RSS

Adriana Salvatierra: Il n’y a pas de garanties démocratiques en Bolivie

02 Déc

Voici quelques nouvelles en provenance de Bolivie, alors que le gouvernement autoproclamé tente de se donner un visage légal en annonçant des élections pour mars avec l’accord supposé des parlementaires, celle qui aurait du être constitutionnellement l’autorité de transition donne des nouvelles bien différentes. Mais nous accompagnons ces nouvelles d’une sévère critique de ce que représentait le MAS et l’appareil d’Etat bolivien, la manière dont il s’était coupé selon son auteur de la résistance populaire et laissé gangréner par l’ennemi. Même si cet article très critique mérite sans doute d’autres analyses et en particulier le fait qu’il sousestime la résistance, il dit un certain nombre de vérité, en particulier alors qu’il insiste sur la rupture entre le peuple et l’appareil d’Etat qui éclate particulièrement dans l’armée et dans la police (et peut-être dans la gestion des entreprises publiques), cela pose comme nous l’avons dit plusieurs fois la question du parti révolutionnaire et de la « dictature du prolétariat.(note et traduction de danielle Bleitrach)

Adriana Salvatierra a démissionné de son poste après le coup d'État contre le président Evo Morales.

Adriana Salvatierra a démissionné de son poste après le coup d’État contre le président Evo Morales. | Photo: @SenadoBolivia

Publié le 29 novembre 2019

L’ancienne présidentedu Sénat de Bolivie a dénoncé la persécution politique déclenchée dans le pays, qui empêche la tenue d’élections équitables.

La présidente du Sénat bolivien, Adriana Salvatierra, a déclaré vendredi dans un entretien avec teleSUR qu’il n’existait aucune garantie démocratique dans son pays de tenir un nouveau processus électoral après le coup d’État.

Le leader du Mouvement pour le socialisme (MAS) a déclaré que se multipliaient  les arrestations arbitraires de ceux qui s’opposaient à l’ennemi antidémocratique qui avait mené un coup d’Etat  le 10 novembre contre le gouvernement d’Evo Morales.

« Nous demandons des garanties pour que le président Evo Morales puisse participer à  la campagne électorale », a déclaré Salvatierra à propos du prsident exilé au Mexique, poursuivi pour avoir soi-disant fait la promotion de barrages routiers et de manifestations populaires dans le pays.

Des accusations sont portées contre Morales pour plusieurs crimes, dont le terrorisme, et une notification bleue d’Interpol a été lancée , elle vise à collecter des informations sur le dirigeant autochtone dans le contexte d’une poursuite pour ces faits présumés

Elle  a également noté que ce manque de garanties s’ajoutait à l’absence de poursuites pénales à l’encontre de ceux qui avaient causé la mort de 33 personnes en pleine répression.

« Il y a une administration qui, après le coup d’Etat, a  causé la mort et la répression », a déclaré l’exparlamantaria bolivien.

Salvatierra a également dénoncé le fait que l’administration du coup d’Etat,  au pouvoir en Bolivie, prenne des décisions économiques et politiques étrangères.

« Un gouvernement de transition ne devrait pas prendre de mesures d’économie ou de politique étrangère », a-t-il déclaré à propos du rétablissement des relations de la Bolivie avec les Etats-Unis et de l’ordre d’exwpulsion des représentations diplomatiques telles que celles de Cuba et du Venezuela.

D’autre part, il a averti que le comité du coup d’Etat, présidé par la sénatrice Jeanine Áñez, autoproclamée présidente par intérim, avait lancé une campagne visant à nuire à l’image de marque des sociétés d’État et à favoriser ainsi la privatisation.

29 novembre 2019

8426
Mouvements sociaux en Bolivie, du pouvoir à la résistance?

Au moment où nous en sommes en Bolivie, nous constatons que le 10 novembre, un coup d’État civilo-chrétien-militaire promu par le gouvernement américain a été consommé.

Mouvements sociaux en Bolivie, du pouvoir à la résistance?

Sinon, comment s’appelle la rupture de l’ordre constitutionnel par l’insubordination civilo-militaire qui a contraint le dirigeant élu démocratiquement à s’exiler au Mexique? Quel est le nom de l’auto-proclamation inconstitutionnelle et de l’exercice d’un pouvoir de facto en tant que présidente de Jeanine Añez qui n’a jamais été élue à ce poste?

Le coup d’Etat consommé a instauré un régime violent qui, en l’espace d’une semaine, a massacré plus de 30 indigènes qui protestaient contre le coup d’État, des centaines de blessures par balle et une persécution juridico-militaire contre tout ce qui respire un dirigeant social. Il a fermé, occupé et / ou expulsé tous les médias qui montraient les actions populaires de résistance au coup d’État. Ainsi, la dictature civico-militaire a été instaurée en Bolivie.

Une fois que la résistance populaire dans les rues a été «étouffée», le gouvernement de facto de Jeanine Añez a contraint le Corps législatif de l’État plurinational (à majorité parlementaire du MAS) à annuler les récentes élections générales (le 20 octobre dernier), l’obligeant à sanctionner la loi appelant à de nouvelles élections (sans Evo Morales, ni Álvaro García, en tant que candidats), et les a renvoyés pour accélérer la sélection de nouveaux membres des tribunaux électoraux chargés d’organiser les prochaines élections générales en Bolivie.

Parallèlement à cette action, le gouvernement de facto, avec le décret (n ° 4078) relatif au massacre indigène en main, obligeait la majorité des dirigeants des mouvements indigènes, paysans et ouvriers du pays « au dialogue » et les attaquait dans des barrages routiers. Combien cette subordination du leadership a-t-elle coûté au gouvernement de facto? L’histoire le  racontera.

En quelques heures, il a licencié les principaux responsables publics et administratifs des sociétés publiques et a placé dans ces fonctions des proches et amis des principaux acteurs du coup d’État, appartenant à des sociétés privées. Et ceux-ci ont déjà commencé à répandre le discours néo-libéral bien connu: « les entreprises publiques sont inefficaces, elles sont surendettées, nous devons les privatiser … ».

Avant que Evo Morales ne débarque au Mexique en tant qu’exilé politique, un célèbre conseiller de l’ambassade américaine en Bolivie est entré au Palais du gouvernement bolivien en tant que conseiller principal de l’Añez  présidente autoproclamé, qui a rétabli les relations diplomatiques avec les États-Unis et avec  Israël Où sont les mouvements sociaux qui ont pris l’ambassade de Gringa il y a dix ans?

Et les puissants mouvements sociaux qui ont amené Evo Morales au pouvoir?

Pendant près de 14 ans, on a prétendu que le gouvernement bolivien était un gouvernement de mouvements sociaux. Morales était politiquement le produit de mouvements sociaux qui avaient à leur tour leur propre instrument politique: le MAS-IPSP.

Les mouvements indigènes et paysans, en alliance avec d’autres mouvements, ont non seulement amené au pouvoir (et l’ont gardé) le premier président autochtone en Amérique latine créole, mais ont également entrepris la « nationalisation » des biens naturels privatisés, promu et concrétisé la formulation et approbation de la nouvelle constitution politique de l’État plurinational.

Qu’est-il arrivé à cette formidable puissance plébéienne qui a même expulsé l’ambassade américaine et la DEA de Bolivie? Est-ce que leurs dirigeants, comme Morales, n’étaient pas des fonctionnaires?

Les 14 années de pouvoir ne leur ont-elles pas laissé suffisamment de ressources symboliques et matérielles (économiques) pour organiser, former, communiquer, mobiliser toute la Bolivie? Pourquoi Evo Morales et García Linera (idéologue du processus de changement bolivien) ont-ils dû se réfugier dans la province de Chapare, Cochabamba, plus seuls qu’il y a 14 ans?

À première vue, apparemment, les puissants mouvements sociaux boliviens (CSUTCB, Bartolinas, CONAMAQ, CIDOB, Interculturel, COB) ont passé près de 14 ans dans l’exercice du pouvoir porté en tant que sujet sociopolitique.

Les cadres dirigeants des mouvements sociaux ont été subjugués politiquement par « l’instrument politique » MAS-IPSP. Et, à son tour, cela est devenu un dispositif électoral et un « bassin d’emplois » en temps non électoral. Le bras politique a presque complètement absorbé le corps social (mouvements sociaux), au point de l’immobiliser.

Pourquoi la « solitude » d’Evo Morales au moment du coup d’État?

Lors du coup d’État, les mouvements sociaux ne commandaient plus à l’instrument politique. Il a envoyé le MAS. Et le MAS, en tant qu’organisation politique, au moment du coup d’État, était presque complètement démoralisé / usé par des allégations de fraude présumée. Dans de nombreux départements, les structures des mouvements sociaux ont été dégoûtées de la direction du MAS par les désignations verticales des candidats.

À cela s’ajoute la «barrière de communication» croissante dont Evo Morales a été victime en ce qui concerne l’articulation convulsive / coup d’État du pays. Ses amis / conseillers proches ont non seulement empêché les acteurs des mouvements sociaux de s’approcher de lui, mais ils ont également « tracé » une réalité fictive sur la réalité bolivienne, lui faisant croire que « Evo Morales était inébranlable de la présidence bolivienne ».

C’était là le champ social fertile que les leaders du coup d’Etat avaient pris pour défaire psychologiquement le gouvernement Morales dans les rues, dans les entités publiques, dans la police nationale et enfin dans les forces armées.

Par conséquent, lorsque Morales a tenu sa dernière conférence de presse en tant que président, il était pratiquement seul avec son vice-président. Seulement accompagné par certains acteurs des mouvements sociaux. Les fonctionnaires (classes moyennes) qui avaient juré allégeance avaient déjà disparu avant « avant que la Bible n’arrive au Palais ».

Et les puissants médias d’Etat et les entreprises publiques?

Bien qu’avant et pendant le coup d’État, les putschistes, par le biais de réseaux sociaux et de médias privés, installent dans l’imaginaire collectif bolivien la corrélation entre « Evo Morales est dictateur, il est l’ennemi de la paix sociale ». Une fois au pouvoir, ils ont occupé le puissant média d’État construit en 14 ans par Morales (chaîne de télévision d’État, réseau de radio Patria Nueva, journal Change), et à partir de là, avec les médias privés «bien payés avec les épargnes publiques », ont convaincu le public bolivien que:« Morales est un narcoterroriste »,« le MAS et les manifestations sociales sont des criminels ».

De cette manière, Morales a non seulement laissé de puissants médias d’État pour qu’à partir de là, les conspirateurs du coup d’Etat se moquent de Lui et des mouvements sociaux, mais a également laissé suffisamment d’argent public économisé pour financer la campagne. En outre, des dizaines d’entreprises publiques économiquement solvables, créées par Morales, sont distribuées sous forme de butin à la « famille / amis » des principaux conspirateurs du coup d’État.

De cette manière, les mouvements sociaux florissants autochtones, paysans et ouvriers qui, il y a dix ans à peine, faisaient reculer le système néolibéral et plaçaient l’un de ses dirigeants comme le premier président autochtone d’Amérique latine sous le slogan: « de la résistance au pouvoir » . Maintenant, avec l’excision violente que le gouvernement usurpateur fait de tout ce qui s’inspire dans un mouvement social émancipateur, ils se retirent apparemment sur leurs territoires sous le slogan suivant: «Du pouvoir à la résistance communautaire. Nous reviendrons et nous serons des millions. « 

 
1 commentaire

Publié par le décembre 2, 2019 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Adriana Salvatierra: Il n’y a pas de garanties démocratiques en Bolivie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :