RSS

La culture et la CIA (suite) :chapitre 2 , les élus du destin première partie)pp44-51

31 Jan

Suite du livre de Frances Stonor saunders mais on rentre dans le vif du sujet. La CIA, créée le 26 juillet 1947, dans sa lutte contre le communisme innove sur deux points, elle est la première organisation de renseignement américain en temps de paix, ensuite son intervention secrète dans la politique des autres nations n’est jamais contrôlé par autre qu’un président et donne donc lieu à des activités clandestines paramilitaires qui en feront  une organisation anti-démocratique et anti-souveraineté internationale par excellence. C’est le passage avec équivalence idéologique de la lutte contre le nazisme à la lutte contre le communisme. Ce qui est en fait la lutte de l’oligarchie capitaliste contre la Révolution communiste prolétarienne devient lutte contre « le totalitarisme », dans laquelle le capitalisme devient la liberté et le communisme, la dictature. L’influence de Max Weber est patente chez Frances Stonor Saunders qui nous décrit la base originelle de la CIA, à savoir l’OSS comme relevant de l’éthique protestante et de l’esprit du capitalisme sur la côte Est en particulier, regroupant les véritables fortunes des Etats-Unis. Tout est dit dans cette phrase sur l’esprit qui animait ces gens qui s’étaient rencontrés dans les plus grandes écoles: « Rompus aux vertus chrétiennes et aux devoirs qu’imposent les privilèges, ils en sortirent avec la croyance en la démocratie mais la méfiances en l’égalitarisme  non contrôlé.  » Ces gens là sont impitoyables dans leur vision de classe (je vous recommande la vision de l’intervention en Italie pour empêcher le communisme. Ce qui est encore une théorie va devenir partout une réalité.

Résultat de recherche d'images pour "Georges Kennan et la CIA""

Georges kennan , le théoricien de la guerre froide ou » l’élite » organise la lutte contre le communisme par n’importe quel moyen.

Chapitre 2

Les élus du destin

Il n’existe pas une telle chose que l’innocence.

l’innocence teintée de culpabilité  est le mieux qu’on puisse obtenir

Mike Hammer dans j’aurais ta peau de Mickey Spilane

 

La proposition américaine avait déjà été énoncée  dans la doctrine Truman et dans le Plan Marshall. A  présent, une nouvelle phase de la guerre froide s’ouvrait avec la création de l’Agence centrale de renseignements, la CIA, la première organisation de renseignements américains en temps de paix. Créée par la National Security Act (Loi de Sécurité nationale) du 26 juillet 1947, l’Agence était à l’origine chargée de coordonner les renseignements diplomatiques et militaires.Essentiellement – et dans un langage extrêmement vague- elle  était également autorisée à mener des « opérations d’intérêt commun » secrètes et à remplir « toute autre fonction et obligation » que le Conseil National (créé par la même loi) pouvait ordonner. « Nulle part dans la loi de 1947 la CIA n’est explicitement habilitée à recueillir des renseignements et à intervenir secrètement dans les affaires d’autres nations, devait rappeler ultérieurement un rapport gouvernemental. Mais la formule élastique « tout autre fonction » fut utilisée par les présidents successifs pour demander à l’Agence espionnage, action clandestine, opérations paramilitaires et collecte de renseignements techniques (1) ».

La fondation de la CA marque une refonte dramatique des données traditionnelles de la politique américaine. Les termes selon lesquels l’Agence fut établie institutionnalisaient les concepts de « mensonge nécessaire » et de « possibilités de démentis plausibles » comme stratégie légitimes en temps de paix,et produisirent à la fi une strate gouvernementale invisible dont le potentiel de risque d’abus, dans le pays comme à l’étranger, n’était pas freiné par la nécessité de rendre des comptes.

Cette expérience d’influence illimitée est illustrée par le héros éponyme de Norman Mailer dans son monumental Harlot et son fantôme : « Nous mettons tout sur écoute, dit Harlot. Si les bonnes récoltes sont un instrument de politique extérieure, alors nous sommes obligés de savoir quel temps il fera l’année prochaine. La même exigence nous interpelle où que nous regardions: finance, médias, relations du travail, production économique, conséquences thématiques de la télévision. Où se trouve la limite de tout ce qui peut légitimement nous intéresser?… Personne ne sait combien de pipelines nous avons dans des endroits propices – de cumulards du Pentagone, de contre-amiraux, de membres du Congrès, de professeurs de différents courants de pensée, de spécialistes de l’érosion du sol, de syndicalistes étudiants, de diplomates, d’avocats d’entreprise, ou que sais-je encore! Tous nous ont apporté leur contribution(2) ».

La CIA possédait des compagnies aériennes, des stations de radio, des journaux , des compagnies d’assurance et des agences immobilières, et sa présence dans les affaires internationales grandit d’une façon si prodigieuse au fil des ans que les gens commencèrent à suspecter sa présence derrière chaque buisson. Ainsi que devait le regretter plus tard un membre de l’Agence: « Comme Dorothy Parker et les choses qu’elle dit, la CIA est louée ou blamée à la fois pour ce qu’elle a fait et pour beaucoup de choses qu’elle n’a même pas envisagées(3). » des opérations désastreuses comme la baie des Cochons ne contribuèrent guère à améliorer son image publique. Un stéréotype négatif émergea de la CIA, qui serait peuplée d’Américains « méchants », jésuitiques et sans pitié, dont la vision du monde serait défformé par un dédale de miroirs.

Il est certain que l’histoire continue à valider cette version. La doctrine Truman et les Lois de sécurité nationale qu’elle inspira sanctionnaient l’agressivité et l’intervention à l’étranger. Mais l’envergure impériale de ses actes de piratage a tendance à obscurcir des vérités moins calamiteuses concernant la CIA. Au début, ses officiers se sentaient investi d’une mission – » sauver la liberté occidentale des ténèbres communistes »-, mission qu’un officier compare à l' »atmosphère d’un ordre de Templiers (4) ». Initialement, l’influence dominante venait de « l’aristocratie » de la côte est et de l’Ivy League, un Bruderbund d’anglophiles raffinés qu trouvaient  de puissantes justifications à leurs actions dans la tradition des Lumières et les principes enchassés dans la déclaration d’Indépendance.

En cela la CIA était l’héritière de son prédécesseur du temps de la guerre,  l’OSS (l’Office des Services Stratégiques), établis en 1941 à la suite de Pearl Harbour et démantelé en 1945 par le Président Truman qui, selon ses propres termes, ne voulait rien avoir à faire avec une « Gestapo » en temps de paix; Cette peur primitive reflétait peu de la réalité de l’OSS, qui avait acquis le surnom de « Oh Si Snob » à cause de l’atmosphère de club et de collège qui y régnait. Le chroniqueur Drew Pearson l’appelait « l’un des groupes les plus à la mode de diplomates dilettantes,banquiers de Wall Street et détectives amateurs jamais vu à Washington(5) ». « Tous les membres de l’OSS avaient un barda où se trouvaient une carabine, quelques grenades, des pièces d’or et une capsule de cyanure ». »,se rappelle Tom Braden qui avait travaillé en liaison étroite avec le chef de l’OSS, William « Wild Bill » Donovan (surnom que lui avait valu ses exploits contre Pancho Villa). « Une fois, Donovan oublia sa capsule dans un tiroir à l’hôtel Dorechester et il demanda à David Bruce d’envoyer un câble de france pour que la femme de ménage la lui envoie. C’était un fameux compère, Bill Donovan,une légende en son temps. Une fois il m’a dit : »Braden, si t’es dans le pétrin, sors ton couteau et plante- le-lui dans les couilles. »(6) ».

régis par une législation qui interdisait peu et admettait virtuellement tout, les membres de l’OSS parcoururent l’Europe en guerre tels des proconsuls modernes Le premier homme de l’oSS à arriver à Bucarest après le retrait des Allemands à l’Automne 1944 devint un invité permanent des réunions du cabinet roumain, et se vanta auprès de ses collègues: « Avant n’importe quel vote, ils me demandent ce que j’en pense… Ils votent toutes mes lois à l’unanimité. Je n’aurais jamais cru que diriger un pays fut si facile (7). Mais diriger un pays était précisément ce à quoi leur éducation avait préparé la plupart des membres de l’OSS. En recrutant au coeur de l’Etablishement américain des affaires, de la politique, de l’Université et de la culture, Donovan avait constitué u corps d’élite issu des familles et des Institutions les plus puissantes d’Amérique. Des membres de la famille mellon occupaient des postes d’espionnage à Madrid, Londres, genève et paris. Paul mellon travaillait pour le Bureau des opérations spéciales (Special Operations Executive) à Londres. Sa soeur Ailsa (la femme la plus riche du monde à une certaine époque) était mariée à son commandant, le chef de l’OSS à Londres, David Bruce, fils du sénateur américain, et personnellement millionnaire. Les fils de J.P. Morgan appartenaient tous deux à l’OAS. Les familles vanderbilt, Du Pont, Archibold (standar Oil), Ryan (Equitable Life Insurance), Weil (les grand magasins Macy) et Whitney étaient toutes représentées dans les rangs de l’armée secrète de Donovan.

Figuraient aussi parmi les recrues de l’OSS l’éditeur de guides touristiques Eugène Fodor; le journaliste new-yorkais Marcello Girosi qui devint plus tard producteur de films américains et italiens avec sophia Loren; Ilia TolstoÏ, petit fils émigré du célèbre écrivain, qui fut membre de la mission de l’OSS à Lhassa; et Julia Mac Williams Child, plus tard cuisinier de renom, qui tenait les dossiers de l’oSS à Chongqing. Raymond Guest, homme du monde, joueur de polo, cousin de Winston Churchill, causa de pittoresques ravages dans les opérations de l’oSS en France et en Scandinavie. Antoine de Saint Exupéry était u ami proche de Donovan, tout comme Ernst hemingway, dont le fils John appartenait aussi à l’OSS.

Un critique a beau se plaindre que de nombreux membres de l’oSS « semblaient être des gamins excités pour qui l’oSS était peut-être un moyen d’échapper au service militaire ordinaire en même temps qu’une sorte de rigolade(8) », l’idée prévalait  aussi que tous les plus hauts gradés du service de Donovan « risquaient  leur futur statut de banquier, d’administrateur ou de politicien en s’identifiant à des pratiques illégales et non orthodoxes(9) ».Lorsque l’OSS fut démantelé beaucoup de ces banquiers, administrateurs et politiciens retournèrent à la vie civile. Allen Dulles, brillant adjoint de Donovan, responsable des opérations de l’OSS en Europe, retrouva son poste d’avocat à New York, où il anima un groupe informel de militants qui étaient en fait un service américain permanent et de renseignements. Dans ce groupe surnommé les « cow-boys de park Avenue », figuraient Kermit « Kim » Roosvelt, le petit-fils de Theodore Rossvelt; Tracy Barnes (qui avait aidé à récupérer auprès de comtesse Ciano le fameux journal de Ciano); Richard helms et franck Wiesner, qui rapportaient les rumeurs du service de renseignement  militaire en Allemagne occupée; et Royal tyler qui allait bientôt prendre la tête du bureau parisien de la Banque Mondiale.

Loin de risquer leur « futur statut « , les membres de l’OSS découvrirent qu’ils avaient gagné un regain de réputation et l’occasion d’élargir la vieille camaraderie scolaire qui avait été leur premier lien. Ceci, ainsi que leur iniatiation à l’illégalité et à la non orthodoxie, devait offrir de riches ressources à la CIA. Ce fut cette élite historique, ces membres de l’Ivy League qui devaient exercer leur influence dans les conseils d’administration, les institutions universitaires, les plus importants journaux et médias, les cabinets juridiques et le gouvernement, et qui s’avancèrent alors pour remplir les rangs de l’Agence à ses débuts. Nombre d’entre eux étaient originaires d’un petit cercle de Washington, environ une centaine de familles riches, connues sous le nom de « troglodytes », qui militaient pour la préservation des valeurs épiscopaliennes et presbytériennes qui avaient guidé leurs ancêtres. Elevés dans les principes d’intelligence vigoureuse, prouesse athlétique, politesse oblige et solide éthique chrétienne , ils prenaient exemple  sur des hommes tels que le révérend Endicott Peabody, dont ,sur le modèle d’Eton, Harrow et Winchester , l’école Groton fut l’alma mater de tant de dirigeants nationaux. Rompus aux vertus chrétiennes et aux devoirs qu’imposent les privilèges, ils en sortirent avec la croyance en la démocratie mais la méfiances en l’égalitarisme  non contrôlé. prenant à contre-pied la célèbre déclaration de Willy Brandt : »Nous sommes des élus du peuple et non pas les élus », ils étaient les élus qui n’étaient pas des élus du peuple.

ceux qu n’avaient pas servi dans l’OSS avaient passé la guerre au département d’Etat et au Foreign Office où ils avaient gravi tous les échelons. Ils gravitaient autour de personnages tels que Charles « Chip » Bolhen, futur ambassadeur en France. Au début des années quarante, sa maison de Dumbarton Avenue à Georgetown était un foyer intellectuel fréquenté par Georges Kennan et Isaiah Berlin que les cercles  de Washington révéraient déjà comme « le prophète ». Un  observateur décrit Kennan, Bolhen et Berlin comme un « un trio amical et homogène ». Bolhen  avait été l’un des fondateurs d’une science nouvelle connue sous le nom de Kremlinologie. Il avait vécu en Russie, fréquenté ses dirigeants et ses bureaucrates,étudié la littérature idéologique et pouvait citer ses classiques. Il avait été témoin des purges et des procès de la fin des années trente, et des retombées de la « politique culturelle » de Jdanov. « Il existe deux célèbres « mots de la fin » aimait à répéter Bolhen, l’un est « l’alcool ne m’atteint pas », l’autre est « je comprends les Russes ». » Pour mieux comprendre, il se tourna vers isaiah Berlin et vers Nicolas nabokov qui travaillait alors pour le département de la justice. Bolhen disait  toujours de Nabokov que c’était un « atout psychologique »,et Nabokov lui retournait le compliment  en appelant Bolhen « mon modèle, ma source de conseil ».

Ces nouveaux amis se faisaient peu d’illusions sur « Oncle Joe », écrit plus tard Nabokov. De bien des manières, ils formaient un groupe anachronique dans le Washington de l’époque, peut-être même dans toute l’Amérique. L’Amérique était dans un état  d’euphorie soviétophile, qu’aucun des habitués de la maison de Dumbarton avenue ne partageait. La majeure partie de l’opinio publique américaine avait changé de sentiment envers la Russie deux fois en trois ans. D’abord elle avait été contre – après le partage de la Pologne et la « diabolique » guerre de Finlande. Dans les caricatures de journaux, Staline était un effroyable mélange de loup et d’ours . Puis, tout aussi brusquement , l’opinion fut pour la Russie- après l’invasion nazie de la Russie en 1941. Staline fut subitement  embelli, représenté en preux chevalier en armure défendant le Kremlin contre une horde de Teutons, ou dans le style des profils amincis et idéalisés des photographies  de Margaret Bourke-White. Et puis en 1943, le sentiment pro-russe fut renforcé par Stalingrad. « Vous verrez, disaient les Américains confiants, le communisme ne redeviendra jamais en Russie tel qu’il était avant. Ce sera un pays différent après la guerre, Staline n’avait-il pas rappelé le patriarche de l’exil? Et les écrivais et les poètes?  Et Staline n’avaient-il pas rétabli les grades d’officiers et réhabilité les héros nationaux historiques, et mêmes quelques tsars et saints comme Alexandre nevski et Pierre le Grand? » Ce n’est pas ce que pensaient  les sceptiques de Dumbarton Avenue. Ils savaient comme kennan l’avait un jour dit, que le stalinisme est irréversible (10) ».

Les sceptiques de Dumbarton Avenue furent rejoints par david Bruce, Averell Harriman, John Mac Cloy, Josseph  et Stewart Alsop, Richard Bissell, Walter Lippmann et les frères Bundy. Au cours de longs échanges , échauffés par la passion intellectuelle et l’alcool, leur vision d’un nouvel ordre mondial commençait à prendre forme. Internationalistes, sarcastiques et adeptes de la compétition, ces hommes possédaient une croyance inébranlable dans leur système de valeurs,et dans l’obligation morale de l’offrir aux autres. Ils étaient les patriciens des temps modernes, les paladins de la démocratie, et n’y voyaient pas de contradiction. C’était l’élite qui dirigeait la politique extérieure  de l’Amérique et modelait  les lois intérieures.Cellules de réflexion, fondations, postes de directeurs, appartenance à des clubs de gentlemen, ces mandarins  étaient étroitement lié entre eux par leurs affiliations institutionnelles et par une croyance commune en leur propre supériorité. Leur mission était d’établir et puis de justifier la pax americana d’après-guerre. Et c’étaient d’ardents  partisans  de la CIA qui fut bientôt investie par leurs camarades de classe et relations d’affaires et la vieille garde de l’oSS.

Le plus éminent théoricien des convictions partagées par l’élite de l’Amérique était Georges Kennan, savant  et diplomate, architecte du plan Marshall,et , en sa qualité de directeur du Bureau de planification politique (Policy Planning Staff) du département d’Etat, un des pères de la CIA. En 1947, il préconisait l’intervention militaire directe en Italie dans ce qu’il diagnostiquait comme un effondrement imminent  dans une guerre civile soutenue par les Communistes: « Il faut reconnaître qu’il en résulterait beaucoup de violence et probablement une partition militaire de l’Italie, déclarait-il au département d’Etat, mais cela serait de beaucoup préférable à une victoire électorale sans effusion de sang, à laquelle nous nous serions pas opposés, qui livrerait toute la péninsule aux communistes d’un seul coup, et soulèverait un océan de panique  dans tous les pays voisins(11) ». Truman, heureusement ne suivit pas  cette suggestion irréfléchie, mais autorisé tout de même une intervention  secrète dans les élections italiennes. En juillet 1947, changea d’opinion- pas sur la nature de la menace soviétique, mais sur les moyens d’y répondre. Dans son célèbre article « X » de la revue Foreign Affairs, il soutint la thèse qui prévalut pendant les premières années de la guerre froide. Il déclara que le kremlin était déterminé à dominer  » chaque recoin et fissure disponible[…] dans le bassin de la puissance mondiale » avec son idéologie fanatique  » et il proposa une politique de « contre- force inaltérable » et « d’endiguement ferme et vigilant ». Dans cette politique, il préconisait « le développement maximal de la propagande et des techniques de la guerre psychologique(12) », que , en sa qualité de directeur  du Bureau de Planification  politique (conçu pour surveiller l’endiguement politico-idéologque de l’Europe), il était parfaitement placé pour mettre en oeuvre. « le monde était à nous » écrit-il plus tard à propos de ce bureau….

Dans un discours prononcé au Collège militaire national en décembre 1947, ce fut kennan qui introduisit le concept de « mensonge nécessaire », comme composante vitale de la diplomatie américaine d’après-guerre. Les communistes, dit-il, se sont taillés « une position puissante en Europe, si immensément  supérieure à la nôtre […] grâce à l’utilisation habile  et sans vergogne de mensonges. Ils nous ont combattus avec l’arme de l’irréalité et de l’irrationalisme. Pouvons-nous triompher de cette irréalité avec le rationalisme, la vérité une assistance  économique honnête et bien intentionnée(13)? » demanda-t-il. Non. L’Amérique avait besoin d’entrer dans une nouvelle ère  de guerre secrète pour faire progresser ses objectifs démocratiques face à la fourberie soviétique.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :