RSS

Un témoignage d’une lectrice mais aussi protagoniste… Paulette ou Rosemary Baby…

18 Nov

ceux qui ont lu mes mémoires ont peut-être vu au passage Loulou et pauletteBernardi, mes voisins et camarades, nous avons partagé mai 68 à la fac et la suite dans la cellule du quartier que nous avions fondée… partout nous fondions des sections syndicales et des cellules. Aujourd’hui où à propos du film « j’accuse’,  je fais allusion à Rosemary Baby de polanski, je me souviens de paulette à qui je portais une mousse au chocolat, et qui m’a demandé si j’avais des vues sataniques sur elle comme dans le film où l’héroïne devient la mère du diable après avoir été endormi par des mousses au chocolat… en plus de mes innombrables activités j’ai toujours aimé cuisiner ? Mais passons à l’essentiel, ce compte-rendu à partir de la lecture de mes mémoires…

Le temps retrouvé d’une communiste

Quel titre ! Je suis lectrice de Proust, j’étais réservée… Mais très vite, au bout de quelques pages, le plaisir de revivre mon temps, notre temps a pris le dessus : la jeunesse, les balbutiements de la vie militante dans une époque heureuse de ses grondements. Tout était si vrai que je retrouvais les prémices de 68  dans l’ambiance passionnée souvent conflictuelle du moment. Danielle et Pascal étaient là, comme je les avais connus, je m’amusais à réentendre Pascal affirmer que lorsque le secrétaire de cellule traversait un quartier, même les chiens devaient remuer la queue. Il y avait Jean-Léo qui, dans ma mémoire s’appelle Nino, tout petit, très brun, attendrissant qui suivait de ses grands yeux l’activité débordante de sa mère, puis apparaissaient les uns après les autres les amis, les camarades, ceux que l’on connaît toujours et ceux que je croyais avoir oubliés. Un monde reprenait vie dans le magma politique jamais oublié, jamais négligé et qui accompagne les moments les plus terribles, la maladie, la mort… Il n’y a qu’à suivre, le « je » polyphonique entraîne le lecteur : il désigne à la fois, l’auteur, le narrateur et l’acteur d’un vaste kaléidoscope à  travers le monde,  parmi les humains des plus connus aux anonymes ; avec Aragon ou avec ses étudiants, Danielle reste elle-même, s’adapte sans se trahir. Les analyses s’imposent au moment où l’on s’y attend le moins. Tout est documenté, exposé de manière chronologique et rationnelle, l’exposé s’efforce de ne rien laisser dans l’ombre. Toutes les grandes questions, du programme commun de la gauche aux grandes mutations du monde sont traitées avec rigueurmais toujours dans les soubresauts du quotidien, des sentiments, du bonheur et du malheur. Il faut lire le titre jusqu’au bout ! « La vie retrouvée d’une communiste ». Toute la vie de Danielle se construit, s’enrichit de cette identité qu’elle veut vivante, foisonnante, en recherche dans les situations les plus complexes. Et il y a l’engagement, la lutte, les décisions personnelles, parfois le goût de la provocation, les actions qui déroutent souvent son entourage, ses compagnons de lutte mais tout est toujours cohérent avec elle dans cette audace dont elle ne s’est jamais départie. Pascal aimait à dire qu’on ne démissionnait pas du parti communiste, on peut affirmer, après cette lecture, que Danielle n’a jamais renoncé à l’idéal communiste.

Tous les genres littéraires se côtoient, de l’autobiographieaux récits de voyages et aux graves démonstrations politiques. Les rencontres présentent de véritables saynètes, les portraits en mouvement amusent ou émeuvent. Et, le plus étonnant, le lecteur n’est jamais perdu malgré la bousculade du chronotope.

Paulette bernardi

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 18, 2019 dans mon journal

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :