RSS

Le Sénat chilien demande au président Piñera de condamner le coup d’État en Bolivie

07 Déc
Cela fait partie de l’évolution de la situation que je notais ce matin, la fiction de la fraude de Morales étant de plus en plus dénoncée et le coup d’état étant constaté par tous, mêmes les forces réactionnaires sont sollicitées pour conserver au moins une attitude légale et de protection des représentants du peuple (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par: The Disconcerting / Publié: 06.12.2019
Evo Morales / AgenciaUno.

Les sénateurs chiliens soutiennent que Morales, dans sa tentative de se faire réélire, a accepté la recommandation de faire vérifier les élections par l’Organisation des États américains (OEA). Après les élections et la collecte des observations de l’organisation internationale, il a décidé de procéder à un deuxième tour électoral pour rectifier les erreurs du premier, en donnant une sortie démocratique et institutionnelle au conflit.

En vertu d’une proposition, présentée par les sénateurs Álvaro Elizade (PS) et Alejandro Navarro (PRO) et signé par 21 autres de ses pairs, le Sénat a demandé au président Sebastián Piñera de condamner fermement le coup d’État qui a touché la Bolivie, le 10 novembre, et qui a provoqué la démission de l’ancien président Evo Morales et du vice-président Álvaro García Linera.

Au Sénat, ils soutiennent que Morales, dans sa tentative de se faire réélire, a accepté la recommandation de faire vérifier les élections par l’Organisation des États américains (OEA). Après les élections et la collecte des observations de l’organisation internationale, il a décidé de mener un deuxième tour  électoral pour corriger les erreurs du premier tour en donnant une sortie démocratique et institutionnelle au conflit.

De plus, ils assurent que ledit calendrier a été brutalement interrompu par le coup d’État que les Forces armées boliviennes ont mené, soutenu par les milices civiques autoproclamées, «une situation qui met en danger les conquêtes sociales  et l’intégrité physique des autorités qui ont été élues démocratiquement et leurs militants », selon le document émis par la Chambre haute.

Pour Navarro, il est urgent que Piñera intercède auprès de la communauté internationale et directement auprès du gouvernement de facto actuel qui gouverne en Bolivie, pour rétablir le droit international et veiller à ce que les huit anciens ministres et fonctionnaires, et leurs familles qui sont actuellement des demandeurs d’asile à l’ambassade et Résidence privée de l’ambassadeur du Mexique à La Paz, puissent obtenir des conduits sûrs pour voyager en toute sécurité dans ce pays.

Au moins quatre anciens secrétaire d’État de Morales n’ont aucune accusation contre eux, tandis que les autres ont été accusés par le parquet bolivien après avoir obtenu l’asile politique du gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador, a déclaré le parlementaire. .

«Le Sénat en a convenu avec une profonde inquiétude que les jours passent et ce gouvernement de facto a décidé d’engager des poursuites judiciaires contre d’anciens responsables, même si l’asile a été accordé il y a quelques semaines par le président Manuel López Obrador. Nous espérons que, sous peu, le gouvernement chilien interviendra. À ce jour, il ne l’a pas fait, il n’a pas condamné ce coup d’État et, en particulier, la persécution brutale et violente que le gouvernement de facto mène contre d’anciens fonctionnaires, ministres et leurs familles », a souligné Navarro.

 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :