RSS

Chaos en Bolivie: ils ont saccagé la maison d’Evo Morales et incendié celles des dirigeants

11 Nov

Morales a dénoncé un mandat d’arrêt à son encontre. Les principaux incidents sont enregistrés à La Paz, El Alto et Cochabamba.

Des émeutes ont éclaté dimanche soir à La Paz , El Alto et Cochabamba après la démission du président Evo Morales .

À Villa Victoria, Cochabamba, un groupe d’étrangers a endommagé la maison d’Evo Morales.

Ils ont également mis le feu à la maison du ministre des Mines et de la Métallurgie, Cesar Navarro, et des incendies ont été enregistrés dans un entrepot  de bus municipaux.

Morales lui-même a détaillé sur Twitter ce qui s’est passé. « Les putschistes qui ont attaqué ma maison et celle de ma sœur, ont incendié des maisons, menacé de tuer des ministres et  leurs enfants et ils  ont mollesté un maire, ils mentent maintenant et tentent de nous attribuer le chaos et la violence qu’ils ont causés.La Bolivie  et le monde  sont témoins du coup d’Etat. « 

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Los golpistas que asaltaron mi casa y la de mi hermana, incendiaron domicilios, amenazaron de muerte a ministros y sus hijos y vejaron a una alcaldesa, ahora mienten y tratan de culparnos del caos y la violencia que ellos han provocado. Bolivia y el mundo son testigos del golpe

32,5 mil personas están hablando de esto

Auparavant, il avait dénoncé l’existence d’un mandat d’arrêt à son encontre:

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Denuncio ante el mundo y pueblo boliviano que un oficial de la policía anunció públicamente que tiene instrucción de ejecutar una orden de aprehensión ilegal en contra de mi persona; asimismo, grupos violentos asaltaron mi domicilio. Los golpistas destruyen el Estado de Derecho.

MORALES DEMANDE « PACIFIER LE PAYS »

L’ancien président bolivien a demandé aux dirigeants civils du mouvement qui avait demandé sa démission, qu’il qualifie de coup d’Etat, de « prendre leurs responsabilités pour pacifier le pays », où des émeutes et des pillages ont été enregistrés dimanche.

« Qu’ils assument la responsabilité qui leur incombe de pacifier le pays et de garantir la stabilité politique et la coexistence pacifique de notre peuple », a écrit Morales sur Twitter, depuis la région de la coca, en Bolivie, située dans le centre du pays.

« (L’ex-président Carlos) Mesa et le leader régional des droits des droits de l’homme, Luis Fernando, Camacho, destructeurs et conspirateurs, entreront dans l’histoire comme racistes et comploteurs du coup d’Etat », a-t-il ajouté.

Morales, qui a toujours une majorité au Congrès qui élira son remplaçant provisoire, a déclaré que « le monde et les patriotes boliviens répudient le coup d’Etat », après avoir reçu des pressions de la part de militaires et de policiers mutinés pour qu’il démissionne.

Les ministres du Gouvernement et de la Défense « sont en exercice, car ils n’ont pas encore démissionné », a déclaré Gustavo Pedraza, candidat à la vice-présidence de l’équipe Mesa aux élections annulées en octobre dernier, à la télévision ATB pout leur attribuer la responsabilité du chaos.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 11, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :