RSS

Moscou ouvre la voie de la paix en Libye

23 Jan

L’initiative diplomatique de Poutine et sa capacité à comprendre Erdogan révèlent que « la Russie et la Turquie sont sur le point de jouer un rôle énorme pour influencer l’avenir de la Libye », disent les experts.

 

 Publié: lundi 20 janvier 2020 | 19h49h17.

Auteur:

images / auteurs / 2017/10 / jvoQjR_03-10-2017_11.10.04.000000.jpg
Leonel Nodal

 
Arrêter l'embargo sur les incendies et les armes, tels sont les maîtres mots de l'accord conclu hier à Berlin lors de la conférence internationale sur la Libye

Voir plus

Le président Vladimir Poutine vient d’ouvrir une voie encourageante vers un règlement politique de la crise libyenne, déclenchée par l’intervention militaire des États-Unis et de l’OTAN en 2011.

Au début d’une année mouvementée, marquée par l’escalade du conflit de Washington avec l’Iran, Poutine a effectué un voyage surprise en Syrie et en Turquie, où il a obtenu le soutien de son homologue Recep Tayyip Erdogan pour parvenir à un cessez-le-feu en Libye.

Plus d’une douzaine de nations ont été impliquées dans la guerre – en violation d’un embargo sur les armes de l’ONU – qui a fait exploser le gouvernement et les institutions, fait des milliers de victimes et déplacé plus de 300 000 personnes.

La trêve fragile créée par Poutine et Erdogan, la première des neuf derniers mois de violents combats, a permis le dernier dimanche d’organiser un sommet des nations les plus influentes sur la situation libyenne, afin de rechercher un règlement négocié dans le pays pétrolier du Afrique du Nord

Qui est présent dans le conflit?

L’intervention militaire étrangère a divisé le pays. D’une part, la région orientale, siège de la ville de Tobrouk et de riches gisements de pétrole. D’autre part, la zone nord-ouest, où se trouve Tripoli, capitale du pays et principal port d’entrée.

Une vaste région du sud a été influencée par divers groupes armés et groupes tribaux, mais avec peu de contrôle sur la richesse.

Le maréchal éponyme Khalifa Haftar, fondateur et chef de la soi-disant armée nationale libyenne, a pris le contrôle de Tobrouk, avec le soutien ou la sympathie de certaines nations arabes et occidentales.

Haftar était l’un des officiers qui, avec Muamar Khadafi, a renversé la monarchie en 1969. Il s’est ensuite mis au service de la Central Intelligence Agency (CIA) et a vécu 20 ans à Langley, en Virginie, siège de l’agence d’espionnage et de subversion. Il est retourné en Libye en 2011 pour participer au coup d’État contre Khadafi.

En 2014, la Chambre des représentants de la Libye a été installée en tant que gouvernement dans la ville de Tobrouk, bastion de Haftar.

Selon le Washington Post, les Émirats arabes unis (EAU), l’Égypte, l’Arabie saoudite, la Jordanie et la France soutiennent Haftar. Il déclare également qu’il y aurait des paramilitaires russes du groupe Wagner, mais le président russe a nié cette version et encore moins qu’ils soient payés par le Kremlin. Ceux qui le soutiennent le perçoivent comme un « homme fort » capable de contrer les islamistes.

Cependant, son principal soutien ces derniers temps a été le président Donald Trump, qui lors d’une conversation téléphonique en mars dernier « a reconnu le rôle important … dans la lutte contre le terrorisme et la sécurité des ressources pétrolières de la Libye, et les deux ont discuté d’une vision commune de la transition de la Libye vers un système politique stable et démocratique », selon une note de la Maison Blanche.

La légitimité du gouvernement de Tripoli

Le gouvernement de l’Accord national (GNA), créé en 2015 en tant qu’organe de transition et soutenu par l’ONU, a Tripoli et certaines parties du nord-ouest du pays sous son contrôle.

La Turquie, le Qatar, l’Italie et d’autres pays européens soutiennent le GNA. Le Washington Post lui-même a souligné que « les États-Unis le soutiennent apparemment également, mais les contacts continus de l’administration Trump avec Haftar, un sujet à double nationalité libyenne-américaine, un ancien agent de la CIA, ont envoyé des signaux mitigés ».

À la fin de l’année dernière, le président turc Recep Tayyip Erdogan a signé un accord maritime avec le gouvernement de Tripoli sur les droits des forages pétroliers et gaziers en mer Méditerranée et a proposé d’envoyer des troupes de soutien, cherchant une plus grande influence en Libye . Le Parlement turc a autorisé l’envoi de troupes au début de l’année, après avoir fourni des drones et des véhicules blindés.

Poutine déploie le pouvoir de la diplomatie russe

En avril dernier, Haftar est parti en guerre contre la capitale pour achever le règne de la Chambre des représentants de la Libye.

La trêve intervient à un moment crucial. La semaine dernière, Haftar a pris le contrôle de Syrte, une ville côtière stratégique située à 230 miles à l’est de Tripoli, dominée par de puissantes tribus, et lieu de naissance de Khadafi.

L’initiative diplomatique de Poutine et sa capacité à comprendre Erdogan révèlent que « la Russie et la Turquie sont sur le point de jouer un rôle énorme pour influencer l’avenir de la Libye », disent les experts.

L’un d’eux, Emadeddin Badi, analyste à l’Institut du Moyen-Orient, a déclaré que « la guerre civile en Libye aurait pu être résolue par des Américains et / ou des Européens il y a des mois avec un minimum d’efforts ».

Il n’est pas rare que ce soit les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN qui déclenchent la déstabilisation de la Libye, cherchant à saisir son immense richesse pétrolière.

Suite à l’accord de cessez-le-feu garanti par la Russie et la Turquie le 12 janvier, Poutine a reçu au Kremlin la chef du gouvernement allemand, Angela Merkel, à qui elle a apporté tout son soutien au sommet dimanche dernier à Berlin.

Malgré leurs divergences, les puissances occidentales et arabes ont signé un large accord qui vise à respecter l’embargo sur les armes imposé par l’ONU et à cesser de fournir un soutien militaire aux factions en guerre.

« Nous nous sommes mis d’accord sur un plan global pour l’avenir », a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Le Premier ministre Fayez Serraj, chef du gouvernement installé à l’ONU à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, chef du pôle électrique de Tobrouk, étaient à Berlin dimanche, mais ils ne se sont pas rencontrés.

Les États-Unis, dégoûtés par l’implication croissante de Moscou en Libye, ont accueilli l’appel de Merkel avec une froideur visible et étaient représentés par le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo.

Parmi les signataires du communiqué final figuraient les présidents de la France, Emmanuel Macron; de Russie, Vladimir Poutine; de Turquie, Recep Erdogan, et d’autres hauts dirigeants européens, des Emirats Arabes Unis et d’Egypte.

Le communiqué appelle « toutes les parties impliquées à redoubler d’efforts pour une suspension durable des hostilités, une escalade réduite et un cessez-le-feu permanent ».

Il a également appelé les pays qui soutiennent les factions belligérantes à « s’abstenir de toute activité qui exacerbe le conflit ou est incompatible » avec l’embargo ou le cessez-le-feu de l’ONU « , y compris le financement des capacités militaires ou le recrutement de mercenaires. ». Les nations qui brisent l’embargo sur les armes doivent faire face à des sanctions, ont convenu les signataires.

Le ministre russe des Affaires étrangères par intérim, Sergueï Lavrov, a déclaré que le document convenu à Berlin confirme que ce conflit n’a pas de solution militaire et que seul le peuple libyen décide du sort du pays.

Lavrov a déclaré que « Dans le vaste plan de règlement du conflit libyen, la nécessité d’un cessez-le-feu durable est soulignée ».

Au-delà des évaluations ponctuelles, le sommet de Berlin a placé Poutine et la Russie non seulement comme une autre force militaire dans la carte complexe du Moyen-Orient, mais comme une puissance de médiation florissante capable de dialoguer, d’influencer et de conclure des accords pertinents, inspirés par la commodité de toutes les parties.

La guerre en Libye a fait des milliers de sans-abri et de déplacés. Photo: AFP

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :