EUROPE

«En Croatie, on va bientôt se mettre à brûler des livres»

Réhabilitation des Oustachis, alliés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, mise au pas des médias, attaques contre les minorités nationales, les droits des femmes… La Croatie s’engage à marche forcée sur la «voie» ouverte par la Hongrie et la Pologne

«Prêts pour la patrie!» Le cri de ralliement du régime oustachi, allié de l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale, est redevenu banal en Croatie. Il est repris par les groupes de jeunes qui fêtent leur matura, l’équivalent du baccalauréat, il est tagué sur les murs des villes du pays, scandé dans les stades de football, comme lors d’une rencontre amicale entre la Croatie et Israël à Osijek, le 23 mars dernier, sans aucune condamnation officielle de la présidente Kolinda Grabar-Kitarović, pourtant présente dans les tribunes. «Le plus préoccupant, c’est l’absence de réaction des autorités qui, par leur passivité, encouragent la dérive nationaliste», explique le chercheur Dario Brentin.

Lire aussi: Le retour des ultranationalistes en Croatie

Ces derniers mois, on s’est remis à avoir en peur en Croatie. «J’ai subi des attaques physiques, on m’a menacé de mort, des vétérans et des hooligans ont bloqué le théâtre quand j’ai organisé une performance évoquant les exactions de l’armée croate durant la reconquête de la Krajina, en août 1995. Le gouvernement organise la fascisation de la société et la marginalisation de ceux qui osent proférer la moindre critique, ils sont en train de tuer la scène culturelle. Bientôt, on va se mettre à brûler des livres», s’indigne le dramaturge Oliver Frljić, directeur du Théâtre national de Rijeka, qualifié d’«anti-Croate sans talent» pour oser proposer des pièces questionnant le nationalisme.

Négationnisme

Formé en janvier dernier, le gouvernement croate est une sorte de cartel des droites, réuni autour du HDZ, la formation «historique» du nationalisme croate contemporain. Il a son chien d’attaque, le ministre de la Culture Zlatko Hasanbegović, historien négationniste, ancien militant du Pur Parti croate du Droit (HCSP), un groupuscule revendiquant l’héritage idéologique des Oustachis de la Seconde Guerre mondiale. Zlatko Hasanbegović rejette l’héritage de l’antifascisme en expliquant que celui-ci serait un «concept vide de sens», avancé par les «dictatures bolchéviques». Il a réfuté ou tenté de relativiser les politiques d’extermination des Serbes, des Roms et des Juifs mises en place par le régime oustachi.

«Le discours du gouvernement est très étrange, il met sans cesse dos à dos deux totalitarismes, le communisme et le fascisme, mais en Croatie, personne ne se bat pour la révolution prolétarienne, si bien que, faute d’adversaire, cette révolution idéologique finit par se retourner contre tous ceux qui n’érigent pas la haine en programme politique», constate l’historien Tvrtko Jakovina.

La révolution conservatrice en marche en Croatie surprend par sa violence et sa rapidité. Le ministre de la Culture est bien entouré: son collègue Predrag Šustar, ministre de l’Education, est un créationniste convaincu, qui a remis en cause le «dogme» de la théorie de l’évolution dans des articles scientifiques publiés dans les années 2000.

«Le moment est venu»

Le volet clérical est représenté au sein du gouvernement par le «mouvement citoyen» Most, très lié à la hiérarchie catholique, tandis que le Premier ministre Tihomir Orešković, un homme d’affaires croate installé au Canada durant deux décennies, est un catholique pratiquant très lié à l’Opus Dei. Son épouse Sanja était très en vue lors de la manifestation anti-avortement du 21 mai dernier, tandis qu’un de leurs enfants vit dans la maison de l’Opus Dei à Zagreb. Dans le même temps, le Premier ministre est un libéral convaincu, décidé à privatiser tambour battant les dernières entreprises publiques de Croatie.

«Le HDZ savait que le moment était venu pour lancer sa révolution conservatrice, l’Union européenne n’ayant plus aucun moyen de pression depuis l’intégration du pays», explique le député Milorad Pupovac, président du Conseil national serbe (SNV). «J’ai entendu un cadre important du HDZ résumer l’histoire du dernier quart de siècle. La première étape a été l’indépendance de la Croatie, la seconde son intégration européenne, et l’heure est maintenant venue de passer à la troisième étape, la création d’une Croatie catholique et ethniquement pure.» Le «moment» est d’autant mieux choisi que les nouvelles autorités de Zagreb ne sont pas à la peine pour trouver des alliés ou des modèles, dans la Hongrie voisine ou la Pologne.

La minorité italienne visée

Tandis que les graffitis anti-serbes se multiplient sur les murs des villes du pays, la coalition patriotique s’en prend même à une autre minorité, d’importance numérique bien plus limitée et traditionnellement peu dérangeante: la communauté italienne. La réduction drastique des aides publiques pourrait entraîner la fermeture de La Voce del popolo, l’unique quotidien de langue italienne de Croatie, éditée à Rijeka depuis 70 ans. «Le message est clair», s’indigne Vojko Obersnel le maire social-démocrate de la ville côtière: «tous ceux qui ne correspondent pas à leur vision du patriotisme n’ont pas leur place dans la’nouvelle Croatie’ qu’ils tentent de bâtir, ni les minorités nationales, ni les gays, ni les féministes, ni les libres penseurs».