RSS

En Bolive actuellement recherché par le ministère de l’intérieur, « Juan Ramón Quintana » l’ennemi n° 1 de ce gouvernement fasciste.

28 Nov

« Juan Ramón Quintana » l’ennemi n° 1 de ce gouvernement fasciste. Un ex militaire dont Murillo a ordonné « la chasse » le premier jour du Coup d’Etat Militaire. Quintana a en effet  été « formé » à la l’École des Ameriques qui est un centre d’enseignement militaire créé en 1946, géré par le département de la Défense des États-Unis. Elle est célèbre pour avoir enseigné aux militaires latino-américains les « doctrines de contre-insurrection » et inculqué une idéologie anti-communiste. Nombre de militaires ayant par la suite organisé des coups d’État et instauré des juntes y ont été formés. Quintana , c’est un dissident de cette formation qui a dénoncé cette « ecole » et a démissionné de l’armée dont il a dénoncé la corruption. Nous exposons ci-dessous sa riche et glorieuse carrière au service de l’Etat et de la politique menée par Evo Morales. Notons qu’il il a ete durant deux ans  Ambassadeur a Cuba… Il est activement recherché mais pour le moment nul ne sait où il est, espérons qu’ils ne le trouveront pas.

L’image contient peut-être : 4 personnes
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, plein air et nature
L’image contient peut-être : 1 personne, nuit
L’image contient peut-être : 1 personne, costume

Le parquet bolivien a lancé lundi un mandat d’arrêt contre Juan Ramon Quintana, qui était le bras droit de l’ancien président Evo Morales et que le nouveau pouvoir accuse de «sédition» et de «terrorisme».

M. Quintana, porte-parole de la présidence bolivienne lorsque M. Morales était au pouvoir, est «auteur et complice» des crimes de «sédition, instigation publique à la délinquance, terrorisme et financement du terrorisme», a affirmé sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Arturo Murillo, à l’origine du mandat d’arrêt.

En novembre, alors que le pouvoir d’Evo Morales était menacé par l’opposition de droite radicale, M. Quintana avait déclaré que si le président était destitué, la Bolivie allait «se transformer en un grand champ de bataille, un Vietnam moderne».

M. Morales a démissionné le 10 novembre, sous la pression d’un mouvement de protestation civile l’accusant de fraude lors de l’élection présidentielle d’octobre, et finalement lâché par la police et l’armée..

Après sa démission, Evo Morales s’est exilé au Mexique.

Dès qu’il a pris ses fonctions de ministre de l’Intérieur, M. Murillo a annoncé que l’ancien bras droit d’Evo Morales allait être recherché. «Nous allons nous lancer à la chasse de Juan Ramon Quintana. Pourquoi est-ce une chasse? Parce que c’est un animal qui tue des gens», a-t-il déclaré à des journalistes, sans autres précisions.

Il fait partie d’un lot de ministres et de responsables que le pouvoir a décidé de traquer. Ce qui est un signe des conditions dans lesquelles il entame le processus électoral, en interdisant non seulement Evo et son vice président, mais tout autre candidat potential. M. Murillo a aussi indiqué que la police et le service de renseignement était sur les traces de Raul Garcia, frère de l’ancien vice-président Alvaro Garcia.À la fin de la semaine dernière, le parquet général a aussi émis un mandat contre l’ancienne ministre de la Culture et du Tourisme, Vilma Alanoca, recherchée pour «instigation à la délinquance».Les nouvelles autorités ont affirmé qu’au cours des journées agitées qui ont entouré la chute d’Evo Morales, des fonctionnaires du ministère de la Culture et du Tourisme avaient été trouvés en possession de cocktails Molotov qu’ils auraient fabriqués, selon la police, sur ordre de leur hiérarchie.Cristian Saavedra, sous-directeur de la Force spéciale de lutte contre le crime (FELCC), a confirmé que des charges pesaient contre Vilma Alanoca.

 

QUI EST JUAN RAMON QUINTANA TABORGA ?

Juan Ramon Quintana est né le 3 Décembre de 1960 dans la ville de Aiquile dans le département de Cochabamba . Il a commencé ses études en 1966 et a quitté le lycée en 1977 dans sa ville natale. Poursuivant ses études professionnelles, il entre en 1979 au Collège militaire de l’armée (COLMIL) à La Paz . Il est resté quatre ans en tant que cadet à COLMIL et a obtenu en 1982 le grade de lieutenant de l’armée.( né à Aiquile , Cochabamba , Bolivie , 3 décembre 1960, c’est-à-dire la zone de résistance ) c’est un militaire , sociologue et homme politique bolivien . Il a été ministre de la présidence bolivienne lors des premier, deuxième et troisième gouvernements du président Evo Morales . Après le vice-président Álvaro García Linera , il est considéré comme l’un des hommes les plus puissants du Mouvement pour le socialisme.(MAS),

En 1987 , Quintana a atteint le rang de lieutenant . La même année, il entame des études de sociologie à l’ Université du maire de San Andrés (UMSA), où il obtint son diplôme plusieurs années plus tard, en 1992 comme diplômé en sociologie .

En 1988 , et même avec le rang de lieutenant , Quintana a fréquenté la redoutable école des Amériques des États-Unis . L’année 1991 il était nommé  au grade de capitaine .

Entre 1995, il a obtenu une maîtrise en philosophie et en 1997, une maîtrise en sciences politiques .

L’année 1997 est celle où il atteint le plus haut niveau dans son grade. Mais cette même année, Quintana décide de se retirer définitivement de l’ armée de Bolivie . Bien que les véritables causes et motivations qui ont amené Juan Ramón Quintana à se retirer de l’armée soient encore inconnues, Quintana a précisé dans une brève déclaration qu’il n’avait jamais souscrit à la corruption qui régnait au sein des forces armées à cette époque et que c’était pour cela . qu’il a décidé de quitter l’armée.

En tant que civil, Quintana a déjà travaillé de 1999 à 2002 en tant que conseiller auprès du ministère de la Défense pendant le deuxième gouvernement du président Hugo Banzer Suárez , à la tête de l’unité d’analyse de la politique de défense dudit ministère.

Il est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Il a été chercheur du programme de recherche stratégique en Bolivie, PIEB. Entre 1995 et 1996, il participait à l’enquête sur les droits de l’homme menée par les soldats et citoyens. Le service militaire en Bolivie; et entre 2002 et 2003 avec l’enquête Police et démocratie: un agenda institutionnel en suspens.

Il a été ministre de la présidence d’ Evo Morales Ayma entre 2006 et 2009 . Il est reconnu par de nombreux secteurs du MAS et de la société civile pour sa capacité de coordination et sa détermination à défendre la souveraineté nationale.

 

Le ministre Juan Ramon Quintana en 2015 .

Entre 2010 et 2011 , il a été nommé directeur exécutif de l’Agence pour le développement des macrorégions et des zones frontalières (ADEMAF), dont la principale réalisation a consisté à définir des stratégies et des mécanismes pour le développement intégral des frontières. exécuter des programmes et des projets visant à promouvoir le développement des zones frontalières, en plus de contribuer au travail des institutions publiques présentes dans ces zones pour stimuler leur développement.

De 2012 à 2017 , il a de nouveau occupé le poste de ministre de la présidence, dans le but de «continuer à promouvoir le processus de changement avec le même engagement mystique et la même humilité de servir nos compatriotes à travers le pays, nous travaillons approfondir le processus de transformation avec une plus grande participation des citoyens »

En janvier 2017, il a été remplacé par René Martínez Callahuanca , avocat de Chuquisaqueño , ancien directeur des ressources en eau de Silala.

 

Ambassadeur de Bolivie à Cuba (2017-2019) 

Le 22 mai de 2017 , le président Evo Morales a nommé Juan Ramon Quintana à l’ambassade  de Bolivie à Cuba . Quintana a passé près de 2 ans dans ce pays, mais il a du retourner en Bolivie en 2019, car le président Evo Morales Ayma l’a appelé pour occuper le poste de ministre de la présidence bolivienne. Au lieu de cela, il a été remplacé au poste d’ambassadeur par Ariana Campero Nava, médecin de Cochabamba, également ministre de la Santé de la Bolivie depuis 2015.jusqu’en 2018 .

Le ministre Juan Ramon Quintana en 2019 .

Le 23 Janvier de 2019 , Juan Ramon Quintana à nouveau le ministre du cabinet du président Evo Morales Ayma ,en tant que ministre de la présidence pour remplacer Alfredo Rada . Certains médias l’ont désigné comme responsable de la création de sites de diffusion de l’information progouvernementale tels que http://www.cia.bo 4 et http://www.primeralinea, info 5 .

Le 26 novembre 2019, le Bureau du Procureur de la Bolivie a rendu une ordonnance de perquisition et de saisie à l’encontre de l’ancien ministre de la Présidence, Juan Ramón Quintana, accusé de crimes de sédition, d’incitation publique à la perpétration de crimes et de financement du terrorisme.

Mais nul pour le moment ne sait où il est.

 

 

Une réponse à “En Bolive actuellement recherché par le ministère de l’intérieur, « Juan Ramón Quintana » l’ennemi n° 1 de ce gouvernement fasciste.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :