RSS

Les trois scandales de corruption qui ont marqué la première année de « l’auto-proclamation » de Guaidó au Venezuela

23 Jan

Ils ont l’ai malin ceux qui comme Macron se sont empressés de reconnaître Juan Guaidó, remarquez il n’est pas le seul , ils sont 50 à avoir suivi et donc à avoir participé à cette gabegie. PIre encore je rappelle que notre représentante du PCF à la Conférence des partis communistes après avoir fait un discours délirant sur le « droit à la dissidence » a refusé de signer un soutien au gouvernement légitime du Venezuela.Et les responsables de ces délires pro-CIA sont toujours en place.  (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Publié:
Sans espoir désormais de renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro, le député de l’opposition a prétendu occuper une position pour laquelle il n’a pas été nommée, avec le poids de fractures profondes dans ses rangs et un leadership affaibli.
Les trois scandales de corruption qui marquent la première année de "l'auto-proclamation" de Guaidó au Venezuela

En janvier 2019, le député de l’opposition Juan Guaidó est passé d’une isituation où il était un total illustre inconnu jjusqu’à se proclamer président du Venezuela, avec l’approbation d’au moins 50 pays de la communauté internationale, dont les États-Unis. Cette année 2020 fait le bilan du bilan d’une  année de cette manœuvre politique et il y a deux résultats évidents: Nicolás Maduro reste au poste de président et les fractures à l’intérieur du camp des anti-Chavez ont mis à mal la direction du jeune parlementaire.

De plus, selon les  enquêtes  menées par le sondeur Megánalisis, 71,4% des opposants ne soutiennent plus Guaidó , une baisse qui s’explique par des facteurs tels que la perte de l’hégémonie au sein de l’Assemblée nationale (AN), les promesses non tenues et les multiples cas de corruption qui sont au passif de l’ancien président du Parlement et de ses proches immédiats. 

Ce dernier facteur, associé à l’opacité dans la gestion des ressources du millionnaires, ont été essentiels pour expliquer le déclin du dernier dauphin de l’opposition, issu des rangs de Voluntad Popular (VP), le parti de l’ultra-conservateur Leopoldo López. En quoi consistaient ces irrégularités?

Le cucutazo

À la mi-juin 2019, le Secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, a  appelé à  enquêter et à clarifier les graves accusations portées dans une enquête journalistique de PanAm Post sur   la prétendue affectation de fonds pour « l’aide humanitaire « par les représentants de Guaidó en Colombie.

Cette «aide humanitaire» provenait des États-Unis, du Canada, de l’Allemagne, de la Suède, de l’Argentine, du Chili, de la Colombie, de Porto Rico et de la Commission européenne, ainsi que des fonds récoltés lors d’un  concert  à Cúcuta, soutenu par le milliardaire Richard Branson, et tout ces fonds devaenit être investi dans l’alimentation et la médecine. Cependant, ni l’argent ni les produits ne sont arrivés aux mains des Vénézuéliens.

Des mois plus tard, Humberto Calderón Berti, qui avait été nommé par Guaidó comme «envoyé» en Colombie, a révélé que les ressources de cette «aide humanitaire» avaient été détournés et qu’il avait dû lui même sortir de l’argent de sa poche pour payer le fonctionnement de «l’ambassade». « parallèle installée à Bogotá.

Calderón Berti a également déclaré que les autorités colombiennes l’avaient averti qu’une partie des fonds collectés pour le Venezuela était destinée au paiement de  » prostituées, alcool,  manipulation des fonds , toutes choses irrégulières, avec facturation fictive et manipulation secrètes ».

La plainte de « l’ambassadeur » incluait également les mauvais traitements reçus par les 148 soldats qui, en février de l’année dernière, ont fait défection pour soutenir les autoproclamés dans leur tentative de faire entrer de la prétendue « aide humanitaire au Venezuela ».

Guaidó avait  promis unsoutien militaire aux déserteurs et un soutien à leurs familles, mais quelques  mois plus tard, il a cessé de répondre aux dits militaires et comme de prendre en charge leurs dépenses, qui étaient assumées conjointement par  le gouvernement de la Colombie et l’agence de la Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Parallèlement, Calderón Berti a accusé Kevin Rojas et Rossana Barrera, tous deux de la volonté populaire, d’ avoir détourné au moins 99 110 $ , ainsi que  44 000 autres qui, selon lui, étaient encore dus.

Détournement de fonds d '«aide humanitaire»: ce que l'on sait de la corruption présumée d'envoyés de Guaido

Le « diplomate » a déclaré que, dans les rangs du parti  de Guaidó, on était au courant de la situation, mais  qu’il a été décidé de garder le silence, même devant les gouvernements qui apportaient un soutien économique. 

Peu de temps après, Guaidó a licencié Calderón Berti , alléguant des « modifications » de sa politique étrangère.

Corruption dans CLAP

Le premier jour de décembre 2019, le portail  Armando.info a  publié de nombreux travaux sur la participation présumée d’un groupe de parlementaires de l’opposition à un « complot visant à accorder des indulgences » à des entrepreneurs liés à l’importation de denrées alimentaires distribuées par le gouvernement, via Comités locaux d’approvisionnement et de production (CLAP).

Selon la plainte, onze députés de différents partis d’opposition, dont trois de la volonté populaire (à laquelle appartient Guaidó), ont pris des mesures devant des instances telles que le département américain du Trésor. et le Bureau du Procureur général de la Colombie consistant à cesser d’enquêter sur les hommes d’affaires impliqués dans le réseau présumé corrompu.

Face à ce scandale, Guaidó est intervenu en commission de contrôle et a suspendu les députés accusés de corruption, mais le retrait de leurs immunités allait dépendre des résultats d’une enquête qui serait menée avec le soutien d’ONG dont on ne savait rien de plus .

Parmi les accusés se trouvait l’opposant Luis Parra, élu le 5 janvier comme nouveau président de l’Assemblée nationale (AN), ce qui a engendré une fracture encore plus grande dans les secteurs anti-Chavez.

Où est l’argent USAID?

Cette semaine, Parra a demandé à enquêter sur le sort des ressources que Guaido a reçues de l’agence américaine. pour le développement international (USAID) cen tant qu’ «aide humanitaire».

Selon Parra, on ne sait pas « entre quelles mains cet argent est allé » et c’est pourquoi il demandera également « aux institutions nationales d’enquêter sur les personnes, les institutions ou les ONG qui ont reçu ces fonds ».

L’USAID a fourni, depuis 2017, près de 467 millions de dollars à l’opposition vénézuélienne en tant qu ‘ »aide humanitaire », comme le reconnaît l’agence sur son  site officiel .

En outre, il précise qu’après un accord conclu en octobre 2019, l’USAID a engagé 128 millions de dollars pour « aider » Guaidó « à continuer d’élaborer des plans pour relancer l’économie et mettre en place des services sociaux pendant la transition vers la démocratie. »

L’agence américaine a également reconnu avoir alloué des fonds pour « indemnisation, frais de voyage et autres dépenses » aux « conseillers techniques présumés de l’AN » et à l’administration intérimaire de Guaidó « , par le biais de fonds d’assistance ».

Au milieu de ce panorama, Guaidó a décidé de « célébrer » la première année de son auto-proclamation avec une  tournée  internationale qui l’a déjà conduit en Colombie, au Royaume-Uni, en Suisse, en Belgique, et qui se terminera en Espagne, malgré le fait que contre lui  a été rendue une ordonnance d’interdiction de quitter le pays par la Cour suprême de justice, à partir du 29 janvier 2019.

Jessica Dos Santos

 

 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :