RSS

Archives de Catégorie: Europe

Iossif Kobzon sur la liste noire de l’UE

File:Kobzon with mic.JPG

La nouvelle liste noire établie par l’UE contre les citoyens russes et de l’est de l’Ukraine comprend même le célèbre chanteur russe Iossif Kobzon, né dans la région de Donetsk en 1937.
Kobzon, qui, à l’automne, est allé à Donetsk donner un concert de charité au cours de l’attentat, a déclaré « être fier de faire partie du groupe des gens qui ne sont pas indifférents au sort de la Russie et de leur propre pays, le Donbass ».

Je vous offre sa très belle interprétation d’une  My Yiddish mama

C’est le Enrico Macias soviétique en plus communiste et nettement moins préoccupé du soutien à la politique israélienne, se souvenant surtout de ses origines ouvrières dans le Donbass. Il a commencé comme technicien dans les mines… ce qui était une position très bonne et honorée en Union soviétique mais dans l’armée il découvre les joies du chant.

.. député du parti communiste. En 1983, Kobzon a été exclu du Parti communiste et réprimandé pour « myopie politique, » après qu’il a interprété des chansons juives durant un concert de l’amitié internationale, ce qui a entraîné les délégations arabes a quitter la salle en signe de protestation. Cependant, l’année suivante, (1984) sa réputation a été restaurée, et il a été réintégré avec le prix d’Etat de l’URSS. Sa plus célèbre chanson est « Instants » de la légendaire série TV soviétique Dix-sept moments du printemps (1973).

Visiblement il continue puisqu’il est allé donner un concert gratuit dans le Donbass.

https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/10/29/personne-na-encore-reussi-a-mettre-le-donbass-a-genoux-a-lance-le-chanteur-emerite-yossif-kobzon-depuis-la-scene-de-lopera-de-donetsk-video-sous-titree/

Autre individu visé par les sanctions européennes, Valery Fedorovich RASHKIN député communiste, membre du Comité central du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF), Premier secrétaire du Comité municipal de Moscou du Parti communiste, a été inscrit sur la liste des personnes visées par les sanctions européennes.

On voit les dangereux individus et riches capitalistes que l’UE sanctionne, cela dit ils doivent s’en foutre royalement…

 
2 Commentaires

Publié par le février 16, 2015 dans actualités, Europe

 

La guerre, le pouvoir et la corruption, une toile d’araignée de la situation ukrainienne

L’Ukraine est une marionnette des Etats-Unis mais affirmer cela est insuffisant si l’on ne comprend pas sur quoi se fonde un pouvoir politique qui se vend à l’étranger en entretenant dans son propre pays un ultranationalisme qui dirige la haine du peuple contre la Russie et la partie de la population qui a toujours vécu dans ce pays mais que l’on transforme en ennemis. Est-ce que ceux qui acceptent de croire à cette parodie sont des imbéciles? Il y a la propagande mais il y a aussi et surtout des intérêts, des réseaux qui se nourrissent de la guerre et du pillage qu’elle autorise. Une telle analyse permet également de comprendre les complicités chez nous qui feignent de ne pas voir ce qui se passe dans ce pays et qui en fait une poudrière.

D’abord il faut bien comprendre quel pouvoir est issu du coup d’Etat du Maïdan. La quasi totalité des députés élus en novembre étaient déjà membres de la précédente assemblée, celle qu’avait chassé le Maïdan. Ensuite si les partis d’extrême-droite ont vu leur représentativité réduite c’est parce que la plupart des listes, en particulier Front populaire du premier ministre ou celle du maire de Lvov ont placé en tête et ont fait élire des individus tout aussi extrémistes et sympathisants nazis. Ceux qui ont été « nouvellement » élus sont ces gens d’extrême-droite, les héros des « punisseurs » des bataillons financés par les oligarques et qui développent partout les groupes militarisés (1). Ils n’ont pas de programme économique particulier, seulement la russophobie et l’ultranationalisme. En revanche le parti communiste anti-oligarque a été éliminé puisque ceux qui votaient pour lui soit étaient en guerre, soit refusaient ces élections jugées comme une mascarade, avec un maximum d’abstentions.

Ukrainian parliament deputies at a session.(RIA Novosti / Evgeny Kotenko)

Ils luttent entre eux mais ils sont d’accord sur l’essentiel: piller le pays….

