RSS

The Newyorker : Quinte flush royale du prince Harry et de Meghan Markle

12 Jan

Comme la CFDT vient de donner une nouvelle version du bien connu « le jour où on rétablira l’esclavage, la CFDT négociera le poids des chaînes », et que les commentateurs têtes à claques feignent de s’ébaudir devant la mansuétude gouvernementale, je pense que le mieux en attendant de reprendre la semaine prochaine est d’en rester au niveau de ces gens là, c’est-à-dire secrets d’histoire… Il y a des coups de tranchoirs qui se perdent et quelques bastilles restent à prendre…The Newyorker. C’est un hebdomadaire raffiné légèrement de gauche, très bobo de central park, très Woody Allen, à qui il arrive malgré un certain chauvinisme américain à l’œuvre ici face à l’ancêtre british d’adopter des positions plus gauchisantes, plus impertinentes. Quelque chose entre la tradition des pèlerins du May flower et l’humour yiddish… Voici la manière très « républicaine » dont ils abordent les heurs et malheurs de la famille royale britannique et de la presse (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Rebecca Mead

Le prince Harry et Meghan Markle ont été clairs sur leur mécontentement face aux contraintes de leurs rôles – traditionnels, familiaux, liés aux médias – depuis que leur romance a été rendue publique pour la première fois.

Photographie de Richard Baker / En images / Getty

Il y a quelques semaines, une pétition a été soumise au conseil municipal de Brighton et Hove, dans le comté de Sussex, demandant le rejet des termes «duc et duchesse de Sussex». La pétition, lancée par un résident du nom de Charles Ross, caractérisait l’utilisation de ces titres par le prince Harry, le deuxième fils de l’héritier du trône, et sa femme, Meghan Markle, comme «moralement répréhensible et irrespectueux envers le comté d’East Sussex». Il a appelé les membres du conseil «à ne pas désigner ces personnes par des titres que nous estimons être entièrement non démocratiques et symboliques de l’oppression du grand public par l’élite riche « et il a exigé que le conseil n’invite pas ou n’offre pas de réjouissance au couple, » ni ne leur offre aucune hospitalité ou cérémonial au-delà de celui dont bénéficierait un membre ordinaire du public.  »

La pétition a recueilli près de quatre mille signataires et a été présentée à une réunion du conseil plénier à l’hôtel de ville de Hove le 19 décembre. Ross a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de nuire au prince Harry – qu’il appelait Harry Windsor, son prénom – ou Meghan Markle, dont il respectait les réalisations personnelles, en tant que pilote d’hélicoptère et actrice. Il entendait plutôt attirer l’attention sur l’inégalité sociale bien ancrée que l’institution de la monarchie perpétue en Grande-Bretagne. « Sommes-nous toujours des serfs obéissants, ou sommes-nous prêts, en tant que ville avant-gardiste, à rejeter ces cérémonies et traditions perverses qui consacrent le système de classe et permettent à beaucoup de dormir dans les porches des magasins tandis que d’autres dorment dans des palais? », a demandé Ross, selon un rapport paru dans Brighton & Hove News. Ce serait un moment de fierté, a conclu Ross, si les conseillers de Brighton devaient mettre la ville sur la voie «d’être la première ville ouvertement républicaine du Royaume-Uni».

Brighton, une station balnéaire sur la côte sud, est bien connue comme un endroit raffiné et radical. La seule députée du Parti vert à la Chambre des communes, Caroline Lucas, représente la circonscription de Brighton Pavilion, un quartier du centre-ville. La ville a longtemps été un lieu accueillant pour les membres de la communauté LGBTQ et aussi, traditionnellement, pour les adultères des citadins en fuite au bord de la mer pour un week-end torride. Il a également une tradition célèbre d’accueillir, plutôt que de rejeter, les membres de la famille royale qui s’écartent de la voie prescrite. La ville est devenue à la mode à la fin du XVIIIe siècle, en grande partie grâce au patronage du fils aîné du roi George III, qui était alors le prince de Galles. Le prince, plus tard couronné George IV, a établi une résidence à Brighton alors qu’il avait une vingtaine d’années, le trouvant un endroit agréable pour entretenir une relation avec sa compagne de longue date, Maria Fitzherbert – qui, en tant que roturière catholique deux fois veuve, était triplement inappropriée en tant qu’épouse royale. Aux termes de la Loi sur les mariages royaux de 1772, le monarque était tenu de donner son accord à tout mariage de ses héritiers de moins de vingt-cinq ans; cette exigence persiste, sous une forme juridique différente.

Il faut reconnaître que le prince régent, comme il l’est devenu après l’incapacité de son père, en 1811, a offert un exemple éloquent des cérémonials et traditions perverses qui sous-tendent la monarchie britannique. Il était réputé dissolu et extravagant, brûlant l’allocation généreuse que le roi lui accordait et contractant tant de dettes à l’âge de vingt-cinq ans que le Parlement fut obligé de lui accorder ce qui serait aujourd’hui des dizaines de millions de livres. Le geste a à peine freiné les goûts somptuaires du prince. À partir de 1815, il a commencé la construction d’un somptueux palais en bord de mer, le Brighton Pavilion, conçu par John Nash, l’architecte le plus célèbre de l’époque. De l’extérieur, il ressemble à un temple moghol. A l’intérieur, il était décoré de chinoiseries décadentes, avec un lustre en verre de trente pieds agrippé aux griffes d’un dragon argenté suspendu au-dessus de la table à manger. Même les colonnes en fonte qui soutiennent le plafond de la cuisine ont été décorées de manière à ressembler à des palmiers, avec des feuilles de cuivre peintes poussant au sommet. La production prodigieuse de ces cuisines a contribué à l’obésité du prince, dissimulée de manière flatteuse par le tabard brodé et la cape doublée d’hermine qu’il portait pour son portrait officiel de couronnement, exécuté par Thomas Lawrence, en 1821. Au moment où le pavillon a finalement été achevé, en 1823, George IV était si gros qu’il ne pouvait plus monter les escaliers jusqu’aux étages supérieurs, ce qui nécessitait l’installation d’une chambre au rez-de-chaussée.

Comparé aux excès de l’ancêtre du prince Harry dans la construction du Brighton Pavilion, qui est maintenu aujourd’hui comme un musée, la rénovation tant décriée du duc et de la duchesse de Sussex de Frogmore Cottage – leur maison sur le domaine de la Reine à Windsor, qui a été rénové l’année dernière, à hauteur de 2,4 millions de livres sur les fonds des contribuables – semble être de la grenaille sans importance. Mais les Sussex – dont le titre leur a été décerné par la reine lors de leur mariage, en 2018, et qui n’ont aucun autre lien particulier avec Brighton et Hove si ce n’est d’avoir visité le comté à une occasion, pour se faire acclamer la foule – ils ont, pendant la courte durée de leur mariage, été décrits dans la presse populaire comme les membre les plus prodigues, le plus égoïstes de la famille royale. Ils ont été fustigés pour avoir pris des avions privés tout en prétendant enseigner aux autres les dangers du changement climatique; pour avoir caché des informations sur le lieu et l’heure de la naissance de leur fils, Archie ; et pour avoir refusé de nommer publiquement ses parrains et marraines. Ils ont été accusés de saper les choix reproductifs du prince William, le frère de Harry, et de son épouse, Catherine Middleton, la duchesse de Cambridge, qui ont accueilli leur troisième enfant, le prince Louis, en 2018. Le prince Harry ayant récemment fait savoir qu’en raison de la surpopulation mondiale, les Sussex restreindraient leur propre procréation à pas plus de deux descendants. Ils ont été sauvés d’être considérés comme les membres les plus désaccordés des Windsors uniquement par l’auto-immolation totale du prince Andrew, le deuxième fils de la reine, dont le manque de repentir dans une interview à la BBC au sujet de son amitié avec feu Jeffrey Epstein, le délinquant sexuel condamné puis décédé en prison, l’été dernier, qui a obligé Andrew à se retirer de toutes ses fonctions royales officielles. Lorsque l’Oncle Andy est la seule chose qui se tient entre vous et le dénigrement total de Fleet Street, vous savez que quelque chose s’est très mal passé.

A peine rentré d’un séjour de six semaines aux États-Unis et au Canada, sautant les traditionnelles fêtes de Noël royal à Sandringham, le domaine de la Reine à Norfolk, et générant ainsi des commentaires encore plus négatifs de la presse, qui a utilement noté que la Reine, quatre-vingt-treize ans, et son mari, le prince Philip, quatre-vingt-dix-huit, ne sera pas là pour toujours — cette semaine, les Sussex ont encore fait monter la barre. Mercredi soir, ils ont publié une déclaration, figurant sur leur site Web et affichée sur leur page Instagram, dans laquelle ils ont affirmé leur intention d’ « ouvrir un nouveau rôle progressiste au sein de cette institution. » Ils avaient l’intention, toujours selon la déclaration de: « prendre du recul en tant que membres » supérieurs « de la famille royale » et « travailler pour devenir financièrement indépendants ». La déclaration affirmait leur intention de partager leur temps entre le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord, la duchesse ayant vécu au Canada pendant cinq ans pendant le tournage de la série télévisée «Suits», le rôle pour lequel elle était surtout connue avant de devenir la petite amie du prince Harry, en 2016. «Cet équilibre géographique nous permettra d’élever notre fils à la fois selon la tradition royale dans laquelle il était né, tout en offrant à notre famille l’espace nécessaire pour se concentrer sur le chapitre suivant », poursuit le communiqué.

Le résultat a été un balayage des premières pages des journaux britanniques jeudi matin, avec le titre du tabloïd du Sun, « Megxit », disant le ton choqué de la couverture (le New York Post a emprunté le même néologisme irrésistible). Avant mercredi soir, le Palais avait publié une déclaration de deux phrases qui en disait long: «Les discussions avec le duc et la duchesse de Sussex sont à un stade précoce. Nous comprenons leur désir d’adopter une approche différente, mais ce sont des questions complexes qui prendront du temps à résoudre. » Il a été rapidement signalé que, malgré l’affirmation du communiqué selon laquelle les Sussex continueraient de « collaborer » avec la reine, le prince de Galles et le duc de Cambridge, la famille royale avait été stupéfaite par l’annonce. «Ils ne l’ont même pas dit à la reine» était le titre sur la première page du Daily Mirror de gauche. Le jugement du commentariat royal a été rapide et accablant. Piers Morgan, du Daily Mail, a écrit que «par pure arrogance, droit, avidité et manque de respect volontaire, rien n’a jamais vraiment correspondu au comportement du « duc et de la duchesse de Sussex »», ajoutant qu’il mettait leurs titres entre guillemets parce qu’il espérait sincèrement qu’ils seraient révoqués par Sa Majesté.

D’autres commentateurs se sont penchés sur les états financiers, notant que le mouvement déclaré des Sussex vers l’indépendance financière les engage à ne refuser que les fonds qu’ils ont jusqu’à présent reçus par le biais de la subvention souveraine – des deniers publics versés à la Couronne pour financer les fonctions publiques de la monarchie. Comme le notent les Sussex sur leur site Web, leur part de la subvention souveraine ne représente que 5% de leur revenu (cependant, des fonds publics supplémentaires considérables sont fournis pour payer leur sécurité et leurs frais de voyage officiels). La grande majorité du reste provient du père de Harry, le prince Charles, sur les revenus du duché de Cornwall, qui représentaient plus de vingt millions de livres l’an dernier. Renoncer à la contribution de la Reine sans renoncer également à celle du Prince, ont noté les commentateurs:

Le prince Harry, dont l’horreur de la presse à sensation est compréhensible, compte tenu de la mort de sa mère, a publié une critique inhabituelle et formulée avec force à l’automne 2016, avant l’annonce de ses fiançailles. Une déclaration du palais de Kensington a cité «une vague d’abus et de harcèlement», notant les «nuances raciales des articles de commentaire». L’indignation de Harry était justifiée, étant donné que la couverture de Markle trafiquée dans des stéréotypes raciaux s’est étendue sur des questions telles que son « ADN exotique ». Et sa belle garde-robe « Costumes ». Sa douleur était également évidente: le communiqué concluait: «Les commentateurs diront « c’est le prix qu’elle doit payer » et « tout cela fait partie du jeu ». Il est fortement en désaccord. Ce n’est pas un jeu, c’est sa vie et la sienne. »

Mais cette déclaration, aussi formulée et ressentie soit-elle, était également inefficace pour changer la dynamique de la presse. Il en va de même pour les tentatives répétées du couple de repousser les bêtes de Fleet Street, y compris, cet automne, la duchesse a intenté un procès contre le Mail dimanche pour réimpression et rapport sur une lettre privée qu’elle a envoyée à son père, Thomas Markle et le procès du Prince contre plusieurs journaux à sensation pour écoutes téléphoniques. «J’ai vu ce qui se passe quand quelqu’un que j’aime est banalisé au point qu’il n’est plus traité ou vu comme une personne réelle», a écrit le prince Harry, dans une autre déclaration extraordinaire publiée l’année dernière. Ces poursuites ont été lancées à la fin de la première tournée à l’étranger du couple avec leur fils en Afrique, au cours de laquelle ils ont également parlé à un correspondant d’ITV, Tom Bradby, de leurs frustrations. Dans une interview, le prince Harry a fait allusion au traumatisme de la perte de sa mère et à la façon dont elle est ravivée par chacune de ses rencontres avec les paparazzis – «chaque fois que je vois un appareil photo, chaque fois que j’entends un clic, chaque fois que je vois un flash, cela me ramène tout de suite à ce souvenir », a-t-il dit – tandis que la duchesse a expliqué à quel point elle n’était pas préparée à l’examen et aux commentaires. « Je n’ai jamais pensé que ce serait facile, mais je pensais que ce serait juste », a-t-elle déclaré à Bradby. «Il ne suffit pas de survivre à quelque chose. Ce n’est pas le but de la vie. Vous devez prospérer. Vous devez vous sentir heureux. « Elle avait essayé.

Le bien-être intérieur des membres de la famille royale, par opposition à leur conduite extérieure, a rarement été un sujet de préoccupation primordiale pour la presse britannique. Les soins personnels sont l’une de ces importations américaines, comme le studio de yoga que les Sussex auraient installé à Frogmore Cottage, auxquels les Britanniques sont réflexivement sceptiques. Il était inévitable que Markle, en tant qu’importation américaine elle-même, fasse l’objet de critiques flétrissantes. Une mesure de son adaptation à son nouveau pays serait, par nécessité, son acceptation des restrictions des devoirs auxquelles les royaux britanniques sont soumis, en particulier ceux aussi élevés dans la succession que le prince Harry, qui, jusqu’à la naissance de ses neveux et la nièce, a passé la majeure partie de sa vie à être troisième en ligne pour le trône – seulement une abdication et un accident loin de la Couronne elle-même. Markle n’est guère seule à penser que le devoir sonne alors comme une façon infernale de vivre; elle est seulement passée plus rapidement à l’expression de cette croyance que n’importe lequel de ses prédécesseurs tout aussi malheureux, y compris sa défunte belle-mère.

Dans les années qui ont précédé la rencontre avec Markle, Harry a déclaré publiquement qu’être roi ou reine était un travail dont personne ne voulait, mais il a ajouté que, parlant de la famille royale, « nous accomplirons nos tâches comme il le faudra ». Comment le couple compte-t-il concilier la poursuite de ses fonctions avec son indépendance nouvellement déclarée deviendra probablement plus clair au fil du temps, bien que vendredi matin, il ait été signalé que Meghan était déjà rentrée au Canada, laissant Harry gérer les retombées familiales. Les Sussex espéraient peut-être un découplage limité du reste des Windsors, mais le drame de la brèche a été immédiatement symbolisé par la suppression de leurs personnages de cire de l’exposition de la famille royale chez Madame Tussaud à Londres (le couple ne doit pas être fondu, juste posté ailleurs). Ce qui est déjà clair, c’est que les Sussex ont l’intention de redessiner immédiatement leurs lignes d’engagement avec la presse. Ils se retirent du Royal Rota, qui est la convention selon laquelle, pendant des décennies, les membres de la famille royale s’ouvrent à un journaliste du pool des journaux nationaux; au lieu de cela, ils créeront eux mêmes la couverture de médias sélectionnés personnellement «concentrés sur des reportages objectifs pour couvrir les moments et les événements clés» et ils utiliseront leurs propres comptes de médias sociaux, en particulier Instagram, pour communiquer directement avec le public. Après s’être insurgé contre la marchandisation de son épouse par les médias, le prince Harry semble maintenant prêt à prendre en main ladite marchandisation: il a été rapporté le mois dernier que lui et la duchesse ont récemment déposé une demande de marque pour des centaines d’articles , des vêtements aux imprimés, qui peut être émise avec la marque personnelle du couple, Sussex Royal.

Il est peu probable que cette étape plaise aux critiques qui insistent sur le fait que Sussex est un titre, pas un nom de marque, et que ce n’est pas plus Harry et Meghan à exploiter que Buckingham Palace n’est le Queen’s à vendre. C’est une position dans laquelle les pétitionnaires républicains de Brighton et Hove se retrouvent dans une unité improbable avec les royalistes et ceux qui demandent l’annulation du titre de Sussex, Piers Morgan. Que la monarchie soit une institution intolérable peut être largement accepté; le duc et la duchesse de Sussex ne sont que les derniers et les plus bruyants à le dire, tout comme George IV, avec sa trappe d’évasion paralysée au bord de la mer, fut l’un des plus flamboyants à l’exprimer. Il y a de nombreuses raisons de plaider pour l’abolition de la monarchie;

Rebecca Mead a rejoint The New Yorker en tant que rédactrice en 1997. Elle est l’auteur, plus récemment, de « My Life in Middlemarch ».

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 12, 2020 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :