RSS

Archives de Catégorie: Asie

« Tout en ne visant pas des pays tiers »: la Russie et la Chine commencent des exercices conjoints en Méditerranée

 http://rt.com/news/259437-russia-china-navy-drills/
Russian Black Sea Fleet flagship, Moskva, leaving the port of Sevastopol for the joint Russia-China exercises in the Mediterranean.(RIA Novosti / Vasily Batanov)

le vaisseau Amiral de flotte russe de la mer Noire, Moskva, quitte le port de Sébastopol pour les exercices conjoints de la Russie et la Chine dans la région méditerranéenne. (RIA Novosti / Vassili Batanov)

Neuf navires de guerre russes et chinois ont commencé  des manoeuvres militaires conjointes, surnommées, « Sea Cooperation – 2015 » en Méditerranée dimanche, a indiqué le ministère de la défense russe.

« La phase active des exercices auront lieu en Méditerranée entre le 17 et 21, regroupant  10 navires de guerre de la marine russe et marine d’armée de libération du peuple [de Chine] , »  selon une déclaration du ministère de la défense .

Le navire amiral de la flotte basée sur la Crimée, russe mer Noire, le croiseur lance-missiles la « Moskva », sera l’état major pour les exercices, a ajouté la déclaration.

L’objectif des exercices de la Russie et de  la Chine  « est de renforcer la compréhension mutuelle entre les marines… concernant la stabilité renforcée, la lutte contre de nouveaux défis et menaces en mer, » Selon le Vice-Admiral Aleksandr Fedotenkov, un commandant adjoint de la marine russe, qui dirige les exercices du côté russe,.

Chinese Navy commandant en chef adjoint, le vice amiral Du Czinchen, sera le commandant de la flotte Chinoise .

Vice-premier ministre de la défense Anatoly Antonov du Russie a insisté sur « les jeux de guerre ne sont pas dirigées contre un pays tiers et ne sont pas liés à la situation politique dans la région. »

Le ministère chinois de la défense a déclaré plus tôt que les manoeuvres conjointes mettront l’accent sur la sécurité de la navigation, le  ravitaillement en mer, les missions d’escorte et des exercices de tir réel.

En plus de la Moskva, il y aura la corvette lance-missiles de Bora-classe sensitifs supportés le Samum, frégate de missile de classe Krivak le Ladny, projet 775 grand atterrissage navires (LLS), Aleksandr Otrakovsky et Aleksandr Shabalin et marine remorqueur MB-31 prendront part à l’exercice du côté russe.

La Chine a envoyé une paire de frégates de 4 000 tonnes Type 54 a Jiangkai II – le ‘Linyi (574)’ et le ‘Weifang (547)’ ainsi qu’une reconstitution de bateau, le « Wei Shanhu,’ à la Méditerranée.

L’exercice russo-chinois intervient à un moment où l’OTAN et ses alliés organisent des exercices militaires dans toute l’Europe.

Plus tôt, la Russie a annoncé ses forces terrestres prendront part à une série d’exercices conjoints avec des troupes en Mongolie, du Bélarus, Inde et Chine plus tard cette année. Les exercices seront concentrera sur les activités antiterroristes et de maintien de la paix, a déclaré le Kremlin.

Avec les relations entre Moscou et l’Occident s’étant détérioré au cours de la crise de l’Ukraine, la Russie a augmenté sa coopération avec ses voisins chinois, dans les domaines économique et militaires.

Le Président chinois Xi Jinping a été prioche de Vladimir Putin à la Parade de la victoire le 9 mai, ce qui a été suivi par la signature d’accord de $ 25 milliards de dollars des chinois à des entreprises russes et un certain nombre d’autres accords.

Les autorités chinoises ont également invité les troupes russes à marcher dans un défilé qui  devait avoir lieu à Pékin en septembre.

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 18, 2015 dans Asie, Europe

 

La coexistence pacifique plutôt que l’interventionnisme de l’OTAN

17 mai 2015 par Résistance
La coexistence pacifique plutôt que l’interventionnisme de l’OTAN. À l’approche de la commémoration du soixante-dixième anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies, un vif débat met en avant deux conceptions opposées de l’avenir des relations internationales. D’un côté, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Samantha Power, répète à l’envi que le respect des droits de l’homme est un préalable à la paix ; de l’autre, Wang Yi, le ministre chinois des affaires étrangères qui a présidé le débat du 23 février dernier au conseil de sécurité, est persuadé qu’une nouvelle vitalité de la Charte des Nations Unies ne peut être garantie qu’en respectant l’indépendance et l’intégrité territoriale de chaque pays. En clair, la souveraineté comme fondement de l’ordre international.

La logique de l’interventionnisme humanitaire, animé de la mission de vouloir protéger les peuples d’actions génocidaires accomplis par des « Hitler de service » (mais à la discrétion, cela va de soi, des puissances hégémoniques et de leurs alliés…) a donc encore ses thuriféraires. « Assumez le fardeau de l’Homme blanc », écrivait Rudyard Kipling, le poète de l’impérialisme britannique à la fin du XIXème siècle. Il lançait ainsi un appel aux États-Unis afin qu’ils viennent soutenir la France et l’Angleterre dans leur « mission civilisatrice » en Afrique et en Asie. Au milieu des années 2000, le ministre de la défense britannique John Reid affirmait que le but de la présence de son pays en Afghanistan était « de fournir assistance et protection au peuple afghan pour qu’il reconstruise l’économie et rétablisse la démocratie ». En 2011, au plus fort de l’engagement de la coalition internationale, c’étaient 140.000 soldats de l’OTAN qui y étaient déployés. Et 3.485 militaires occidentaux y ont perdu la vie depuis 2001. Le coût de l’opération avoisine les 800 milliards d’euros rien que pour les États-Unis. La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan ne publie des rapports annuels que depuis 2009 et ceux-ci totalisent plus de 17.000 morts pour ces six dernières années.

En Libye, les commentateurs les plus objectifs estiment que l’intervention de Nicolas Sarkozy et de David Cameron a été un désastre… même si elle fut applaudie par les journalistes de l’époque. Ce pays est maintenant sous le contrôle des milices et des seigneurs de guerre salafistes qui exportent des armes et des guerriers dans toute la région, obligeant aujourd’hui des migrants à s’exposer aux plus graves dangers en tentant de traverser la Méditerranée.

Le bilan des interventions en Afghanistan, en Afrique ou dans les pays arabes est donc globalement négatif. Si elles sont souvent présentées comme moralement justifiées, elles sont souvent légalement discutables et presque toujours désastreuses d’un point de vue stratégique.

Une autre voie, méconnue du plus grand nombre parce que tue par les media dominants, apparaît plus que jamais devoir s’imposer dans les relations internationales. Pourtant, elle ne date pas d’hier. C’est en 1954 en effet que la Chine, l’Inde et la Birmanie ont proposé ce que l’on appelle les « cinq principes de la coexistence pacifique » : ceux-ci sont le respect mutuel de l’intégrité territoriale et de la souveraineté, la non-agression mutuelle, la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, l’égalité et les avantages réciproques et la coexistence pacifique. Au cours des soixante dernières années, ils sont devenus non seulement la base de la diplomatie indépendante, autonome et pacifique de la Chine, mais également des principes primordiaux en matière de relations internationales reconnus par la majorité des pays du monde.

« Nés au cours de la Guerre froide, ces cinq principes prônent la justice, la démocratie et le règne de la loi. Depuis leur entrée sur la scène historique, ils ont permis de dépasser les limites des idéologies et des systèmes et représentent les intérêts vitaux des pays en développement », nous explique le vice-président de l’association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger (APCAE), Xie Yuan. Ces principes ont dans les faits permis à de nombreux pays de changer l’attitude hostile de nombreux pays envers la Chine et permis à cette dernière de sortir de sa situation autrefois isolée.

Aujourd’hui, sur la base de ces cinq principes, la Chine a réglé plusieurs conflits territoriaux et établi des relations diplomatiques avec plus de cent cinquante pays dans le monde. Les cinq principes se manifestent dans quantité de traités bilatéraux et sont confirmés dans quantité de conventions internationales multilatérales et de documents internationaux tels que la déclaration sur l’inadmissibilité dans les affaires intérieures des États et la protection de leur indépendance et de leur souveraineté [résolution 2131 (XX) de l’assemblée générale des Nations Unies en date du 21 décembre 1965] et la déclaration concernant l’instauration d’un nouvel ordre économique international approuvée en 1974 par la sixième assemblée générale spéciale des Nations Unies.

« Le droit applicable ne peut avoir de double standard. Nous nous opposons à la déformation délibérée du droit international, à la violation des intérêts d’autres pays ainsi que la destruction de la paix et de la stabilité », a concrètement  souligné Xi Jinping lors de la conférence commémorant le soixantième anniversaire de la publication des cinq principes de la coexistence pacifique.

Dans l’ère actuelle de la mondialisation, ces grands principes devraient avoir une plus grande portée encore dans les relations internationales, loin de l’appropriation de la politique et de la stratégie par la morale publicitaire, son verbiage, sons sentimentalisme primaire et son affirmation terroriste. Loin de la propension de l’Occident de faire dépendre la liberté des autres d’une définition de la liberté qu’il a su arranger à sa sauce.

Capitaine Martin.

 
1 commentaire

Publié par le mai 18, 2015 dans Amérique, Asie

 

L’Ukraine et la Chine pratiquent l’échange financier pour 2,4 milliard de dollars de devises

 Cet accord s’accompagne d’un projet chinois visant à investir 15 milliards dans les logements en Ukraine. Dans un pays aux abois, dont les créanciers (qui conservent l’anonymat) refusent le plan du FMI et entament des négociations serrées, les seules ouvertures se présenteront-elles du côté de la Chine et de la Russie. C’est en tous les cas la stratégie du donnant-donnant avec avantages mutuels que pratique la Chine pour endiguer l’hégémonie des Etats-Unis. En outre cela correspond à la politique de substitution du dollar comme monnaie d’échange universel sans parler du vaste projet eurasiatique de la route de la soie. (Danielle Bleitrach)

  RT a publié : 15 mai 2015 16:27

 http://rt.com/business/258941-china-ukraine-currencies-swap/
RIA Novosti / Alexandr Demyanchuk

RIA Novosti / Alexandr Demyanchuk

L’Ukraine et la Chine ont signé un accord d’échange de devises d’une valeur de  2,4 milliards de dollars , selon la Banque nationale d’Ukraine (BNU). L’Ukraine espère que cela soulagera  la pression sur sa monnaie qui a plus  de 40 % face au dollar américain en un an.

L’accord triennal a été signé à Shanghai par le gouverneur de la Banque nationale de Ukraine(NBU) Valeria Gontareva et le gouverneur de banque de Chine populaire  Zhou Xiaochuan, selon communiqué de presse publié vendredi du NBU.

L’Ukraine fournira quelque 54 milliards d’ hryvnia et la Chine 15 milliards de ‘yuans au sein de l’accord d’échange de devises

« Cet accord est extrêmement important pour notre pays, être des partenaires stratégiques  favorisera le développement économique des deux pays. Les fonds reçus au titre de l’accord peuvent servir à financer des opérations commerciales et des investissements directs entre les deux pays, » a dit Gontareva 

L’application concrète des accords d’échange  de devises permettra de réduire la demande des importateurs de devises étrangères, ce qui va diminuer la pression sur le taux de change du hryvnia et aider à stabiliser la situation sur le marché intérieur de l’argent, a-t-elle ajouté.

La hryvnia a perdu près de 44 % depuis le dernier debout mai à 20,9 dollar américain le 15 mai.

L’accord entrera en vigueur en juin à l’expiration de l’accord précédent conclu en 2012. Il permettra aux entreprises des deux pays d’ utiliser des monnaies nationales pour les opérations d’import-export et à mener des échanges commerciaux dans les monnaies nationales sans impliquer les monnaies des autres pays.

L’économie ukrainienne est actuellement confronté à des temps difficiles ; la dette extérieure du pays s’élevait à 72,9 milliards de dollars au début de 2015. Les Réserves de la Banque nationale de l’Ukraine ont baissé dangereusement au-dessous de $ 5,5 milliards en mars, et la monnaie nationale, la hryvnia, a perdu plus de la moitié de sa valeur en 2015.

L’Ukraine et la Chine ont convenu d’une coopération économique et technique d’une valeur de $ 8 millions en janvier. Les exportations de l’Ukraine vers la Chine ont atteint $ 2,7 milliards l’an dernier tandis que les importations se sont élevées à $ 5,4 milliards.

 
1 commentaire

Publié par le mai 17, 2015 dans Asie, Economie, Europe

 

La réflexion du jour : là où nous serions les plus utiles…

Je suis débordée par des tas de démarches, papiers administratifs, mais il me reste en marchant le temps de réfléchir. Je me réjouis de ce que le combat mené sur Cuba soit en train de porter ses fruits… Je pense que là où nous serions le plus utiles, si Marianne est d’accord, ce serait d’éclairer les enjeux de l’Eurasie avec l’alliance Chine Russie et en particulier la manière dont le parti communiste de la Fédération de Russie et tous ceux de l’ex-Union soviétique multiplient les contacts théoriques et politiques avec le parti communiste chinois… C’est un terrain énorme de réflexions et d’expériences que nous pourrions aider le lecteur français à découvrir. Un monde immense en pleine mutation, un monde qui table aussi sur la mémoire et l’analyse du passé pour défendre la paix.

Reconstruire les collectifs en France dans les luttes est la tâche indispensable, notre contribution aiderait à développer les regroupements en faveur de la paix, mais aussi à reconstruire une mémoire collective face à tous les négationnismes actuels. Si j’ai un jour ouvert ce blog intitulé histoire et société, c’était parce que j’étais convaincue que le monde avait subi une terrible contrerévolution qui avait rongé toutes les défenses collectives, tous les sentiments d’appartenance pour ne plus laisser place qu’à un individualisme forcené et destructeur auquel répondrait le simulacre fusionnel fasciste, identitaire, chauvin…  Ce traumatisme avait attaqué la mémoire des peuples, des individus, des classes sociales, les laissant désorientés, furieux et malheureux, prêts à la guerre de tous contre tous…  Aider l’humanité, les peuples, les classes sociales à recouvrer la mémoire de leurs luttes, de celles des générations précédentes est essentiel… Pour « dépasser » ce que nous vivons aujourd’hui il faut à la fois abolir ce qui nous opprime mais aussi conserver toute la mémoire de ce qui nous a fait tels que nous sommes. C’est aussi à ce travail que d’autres se consacrent, venus d’horizons divers… L’avenir en dépend…

Danielle Bleitrach

(1) au titre de ce que l’on doit aux communistes, ce n’est pas seulement l’anniversaire de la victoire que nous fêtons mais aussi les soixante et dix ans de la Sécurité Sociale… Ambroise Croizat, vous connaissez?

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 12, 2015 dans Asie, Europe

 

Signification de la présence de Xi Jinping à Moscou

05-10-2015 19:39

Dossier : Visite de Xi en Russie, au Kazakhstan et en Biélorussie

Avant de partir pour la Biélorussie, le président chinois Xi Jinping a assisté au défilé de la victoire qui marquait le 70ème anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale. Etaient également présents des dizaines de chefs d’Etat et de dirigeants d’organisations internationales. Les autorités russes ont salué sa venue à Moscou pour cette cérémonie.

Signification de la présence de Xi Jinping à Moscou

Signification de la présence de Xi Jinping à Moscou

Signification de la présence de Xi Jinping à Moscou

Signification de la présence de Xi Jinping à Moscou

VLADIMIR PORTYAKOV
Institut des études de l’extrême-Orient
Académie des sciences de Russie

« La présence du président Xi Jinping en Russie et sa participation à la cérémonie de la parade sont très significatives. Sa présence rappelle au monde de ne pas oublier que la Chine a joué un rôle important dans la Seconde Guerre mondiale. La Chine et l’Union soviétique étaient alliées. Elles ont toutes les deux payé un lourd tribut et se sont beaucoup sacrifiées pour la victoire durant la Seconde guerre mondiale. »

ALEKSEY DENISOV
Réalisateur, « Russia and China : The Heart of Eurasia »

« La Russie est pleine de respect devant la visite du président Xi. La Russie a traversé une époque difficile avec des problèmes politiques complexes. Sa visite à Moscou, pour ce moment spécial, montre que les relations et l’amitié entre les deux pays ne sont pas affectées par la situation globale. Seul un homme ayant une grande sagesse, une expérience politique adéquate et du courage peut prendre cette décision. »

GENNADY ZYUGANOV
Premier secrétaire, Parti communiste de la Fédération de Russie

« C’est une visite remarquable. C’est une expression de respect pour notre victoire, notre pays et l’histoire soviétique. Nous nous préparons à célébrer le 70ème anniversaire de la victoire sur le militarisme japonais, à laquelle les Chinois ont grandement contribué, pour notre victoire commune. »

il y a une vidéo de la TV chinoise, en français, sur la visite de Xi à Moscou, voici le lien :

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 12, 2015 dans Asie, Europe

 

La Chine et la Russie s’engagent à défendre l’histoire et à sauvegarder la paix mondiale

2015-05-09 04:40:39  xinhua

Le président chinois Xi Jinping et son homologue russe Vladimir Poutine ont juré vendredi de défendre l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de sauvegarder la paix mondiale et la justice internationale.

Les deux dirigeants ont également convenu de promouvoir l’amarrage entre l’initiative chinois de « la Ceinture Economique de la Route de la Soie » et l’aspiration de la Russie dans le cadre de l’Union économique eurasienne.

M. Xi, qui a exprimé son plaisir d’assister à la cérémonie marquant le 70e anniversaire de la victoire de la Grande Guerre patriotique, a rappelé les grands sacrifices et les contributions apportées par la Chine et la Russie, deux champs de bataille majeurs lors de la Seconde Guerre mondiale.  En luttant coude à coude pendant la guerre, les deux peuples ont forgé une amitié profonde, a ajouté M. Xi.

Notant que la Chine et la Russie tiendront respectivement des manifestations commémorant la victoire de la Seconde Guerre mondiale, M. Xi a indiqué que ces célébrations visent à rappeler l’histoire et à rendre hommage aux martyrs, à sauvegarder la paix durement gagnée et à promouvoir un avenir radieux pour la paix et le développement de toute l’humanité.

« Nous sommes prêts à approfondir l’amitié traditionnelle avec le peuple russe, à promouvoir l’amarrage de nos stratégies de développement, à tracer la voie future pour notre coopération amicale, et à maintenir le partenariat stratégique global de coordination sino-russe à un niveau élevé », a indiqué M. Xi.

Ce faisant, les deux voisins vont également aider à construire un ordre mondial plus juste et plus raisonnable et à sauvegarder la paix régionale et mondiale, la sécurité et la stabilité, a poursuivi M. Xi.

Pour sa part, M. Poutine s’est félicité du partenariat stratégique global de coordination entre les deux pays, notant que cela a donné des résultats fructueux dans divers domaines et à différents niveaux.

M. Poutine, qui a affirmé partager l’avis de M. Xi sur les contributions historiques que la Chine et la Russie ont faites pendant la Seconde Guerre mondiale, M. Poutine a déclaré que les deux pays vont s’opposer à toute tentative de nier et déformer l’histoire, et vont lutter contre toute tentative visant à embellir les fascistes et militaristes et à discréditer les libérateurs.

Au cours de son séjour en Russie, M. Xi se joindra samedi aux dirigeants des autres pays pour la parade de la Journée de la Victoire sur la Place Rouge et pour déposer une couronne à la Tombe des soldats inconnus.

M. Xi est arrivé à Moscou plus tôt vendredi après avoir visité le Kazakhstan. Après la Russie, M. Xi se rendra en Biélorussie pour une visite de deux jours.

 
1 commentaire

Publié par le mai 9, 2015 dans Asie, Europe, guerre et paix, histoire

 

Les leçons actuelles de Dien Bien Phu


Võ Nguyên Giap(1911-2013), général et commandant en chef de l’Armée Populaire du Viêt Nam. Sa victoire écrasante contre les USA rappelle à tous les militants et combattants anticapitalistes du monde qu’aucun ennemi n’est invincible, aussi terrifiant puisse-t-il paraître. » Jérome Leroy –

Dien Bien PHU fut une bataille qui dura de mars 1952 au 7 mai. Elle consacra la fin de la présence colonialiste française mais dans une certaine mesure l’entrée en lice des Etats-Unis.

La France colonialiste a tenté de construire une geste héroïque autour de la bataille de Dien Bien Phu qui fut présentée comme une sorte de Ronceveaux (Chirac 2004). On a sublimé l’héroïsme des combattants et la sauvagerie de leurs adversaires vietnamiens, mais comme l’a reconnu le général de Castries lui-même leur adversaire se battait pour la plus juste des causes: l’indépendance de la patrie.

A travers cette mystification, il s’agissait de masquer l’ampleur de la défaite subie et de chercher les voies du maintien d’un empire colonial en train de se disloquer.  Comme le montre un livre récent (1) derrière cette référence à l’empire et aux « bienfaits supposés de la colonisation » il s’agissait d’impliquer toujours plus les Américains financièrement en particulier. La classe politique française de la IVè République s’est montrée veule, lâche, indécise et impuissante. Pays avec une classe ouvrière combattive, des intellectuels critiques, une forte influence communiste, la classe dominante française et son personnel politique nourrit sinon de grandes aspirations géostratégiques, sans le budget pour les mener à bien, à tout le moins elle tient à l’exploitation coloniale. Elle n’hésite donc pas à demander l’aumône à un protecteur américain de plus en plus condescendant et irrité. Il s’agace en 1951 : « Les officiels français ont l’habitude d’exagérer leurs difficultés financières afin d’obtenir une plus grande aide des États-Unis ou d’accélérer le versement de cette aide ».

La France de la IV e République va favoriser la vision américaine du danger illusoire des dominos communistes, Pékin, l’armée du Viet-minh, et surtout l’Union soviétique. La coalition de fait entre la droite et la SFIO destinée à endiguer les communistes ne se contentent pas de chasser les communistes sur ordre des Américains, de favoriser la création de FO, de se soumettre aux Etats-Unis, elle sollicite sans cesse financièrement les Etats-Unis pour qu’ils les aident à conserver leur empire et elle contribue à leur interventionnisme direct.

En lisant ces archives on se dit que les temps sont revenus où cette classe politique et les intérêts qu’elle sert reproduit cette servilité face aux Etats-Unis mais c’est l’Europe qui est désormais livrée dans ce retour actuel de la guerre froide.

Danielle Bleitrach

(1) La guerre d’Indochine vue par la CIA – Franck Mirmont, 288 pages – mai 2015 – 21 €

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 8, 2015 dans Asie, histoire

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 497 autres abonnés