RSS

Xi Jinping propose : « Construisons une communauté de destin pour l’humanité » et il apprfondit le rôle du socialisme

22 Nov

 

Résultat de recherche d'images pour "Xi jinping visite un village pauvre"

En ce moment  je lis le premier volume de ce que l’on peut considérer comme les mémoires de Xi Jinping, une série d’articles consacrés au rôle international de la Chine  intitulé « Construisons une communauté de destin pour l’humanité« . La composition de l’ensemble  fait songer à l’éthique de Spinoza, comme lui Xi Jinping  procède par définitions, axiomes, scolies et corolaires, autrement dit de manière mathématique. Ce qui selon Kant transforme l’exposition en champ de bataille, mais s’y glisse le charme de l’anecdote, le fabliau qui nous ramène au petit livre rouge.Il me faudra du temps pour m’adapter à ce mode de pensée, mais c’est tout à fait passionnat. Et puis dans ce temps où tant de gens parlent pour ne rien dire, celui-là au moins présente l’intérêt de pouvoir faire..

S’il y a aujourd’hui des « visionnaires » pragmatiques ce sont les Chinois, ce qui est frappant  c’est leur conception du temps. Les Etats-Unis, le bras armé du capitalisme et qui a reussi à imposer sa conception de l’évolution mondialisée de ce capitalisme au reste de la planète prétendent que le temps c’est de l’argent, ils ont beaucoup d’argent mais peu de temps. Les Chinois ont beaucoup de temps et se considérent comme un pays en développement.

On ne reviendra pas sur l’étrangeté de cette montée au stade de la première puissance du monde de la seule civilisation qui a connu une sorte de continuité depuis plus de 3000 ans alors que les Egyptiennes et mésapotamieennes se sont effondrées. Cet immense pays continent a bien sur une histoire avec ses ruptures, mais cette continuité ne serait-ce qu’à travers l’écriture est un fait marquant. Cette civilisation millénaire a aussi connu le sort des pays colonisés et appartient toujours pour une part au sous développement. Elle ne prend pas les virages comme nous et là où nous insistons sur les transformations, elle marque la continuité. Nous voyons un changement, quasiment un passage au capitalisme sous Deng Xiao Ping, mais celui-ci lance le socialisme de marché en conservant les leviers du socialisme. Quand le parti communiste fête ses 70 ans, il le fait sous le double parrainage de mao et de Deng. Xiao Ping.

Nous traitons avec notre légerté habituelle ce phénomène, en adoptant les raccourcis de l’ignorance que notre pensée colonisatrice a cru si lontemps pouvoir se permettre avec ceux qui étaient toujours plus ou moins des subordonnés. Ou alors nous les soupçnnons de revanches barbares face à notre effort qui ne peut être que civilisateur, le fait de ne pas vouloir se plier à nos désiderata devient une marque de dictature.

On ne saurait parler de tout ce que contient l’ouvrage, la manière dont il conçoit le rôle de la Chine socialiste, sa responsabilité non seulement nationale mais internationale en tant que pays socialiste c’est-à-dire apportant la paix et l’émancipation des être humains. Il est intéressant de comparer cette vision à celle del’URSS.

J’en reviens souvent  à la manière dont les Chinois ont tiré bilan de la chute de l’URSS. Deux phénomène essentiels ont été mis en évidence, le premier est bien sur la trahison de Gorbatchev et Eltsine, la question étant celle que nous nous sommes posée non seulement sur Robert hue mais sur la déchéance politique générale du personnel politique français. Comment en arrive-t-on à pareille situation et que faire pour l’éviter? Cela renvoie d’abord à un autre problème selon les Chinois, l’incapacité de procéder à des réformes à temps. Et là selon ce que j’ai pu comprendre de la pensée chinoise, cela renvoie à la fin de Staline, à l’incapacité à procéder à temps à des réformes structurelles tenant compte de l’état de l’URSS, du socialisme. La trahison n’a de sens que dans ce contexte..

S’il y a dans mes mémoires un fil conducteur c’est bien celui de l’absence de stratégie du parti communiste français ou du moins son caractère inadapté à la recomposition du capital inaugurée par le Chili et le néo-libéralisme comme par l’offensive sur les droits de l’homme. la médiocrité de Robert hue et des dirigeants communistes qui correspond à une dégradation générale du personnel politique et de la Vème république doit être analysée dans ce contexte et pas comme une simple trahison.

Mais je voudrais terminer sur la question de la formation des cadres en Chine, en lisant les mémoires de Xi jinping j’ai été frappée par la manière dont il explique à Obama comment en tant que « prince rouge » fils d’un haut dignitaire du parti communiste, il a subi les effets de la Révolution culturelle. Il a été envoyé dans une campagne misérable et voici ce qu’il en dit :

« Dans les années soixante du siècle dernier, quand je n’étais qu’un gamin d’une sizaine d’années, on m’envoya travailler dans les champs dans un village appelé Liangjiahe, près de la ville de Yan’an, dans la province du Shaanxi. J’y passais sept années. je vivais avec les paysans dans des trous et nous dormions sur des lits de terre. les gens étaient très pauvres, et l’on passait souvent des mois et des mois sans manger un morceau de viande. Croyez-moi je savais exactement ce dont ces villageois avaient le plus besoin! par la suite je devins secrétaire de la cellule du parti du village. Moi qui comprenais parfaitement les besoins de ces paysans je m’efforçais de leur apprendre à développer la production. mon rêve était de les voir se rasassier de viande, et ce le plus souvent possible, mais à l’époque ce ne pouvait être qu’un voeux pieux.
Cette année à l’occasion de la fête du printemps, je suis retourné à Liangjiahe: on y trouve maintenant des routes asphaltées, et c’est dans des maisons de brique aux toîts de tuiles que vivent ses habitants. Ajoutons l’accès à internet, la couverture de l’assurance maladie, les soins élémentaires pour les personnes âgées, les enfants apprenant à l’école. Quant à la viande, elle est devenue un aliment tout à fait ordinaire. En voyant tous ces changements, j’ai compris que le Rêve chinois est avant tout une rêve populaire. le Rêve chinois n’a de sens que s’il correspond à l’aspiration du peuple à une vie meilleure.
le village de Liangjiahe résume et récapitule les progrés qu’on apporté chez nous les réformes et l’ouverture. En plus de trois décennies, nous avons fait en sorte que la Chine occupe la deuxième place du monde en terme d’agrégats économiques, et les 1, 3 milliards de Chinois, après tant de siècles d’une vie matérielle pénible et précaire,jouissent maintenant d’une vie de moyenne aisance. Jamais leurs droits et leur dignité n’ont été autant respectés. Voilà non seulement une extraordinaire transformation dans les conditions de vie du peuple chinois mais aussi un pas en avant formidable pour la civilisation humaine, et plus encore une immense contribution à la paix et au développement dans le monde.
Nous sommes en même temps bien conscients que la Chine reste le plus grand pays en voie de développement du monde. Notre PIB par habitant atteit à peine les deux tiers de la moyenne mondiale et ne représente que le septième de celui des Etats-Unis, ce qui nous place à la 80ème place dans le monde. selon nos propres critères, la chine compte encore plus de 70 millions de personnes vivant au-dessous du seuil de, pauvreté; selon les critères de la Banque Mondiale, nous en compterions plus de 200 millions. Plus de 70 millions de Chinois vivent des minima sociaux et l’on dénombre plus de 85 millions de personnes souffrant d’un handicap. Au cours des deuxw dernières années, j’ai visité beaucoup de régions pauvres et rencontré beaucoup de familles démunies. le regard de tous ces gens, que l’espoir d’une vie heureuse faisait flamboyer est resté gravé dans ma mémoire.
Cela veut dire qu’il va falloir travailler durement pour que tous les Chinois puissent mener une vie meilleure; Pour la Chine d’aujourd’hui, le développement reste la, priorité des priorités. la mission primordiale de tous ceux qui dirigent la Chine est de rassembler toutes les forces disponibles pour élever le niveau de vie de tous leurs compatriotes et d’apporter la prospérité commune. A cette fin, nous avons fixé les objectifs des « deux centenaires », à savoir doubler d’ici 2020 le PIB et le revenu moyen par tête d’habitants en ville comme à, la campagne par rapport à ceux de 2010., et faire de la chine, vers le milieu du siècle, un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé. Tout ce que nous faisons maintenant tend à la réalisztion de ces deux grands objectifs. Parachaver l’édification intégrale de la société de moyenne aisance exige l’approfondissement intégral de la réforme, la promotion intégrale de la gouvernance de l’Etat et de la loi et l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti. Voilà les dispositions stratégiques des « Quatre intégrales« .(ouvrage cité, discours d’octobre 2015, p.287.268,269)

Nous aurions beaucoup à commenter, mais pour en rester sur mon objet la formation des cadres du parti communiste mais en tant que parti révolutionnaire et de gouvernement, je crois qu’il y a beaucoup à réfléchir sur ce qui est exposé là. On pourrait faire remarquer non sans provocation que ce qui est considéré par à peu près tout le monde comme une carastrophe politique à savoir la révolution culturelle a produit ici le plus heureux des effets sur Xi jinping, le rendre sensible à la condition paysanne. Mais effectivement il est plus intéressant de voir les objectifs que se donnent les dirigeants chinois et comment comme a pu le faire la révolution culturelle se rapprocher des paysans d’une manière pragmatique en répondant aux problèmes réels populaires pour contribuer à l’évolution de l’humanité. On retrouve chez les Cubains, chez Fidel castro en particulier des réflexions proches, je le dis par parenthèse et là aussi on pourrait analyser les difficultés et les succés dans la formation des cadres du parti après la génération qui a conquis le pouvoir. Partir des besoins populaires et trouver des solutions concrètes, confronter les cadres en formation avec un maximum de difficultés semble la voie choisie. Il est navrant en ce qui concerne la france que nous soyons en train de détruire les bases de la force française, à savoir des grands commis de l’Etat attachés au service public hérités de Colbert et renforcé par la révolution française et l’empire.

A propos de Xi jinping les mauvais esprits quand il est revenu vers linagjiahe ont déclaré qu’il s’agissait d’un village potemkine, d’un rideau tendu devant le sous développement, mai on voit qu’il ne nie pas bien au contraire ce qui reste à faire et de surcroit tout le monde s’accorde sur le fait qu’effectivement la Chine a réussi à sortir des centaines de millions de Chinois de la pauvreté et que puisqu’il s’agit d’un quart de l’humanité cela pèse sur les statistiques mondiales. Donc l’objectif demeure et nul ne peut le nier.

.

Danielle Bleitrach

 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :