RSS

Envoi de jeunes camarades de la Jeunesse communiste

08 Jan

Voici quelques mois que je suis en relation avec de jeunes communistes. Le combat que nous menons dans ce blog avec Marianne pour empêcher le trafic qui s’opère sur nos mémoires et la paralysie de l’action qui en est le résultat a trouvé chez ces jeunes gens un écho. Voici la vidéo qu’ils ont faite et qu’ils m’expédient, je dois dire que j’avais besoin de cet encouragement tant je m’interroge sans cesse sur la nature de notre combat à Marianne et moi avec celui prioritaire des grévistes. Et voici que ces jeunes engagés dans l’action m’envoient le témoignage de ce lien fondamental entre ce qui se déroule sous nos yeux et l’obstacle que constitue le trafic de nos mémoires qui donne son aliment à l’anticommunisme.

Je parlais récemment du film de Terrence Malik « une vie cachée », l’histoire de ce paysan autrichien qui dit NON au nazisme alors que tous autour de lui s’y rallient parce qu’il n’y a pas d’autre solution ou par conviction qu’effectivement c’est l’issue. Il est complètement seul et comme on ne cesse de le lui répéter: « A quoi ça sert ce que tu fais, tu es seul, personne ne t’entend, fais semblant ». Il sera guillotiné après avoir été emprisonné, torturé, mais IL NE PEUT PAS FAIRE AUTREMENT… que dire de son refus ?… Sinon qu’il est celui d’un catholique et que pourtant je m’y reconnais pleinement, comme beaucoup de communistes, enfin ceux qui se souviennent de ce qu’étaient jadis les communistes. Ne pas pouvoir faire autrement et crier à l’officier allemand qui vous exécute « imbécile c’est pour toi que je meurs! » Voici sur quoi, sur quel sang le plus souvent des humbles et d’intellectuels ralliés à eux que s’est construit ce modèle social.

Je ne peux pas trahir leur mémoire, ce à quoi ils croyaient… Ambroise Croizat qui était alors député a été invité à désavouer le pacte germano-soviétique, il a refusé. Oui il était ce que l’on appelle « un stalinien », sorti de l’école à treize ans et entré à l’usine, il a créé notre modèle social français, il a participé à la résistance et il est mort d’épuisement sur ses dossiers. J’ai connu ces hommes-là, j’ai aimé deux d’entre eux qui avaient résisté sans parler à la torture et je n’accepte pas que des gens légers, superficiels trahissent cette histoire-là. Pour eux mais aussi pour ce qui attend ces jeunes qui m’envoient cette vidéo.

Un combat terrible est lancé, celui qui est mené aujourd’hui autour de notre modèle français est une des tranchées d’un gigantesque front planétaire, on ne vaincra pas avec des bleuettes, en confondant le socialisme avec un vague humanisme pour se faire accepter par n’importe qui mais bien en prenant conscience de la nature de la bataille qui doit être livrée et qui est partout entamée.

Je vais vous dire deux convictions: premièrement, la lutte sera d’abord politique. En voyant la force du combat de la classe ouvrière et d’autres travailleurs aujourd’hui je ne puis que me dire à quel point les soutenir est prioritaire, mais l’action émancipatrice du prolétariat est politique et elle a besoin d’un parti révolutionnaire qui pose la question du pouvoir, de l’Etat… C’est pour cela que je crois que le « mouvement » théorisé est illusoire et qu’à la puissance de l’Etat du capital de sa force répressive mais aussi « spirituelle », il faut opposer une force de même nature, le parti révolutionnaire est de ce fait d’une autre essence que les partis bourgeois qui font partis de l’appareil d’Etat.

Je vous l’avoue je ne vois rien qui puisse remplacer le PCF, mais je suis aussi effrayée par l’état idéologique, organisationnel dans lequel il est aujourd’hui. Ce qui s’y dit, les illusions de fait sur la nature du pouvoir, sur la « démocratie » et sur la nature du combat qui s’annonce y compris au niveau planétaire.

L’âge m’interdit de penser pouvoir intervenir efficacement mais je ne peux que me réjouir de voir une jeunesse en train de penser l’avenir en sachant que pour cela il faut refuser tous les négationnismes, ne pas s’enfermer dans ce passé mais au contraire « entendre l’herbe pousser », le nouveau, cela passe par la remise en cause de tout ce que l’idéologie dominante fabrique pour nous paralyser et oser affronter nos combats, mais aussi nos échecs est une nécessité.

Bon courage mes jeunes camarades.

Danielle Bleitrach

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 8, 2020 dans Uncategorized

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :