RSS

Archives d’Auschwitz en Russie: comment l’armée soviétique a libéré la «Death Factory» nazie © Sputnik / Boris Ignato

24 Jan

L’EUROPE 

Obtenez une URL courte
par 
193422
Souscrire

L’Allemagne nazie a mené son programme d’éradication humaine à l’échelle industrielle, en s’inspirant des vues destructrices d’Hitler sur la race et les gens. Cet effort génocidaire reposait largement sur un réseau de camps d’extermination, responsables de la mort de millions de personnes. De ces usines de mort, Auschwitz était la plus «efficace».

23 janvier 2020, Jérusalem. Plus de 45 chefs d’État et autres politiciens se réunissent dans la ville sainte pour le cinquième Forum mondial de l’Holocauste. L’événement débutera au mémorial de Yad Vashem quelques jours avant la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste, programmée pour coïncider avec la libération d’Auschwitz .

S’adressant jeudi au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et au président Rivlin, le président russe Vladimir Poutine a qualifié l’Holocauste de «tragédie partagée». Selon l’estimation la plus citée, 40% des Juifs décédés pendant la Seconde Guerre mondiale venaient des parties de l’Union soviétique occupées par les nazis (2,5 millions sur les 6 millions de victimes de l’Holocauste).

Auschwitz était au centre de ce qui allait être connu comme l’un des épisodes les plus inhumains de l’histoire du monde. Il a été créé en 1940 dans d’anciennes casernes de l’armée au confluent des rivières Vistule et Sola dans le sud de la Pologne.

Des gens de toute l’Europe ont été transportés dans le camp dans des wagons à bestiaux. Bien que la plupart d’entre eux soient juifs, l’idéologie nazie était également fondée sur l’élimination d’autres nations et groupes «inférieurs» – y compris les Slaves. Les nazis considéraient ces nations comme des Untermenschen non-aryens , ou des sous-humains, qui devaient être asservis et anéantis.

C’est pourquoi l’Allemagne nazie considérait la guerre contre l’URSS comme un conflit idéologique et racial, contrairement à la guerre en Europe occidentale.

Un groupe d'enfants portant des uniformes de camp de concentration derrière des barbelés dans le camp de concentration nazi d'Oswiecim (Auschwitz)
© AP PHOTO /
Un groupe d’enfants portant des uniformes de camp de concentration derrière des barbelés dans le camp de concentration nazi d’Oswiecim (Auschwitz)

Les gardes SS coupaient les cheveux des prisonniers, tatouaient des numéros d’identification sur leur peau et les entassaient dans des baraquements où ils devaient se battre pour survivre dans des conditions insalubres et insupportables.

La plupart sont morts de fatigue extrême et de famine, d’autres ont été tués dans des chambres à gaz et d’autres encore ont été exécutés ou battus à mort. Certains ont été piégés entre les mains de pseudo-scientifiques barbares tels que Joseph Mengele, alias l’Ange de la mort. Sur les 1,3 million de personnes envoyées à Auschwitz, 1,1 million ne sont jamais sorties vivantes.

Janvier 1945, Pologne orientale. Après avoir finalement renversé le cours de la guerre, l’Armée rouge libère la plupart des territoires soviétiques occupés par les nazis et l’est de la Pologne. En janvier 1945, les troupes soviétiques lancent une opération majeure, appelée l’offensive de la Vistule-Oder, pour chasser les forces allemandes de Pologne et préparer les tremplins pour une offensive de suivi sur Berlin.

L’opération est un effort conjoint entre le 1er front biélorusse du maréchal Georgy Zhukov, qui détient le secteur autour de Varsovie, et le 1er front ukrainien du maréchal Ivan Konev, conduisant sur Cracovie au sud de la capitale. Les deux fronts comptent chacun plus d’un million de soldats.

Fragment d'un rapport manuscrit d'Auschwitz au commandant de la 100th Rifle Division, daté du 29 janvier 1945, archives militaires russes
© PHOTO: ARCHIVES
Fragment d’un rapport manuscrit d’Auschwitz au commandant de la 100th Rifle Division, daté du 29 janvier 1945, archives militaires russes

La situation évolue si rapidement que l’offensive massive ne peut pas se dérouler en totale conformité avec le plan initial, et les commandants doivent s’adapter sur place. Des documents provenant des archives soviétiques ont mis en lumière les détails de cette opération.

Fragment d'un rapport manuscrit d'Auschwitz au commandant de la 100th Rifle Division, daté du 29 janvier 1945, archives militaires russes
© PHOTO: ARCHIVES
Fragment d’un rapport manuscrit d’Auschwitz au commandant de la 100th Rifle Division, daté du 29 janvier 1945, archives militaires russes

Le 19 janvier 1945 , les forces du maréchal Konev capturent Cracovie, ouvrant la voie à un nouvel empiètement sur la Silésie, la deuxième zone industrielle la plus importante du IIIe Reich et l’emplacement d’Auschwitz.

Konev décide initialement d’encercler le contingent nazi en Silésie en utilisant des brigades de chars. Cependant, alors que les soldats soviétiques avancent vers l’ouest, il comprend que, s’ils sont encerclés, les nazis le défendront jusqu’au dernier homme. Une bataille en Silésie pourrait infliger de lourdes pertes à ses troupes et à l’industrie locale.

Konev décide alors de laisser les ennemis sortir du piège car il serait plus facile de les combattre dans un champ plutôt que dans une zone industrielle densément peuplée – une décision qui s’est avérée juste pour la campagne soviétique et fatidique pour Auschwitz.

Le 27 janvier 1945 , des soldats de la 100th Rifle Division libèrent le camp de la mort. Les troupes soviétiques ouvrent les portes d’Auschwitz vers 15 heures. Elles marchent sous le fameux slogan « Arbeit Macht Frei » (le travail vous libère) à l’entrée pour trouver un peu plus de 7 000 prisonniers émaciés.

Il est apparu plus tard que les autorités nazies avaient arrêté le gazage et commencé à démolir les chambres à gaz à la fin de 1944 avec l’avance de l’Armée rouge. Dans le but d’effacer les preuves de ce qu’ils ont fait à Auschwitz, les nazis ont forcé près de 60 000 prisonniers plus profondément en Allemagne lors des marches de la mort quelques jours avant l’arrivée des forces soviétiques, laissant derrière eux les plus épuisés.

Camp de concentration d'Auschwitz
© AFP 2019 / ARCHIVES YAD VASHEM
Camp de concentration d’Auschwitz

Dans leurs mémoires, les soldats soviétiques ont écrit que certains survivants se dirigeaient vers eux; d’autres se sont enfuis de peur. Ils ont dû convaincre de nombreux prisonniers d’Auschwitz que les nazis étaient partis et qu’ils étaient désormais en sécurité.

«Des squelettes à moitié morts rampaient parfois sous les couchettes et juraient qu’ils n’étaient pas juifs», se souvient un soldat. «Personne ne pouvait croire à leur éventuelle libération».

Un autre a écrit: «Les enfants se sont tus et ont juste montré les chiffres tatoués sur leurs bras. Ils n’avaient pas de larmes. Je les ai vus essuyer leurs yeux, mais ils étaient secs ».

Le maréchal Konev n’a pas visité Auschwitz à l’époque, bien qu’il soit à proximité. « Ce n’est pas que je ne voulais pas voir le camp de la mort de mes propres yeux – je ne me suis pas consciemment autorisé à le faire », se souvient-il. «J’avais peur que ce que j’y verrais me rende cruel, que je commence à me venger.»

Selon un bulletin d’information déclassifié de l’administration politique du 1er front ukrainien, le commandement de l’Armée rouge a rapidement réalisé l’ampleur de la tragédie et a recueilli des preuves des atrocités nazies dans le camp, y compris les documents nazis restants et les témoignages.

Les troupes soviétiques ont également trouvé environ 1,2 million de vêtements pour hommes et femmes, plus de 43 000 paires de chaussures, un nombre incalculable de brosses à dents et de brosses à raser et 7 tonnes de cheveux humains dans le camp.

Aujourd’hui. Ces preuves de crimes nazis sont désormais exposées au musée d’Auschwitz-Birkenau pour rappeler ce que la haine, le racisme et l’effondrement moral peuvent provoquer.

La Seconde Guerre mondiale n’était pas un combat entre les puissances mondiales pour les lignes et les points sur une carte, comme sa préquelle, comme la plupart des guerres que l’humanité avait menées depuis son apparition. C’était un combat entre l’idée de mort et l’idée de vie. La vie a gagné. C’est toujours le cas.

 

2 réponses à “Archives d’Auschwitz en Russie: comment l’armée soviétique a libéré la «Death Factory» nazie © Sputnik / Boris Ignato

  1. Yannick H

    janvier 24, 2020 at 9:17

    Toujours aussi pertinente, il ne fait plus aucun doute que dans la société actuelle plus personne ne serait en mesure de s’opposer à un régime tel que celui qui fut mis en place par le NSDAP.
    Nous ne sommes déjà même plus capable de lutter contre le capitalisme et tous ces méfaits qui en ait arrivé à détruire les acquis issus du programme du CNR.

    Je suis en pleine lecture de ton dernier livre qui nous permet de connaitre les coulisses de ce qui se tramait au sommet du monde socialiste et d’en être fier. Une véritable bouffée d’oxygène dont j’attends le(s) prochain(s) volumes avec impatience. En attendant il trône déjà au sommet de la bibliothèque au coté des mémoires de Bob Dylan (preuve que nous « internationalistes » ne sommes pas sectaires) et qui lui aussi s’amuse a nous faire patienter depuis 10 ans pour un second volume …

    Surtout félicitation pour ton blog véritable encyclopédie et qui représente un travail colossal, en espérant avoir l’occasion de te croiser.

    Amitiés fraternelles

     
  2. René Sansa

    janvier 24, 2020 at 3:16

    J’ai partagé sur mon blog cet indispensable article : la mémoire ne doit pas être enterrée ! (http://lesvraisamisdelurss.eklablog.fr/archives-d-auschwitz-en-russie-comment-l-armee-sovietique-a-libere-la–a180614786)

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :