RSS

Archives de Catégorie: dialogue

La joie spinoziste de la connaissance scientifique et celle de la révolte des esclaves: la joie de Kepler

lenin-and-giacometti-leonid-sokov-1987-3601[1]

Une amie, Jeanine, il est comme ça des gens que mon blog m’a rendus familiers tant ils symbolisent ce qui nous a uni et nous unit encore communistes et que résume si bien Marx quand il affirme que ses deux « héros » sont Spartkus, celui qui a dirigé la révolte des esclaves, les a presque mené au pouvoir et Kepler, la rigueur scientifique, la joie spinoziste de la connaissance dont Einstein reste au XXe siècle l’incarnation. Nous sommes différents mais notre engagement, notre histoire a fait de nous des esprits jumeaux.

Ce blog histoire et societe n’est plus celui d’aucun parti, mais il est à jamais marqué par cette vie qui nous fut aventure, l’aventure du socialisme, le vrai celui qui alla jusqu’à remettre en cause les rapports de production, la propriété existant depuis l’esclavage et limitant la conscience des hommes y compris ceux dont les aspirations était les plus généreuses, la soif de connaissance la plus ample. Face à la médiocrité de certains commentaires, leur volonté de refaire notre histoire du XXe siècle, l’histoire de l’humanité, ces amis portent en eux comme je porte en moi cette exigence qui est aussi celle de ce vent messianique de l’histoire dont parle Walter benjamin, l’ange de l’histoire avançant à reculons les ailes déployées et poussées par tous les aspirations, les rêves jamais réalisés de tous ces vaincus. Nous communistes avons portés cette espérance plus loin que tant d’autres comme une connaissance de l’être humain de son propre destins, nous avons été ce rêve d’un monde juste, nous avons permis que d’autres émancipations prennent corps, les luttes des pays colonisés comme celles de l’émancipation des individus. Parce que nous avons tenus en respects le capital, les forces conservatrices souvent au prix de la vie de nos militants, l’étau a pu se desserrer pour d’autres revendications à la liberté, pour une autre conception de la connaissance. Quelle qu’ait été notre histoire individuelle nous avons tous portés le même désintéressement, la même vision d’un autre destin pour tous.

Voilà pourquoi pour nous, comme pour Marx, la joie spinoziste de la connaissance de l’univers et de ses mystères, cette joie que décrit ici Kepler face aux travaux de Galilée fait partie du combat de Sapartakus, de la liberation des corps et des esprits face à tous les obscurantismes. Mes camarades nous n’avons pas vécu pour rien, nous avons été les sentinelles de l’humanité, nous l’avons chèrement payé et nous le payons encore mais je n’échangerai pas ma vie, ni la votre contre les médiocrités, les petitesses de leur révision de ce que nous avons été. Ils ne nous pardonneront jamais la peur qu’ils ont ressenti comme les riches romains esclavagistes quand ils savaient se déployer les troupes de Sapatakus sur les collines autour d’eux, ces gladiateurs qui avaient refusé de se tuer pour offir un spectacle et avaient retourné leurs armes contre leurs maîtres. ils ne nous pardonneront jamais tous ces intellectuels qui comme kepler ici ont réussi à renoncer au narcissisme et à la concurrence que les capital développe entre eux, qui ont connu la joie de donner à l’humanité régénérée qu’ils découvraient dans les résistances du prolétariat.

Ce souvenir il demeurera et un jour malgré tous les faux témoignages accumulés pour étouffer cette révolte que nous avons portés dans cette alliance entre savants, intellectuels, artistes et prolétaires, dépassant tous les cloisonnements religieux, raciaux érigés par ceux qui ne pensent qu’à diviser, on retrouvera cette joie qui nous animait à chaque avancée collective contre l’aliénation qui cloue l’être humain à toutes les servitudes.

« J’étais resté depuis longtemps chez moi, sans occupation, ne songeant à rien qu’à toi, très éminent Galilée, et à une lettre de toi. Mon livre intitulé « Commentaire sur les mouvements de Mars » , un travail de bien des années, avait en effet été livré au public à la dernière foire et depuis lors, comme si j’avais acquis assez de gloire dans une expédition guerrière très difficile, j’avais interrompu mes recherches en prenant quelque repos et je pensais que Galilée lui aussi le plus qualifié de tous, discuterait avec moi par lettre du genre nouveau d’astronomie ou de physique céleste que j’avais mis au jour, et reprendrait une correspondance commencée et abandonnée depuis douze ans.
Mais voici qu’à l’improviste, vers le 15 Mars, il arrive en Allemagne, par les courriers ,la nouvelle que mon Galilée, au lieu de lire le livre d’un autre, s’occupait d’un travail personnel, à l’objet tout à fait nouveau, sur quatre planètes jusque-là inconnues découverte grâce à une lunette à double lentille (pour ne rien dire des autres points traités par l’opuscule) ; quand maître Johan Mattahaus Wackher von Wackenfels, illustre conseiller de Sa Majesté Impériale et reférendaire au Conseil du Saint Empire me l’annonça de sa voiture devant ma maison, une telle stupeur m’envahit à la pensée de l’étrangeté extrême de ce que j’entendais, tant d’émotions nous soulevaient (car un vieux débat entre nous se trouvait inopinément tranché), que bouleversé par la nouvelle, saisis, lui par la joie, moi par la confusion, tous les deux par le rire, c’est à peine si nous parvenions , lui à raconter et moi à entendre. Pour ajouter à mon étonnement Wackher m’assura que c’étaient des hommes très réputés bien au dessus de la légéreté du vulgaire par leur savoir, leur dignité et leur rigueur qui écrivaient cela de Galilée et que bien plus, un livre était déjà sous presse et serait apporté par les prochains courriers.
Dès que j’eus quitté Wackhler, je me sentis tout ébranlé par la sûreté de son jugement et son intelligence subtile. C’est pourqoui je cherchais en moi–même comment pourrait se produire quelque augmentation du nombre des planètes sans nuire à mon « Secret du monde » que j’ai publié il y a treize ans et dans lequel ces cinq solides euclidiens (que Proclus nomme Cosmiques d’après Pythagore et Platon) ne permettent pas plus de six planètes autour du soleil.

Képler,Dissertatio cum nuntius sidereo
traduction, texte et surtout notes magnifiques aux Belles Lettres d’Isabelle Plantin

 

L’association France-Palestine : Dieudonné, l’imposteur raciste, n’est pas l’ami du peuple palestinien

70818_bargouti-une-
Dieudonné, l’imposteur raciste, n’est pas l’ami du peuple palestinien

, par AFPS 79vendredi 3 janvier 2014

Der­niè­rement Dieu­donné a déclaré au sujet de Patrick Cohen, jour­na­liste à France Inter : « Moi, tu vois, quand je l’entends parler, Patrick Cohen, j’me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage. » Il ne s’agit ni d’une « erreur » ni d’un dérapage.
Dieu­donné est avant tout un militant poli­tique d’extrême-droite. Avec une forme d’expression par­ti­cu­lière (humour), un voca­bu­laire pseudo-​​révolutionnaire (anti­système), et une cible du style fas­ciste des années 30 (le complot du « pouvoir juif mondial », de la finance mon­diale, de l’axe Israël-​​USA …), il attire cer­taines caté­gories, par­ti­cu­liè­rement dans la jeu­nesse, que le Front national serait inca­pable de mobi­liser.

C’est le cas par exemple quand il fait applaudir le néga­tion­niste Robert Fau­risson par 5.000 per­sonnes au Zenith en 2008. C’est le cas aussi quand il inter­viewe Serge Ayoub, alias Batskin, le chef de l’organisation d’extrême-droite JNR.

C’est le cas aussi quand il prétend défendre les Pales­ti­niens en déve­loppant des thèses racistes et anti­sé­mites sous le couvert de l’antisionisme. Il détourne ainsi au profit de l’extrême-droite le juste sen­timent d’exaspération face à l’amalgame fait par les sou­tiens de la poli­tique israé­lienne entre anti­sio­nisme et anti­sé­mi­tisme. Il donne prise à tous ceux qui se com­plaisent dans une dénon­ciation sélective des diverses formes de racisme. Il fait le jeu d’Israël et de tous ses sou­tiens qui cherchent à dis­cré­diter voire cri­mi­na­liser toute forme de contes­tation de la poli­tique israé­lienne..

L’AFPS condamne et rejette ces amal­games qui amènent à traîner devant les tri­bunaux en toute igno­minie les mili­tants du boycott citoyen qui dénoncent la poli­tique colo­niale et raciste de l’Etat d’Israël.

L’AFPS condamne et rejette toute ins­tru­men­ta­li­sation de la cause pales­ti­nienne au service de délires com­plo­tistes racistes qui font le jeu de ses adversaires.

Le peuple pales­tinien n’a aucun besoin de tels faux amis. Notre combat pour les droits nationaux du peuple pales­tinien se fonde sur les prin­cipes uni­versels du droit des peuples. Il suppose le rejet déterminé de toute forme de racisme, d’antisémitisme et d’islamophobie, poisons dan­gereux que nous com­bat­trons sans faiblesse.

Le Bureau national
Association France Palestine Solidarité (AFPS)

PS. merci à Jean Claude Lefort qui m’a expédié directement ce communiqué mais je n’attendais pas moins de lui et de France-Palestine… Que ceux qui veulent la paix dans la justice se rassemblent contre les porteurs de haine… j’ai ajouté au communiqué la photo de M.Barghouti parce que je pense qu’il a plus sa place à la table des négociations qu’en prison… mais ça c’est mon opinion personnelle. Danielle bleitrach

 
2 Commentaires

Publié par le janvier 3, 2014 dans dialogue, extrême-droite

 

Raoul Castro: c’est la seule solution

raul-castro1

Nous n’exigeons pas que les Etats-Unis changent leur système politique et social pas plus que nous n’acceptons de négocier le notre. Si réellement nous voulons avancer en matière de relations bilatérales, il faut apprendre à respecter mutuellement nos différences et nous accoutumer à vivre en paix avec elles. C’est la seule solution; s’il en était autrement nous serions disposés à supporter encore 55 ans de la même situation.
Roual Castro

No reclamamos a Estados Unidos que cambie su sistema político y social ni aceptamos negociar el nuestro. Si realmente deseamos avanzar en las relaciones bilaterales, tendremos que aprender a respetar mutuamente nuestras diferencias y acostumbrarnos a convivir pacíficamente con ellas. Solo así; de lo contrario, estamos dispuestos a soportar otros 55 años en la misma situación .

Raúl Castro

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 22, 2013 dans Amérique, dialogue, histoire

 

Amira Hass : sans changement de politique, « l’Etat d’Israël n’est pas viable »

Amira_Hass-crop[1]

Courrier international, Amira Hass, samedi 23 novembre 2013

Amira Hass aux Tri­bunes de la presse de Bor­deaux, octobre 2013. Propos recueillis par Carole Lyon

En tant que journaliste, considérez-​​vous que vous avez un rôle à jouer ?

Comme je le dis souvent, je sur­veille le pouvoir. Dans le contrat non écrit entre le jour­na­liste et le public, la sur­veillance du pouvoir est une mission pri­mor­diale. Je ne sais pas si on peut parler de rôle… Je continue d’espérer qu’en apportant de l’information je permets à cer­taines per­sonnes en Israël de com­prendre à quel point la situation est dan­ge­reuse. J’ai un petit rôle à jouer dans le réseau d’Israéliens qui résistent, les dis­si­dents. Ils ne sont pas nom­breux, mais pas aussi peu nom­breux qu’on le pense.

Diriez-​​vous que les Israé­liens ont une connais­sance incom­plète de ce qui se passe dans les Ter­ri­toires palestiniens ?

Certainement.

A qui la faute ? Aux médias, au pouvoir politique, aux gens eux-​​mêmes ?

Ce sont les gens qui ne veulent pas savoir, c’est clair. Parce qu’il y a de nom­breux moyens de savoir, et beaucoup de choses à savoir, mais ils pré­fèrent ne pas savoir.

Il est plus facile pour nous de critiquer ce qui se passe ailleurs…

Exac­tement, et d’une cer­taine façon la presse israé­lienne est beaucoup plus cri­tique vis-​​à-​​vis de l’occupation que ne l’était la presse fran­çaise à propos de la colo­ni­sation en Algérie. La presse israé­lienne publie beaucoup plus de choses à propos de 1948 et de l’expulsion de quelque 800 000 Palestiniens.

Si l’information est rendue dis­po­nible et que, malgré cela, le public ne veut pas savoir, comment faire passer le message ?

A ce stade-​​ci, ce n’est plus du ressort des jour­na­listes, mais des mili­tants. Tant que les Israé­liens pro­fi­teront de l’occupation et ne paieront pas un prix pour elle, ils conti­nueront, exac­tement comme en Afrique du Sud. Chaque pays a son lot d’injustices, et elles ne peuvent être arrêtées, ou amendées un tant soit peu, que si ceux qui ont causé ces injus­tices en paient le prix.

Quel genre de prix ?

Je ne sais pas, il y a dif­fé­rentes façons de payer un prix. Les Amé­ri­cains ont com­mencé à com­prendre ce qu’était la guerre au Vietnam quand ils ont vu revenir des cer­cueils, pas avant. C’était un peu dif­férent en Algérie. De Gaulle a eu le mérite de com­prendre la gravité de la situation, et de voir qu’à long terme la situation n’était pas viable. Il a vu le « prix » que d’autres ne voyaient pas.

Peut-​​on dire, de la même façon, que la situation en Israël n’est pas viable à long terme ?

Non, ce n’est pas viable.

D’après vous, quelle serait la solution : une solution à un Etat ? à deux Etats ?

Vous savez, j’ai une longue liste de mots que je déteste. J’ai com­mencé par détester « Oslo ». Puis « pro­cessus de paix ». Puis « paix », « récon­ci­liation », « dia­logue »… Parce que tous ces mots ont été vidés de tout sens et ont été sujets à mani­pu­lation par les auto­rités israé­liennes – mais aussi amé­ri­caines, euro­péennes, etc. Pendant que tout le monde parlait de pro­cessus de paix, Israël per­fec­tionnait en réalité ses moyens de colo­ni­sation et d’occupation.

Main­tenant, je dois ajouter à cette liste le mot « solution ». Car il faut com­mencer par parler des fon­da­mentaux. J’en vois deux. Le premier, c’est que deux peuples vivent dans ce pays. Tous deux doivent l’accepter, et tous deux ont des liens très anciens avec ce pays – peu importe que ce soit depuis trois cents ans, cinq mille ans ou plus.

Le deuxième, c’est le principe d’égalité. Sans ça, il n’y a pas de futur sain pour les deux peuples. Je pense qu’au final les Juifs – ma com­mu­nauté juive – paieront un prix très lourd si nous ne mettons pas rapi­dement un terme à cette dis­cri­mi­nation. Mais, en même temps, les Pales­ti­niens doivent accepter que nous ne sommes pas des pieds-​​noirs, que cette com­pa­raison n’est pas valable. Parce que ce qui a amené les Juifs en Palestine n’est pas sim­plement le colo­nia­lisme, et aussi parce que les Juifs ont des liens reli­gieux avec ce pays. Il ne s’agit pas que de colo­nia­lisme ou de profit.

De plus, avant les années 1930, la majorité des Juifs pré­fé­raient vivre dans la dia­spora plutôt qu’en Palestine. Quand les Juifs ont dû partir, les autres pays n’en vou­laient pas : l’Europe, le Canada, l’Amérique latine, les Etats-​​Unis. Donc on ne peut pas expliquer la pré­sence juive en Palestine sim­plement en termes d’impérialisme.

Voilà pourquoi je préfère partir de ces fon­da­mentaux que parler de solution. Mais, si vous insistez, je dirais qu’il n’y a rien de défi­nitif dans l’Histoire : chaque phase mène à une autre. Donc la question doit être : que peut-​​on faire pour que l’étape sui­vante soit juste, répare les injus­tices et ouvre la voie à une autre étape, une étape meilleure.

Vous me demandez si une solution à deux Etats est pos­sible ? Ima­ginez que le monde dise à Israël : c’est l’un ou l’autre, soit vous déman­telez toutes les colonies, vous revenez aux fron­tières de 1967 (y compris Jérusalem-​​Est), soit nous chan­geons nos rela­tions avec Israël parce que vous violez des lois inter­na­tio­nales de façon scan­da­leuse. Eh bien d’accord, un demi-​​million de colons peuvent tout à fait se déplacer de cinq kilo­mètres, comme beaucoup de gens à travers le monde déménagent.

Pour avoir un seul Etat, il faut que les deux peuples aient la volonté de vivre ensemble, en tant qu’égaux. La solution à deux Etats est donc la plus pro­bable – mais seulement en tant qu’étape. Une étape pour res­taurer la raison, éviter la bru­talité. Parce que ce que je crains, c’est qu’on atteigne le point d’irréversibilité, après lequel on ne pourra plus revenir à une situation saine.

Amira Hass

« Per­sonne n’a docu­menté cet enfer [de l’occupation] de façon quo­ti­dienne, avec autant de cohé­rence et de pro­fondeur qu’Amira Hass, jour­na­liste israé­lienne à Ha’Aretz, qui couvre l’actualité des Ter­ri­toires pales­ti­niens depuis 1991 et y vit depuis 1993 – d’abord à Gaza pendant trois ans, et depuis à Ramallah. C’est tel­lement inha­bituel. Je veux dire : quel cor­res­pondant étranger vit dans les Ter­ri­toires occupés ? » écrit Abdallah Schleifer, jour­na­liste et expert du Moyen-​​Orient, sur le site d’Al-Arabiya . De ce fait, poursuit-​​il, « aucun autre quo­tidien du monde arabe n’offre une meilleure cou­verture qu’Ha’Aretz de la souf­france des Palestiniens ».

Vingt ans de travail jour­na­lis­tique dans les Ter­ri­toires pales­ti­niens ont valu à Amira Hass autant de récom­penses (notamment le Prix mondial de la liberté de la presse décerné par l’Unesco en 2003 et, en 2009, le prix Reporters sans fron­tières) que d’attaques et d’assignations en justice.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 24, 2013 dans Asie, dialogue, femmes, guerre et paix

 

L’Iran : Une nouvelle méthode à conforter ou comment refaire l’amour entre porc épic par Danielle Bleitrach

6738871[1]La fresque de Sienne sur le bon et le mauvais gouvernement.

Ce qu’il faut saluer avec cet accord qui reste partiel et provisoire est la vraie avancée, celle d’une nouvelle méthode de traitement des questions internationales qui a abouti à la fois à reconnaître le droit de l’Iran au nucléaire en échange d’un véritable contrôle sur l’état de ce nucléaire ce qui ne pouvait pas être obtenu autrement.

Un exemple concret des termes de l’entente:

Mohammad Javad Zarif a également réaffirmé le « droit inaliénable » de son pays à l’enrichissement d’uranium ». Le texte de Genève contient une « référence claire selon laquelle l’enrichissement va continuer », a-t-il martelé, très applaudi par la presse et la délégation iraniennes venues en nombre à Genève.

Le droit à l’enrichissement d’uranium n’est pas mentionné dans le Traité de non-prolifération nucléaire dont l’Iran est signataire. Donc les iraniens sont dans leur droit puisque le seul argument légal que l’on puisse leur opposer est leur signature de ce traité (traité non signé par Israël ce qui lui donne les mains libres comme en matière de stock chimique non signé également).

Cela dit concrètement dans l’accord ce droit a été réaffirmé mais a été supprimé le terme « inconditionnel » et dans les faits des dispositions sont prises pour que l’enrichissement dépasse les 5% et même l’arrêt de la centrale à l’eau lourde.

Ce que confirme Kerry en disant « L’Iran a accepté de suspendre l’enrichissement d’uranium au-delà de 5%. L’Iran a accepté de dégrader ou de convertir son stock d’uranium enrichi à 20 % », a détaillé Kerry, parlant d' »une première étape » avant une prochaine « phase beaucoup plus difficile ».

Donc le volet sur le nucléaire est traité d’une manière que l’on peut considérer comme satisfaisante mais qui est le même que celui que la France a prétendu bloquer. Alors que l’essentiel est bien dans la reconnaissance du civil et le contrôle blocage, voir démantèlement de ce qui va vers le militaire.

Cet accord en effet a aussi une dimension économique favorable à tous, il a été obtenu par l’affirmation d’une levée graduelle des sanctions qui était une nécessité pour les Iraniens, mais aussi pour l’Europe et l’Asie, dans la mesure où l’Iran est un immense marché et la porte de la route de l’énergie. Sur ce point notons la débilité de la position française qui n’a rien obtenu de plus mais a réussi à perdre toute crédibilité aux yeux des Iraniens, sans espoir donc à l’ouverture des marchés pour seulement complaire aux bailleurs de fonds saoudiens et autres qataris. C’est une politique à courte vue qui tranche sur la politique traditionnelle de la France et ses positions dans le monde sur le stricte plan commercial et aux dépends de sa crédibilité diplomatique. Une catastrophe qui aggrave la politique de Sarkozy. Mais pour revenir à l’essentiel, le nœud coulant se desserre et les capitaux reviennent tout autant que le nucléaire militaire est écarté sans pour autant ne pas reconnaître les droits des Iraniens dans ce domaine. Donc l’accord est en conçu comme un échange permanent vers le retour à la normale, une mise en mouvement.

Une méthode nouvelle

Quand Cuba et Kennedy envisageaient l’amélioration de leurs relations, la stratégie proposée avait été celle de l’amour entre porc épic, beaucoup de précautions et prendre son temps et conserver le désir … Ce désir ne peut être alimenté que par les peuples sur des dirigeants qui subissent d’autres pressions et c’est là un point essentiel si l’on veut comprendre ce qui s’est passé et comment depuis des mois se prépare en tête à tête et en secret une manière de renouer le contact entre Etats-Unis et iran.

L’ère Bush, la politique de la canonnière est sinon terminée mais au moins on lui préfère la négociation, le retour en force de la diplomatie et chacun doit s’en féliciter.

Ceux qui ont perdu et là aussi on ne peut que s’en féliciter c’est ceux qui depuis des années tiennent leur peuple dans un paranoïa insupportable et jouent la politique du pire.

Il est clair que les peuples qui ont fait le plus grand pas vers le changement des relations internationales sont le peuple des Etats-Unis et celui d’Iran, qui a su dès le premier tour de l’élection présidentielle élire le seul candidat proposé Hassan Rohani qui à l’inverse de son prédecesseur Mahmoud Ahmadinejad présentait ce visage de paix et des négociation. Ce peuple qui a inauguré ce qu’on a appelé les printemps arabes est un grand peuple qui résiste à tous les impérialisme, réclame sa souveraineté toutes tendances confondues, mais est aussi épris de paix et de liberté. Les Etats-Unis eux aussi ont changé et leur opinion s’oppose majoritairement à toutes les aventures guerrières dont elle a été abreuvée.

Les résistances existent et rien n’est joué

Il est clair et c’est là le point noir qu’il reste des forces qui n’ont rien compris et qui rêvent de conduire leur peuple à la catastrophe. Il y a le premier ministre israélien qui semble avoir à coeur de mener Israël vers le pire comme si pour éviter un accord avec les palestiniens il choisissait la guerre avec ses voisins quitte à s’entendre avec ses pires ennemis dans cet objectif, les Saoudiens en jouant y compris le hamas pour empêcher tout pas en avant. Il conduit le peuple israélien à la destruction et à l’isolement intégral, ce que j’appelle depuis pas mal de temps la stratégie de l’OAS avec le succès que l’on sait. Il a malheureusement du répondant en Iran avec le guide suprême qui ne voit de survie de lui-même et de son régime théocratique que dans l’affrontement, il l’a prouvé en organisant à la veille de négociation une provocation. La seule, solution est de tabler sur les peuples et sur leur volonté de paix, et de ce point de vue les menaces d’Israël vont a contrario de l’intérêt d’Israël surtout si l’on mesure à quel point ces aboiements de part et d’autres sont vains et dérisoires vu le rapport des forces internationales. Nul doute que le premier ministre israélien va tenter de faire jouer les réseaux qui lui sont favorables pour dénoncer cet accord, mais vu son contenu, vu ce qu’est son principal soutien, les juifs américains, sa politique l’isolera un peu plus et tous ceux qui ont le moindre bon sens s’en rendront compte. On pourrait donc espérer que cela se traduise y compris en Israël par la montée des forces de paix et la pression vers un accord avec les Palestiniens. C’est l’hypothèse la plus favorable pour le monde, la région et Israël même. La question est donc celle du choix la paix ou le suicide, d’autres peuples ont connu cette alternative.

Il est clair que l’accord a été mené parallèlement entre iraniens et Etats-Unis et que de l’autre côté les Russes ont travaillé activement pour obtenir l’accord de tous, Europe, Chine et ont même tenu compte d’Israël dans leurs efforts avec un mélange de réalisme et de garanties. Cette diplomatie qui éloigne Israël mais aussi la France et même l’Angleterre est le produit non seulement des errances du gouvernement de Hollande mais celle de son prédécesseur avec le rôle désastreux joué en Libye par Sarkozy, le mépris des décisions de l’ONU et les résultats.

La France s’est déconsidérée en poursuivant dans la logique libyenne que l’on peut qualifier de néocoloniale et qui se donne pour but sous des discours humanitaires d’intervenir sur les changements de régime, parce que c’est bien là l’enjeu poursuivi par Israël, les Saoudiens, la question du nucléaire n’était pour les Iraniens qu’un prétexte à imposer des sanctions selon la bonne vieille stratégie de l’embargo que subit injustement Cuba depuis 50 ans : étrangler un peuple jusqu’à ce qu’il devienne fou et se retourne contre ses dirigeants. C’est ça la stratégie adoptée par la France, par Israêl, les Britanniques en espérant avoir le droit au pillage à la fin quitte à générer le chaos. C’est cela que le peuple iranien ne peut tolérer ni aucun pays qui n’appartient pas à ce directoire ou qui se veut tel. Les temps évoluent et les pays refusent ces interventions.

Ou l’on continue cette paranoïa criminelle, ou l’on regarde le caractère réel de cet accord qui reconnaît le droit au nucléaire des Iraniens ce qui est légitime mais dans le même temps est créé les conditions d’un véritable contrôle internationale du développement du nucléaire vers le militaire.

Le monde est en train de changer

C’est une grande chance dans un monde en plein mouvement, un monde qui tend vers un équilibre multipolaire et qui cherche les voies du développement dans une situation de crise très grave dominée par des monopoles financiarisés qui réclament pillage et guerre. C’est la première fois de son histoire que l’humanité opére une transition telle que le challenger économique de l’hégémonie est un pays sous développé, la Chine, qui ne veut pas entrer dans une révalité belliciste dont elle n’a pas les moyens et jouent tout sur des alliances à « avantages réciproques ». C’est également la première fois où l’humanité est plus urbaine que rurale et que le phénomène des masses s’agglutinant sans espoir de travail et entrée en migration prend une telle ampleur.

Penser dans un tel monde exige de voir loin, très loin et dans le même temps savoir d’où vient le danger et intervenir avant qu’il soit insurmontable parce que ce qui se joue est le devenir de l’humanité, sa survie, celle de la planète. Et la seule méthode possible est de trouver le chemin du dialogue et de la paix par les négociations, les donnant-donnant.

Cet accord si faible soit-il doit donc être renforcé par la volonté des peuples, et nous en France nous avons notre propre rôle à jouer dans ce domaine vu l’attitude irresponsable de ceux qui nous gouvernent.

Danielle Bleitrach

 

reflexion du jour: je ne suis pas tout à fait d’accord avec Rony Brauman

181933_103232876423417_6063509_nCe matin, Rony Brauman était l’invité d’Audrey Crespo-Mara sur LCI . L’ancien président de « Médecins sans frontières » s’est dit choqué par l’attitude du Président François Hollande en Israël.

« François Hollande va se recueillir sur la tombe d’Yitzhak Rabin et de Yasser Arafat. C’est le genre d’hommage qui a une signification politique et qui fait partie d’une visite. Mais, en même temps, quand François Hollande donne une accolade à Netanyahu, il va au-delà de lui serrer la main. Il prononce quelques mots en hébreu. Il affirme son indéfectible amitié pour Israël. Or, Netanyahu est la personne, avec Sharon, qui peut être tenue responsable politiquement de l’assassinat d’Yitzhak Rabin (…) » explique le professeur de Sciences-Po.

Et d’ajouter : « Il y a quand même quelque chose de déconcertant : avoir un président qui va s’incliner sur la tombe de Rabin, un homme que je respecte profondément. Le seul leader israélien qui a compris que la sécurité d’Israël passait par la paix avant de passer par les armes. Il y a quelque chose de choquant entre cet enthousiasme de donner une accolade à Netanyahu tout en allant s’incliner sur la tombe de Rabin. Il y a une contradiction qui n’est pas assez soulignée à mon sens ».

je n’ai pas la même position que Rony Brauman sur les faits alors que je partage le sens de son intervention. je suis d’accord pour que Hollande donne l’accolade à Simon Peres, prononce quelques mots d’hebreu comme je suis d’accord pour qu’il renouvelle les manifestations d’amitié de la France aux palestiniens, je me félicite qu’il aille sur la tombe de Yasser arafat et Rabin. La chose que je lui reproche et elle est de taille est l’alliance contre la paix entre israéliens, français et sans doute saoudiens face à l’Iran alors qu’on lui refuse le droit au nucléaire dans un pays qui le possède à cause de la France et qui s’avère un danger pour tous ses voisins y compris les Pelestiniens.

la France pourrait jouer un rôle important, elle est en train de brader tous les acquis qui lui donner du poids par sa politique incohérente au Moyen orient prétendant à la fois mener une lutte anti-terroriste et soutenant des intérêts étatiques et impérialistes qui génèrent ce terrorisme et jouent la politique du pire.

Cette incohérence au plan international, on la retrouve en France où le même gouvernement qui s’insurge légitimement contre les attaques immondes contre un ministre ne craint pas de jeter de l’huile feu sur le racisme ordinaire en montant en épingle l’affaire des roms… Sans parler de la manière dont on monte l’affaire des djahistes musulmans français partis en Syrie alors même que par ailleurs on donne des armes aux « rebelles » et on les soutient dans leurs pires exactions sans pour autant offrir l’asile aux populations en proie à la guerre civile…

danielle Bleitrach

 
4 Commentaires

Publié par le novembre 19, 2013 dans actualités, dialogue, guerre et paix

 

« Juste une supposition » : Alain Soral, l’homme qui voulait être Eric Zemmour ou le champ consensuel de l’extrême-droite

chatillon_soral[1] Soral et Chatillon, l’homme de Marine Le pen

Voici un article qui pose une hypothèse apparemment paradoxale : Soral l’antisémite aspirerait désormais à être Zemmour le juif… cet article a à mes yeux un triple mérite, le premier est de montrer ce que l’on savait déjà mais qui est peu mis en lumière: tout cela est une affaire de fric et de pouvoir avant que d’idéologie. La deuxième idée est que les antagonismes puisqu’ils sont marchandises fonctionnent en fait sur un consensus latent, l’auteur de l’article connaît-il la théorie des champs, je l’ignore mais il dessine de fait un champ politique qui est celui de l’extrême-droite et qui non seulement tente d’effacer les clivages de classe mais par haine du « laxisme », fanatisme réactionnaire en fait s’adresse à un public hétérogène.

Un détour un peu savant s’impose, c’est Bourdieu qui a défini les champs sociaux: Les champs :

L’espace social est constitué d’une multitude de champs plus ou moins autonomes, comme les champs artistique, intellectuel, économique, politique… Un champ, c’est un champ de force au sein duquel se déploient d’agents dotés d’habitus et en concurrence pour des capitaux spécifiques et la domination du champ.
Les agents centraux sont ceux qui possèdent le plus du capital pertinent à l’intérieur du champ. Les positions sont toujours relatives, temporelles. En cela, le schéma de Bourdieu est dynamique. Bien que les champs diffèrent dans leurs enjeux et dans leur composition, ils sont soumis à des lois. Bourdieu repère trois invariances :
– Un champ met en jeu des intérêts spécifiques, qui peuvent ne pas être perçus ou être sans valeur dans les autres champs. Pour que le champ perdure, pour que les agents jouent le jeu, il est nécessaire qu’ils croient en ses enjeux : ils doivent partager le même illusio (croire au jeu dans lequel on est pris et à l’importance de l’enjeu). Le champ entretient cet illusio en décernant des distinctions, comme les prix littéraires. Ainsi les enjeux sont loin d’être toujours réductibles à l’intérêt matériel, et sont souvent symboliques.
– A l’intérieur d’un champ, les agents entretiennent des relations de collusion : même s’ils s’affrontent, ils ont des intérêts communs. En premier lieu, que le champ se maintienne.
– Dans tous les champs, l’enjeu de la lutte, c’est le monopole de l’autorité spécifique. Les agents se battent pour conserver ou améliorer leur position. Or, le meilleur moyen d’y arriver, c’est de maîtriser le principe de hiérarchisation : dominer le champ c’est fixer les règles du jeu, les capitaux pertinents etc. Dans tous les champs, il y a des positions orthodoxes, hétérodoxes, légitimes, illégitimes. Et il y a aussi un contrôle des ‘’portes’’ du champ, pour faire entrer ou sortir des agents, des capitaux…
Pour analyser les champs, Bourdieu déploie un relationnalisme anti-subjectiviste : le champ est perçu comme un système d’écarts (ce que fait un agent n’a de sens que relativement à ce que font les autres). La construction du champ est un travail empirique : on délimite les frontières du champ en mettant en évidence quels sont les capitaux pertinents.

L’article de quartier libre montre la constitution du champ à travers les médias conçus comme un système multiple qui va des chaînes de télé aux maisons d’édition en passant par la presse. Ce système définit un espace consensuels sur lesquels se déploient les « débats » et affrontements codifiés. Le Front National a choisi de l’investir en affirmant sa « normalité », c’est-à-dire comme dirait encore Bourdieu le sens commun, les valeurs si l’on peut employer ce terme, les stéréotypes. les limites de l’affrontement qui reposent sur une entente réelle, un consensus qui réunit l’anti-islamisme viscéral du Front national avec celui d’une extrême-droite qui se prétend sioniste. Ce sens commun s’émancipe ou prétend s’émanciper de la « dictature du politiquement correct, l’antiracisme, le droit des femmes autant que celui des protections sociales. On aboutit au refus dans le temps et dans l’espace de tout ce qui de près ou de loin est progressiste, le cynisme, la stigmatisation des faibles ou considérés comme tels devenue la marque d’une médiocre insolence… A ce titre je crois que la pétition des 343 et « touche pas à ma pute » (le deux termes ridiculisant à la fois l’antiracisme et le féminisme témoigne du retournement réactionnaire de tous les combats passés, c’est le stade ultime après la haine des révolutions, celui de toute émancipation individuelle… Le machisme, le culte d’une virilité qui s’exerce contre les faibles est la marque de l’extrême-droite et son héroïsation… Comment Soral l’antisémite peut-il être totalement identique à Zemmour le juif, la misogynie joue un rôle évident, la manipulation du passé également, le secret du retournement est là aussi, comme il est dans la mairie de Paris finançant Loran deutsch et refusant une place Robespierre… Quand le champ est défini par son essence ni à droite, ni à gauche mais par la nostalgie du passé et la haine des pauvres rebelles toutes les rencontres sont possibles. (note de Danielle Bleitrach)

Voici donc l’article sur le livre à paraître entre Soral et Naulleau, un de ces nombreux couples télévisuels où les oppositions restent circonscrits dans le champ de l’extrême-droite.

Le livre d’entretiens entre Eric Naulleau et Alain Soral est déjà en prévente sur le site « égalité et réconciliation », on y apprend qu’il peut faire date ou faire chavirer le système, à les lire ils vont rejoindre la Bible, Le Coran et pourquoi pas le Capital. On nous raconte que Soral « porte des coups » à Eric Naulleau sans que ce dernier ne puisse répliquer quoi que ce soit.
Soral prend (enfin) la place d’Eric Zemmour dans le sketch à répétition qui a rendu Naulleau célèbre à la télévision.

combat de blancs

Ce livre n’est pas sorti, mais nous pouvons supposer plusieurs choses quant à son contenu et son objectif. Fond et forme sont liés, on devrait voir dans cette tentative de retour dans le grand bizness mainstream de Soral, un changement tactique.

Première considération : si Naulleau fait parler Soral, ce n’est pas pour des raisons de grandeur d’âme. On assiste à une opération éditoriale visant une rencontre « au sommet » entre un infréquentable et une star de la Télévision. La participation du chroniqueur télé est sans doute bien rétribuée, et le tirage certainement conséquent.

Le boulot de Naulleau n’est pas trop dur, parce que faire son numéro de duettiste avec Soral ne le change pas tellement de celui qu’il effectue avec Zemmour. Ces deux derniers sont en contact régulier et d’accord sur 90% des choses.

Zemmour fait son beurre en attaquant les immigrés et les quartiers par le biais de l’Islam. Soral tente de les soumettre au nationalisme en vendant de manière hargneuse ses salades sur les juifs qui contrôleraient le pays et le reste du monde.

Ils vendent la même camelote idéologique avec la même virulence mais à des publics différents.

Seconde considération : c’est une tentative de sortie de l’underground pour Soral. Il est donc probable que ce livre soit mou sur ce qui a fait la réputation Internet de la tête de gondole d’ « égalité et réconciliation ».

Alain Soral désire retrouver la grande vie et donc les paillettes des médias mainstream. Fort de sa popularité sur le Net, il tente de redevenir un produit présentable aux heures de grande écoute. Il a fait ses preuves de bateleur dans ses vidéos et tente de voir s’il peut retrouver un strapontin de trublion du paysage audiovisuel comme à l’époque de « c’est mon choix » qui a lancé sa carrière de penseur dissident.
Les provocations sur les juifs ne font plus recette dans les grands médias en France, il est donc probable que ce livre n’est pas un concentré de ses vidéos qui dénigrent constamment selon ses termes « la communauté organisée », ou la « Banque ».

Il est probable qu’il revienne aux fondamentaux qui ont fait sa gloire à ses début quand il jouait les grande gueules de talk-show : cibler les femmes et les homosexuel.le.s. Les femmes tout d’abord ça permet de refaire du Zemmour-Naulleau, ce qui reste vendeur.

Les homosexuels ensuite, car étant donné le contexte c’est l’occasion d’être outrancier pour vendre sa haine aux nombreux ennemis du mariage pour tous. Dans ses vidéos, Soral compare l’homosexualité à la pédophilie : il est probable que la provocation de ce livre soit là-dessus.

On rappelle au passage que les « éditions blanches » spécialisés dans la littérature érotique (droite des valeurs, comme ils disent, on peut s’interroger sur le sens de ce slogan) avaient été visés par une action de l’association Actu Up.

Il est fort possible que Soral s’attaque aux musulmans de manière franche ou insidieuse. Autant les attaques sur les juifs sont improductives politiquement et donc financièrement, autant l’islamophobie est porteuse dans une grosse part de l’opinion publique dont les oreilles sont habituées aux insultes de Zemmour.
Les dernières vidéos de Soral font l’apologie du Front National, il est probable que le livre soit du même tonneau. Il est impossible de soutenir le Front National sans verser dans la haine ou le mépris des musulman.e.s, ce livre peut donc être un indicateur de changement de cap.
Cela semble se matérialiser puisque l’un des piliers du groupe « riposte laïque » s’exprime conter l’immigration et l’Islam dans une vidéo officielle d’égalité et réconciliation.

Soral n’a jamais caché que son objectif premier est de réussir financièrement. Il a réussi à construire avec l’aide de mécènes d’extrême droite (Philippe Péninque et Frédéric Chatillon) une PME de propagande au service du Front National.

chatillon_soral

La situation actuelle donne tort à ses « analyses » sur le moyen orient, sans doute parce que les musulmans n’ont rien compris à ce que Soral explique de leur religion, mais aussi parce que Soral bosse pour des gens qui sont payés par le régime syrien. Cela lui cause du tort et rend probable un changement de ton à l’égard des musulman.e.s qui critiquent sa ligne politique (il ne faut pas mordre la main tendue, par le gentil monsieur qui explique comment il faut penser).

Il est probable que le livre fasse des ventes honorables mais ne réussisse pas à faire revenir Soral dans un milieu qui l’a chassé pour mauvaise conduite. Sa seule option pour faire plus d’argent est de faire ses affaires dans le sillage du Front National, et donc de changer de ton pour essayer de devenir le Zemmour du Front National, en un mot : le bouffon de Marine Le Pen.
Pour faire marrer ses vrais amis, ses « égaux », rien de tel que de balancer du lourd et du gras sur les arabes, les immigrés, les homosexuel.le.s et les femmes.

Clowns blancs, combat de blancs.

texte de Quartier libre:
Qui sommes-nous?

Quartiers Libres est un collectif de militant-e-s de quartiers, de journalistes, d’universitaires qui tou-te-s vivent, travaillent, ou militent en banlieue.

Réuni-e-s au lendemain des révoltes de 2005, nous sommes tou-te-s issu-e-s de différents courants de gauche radicale extra parlementaire.

Nous avons pris acte du silence assourdissant et du déni qui pèsent sur les questions liées aux quartiers dans les organisations politiques parlementaires de gauche et dans une partie de l’extrême-gauche.

C’est pourquoi nous avons fait le choix de mettre en avant différentes thématiques ayant trait à la vie culturelle et politique des Quartiers Populaires.

Pour nous contacter:

quartierslibres[a]gmail.com

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 497 autres abonnés