RSS

Cuban network , l’épopée et le bon film d’aventure…

07 Fév

Hier j’ai vu le film Cuban network alors que la veille j’avais lu dans le numéro de Positif de février l’interview de son auteur sur les conditions du tournage dont il parle comme d’un quasi cauchemar, tant il a été suspendu jusqu’à la dernière minute  aux autorisations.  Quand elles lui ont été données,  il a eu  une totale aide du pays malgré son manque de moyens (pas d’hélicoptères pour le tournage) et le fait qu’il était impossible alors de tourner les scènes de Floride en Floride. Malgré ce cela lui a permis un petit budget parce que tout dans l’île est à moindre prix.

Comment le même Olivier Assayas dont de surcroît en général le cinéma est plutôt intimiste est-il arrivé à réaliser ce film qui nous tient en haleine et qui ne trahit pas trop ce que fut cette odyssée des cinq? Sans doute parce qu’il part d’un livre qu’il dit brouillon et très pro-castriste de Fernando Morales (Les derniers soldats de la guerre froide), mais surtout soyons réalistes parce que son producteur brésilien Rodrigo Teixera, lui a mis le livre et le sujet en main. Financièrement il était un peu cerné et ses acteurs étaient des latinos, plutôt du bon côté. Même le montage réalisé à toute vitesse puisqu’il devait être présenté le 4 juillet à la sélection de Venise a été déterminé par le tournage terminé le 4 mai. Assayas dit n’avoir rien coupé, il s’est contenté d’ajuster .Donc disons que son film a été pris financièrement et techniquement  dans une ambiance générale moins anti-castriste qu’il aurait pu l’être.

Le scénario autour d’un couple fidèle…

Le film,  a pour héros principal un homme fidèle par excellence, à son pays, au communisme mais aussi à sa femme et à ses enfants, René Gonzales, un ancien militaire qui a servi en Angola, ce qui n’est pas non plus une mince et banale histoire,. Il feint de déserter pour aller infiltrer les terroristes qui attaquent l’île pour empêcher le tourisme de se développer. Les terroristes sont en Floride, à 200 km, ce sont d’Infâmes salopards, trafiquants de drogue, parrains mafieux qui ont des liens avec la CIA et le FBI . L’URSS est en train d’être rayée de la carte, l’île est asphyxiée, faute de nourriture, des biens les plus élémentaires les gens fuient sur des bateaux de fortune. René Gonzalvés vole un avion cubain pour atterrir à Miami. Peu à peu d’autres compagnons viennent le rejoindre  par divers moyens et ils infiltrent les différents groupes,préviennent les attentats. Mais le réseau est découvert, ils sont condamnés à de lourdes peines de prison s’ils refusent de collaborer, et sur la dizaine cinq refusent dont René.. Le film s’arrête là et il y manque non seulement ce qu’ont été pour eux pour leur famille, pour le peuple cubain cette incarcération. Il n’est donc pas question de ce qui a suivi leur longue incarcération,  c’est-à-dire la manière dont a été obtenu leur libération, cette lutte de tout un peuple qui s’élargit à l’Amérique latine puis au monde entier… Un autre sujet qui devrait être traité par un Eisenstein…ou même par l’auteur du superbe « Soy Cuba ».(1)..

Résumons le diagnostic en quelques mots: Cuba est une épopée, Cuban network un bon film d’aventure.

Ce peuple de l’épopée cubaine,  réclamant inlassablement la libération de leur cinq héros, a pour moi un visage, celui d’un française, Marie Dominique. Elle a été emportée par un cancer foudroyant et a fait don de son corps à la science cubaine, effectivement il n’y avait pas un millimètre de son âme et de son corps que Marie Do n’avait pas donné à Cuba, à sa Révolution. Elle était mon amie. En regardant le film, Marie-do, l’immense peuple cubain dont les dirigeants sont le reflet, tous m’ont manqué, mais ils n’ont pas été totalement absents. La principale qualité du film est la sincérité, le fait qu’il n’a pas de sous entendu, il est direct. comme dans les films d’aventure classique. C’est renforcé par une bande son efficace et avec des trouvailles remarquables, par exemple quand les explosions ont lieu dans les hôtels, on voit le terroristes payé par les fascistes de Miami qui dépose ses engins pour empêcher le tourisme de se développer et le fracas de la bombe est couvert mais aussi exprimé par le bruit des vagues tapant sur la rambarde de Malecon, ce bruit familier et si fréquent symbole de l’île mais aussi du siège qu’elle subit.

la guerre comme un jeu ? certainement pas…

Assayas est efficace  parce qu’il s’engouffre dans les codes les plus établis du cinéma d’aventure et il utilise une voix off pour nous aider à accélérer la lecture d’un film qui aurait pu être trop bavard.. La plupart des critiques que j’ai entrevu sur le sujet déduisent de ce choix quelque chose qui est à la fois vrai et faux. Il y aurait une sorte de plaisir comme dans un James Bond entre les deux adversaires,les Etats-Unis et Cuba, ils jouent à cache-cache comme dans la scène où la chasse cubaine abat les avions des terroristes de Miami. C’est vrai, dans la manière dont les Cubains défient la principale puissance du monde il y a un côté sportif, parfois cela va jusqu’au rire comme quand on a gagné dans une partie de pelota (le base ball); Cela s’accompagne d’une absence de chauvinisme stupéfiant, une sympathie pour le peuple américain qui désarçonne. On retrouve cela dans le film, ce n’est pas simplement du à la volonté d’Assayas de ne pas faire un film trop pro-castriste, cela existe réellement. Mais c’est aussi de l’intelligence politique et il faut un sacré niveau pour tenir une telle attitude, ne jamais donner dans la paranoïa.

Parce que ce n’est pas un jeu que de subir ce qu’ils subissent depuis 1959, pour avoir refusé de rester une colonie des Etats-Unis, d’en être le bordel et le lieu préféré de la mafia… Pour avoir nationalisé les biens des magnats en réponse aux attentats déjà… ce serait  abominablement erroné de l’imaginer un seul instant , parce que le courage qu’a du déployer Cuba face à ce monstrueux adversaire est surhumain.  Ils ont payé et continuent à payer le prix fort d’une véritable torture, la plus injuste qui soit. Autre qualité du film, il était difficile de comprendre comment fonctionne le réseau d’organisations « anti-castristes » de Miami,les armés, ceux qui pratiquent le trafic de drogue, ceux qui ont une couverture humanitaire et leurs liens avec le FBI hérité de Hoover ce grand paranoïaque anti-communiste. On en retire une impression générale de corruption, d’impunité de véritables gangsters, qui n’est pas inexacte. Mais cette description de la mafia anticastriste et sa haine tranche avec les habitants ordinaires de Miami, le désir profond des familles d’être réunies, ce qui est également vrai..

Face à un tel ennemi on ne doit pas baisser la garde un seul instant. ,On ne peut pas faire confiance à un ennemi qui jamais ne tiendra sa parole.

Une scène du film passe très vite sur la manière dont le réseau de lutte antiterroristes infiltré à Miami a été découvert et les cinq condamnés pour avoir refusé de « coopérer ».  Pourtant c’est révélateur. De cela je ne parlerai pas plus que le film, parce que c’est aux Cubains de dire comment cela s’est passé et qui a été assez naïf pour tenter de coopérer avec les autorités américaines pour qu’ils mettent hors d’état de nuire  les terroristes et trafiquants comme Posado Carriles qui sévissent sur leur sol. C’est à partir d’un échange de documentation entre le gouvernement cubain et celui des Etats-Unis, que le FBI loin de mettre hors d’état de nuire ceux qui portaient la mort contre Cuba et toute l’Amérique latine, a arrêté puis condamné les cinq pour espionnage sur  le sol américain. Ce que Fidel explique dans un cours interview d’une manière très claire: « le pays le plus espionné accusé d’espionnage et celui qui ne fait que se défendre pour tenter d’arrêter les terroristes qui tuent sur son sol, condamné pour terrorisme! » Parce que quelqu’un a cru en la bonne foi des USA, le réseau a été démantelé et les 5 héros ont payé.

Il l’ont fait avec une dignité, un courage dont le personnage de René Gonzales donne une vision intimiste  mais forte.

Oui le peuple cubain manquait et pourtant le choix de René Gonzales comme héros principal d’un certain côté permettait d’en exprimer beaucoup de qualités. ce choix ne paraissait pas évident pour qui avait suivi l’affaire des 5. Sans doute parce qu’il avait justement le tempérament secret alors que Gerardo (dans le film sous son nom d’emprunt Manuel Viramontes) est le Cubain type, joyeux, extraverti, à la manière d’un Raoul Castro avait souvent la vedette.  il  était le porte-parole du groupe. René, joué par Edgar Ramirez avec qui Assayas avait déjà tourné Carlos, beaucoup plus introverti fait du film une énigme . En même temps, ce personnage secret  rend justice au sens moral, à l’esprit de sacrifice, à l’humanité du héros cubain, comme l’amour avec sa femme (jouée d’une manière magnifique Penélope Cruz) témoigne d’une sorte de fidélité à l’engagement, cette dépendance amoureuse que les Cubains à l’inverse des français ne craignent pas d’exprimer.

Sans toutefois négliger  aussi ceux qui les entourent y compris l’invraisemblable Juan Pablo Roque qui est lui un véritable aventurier, Je dois dire que les scènes de son mariage, qui est sensée décrire  « miami vice » comme elle ont  été tournées à Cuba font un peu miteux par rapport au luxe flamboyant des mafieux de Floride.  Les personnages principaux , ceux du réseau et les mafieux, les épouses,  sont peints dans des scènes d’action menées tambour battant avec d’autres personnages qui traversent l ‘écran, des figurants qui lui imposent son rythme rapide, celui des truands, mercenaires en Amérique latine,..  Tous les trucs d’un récit alerte, palpitants sont utilisés pour que le rythme ne retombe jamais, mais peut-être ceux qui n’ont pas vécu de l’intérieur ces vingt années, celles de la chute de l’URSS dans laquelle faute d’engrais, la récolte de la canne ne cessait de baisser et où il a fallu installer un tourisme dans une île assiégée, où l’on crevait littéralement de faim, je peux en témoigner et où il a fallu faire face au sabotage n’ont-ils pas toutes les clés que le film ne donne pas…

Mais où est passé le peuple cubain? 

Le peuple de Cuba est filmé d’une manière assez passive dans laquelle est privilégié l’effet esthétique, par exemple quand les tracts  des anticastristes tombent comme de la neige dans les coursives d’un immeuble. Puis dans les assassinats où l’on suit le terroriste salvadorien effrayé, au bord de l’évanouissement d’hôtel en hôtel, des mercenaires et des chauffeurs de taxi… Les anticastristes ont cru que l’île allait tomber, les foules protestaient, d’autres tentaient de les empêcher de s’enfuir… Fidel est arrivé et  a dit « laissez les partir! » et tout s’est retourné la foule a crié « Vive Fidel! » cela n’est pas montré. Seulement des uniformes, mais aussi la solidarité familiale… Autour de la femme du « Gusano » (ver de terre traduit par traître). A disparu tant de choses, tant d’héroïsme anonyme…

Et le film est juste dans les eaux de ce que l’on peut montrer pour rester crédible dans ce petit monde médiatique, il est même mieux que ça, parce que ne serait-ce dans le personnage de René passe quelque chose d’un engagement humaniste, de l’incapacité de rompre avec sa morale jusque dans le combat le plus âpre… 3Eux ils sont comme ça, moi je ne peux pas! »… je l’ignore chacun sans doute le lit à sa manière… L’intervention de Fidel me parait tout dire sur le fond, elle sera interprétée par d’autres comme la paranoïa d’un régime, mais oui… Il y a beaucoup de gens comme ça…même chez les communistes ou qui se disent tels. Il y a un effet Koulechov (2) non seulement entre plans, mais aussi entre les plans et les stéréotypes des spectateurs.  Incontestablement , en France tout a été fait pour que se dégrade l’image du communisme. Les motivations du héros en deviennent obscures, renforcé par le silence de René et les non-dits de son épouse. Pourquoi laisse-t-elle leur dernière fille à Miami?

S’il suivait de plus près encore la vérité, serait-il crédible en Occident, en France ? 

Je serais curieuse de savoir comment perçoivent ce film  ceux qui ne connaissent pas Cuba, ceux qui ont été irradiés par la propagande anticommunistes, il en existe même à l’intérieur du PCF. Au passage remonte en moi la colère qui me hante, celle de l’Humanité, mon journal, dans ces années-là, appuyant sur invitation de Robert Ménard alors dirigeant de reporter sans frontière « un dissident » cubain. Robert Ménard qui a reconnu lui -même être appointé par les Etats-Uns.Les bobos parisiens se réunissant aux champs Elysées pour dénoncer « la dictature de Castro », à l’appel de Ménard, avec affiches de Publicis grand format, un grand portrait de Fidel « Cuba si , Castro no »… l’ambassade de Cuba prise d’assaut par une bande de nervis le tout avec l’appui de  Laurent Fabius qui pour cette occasion en appelle aux mannes de …Salvador Allende… Qui comme lui seul et les bobos le savaient avait été assassiné par… Castro toujours lui…  Oui on entendu tout cela au sein de la gauche… Quand on a vécu ces moments-là en tentant en vain de faire partager l’héroïsme cubain, on se dit que le film d’Assayas est ce qui pouvait sortir de mieux de la France

Donc allez voir ce film et dites vous bien que les héros furent encore plus nombreux, plus exemplaires que ce qu’ils apparaissent ici et que ce peuple à la fois héroïque, joyeux, d’une immense culture et passionné vous attends…

Danielle bleitrach

(1) Soy Cuba (en russe : Я — Куба) est un film soviéto-cubain en noir et blanc réalisé par Mikhaïl Kalatozov, sorti en 1964.

(2) Au cinéma, l’effet Koulechov est un effet de montage par lequel les spectateurs tirent plus de sens de l’interaction d’un plan (prise de vue) avec un autre plan auquel il est associé, que d’un plan isolé.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :