ex-pays socialistes et que couvre une russophobie de nos médias soumis à la servilité la plus totale aux Etats-Unis. Je vous demande à tous de nous aider à percer le mur de ce silence complice en assurant à la tournée des progressistes ukrainiens que nous tentons à quelques uns en France une véritable audience. Notre pays, la France vient de vivre des événements qui ont légitimement émus les Français. Nous sommes descendus dans la rue pour réclamer la liberté d’expression, mais comment pouvons-nous espérer une telle liberté si nous soutenons au cœur même de l’Europe sous couvert des intérêts des marchands d’armes, la montée du nazisme qui fait déjà régner la terreur en Ukraine? Comment pouvons ne pas voir que l’Europe en crise est hantée par de vieux démons auxquels nous sommes en train de donner vie, comment même sous les revendications les plus légitimes à la laïcité rampent les racismes de toujours? Les réponses sont dans le développement, la justice, la paix, le refus de toute stigmatisation raciste, la dénonciation de ce nihilisme de la mort au service du capital qu’est le nazisme. Nous voudrions ajouter que si nous Français nous souhaitons le respect de nos valeurs, cela passe par le respect de celle des autres et une autre conception des relations internationales que cette folie impérialiste avec un pseudo-combat contre le terrorisme qui partout n’a fait que développer les forces que nous prétendions combattre.

Une nouvelle pièce en Lettonie dépeint Herberts Cukurs comme un héros national effaçant le cruel tueur de Juif

Le samedi 11 octobre, la première d’un nouveau projet musical letton aura lieu dans la ville portuaire de Liepaja, dans le cadre d’une vaste tournée des grands centres du pays.

Un tel événement n’attirerait normalement guère l’attention, mais dans ce cas-ci, l’oeuvre en question n’est pas une production innocente visant à divertir le public. Elle est plutôt une tentative éhontée de réhabiliter l’image de l’un des meurtriers de masse les plus notoires du peuple juif dans les pays baltes pendant la Shoah.

WikipédiaWikipédia« membre de la tristement célèbre et infâme unité lettone « Commando Arajs » en 1937″

Le sujet de la pièce est Herberts Cukurs, le commandant en second de l’infâme commando spécial Arajs, qui a joué un rôle de premier plan dans l’annihilation des Juifs de Riga et du du pays au cours de la première année qui a suivi l’invasion nazie de la Lettonie. Ces commandos ont par la suite participé activement à l’assassinat des Juifs en Biélorussie (notamment dans le ghetto de Minsk).

Bien que le rôle de Cukurs dans ces atrocités soit bien connu, il a réussi, comme beaucoup de criminels de guerre nazis baltes, à échapper à la justice en fuyant à l’étranger, dans son cas au Brésil. Une fois découvert dans le pays, les Soviétiques ont demandé son extradition pour qu’il puisse faire face à des accusations de crimes de guerre. Les Brésiliens ont refusé, affirmant qu’ils ne pouvaient pas le renvoyer dans le pays où il avait commis ses crimes, en l’occurrence la Lettonie, qui n’existait plus.

Ce vide juridique a empêché que Cukurs soit poursuivi et châtié.

La possibilité d’une loi imminente limitant les poursuites contre les criminels de guerre nazis en Allemagne a provoqué une réponse inhabituelle d’Israël, qui a envoyé une équipe d’agents du Mossad l’exécuter. Cet acte de vengeance, qui a eu lieu à Montevideo en 1965, a ironiquement pavé la voie à la famille de Cukurs et aux ultranationalistes lettons dans leurs tentatives de blanchir Cukurs de ses crimes.

Afin de comprendre les motivations qui se cachent derrière cette campagne qui a débuté il y a plusieurs années par une exposition intitulée “Herberts Cukurs: la présomption d’innocence » et un film documentaire cherchant à promouvoir son innocence, il faut savoir que Cukurs jouissait d’un statut de héros national en Lettonie pendant les années trente.

Il s’était forgé une renommée en tant qu’aviateur audacieux, fabriquant plusieurs avions et volant en solo vers des destinations exotiques en Afrique (Gambie) et en Extrême-Orient (Tokyo).

Il avait même volé vers la Palestine de l’époque et avait plus tard enseigné à Riga pour le public juif. C’est cette renommée et le fait que Cukurs n’a jamais été condamné par aucun tribunal pour ses crimes pendant la Shoah qui sont à la base de la campagne pour restaurer sa gloire nationale en Lettonie. Les efforts actuels visant à réécrire le récit historique de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah dans les pays baltes afin de minimiser le rôle prépondérant des collaborateurs locaux et de ceux visant à victimiser les pays baltes pendant le régime communiste ont aussi contribué à cette campagne.

Les arguments les plus parlants contre la volonté de réhabiliter le statut de héros national à un meurtrier de masse comme Cukurs reposent sur les nombreux témoignages de survivants juifs de Riga, dont beaucoup ont été enregistrés peu de temps après la fin de la guerre. A cet égard, la gloire d’avant-guerre de Cukurs a joué contre lui. Contrairement à la grande majorité des autres collaborateurs nazis lettons, Cukurs était fort connu et donc facilement identifiable par plusieurs de ses anciennes victimes. Par exemple, Rafael Shub confie, dans un témoignage que j’ai retrouvé dans les archives de Yad Vashem, que Cukurs avait brûlé à mort 8 Juifs dans le nouveau cimetière juif de Riga, identifiant même ses victimes: le responsable de la synagogue M.Feldheim, sa femme et ses quatre enfants, ainsi que le cantor Mintz et son épouse. Un autre survivant, Abraham Shapiro, interné au quartier général du commando spécial Arājs au 19 rue Valdamaras, a déclaré que Cukurs avait personnellement assassiné deux Juifs (dont un nommé Leitmann) pour ne pas avoir suivi ses ordres. Alors qu’il était condamné à jouer du piano, Shapiro a aussi été témoin de l’agression sexuelle et d’actes de torture commis par Cukurs et d’autres officiers lettons contre une jeune fille juive. La preuve la plus accablante vient cependant de Max Tukacier. Ce dernier a témoigné en 1948 devant les membres de la Direction juridique du comité central des Juifs libérés en Allemagne que Cukurs battait et exécutait les hommes, les femmes et les enfants qui n’arrivaient pas à suivre le rythme de la marche forcée des Juifs de Riga vers la forêt de Rumbula lors des exécutions de masse du 30 novembre et du 8 décembre 1941. Il a également rapporté que le célèbre aviateur avait ordonné à un Juif âgé avancé de violer une jeune femme juive de vingt ans devant une foule de policiers et de prisonniers lettons au quartier général du commando d’Arajs. Lorsque l’homme a refusé de le faire, il lui a ordonné d’embrasser encore encore le corps nu de la jeune fille. Les 10 à 15 prisonniers, hommes et femmes, incapables de supporter la vue de cette humiliation ont ensuite été battus à mort par Cukurs.

Inutile de préciser que de tels témoignages ne feront pas partie de la représentation musicale de samedi soir prochain.

Une bande annonce de la pièce sur YouTube mettant en scène la chanteuse lettonne Juris Miller suscite des réactions enthousiastes, mais apparemment aucune protestation.

Dans la Lettonie d’aujourd’hui, Cukurs gagne la sympathie de beaucoup trop de Lettons, tandis que ses victimes juives sont oubliées ou pire encore, effacées des registres de l’Histoire.

Dr. Efraim Zuroff est le chef des chasseurs de nazis du Centre Simon Wiesenthal et le directeur du bureau du Centre en Israël. Son livre le plus récent est : Opération Dernière chance ; la quête d’un homme à traduire les criminels nazis en justice.

Son site web est : http://www.operationlastchance.org et il peut être suivi sur Twitter @EZuroff

http://www.i24news.tv/fr/opinions/46309-141007-la-rehabilitation-musicale-d-un-nazi-letton

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2015 dans Europe, extrême-droite, histoire

 

Les faux culs de la « gôche » …

quand je pense que le seul argument que certains ont trouvé à opposer à notre combat pour faire savoir ce qui se passait en Ukraine était que marine le pen avait pris position pour Poutine et qu’à ce titre il fallait laisser crever les gens du Donbass et les communistes ukrainiens? … Que faut-il faire souhaiter l’échec de Syrizia ?

 
1 commentaire

Publié par le janvier 20, 2015 dans actualités, Europe, extrême-droite

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 453 autres abonnés