RSS

The Guardian : «Ce qui s’est passé était un massacre»: chagrin et rage en Bolivie après une journée de violences meurtrières

23 Nov

Huit jeunes Boliviens ont été tués à El Alto mardi, et les habitants disent que le gouvernement intérimaire de Jeanine Áñez est à blâmer. Lisez ce terrible reportage et dites-vous bien que le sang ne va pas arrêter de couler parce que le capital pour conserver son pouvoir partout lâche la meute contre ceux qui avaient si peu de colère et ne savaient que travailler. Parce que chez nous des politiciens stupides et médiocres croient avoir encore quelque chose à tirer du sang qui jaillit des pierres et sont prêts à se faire acheter pour un poste de conseiller municipal et interdisent la solidarité avec ceux qui meurent. Parce que des gens qui ont pris la place des communistes et leur journal interdisent que les peuples prennent la mesure de ce qui se passe et préfèrent nous amuser avec les affres des petits bourgeois qui tapent du pied, dévoient les luttes y compris des femmes alors qu’ici elles sont assassinées (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Des personnes en deuil pleurent Juan Tenorio, tué lors d’affrontements entre les forces de sécurité et des partisans de l’ancien président Evo Morales.
 Des personnes en deuil pleurent Juan Tenorio, tué lors d’affrontements entre les forces de sécurité et des partisans de l’ancien président Evo Morales. Photo: Natacha Pisarenko / AP

LES yeux  injectées de sang de Primitivo Quisbert contemplent le visage gonflé et sans vie de son fils – et s’interrogent sur la raison pour laquelle la lutte d’un tiers du pays  pour la suprématie politique avait condamné son enfant à une tombe précoce.

«C’est si douloureux, señor. C’est très douloureux », a sangloté le menuisier de 61 ans. « Regarde ce qu’ils ont fait à mon garçon. »

Devant lui, sur le banc de bois d’une église, repose le corps de Pedro Quisbert Mamani, ouvrier d’usine et père de deux enfants, âgé de 37 ans – et l’un des huit jeunes Boliviens au moins tués mardi lorsque la crise politique du pays a éclaté dans une violence meurtrière dans la ville de El Alto.

À proximité se trouvent cinq autres corps, les pieds recouverts par des couvertures ou des drapeaux, leurs noms et leurs âges imprimés sur des feuilles A4 placées sur les cadavres. «Joel Colque Patty, 22 ans»; «Devi Posto Cusi, 34 ans»; «Antonio Ronald Quispe Ticona, 23 ans»; «Clemente Eloy Mamani Santander, 23 ans»; “Juan Jose Tenorio Mamani, 23 ans”.

Trois coupes jetables avaient été placées sur le sol carrelé sous le cadavre de Mamani pour attraper les gouttes de sang qui continuaient à couler d’une blessure par balle à l’arrière de la tête.

«C’était un coup dans la nuque – regardez comment il saigne», a déclaré son père alors que des médecins légistes portaient un costume blanc et un masque facial et se préparaient à pratiquer des autopsies sur les corps, juste devant l’autel.

Un homme montre des cartouches après des affrontements à El Alto, dans la banlieue de La Paz.
 Un homme montre des cartouches après des affrontements à El Alto, dans la banlieue de La Paz. Photographie: David Mercado / Reuters

«J’ai élevé mon fils avec tellement d’amour – et maintenant je dois l’enterrer. Savez-vous à quoi ça ressemble pour moi? »Demanda Quisbert. «Élever, éduquer – puis enterrer?

Evo Morales – l’ex-président exilé du pays – a qualifié les événements d’El Alto de « massacre ».

« En Bolivie, ils tuent mes frères et mes soeurs », a-t-il déclaré à la presse mercredi à Mexico. « C’est le genre de chose que faisaient les anciennes dictatures militaires. »

Le gouvernement intérimaire de droite qui a pris le pouvoir après le renversement de Morales le 10 novembre a rejeté les affirmations selon lesquelles l’armée était à l’origine des assassinats de mardi, survenus lors d’affrontements entre les troupes et les loyalistes de Morales devant un dépôt de carburant , bloqués par cette dernière.

Le ministre bolivien de la Défense, Fernando López, a déclaré à la presse que « pas une seule balle » n’avait été tirée par ses forces et qualifiait les manifestants de « terroristes » agissant sous les ordres de Morales.

Mais à El Alto – une ville de haute altitude fourmillante près de La Paz longtemps considérée comme une forteresse de Morales – les habitants sont catégoriques: le gouvernement est responsable du massacre de ce qu’ils appellent un massacre de travailleurs innocents.

«Nous ne pouvons pas leur permettre de nous massacrer de la sorte», a crié Joana Quispe, 40 ans, parmi des milliers de manifestants pour la plupart indigènes qui avaient envahi les rues autour de l’église Saint-François d’Assise mercredi pour dénoncer les meurtres.

En dehors de la simple église en brique rouge, l’ambiance était à la fureur et au défi alors que les locaux attaquaient la présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Áñez, et sa coalition de droite.

Une femme proteste devant le personnel de sécurité contre le gouvernement intérimaire de Jeanine Ánez.
 Une femme proteste devant le personnel de sécurité contre le gouvernement intérimaire de Jeanine Ánez. Photographie: Rodrigo Sura / EPA

«Notre gouvernement est raciste», a déclaré Ricardo Benito Mamani, 56 ans, «Ils piétinent notre démocratie. Cette présidente doit partir.

Les barrages routiers constitués de dalles de béton, de panneaux de signalisation, de pneus en feu et de pièces de voiture – ainsi que de la présence de forces de sécurité boliviennes lourdement armées – ont donné à cette étonnante communauté encerclée de montagnes l’air d’une zone de guerre.

À l’intérieur de l’église, il y avait aussi de la rage.

« Le monde doit connaître la vérité », a insisté Aurelio Miranda, 54 ans.

«Ce qui est arrivé est un massacre… Ils ont utilisé des armes comme vous le faites pendant une guerre. Ils n’ont pas pensé aux conséquences. C’est pourquoi tant sont morts.  »

«Je ressens tellement de douleur en tant que Bolivien que des Boliviens massacrent leurs propres frères», a ajouté Miranda.

Le Primitivo Quisbert semblait encore trop abasourdi par sa perte pour pointer du doigt.

Alors que  des cris de «justice! Justice! Justice! »remplissaient  l’église, il a raconté comment sa famille s’était préparée à une nouvelle arrivée, pas à des funérailles. La femme de son fils décédé était enceinte de huit mois d’un enfant qui ne rencontrera plus jamais son père.

«Nous ne sommes membres d’aucun parti. Cela ne nous intéresse pas. Nous sommes des personnes humbles qui savons seulement comment travailler », a déclaré Quisbert. « Comment peuvent-ils juste te tuer comme si il était un chien? »

Les gens réclament justice pour les défunts à l'église San Antonio de Asis.
 Les gens réclament justice pour les défunts à l’église San Antonio de Asis. Photo: Getty Images

Sur le mur au-dessus du père en deuil et de la morgue improvisée à côté de l’autel, d’élégantes lettres métalliques soulignaient la prière de saint François.

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix
Là où il y a la haine, laissez – moi semer l’ amour
Là où il y a des blessures, le pardon En
cas de doute, la foi
Là où il y a le désespoir, l’ espoir
où il y a les ténèbres, la lumière
et où il y a la tristesse, la joie .  »

«Je suis resté toute la nuit ici avec mon fils, a déclaré Quisbert. « Je ne peux pas le laisser partir. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :