RSS

Archives de Catégorie: Europe

Triomphe des nazis sur les communistes en Ukraine par Leonid Bershidsky

0

.
Photographe : Sergei Supinsky/AFP/Getty Images

http://www.bloombergview.com/articles/2015-05-19/nazis-triumph-over-communists-in-ukraine

C’est au revoir Lénine, bonjour les collaborateurs nazis en Ukraine ces jours-ci. Les lois en vigueur ont été signées par le Président Petro Porochenko, elles exigent le changement de nom de dizaines de villes et de centaines de rues dans tout le pays pour éliminer les noms de l’époque soviétique. Dans le même temps, l’Ukraine est en train de mettre à l’honneur les groupes qui ont aidé Hitler à exterminer les Juifs ukrainiens durant la seconde guerre mondiale.

Le désir des Ukrainiens d’acquérir une identité européenne et de rompre avec le passé soviétique du pays est le plus grand atout politique de Porochenko, mais ces dernières mesures devraient inquiéter les alliés occidentaux du pays.

Une loi Porochenko signée le 15 mai interdit tous les symboles soviétiques et  nazis, même sur des souvenirs, et elle criminalise tous ceux qui « nient le caractère criminel » de ces deux régimes totalitaires. Elle interdit les noms de lieux, monuments et plaques glorifiant les héros soviétiques, des drapeaux soviétiques et des slogans communistes. Des statues de Lénine ont été renversées dans de nombreuses villes ukrainiennes depuis la « révolution de la dignité » l’an dernier, mais la nouvelle loi va plus loin.

Un grand centre régional tel que Dnipropetrovsk (nommé d’après Grigory Petrovsky, qui dirigeait l’Ukraine dans les années 1920 et 1930) et Kirovograd (portant le nom de Sergei Kirov, un dirigeant bolchevique, dont la popularité rivalisait avec Staline, susceptible d’avoir été tué par ce dernier ), ainsi que des dizaines de petites villes, auront besoin de nouveaux noms. Beaucoup de villes ont des rues nommées d’après Lénine et des icones soviétiques, et ceux-ci seront également effacés dans les prochains mois, créant beaucoup de confusion pour tous ceux qui utilisent des cartes anciennes (ou Google maps, d’ailleurs). Les emblèmes soviétiques seront enlevés de ponts et de bâtiments, les peintures murales dans le métro seront recouvertes.

L’Ukraine n’a pas besoin de cette dépense, que l’ancien ministre Oleksandr Klimenko établit à 5 milliards de hryvnias ($ 236 millions), bien que, comme un fugitif en Russie, il n’est guère impartial. Mais le coût, ou même nostalgie des riverains, sont de faibles arguments contre la « Décommunisation. de l’Ukraine » L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, en a cependant, quelques-uns de plus pertinents.

« Même si je respecte la nature souvent douloureuse et sensible du débat historique et son effet sur la société,  vaguement défini qui interdit aux individus d’exprimer leurs vues sur les événements passés et de personnes, cela pourrait facilement conduire à la suppression du discours politique, l’opposition et les critiques, notamment dans les médias, » dit Dunja Mijatovic, représentant de l’OSCE sur la liberté des médias, qui écrit Porochenko en avril qui s’apprète à signer la Loi.

La Loi ukrainienne est plus étendue que n’importe quelles autres semblables qui sont intervenues ailleurs en Europe de l’est après la chute du communisme : dans certains pays, les symboles communistes aussi sont proscrits, mais essayer de blanchir les régimes communistes renversés n’est pas un crime, alors qu’en Ukraine, les violations de la Loi de « décommunisation » sont passibles d’un maximum de cinq ans en prison.

Les tentatives de l’Ukraine d’éliminer son passé comme une République soviétique sont aussi extrêmes que certains des mesures prises par l’empire post-moderne haï de Vladimir Poutine, où le Parlement en est maintenant à examiner un projet de loi qui interdirait de comparer le régime de Staline au nazisme.

En outre, ayant interdit toutes sortes de symboles totalitaires étrangers, Porochenko a également signé une Loi prescrivant que les Ukrainiens honorent un certain nombre d’organisations nationalistes qui ont fonctionné avant et pendant la seconde guerre mondiale. La loi les appelle  » les combattants du XXe siècle pour l’indépendance de l’Ukraine », mais certains de ces groupes, tels que l’Organisation des nationalistes ukrainiens et l’armée d’insurrectionnelle ukrainienne (UPA) ont combattu aux côtés des Nazis et suivi les ordres de l’occupant allemand. Dans une lettre ouverte à Porochenko et aux législateurs ukrainiens, 40 historiens des grandes universités de l’Ouest ont écrit :
Ne serait-ce un crime de restaurer la légitimité d’une organisation (UPA) qui a massacré des dizaines de milliers de polonais dans un des actes plus odieux de purification ethnique dans l’histoire de l’Ukraine, mais aussi il exempterait de critique l’OUN, un des groupes politiques plus extrêmes en Ukraine occidentale entre les guerres et qui a collaboré avec l’Allemagne nazie au début de l’invasion soviétique en 1941. Il a également participé à des pogroms antijuifs en Ukraine et, dans le cas de la faction de Melnyk, est restée alliée avec le régime d’occupation tout au long de la guerre.

En citant cette lettre, j’ai juste violé la Loi ukrainienne. La punition n’est pas claire : une loi distincte sera nécessaire pour cela.

L’Holocaust Memorial Museum a condamné le projet de loi parce qu’il interdit la critique des médias sur les groupes nationalistes. « Comme l’Ukraine progresse sur la voie difficile vers la pleine démocratie, nous demandons au gouvernement de s’abstenir de toute mesure qui devance le débat de censure ou politise l’étude de l’histoire, »  a déclaré le Musée .

Il est plus facile de légiférer sur l’histoire que de résoudre les problèmes de l’Ukraine, beaucoup de problèmes actuels, ceux de l’insurrection russe soutenue dans l’est qui semble faire partie du projet de relance soviétique de Poutine. Les lois de la « décommunisation » ne sont pas seulement inutiles, elles montrent également le gouffre qui sépare encore l’Ukraine de son objectif de rejoindre le monde occidental.

Pour contacter l’auteur de cet article :
Leonid Bershidsky   à lbershidsky@bloomberg.net

 

Je suis avec eux… absente malheureusement mais si présente pour ce combat…

Photo de Jeudi Rouge.

Pourquoi s’occuper de l’Ukraine alors qu’il y a tant de problèmes chez nous ? Mais parce que les conséquences de la politique des gouvernements français successifs (vassalité aux Etats-Unis par Europe interposée, soumission au patronat, choix de la guerre pour les marchands d’armes et contre les peuples, incitation à la haine raciale et au bellicisme, etc…) ne touchent pas seulement les peuples victimes, ils concernent l’ensemble des peuples européens, le peuple français au premier chef.

L’Ukraine c’est non seulement cette guerre civile qui préfigure un affrontement nucléaire avec la Russie à cause de l’expansionnisme de l’OTAN, c’est la poursuite du plus grand hold up du siècle celui imposé aux peuples de l’ex-Union soviétique, le pillage à une échelle gigantesque du bien public, l’entente entre oligarques locaux et capitalistes occidentaux pour cela, la surexploitation des travailleurs et la guerre civile menée contre les peuples… Le déferlement en France de pauvres gens qui fuient la misère et sont prêts à se vendre pour un minimum… sans syndicalisme, surveillé par les ambassades des pays de l’est et leurs nervis…

Les communistes restent leur principal ennemi… Parce qu’ils continuent à se battre, à parler de justice et de paix, la contraire de leur politique…

Ce que Monika a à dire en plus de notre livre à Marianne et moi c’est la prostitution généralisée qui a été imposée aux peuples de l’ex-Union soviétique, aux pays jadis socialistes, l’apologie de cette prostitution, avec l’idéal masculin du souteneur, de la brute prête à tout et les femmes que l’on vend, les enfants adoptés… Et l’exode massif du désespoir… Croyez vous que cela soit sans lien avec les déréglementations de la loi Macron ?

Voilà je suis avec Marianne et Monika qui se battent pour dire ce qui se passe, pour lutter contre la désinformation… Allez discuter avec elles comme vous viendrez à Marseille le 30 mai à la fête des Rouge-midi…

Danielle Bleitrach

 

Ukraine : Dans la nuit une main avait dit sa colère devant la décommunisation

Le passe-droit répressif inconstitutionnel sur ce que l’on appelle la « décommunisation » et sa signature par le Président de la guerre Petro Poroshenko.a suscité la colère du peuple ukrainien. Les photos ont été faites à Kiev, Kharkov et Tchernivtsi. Les mots sont « nous sommes éternels » et l’image celle de la faucille et le marteau, les Ukrainiens semblent vouloir transmettre à la société l’idée du communisme, les idées d’égalité et de justice sociale sont éternels et se battre pour eux est toujours d’actualité. Les citoyens de l’Ukraine se sont prononcés pour une résistance extrême mais avec une méthode complètement pacifique, mais le citoyen en pleine résistance ignore encore ce que l’avenir peut apporter d’une junte capable de mener la  guerre contre son propre peuple. Service de presse du KPU
 
Photo de Коммунистическая партия Украины.
Photo de Коммунистическая партия Украины.
Photo de Коммунистическая партия Украины.
ET NOUS COMMUNISTES FRANCAIS QUE FAISONS-NOUS ? ET NOUS DEMOCRATES EUROPEENS TOUJOURS PRETS A MANIFESTER NOTRE INDIGNATION QUAND LES MEDIAS ATLANTISTES NOUS INVITENT A ABOYER, QU’EST CE QUE CE SILENCE ASSOURDISSANT FACE A UNE JUNTE GENOCIDAIRE?
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 20, 2015 dans Europe

 

« Tout en ne visant pas des pays tiers »: la Russie et la Chine commencent des exercices conjoints en Méditerranée

 http://rt.com/news/259437-russia-china-navy-drills/
Russian Black Sea Fleet flagship, Moskva, leaving the port of Sevastopol for the joint Russia-China exercises in the Mediterranean.(RIA Novosti / Vasily Batanov)

le vaisseau Amiral de flotte russe de la mer Noire, Moskva, quitte le port de Sébastopol pour les exercices conjoints de la Russie et la Chine dans la région méditerranéenne. (RIA Novosti / Vassili Batanov)

Neuf navires de guerre russes et chinois ont commencé  des manoeuvres militaires conjointes, surnommées, « Sea Cooperation – 2015 » en Méditerranée dimanche, a indiqué le ministère de la défense russe.

« La phase active des exercices auront lieu en Méditerranée entre le 17 et 21, regroupant  10 navires de guerre de la marine russe et marine d’armée de libération du peuple [de Chine] , »  selon une déclaration du ministère de la défense .

Le navire amiral de la flotte basée sur la Crimée, russe mer Noire, le croiseur lance-missiles la « Moskva », sera l’état major pour les exercices, a ajouté la déclaration.

L’objectif des exercices de la Russie et de  la Chine  « est de renforcer la compréhension mutuelle entre les marines… concernant la stabilité renforcée, la lutte contre de nouveaux défis et menaces en mer, » Selon le Vice-Admiral Aleksandr Fedotenkov, un commandant adjoint de la marine russe, qui dirige les exercices du côté russe,.

Chinese Navy commandant en chef adjoint, le vice amiral Du Czinchen, sera le commandant de la flotte Chinoise .

Vice-premier ministre de la défense Anatoly Antonov du Russie a insisté sur « les jeux de guerre ne sont pas dirigées contre un pays tiers et ne sont pas liés à la situation politique dans la région. »

Le ministère chinois de la défense a déclaré plus tôt que les manoeuvres conjointes mettront l’accent sur la sécurité de la navigation, le  ravitaillement en mer, les missions d’escorte et des exercices de tir réel.

En plus de la Moskva, il y aura la corvette lance-missiles de Bora-classe sensitifs supportés le Samum, frégate de missile de classe Krivak le Ladny, projet 775 grand atterrissage navires (LLS), Aleksandr Otrakovsky et Aleksandr Shabalin et marine remorqueur MB-31 prendront part à l’exercice du côté russe.

La Chine a envoyé une paire de frégates de 4 000 tonnes Type 54 a Jiangkai II – le ‘Linyi (574)’ et le ‘Weifang (547)’ ainsi qu’une reconstitution de bateau, le « Wei Shanhu,’ à la Méditerranée.

L’exercice russo-chinois intervient à un moment où l’OTAN et ses alliés organisent des exercices militaires dans toute l’Europe.

Plus tôt, la Russie a annoncé ses forces terrestres prendront part à une série d’exercices conjoints avec des troupes en Mongolie, du Bélarus, Inde et Chine plus tard cette année. Les exercices seront concentrera sur les activités antiterroristes et de maintien de la paix, a déclaré le Kremlin.

Avec les relations entre Moscou et l’Occident s’étant détérioré au cours de la crise de l’Ukraine, la Russie a augmenté sa coopération avec ses voisins chinois, dans les domaines économique et militaires.

Le Président chinois Xi Jinping a été prioche de Vladimir Putin à la Parade de la victoire le 9 mai, ce qui a été suivi par la signature d’accord de $ 25 milliards de dollars des chinois à des entreprises russes et un certain nombre d’autres accords.

Les autorités chinoises ont également invité les troupes russes à marcher dans un défilé qui  devait avoir lieu à Pékin en septembre.

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 18, 2015 dans Asie, Europe

 

L’Ukraine et la Chine pratiquent l’échange financier pour 2,4 milliard de dollars de devises

 Cet accord s’accompagne d’un projet chinois visant à investir 15 milliards dans les logements en Ukraine. Dans un pays aux abois, dont les créanciers (qui conservent l’anonymat) refusent le plan du FMI et entament des négociations serrées, les seules ouvertures se présenteront-elles du côté de la Chine et de la Russie. C’est en tous les cas la stratégie du donnant-donnant avec avantages mutuels que pratique la Chine pour endiguer l’hégémonie des Etats-Unis. En outre cela correspond à la politique de substitution du dollar comme monnaie d’échange universel sans parler du vaste projet eurasiatique de la route de la soie. (Danielle Bleitrach)

  RT a publié : 15 mai 2015 16:27

 http://rt.com/business/258941-china-ukraine-currencies-swap/
RIA Novosti / Alexandr Demyanchuk

RIA Novosti / Alexandr Demyanchuk

L’Ukraine et la Chine ont signé un accord d’échange de devises d’une valeur de  2,4 milliards de dollars , selon la Banque nationale d’Ukraine (BNU). L’Ukraine espère que cela soulagera  la pression sur sa monnaie qui a plus  de 40 % face au dollar américain en un an.

L’accord triennal a été signé à Shanghai par le gouverneur de la Banque nationale de Ukraine(NBU) Valeria Gontareva et le gouverneur de banque de Chine populaire  Zhou Xiaochuan, selon communiqué de presse publié vendredi du NBU.

L’Ukraine fournira quelque 54 milliards d’ hryvnia et la Chine 15 milliards de ‘yuans au sein de l’accord d’échange de devises

« Cet accord est extrêmement important pour notre pays, être des partenaires stratégiques  favorisera le développement économique des deux pays. Les fonds reçus au titre de l’accord peuvent servir à financer des opérations commerciales et des investissements directs entre les deux pays, » a dit Gontareva 

L’application concrète des accords d’échange  de devises permettra de réduire la demande des importateurs de devises étrangères, ce qui va diminuer la pression sur le taux de change du hryvnia et aider à stabiliser la situation sur le marché intérieur de l’argent, a-t-elle ajouté.

La hryvnia a perdu près de 44 % depuis le dernier debout mai à 20,9 dollar américain le 15 mai.

L’accord entrera en vigueur en juin à l’expiration de l’accord précédent conclu en 2012. Il permettra aux entreprises des deux pays d’ utiliser des monnaies nationales pour les opérations d’import-export et à mener des échanges commerciaux dans les monnaies nationales sans impliquer les monnaies des autres pays.

L’économie ukrainienne est actuellement confronté à des temps difficiles ; la dette extérieure du pays s’élevait à 72,9 milliards de dollars au début de 2015. Les Réserves de la Banque nationale de l’Ukraine ont baissé dangereusement au-dessous de $ 5,5 milliards en mars, et la monnaie nationale, la hryvnia, a perdu plus de la moitié de sa valeur en 2015.

L’Ukraine et la Chine ont convenu d’une coopération économique et technique d’une valeur de $ 8 millions en janvier. Les exportations de l’Ukraine vers la Chine ont atteint $ 2,7 milliards l’an dernier tandis que les importations se sont élevées à $ 5,4 milliards.

 
1 commentaire

Publié par le mai 17, 2015 dans Asie, Economie, Europe

 

Marx XXI : de nos camarades italiens, le crépuscule de l’empire…

bandiere naziste piazzarossa

http://www.marx21.it/storia-teoria-e-scienza/storia/25600-la-cancellazione-della-storia.html

En boycottant, dans le sillage des états-unis, le 70 e anniversaire de la victoire sur le nazisme, l’europe occidentale (celle des gouvernements) efface l’histoire de sa propre résistance, qu’elle trahit en soutenant les nazis allés au gouvernement de kiev. Elle Sous-estime la capacité de la Russie à réagir, quand elle est acculée dans les cordes. Elle Se fait des illusions  sur sa propre capacité à pouvoir continuer à dicter la loi, alors que la présence à Moscou des plus hauts représentants des brics, à commencer par  la Chine, et de nombreux autres pays, confirme que le rayonnement impérial de l’occident connait son crépuscule.

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 14, 2015 dans civilisation, Europe

 

La réflexion du jour : là où nous serions les plus utiles…

Je suis débordée par des tas de démarches, papiers administratifs, mais il me reste en marchant le temps de réfléchir. Je me réjouis de ce que le combat mené sur Cuba soit en train de porter ses fruits… Je pense que là où nous serions le plus utiles, si Marianne est d’accord, ce serait d’éclairer les enjeux de l’Eurasie avec l’alliance Chine Russie et en particulier la manière dont le parti communiste de la Fédération de Russie et tous ceux de l’ex-Union soviétique multiplient les contacts théoriques et politiques avec le parti communiste chinois… C’est un terrain énorme de réflexions et d’expériences que nous pourrions aider le lecteur français à découvrir. Un monde immense en pleine mutation, un monde qui table aussi sur la mémoire et l’analyse du passé pour défendre la paix.

Reconstruire les collectifs en France dans les luttes est la tâche indispensable, notre contribution aiderait à développer les regroupements en faveur de la paix, mais aussi à reconstruire une mémoire collective face à tous les négationnismes actuels. Si j’ai un jour ouvert ce blog intitulé histoire et société, c’était parce que j’étais convaincue que le monde avait subi une terrible contrerévolution qui avait rongé toutes les défenses collectives, tous les sentiments d’appartenance pour ne plus laisser place qu’à un individualisme forcené et destructeur auquel répondrait le simulacre fusionnel fasciste, identitaire, chauvin…  Ce traumatisme avait attaqué la mémoire des peuples, des individus, des classes sociales, les laissant désorientés, furieux et malheureux, prêts à la guerre de tous contre tous…  Aider l’humanité, les peuples, les classes sociales à recouvrer la mémoire de leurs luttes, de celles des générations précédentes est essentiel… Pour « dépasser » ce que nous vivons aujourd’hui il faut à la fois abolir ce qui nous opprime mais aussi conserver toute la mémoire de ce qui nous a fait tels que nous sommes. C’est aussi à ce travail que d’autres se consacrent, venus d’horizons divers… L’avenir en dépend…

Danielle Bleitrach

(1) au titre de ce que l’on doit aux communistes, ce n’est pas seulement l’anniversaire de la victoire que nous fêtons mais aussi les soixante et dix ans de la Sécurité Sociale… Ambroise Croizat, vous connaissez?

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 12, 2015 dans Asie, Europe

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 496 autres abonnés