RSS

Les justes colères de Zakhar Prilépine face à la célébration de la grande guerre patriotique

13 Jan

Publié le par Boyer Jakline

Voici un texte que nous avons emprunté au blog de Jakeline Boyer  qui dit à ce propos : « J’inaugure avec cet article  une nouvelle  rubrique  : Grande Guerre  Patriotique. Pour les nouveaux dans ce blog,  c’est  ainsi  que s’appelle en Russie  la deuxième guerre mondiale,  en référence à  la Guerre Patriotique,  celle  menée  contre Napoléon. » Aujourd’hui les deux  appellations  cohabitent. » En effet, il ne s’agit pas seulement d’un enjeu historique mais bien de l’actualité elle-même comme l’a prouvé l’ignoble résolution du Parlement européen, face à laquelle la réaction des communistes français a été plus que modérée, comme l’est en général leur  appréciation de l’URSS, le PCF étant depuis longtemps totalement imprégné de l’idéologie trotskiste et d’une faiblesse insigne dans la formation de ses adhérents à l’histoire (note de Danielle Bleitrach)

http://bordeaux-moscou.over-blog.com/2020/01/les-justes-coleres-de-zakhar-prilepine.html?fbclid=IwAR107UlW3w74lG3XKRnnnnukVYk2D3HfTqPHZ4nfxwqPIm-iElojHNsSD9E

Ses « leçons de russe » sur la chaîne privée et populaire parmi la jeunesse se fixent pour objectif clair d’informer et ainsi  former les nouvelles générations passées à la moulinette de l’idéologie libérale qui sévit dans le pays. Lui explique dans un des nombreux entretiens  qu’il  accorde à  des radios ou tv russes qu’il a eu la chance  d’être  éduqué  par un père,  professeur d’histoire ce qui lui a permis  de ne pas être noyé  dans le maelstrom de la chute de l’URSS

C’est un homme très  présent dans de nombreuses  capitales occidentales où son activité littéraire est appréciée.  Il connait les milieux intellectuels des  » grandes  démocraties « . Il a donc un point de vue très argumenté sur les idées,  les « valeurs  » dominantes dans nos sociétés.

Très   » conservateur  » sur des sujets  dits sociétaux, où je ne partage pas sa vision, il ne décolère pas contre les campagnes permanentes menées  d’Occident  pour  « abaisser » le 9 mai. Nombreuses sont ses leçons  autour de ce thème central.

Je partage  cette part là de ses colères.  Cette   » leçon  » a été diffusée  autour du 9 mai dernier.  Ici, « en Occident « , le discours sur  la responsabilité  de l’URSS dans la guerre ne faiblit pas.  Que se joue t t’il donc?

La question  de la victoire sur le  nazisme est un enjeu en Europe,  en Russie aussi,  de façon  moindre.  Il est des voix parmi les  » libéraux « , qui demandent aux Russes de faire amende honorable,  de se repentir, de rester chez eux le 9 mai… Il fait de nombreuses  citations, de Oulitskaya, vantant  la sagesse  du pouvoir français  qui a  su  » protéger son peuple « , à  des journalistes  appelant franchement à rester à la maison le 9 mai, fustigeant  le  » régiment immortel « . Or comme le souligne ZP cette initiative est née  dans le  peuple, une ville  sibérienne, qui a voulu  se réemparer de la victoire  dont on tente de  le déposséder..

ZP note comment dans le même temps  Hollywood glorifie à travers toute la planète  l’engagement pour la victoire  des Alliés et des Américains. Il cite les films  les plus connus,  mondialement  diffusés,  Pearl Harbor,  Il faut  sauver le soldat Ryan, Dunkerque,  le jour le plus long..etc, etc…

Il ne s’agit pas pour lui de nier la participation,  mais de rendre justice  à  l’exploit soviétique,  alors que tout est fait  « pour  rabaisser  le 9 mai »…

Il constate qu’actuellement quelques 42 guerres se déroulent dans le monde.  La guerre est menée,  par les USA le plus souvent,  qui attaquent  « avec Dieu  à  leurs côtés  » comme  chantait Bob Dylan ( c’est moi qui cite), en toute bonne  conscience  ces peuples  qui n’ont « même pas su se doter de la démocratie,  des Arabes « abstraits « , des Russes  sauvages…. » ( citations.  Tout ce qui sera entre guillemets  sera des citations).

Permanence de ce sentiment : Trump vient  d’employer  l’expression,  Dieu est à nos côtés,  pour justifier l’agression  contre l’Iran, la dernière  agression, il y. a quelques jours. (J.B)

Là,  il développe son idée essentielle, profonde   grave :

Pendant la guerre  les Soviétiques  envisageaient leur propre mort et  l’anticipaient en montant au front  pour « protéger  l’aimée, l’enfant qui dort en paix, ne pas  permettre  que s’éteigne la petite bougie sur la fenêtre « ( citations de chansons de la guerre). Il évoque le  destin du samouraï.

Alors que,  à  travers  le  cinéma,  les jeux vidéo ,  le public occidental envisage la mort  d’autres,  pas  la sienne. C’est ce contrat moral entre citoyens responsables  qui fut signé  lors de l’engagement dans la terrible guerre,  » où  seuls les Soviétiques  ont brisé l’échine du nazisme » . Winston  Churchill  cité par ZP.

Pour  souligner cette réalité,  il cite la poétesse  Anna Akhmatova  dans son fameux poème « Courage ». Cette Akhmatova, adulée par les libéraux,  dont le mari, le grand poète  Nikokai Goumiliov  fut fusillé  et le fils « trimballé de goulag en goulag »,  a écrit ces vers en  1941:

Nous savons ce qui désormais est posé sur la balance

Et ce qui désormais  s’accomplit 

L’heure du courage sonné à nos montres 

Et le courage ne nous  quittera pas. 

Nous n’avons pas peur de nous coucher morts sous les balles, 

Ce n’est pas  dur de rester sans demeure,

Et nous te conserverons,  parler russe,

Grande parole russe, 

Libre et pur nous te porterons, 

Et te donnerons à nos petits enfants 

Te sauverons de la cage,

Pour  toujours. 

Ce poème est incontournable dans le panthéon russe.

Sait-on , je sais qu’on ne sait pas,  omerta totale,  tandis qu’on  glose  sur  les  résistances,  européenne et soviétique,  comparaison qui ne sont pas  raison,  sait-on donc que le plan Barbarossa  prévoyait  l’élimination  des Slaves… comme celle des Juifs ?  Un génocide.  Voir mon article, traduction de sa  » leçon de russe », cinglante du 9 mai 2018. Toujours sa colère où les chiffres  se succèdent  comme autant  de balles.

 

Écrivant  ce texte,  j’ai conscience de la  difficulté pour  nous à  comprendre  cette histoire. En tout cas,  quand vous  rencontrez une, un russe, vous  avez 8 chances sur  10 de parler avec quelqu’un qui est fait à cette histoire là.

Efficace, fond et forme. Pour les russophones.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :