RSS

Archives de Catégorie: actualités

André Chassaigne : Précarité et inégalités alimentaires : nécessité de nouvelles mesures en faveur de l’accès de tous à une alimentation équilibrée et de qualité

Résultat de recherche d'images pour "André Chassaigne"

Monsieur André CHASSAIGNE alerte Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la croissance des inégalités alimentaires et la nécessité de nouvelles mesures en faveur de l’accès de tous à une alimentation équilibrée et de qualité.

Une étude récente publiée en août 2019 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et de la statistique (DREES) du Ministère des Solidarités et de la Santé, et menée pendant l’année scolaire 2016-2017 vient confirmer la croissance des inégalités devant l’alimentation chez les plus jeunes : « en 2017, 18 % des adolescents en classe de troisième sont en surcharge pondérale et 5 % sont obèses. Entre 2009 et 2017, les prévalences de la surcharge pondérale et de l’obésité sont en hausse, en particulier pour les filles (de 17 % en 2009 à 20 % en 2017) ». L’étude précise notamment que « ces évolutions sont marquées par de fortes inégalités sociales. Ainsi, 24 % des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8 % sont obèses, contre respectivement 12 % et 3 % des enfants de cadres. […] Les enfants d’ouvriers étant deux fois plus nombreux à déclarer ne prendre un petit-déjeuner que rarement ou jamais […] et […] concernant le repas du midi, 29 % des élèves de troisième ne fréquentent la cantine que rarement ou jamais, cela concerne la moitié des élèves filles ou fils d’ouvriers et 16 % des enfants de cadres. »

En septembre 2018, l’avis du Conseil national de l’alimentation portant sur l’alimentation favorable à la santé pointait lui-aussi le fait que près de 12 % des personnes vivaient dans un foyer en situation d’insécurité alimentaire pour des raisons financières, soit près de 7 millions de personnes. Un colloque conduit par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) en 2015 évaluait lui, à 32 %, la population totale en insécurité alimentaire quantitative ou qualitative, avec près de 20 % des parents d’enfants de moins de 18 ans qui rencontrent des difficultés financières pour payer la cantine.

L’ensemble des données disponibles confirment le lien étroit entre précarité et insécurité alimentaires et croissance des inégalités sociales. Il apparaît ainsi indispensable de lancer un véritable plan alimentaire national et européen, doté de nouveaux moyens financiers, s’appuyant sur les recommandations de l’ensemble des acteurs de l’alimentation. En particulier, l’extension au petit-déjeuner et la gratuité de l’accès à une restauration scolaire de qualité apparaissent aujourd’hui comme des leviers essentiels pour permettre une action efficace en direction des plus jeunes.

Toute ambition dans ce domaine nécessite de dégager des moyens budgétaires très ambitieux et pérennes notamment à destination des collectivités compétentes en matière de restauration scolaire. Par ailleurs, les projets alimentaires territoriaux et le Programme National pour l’Alimentation ne disposent pas aujourd’hui des moyens suffisants pour impulser et conduire dans la durée de véritables politiques de l’alimentation favorables à la santé.

Aussi, il souhaiterait connaître les actions qu’il compte mettre en œuvre pour lutter efficacement contre la croissance des inégalités alimentaires. Il lui demande notamment quels moyens nouveaux seront mobilisés en faveur de l’extension de l’accès et de la gratuité de la restauration scolaire.


Question écrite adressée le 9 septembre 2019.

Pour en savoir plus : André Chassaigne – JB

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 10, 2019 dans actualités, POLITIQUE

 

Portugal : “Il n’y a pas de majorité de gauche”, déclare Jerónimo de Sousa

Très intéressante mise au point, le PCP tente d’inaugurer une stratégie qui permette à la fois de vaincre la politique de droite tout en conservant l’autonomie nécessaire des communistes pour empêcher qu’ils soient ligotés par une social-démocratie toujours prête aux compromis avec le capital et avec l’Union européenne, ses diktats, son bellicisme. C’est en ce sens qu’il faut comprendre cette négation de « la majorité de gauche », une approbation de ce qui va dans le bon sens et un refus de tout programme commun ou solidarité gouvernementale, cela suppose une lutte idéologique et une mobilisation de parti sans trêve (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Photo
Le secrétaire général du PCP veut clarifier ses relations avec le gouvernement ANTÓNIO CARRAPATO / LUSA

« Il n’y a pas de majorité de gauche », a déclaré dimanche le secrétaire général du PCP à Alter do Chão, Portalegre. Cette clarification, comme l’appelle le leader communiste, s’étend aux quatre dernières années de la vie politique nationale, au cours desquelles le PCP a financé quatre budgets du gouvernement d’António Costa.

«Quand il y a des gens qui veulent confondre les situations et tout fusionner en ce qui concerne les responsabilités en matière de gouvernance, nous devons continuer à clarifier la situation afin d’éviter toute confusion: il n’y a pas de majorité parlementaire, pas de gouvernement de gauche ou de majorité, et Gouvernement soutenu par la CDU », a déclaré Jerónimo.

Selon le secrétaire général du PCP, il existe des mesures d’un gouvernement qui, « si elles sont justes et favorables au peuple, » sont soutenues « , et des mesures qui, si elles sont négatives et dommageables pour le pays, sont » combattues et rejetées « par les communistes.

Ainsi, lors d’un déjeuner collectif de sympathisants de la CDU [Coalition démocratique unitarienne] et en présence de la tête de liste du district, Manuela Cunha, de «The Greens» , le leader communiste a lancé plusieurs critiques aux gouvernements dirigés ces dernières années par PS et PSD en coalition avec le CDS-PP.

Parmi ces mesures, les communistes avaient déjà fait référence à la distribution gratuite de médicaments pour les patients atteints de maladies chroniques et à la proposition de créer le Laboratoire national des médicaments. La «dispensation gratuite» dans les unités de santé et les pharmacies du NHS de médicaments pour les malades chroniques et les familles dans le besoin, ainsi que pour les patients de plus de 65 ans, fait partie des mesures qui seront présentées par les communistes, ainsi que tels que la «disponibilité accrue» de médicaments génériques et la «création» du Laboratoire national des médicaments.

Lors de son discours, le secrétaire général du PCP a défendu l’augmentation du salaire minimum national à 850 euros. 40 euros.

Jerónimo de Sousa, qui a également critiqué la situation au sein du BES, estimant qu’il s’agissait d’un «puits sans fond», a lancé l’appel traditionnel au vote de la CDU. avec Lusa

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 3, 2019 dans actualités, Europe, POLITIQUE

 

Vu de Russie par le KPRF : Le chef des communistes français a préconisé la levée des sanctions de l’UE contre la Russie

traduit depuis le site du KPRF qui se félicite de la position du Parti communiste Français exprimé par son secrétaire Fabien Roussel.Il est clair que quelque chose est en train de changer dans l’audience internationale de notre parti et que l’on assiste à la mise en oeuvre d’une autre politique, chacun peut s’en réjouir. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

20 août 2019 18h00
Le chef des communistes français a préconisé la levée des sanctions de l'UE contre la Russie

Photo: Global Look Press / Vincent Isore

L’Union européenne devrait abolir les sanctions économiques contre la Russie. Cela a été annoncé lundi par le secrétaire national du Parti communiste français et le député de l’Assemblée nationale (chambre basse du Parlement) Fabien Roussel, rapporte TASS.

«À un moment donné, quand il devient évident que la situation en Crimée s’améliore, ainsi que celle du Donbass, où un cessez-le-feu a récemment été observé, nous devrions nous engager dans la voie de la levée des sanctions. À mon avis, nous devrions revenir à l’état antérieur des relations commerciales et lever les sanctions contre la Russie », a souligné Roussel en direct sur BFM.Il a noté à cet égard que « les sanctions que l’Union européenne a adoptées en 2014 contre la Russie après les événements en Ukraine et en Crimée endommagent gravement les économies européenne et française, en particulier dans le domaine de l’agriculture ». «Il s’agit d’une interdiction d’exporter du lait, du porc et du bœuf. En 2015, dans le domaine de la production laitière, cela a coïncidé avec les quotas de production internes de l’UE, ce qui a entraîné une crise véritablement terrifiante pour les producteurs français », a déclaré Russel.

Dans le même temps, il a exprimé sa conviction que «lorsque des sanctions sont adoptées contre la Russie, contre l’Iran ou la Chine, leur peuple, leur peuple simple, et non pas les riches entrepreneurs, souffre d’abord. C’est ainsi que les agriculteurs français ont souffert des sanctions économiques prises contre la Russie.  » « Maintenir une telle situation avec des sanctions est inacceptable », a-t-il déclaré. « Nous vivons dans un véritable monde de sanctions – il s’agit des sanctions de l’UE et des États-Unis contre la Russie, des sanctions des États-Unis contre la Chine, des sanctions des États-Unis et de l’UE contre l’Iran. »

«Il est grand temps d’établir la paix sur la planète, un monde basé sur le dialogue. Et la France doit le faire. Je pense que lors du sommet du G-7 à Biarritz, la France pourrait également prendre une initiative majeure dans le cadre d’une conférence de paix internationale consacrée aux questions de développement. Cela résoudrait de nombreux problèmes », déclare Fabien Roussel.

 

Macron-Poutine: premier round, Macron n’est pas à la hauteur des enjeux

Sur la rencontre  Poutine Macron: Je suis totalement d’accord avec l’estimation de Fabien Roussel sur le caractère positif d’une telle rencontre et sur l’objectif de la fin des sanctions, et c’est là effectivement l’essentiel que d’exiger du gouvernement français une politique étrangère indépendante qui renoue avec une volonté de paix et de non alignement sur le bellicisme des Etats-Unis.

La conférence de presse a montré à quel point Macron était peu en état d’une telle visée..  Macron est loin de l’aspiration défendue légitimement par Fabien Roussel et qui correspond à ce que souhaite la majorité de notre peuple dans ce domaine: désavoué de toutes part, il tente de retrouver une stature européenne mise à mal actuellement. Non seulement il y a le brexit, les insultes de Trump, le mépris dans lequel il est tenu, lui et Angela merkel, par le maître américain, l’Europe déchirée par des années d’une politique a contrario des intérêts populaires et dont Macron continue à se faire le champion en provoquant dans son propre pays un mécontentement grandissant.

Dans un espace dévasté européen dont les leaders sont soit la proie d’un jeu de quille soit de plus en plus infréquentables, macron erre tel Soubise à la recherche de son armée et tente de prendre la place de grand leader bien aimé, rôle auquel personne ne le désigne. Poutine lui laisse entendre qu’il jouera ce jeu là jusque dans certaines limites.

Sur la Syrie, quand Macron juge « impérieux » un cessez-le-feu à Idleb, car « des enfants sont tués », Poutine, lui, réitère son soutien aux « efforts de l’armée syrienne en vue d’éliminer les menaces terroristes ».Effectivement la France qui n’a cessé de jouer la politique du pire est mal placée pour défendre les enfants qui meurent.

Bref, Macron  n’est pas en position de force mais feint de l’ignorer. C’est une vieille tradition française que de s’aliéner leurs hôtes par leur morgue et Macron qui a perdu la grandeur conserve l’incapacité diplomatique. Celui qui a organisé la répression des gilets jaunes et qui prétend imposer aux 75% des Français qui ne l’ont pas choisi des réformes dont ils ne veulent pas, une destruction de leurs droits et de leurs services publics n’était vraiment pas en état de montrer à quel point une politique d’ouverture était le meilleur moyen d’encourager la dissidence en Russie, c’est pourtant ce à quoi il s’est livré. Les questions de la presse sont allées dans le même sens, celui d’une ingérence indécente et Poutine n’a pas joué à fleurets mouchetés en faisant état de blessés et de morts gilets jaunes, ce à quoi Macron a évoqué le respect de la Constitution et le non bourrage des urnes. Ambiance…

Poutine a logiquement à la fois fait état de relations historiques privilégiées, celles de la guerre contre le nazisme et là on ne peut s’empêcher de repenser à la manière différente dont les Russes et les Français ont « donné » dans cette lutte, aux relations complexes entre De gaulle et Staline. Macron propose de se rendre à Moscou en mai 2020 pour les commémorations de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie, boudées par les Occidentaux depuis l’annexion de la Crimée à la Russie en 2014.

Poutine a surtout montré que le monde désormais ne se limitait pas au G 7 ou G8 suivant l’humeur des Etats-Unis et de leurs vassaux. Il a fait état du G20 comme beaucoup plus représentatif ou encore des BRICS, de l’organisation de coopération de Shanghai et chaque fois il insistait sur le partenariat privilégié avec la Chine.

Il y a eu des instants dont je me demande si Macron a apprécié la subtilité… Quand il a dit que la Russie était européenne de Brest à Vladivostok, Poutine a repris la citation exacte du général De gaulle : de Brest à l’Oural… sous entendu ne nous annexez pas en totalité à vos rêves et il restituait la dimension eurasiatique d’une possible et nécessaire évolution. Macron une fois de plus a fait la preuve de son incapacité à être autre chose que le fort en thème qui se croit capable de manipuler ses intelocuteurs en se rengorgeant comme un coq alors qu’il n’a que très peu de cartes en main. La seule dont il bénéficie est qu’effectivement Poutine ne veut pas couper les ponts avec l’Europe et que la France au nom de son passé a encore quelques bijoux de famille idéologiques à brader, mais il n’a cessé de corriger son interlocuteur en minimisant les actuels intérêts de tels liens alors que la mondialisation est en train de faire monter d’autres acteurs et d’autres enjeuxy compris de nouveaux rapports sud-sud dans lesquels la France reste totalement subordonnée à la politique américaine avec une presse aux ordres.

Danielle Bleitrach

 

Il faut Un contrôle médical de l’ONU pour Julian Assange!

Parce que l’avocat britannique de , John Jones, est mort prétendument par suicide en avril 2016,

Parce que son confrère aux Etats-Unis est mort le mois d’après,

Parce que les Etats-Unis tentent d’intimider les témoins Chelsea Manning et Jacob Appelbaum,

Parce qu’on est, hélas, sans nouvelles de Sarah Harrison, qui avait aidé autant Assange qu’Edward Snowden,

Parce que, dans ce qui reste de l’entourage actuel d’Assange, Joseph Farrell, présenté comme l’ambassadeur de , siège au conseil du Centre for Investigative Journalism, lequel est financé par l’Open Society de George Soros,

Parce qu’une avocate d’Assange, Renata Ávila, est directrice exécutive depuis 2018 de la Fundación Ciudadanía Inteligente financée par l’Open Society (Soros) et même la National Endowment for Democracy, fondée sous Ronald Reagan,

Parce que la Bertha Foundation, l’officine de l’avocate d’Assange Jennifer Robinson, se retrouve fréquemment dans le même type de campagnes de soutien que l’Open Society de Soros,

Parce que George Soros a ouvertement reconnu avoir soutenu la révolution orange en Ukraine, laquelle converge avec un plan clairement affiché par les tenants de l’impérialisme US de fragmentation de l’espace ex-soviétique, Zbigniew Brzezinski ayant même dévoilé ce plan,

Parce que Wikileaks a relevé les connivences entre Soros et l’équipe de campagne de Clinton en 2016,

Parce que les dirigeants US, Hilary Clinton comprise, ne cachent ni la haine qu’ils éprouvent envers Julian Assange ni leur volonté de le faire taire à jamais,

Parce que des responsables comme George W. Bush et Dick Cheney ont reconnu et justifié l’existence de centres de détention secrets de la CIA et la pratique de la ,

Parce qu’il existe des centres comme Guantánamo qui, de par leur caractère extraterritorial, permettent d’échapper à tout contrôle de la justice,

Parce que le rapporteur de l’ sur la torture, Nils Melzer, a dit que Julian Assange souffrait de torture psychologique, que son état était préoccupant et qu’il pouvait mourir en prison,

Parce que nous ne pouvons pas nous contenter d’un témoignage d’un simple journaliste, fût-il aussi bien intentionné et préoccupé de la santé de Julian Assange que John Pilger, pour attester du fait qu’Assange est toujours à Belmarsh et qu’il n’est pas en danger de mort,

Parce qu’en dehors de ce communiqué, nous n’avons pas d’autres nouvelles d’Assange depuis plusieurs semaines,

Pour toutes ces raisons, et sans faire de procès d’intention à quiconque ni contester à chacun le droit d’avoir telle ou telle opinion politique, ni à la défense et aux soutiens de Julian Assange de s’organiser comme ils l’entendent, nous ne pouvons néanmoins pas faire reposer notre entière confiance sur tel ou tel individu constituant l’entourage de Julian Assange – ou plutôt de ce qu’il en reste actuellement – pour prendre les mesures nécessaires afin de préserver sa vie et sa santé.

Nous exigeons qu’un médecin mandaté par l’ONU puisse entrer dans la prison de Belmarsh afin de contrôler l’état de santé de Julian Assange et nous assurer qu’il y est toujours détenu à l’heure actuelle. Nous demandons que l’entretien et la visite soient filmés et qu’un rapport médical, très précis, soit produit. 

Julian Assange doit également être libéré immédiatement afin d’être pris en charge dans une structure médicale bienveillante qui le sauve. Il est invraisemblable que le dictateur Pinochet ait été libéré pour raisons de santé alors que Julian Assange est toujours aux mains d’Etats qui se sont érigés en gendarmes du monde et dont il a largement démasqué les crimes.

, avec les éléments fournis par Véronique Pidancet Barrière pour WikiJustice Julian Assange

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

 
 

un témoignage sidérant

Tous les révolutionnaires, les vrais savent qu’il est faux de dénoncer l’armée ou la police et de se fait désouanner les donneurs d’ordre…

La stratégie du pouvoir est claire: couper le peuple de sa police, de sa justice , de son armée, en faire des mercenaires et non ce qu’ils devraient être , un service public au service de tous les citoyens et non d’une minorité qui veut défendre ces privilèges.

à écouter

danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le août 2, 2019 dans actualités, civilisation, POLITIQUE

 

Une bonne nouvelle : Un haut responsable du Parti communiste chinois rencontre une délégation du Parti communiste français

Enfin le pCF commence à avoir un rôle international, après le Vietnam voici Favbien Roussel en Chine, et les conclusions de la rencontre telles qu’elles sont exposées ici ne peuvent que nous réjouir (note de Danielle Bleitrach)

 

Xinhua | 29.07.2019 08h51

Huang Kunming, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a rencontré dimanche une délégation du Parti communiste français (PCF).

M. Huang, également chef du Département de l’information du Comité central du PCC, a indiqué que le PCC accordait une grande valeur à l’amitié traditionnelle avec le PCF. Il a appelé les deux partis à renforcer le dialogue et les échanges et à établir des relations plus proches.

La partie chinoise travaillera de concert avec la partie française pour sauvegarder le multilatéralisme, faire face aux défis mondiaux et construire une communauté de destin pour l’humanité, a ajouté M. Huang.

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, également chef de la délégation, a indiqué que le PCF renforcerait la coopération avec le PCC en vue d’un meilleur développement des relations entre les deux pays et au bénéfice des deux peuples.

(Rédacteurs :Gao Ke, Yishuang Liu)

 

source : http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2019/0729/c31354-9601148.html

 
2 Commentaires

Publié par le juillet 29, 2019 dans actualités, Chine, INTERNATIONAL, POLITIQUE