Donc le système politique ukrainien est caractérisé par la permanence de traits qui avaient suscité la protestation des manifestants du Maïdan. Il s’agit du personnel politique mais cela va plus loin c’est tout l’appareil d’Etat qui a renforcé la corruption hérité de la période post-soviétique et des mafias qui s’y sont développées pour se créer des fortunes. Un trait que l’Ukraine partage avec tout le monde post-soviétique mais à un degré d’anarchie absolument extraordinaire comparable à celui de certaines républiques du Caucase. On sait que l’Azerbadjian est directement dirigée par BP et d’autre sociétés pétrolières sous le prétexte d’une dynastie d’hommes forts.

En Ukraine, pratiquement chaque ministère est impliqué. 80 % des agents et des responsables de ces ministères ont travaillé sous le régime précédent et ont survécu au coup d’Etat du Maïdan dont le mot d’ordre était la lutte contre leur corruption autant sinon plus que le choix de l’Europe. Ont subsisté les relations, les connexions entre ces individus qui les relaient entre eux et la police, les tribunaux. Mais un des lieux les plus important des profits est celui des douanes, non seulement le transit des produits matériels mais celui des   transferts d’argent de numéraire en espèces. On parle souvent des affrontements entre Porochenko et le premier ministre Iatseniouk, mais deux choses les unissent, d’abord le fait qu’ils sont les créatures obéissantes des Etats-Unis et ensuite qu’ils sont la garantie de la poursuite de ce système de corruption généralisé et les bénéficiaires depuis le début. La guerre a amplifié leurs gains et le triangle des bermudes de leur pouvoir réel mais elle est aussi une situation d’instabilité permanente avec la menace d’un coup d’Etat militaire, d’où leur intérêt à voir s’amplifier l’intervention directe des Etats-Unis sur le « front ukrainien » ouvert contre la Russie.

là encore : les mœurs des élus ukrainiens…

L’annonce de la nomination comme conseiller privé du président Porochenko du bouffon sanglant, l’ancien président géorgien chassé de son pays n’a rien d’étonnant. Le personnage ne dépare pas le tableau :

https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/09/21/the-new-york-times-en-exil-a-new-york-un-oeil-sur-la-georgie/

Mais il faut se garder du simple mépris, si ce personnage déconsidéré reprend du service en Ukraine, ce n’est sans doute malheureusement pas un hasard. D’abord, il faut se souvenir qu’il y a déjà un géorgien de cette équipe qui a été nommé au ministère de la santé (chargé de la destruction du système de santé hérité de l’ère soviétique et opérant cette destruction pour le plus grand bénéfice du secteur privé) avec deux autres étrangers, dont la ministre des finances américaine chargée de faire accepter la politique du FMI qui vise à pratiquer l’austérité pour permettre les jeux de pillage monétaires, les transferts d’argent et de numéraires en espèce). C’est donc non seulement « l’étranger » que l’ultra nationalisme ukrainien installe au pouvoir mais un étranger chargé de garantir la poursuite du pillage.

Mais au-delà du cas ukrainien, il faut bien comprendre que c’est toute la région limitrophe de la Russie en Europe et dans le Caucase qui est visé par cette politique. Donc l’appel au conseiller géorgien, lui même recruté quand il faisait ses études aux Etats-Unis par des sociétés financières qui ont contribué à l’installer à la tête de la Géorgie pour y provoquer un conflit avec la Russie, n’est donc pas un hasard, pas plus que Soros soit à la fois un agent de la CIA et un spéculateur financier, jouant les philanthropes d’ONG des droits de l’homme.

Nous sommes devant une étape du mode de productions capitaliste, un impérialisme dans lequel se mêlent étroitement capital financier, complexe industrialo-militaire, système de propagande et dans lesquels le politique totalement corrompu produit des décisions qui correspondent à l’intérêt de ses agents et à l’accumulation démente du capital monopoliste financiarisé avec ses jeux concurrentiels.

Danielle Bleitrach

(1) dans un autre sujet  du même jour nous faisons état d’une récente délégation qui a apporté des photos falsifiées pour prouver l’intervention russe dans le Donbass. Cette délégation dont nous publions ici la composition est en majorité composée de députés « nouvellement élus » mais relevant de ces groupes militaires et fascistes de « punisseurs » dont on voit également les liens avec les « entrepreneurs ». Mais un détail supplémentaire éclairera les initiés: la présence d’un universitaire de Georgetown l’université de Washington, université jésuite de bonne réputation elle est également le lieu où l’on recrute les anciens dirigeants ayant œuvré en faveur de la CIA, Aznar, Uribe et elle joue en Amérique latine de ce fait un rôle de lien avec les équipes chargées de déstabiliser les gouvernements progressistes en Amérique latine, parmi ses soutiens, il y a l’ancien roi d’Espagne, et tous les franquistes y compris la banque Santander. Ce qui est clair c’est que les réseaux chargés de la lutte contre les gouvernements progressistes en Amérique latine ont fait jonction avec ceux de l’Ukraine et de l’Europe de l’est. Est-ce un hasard si au même moment, les pseudo fascistes anti-impérialistes apparaissent pour dévoyer les luttes pour la paix en Ukraine, je ne le crois pas.

Le Bureau de l’Inhofa a fourni une liste des noms de la délégation qui a fourni  les photographies falsifiées au sénateur  : le Lieutenant Colonel Semyon Semenchenko, commandant du bataillon de punisseurs volontaires, le  Donbass et nouvellement élu membre du Parlement ukrainien, Anatoly Pinchuk, Président de l’ONG « stratégie ukrainienne » — Yuriy , nouvellement élu membre du Parlement ukrainien, Andrei Teterûk, nouvellement élu membre du Parlement ukrainien, Andrei Semididko, Président du mouvement public « notre», le chef de l’Antirejderskogo l’Union des entrepreneurs de l’Ukraine, renouant avec la formation militaire, des citoyens volontaires comme Boris Boyko, Président du Conseil de surveillance de la Fondation pour les anciens combattants et membres de l’opération anti-terroriste  Sergei Mikhailenko, Président du Conseil d’administration des anciens combattants et membres de l’opération anti-terroriste, Rafael Lûkmanov, membre du Conseil d’administration des anciens combattants et membres de l’opération anti-terroriste est, Igor Lepša, membre du Conseil de la Fondation pour les anciens combattants et membres de l’opération anti-terroriste, Anatoly Drobaha, un expert militaire, un bénévole, qui a organisé la production de petits UAV-Philip Karber, professeur, Université de Georgetown, Président du Potomac, le chef américain de la délégation ukrainienne.

— подполковник Семен Семенченко, командир добровольческого штурмового батальона «Донбасс» и новоизбранный депутат украинского парламента
— Анатолий Пинчук, президент ВОО «Украинская стратегия»
— Юрий Береза, новоизбранный депутат украинского парламента
— Андрей Тетерюк, новоизбранный депутат украинского парламента
— Андрей Семидидько, председатель общественного движения «Свои», глава Антирейдерского союза предпринимателей Украины, доброволец, возрождающий военную подготовку граждан
— Борис Бойко, председатель наблюдательного совета благотворительного фонда ветеранов войны и участников антитеррористической операции
— Сергей Михайленко, председатель правления благотворительного фонда ветеранов войны и участников антитеррористической операции
— Рафаэль Люкманов, член правления благотворительного фонда ветеранов войны и участников антитеррористической операции
— Игорь Лепша, член правления благотворительного фонда ветеранов войны и участников антитеррористической операции
— Анатолий Дробаха, военный эксперт, доброволец, организовавший производство небольших БПЛА
— Филип Карбер, профессор Джорджтаунского университета, президент фонда «Потомак», американский руководитель украинской делегации.

Photo de Коммунистическая партия Украины.

 

Notre ami Yevgueni Tsarkov : les accords de Minsk et la fédéralisation

DSC_0847

La délégation ukrainienne à Vénissieux, au centre, Yevgueni Tsarkov

le 12 février ont été signés des accords offrant une chance à un règlement politique de la situation de l’Ukraine . L’accord témoigne du fait que la position de fédéralisation des communistes de l’Ukraine était bien le seul moyen de résoudre le conflit et de préserver l’intégrité du pays. Cette opinion a été exprimée par le député à la précédenre Rada, le premier Secrétaire du Comité régional du parti communiste d’UKRAINE d’Odessa Yevgeny Tsarkov.

« Parce que les accords ont été signés non seulement par l’Ukraine et la Russie, mais par les dirigeants des États européens, cela montre que notre position sur la question a été adoptée et prise en compte. Bien que le gouvernement nie la possibilité même de fédéralisation de l’Ukraine. Si vous comparez les paragraphes de la présente Convention et ce que signifie  le concept de fédéralisation, il est facile de leur trouver une identité,  » a déclaré Yevgeny Tsarkov.

Le député a également rappelé que, en son temps, quand les communistes tentaient d’instaurer le débat public, leurs adversaires déformaient délibérément les notions, le fédéralisme était assimilé au séparatisme et c’est sur cette base que le groupe communiste est poursuivi.

« Si notre position avait été entendue, cela aurait évité le sang, le conflit fratricide, les destructions et les centaines de milliers de réfugiés dans le sud-est de l’Ukraine »,- dit le premier Secrétaire d’Odessa du parti communiste.

Selon lui, Porochenko a peur des mots de fédéralisation et réaffirme que l’Ukraine restera un Etat unitaire, « mais comment comprendre un des points de l’accord, à savoir, la réforme constitutionnelle en Ukraine avec l’entrée en vigueur à la fin de cette année d’une nouvelle Constitution, qui a comme point essentiel la décentralisation (en tenant compte des caractéristiques des différentes régions de Donetsk et Lougansk, comme convenu avec les représentants de ces régions), ainsi que l’adoption de la Loi sur le statut particulier de certaines régions des zones de Donetsk et Lougansk, conformément aux mesures visées dans la note 1 ? »

Dans cette note, nous découvrons des choses telles que : l’exemption de la poursuite et du châtiment des personnes impliquées dans les événements dans le Donbass ; le droit à l’autodétermination de la langue ; le soutien de l’État au développement socio-économique de ces régions et de l’assistance des autorités centrales dans la coopération transfrontalière dans certaines zones des régions de Donetsk et Lougansk avec les régions de la Fédération de Russie.

Un autre fait intéressant, a poursuivi Yevgeny Tsarkov, est que les communistes ont été persécutés pour avoir seulement soulevé la question de la nécessité de fédéraliser. « Porochenko lui-même a mis sa signature sous ces obligations spécifiques qui, par leur contenu rejoignent l’idée de fédéralisation, quelle que soit la manière dont le Président appelle cela», a ajouté l’homme politique.

« Ou il ne va pas accepter ces articles, il mentira à ses partenaires européens et fera porter la responsabilité de l’échec sur la Russie et les Républiques séparatistes, a déclaré Yevgeny Tsarkov.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 13, 2015 dans Europe, guerre et paix

 

Kolomoisky sponsoriserait les mercenaires du bataillon « Azov » avec l’argent d’un cartel de la drogue

Kolomoisky est un salaud si intégral, si paradoxal, un juif bandériste qui finance des néo-nazis et se prend pour Hitler, que j’éprouve pour lui une véritable fascination et je rêverai d’aller l’interviewer et d’écrire sa biographie. Il est le traître mais aussi la figure de l’accumulation primitive. Je serai déçue parce que n’est probablement pas un héros shakespearien et encore moins celui de mon cher Babel et de ses contes d’Odessa, ce doit être un médiocre. A l’image de son ami et complice Bernard Henri Levy, cette enflure sans talent. Nous avons d’ailleurs consacré notre dernier chapitre de nos croquis de voyage en Ukraine à cette figure. Le fait qu’officiellement jamais , grâce à Poutine qui a toujours refusé l’antisémitisme, ne sont relevées ses origines juives dont il fait étalage pour entraîner dans cette histoire sordide ukrainienne les communautés, au profit exclusif de la CIA et de ses immondes trafics personnels, donne de l’air au combat pour la paix en Ukraine (note de danielle Bleitrach)

http://www.kp.ru/daily/26339.5/3222405/

Les employés du Service fédéral de contrôle des drogues (FDC) de Russie ont réussi à démêler l’écheveau d’un cartel de la drogue ukrainien. Plus de 50 dealers d’Ukraine occidentale importaient en Russie des drogues synthétiques en provenance d’Asie du Sud-Est.L’organisateur du cartel a été arrêté, c’était un militant du Maidan de Kiev.

L’ancien « décurion » possédait un réseau de magasins en ligne étrangers, ce qui lui permettait de faire de la publicité et vendre en toute impunité des « Spice » en vrac par un système de caches dans 30 régions de la Russie. Il recrutait des chômeurs en Ukraine, puis dirigeait leurs opérations depuis  un petit cottage de la région de Briansk, où il a été interpelé avec deux dealers ce week-end.

L’argent des trafiquants de drogue était transféré sur un compte de «Privatbank», qui appartient à l’oligarque ukrainien et gouverneur de la région de Dnipropetrovsk Igor Kolomoisky.Chaque jour sur ces comptes « tombaient » environ cinq millions de roubles.

Au total, dans le cadre des opérations du service fédéral de contrôle des drogues, sous les noms évocateurs de « Carpathes » et « Banquier noir» ont été saisis plus de 130 kg de drogues d’une valeur de plus de 800 millions de roubles. Il semble que ce soit exactement ces mêmes « Epices », qui en Septembre 2014 ont empoisonné plus de 700 personnes (25 d’entre eux sont morts).Rappelons que les empoisonnements de masse et la mort de Russes par les « Spice » ont été enregistrés dans les régions d’Ugra, Bachkirie, Kirov et Kalouga et de suscité un tollé.

– Nous avons mis à part les documents de notre affaire criminelle sur « Privatbank » et les envoyons à la commission d’enquête, qui s’occupe du dossier de Kolomoisky, – a déclaré lundi le directeur du service russe de Contrôle fédéral des drogues Victor Ivanov.

Rappelons qu’en Russie  Kolomoisky est poursuivi pour , « utilisation de moyens et méthodes de guerre interdits », ainsi que pour d’autres crimes: assassinat, attaques contre journalistes et enlèvements.Il est connu que Kolomoisky parraine les mercenaires de « secteur droit» du bataillon punitif « Azov ».Son arrestation par contumace est validée par la Cour Basmanny de Moscou, l’oligarque est sur la liste des personnes recherchées à l’international.

Selon la nouvelle législation, pour trafic de drogue à grande échelle il est prévu une peine de prison à perpétuité.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 10, 2015 dans Europe, guerre et paix

 

Les mensonges de Munich de Petro Poroshenko lui donnent un air ahuri

Est-ce que Porochenko ne sait pas que la loi russe retire les passeports aux militaires et ne les leur remet qu’à leur démission ou retraite ? (note et traduction de danielle Bleitrach).

Bryan MacDonald est un journaliste irlandais spécialiste de la Russie – le média russe Russia Today en anglais reproduit son article.

 http://rt.com/op-edge/230295-poroshenko-russian-passports-propaganda/

Publié le 8 février 2015 

Ukraine's President Petro Poroshenko holds Russian passports to prove the presence of Russian troops in Ukraine as he addresses during the 51st Munich Security Conference at the 'Bayerischer Hof' hotel in Munich February 7, 2015. (Reuters/Michael Dalder)

Le Président ukrainien Petro Poroshenko tient des passeports russes pour prouver la présence de troupes russes en Ukraine, au cours de la 51ème conférence sur la sécurité à Munich à l’hôtel ‘Bayerischer Hof’ le 7 février 2015. (Reuters/Michael Dalder)

Les Conseillers en communication du Président Poroshenko ont réussi à  transformer son discours en une sorte de performance artistique. Malheureusement pour le leader ukrainien, le niveau est plus celui de Laurel et Hardy que de Laurence Olivier.

Samedi, Porochenko s’est à nouveau prêté à une pantomime, cette fois à Munich. Brandissant des passeports russes, il a affirmé  qu’ils appartenaient à des soldats russes et qu’ils avaient été trouvés sur le sol ukrainien. Citant des « montagnes de mensonges (russes) et de propagande », le Président ukrainien accomplissant son numéro sur une scène allemande, eh bien, mentait tout simplement. .

Les soldats russes ne peuvent pas utiliser leur passeport lors d’un service actif – ils doivent les remettre aux.responsables militaires. Quiconque a jamais vécu en Russie le sait. En effet, les soldats par engagement contractuel sont contraints à les remettre tandis que,  comme les troupes, ils obtiennent de l’armée une ID militaire de remplacement. Sotchi grouille de militaires russes au repos – ils ne peuvent pas aller à l’étranger sans leurs documents de voyage.

Cependant, de nombreux civils russes qui sont des réservistes de l’armée (un peu comme la garde nationale) auront leurs passeports et les documents militaires ID. Théoriquement, des réservistes russes – qui ne sont pas employés par le Kremlin – pourraient servir comme volontaires en Ukraine… de la même manière que des mercenaires venus d’autres contrées telles que l’ Espagne, Pologne, Croatie , et le Canada ont été repérés en train d’intervenir dans la guerre civile ukrainienne.

Faits et mythes urbains

Un mythe largement répandu est que la grande muraille de Chine est l’unique construction humaine visible à l’œil nu depuis l’espace. C’est simplement une légende urbaine. En réalité, la grande muraille est assez difficile à repérer par dessus la stratosphère. Elle a été construite à partir de pierre prises à proximité et en grande partie se confond avec son environnement. Au lieu de cela, il est plus facile de discerner les autoroutes et les aéroports depuis l’espace.

Les Satellites espions peuvent être remarqués facilement dans l’espace ces jours-ci en raison de la multiplicité de mises en orbite.

Les États-Unis sont connus pour l’exploitation d’appareils de Kennan-classe qui sont censés présenter une résolution d’imagerie d’environ 6 pouces. Cela signifie qu’ils peuvent facilement voir une bicyclette enfantine stationnée dans une allée.

Il y a deux semaines, le Président ukrainien  Petro Poroshenko a déclaré au forum de Davos que la Russie disposait de 9 000 soldats dans son pays. Les Médias de partout dans le monde ont rapporté sa déclaration, sans réserves,  parmi lesquels la BBC, de Reuters et  Mashable. En effet, une recherche sur Google pour « 9 000 soldats russes en Ukraine » produit 402 000 résultats.

Manque de preuves

Les États-Unis ont été prompts à amplifier les propos de Poroshenko et ceux de l’ambassadeur de Washington à l’ONU, Samantha Power, sur Twitter pour le président Poutine de la Russie qui en appellent à l‘OTAN en affirmant que le mouvement du « matériel militaire lourd » russe en Ukraine a récemment augmenté en volume.

Cependant, il y a là un problème majeur. Il n’y a aucune photo satellite montrant cette incursion supposée. Le gouvernement des États-Unis, l’OTAN et le Président Porochenko affirment que 9 000 soldats et beaucoup de gros équipements (y compris les tanks) ont passé de la Russie à l’Ukraine. Pourtant, ils ne peuvent pas produire une seule image à l’appui de leur thèse. Ils n’ont même pas besoin de capturer tous les 9 000 dans une photo, juste une dizaine de troupiers et peut-être un tank feraient l’affaire.

Des photos satellites détaillant les atrocités de Boko Haram au Nigeria ont été diffusées le mois dernier. Leur existence prouve que les Etats-Unis disposent de la technologie pour saisir un mouvement à grande échelle des hommes. Toutefois, ils ne peut pas produire une image similaire de la frontière russo-ukrainienne. Pourquoi ? Peut-être parce qu’il n’y a pas  9 000 soldats russes en Ukraine,  parce qu’il n’y aucun char ne traversent la frontière et parce que le président Porochenko ment ?

Deux poids deux mesures

Dans le même temps, nous savons que des soldats américains seront bientôt déployés en Ukraine parce qu’aux États-Unis c’est désormais admis. La Russie est sous sanction pour soutenir les rebelles séparatistes dans la guerre civile ukrainienne. Néanmoins, le Kremlin refuse que son armée s’immiscie dans le conflit et Washington ne peut produire une seule photo pour les contredire. Cependant, les États-Unis ouvertement envoie ses propres forces à Kiev, de l’aide, et personne ne semble avoir un problème avec cette escalade. Il s’agit pour le moins d’une logique perverse.

La Russie reconnaît que les bénévoles, y compris militaires, sont allés à l’Ukraine pour aider les rebelles. Étant donné que les insurgés sont des russes ethniques qui soutiennent l’intégration de l’Ukraine avec Moscou, ce n’est pas une grosse surprise. Il est également vrai que les citoyens russes se battent en Ukraine. En effet, un citoyen russe de Tchétchénie nommé Adam Osmayev est ouvertement combattant d’un bataillon de punisseur à Debaltsevo, pour le régime de Kiev.

Porochenko a non seulement sorti l’affirmation des 9 000 hommes à Davos, et il a brandi un morceau de carrosserie d’autobus qui avait été détruit à Volnovakha quelques jours plus tôt. L’horrible attentat a fait 12 morts, des passagers innocents. Les actes de l’oligarque milliardaire sont bâtis sur le modèle de Colin Powell, tenant un flacon des « armes de destruction massive » (ADM) irakiennes au Conseil de sécurité de l’ONU en 2003.

Bien sûr, après une guerre brutale et des centaines de milliers de morts, nous avons découvert par la suite que l’Irak ne possédait aucune ADM. En 2012, Benjamin Netanyahu, le dirigeant Israëlien agitait un tableau représentant une bombe nucléaire de bande dessinée, également à l’ONU. On se demande si tous ces gens utilisent la même société de relations publiques ?

Petro Porochenko a tiré évidemment le fantasme des 9 000 soldats de son imagination à Davos. Ce week-end, il a essayé une autre  annonce stupide, saisissante, à Munich. Ses actions lui donnent un air ahuri. Il est temps que Willy Wonka envisage de limoger son équipe de relations publiques.

 
4 Commentaires

Publié par le février 8, 2015 dans actualités, Europe, guerre et paix, medias

 

Mac Cain : l’utilisation d’armes prohibées contre les populations civiles ukrainiennes est partiellement de la faute des Etats-Unis

U.S. Sen. John McCain speaks during a press conference in Kiev, Ukraine, Thursday, Sept. 4, 2014
Le Président de la Commission du Sénat sur les forces armées, John McCain a déclaré jeudi que la faute de l’utilisation par l’Ukraine de bombes à fragmentation incombait partiellement aux États-Unis. On peut se moquer de la déclaration de Mac Cain obligé de reconnaître l’utilisation par le gouvernement ukrainien de bombes à fragmentation contre les populations civiles, mais en France nous n’avons même pas ce problème, vu que la TOTALITE de notre presse s’est fait un devoir de ne pas répercuter les rapports sur le sujet et cacher soigneusement l’aide de l’OTAN à ces crimes contre les populations civiles.
WASHINGTON (Spoutnik) — Les États-Unis sont à blâmer en ce qui concerne l’usage par l’Ukraine de bombes à fragmentation puisque les USA n’a pas fourni au pays avec armes différentes, a déclaré jeudi à Spoutnik le sénateur John McCain, qui préside  la Commission du Sénat sur les forces armées.

« Je pense que si nous leur avions fourni les armes dont ils ont besoin, ils auraient compris qu’ils ne devaient pas utiliser des bombes à fragmentation. Donc, c’est en partie notre faute, a dit « McCain.

Human Rights Watch a confirmé dans un rapport diffusé en novembre dernier les protestations des républiques populaires de Donetsk et Louhansk dénonçant le fait que les troupes ukrainiennes ont utilisé de telles armes dans les zones résidentielles. L’organisation a ajouté que les bombes à fragmentation ont été utilisées le 2 octobre lors du bombardement de Donetsk par les forces ukrainiennes et qu’elles ont tué un employé du Comité International de la Croix-Rouge.
Le Rapport de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Ukraine, sorti en novembre, a déclaré que l’utilisation de bombes à fragmentation dans l’est de l’Ukraine est une violation du droit international humanitaire et peut être considéré comme un crime de guerre.

Les armes à sous-munitions contiennent des dizaines ou des centaines de sous-munitions, qui se répandent sur une vaste zone, mettant en danger tout le monde dans le voisinage. Jusqu’à présent, 114 pays ont rejoint un traité des Nations Unies interdisant de telles munitions. L’Ukraine n’a pas signé l’accord.

Des conseillers militaires américains supplémentaires seront nécessaires sur le terrain si les États-Unis donnent au gouvernement ukrainien du matériel militaire létal, a déclaré le sénateur John McCain.

« Nous aurons besoin de certains conseillers militaires américains » a dit McCain. « Mais ce n’est pas d’un grand nombre dont nous avons besoin, et ils ne vont pas s’engager dans le combat. Nous ne mettrons pas de troupes américaines en postes de combat, mais nous les  aiderons  [les ukrainiens] à se défendre. »

Des stages de formation pour les militaires ukrainiens est en cours et ils sont  dirigés par l’OTAN et l’ambassade américaine à Kiev, a déclaré cette semaine l’ancien haut officier du Pentagone Jan Lodal. Depuis l’an dernier, les États-Unis ont fourni à l’Ukraine une aide militaire non létale et ont mis des conseillers militaires sur le terrain en Ukraine.

La maison blanche a annoncé lundi évaluer toujours ses politiques concernant la fourniture d’aide létale et d’autre assistance militaire au gouvernement de Kiev.
Les Médias allemands disent que Kiev a peu de chances de l’emporter dans le conflit.

McCain a également déclaré que Ukraine aura besoin de systèmes de missiles antichar Javelin, ainsi que le soutien des Etats-Unis en matière de renseignement.

« Ils ont besoin de javelots, ils ont besoin d’autres équipements. Ils ont également besoin d’intelligence, »a déclaré McCain, faisant référence aux types d’armes letales de soutien militaire requis par Kiev. « Ils ont besoin de beaucoup de choses. »

Lors d’une conférence de presse jeudi sur la fourniture d’armes létales à l’Ukraine, McCain a affirmé que « tout le monde sait ce dont ils ont besoin, » faisant référence aux types d’équipements militaires qui doivent être fournis à l’Ukraine.
Les alliés de l’OTAN, qui ont refusé de fournir une aide militaire létale à l’Ukraine, se comportent comme des Neville Chamberlain, au XXe siècle, c’est-à-dire le premier ministre britannique qui a cédé devant  Adolph Hitler, a déclaré le sénateur John McCain.

« Je ne suis pas surpris du tout, » McCain a déclaré jeudi devant les récentes annonces des gouvernements italien, allemand et français disant qu’ils ne sont pas d’accord avec la fourniture d’armes à Kiev.» Ils se comportent dans la meilleure tradition de Neville Chamberlain. »

Lors d’une conférence de presse jeudi, McCain a déclaré qu’il avait bon espoir que le leadership de l’Allemagne aidera à ce que l’on soit plus actif dans l’appui de l’Ukraine.

Mais McCain a également dit qu’il ne croit pas à ce résultat, en raison de la dépendance de l’Allemagne aux ressources énergétiques russes.

Les États-Unis doivent faire appel à l’appui de leurs alliés de l’OTAN pour soutenir l’Ukraine, a déclaré McCain.
On notera que la ligne Mac Cain dont chacun appréciera les perspectives offertes est exactement celle de la presse française.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 6, 2015 dans Amérique, Europe, guerre et paix

 

Témoignage saisissant sur le refus des Ukrainiens de cette guerre menée contre un peuple

Cette Vidéo sur Internet est dirigée contre la mobilisation ukrainienne. Pendant la journée d’hier elle a fait sauter l’Internet avec presque 400 000 vues.

http://news-front.info/2015/02/04/antimobilizacionnyj-rolik-vzorval-internet/

Sur la première image de la vidéo, le commandant de la milice de l’unité « Somalie » avec l’indicatif d’appel Givi interroge des soldats de l’armée ukrainienne en captivité – les mains ensanglantées. Il demande : pourquoi sont-ils venus ici alors qu’ils sont dans d’autres régions de l’Ukraine, il leur pose la question: « Pourquoi venez-vous ici? ».

Succède une réplique du président de  République de Donetsk,  Alexandre Zakharchenko, qui est diffusée à partir de Vuhlehirsk et exhorte les soldats ukrainiens à déposer leurs armes et se rendre. Après quelques images dans le cimetière, avec les tombes des soldats de la forces armées de l’Ukraine, ainsi que des dizaines de fosses encore ouvertes… Le clip commence à montrer des images de combats de la zone de l’opération dite de lutte contre le terrorisme (ATO) sur le territoire du Donbass.

À la fin du film, les explications de l’auteur pourquoi les militaires de l’ATO doivent se battre, sous peine d’emprisonnement, il s’agit des milliers de gens ordinaires, qui n’ont même jamais tenu une arme à feu. En outre, il demande :

« Des centaines de milliers de personnes fuient les combats vers le territoire de la Fédération de Russie. Pourquoi agiraient-ils ainsi si la Russie était l’agresseur ? Les habitants du sud-est éprouvent de la haine pour l’armée ukrainienne, lorsque des soldats sont capturés – la milice doit s’interposer pour les sauver du lynchage populaire. Pourquoi, si l’armée ukrainienne était là pour les sauver ? »

L’auteur de la vidéo déclare que ce n’est plus une opération anti-terroriste, mais une vraie guerre. Toutefois, l’ennemi n’est pas la Russie et pas le peuple, qui se défend contre les forces de sécurité et les autorités de Kiev.

Dans les réseaux sociaux les habitants de l’Ukraine continuent de s’opposer à la mobilisation. « Kharkov » a identifié quelques intéressants commentaires :

Andrew :

« MoGilizaciâ ! [jeu de mots sur Mobilisation et Inhumation] »

Igor :

« Pourquoi devrais-je aller à la guerre ? Laissons faire les pros ! »

Oksana :

« Le gouvernement veut se cacher derrière nous, mais à savoir à quel point nous sommes prêts à défendre ce pouvoir? »

Alexandre :

« Nous devrions suivre l’exemple de Bill Clinton et fuir vers la Russie! »

Oleg :

« J’espère que je ne subirai pas la mobilisation, mais je crains que nos dirigeants s’en prennent à chaque famille ukrainienne en l’envoyant à cette guerre. »

Ilya de Mourom, sur « Kharkov »

 
3 Commentaires

Publié par le février 5, 2015 dans Europe, guerre et paix

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 462 autres abonnés