RSS

Ziouganov : Le combat n’est pas terminé, il se poursuivra jusqu’à la victoire!

17 Déc

Nous vous proposons de lire attentivement ce texte, au moins pour deux raisons : la première est que jusqu’ici Ziouganov a pu paraître ménager le pouvoir russe au nom du patriotisme et de la pression que les « libéraux » entretenaient depuis l’étranger, là « la guerre » est déclarée parce que le pouvoir a décidé de réprimer les intérêts populaires à travers une attaque sans précédent contre les communistes qui effectivement ont remporté des succès et l’ont fait en s’opposant par exemple à la réforme des retraites. Dans un pays où les syndicats sont liés au pouvoir, ce sont les communistes qui partout s’opposent à une politique en faveur des oligarques. Mais le second aspect très intéressant de ce texte c’est que pour la première Ziouganov raconte ce qui s’est réellement passé en 1993 mais surtout en 1996 quand la Douma a été prise d’assaut par Yeltsine vendu au capital étranger. Comment le dirigeant communiste a épargné à son pays une guerre civile et imposé le gouvernement de Primakov qui a empêché le désastre, il raconte comment depuis des années partout le parti communiste avec ses élus empêche la faillite du pays et que ce sont ceux qui sauvent la Russie que l’on veut abattre. Il s’agit d’une pièce historique autant que d’un témoignage sur l’actualité russe. Mais il n’y a pas que la Russie, l’affaire du gouverneur de Sibérie rappelle celle de Morales, partout la violence du capitalisme est telle que c’est eux ou c’est nous (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop pour histoire et société).

Le 14 décembre à Moscou s’est tenu un meeting dans le cadre d’un grand mouvement national pour les droits des travailleurs, pour la défense des dirigeants rouges et contre la « terreur médiatique », sur la place Krasnopresnenskaya Zastava, haut lieu de la culture ouvrière.

Ruslan Tkhagushev. Alexey Bragin. Photo de Sergey Sergeyev. Chaîne vidéo  » Ligne rouge »

14-12-2019

https://kprf.ru/actions/kprf/190341.html

Le rassemblement a eu lieu sous les slogans: « Les Cadres décident de tout! », « Nous protégerons les élus rouges de l’intimidation dans les médias! », « Les dirigeants communistes sauvent la Russie de la crise! »

 

Il était organisé par le conseiller du président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie V.R. Rodine et le secrétaire du Parti communiste du Parti communiste du Parti communiste, le chef de la faction du Parti communiste au Conseil municipal de Moscou Zoubriline.

 

«Ceux qui persécutent les dirigeants populaires devront répondre devant le peuple!»

 

La parole a été donnée en premier au chef du Parti communiste et des Forces patriotiques populaires de Russie Guennadi Ziouganov :

 

– Chers amis! Mes camarades! Veuillez écouter attentivement!

 

Ceux qui ont étranglé le pays dans les années 90, qui ont vendu notre patrie, détruit vos entreprises, balayé tous les conquis sociaux, trahi les intérêts des États nationaux, déclarent de nouveau aujourd’hui la guerre aux forces patriotiques. C’est une guerre qui se déroule furtivement de la manière la plus sale et la plus vile. Ses instigateurs et initiateurs se trouvent au Kremlin, au gouvernement et dans les médias. Deux forces se confrontent aujourd’hui: celles qui ont besoin d’une Russie forte, intelligente et juste, et celles qui continuent de brader nos intérêts, qui se remplissent les poches, divisent la société, détruisent l’expérience unique des gouverneurs, maires et chefs d’entreprises les plus talentueux.

 

Je veux que vous compreniez qu’aujourd’hui nous vivons déjà dans une nouvelle réalité. Je pensais que la déclaration de Poutine sur la nécessité d’entrer dans les cinq premiers pays les plus développés, d’atteindre le rythme mondial du développement, de vaincre la pauvreté et faire une percée dans les nouvelles technologies, rassemblerait toutes les forces consciencieuses et patriotiques de l’État. Mais à la place, la meute libérale joue à nouveau son va-tout. Et, tout d’abord, elle est passée à l’offensive contre ceux qui savent travailler, qui ont conservé leur conscience, qui voudraient restaurer la justice et le pouvoir soviétique.

 

Notre parti a acquis une expérience extrêmement précieuse toutes ces dernières années. Avec vous, nous avons réussi en 1993, lorsque le feu de la guerre civile menaçait, à l’arrêter avec notre courage, notre volonté et notre résistance. En 1996, Eltsine avait déjà ordonné l’occupation de la Douma d’État. Alors les commandos des forces spéciales m’ont appelé la nuit et m’ont dit: «Toutes les forces spéciales occupent la Douma. Nous avons trois ordres entre nos mains. Faites ce que vous voulez, mais ce sera dix fois pire qu’en 93.  » J’ai réussi à tirer du lit un certain nombre des premiers dirigeants. Et des haut-gradés, des maires de grandes villes, ont répondu à mon appel. Et lorsque Yeltsine a demandé l’instauration de l’état d’urgence, la dissolution de la Douma et l’arrestation de 400 personnes, dont moi, il y a eu des hommes forts au Conseil de sécurité qui ont dit: « Vous ne pouvez pas faire ça, car toutes les villes autour de Moscou sauf Yaroslavl ont voté pour Ziouganov et son équipe. S’ils bloquent les routes, nous étoufferons dans nos excréments. » Eltsine a déchiré les décrets, proférant des jurons, et après cela, les troupes ont été retirées de la Douma. C’est ainsi que nous avons sauvé le pays d’une grande guerre civile.

 

Nous avons sauvé le pays après le défaut de paiement. A l’époque, le gouvernement avait fait défaut avec le FMI, Tchoubaïs, Gaïdar et toutes sortes d’autres salauds. La nuit, ils ont annoncé à tout le pays qu’ils n’avaient pas d’argent, ni pour eux ni pour les autres. Au matin, tout s’est effondré. Les gens se sont précipités vers les banques et l’économie s’est retrouvée bloquée.

 

Ce matin-là, Eltsine m’a appelé (je ne lui avais pas parlé depuis cinq ans, après l’attaque des chars sur le parlement) et m’a dit: « Qu’allons-nous faire? » J’ai répondu que si nous ne formions pas immédiatement un gouvernement de centre-gauche qui se préoccupe des gens, dans deux jours commencera la guerre civile, car vous avez ruiné tout le monde et arrêté la production. Nous avons convaincu Primakov de devenir Premier ministre. Maslioukov, l’un des ingénieurs les plus talentueux, l’a rejoint en tant que premier adjoint. Guerachtchenko a accepté d’être à la tête de la Banque centrale et Matvienko a été en charge des questions sociales. A ce moment, en Russie, il n’y avait pas d’or ni de réserves de change, la production s’était arrêtée. Mais en un an, nous avons éloigné le pays du bord du gouffre. Cette année-là, l’industrie a enregistré une augmentation de plus de 24%, les gens ont soupiré et la situation a commencé à se stabiliser.

 

Mais Yeltsine n’a pas aimé une telle tournure des événements. Il a licencié Primakov et s’est de nouveau engagé dans des pillages et des violences contre le pays. Alors, nous l’avons mis en accusation, rassemblé les signatures nécessaires. Durant un an et demi, Ilyoukhine a dirigé cette commission, et nous lui avons accordé une protection spéciale, car nous avions peur qu’il n’atteigne pas la tribune pour rendre compte des crimes commis par Eltsine.

 

La Douma contient 22 volumes de documents racontant toute la folie de cette équipe de brigands ivres et de voleurs qui a détruit l’Union soviétique à Biélovej, qui vous a volé, qui a donné l’ordre de tirer sur la Maison des Soviets, qui a déclenché la guerre en Tchétchénie, où plus de 100 000 personnes ont péri .

 

Après notre rapport à la réunion de la Douma d’État, aucun des orateurs de la tribune n’a soutenu la politique d’Eltsine. Tout le monde a dit qu’il était coupable, qu’il était un criminel et devait être jugé. Mais Eltsine a été sauvé par Jirinovski et, en partie, Yavlinski. Pour déclarer Eltsine criminel, il nous a manqué seulement 17 voix. Jirinovski courait autour de l’urne en vociférant, jurant qu’il abattrait quiconque de son groupe qui déposerait un bulletin de vote. Tous les coquins ont afflué vers la Douma et pour chaque scrutin soustrait ou non déposé, ils donnaient 20 000 «billets verts». Mais aucun député de notre faction n’a failli ; tout le monde a voté pour la destitution. Du groupe de Jirinovski un seul a voté. Il m’a apporté son bulletin de vote et a dit: « Mettez-le, moi-même j’ai peur d’approcher l’urne. » A l’époque, nous avons condamné cette politique.

 

Lorsque Poutine est arrivé, nous avons longuement discuté avec lui de la manière de sortir le pays de la crise. Son premier message, je suis prêt à le soutenir encore aujourd’hui. Il a dit qu’il y aurait un pays fort, une politique juste, qu’il soutiendrait les personnes talentueuses, prendrait soin des personnes âgées, aiderait les jeunes, rétablirait les garanties sociales.

 

Nous avons ensuite soutenu une série d’initiatives de développement économique. En particulier, une loi a été adoptée sur les entreprises nationales et près de 200 de ces entreprises ont immédiatement vu le jour, posant la base de la stabilité du pays. Et il me semblait qu’une telle politique prévaudrait. Mais au lieu de cela, toute la bande des Tchoubaïs, Oulioukaev et Cie est restée à occuper les sièges ministériels, les bureaux du Kremlin et les médias. Et l’oligarchie voleuse a continué d’exploiter vos richesses.

 

Nous avons préparé un véritable programme pour sortir le pays de la crise. J’ai alors dit que nous répondrions à l’appel du président à entrer dans les cinq premiers pays les plus développés du monde et à faire progresser les nouvelles technologies. Ensemble, nous avons préparé un brillant programme «10 étapes vers une vie digne» et 12 lois ont été introduites pour sa mise en œuvre. En particulier, nous avons exigé que tout le sous-sol, tout ce que nous avons hérité de nos pères et grands-pères – les vainqueurs, travaille pour le bien des gens, et non pour 200 vampires qui se sont emparés de 90% de la richesse nationale. Nous avons présenté le projet de loi correspondant à plusieurs reprises, mais Russie unie l’a rejeté.

 

En collaboration avec le prix Nobel Jaurès Alfiorov, nous avons préparé un excellent programme « Education pour tous ». Melnikov, Smoline, Pletneva y ont travaillé. Il prévoyait le droit à la gratuité de l’enseignement et au premier emploi: afin qu’aucun employeur, y compris privé, ne puisse licencier un jeune spécialiste au cours des trois premières années de travail. Nous avons présenté cette loi à cinq reprises. Mais il n’a pas été jugé nécessaire.

 

Nous avons préparé un ensemble de lois sur le développement agricole durable. Nous avons suggéré qu’au moins 10% du PIB soit investi dans le développement rural. Kachine a fait un gros rapport. Nous avons démontré l’expérience des entreprises nationales en utilisant l’exemple de la ferme d’État Lénine. Dans la coopérative « Zvenigovsky » de Mari El s’est tenu un forum panrusse qui a réuni quinze cents meilleurs spécialistes. Mais les autorités ont également fait échouer cette initiative. Il s’avère qu’il n’y avait pas d’argent dans le nouveau budget.

 

Nous avons pris 16 des plus grandes entreprises pour la production de machines agricoles, organisé une coopération, montré comment cela se fait. À un moment donné, nous avons repris la célèbre usine de Kirov, qui avait été occupée par des bandits, et son directeur tué. Mais l’usine a été relancée, nous étions soutenus par les ouvriers, les ingénieurs. Nous avons rassemblé la coopération de 600 entreprises qui ont également vu le jour. Nous avons également fourni une assistance similaire à Rostselmach. En conséquence, la production des meilleurs tracteurs et moissonneuses-batteuses modernes a été organisée. Mais le gouvernement de Medvedev n’a pas d’argent pour soutenir nos constructeurs de machines, et en janvier ils n’auront rien pour payer leurs salaires.

 

Avec Maslioukov, nous avons sauvé le complexe militaro-industriel, y compris le célèbre missile Topol-M. Maintenant, Poutine présente les dernières réalisations, mais ce sont des développements de l’ère soviétique. Et aujourd’hui, ils ne sont même pas capables de produire leur propre peinture, ils utilisent une peinture étrangère.

 

En URSS, 50% du budget était consacré à la recherche scientifique et au complexe militaro-industriel, et maintenant 12%, dont même pas la moitié va aux fabricants d’équipements militaires. En conséquence, ils sont pauvres et ne savent pas quoi faire.

 

Dans l’économie, la science et l’éducation d’aujourd’hui, une impasse s’est réellement développée. Et j’ai suggéré que le président organise des séminaires dans les entreprises nationales pour montrer comment travailler.

 

Je veux que vous compreniez pourquoi a été persécuté le gouverneur de la région d’Irkoutsk, Serguei Levtchenko. Il a remporté honnêtement et dignement l’élection. Au premier tour, l’homme de main du gouvernement a gagné 49,6%, et ils célébraient déjà la victoire. Mais nous y avons bloqué tous les canaux de vol des voix et Levtchenko a remporté le deuxième tour avec une grande marge.

 

Levtchenko est le seul gouverneur à avoir proposé un plan de développement sur cinq ans pour sa région et était proche de son achèvement. Mais la meute des escrocs a vu qu’une zone gigantesque pouvait fonctionner au profit des gens, que l’argent était affecté aux programmes sociaux. Un tel exemple était mortel pour eux. Ils n’étaient pas autorisés à voler et à emporter la richesse des gens là-bas. Deripaska payait 100 millions d’impôts dans la région d’Irkoutsk et en paie désormais 2,5 milliards – 25 fois plus! Il y avait 300 gangs de « bûcherons noirs » qui abattaient les arbres à leur guise. Mais ils ont tous été obligés de s’inscrire et de payer des impôts. Auparavant, ils en payaient 1,5 milliard, mais maintenant ils en paient 10 milliards. Alors qu’une « zone de coupe » similaire dans le territoire de Krasnoïarsk ne donne que 1,5 milliard. Là-bas, ils ne sont pas capables de leur prélever des impôts normaux.

 

Dans la région d’Irkoutsk, l’exportation de bois a été encodée. Maintenant, il est possible de savoir précisément d’où chaque arbre abattu a été prélevé et qui l’a coupé. Cela n’a pas plu aux gangs criminels, ainsi qu’aux personnes en uniforme qui couvraient le trafic et aux journalistes qui s’en nourrissaient. En conséquence, ils ont poussé les hauts cris. Depuis janvier, 650 calomnies sales et dégoûtantes sur Levtchenko ont été diffusées. Ce n’est pas seulement une honte, c’est un crime pour lequel vous devrez payer!

 

Levtchenko a été le premier dans notre pays à cultiver des terres vierges et abandonnées. Il a réhabilité 90 000 hectares de ces terres. En conséquence, près d’un million de tonnes de céréales ont été récoltées dans la région d’Irkoutsk.

 

Levtchenko a soutenu les entreprises nationales. La « ferme porcine Ousolsky » est aujourd’hui la meilleure du pays. Le salaire moyen y est de 108 000 roubles. Les employés y bénéficient d’un paquet social complet. Son directeur ne peut pas recevoir plus de quatre salaires moyens. Là, un ouvrier se sent comme un maître. Et c’est pour les oligarques et les fonctionnaires voleurs comme un os dans la gorge. D’où toutes ces saletés et abominations!

 

Des gens capables et très expérimentés travaillent à la télévision. Dobrodeïev sur « Russia 1 », Ernst sur Pervyi Kanal [la première chaîne, NdT]. Mais quel genre de salaud faut-il être pour couvrir la démission de Levtchenko sur Pervyi Kanal comme l’a fait l’un des journalistes? Par exemple, la talentueuse journaliste Ekaterina Andreïeva a également été priée de faire de sales reportages à plusieurs reprises, à partir des années 90, mais elle refusait. Et là on a affaire à des animateurs aux manières désinvoltes qui commencent à se gausser de personnes qui ont toujours fidèlement servi l’État. Je comprends que les journalistes ne sont pas libres de leurs actes, mais de là à donner des ordres pour continuer ce sale boulot il y a une marge!

 

Nous serons en mesure de montrer et de prouver au pays que nos élus ont rempli leur mission de manière compétente et continueront de faire face à tous les problèmes. Nous n’en laisserons aucun se faire piétiner!

 

La ferme d’État Lénine, dirigée par Pavel Groudinine, a reçu la visite de 1 200 auditeurs du Centre d’études politiques du Comité central du Parti communiste. Et ils étaient tous ravis. Le quartier Leninsky de la région de Moscou comptait 15 fermes, mais 14 d’entre elles ont été divisées en parcelles et vendues. La terre y est envahie par les mauvaises herbes ou couverte de « cages à lapins » à plusieurs étages. tandis que Groudinine, avec nous, a repoussé cinq attaques de pillards. La terre chez lui a été à la base du développement. Ils ne paient pas de dividendes, mais investissent tous les fonds dans de nouvelles productions, dans la construction d’écoles et de jardins d’enfants, dans le domaine social.

 

La ferme d’État Lénine a été visitée par des journalistes des principales agences mondiales. Des reportages ont été réalisés, des documentaires ont été tournés. La chaîne de télévision Krasnaya Liniya [Ligne rouge, NdT] a produit dix documentaires, dont « Territoire d’Optimisme Social » sur la ferme d’État Lénine, et « Le plan quinquennal de Levtchenko » sur le développement de la région d’Irkoutsk. Je les ai remis à tous les bureaux du gouvernement, à commencer par le Président, et j’ai proposé de les diffuser à la télévision centrale. Mais ils n’ont rien fait.

 

Je me tourne vers les journalistes: n’êtes-vous pas fatigués de cette abjection? Ne comprenez-vous pas que le pays est en train de glisser à nouveau dans le cauchemar des «années noires 90»?

 

A cette époque l’armée n’a rien dit, mais cette fois, elle doit comprendre que le sort de l’État est en jeu. Les Américains et l’OTAN lui ont déclaré la guerre. Et aussi les Bandéristes, les nazis et les nationalistes. Dans ces conditions, pour survivre, nous devons resserrer les rangs.

 

Nous nous dirigeons maintenant vers le 150e anniversaire de Lénine. Et je veux que le Kremlin entende: Lénine était un génie! Il s’est retrouvé à la tête d’une Russie effondrée et, avec Staline, l’a rassemblée pacifiquement dans un congrès sous la forme d’un nouvel état confédéré. Avec le peuple, Staline a construit 10 000 usines. Nous avons battu par KO et démantelé le Reich hitlérien, qui avait mis à genoux toute l’Europe portée aux nues. Staline, avec Roosevelt et Churchill, a brandi le drapeau de la paix et créé les fondations qui retiennent encore la planète d’une guerre majeure.

 

Dans quelques jours, nous célébrerons le 140e anniversaire de la naissance de Staline. À cet égard, je tiens à rappeler que les 43 maréchaux et généraux de la victoire, dont les portraits sont portés dans les colonnes du régiment immortel, étaient communistes. Mais le régiment Immortel doit aller plus loin aujourd’hui. Nous avons décidé de planter un jardin de 27 millions d’arbres en l’honneur de tous ceux qui sont morts pendant la guerre. Je reviens tout juste de Chine et les Chinois ont également soutenu cette initiative.

 

Nous avons décidé de tout faire pour soutenir les enfants de la guerre. Pour cela, il suffit de 100 milliards de roubles. Hitler leur a enlevé leur enfance et aujourd’hui, on continue de les bafouer, leur refusant une vieillesse digne.

 

Je suis sûr que le régiment immortel, dans lequel les vivants et les morts, les jeunes et les vieux, se sont ralliés au nom de la victoire de la justice, ira plus loin. Mais aujourd’hui je me tourne vers les Russes: maintenant, il faut se réveiller! Sur les 27 millions de morts pendant la guerre, on compte 20 millions de Russes. En 1990, il y avait 120 millions de Russes, et l’année prochaine il y en aura moins de 100 millions. À la suite de l’expérience bourgeoise, criminelle et américaine, que les Eltsine, les Tchoubaïs et les Gaïdar ont enclenchée, et que continue aujourd’hui la meute libérale qui siège au gouvernement, on a éliminé 20 millions de personnes. Les jeunes couples ne peuvent pas avoir d’enfant, une famille avec deux enfants est à moitié misérable et avec trois enfants, elle est complètement démunie.

 

Je me tourne vers les jeunes: vous n’avez pas vos propres usines aujourd’hui, vous n’avez pas vos propres mines, vous n’avez pas vos propres écoles, vous n’avez pas la possibilité d’obtenir votre premier emploi. Un diplômé sur deux est maintenant sans travail. Un million et demi de nos jeunes spécialistes sont dispersés sur toute la planète, de New York à Tokyo, parce qu’ils n’ont pas été jugés utiles à ce gouvernement. Pendant ce temps, les Chinois ont fait revenir tous les physiciens et mathématiciens chez eux, et ils élèvent le pays aux sommets de l’espace.

 

Nous devons tous nous réveiller aujourd’hui. La question n’est pas seulement de protéger la dignité de Levtchenko, Groudinine, Kazankov, Soumarokov. La question est la survie de notre État. Vous voyez ce que les Américains et l’OTAN ont fait à l’Ukraine. Et la guerre qui se déchaîne contre nous est un moyen direct de déstabiliser la situation dans le pays.

 

Nous avons sauvé le pays dans les années 90. Nous avons créé des entreprises nationales. Nous avons préparé les bases d’un mouvement vers l’avant. Nous avons recréé les forces patriotiques populaires. Et maintenant, nous devons, comme jamais auparavant, nous unir au nom de nouvelles victoires.

 

L’année prochaine, une série d’élections aux postes de gouverneurs aura lieu, puis les élections à la Douma. Mais pour aller aux urnes, on a besoin d’une équipe solide et de personnes compétentes. Aujourd’hui, Levtchenko possède la stature d’un chef d’état. Et c’est la principale raison pour laquelle ils ont pris peur et tenté de le détruire par la calomnie. Aujourd’hui, Groudinine est un candidat tout prêt pour les présidentielles. Et ils veulent le détruire parce qu’ils ont peur d’un concurrent. Les députés de notre faction à la Douma d’État sont prêts à diriger des domaines clés demain.

 

Fin janvier, nous rassemblerons toutes les forces patriotiques populaires. Nous avons achevé la préparation d’un programme pour sortir le pays de la crise. Nous avons reçu le soutien de toutes les forces patriotiques de gauche et du peuple. 132 délégations sont venues nous voir pour célébrer le 100e anniversaire de la révolution d’octobre, dont 60 premiers dirigeants de pays. Pour le 150e anniversaire de Lénine, 150 délégations viendront à nous.

 

Nous avons développé des potentiels avec le Parti communiste chinois et signé un protocole de coopération pour les cinq prochaines années. Nous avons sorti l’album « vent d’Octobre » en russe et en chinois. Mon livre «La Russie sous le regard du mondialisme» a été traduit dans toutes les langues du monde. Vous et moi avons un parti solide, une équipe puissante, une expérience historique unique pour sortir le pays de la crise. Nous avons l’expérience des entreprises nationales et de nos dirigeants qui peuvent résoudre tous les problèmes.

 

Je déclare à tout le monde et, surtout, à cette meute cosmopolite libérale qui siège dans les bureaux du Kremlin et dans le gouvernement qui persécute Levtchenko et Groudinine: rappelez-vous, vous devrez répondre devant le peuple! Votre politique conduit à une nouvelle déstabilisation. Mais le peuple s’est réveillé et comprend que cette politique est criminelle et perfide.

 

La jeunesse américaine exige aujourd’hui le socialisme et la justice. L’Europe voit que les États-Unis n’ont besoin d’elle que comme marché d’écoulement des marchandises, et que l’OTAN n’est pas un bloc militaire, mais un bureau de vente d’armes américaines. Aujourd’hui, la planète comprend que les forces les plus agressives et les plus perverses couvent à nouveau la guerre, et donc se rallient au nom de la paix. Mais c’est seulement ensemble, sous la bannière rouge de notre victoire, sous la direction des idées de Lénine et de Staline, avec l’aide de l’expérience unique de notre peuple victorieux, que nous relèverons de nouveaux défis!

 

Je suis sûr que notre peuple ne laissera pas notre pays être dépecé, que notre peuple peut gagner!

 

Vive nos gens formidables! Vive l’esprit russe! Vive le patriotisme soviétique! Vive le Parti communiste de la Fédération de Russie et les forces patriotiques populaires! Vive nos nouvelles victoires au nom de la paix et du socialisme! Hourra!

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :