RSS

Bolivie : Pourquoi certains intellectuels indigénistes et certaines féministes ont-ils nié le coup d’État? Par Ollantay Itzamná

07 Déc
Ce texte d’un journaliste de Télésur est fondamental et pas seulement pour l’Amérique latine, nous avons en France les mêmes intellectuels, les mêmes « féministes » y compris à l’intérieur du PCF. Il faut absolument lire la manière dont ces « intellectuels » boliviens ont appuyé le coup d’Etat, fait de Morales un fraudeur et un « violeur » pour mieux soutenir l’impérialisme et le massacre de femmes indiennes, tout cela par vanité, par faux progressisme et vrai adhésion à la CIA… A LIRE ABSOLUMENT  (note et traduction de Danielle Bleitrach).
Image associée

Résumé latino-américain, 6 décembre 2019

Qu’est-ce qui a poussé ces peuples autochtones et ces féministes à nier ce que le monde considère désormais comme un coup d’État? Ne connaissaient-ils pas le concept de base de ce qu’est un coup d’État? Pourquoi ont-ils assumé le discours de fraude électorale, erreur que même l’OEA elle-même n’est pas en mesure de démontrer techniquement?

Une partie de la stratégie du coup d’État en Bolivie [1] consistait à montrer au pays et au monde que la démission forcée d’Evo Morales était un acte démocratique de «succession constitutionnelle». Pour cela, il avait été préalablement convenu avec les médias d’information du capital, les médias étatiques et / ou communautaires ont été fermés, puis rouverts après avoir été occupés. Il fallait expulser les médias étrangers … Et enfermer dans la « cage des médias » les  Boliviens.

Mais, grâce à la solidarité et à la communication internationale, il a été possible de rendre compte de ce qui s’est passé en Bolivie et de le définir comme un coup d’État. Même Bernie Sanders, ancien candidat à la présidentielle américaine, a conclut qu’il y a eu un coup d’État en Bolivie [2].

Étonnamment, dans cet épisode où il s’agissait de rendre compte  sur ce qui s’est passé en Bolivie, des intellectuels indigènes et féministes tels que Silvia Rivera [3], Raquel Gutiérrez [4], Eduardo Gudynas [5], Raúl Zibechi [6], Rita Segato [7]… ou des militants comme Pablo Solón [8], et d’autres, ont convenu que « Evo Morales est tombé à cause de ses propres erreurs. » «Que ce qui s’était passé était une fraude électorale. Pas un coup d’État. ”

Qu’est-ce qui a poussé ces indigénistes et ces féministes à nier ce que le monde considère désormais comme un coup d’État? Ne connaissaient-ils pas le concept de base de ce qu’est un coup d’État? Pourquoi ont-ils assumé le discours de fraude électorale, une faute que même l’OEA elle-même n’est pas en mesure de démontrer techniquement?

Comment expliquez-vous votre «flatterie» aux peuples autochtones soumis, et pourquoi est-ce que vous repoussez les peuples en voie d’émancipation?

Ces intellectuels, ces faiseurs d’opinion et ces militants qui se considèrent comme des « progressistes », construisaient et diffusaient depuis quelque temps un portrait du « dictateur Evo Morales, corrompu, trafiquant de drogue … », dans différents contextes internationaux et nationaux.

De cette façon, ils ont œuvré pour la construction des conditions subjectives du coup d’État dans la classe moyenne traditionnelle devenue le soutien du coup d’État (avec la police et l’armée). Ils ont installé la fixation et la haine contre les «Indiens au pouvoir», chez leurs étudiants universitaires, leurs collègues, les ONG et les citoyens progressistes qui ont lu leurs critiques destructrices de «l’homme indien et du tyran», selon eux. Pourquoi ont-ils agi ainsi ?

Ils ont pratiqué l’Individualisme méthodologique : Ces intellectuels, en raison de leurs catégories de compréhension / explication de la réalité, ont réduit le processus de changement bolivien à la personne d’Evo Morales. Ils ont regardé Morales si attentivement qu’ils ont supposé que le processus de changement bolivien était limité à  un leader « ignorant ». Morales n’était-il pas le produit d’un processus social massif? N’a-t-il pas été approuvé aux urnes en tant que dirigeant?

Ils n’ont jamais envisagé les éventuelles conséquences sociales de « la répudiation des Indiens » qu’ils semaient contre le « dictateur ». Morales est tombé, ce qui s’est traduit par le massacre de plus de 30 autochtones et le butin d’État est désormais distribué.

Ils ont pratiqué la vengeance intellectuelle :  Face aux critiques permanentes de certains de ces intellectuels, García Linera, vice-président de la Bolivie, loin d’engager le débat, a écrit un livre dans lequel il les disqualifie en les traitant d ‘«enfants» et ne les prend jamais en compte. Depuis lors, les critiques du gouvernement Morales sont devenues une vengeance presque viscérale. Ils se moquaient non seulement du manque de diplôme universitaire de Linera, mais même des métaphores qu’il employait.

Tant que Silvia Rivero, Pablo Solón, Raúl Prada …, occupaient des postes / chargés de l’État plurinational, le gouvernement indigène était l’archétype idéal. Mais, une fois renvoyés de leur emploi, ils sont devenus des apologistes qui ont nui au processus de changement induit par les mouvements indigènes et paysans.

Ils ont pratiqué le Racisme intellectuel : L’indigéniste ou la féministe professionnelle flattent généralement l’indigène ou la femme tant qu’ils sont soumis. Mais lorsque  l’indigène commence à marcher sur ses propres pieds et à penser de sa propre tête, l’indigène devient encombrant. Et encore plus, si les femmes ou les peuples autochtones n’ont plus besoin de leurs conseils théoriques pour poursuivre leurs processus.

Ces intellectuels ne s’intéressent qu’aux indigènes comme objet de charité intellectuelle. Dans la mesure où l’indigène ou la femme deviennent des sujets avec leurs propres idées, ils les discréditent  au nom de leur science académique.

Ils ont des positions contre l’Etat. En lisant et en croyant trop John Holloway, ces intellectuels indigènes / environnementalistes ont supposé que l’État était un appareil obsolète du passé. Ils croient qu’ils sont déjà dans l’ère post-étatique.

Leur  slogan est: l’État n’a pas d’importance. Seule la communauté compte. D’où le rêve idyllique du «communautarisme apolitique». Par conséquent, qu’importe qu’il y ait ou non un coup d’État. L’ingérence nord-américaine importe beaucoup moins. Ce qui importe, c’est la structure communautaire harmonieuse qu’ils imaginent.

Ils ont une posture  impérialiste. Toni Negri a dit que l’ère de l’expansion territoriale des empires était du passé parce que le pouvoir, maintenant, était centré sur la connaissance, pas sur le contrôle territorial comme auparavant. «La connaissance n’a pas de territoire. Il n’y a donc pas d’Empire envahissant les territoires ou favorisant les coups d’État ». Leur foi dans cette élucubration mentale les amène à ne pas voir l’interventionnisme américain en Amérique latine.

Environnementalisme de la mode. Pour ces penseurs, le respect de la Terre Mère consiste à ne pas toucher, à ne pas extraire, les biens de la Terre. Peut-être croient-ils que ce qu’ils consomment est produit ou extrait du supermarché.

Cette logique de conservatisme idyllique les amène à déchirer leurs vêtements face à la mort d’animaux en Amazonie, mais à garder un silence complice face au massacre sans cœur des peuples indigènes et des paysans insoumis dans la ville d’El Alto ou Cochabamba.

Peut-être parce que l’environnementalisme est plus rentable sur le marché financier de la coopération internationale que l’idée de la défense du «bon Indien».

Il n’y a pas d’insumiso indien sans culpabilité. Ces intellectuels ont décidé de dire que « Evo Morales a quitté le pouvoir à cause de ses erreurs ». Morales aurait été coupable de sa défenestration.

Même les féministes, loin de protester contre le coup d’État, ont répété les mots d’ordre  : « autoritaire, dictatorial, corrompu … » qu’aurait été Evo Morales. « Elle le méritait et était coupable de son viol pour avoir été trop voyante « , diraient les machistes en parlant d’une femme violée. C’est quelque chose de cette ordre-là qu’ont dit certaines féministes du coup d’État en Bolivie.

Ce qui est triste, c’est que le monde apprend progressivement qu’il n’a jamais été techniquement prouvé qu’il y avait une fraude électorale présumée du 20 octobre en Bolivie. Ce qui existe, après le coup d’État et les massacres indigènes, c’est un processus accéléré d’occupation des entreprises publiques par des agents des sociétés privées de coup d’État, persécution / criminalisation ouverte des dirigeants des mouvements sociaux, réoccupation de la Bolivie par les ambassades américaine et israélienne, et harcèlement / expulsion de toute solidarité avec les secteurs subalternes du pays.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :