RSS

Ziouganov: La Russie ne survivra pas sans le socialisme et sans le programme du Parti communiste

24 Jan

Avant de prendre des vacances Marianne et moi vous laissons avec ce texte de Ziouganov qui est particulièrement intéressant à la fois comme bilan historique et comme perspective. Ziouganov est actuellement avec les Chinois un de ceux qui réfléchit le plus à l’ère nouvelle à laquelle nous sommes confrontés. Donc bonne lecture (note de Danielle Bleitrach).

Le 24 janvier, un séminaire des dirigeants des commissions électorales des branches régionales du Parti communiste de la Fédération de Russie s’est ouvert dans la région de Moscou. Ce forum a été inauguré par un discours du chef des forces nationales-patriotiques de Russie, président du Comité central du Parti communiste Guennadi Ziouganov, consacré à: « LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE ET LES MISSIONS DU PARTI COMMUNISTE ». Nous en publions ici les principales thèses.

 

https://kprf.ru/party-live/cknews/191201.html

 

Service de presse du Comité central du Parti communiste,Alexey Braguine. Photo de Sergueï Sergeïev

 

24-01-2020

 

«Ce n’est pas un hasard si avant le début de notre séminaire-réunion, nous avons montré le film documentaire de notre chaîne de télévision Ligne rouge,« Le fondement léniniste-staliniste de la Victoire ». Je montre ce film tous les jours à des parents, des amis, des connaissances. Je l’ai transmis aux dirigeants du pays: je l’ai remis officiellement lors de la réunion du Conseil d’État et lors de la réunion du président avec les chefs des factions.

 

Ce n’est pas seulement un film. C’est une prophétie qui a été réalisée par le parti bolchevik selon le brillant plan de construction du socialisme et du nouveau monde, proposé par Lénine. Ce plan ambitieux a été mis en œuvre par Staline avec le parti des bolcheviks. Et mis en œuvre avec brio. Il n’y a rien de semblable dans l’histoire de l’humanité. Ce film touche à la fois l’esprit et les émotions du public.

 

Les fascistes n’avaient aucune intention de laisser au peuple russe la moindre place sur Terre. Ils en parlaient ouvertement et les paroles de leurs dirigeants sont citées dans le film. Eltsine et toute la politique qui a suivi ne faisaient que poursuivre l’objectif fasciste de la destruction de notre pays. Sur les 27 millions de morts pendant la guerre, environ 20 millions étaient des Russes. Après la trahison des idéaux de Lénine et de Staline au tournant des années 90, ils ont tracé des frontières là où il n’y en avait jamais eu auparavant. 25 millions de Russes se sont retrouvés séparés de leur patrie. Dans un certain nombre de régions, ils ont été persécutés et dans les États baltes, on les a déclarés apatrides. Et aujourd’hui, c’est la même ligne russophobe et antisoviétique qui se poursuit sans pitié.

 

En 1990, il y avait 120 millions de Russes dans la RSFSR (République Socialiste Soviétique de Russie). Un an plus tard, il en restait moins de 100 millions dans la nouvelle Russie. Ainsi, 20 millions pendant les années de guerre, 25 millions après la dévastation eltsinienne et 20 millions ces dernières années. Décimés par le marché et la démocratie de pacotille.

 

D’ailleurs cela ne concerne pas seulement les Russes, mais chaque personne vivant sur nos vastes étendues. Mais en même temps, nous devons nous rappeler que les personnes qui forment l’État dans notre pays sont des Russes. Sous leurs bannières, sous leur culture et leurs victoires, ils ont rassemblé 190 nations et nationalités. Sans détruire une seule foi, sans éliminer une seule nation.

 

Soit dit en passant, les Anglo-Saxons, lors de leur intrusion sur le continent américain, ont massacré environ 2 millions d’Indiens. Ils leur faisaient la chasse, leur prenaient des scalps. Ils opprimaient les peuples indigènes d’Amérique de toutes les manières possibles. De notre côté, nous avons créé une puissance multinationale qui a une histoire millénaire et qui aujourd’hui fait de l’ombre aux nouveaux maîtres de la planète. La Russie a de nouveau été déclarée ennemi numéro un.

 

La Russie ne peut survivre sans socialisme, sans virage à gauche, sans le programme que nous proposons. Je croyais que Poutine l’avait compris dès son discours de Munich. Mais la politique financière et économique reste malheureusement inchangée. Même après son effondrement l’an dernier. Rien qu’en décembre, j’ai rencontré le Président à quatre reprises. Nous avons discuté des problèmes, une discussion qui s’est prolongée au-delà de minuit. Je lui expliqué par a plus b que la poursuite de ce cours avec une augmentation de 0,6% (les 10 dernières années) signifie un désastre. Avec ce cours, dans les 20 prochaines années, nous perdrons encore 12 millions de Russes qui dépériront et mourront.

 

Les régions russes s’éteignent 2 à 3 fois plus vite que les autres. Les questions de démographie, d’économie, de rythme et de nouvelles technologies sont des questions de survie historique. J’ai préparé une analyse détaillée à la fin de l’année écoulée. Elle a été publiée dans la Pravda et Russie soviétique. Je l’ai envoyée à tous les chefs, ministres et membres du Conseil de sécurité. Pour qu’ils comprennent enfin qu’ils n’ont plus d’autre option maintenant. Que le pendule de l’histoire a dévié vers la gauche, et personne n’arrêtera ce pendule. Soit vous obéirez aux lois que l’humanité a développées (les esprits les plus ingénieux de l’humanité), soit vous subirez la défaite la plus écrasante.

 

Tout cela a influencé, agi. C’est pourquoi le message du président a commencé par la démographie. Mais son message n’était pas encore terminé, qu’ils ont commencé à former d’urgence un gouvernement afin de chasser l’ancien. Maintenant, la question se pose : que va-t-il se passer ensuite?

 

Lors de notre séminaire, nous devons non seulement faire le point sur 2019 et déterminer le programme. Mais nous devons tout faire pour que chacun d’entre nous en fasse son affaire.

 

De quoi devrions-nous nous blâmer? Nous n’avons pas eu assez d’appui populaire pour repousser les attaques contre le Parti communiste. Nous devons renforcer les mouvements de lutte dans la rue. Aujourd’hui, à part le Parti communiste, il n’y a pas d’autre véritable force politique d’opposition qui protège les travailleurs. Et autour de notre parti, il est possible de créer un large front et un bloc de forces patriotiques. Nous poursuivons maintenant cette ligne. Mais il convient de l’affiner autant que possible en faveur de la protection des intérêts des citoyens mécontents de la politique menée par les autorités.

 

Dans le pays, il n’y a presque plus de citoyens satisfaits de leur vie. C’était l’argument principal lors de la réunion avec les dirigeants, y compris lors de la réunion avec le président. Bien qu’ils aient autant d’argent qu’ils n’en ont jamais eu. Ils sont assis sur une montagne d’argent. Mais ils ne veulent pas nourrir le pays et soutenir l’économie. Et ce problème est essentiel pour nous.

 

L’année dernière a été marquée par une victoire sportive pour notre équipe de football. Le sport est aujourd’hui notre principale publicité. Lorsque 100 de nos équipes jouent, c’est le meilleur indicateur pour les jeunes.

 

La principale conclusion de l’année dernière est que la crise continue de s’aggraver. L’un des catalyseurs est le renouvellement du gouvernement. Je connais Michoustine depuis 25 ans. Du point de vue de la tête, de l’expérience et de l’énergie – c’est un dirigeant compétent. Il a en fait créé de toutes pièces l’un des services fiscaux les plus efficaces du monde. Mais c’est une chose de collecter des impôts, et une autre chose de construire et de créer une base.

 

Notre expérience des entreprises nationales – comme base de la relance de l’économie socialiste – fait écho à la modernisation stalinienne. Mais sur une nouvelle base technologique et dans une nouvelle ère.

 

Nous avons proposé notre programme, le président a respecté notre demande de destituer le gouvernement. Nous attendons de voir ce que le nouveau gouvernement fera ensuite. C’est pourquoi nous nous sommes abstenus lors du vote.

 

Nous avons depuis longtemps proposé des amendements constitutionnels. J’ai dit à maintes reprises que le pouvoir exécutif, hors du contrôle du peuple, deviendra voleur, fou ou ivrogne. C’est une chose bien connue depuis la Rome antique. Ils apporteront des amendements cosmétiques à la Constitution, mais rien, en fait, ne changera. Cependant nous ne pouvions pas dire non au fait que les lois russes sont au-dessus des lois internationales. Nous ne pouvions pas dire non au fait que nous devons indexer les pensions. Nous ne pouvions pas dire non au fait qu’un homme d’État ne puisse pas avoir de passeport étranger. Par conséquent, nous avons hésité hier, mais avons voté. Mais en même temps, nous avons formulé notre approche. Et cela figure sur notre site Web.

 

En général, notre site contient beaucoup de matériaux intéressants. J’ai pris une habitude, ne jamais aller me coucher sans avoir tout lu et écouté! Vladimir Ivanovitch Kachine illustre chacun de ses discours par des tableaux et des schémas. Qui appuient la démonstration avec éclat. Et on ne peut rien dire contre les faits. Par conséquent, nous devons renforcer cette partie de notre travail.

 

Cette année, nous organiserons un grand forum international consacré au 150e anniversaire de Lénine. À cette date, nous devons rénover tous les monuments de Lénine à travers le pays.

 

Nous devons être aussi préparés autant que possible à n’importe quel événement. Tout dépend de la qualité de nos cadres, de la compréhension des problèmes et d’un haut degré d’organisation et de discipline. La discipline personnelle et l’esprit de responsabilité joue désormais un rôle essentiel. Sans discipline de parti, un parti n’existe pas. Par conséquent, certains camarades doivent rattraper leur retard. Tant en termes de discipline politique qu’en termes de responsabilité personnelle.

 

Si nous ne sommes pas prêts, il se trouvera immédiatement des dirigeants dans la rue. Je les ai vus à l’œuvre en Arménie, en Azerbaïdjan et dans la vallée de Ferghana. Maintenant encore, on nous en fourgue à la pelle! Par conséquent, ce sera nous ou personne. Il n’y a pas d’autre force politique capable de consolider la société, de la rassembler, de résoudre les problèmes, de sortir pacifiquement et démocratiquement le pays de la crise gravissime où il est plongé.

Traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

 

 
1 commentaire

Publié par le janvier 24, 2020 dans INTERNATIONAL, Russie

 

Une réponse à “Ziouganov: La Russie ne survivra pas sans le socialisme et sans le programme du Parti communiste

  1. jfreychet

    janvier 30, 2020 at 9:26

    Certes la Russie n’est pas la Chine mais en quoi le nouveau système mis en place par Poutine qui me semble de nature à jeter les bases d’une société socialiste est il différent de la démarche adoptée par le parti communiste chinois?

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :