RSS

Archives de Catégorie: Asie

Poutine à Netanyahu : l’accord des 5 + 1 offre des Garanties Paix sur le programme nucléaire iranien

Russian President Vladimir Putin

© Sputnik / Alexei Nikolsky

http://sputniknews.com/politics/20150730/1025220558.html
Vladimir Poutine a dit à Benjamin Netanyahu que l’accord avec l’Iran avait mis en place des mesures de protection efficaces sur la nature pacifique du programme nucléaire de Téhéran.

Moscou (Spoutnik anglais) — Le Président russe Vladimir Poutine a souligné lors d’un appel téléphonique ce jeudi avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu que l’accord entre Téhéran et le groupe 5 + 1 de négociateurs internationaux, atteint plus tôt en juillet, contient des garanties de la nature pacifique des activités nucléaires de l’Iran, dit le service de presse du Kremlin.

Le 14 juillet, l’Iran et le groupe 5 + 1, comprenant Chine, France, Russie, États-Unis, Royaume-Uni et Allemagne, ont conclu un accord pour assurer le caractère pacifique du programme nucléaire de l’Iran en échange de l’assouplissement des sanctions contre le pays. Aux termes de cet accord, Téhéran s’est engagé à ne jamais tenter d’acquérir des armes nucléaires.

Israël, toutefois, s’est longtemps opposé aux négociations avec l’Iran, affirmant que toute concession à Téhéran menace la sécurité régionale.

« Poutine a souligné que les accords qui ont été signés… ont mis en place des garanties efficaces sur le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien, » .

Poutine a exprimé également la certitude que la mise en œuvre réussie du Plan d’Action conjoint de l’accord va « renforcer le régime de non-prolifération nucléaire et avoir un impact positif sur la sécurité et la stabilité de la région du Moyen-Orient ».

Poutine,a proposé à Netanyahu de discuter la nécessité d’efforts conjoints contre ISIL

Vladimir Poutine et Benjamin Netanyahu ont également discuté de l’importance des efforts conjoints dans la lutte contre les militants de l’État islamique.

La conversation téléphonique a été initiée par la partie israélienne, précise le service de presse du Kremlin.

« Le Président russe a souligné la nécessité d’efforts conjoints de toutes les parties concernées pour lutter contre les menaces du groupe terroriste État islamique, » indique le communiqué.

Les dirigeants ont également discuté des questions concernant le Moyen-Orient et ont décidé de développer davantage les relations bilatérales.

ISIL est une organisation intégriste violente qui s’est emparée de grands territoires en Irak et en Syrie, en commettant de nombreuses atrocités et atteintes aux droits de l’homme. Une coalition de plus de 60 pays dirigée par les États-Unis a mené des frappes aériennes contre des positions de ISIL depuis août 2014.

La Russie a estimé que les efforts de la coalition internationale sont « inefficaces ».

Les deux dirigeants ont convenu de poursuivre leurs contacts bilatéraux.

 
 

Les deux drapeaux et l’honneur dans la solidarité internationale…

Photo de Damien Bossu.

Le drapeau kurde flotte aux côtés du drapeau cubain à La Havane !

Le peuple cubain, par la voix de son président, le Commandant Raúl Castro Ruz, ainsi que par celle du Commandant Fidel Castro-Ruz, leader de la Révolution Cubaine, manifeste son soutien au Peuple Kurde, en ces heures difficiles.

Les Kurdes sont aujourd’hui le plus important des peuples sans Etat avec 32 millions d’habitants repartis sur 4 pays (Turquie, Syrie, Iran et Irak).

Depuis des mois, les Kurdes combattent Daesh, avec une vaillance impressionnante ! Ils ont infligé à l’Etat Islamique plusieurs défaites sévères, notamment à Kobané (Kurdistan Syrien).
Contrairement à ce qu’affirment les occidentaux, les Kurdes sont à l’heure actuelle, la SEULE et UNIQUE force à combattre Daesh, et ce depuis plus d’un an.

Persécutés durant des siècles en raison de leurs différences culturelles, les Kurdes de Turquie font aujourd’hui l’objet d’une féroce répression de la part du gouvernement d’Erdogan (islamiste, conservateur) sous couvert de lutte antiterroriste. Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (marxiste, démocratique) est en effet considéré comme terroriste par les occidentaux.

Nos camarades Turcs communistes et socialistes ne sont pas non plus épargnés par cette violente répression.

Solidarité avec le Peuple Kurde, solidarité avec nos camarades Turcs !

Viva el pueblo Kurdo ! Viva el pueblo Cubano !

 
1 commentaire

Publié par le juillet 29, 2015 dans Amérique, Asie, civilisation, guerre et paix

 

La réflexion du jour : les Kurdes ont-ils été échangés contre promesse de déstabilisation tatare en Crimée?

5

Turquie. Selon Regnum, l’Ukraine et la Turquie projetteraient de déstabiliser la situation en Crimée (regnum.ru). En fin de semaine, la Turquie autorise les Etats-Unis à utiliser l’une de ses bases aériennes pour lutter contre l’Etat islamique en Syrie (unian.net) et bombarde elle-même des positions de DAESH et du PPK (kurdes).  L’UE appelle la Turquie au calme vis à vis des Kurdes puis se range, Hollande en tête derrière l’approbation sans réserve de L’OTAN., les Etats-Unis soutiennent Ankara (unian.net). La Turquie a demandé une réunion extraordinaire du Conseil atlantique qui lui a accordé son soutien plein et entier. La Turquie en échange va-t-elle non seulement offrir ses bases aux Etats-Unis, mais contribuer à la déstabilisation de la Crimée en activant ses réseaux Tatars? Sur ce dernier point lire notre livre à Marianne et moi : URSS, vingt ans après, retour de l’Ukraine en guerre. Le premier voyage fait longuement état des liens entre Al Qaida et la Turquie et du rôle que les Etats-Unis prétendent faire jouer à la minorité tatare.

 
 

L’ex de Kim Jong-un donnée pour morte réapparaît à la télévision

 La chanteuse nord-coréenne Hyon Song-wol est apparue début mai sur la télévision officielle, alors que des rumeurs la disaient morte, exécutée par le régime pour «comportement déviant». La presse qui fait état de cette réapparition surprise en profite pour en remettre une louche sur ‘l’opacité » d’un régime qui donne lieu aux rumeurs les plus folles. Tout étant bien sûr de la faute au dit « régime » et pas de celles des médias sud-coréens qui s’emploient à diffuser n’importe quoi, relayé aussitôt par les tabloÎdes de l’empire Murdoch et aussitôt repris par tous les médias, en particulier les crétins d’internet qui se gaussent de ce qu’ils ignorent… (Danielle Bleitrach)

1/7 La pop star nord-coréenne Hyon Song-wol a fait une apparition remarquée à la télé en mai. En août 2013, des médias sud-coréens avaient affirmé qu’elle avait été abattue par le régime.

 

Un miracle a-t-il eu lieu en Corée du Nord? En août 2013, un quotidien sud-coréen rapportait que Hyon Song-wol, chanteuse populaire du groupe Unhasu Orchestra et ancienne petite amie du leader nord-coréen Kim Jong-un avait été exécuté avec onze autres artistes pour s’être filmés au cours d’ébats sexuels et avoir vendu les vidéos.,  Nous avions ici même dans ce blog publié un article dans lequel nous mettions en doute la crédibilité d’une telle information.

La Corée du Nord avait fermement niés les faits par le biais de son agence d’information officielle, estimant que ces informations étaient l’œuvre de «psychopathes» et de «dingues de la confrontation» au sein des médias sud-coréens. ce qui était plutôt bien vu.

Pyongyang aurait bien pu dire vrai. Selon plusieurs médias, notamment l’AFP, Hyon Song-Wol est bien vivante. Elle est même apparue à la télévision officielle nord-coréenne lors d’un événement culturel début mai, l’occasion pour elle d’exprimer sa «gratitude» envers le numéro 1 du régime.

De même, il avait été fait état de l’attaque de hackers contre Sony, en fait il s’agissait de la promotion d’un navet. Le seul ennui était que Barak Obama avait cru bon de se refendre d’une condamnation contre les activités supposées de la Corée du Nord en matière d’espionnage informatique, ce qui ne manque pas de saveur. Régulièrement, les médias sud-coréens relaient la mort ou en tout cas la disparition de proches du dirigeant. Une seule a été officiellement confirmée jusqu’à présent par l’agence officielle de presse KCNA: , l’exécution de Jang Song-thaek, oncle du dirigeant Kim Jong-un, pour trahison et tentative de coup d’Etat. Par contre, la rumeur selon laquelle il avait été dévoré par des chiens s’était avérée par la suite infondée, comme l’étaient les nouvelles des exécutions toutes plus sanglantes les unes que les autres.

. «La rumeur à propos de la Corée du Nord est hors de contrôle», analyse j pour le New-York Times Bill Richardson. Cet ancien gouverneur américain s’est rendu plusieurs fois sur place. «Plus que jamais, nous ignorons beaucoup de choses sur Kim Jong-un et ses véritables intentions.» Ce qui ne les empêche pas de dire n’importe quoi et depuis la sanglante guerre de Corée, plus terrible que celle du Viet Nam, les américains continuent l’agression larvée contre le Corée du Nord. Tandis que nos médias nous montent une sorte de royaume sanglant du père Ubu qui justifie l’injustifiable.

Kim Jong-un soigne quant à lui toujours autant son image, notamment en visitant hôpitaux et crèches dit la presse en se moquant alors que tous les chefs d’Etat peuvent être surpris dans des activités semblable… Là on essaye de montrer un gros bébé aussi infantile que les poupons qui l’entourent.

(Newsnet)

 
1 commentaire

Publié par le juillet 25, 2015 dans Asie

 

Une importante rupture dans les relations entre Kirghizstan et Etats-Unis

http://www.novastan.org/articles/une-importante-rupture-dans-les-relations-entre-kirghizstan-et-etats-unis

Le gouvernement américain finance de nombreux projets au Kirghizstan Crédit : US Embassy in Kyrgyzstan

Cet article d’un média favorable à l’occident témoigne de l’évolution de ce pays d’Asie Centrale vers l’Eurasie face aux tentatives de déstabilisation du pays. (note DB)

0

Mardi 21 juillet, le Kirghizstan a mis fin à un traité conséquent avec les Etats-Unis. Cette rupture diplomatique sans précédent intervient suite à l’attribution par le département d’Etat américain du prix « Défenseur des droits de l’homme » à Azimjan Askarov, activiste emprisonné depuis les violences interethniques de 2010. Ce qui suit est une traduction d’un article paru sur Eurasianet.org. Alors qu’un changement de cap de dernière minute se faisait encore espérer, le gouvernement du Kirghizstan a tenu bon et annulé, mardi 21 juillet, un traité fondateur de ses relations avec les Etats-Unis. En signant l’acte de révocation du traité de 1993, le Premier Ministre Temir Sariev met en danger des millions de dollars d’assistance que le Kirghizstan reçoit chaque année de Washington. Cette décision vient en réponse à l’attribution du prix « Défenseur des droits de l’homme » à Azimjan Askarov, le 14 juillet 2015. En septembre 2010, Azimjan Askarov, activiste d’origine ouzbèke, est condamné à la prison à perpétuité. Il est accusé d’avoir encouragé la foule à tuer un policier pendant les violences interethniques de juin 2010. Les gouvernements occidentaux et associations ont depuis multiplié les ardentes défenses d’Askarov : celui-ci aurait été jugé dans un procès rythmé d’irrégularités. Azimjan Askarov était notamment connu pour avoir dénoncé les abus des forces de l’ordre avec son association « Vozdoukh ». En plus d’une enquête sans justice, il aurait été torturé pendant sa détention. A lire sur Novastan.org : « Témoignages : 5 ans après les armes, le silence » Ce prix du département d’Etat américain a enragé le gouvernement kirghiz, qui le voit comme une tentative de déstabiliser le pays et de raviver les tensions interethniques. Le traité de 1993 établissait des droits préférentiels d’importation des produits kirghiz dans le cadre des programmes américains d’assistance. Selon l’accord, les employés de ces programmes qui ne sont pas citoyens du Kirghizstan sont exempts de taxes sur le revenu et la sécurité sociale. Le gouvernement américain ne risquera sûrement pas de s’exposer aux nombreux contrôles fonciers, qui au Kirghizstan vont avec leur lot de corruption. L’annulation du traité entraînera également un capharnaüm bureaucratique et risque de paralyser l’activité américaine pendant une période indéfinie. Depuis son indépendance, le Kirghizstan aurait reçu près d’un milliard USD du gouvernement américain. Selon le dernier rapport publié par USAID, cette assistance s’élevait à 49 millions USD pour l’année 2013 seulement. Environ 29% de cette somme était dédiée aux secteurs du développement économique, de l’agriculture et de l’énergie. Plus de 7 millions USD ont servi à redresser le système de santé du pays. Concrètement, cela a permis d’organiser des formations et de s’équiper dans la lutte contre le VIH et la tuberculose et d’améliorer la qualité des services de maternité et de pédiatrie. Ces domaines de santé publique sont touchés par des très forts taux de mortalité. A lire sur Novastan.org : « Kighizstan : la loi sur les agents étrangers passe en première lecture » Mais c’est surtout l’assistance à la société civile et aux médias qui était la plus forte. Et avec elle, la suspicion : de nombreuses théories de conspiration ont décrété que les Etats-Unis cherchaient à stimuler des révolutions à l’étranger, souvent relayées par la télévision russe très populaire au Kirghizstan. Cette violente rupture dans les relations avec les Etats-Unis se dessine dans un contexte d’entrée du Kirghizstan dans l’Union eurasiatique guidée par Moscou. A lire sur Novastan.org : « Tout retracer : le chemin du Kirghizstan vers l’Union eurasiatique » Un cadre économique peu propice à la prospérité immédiate : pendant des années, des milliers de citoyens Kirghiz ont vécu de l’exportation de biens chinois, qui devraient maintenant subir une importante hausse de tarifs. Le Président Atambaiev a récemment avoué que l’économie du pays devrait être « rapidement restructurée ». A lire sur Novastan.org : « Une crise économique au Kirghizstan ? » De même, les budgets des familles se resserrent alors que la crise économique en Russie appauvrit le million et demi de Kirghiz (1/5 de la population) qui y travaille. Lors d’une conférence de presse donnée le 21 juillet, Kamalbek Karymshakov, expert à l’Institut National de Recherche Stratégique, a déclaré que ces envois de fonds pourraient baisser de 12,4% par rapport à 2014. Lire notre contribution pour Equal Times : « L’appel de la Russie se ternit pour les migrants tadjiks » La révocation du traité sera effective à compter du 20 août. Elle pourrait aussi mettre fin aux nombreux programmes américains au Kirghizstan. Eurasianet Traduit par Marion Biremon

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 23, 2015 dans Asie

 

The Guardian : Chine et Russie : un nouvel axe superpuissant au monde ?

http://www.theguardian.com/world/2015/jul/07/china-russia-superpower-axis

The Guardian :CHINE ET RUSSIE : UN NOUVEL AXE SUPERPUISSANT AU MONDE ?

4at

Ces deux pays sont des partenaires commerciaux avec un but commun : celui de challenger l’hégémonie américaine.Mais lesdisputes passées et les intérêts respectifs entrant en compétition rendent cette relation plus complexe’

Oublions les meetings des sommets européens et le G7; pour des pays qui aiment se voir comme étant les nouvelles puissances montantes, le vrai sommet a lieu cette semaine en Russie Centrale où Vladimir Poutine y recevra les participants.

Les leaders des pays du BRICS ( Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud ) rencontreront Poutine à Ufa mercredi et procèderont ensuite à l.ouverture au groupe des puissances asiatiques  membres de l’ Organisation de Coopération de Shangao..
Russie et Chine en  sont le dénominateur commun comme de nos jours dans beaucoup de domaines géopolitiques’ Le Conseil de Sécurité de l’ONU, l’APEC, le G20,Russie et Chine y sont toujours présents, un duo puissant dont les intérêts coincident plus souvent qu.ils ne divergent’

Moscou et Beijing ont beaucoup en commun en plus des 4170 km de frontières : des économies dominées par les entreprises d’État et des oligarchies qui peuvent s’enrichir tant qu’elles restent conformes aux politiques officielles et à leurs fluctuations quotidiennes’
DANS LES CLUBS

Guardian graphic

Russie et Chine sont les seuls pays étant membres des 5 organisations APEC, BRICS, G20, SHANGHAI COOPERATION ORGANISATION,  et  du COMITE DE SECURITE DES NATIONS UNIES.
Officiellement Poutine n’est pas intêressé par des suggestions de nouvelles alliances à l.Est.
 » Nous ne sommes pas entrain de créer une alliance militaire avec la Chine  »  a-t-il précisé le mois dernier.  » Nous ne sommes pas entrain de créer une coalition locale nous sommes en train d’essayer de créer une approche globale  » .

Cependant les deux pays ont le même désir de limitation du pouvoir américain’ Ils vivent une relation commerciale naissante basée, en principe, sur l.échange d’hydrocarbures contre des biens de consommation à bas prix., et ont un intérêt mutuel dans la promotion d’un modèle alternatif à la diplomatie occidentale’

Le commerce en dix ans est devenu 6 fois plus important’ L’année dernière ces deux pays ont claironné avoir conclu un accord qualifié d.historique de par son ampleur et portant sur la vente de gaz.

L’été se terminera par deux évènements frappants:

D’une part, les bateaux de guerre chinois et russes manoeuvrant côte à côte en Méditerranée orientale en mai et d’autre part les présidents russe et chinois seront côte à côte à Beijing en septembre lors du 70 ième anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale’

Alors quelle est la force de cet axe Russie-Chine ?

GEOPOLITIQUES

Pour la Chine, une des principales raisons  à avoir des relations Sino-Russes plus étroites réside dans  la possibilité  de devenir challenger la position de domination globale que les américains ont encore’

En Chine la position officielle était encore rėcemment celle du non-alignement’ Quelques têtes pensantes du monde universitaire ont commencé à lancer des appels non ambigus sur la nécessité d.une alliance stratégique et compréhensive avec la Russie’
Alexander Korodev du Centre Asie et Globalisation de L’Université Nationale de Singapour a exposé récemment dans les pages d’une publication interne à lÉcole du Parti Communiste Chinois des arguments selon lesquels les raisons stratégiques Sino-russes sont des  plus essentielles et importantes et aussi que la Chine seule ne pourra pas transformer le monde unipolaire en un monde bipolaire sans former une alliance solide avec les russes.
Mais souvent coopération et tension sont les deux faces d.une même pièce’
Prenons le cas de l’Asie Centrale, le président chinois Xi Jinping a établi ses visions de la Nouvelle Route de la Soie en utilisant les milliards de la Chine pour aider ses voisins et alliés régionnaux dans leur développement et indirectement soutenant de ce fait la croissance intérieure et l.expansion en douceur de la puissance chinois’
Toutefois c.est aussi la sphère traditionelle d.influence et toute présence chinoise allant plus loin que juste une présence commerciale probablement ne manquera pas d’en hérisser certains à Moscou’
C’est tout à fait possible pour la Chine de développer ses relations avec les pays d’Asie Centrale sans venir challenger la Russie , a déclaré Liu Jin , un expert sur les Etudes Russes Aà l’East China Normal University’
Il est vrai que la Russie pourrait se sentir concernée si l’ère d.influence de la Chine en Asie Centrale venait à croître de trop, mais ces considérationsne sont pas l’essentiel dans les relations bilatérales’ il y a bien plus de bėnéfices dans la coopération qu’autrement »’
La Russie partage ce but stratégique d.affaiblissement de l.Hėgémonie américaineen faveur d.un monde multipolaire, et les deux puissances souvent se retrouvent du même côté à exercer leur droit de véto en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies’
Aucun accord sur la régulation du programme nucléaire Iranien ne peut intervenir sans la Russie et la Chine qui en ont très fortement protégè l’expansion ces dernières années’ Le support des deux pays est largement la raison pour laquelle Bachar El Assad a été capable de se maintenir au pouvoir en Syrie.

Rėcemment la Russie a fait des ouvertures politiques à la Corée du Nord qui dépend pour survivre de la nourriture, de l’armement et de l’ėnergie de son voisin clé…La Chine’

Partageant l’idée d’un monde multipolaire contre la domination américaine, Moscou et Beijing se porteront mutuellement aide dans la défense de leur propre sphère d’influence a dit le directeur du Centre Carnaggie de Moscou Mr Dimitri Tremin’
Les deux dernières années la Russie a annexê la Crimée et a appuyée la campagne des séparatistes ukrainiens en frustrant Kiev dans sa marche vers l’Ouest,, et la Chine a été en conflit avec des alliés de l’Occident  dans le sud de la Mer de Chine’
La Chine admet de facto les intérêts de la Russie en Europe de l’Est tout comme la Russie admet que la Chine puisse avoir des intérêts dans le périmètre alentour de ses frontières et même si aucun des deux n’interviendrait activement en Ukraine ou en Mer de Chine, ensemble ils observeraient une neutralité toute avantageuse ‘ D.après T   » il n’y aura aucune critique de part et d’autre lorsqu’il sera question du coeur de leur sphère d’influence respectives’
LEADERSHIP
L’enthousiasme du gouvernement chinois à propos du réchauffement des liens sino russes est porté en épingle dans une série vidéo de l’Agence de presse contrôlée par l.Etat : Xinhua.

Cette vidéo a pour titre   » que  pense le peuple chinois de la Russie ?  »
Et l.on peut y voir des enfants chinois découvrant la Russie comme étant  » plus grande que la Chine  » un vieil homme appréciant la force russe appelle à plus d’investissement, de vente de gaz, de train ã grande vitesse’ On peut y constater aussi beaucoup de temps donné à l.adulation du président russe’ Poutine est populaire depuis longtemps en Chine où il est considéré comme un leadeur fort qui a révélé et boosté la fierté nationale et n’est pas peu admiré pour ses photos torse nu  » Poutine ,vous êtes un bel homme  » dit une femme d’âge moyen alors qu’on lui demandait quel serait le message qu’elle souhaiterait envoyer à Moscou’

On le compare aussi au président chinois Xi qui a contribué au culte de la personnalité en faisant echo à celui de Poutine’  » Poutine est comme notre papa Xi » déclare un jeune homme, utilisant cette affectueuse expression du reste bien accueillie et assumée par le gouvernement »
Pour leur part les russes sont plus ambivalents à propos du président Xi qui bénéficie d’un profil beaucoup moins élogieux que son alter ego russe.
COMMERCE
L.intérêt de la Chine pour les exportations russes est largement focalisé sur les ressources naturelles et le matériel militaire’

Au-delà de ces deux domaines ils ne sont pas des partenaires naturels. La Russie a peu à offrir en matière de marques célèbres ou en produits technologiques innovants pour séduire les consommateurs chinois’ C.est une bonne chose qu’il y ait une volonté politique derrière sans cela peu de choses pourraient avoir lieu a précisé Mr Liu.  » la plupart des plus grands projets sont soutenus par les gouvernements et le volume d’affaires  commerciales en périphérie est plutôt faible.

HISTORIQUE DE LA TENDANCE DES VALEURS COMMERCIALES
tableau
Le déséquilibre de leur relation peut s’observer au travers de la chûte de leur commerce bilatéral. La Chine est le 2 ieme partenaire commercial de la Russie après L’Union Européenne, alors que la Russie arrive tout juste à figurer dans la liste des 10 premiers partenaires commerciaux de la Chine, soit représentant environ 3% du volume total des échanges avec la Chine.
Moscou espère aussi l’aide financière des chinois après que les fonds occidentaux se soient retirés l’année dernière.

Certaines entreprises chinoises ont vu dans le vascillement de l’économie russe l’opportunité d’investir des capitaux dans ce pays.
INVESTISSEMENTS CHINOIS A L ETRANGER
tableau

4at

ENERGIE
La Chine et la Russie devraient être des partenaires naturels  en ce qui concerne l’énergie; les pipelines annoncés la décennie dernière n’ont toujours pas été construits pour cause de désaccord sur les prix et autres conditions.

Au début de cette année et pour la 1 ière fois la Russie a supplanté l’Arabie Saoudite comme étant le plus grand fournisseur de pétrole de la Chine en plus que doublant depuis 2010 ses exportations. Mais la Chine est habituée à faire ses courses sur le marché mondial de l.énergie entraînant un dumping sur les prix auprès de ses fournisseurs alors que la Russie  est habituée , elle a une politique de contrôle des prix avec ses partenaires européens qui n.ont pas d.autres choix.

La Russie  qui a  rarement accepté de vendre des parts de compagnies minières stratégiques à des compagnies occidentales a offert à la Chine en septembre dernier des parts de la compagnie pétrolière d’état Rosneft, N°1 de la production avec ses champs pétroliers de Vankor , ce qui souligne la nouvelle direction donnée à la politique énergétique de la Russie.

L’offre a été faite lors d’une cérémonie marquant le début de la construction du pipeline  » Power of Siberia » pour un montant de 55. Milliards de  US dollars et prévu pour livrer à la Chine orientale 38 milliards de m3 par an de gaz sur une période de 30 ans.
En novembre les deux pays ont aussi signé les grandes lignes d.un autre contrat portant sur la construction d.un autre pipeline  : Altai Gaz Pipeline potentiellement capable de livrer 30 milliards de m3 de gaz à la Chine occidentale chaque année pendant 30 ans’
Mais aucun de ces deux accords ne semblent avoir été finalisés, les sanctions économiques et la faiblesse du rouble rendant ces énormes projets pour le russe Gazprom très difficile à réaliser’

Il semblerait , a déclaré Grégory Birg, analyste à Investcafe, qu’à chaque rencontre il y ait un accord signé, annoncé et présenté comme un autre gros contrat. mais Gazprom devra développer ses sites d’exploitation et construire les pipelines.

 » je pense que le plus grand holdup réside dans l’environnement actuel de sécurisation financière et nous n.avons aucune indication sur les données financière de ce projet  »

Bien que Birg ait estimé le pourcentage de retour sur investissement du Power of Siberia à un modeste 9 à 10% quand l’accord fut signé, la profitabilité sera plutôt moindre avec unprix de pétrole qui reste faible.

Beijing apparemment sera capable d’obtenir une baisse des prix encore plus dure par rapport à ceux proposes.pour le gaz du pipeline Altai vers la Chine Occidentale, région qui a moins de besoins que l’Est plus industrialisé et qui reçoit déjà du gaz à bas prix en provenance du Turkmenistan voisin.
Cependant l.analyste s.attend à ce que la coopération énergétique continue à se développer, la Russie cherchant d’autres alternatives ã la politique épineuse du marché européen et la Chine ayant une demande toujours en augmentation avec en plus des problèmes d’environnement et de blackout.

L’année dernière la Chine a supplanté l’Allemagne en ce qui concerne l’importation de pétrole russe.
 » La Chine est le marché alternatif majeur le plus accessible compte tenu des réserves ( emplacement géographiques ) et du partenariat géopolitique, c’est donc un mariage évident  »  a déclaré Mr Birg’
LES PIPELINES DE GAZ VERS LA CHINE

Tableau4at
DEVISES
Les deux pays, Russie et Chine ont intérêt à laisser tomber la domination dans les échanges commerciaux internationaux du dollar américain comme monnaie d’échange,’
La Russie accepte d’être payée pour son pétrole en Yuan ( ce que d’autres pays comme l’Arabie Saoudite refusent ) .Suite aux sanctions européennes les compagnies et banques russes ´ traditionnellement dépendantes du dollar US ( denominated  Syndicate Loans ) ont commencé à chercher en Chine  des échappatoires  financiers. L’été dernier la paire Yuan-Rouble a atteint des records dans les échanges commerciaux’
Les sociétés russes ne sont pas sur le marché du renmimbi ( monnaie chinoise ) pas plus que dans l’émission de  Dim Sum Bonds, bonds en yuan chinois largement émis par des entités basées en Chine ou ã Hong Kong.
Dans le passé ces options représentaient des sources de financement moins coûteuses, maintenant elles sont devenues une nécessité.
Toutefois les rendements des bonds émis en Yuan par des compagnies russes ont augmenté au fur et à mesure que la liste des sanctions à l’encontre de la Russie s’amplifiait.

ARMEMENT
Les ventes d’armes de la Russie ã la Chine est estimée à 1 milliard de US dollars par an.

Auparavant les Russes hésitaient à vendre leurs dernières avancées d.armement à celui qui était considéré comme leur rival militaire de l’ancienne URSS.

Mais la dernière annonce faite par l’état russe d’un accord portant sur la livraison de ses S400 missiles sol-air system a amené leurs relations vers une nouvelle étape à l’heure oû la Chine est à la recherche de nouvelles technologies de défense aérienne et navale.
Le plus haut niveau de vente d’armes s’est accompagné d’une plus grande coopération militaire et c.est traduit en mai dernier par la tenue de manoeuvres militaires en Mer Méditerranée d’après Mr Trenin. De tels exercices dans ce qui a été la « mare traditionnelle de l’ONU  » ont été préparés pour accroître la portée d’intervention de la marine chinoise tout aussi bien que pour démontrer aux USA que la Russie pouvait étre un important partenaire…..
Suite à la crise ukrainienne provoquant de douloureuses relations avec l’Occident ,Mr Trenin rajoute que les principales considérations derrière l’entente Russie-Chine sont d’ordre politiques.
De nos jours la Russie est fortement stimulée dans la croissance de ses relations avec la Chine,  ses relations avec l’Occident étant très problématiques, la Chine est le seul grand acteur mondial qui puisse être considéré économiquement, politiquement et jusqu’à un certain point militairement, un allié, rajoute Mr Trenin.

La Chine et la Russie ont à plusieurs reprises répétés qu.ils deviendront des partenaires et non des alliés. En attendant , des deux côtés on est concerné par les troubles au Pakistan et en Afghanistan , troubles qui pourraient s’étendre sur leur territoire respectifs ou servir d.incubateurs pour des militants qui retourneront un jour chez eux.
Mais rien de cela ne signifie qu’ils oublient leurs disputes et désaccords passés et leurs différences actuelles.  la Chine en copiant le matériel qu.elle achète à la Russie amoindrit les revenus de celle ci, ce qui rend les rapports nerveux et la Russie observe au plus près Beijing dans  ces tentatives quelqu’elles soient en ce qui concerne le projet de puissance militaire en Asie Centrale . »Le partenariat stratégique de la Chine et de la Russie est le résultat de la conjoncture mais il est totalement différent d’une alliance militaire telle que celle du Japon et des USA. » Tel qu’écrit dans un éditorial récent Le Global Times ( tabloïd nationaliste chinois )   » la Chine et la Russie ont dit à plusieurs reprises qu’ils deviendront des partenaires et non des alliés et ils le pensent vraiment.  »

La Chine soigne aussi ses relations avec l’Occident et la Russie ne veut pas voir les relations avec l’Ouest tomber dans une impasse.
LE VOTE DE LA CHINE ET DE LA RUSSIE AU CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU
Tableau

CYBER SÉCURITÉ
Les deux pays Chine et Russie partagent leurs inquiétudes quant à la domination américaine d’Internet.
En janvier la Russie , la Chine et un certain nombre de dictatures d’Asie Centrale ont conjointement présenté à l’Assemblée Générale des Nations Unies , une nouvelle proposition de code internationnal de bonne conduite  en matière de sécurité informatique. Dans une clause ciblant directement les USA , le document appelle les pays à ne pas utiliser les technologies d’informations , de communication et les réseaux pour interférer dans les affaires intérieures d’autres états, ou ayant pour but de miner leurs politiques , économies et stabilité sociale.
Lors d’un récent forum à Moscou sur la sécurité d’Internet , les officiels des deux pays ont appelé à une nouvelle approche concernant cette sécurité.

 » C.est génial d.avoir inventé l’Iphone mais quand vous ouvrez votre iphone et voyez la caméra, vous vous demandez toujours si c.est entrain de vous photographiez ou non  » a déclaré Mr Konstantin Malofeyev homme d’affaires contreversé connu pour son soutien à l’Église Orthodoxe Russe et aux séparatistes pro-russes ukrainiens.

 » la Russie est allée dans l’espace la première et aussi la première en Antartique mais nous ne les contrôlons pas, le contrôle s’effectue par des chartes internationales. Pourquoi les USA auraient le contrôle d’Internet ?  »

Un officiel chinois a déclaré  » Nous devrions nous donner la main pour établir un ordre dans le cyber espace  » .
Plusieurs pays partagent une vision constante d’amélioration de la gouvernance du cyber espace suivant des règles de confiance et de respect mutuels.

En attendant, Beijing et Moscou ont signé un accord exceptionnel concernant la cyber securité, pouvant ainsi renforcer la défense en cas d’attaque extérieure ainsi que de pouvoir partager la technologie dans le domaine du contrôle intérieur.
Les deux pays ont beaucoup augmenté le budget attribué au contrôle d’internet dans le but de restreindre la potentielle plateforme que représente internet pour les dissidents. Le Grand Firewall chinois ( par analogie avec la Grande Muraille ) est un filtre puissant et sophistiqué du monde connecté ( Toile, Web ) mais encore suffisamment poreux pour que la plupart des chinois n’ait pas besoin d’essayer d’y trouver des parades échappatoires.
Les deux pays aussi enrôlent et paient des armées de hackers et d.agents de propagande pro gouvernementales connu en Chine sous l’appellation de Groupe 50 Cents en référence au salaire reçu pour chaque  » post  » ( message )
Toutefois les experts soulignent que leur attention concentrée en grande partie sur le contrôle intérieur d’Internet a été fait au détriment de la cyber sécurité.  » En donnant la priorité au contrôle de l’information politique au détriment de technologie de cyber défense cela porte atteinte aussi au propre système de sécurité de la Chine  » s’est exprimé ainsi lors d’un récent briefing Mr John Linsay du Centre Belfar pour la Science et les Affaires Internationales de l’Université d’Harvard..

 » La faible vigilance à l’application des lois et la pauvreté du système de cyber défenses de ce pays, en font un pays vulnérable aussi bien à des attaques de la cybercriminalité qu’à celle des espions étrangers. »
HUMEUR ET AMBIANCE DANS LES AFFAIRES
Parmi certains hommes d’affaires russes il y a la crainte que cette augmentation des affaires vers l’Est ne soit perçue que comme une sortie de position de faiblesse.

La chûte des relations avec l’Ouest est mauvaise pour la Russie et pour l’Ouest. L’unique bénéficiaire en est la Chine, d’après un des hommes d’affaires russe les plus en vue.
Le nombre de délégations chinoises entrant en Russie a été multiplié par 10 et les chinois n’entrent sur un marché que s’ils sont sûrs que cela leur sera très bénéfique.
Les médias russes ont étė prié de promouvoir les liens avec la Chine et les pays non occidentaux. Les entreprises. Elles. Ont subi des pressions pour obtenir qu’elles s’intéressent au pays de l’Est combien même cela n’avait que peu de sens pour leurs affaires.
Mais ce qu’initialement semblait insignifiant commence à porter ses fruits.
Cela a commencé comme une pièce de théâtre mais maintenant il se trouve des entreprises qui vraiment accomplissent des choses a dit Tom Blackwell cadre supérieur d’EM , une entreprise de conseil ayant travaillé avec nombre de sociétés majeures russes dans leur exploration du marché chinois.
Les fonds d’investissementschinois ont très peu d’expériences ou de connaissances sur la Russie. C’est très dur à vendre. Mais il semble que la stratégieest de conclure de gros contrats d.Etat d’abord et ensuite on assume que les plus petites entreprises suivront.
Lentement les choses se mettent en place.
Le service fédéral russe  d’immigration est très conscient du flux d’émigrés chinois traversant les frontières sino- russes. Il a été constaté que les chinois pourraient devenir le premier groupe ethnique de Russie de l’est d’ici 2020-2030.
L’été dernier un officiel des services frontaliers a déclaré que 1.5 million de chinois étaient entrés illégalement en Russie entre 20013 et 2014.

Ces deux pays sont des partenaires commerciaux avec un but commun : celui de challenger l’hégémonie américaine.Mais les disputes passées et les intérêts respectifs entrant en compétition rendent cette relation plus complexe’

Oublions les meetings des sommets européens et le G7; pour des pays qui aiment se voir comme étant les nouvelles puissances montantes, le vrai sommet a lieu cette semaine en Russie Centrale où Vladimir Poutine y recevra les participants.

Les leaders des pays du BRICS ( Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud ) rencontreront Poutine à Ufa mercredi et procèderont ensuite à l.’ouverture au groupe des puissances asiatiques  membres de la Shanghai Cooperation Organisation .

 
1 commentaire

Publié par le juillet 11, 2015 dans Asie, Economie, Europe

 

Bourses chinoises : l’hémorragie en train d’être jugulée ?

La prise en main par l’Etat, un certain répit… De quelles attaques la Bourse chinoise a-t-elle été victime? Les risques sont immenses parce que jusqu’à aujourd’hui la Chine tire l’économie mondiale…

Par latribune.fr  |  09/07/2015, 9:49  |  385  mots
La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s'engager à acheter des actions pour l'équivalent de plusieurs milliards d'euros, avec l'aide d'une société soutenue par l'Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes.

La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s’engager à acheter des actions pour l’équivalent de plusieurs milliards d’euros, avec l’aide d’une société soutenue par l’Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes. (Crédits : Reuters)

Après avoir perdu plus de 30% depuis la mi-juin, les Bourses chinoises ont rebondi, jeudi. Celle de Shanghai a clôturé en hausse de près de 6% notamment. Ce rebond fait suite à l’annonce de nouvelles mesures drastiques des autorités pour enrayer la longue débâcle des marchés chinois.

Publié le 09/07/2015 à 07:48. Mis à jour le 09/07/2015 à 09:49.

Un nouveau souffle pour les Bourses chinoises. La Bourse de Shanghai a rebondi jeudi de façon spectaculaire, clôturant en hausse de 5,76% à 3.709,33 points. Or elle avait plongé de 3,81% peu après l’ouverture, avant d’effacer ses pertes dans des échanges d’une volatilité extrême. En outre, l’indice CSI300 des grandes valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen a pris 6,4% à 3.897,63.

Les marchés boursiers chinois ont ainsi rebondi au lendemain de l’interdiction faite aux gros actionnaires de vendre leurs titres pendant une période de six mois dans le cadre des mesures de soutien édictées par les autorités. Dans le détail, ceux qui détiennent des participations supérieures à 5% dans des sociétés chinoises cotées ne sont plus autorisés à vendre leurs titres pendant six mois. L’interdiction s’applique aussi aux investisseurs étrangers.

Par ailleurs, les autorités chinoises se lancent dans la lutte contre des potentielles transactions illégales sur les marchés boursiers. La police enquêtera sur les ventes à découvert d’actions chinoises considérées comme « malveillantes », a annoncé jeudi l’agence de presse Chine nouvelle .

Les autorités chinoises sur tous les fronts

Les autorités politiques ont pris ces dernières semaines une série de mesures pour soutenir les marchés boursiers : baisse des taux d’intérêt, suspension des introductions en Bourse, incitation des sociétés de Bourse à acheter des actions garanties par des liquidités de la banque centrale.

La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s’engager à acheter des actions pour l’équivalent de plusieurs milliards d’euros, avec l’aide d’une société soutenue par l’Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes.

Mais ce barrage de mesures d’urgence n’est pas encore efficace. La moitié des sociétés cotées à Shanghai et Shenzhen ont choisi de se protéger de la déroute en demandant la suspension de leur cotation.

Un risque plus important que la crise grecque ?

Depuis la mi-juin, la chute des marchés boursiers chinois se chiffre à plus de 30%. A tel point que, pour certains investisseurs mondiaux, une déstabilisation du système financier qui serait due à la correction boursière chinoise constitue aujourd’hui un risque plus important que la crise grecque.

(Avec Reuters)

 
1 commentaire

Publié par le juillet 9, 2015 dans Asie, Economie

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 514 autres abonnés